World Academic Journal of Business & Applied Sciences (WAJBAS)

4,529 views
4,411 views

Published on

Published in: Business, Technology
1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • I just want to share this site PDFFiller, Inc where you can also save this document. You can also find fillable forms from the site in case you need to fill out one. I was able to find the form I need through http://goo.gl/0baLbK.
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
4,529
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

World Academic Journal of Business & Applied Sciences (WAJBAS)

  1. 1. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION An Open Access & Double Blind Peer Reviewed Journal PRINT ISSN: 1234-5492 ONLINE ISSN: 1234-5881 WORLD ACADEMIC JOURNAL OF Business & Applied Sciences WAJBAS PUBLISHING-GERMANY International Publisher of Journals, Books and Cases www.wajbas.webs.com 1 Volume 1, Issue 1-7 NEW
  2. 2. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION WAJBAS Editorial Board Editor-in-Chief Associate Editors Kreiner Stephan, Goethe-universität Frankfurt am Main, Germany Pr. Bostan D.Ionel, Alexandru Ioan Cuza University of Iasi, Faculty of Law ,Romania Dr. Alireza Miremadi, Graduate School of Mgmt & Economics, Sharif University of Technology-Int'l Campus, Iran Dr. Saïd Jaouadi, Jazan University, Saudi Arabia Dr. Saïd Jaouadi, Jazan University, Saudi Arabia Dr.Hai-Linh Dr.Hai-Linh Tran, South Korea Inha University, College of Engineering Dr. Jephte Olimpo Muñez,National College of Public Administration and Governance University of the Philippines Dr. Kleinschwärzer-Meiste Mary, Universität Zu Kiel Dr. Leimgruber Bertram, Hochsule fur Bankwirstchaft, Frankfurt am Main, Germany Dr. Edgar Jamie Calvin, Massachusetts Institute of Technology, USA Dr. Kevin Killinaus, Edingburgh Napier University, UK Dr. John Chen, Nanyang Technological University, Singapore Dr. Maria Gavrilvoa,Calgary University, Canada Dr. Frank Clerkson, Goethe-universität Frankfurt am Main, Germany Dr. Zhou Wen, University of Hongkong, Hongkong, China International Editorial Review Board Dr.Bright Meljon. Harvard University, USA Dr. Richard Spanjers, University of Freiburg, Germany Dr. Geovany Holmes, University of Kent, UK Dr. Emile Martin, Hong Kong University of Science and Technology, Hongkong Dr. Jose Armando Rosas, University of Texas at El Paso, USA Dr. Mohamed Abu-Taieh, Arab Academy for Banking and Financial Sciences, Jordan Dr. Ahzam M Amini, University of Memphis, USA Dr. Daniel Arendt, ISL Institute of Shipping Economics and Logistics, Germany Dr. Nohours Ahmed, London Metropolitan University, UK Dr. Gildas Antoine, Université catholique de Louvain, France Dr. Josia Andresa, University of Hong Kong, Hong Kong Dr. Miguel Cedillo Okampo, Mexico Supply Chain Research and Development Center, Mexico Dr. Mazene Ismael, Ecole Polytechnique Fedrale de Lausanne, Switzerland Dr. Josua Davis, Virginia Tech, USA Dr. Georges Dreher, Heidelberg University, Germany Dr. Charles Stencer, University Regensburg, Germany Dr. Didier Wittlinger, Durham University,UK Dr. Andreas Zelin, University of Tübingen, Germany Dr. Jim Carsey, University of Pennsylvania, USA Dr. Brahm Steven, Massachusetts Institute of Technology, USA Dr. Georges Stormann, University of Cambridge,UK Dr.Bright Meljon, Harvard University, USA Dr. James Zimmer, University of Oxford, UK Dr. Christine Beverly Cullough, California Institute of Technology, USA Dr. Sheryl Goldman, Stanford University,USA Dr. Patricia Anderson, Swiss Federal Institute Dr. Ronald Delino, Harvard University, USA Dr. Andrew Harris, University of Melbourne, 2
  3. 3. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Australia Dr. Kump Yves, Penn. State University, USA of Technology, SWISS Dr. Christophe Parant, France Naval Academy Research Institute, France Dr. Francois Emmanuel, Haute Ecole de Gestion de Genève, SWISS Dr. Suzanne Pleffer, Stanford School of Medicine,USA Dr. Aravinda Andrea, Johns Hopkins University, USA Dr. Didier Wittlinger, Durham University,UK Dr. Richard Spanjers, University of Freiburg, Germany CALL FOR PAPERS The Editor-in-Chief of the World Academic Journal of Business & Applied Sciences (WAJBAS) would like to invite you to consider submitting a manuscript for inclusion in this scholarly journal. The following describes the mission, coverage, and guidelines for submission to WAJBAS. Mission The World Academic Journal of Business & Applied Sciences (WAJBAS) provides perspectives on topics relevant to research in the field of business and Applied Sciences. Through its publication the journal contributes to the development of theory and practice. The journal accepts academically robust papers that contribute to the area of research in business, management, and sciences. Papers submitted to the journal are double-blind reviewed by members of the reviewer committee or other suitably qualified readers. The Editor reserves the right to reject papers that, in the view of the editorial board, are either of insufficient quality, or are not relevant enough to the subject area. The editor is happy to discuss contributions before submission. The journal publishes work in the categories described below. TOPICS OF INTEREST (INCLUDE BUT ARE NOT LIMITED TO: Health Science Biology Agricultural Science Molecular Biology Plant Sustainable Agriculture Marketing Engineering Management International Business Business and Management Economics and Finance Tourism Management Logistics & Supply Chain Management English Language and Literature Studies English Language Teaching French Languages Studies Higher Education Studies Psychological Studies Computer and Information Science Energy and Environment Research Environment and Pollution Chemistry Statistics and Probability Food Research Geography and Geology Materials Science Research Mathematics Research Sustainable Development Mechanical Engineering Research Modern Applied Science Network and Communication Technologies Social Sciences and Humanities International Law Research Politics and Law Sustainable Development. International Education Studies Applied Physics Research Earth Science Research Engineering Management Research 3
  4. 4. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Environment and Natural Resources Research Submission Prospective authors should note that only original and previously unpublished articles will be considered. Interested authors must consult the journal’s guidelines for manuscript submissions at: http://wajbas.webs.com/author-guidelines prior to submission. All article submissions will be forwarded to members of the Editorial Review Board of the journal for double-blind, peer review. Final decision regarding acceptance/revision/rejection will be based on the reviews received from the reviewers. All submissions must be forwarded electronically. All submissions and inquiries should be directed to the attention of Editor-in-Chief World Academic Journal of Business & Applied Sciences. E-mail: wajbas@gmail.com 4
  5. 5. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES MARCH-SEPTEMBER 2013 VOLUME 1, No 1~7 Table of Contents RESEARCH ARTICLE JOURNAL PAGE La théorie des jeux et de la décision en présence d’asymétrie d’information du crédit bancaire Stéphano zico EtoughéFam’Ella & Zhang Zaisheng Analyse Synoptique de l’impact et du Rôle de la Formation dans la Performance de Gestion d’une Entreprise en Eonomie ouverte Stéphano zico EtoughéFam’Ella Does Islamic Banking Have Any Future? A Comparative Study Ammar Ali Gull , Rehan Nasir, Muhammad Bilal, Asad Zaman,& Saqib Iqbal Analyzing the current incorporation of social, environmental and economic measures into business strategic performance measurement systems: the case of Enterprises operating in Shanghai Jing Zhou & Li Xu Supply Chain Efficiency Evaluation: A Contemporary Theoretical Model Janvier-James Assey Mbang Delphi, Entropy and TOPSIS Analysis of Political, Economic and Cultural Characteristics that Affect Textile and Apparel Industry Akyene Tetteh Volatility of Tourism Movement in the Hong kong Inbound Market Kaewta Muangasame & Nate-tra Dhevabanchachai The Significant Dimensions of Customer-Based Brand Equity Isaac Twum Asare 加蓬石油公司特许经营合同:博弈论文的分析 Stéphano zico EtoughéFam’Ella & Zhang Zaisheng Lean thinking literature review and suggestions for future research Haritz Gorostidi Martinez & Wang Xue Lu An Insight of Strategies for improving Public Perception on Life Insurance Policies in Kenya: A case study of Nakuru Municipality Journal of Economics & Finance (JEF) 6 Journal of Economics & Finance (JEF) 116 Students Satisfaction and Service Quality: Emphasis on Private Universities in Bosnia and Herzegovina Mersid Poturak Cost Overrun Causes Related to the Design Phase in the Egyptian Construction Industry International Journal of Marketing Research 123 Journal of Economics & Finance (JEF) 22 Journal of Economics & Finance (JEF) 38 International Journal of Business & Management 49 Journal of Logistics & Supply Chain Management Journal of Engineering Management Research (JEMR) Journal of Tourism Management (JTM) 59 68 78 International Journal of Marketing Research Journal of Economics & Finance (JEF) 89 International Journal of Business & Management (IJBM) 108 98 Cheruto Roselyne 5 Journal of Engineering Management Research 137
  6. 6. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Dr. Hisham A. Bassioni, Dr. Alaa Sarhan, Ahmad S.Zaki (Corresponding author) The surrogate motherhood: law, morals, and policy Alexey Anisimov International Inter-institutional Partnerships in Higher Tourism Education: The Case of Moi University, Kenya Beatrice H. Ohutso Imbaya Research regarding calculation of the tensile forces of polyurethane film and protective paper, in the process of polyurethane – pad – protective paper Gheorghe Vasile & Alexis Negrea Studies and mechanical tries regarding the cutting process by punching of the package polyurethane-pad-protective paper, components of a medical device (dressing) Gheorghe Vasile & Alexis Negrea Environmental Toxic Torts: The Need for Regulatory Change Cliff Fisher Internal Marketing: A Spreading Tool within Organizations Haritz Gorostidi Martinez & Wang Xue Lu Stock Market Reforms and Its Impact on FPI in Pakistan Dr.Rashid Saeed,Muhammad Arshad, Rab Nawaz Lodhi & Zeeshan Fareed Impact of Liquidity on Capital Structure of Textile Sector of Pakistan Yaser Pervaiz (Corresponding Author), Asad Zaman, Sadia Abdul Salam, Muhammad Bilal Challenges in the Adoption and Utilization of Information and Communication Technology in Public Secondary Schools in Molo Sub-County, Kenya Bernard Komu Waweru (Corresponding author) & Cyrus Muigai Kihara Impact of Physical Evidence on Perception of Service Quality in the Banking Industry: A case of Transnational Bank,Nakuru Esther Nyambugi Thuku An Assessment of the role of financial literacy on Performance of Small and Micro Enterprises: Case of Equity Group Foundation Training Program on SMES in Njoro district, Kenya Jacqueline Siekei (Corresponding author), Juma Wagoki & Aquilars Kalio Factors Affecting Effective Management of the procurement Function at Nakuru North Sub-County Arbe Bashuna Effects of Weak Legislation on the Performance of Nonlife Insurance Companies in Kenya Joseph Nyongesa Amambia (Corresponding author) & Joseph Githinji Kanai Impact of Professional Bodies in Training and Development in Nation Media Group Mercy Gakii Ben (Corresponding author), Grace Neema Kariba, 6 (JEMR) Journal of Politics & Law (JPL) Journal of Tourism Management (JTM) 147 153 Journal of Mechanical Engineering Research (JMER) 161 Journal of Mechanical Engineering Research (JMER) 166 Journal of Environment & Pollution (JEP) International Journal of Marketing Research (IJMR) Journal of Economics & Finance (JEF) 178 Journal of Economics & Finance (JEF) 223 Journal of Network & Communication Technologies(JNCT) 234 Journal of Economics & Finance (JEF) 241 Journal of Economics & Finance (JEF) 240 International Journal of Business & Management (IJBM) Journal of Economics & Finance (JEF) 250 International Journal of Business & Management (IJBM) 297 205 217 292
  7. 7. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Titus Muhoro Njuguna The impact of solar radiation on the human body Saridi Maria (Corresponding author) Papakonstantinou Elpida & Rekleiti Maria Journal of Health Science (JHS) 303 COPYRIGHT The World Academic Journal of Business & Applied Sciences (WAJBAS). Copyright © 2013 WAJBAS. All right, including translation into other languages reserved by the publisher. No part of this journal may be reproduced or used in any form or by any means without written permission from the publisher, except for noncommercial, educational use including classroom teaching purposes. Product or company names used in this journal are for identification purposes only. Inclusion of the names of the products or companies does not indicate a claim of ownership by World Academic Journal of Business & Applied Sciences of the trademark or registered trademark. The views expressed in this journal are those of the authors but not necessarily of World Academic Journal of Business & Applied Sciences. INDEXING We know that the quality of the academic journals is largely dependent on the indexing of a journal in various renowned databases of the world. Considering this fact, our journal is indexed in the following databases: ACADEMIA, GOOGLE SCHOLAR, RESEARCH BIBLE, EBSCO, PROQUEST, DOAJ, ULRICH'S, AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, WATERLOO PUBLIC LIBRARY, UK KENTUCKY LIBRARY, National Library of Singapore, Fudan University School of Management, California Lutheran, Imperial College of London, University of Cambridge University of South Africa, University of Oxford , University of Manchester, Massachusetts Institute of Technology, Freie Universität Berlin, Universität Tubingen, Ruhr-Universität Bochum. 7
  8. 8. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Journal of Economics & Finance (JEF) MARCH 2013 VOL.1, No.1 La théorie des jeux et de la décision en présence d’asymétrie d’information du crédit bancaire Stéphano zico EtoughéFam’Ella (Corresponding author) Tianjin University Liu Yuan D qu,District Foreign Students Flats 92 Weijin Road, Nankai District, Tianjin 300072 China Tianjin University, School of Management Zhang Zaisheng Tianjin University Liu Yuan D qu, District Foreign Students Flats 92 Weijin Road, Nankai District, Tianjin 300072 China Tianjin University, School of Management Accepted 1st March , 2013 Résumé Les relations au sein de l’entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L’ouverture internationale multiplie en effet le nombre d’incitations entre les différents agents qui constituent la base relationnelle de l’entreprise. Cette dernière peut donc s’appréhender comme un nœud vers lequel les liaisons convergent et ou chaque relation (Entreprise/Actionnaires ; Entreprise/Clients ; Entreprise/Salariés ; Entreprise/Fournisseurs ; Entreprise/Banques…) Cet article s’inscrit dans le contexte actuel ou les PME ne pouvant s’autofinancer et n’ayant pas accès au marché financier, restent fortement dépendantes des banques. Nous montrons dans le cadre d’une revue de la littérature, l’importance du financement de la PME par les banques sur les marchés du crédit. En effet, elles rencontrent des difficultés du fait de leur petite taille. Ce qui conduit à l’asymétrie d’information et le problème d’anti-sélection et d’incitation contraire qui amènent les banques a une mauvaise appréciation du risque PME. Pour améliorer sa structure d’information sur la PME, la banque peut utiliser la méthode prêt-observation dans l’optique d’observer les signaux dégager sur son niveau d’effort. C’est le principe Bayésien qui permettra d’améliorer sa structure d’information sur la PME et de fait, s’engager à offrir des contrats aux meilleurs conditions et de limiter les situations d’asymétries d’informations ex post et le rationnement du crédit qui en découle. Mots clés : asymétrie d’information, sélection adverse, PME, décision, marché, prêt bancaire, contrat 1. Introduction. La théorie de la décision et des jeux dépasse très largement le cadre étroit des sociétés, même si ces derniers ont constitué son premier objet d’étude et lui ont donné son nom. La théorie de l'équilibre général est une branche de la macroéconomie (dont le terme est introduit en 1933 par l’économiste norvégien Ragnar Frisch 1) est l'approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existant entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation, les contrats, le financement etc. En tant que telle, elle constitue l'outil essentiel d'analyse des politiques économiques des États ou des organisations. Elle cherche à expliquer comment se fixe le niveau de production et de consommation des biens et les prix dans une économie. Les modèles d'équilibre général sont donc utilisés pour 1 Ragnar Frisch, « Editor's Note », dans Econometrica, vol. 1, no 1, janvier 1933, p. 1-4. 8
  9. 9. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION mesurer l'impact des décisions politiques, comme l'augmentation d'un taux de prélèvement. Le premier résultat d’Arrow et Debreu synthétise le principal argument pour une dérégulation d'une économie, qui aboutirait à un équilibre Pareto-efficace. En revanche, la dépendance directe de cet équilibre à l'allocation initiale des ressources rentre dans la défense d'une politique de redistribution. De même les banques centrales utilisent des modèles stochastiques dynamiques d'équilibre général pour déterminer leur politique de taux. Par ailleurs, plusieurs auteurs ont bien établit que le principe d’asymétrie d’information est la source du phénomène d’anti-sélection et d’incitations contraires ou risque moral 2. Elle peut aboutir à ce qu’une banque offre du crédit sur la base d’un même taux d’intérêt aux entreprises qui présentent des niveaux de risques différents. Elle est particulièrement à la base du phénomène d’anti-sélection et d’anticipations contraires qui conduisent très souvent la banque à ne point discerner avec plus d’objectivité les PME 3. Dans le cas du contexte mondiale actuel, il est évident que les PME, quand elles ne peuvent s’autofinancer, restent fortement dépendantes des banques car elles ont peu d’autres opportunités de financement. Du fait de leur chiffre d’affaire qui est trop petit, 80% de celles-ci n’ont vraiment pas accès au marché financier. La relation banque-entreprise est soumise à plusieurs sources de discordance posant le problème d’asymétrie d’information. Du fait de sa petite taille,la PME à une structure d’information pas toujours lisible a contrario de la grande entreprise (Ang, 1991). Cela conduit les banques à développer des comportements de rationnement du crédit face aux PME (Psyllaki, 1995). Les PME constituent de fait un fonds de commerce des banques. Les banques ne restent donc pas passives face aux asymétries d’information qu’elles subissent. L’asymétrie d’information peut donc être à la fois préjudiciable pour les entreprises que pour les banques. Cette thèse sur la théorie des contrats amène à s’interroger sur la façon d’enrichir le débats relatif aux contrats offerts de sorte à séparer les « bons » des « mauvais » contrats en observant ce qui se pratique sur le marché de l’assurance. LOBEZ (1997) nous apprend que l’offre appropriée permet de séparer les diverses entreprises sur la base du choix qu’elles font d’un contrat particulier dans un ensemble structure. STGLITZ et WEI (1981, 1983 et 1992) insistent sur le rôle du taux d’intérêt, les garanties, les collatéraux. STIGLITZ et ROTSCHILD (1976), BESTER (1985) s’y alignent à la même analyse. BOOT, THAKOR et RUDELL (1991) vont nous instruire qu’en présence de deux situations présentes au même moment, les banques ne se risquent d’offrir des contrats qui ne sont pas ensembles. Alors qu’avec seulement de l’aléa moral, elles réussissent à ne demander des garanties qu’aux emprunteurs a hauts risque. L’introduction d’information privée les conduit à demander des garanties à tous les emprunteurs sans distinction entre les risques élevés et les risques moins élevés. Au regard de cette observation 4, il convient de noter que la banque est dans l’impossibilité de trouver un contrat lui permettant en une seule fois, de séparer le risque. Pour nous, il serait possible de séparer alors les deux effets car la banque octroie deux types de prêts consécutifs et a court-terme dans l’optique du test de la PME. Dans le premier cas, la banque va observer les effets types de l’effort fourni et dans le second cas, c’est l’inverse. Ainsi, nous pourrons inévitablement séparer le problème d’anti-sélection du risque PME de celui de l’incitation à l’effort ponctuel. L’asymétrie d’information définit les relations ou un agent détient de l’information qu’un autre agent n’a pas. Cette situation est souvent décrite par l’intermédiaire des relations d’agence ou le principal mandant demande a un agent-mandataire d’effectuer une action en son nom. Dès lors l’agent détenant plus d’information peut être tenté d’agir dans son propre intérêt et non dans celui du principal. L’entreprise se définit comme une entité socio-économique réunissant, dans un espace géographique unique, pour une activité déterminée, et dans le cadre de l’économie marchande, un ensemble 2 Voir BESTER H (SEPT 1985), BHATTACHARYA S (Juil 1992), BHATTACHARYA S. et THAKOR A.V. (1994), STIGLITZ J.E et WEISS A (Juin 1981). 3 Ils sont d’autant plus importants qu’il s’agit du financement des PME. En effet, l’acceptation commune tend à faire les PME pour plus risquées que les grandes entreprises, ce qui n’est pourtant pas évident 4 Du hasard moral conjuguéa l’information privée 9
  10. 10. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION d’hommes et de moyens. L’entreprise se présente donc comme une somme de relations imbriquées caractérisées par des asymétries d’informations. A cet effet, il serait loisible que la banque approfondisse le cadre de réflexion de la résolution des problèmes du marché financier désire par un grand nombre de PME. Pour cela, nous nous demandons si le modèle propose peut-il fournir des éléments à la pratique de l’intermédiation financière des banques qui tend à se développer. Cet article est consacré à l’étude des comportements d’asymétrie d’information dans le cadre des contrats banques-PME, comportement de rationnement du crédit d’une part, usage des mécanismes permettant de limiter l’effet rationnement du crédit d’autre part. Nous présentons cette analyse en trois parties. La revue de la littérature qui sous-tend l’objet de la recherche. En second lieu nous évoquerons l’impact qu’a le prêt-observation dans un modèle sur les contrats bancaires aux PME avant d’en évoquer les prolongements de notre discussion qui étend le modèle de base. 2. L’objet de la recherche asymétrie d’information des contrats entre banques-PME La théorie du rationnement du crédit par le marché financier a fait l’objet de nombreuses évolutions depuis Stiglitz et Weiss (1981). Leurs travaux ont porté sur les situations d’équilibre non walrasien dit mélangeant dans la mesure où aucun moyen n’existe pour distinguer dans le cadre de cette approche,les bons des mauvais emprunteurs. Dans ce modèle,les banquiers ne cherchent évidemment pas à réduire l’asymétrie d’information. Ils demeurent passifs devant l’imperfection qui les contraint à ne point financer certains agents économiques que sont les PME en particuliers. Les prolongements de l’analyse qui vont s’en suivre ont cherché à lever cette hypothèse. En effet,les banques ne sont pas passives devant l’existence d’asymétries d’informations. Elles le sont encore plus dans la mesure où elles mettent en place des mécanismes qui permettent de régler les problèmes d’asymétries d’informations et leurs impacts sur le marché financier. La théorie des PME au rationnement du crédit dans le cadre des contrats mélangeant Pour revenir au rationnement de crédit, le red-lining terme utilisé par la littérature anglo-saxonne correspond beaucoup plus à la réalité observe. Le red-lining consiste à écarter un groupe d'emprunteurs du crédit, quel que soit le taux en vigueur car supposé très risqué (petites tailles) par la banque. Dans ce cas, le rationnement ne s'explique pas en termes d'adéquation de l'offre et de la demande par les quantités. C'est tout simplement un refus de prêter à une catégorie d'emprunteur en l'occurrence ici les pauvres, même si les banques disposent de suffisamment de ressources. Le red-lining correspond exactement à ce qui se passe dans les PME. En s’appuyant sur le rationnement du crédit d’équilibre : à savoir le modèle de Stiglitz et Weiss (1981), qui repose sur l’existence d’asymétries d’information ex ante et le modèle de Williamson (1986, 1987), qui lui, repose sur l’existence d’asymétries d’information ex post. 2.1 Asymétries d’information ex ante Rationnement du crédit aux PME L'approche de l'école de la répression financière est fondée sur l’hypothèse implicite d'un marché parfait. Et pourtant, avec Stiglitz et Weiss (1981, le rationnement du crédit peut coexister dans un marché du crédit compétitif (Cf. Venet B.1994, p94). L'explication du rationnement du crédit réside dans l'introduction de l’hypothèse de l’asymétrie de l'information dans la théorie de l'équilibre [Arrow G.A, 1970]. Bien avant d'illustrer cette hypothèse, il convient de définir le rationnement du crédit qui désigne le fait que parmi des demandeurs de crédit supposés identiques, certains obtiennent le crédit et d'autres ne l'obtiennent pas, bien que ces derniers soient prêts à payer des taux d'intérêt plus élevés. Le rationnement du crédit fait aussi référence à une situation où certaine catégorie d'individus soient incapables d'accéder au marché du crédit compte tenu du taux d'équilibre du marché. Comme nous l'avons déjà souligné, l'explication pertinente de la persistance du rationnement du crédit réside dans l’asymétrie informationnelle. Une hausse des taux d’intérêts ou des garanties requises peut en effet provoquer l’apparition d’un phénomène d’anti-sélection 5 et/ou d’alea de moralité 6 qui finalement 5 L’existence d’asymétries d’information impose la fixation du taux d’intérêt sur la base de la qualité moyenne du portefeuille d’emprunteurs. Ce faisant , les entreprises qui présentement une qualité 10
  11. 11. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION limite l’espérance de profit des banques. Dans ce contexte,les banques sont amenées à préférer la limitation du volume de crédits octroyés plutôt que d’augmenter les taux ou les garanties requises. Au demeurant, quand les banques font face à deux situations à la fois。 choses deviennent plus Les compliquées. En effet, comment une banque va-t-elle pouvoir trier dans plusieurs PME sans en avoir au préalable leur rendement. Il faudrait qu’elle arrive alors à déceler si de mauvais rendements sont dues à la qualité trop risqué de la PME ou bien simplement à un manqué d’effort. Pour cela, Stiglitz et Weiss (1981)après avoir démontré l’existence possible d’un rationnement du crédit dans leurs travaux, quand tous les emprunteurs sont identiques,lèvent cette hypothèse. Ils supposent dans leur modèle l’existence de groupes d’emprunteurs observables par le prêteur. Sur qui permet la chaque segment de clientèle , la banque détermine un taux d’intérêt optimal maximisation de son profit une fois pris en compte les risqué d’anti-sélection et d’alea de moralité. La fonction de profit de la banque pour la catégorie d’entreprise est represente en fonction du taux d’intérêt sur la figure 1. Nous representons ici,trios PME. Nous les ordonnons en fonction de l’espérance de profit anticipé par le prêteur pour chacune d’elles: si alors max Pour Stiglitz et Weiss (1981) ,si ,c’est dire que les emprunteurs de la catégorie ne reçoivent des crédits que si les emprunteurs de la catégorie ont ete totalement servis. Au ,on constate que les demeurant,si le taux de refinancement des banques s’établit au point ,reçoivent les crédits qu’ils demandent emprunteurs de type 3,qui sont prêts à s’endetter au taux ( ( ) ). Les emprunteurs de la catégorie 2 peuvent s’endetter au taux seulement seront servis après les clients de la catégorie 3 ( ) ( ) mais ). Enfin, aucun individu du groupe 1 ne reçoit de crédit,quel que soit le taux d’intérêt que ces PME acceptant ) ).Par conséquent,ces PME de la catégorie 1 sont exclues du marché de payer financier. D’où le redlined. Figure 1 : Le redlining sur le marché du crédit Source : STIGLIZ, WEISS, 1981, P.406. S'agissant du comportement des banques face à cette situation d’asymétrie d'information qui a été décrit par Stiglitz et Weiss (1981) le problème d’asymétrie d'information sur le marché du crédit est , à l'origine des phénomènes de sélection adverse et d'incitations adverses. Lorsque le taux d'intérêt supérieure à la moyenne peuvent refuser de payer une prime de risqué jugé injustifié. Elles quittent le marché si bien que la qualité du portefeuille de créances se détériore. 6 Une augmentation des taux incite les dirigeants désirant maximiser le profit à choisir un projet qui présente une plus forte rentabilité mais également une plus forte probabilité de défaut pour le prêteur. 11
  12. 12. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION augmente, les projets les moins risqués, c'est-à-dire ceux ayant le plus de chance d'aboutir et de supporter des charges accrues d'intérêt, voient leur rentabilité espérée diminuer fortement. Les investisseurs les moins risqués se retirent donc au plus vite du marché et il y a entrée des investisseurs plus risqués insensibles aux variations des taux (sélection adverse), tandis que les investisseurs qui ne quittent pas le marché sont plus incités à choisir des projets risqués (incitation adverse). Alors, l'accroissement des taux va entraîner ainsi un accroissement de la proportion des projets risqués dans le portefeuille de prêts bancaires et une baisse de l'espérance de rentabilité des banques. Cela accroît la fragilité bancaire et donc les risques de faillite. Il existe donc un seuil maximum de taux d'intérêt qui correspond à une meilleure diversification du portefeuille de prêts des banques et à une rentabilité espérée maximale. Du coup, au-delà de ce seuil, il y a une baisse de l'espérance de rentabilité du fait de la détérioration de la qualité des emprunteurs. En effet, le système d’information des PME souffre d‘une importante déficience(Ang, 1991 : Ennew et Binks, 1995).Tout d’abord il existerait une réticence des dirigeants de la PME à transmettre des données comptables et financiers 7. De plus,du fait de l’envergure du marché des titres pour les PME,il y aurait peu d’incitations pour une agence à collecter et à diffuser des informations sur cette catégorie de firmes. 2.2 Asymétrie d’information et rationnement du crédit aux PME Le second effet est l'aléa moral, il se manifeste après l'octroi du prêt, le principal est confronté à cet aléa (hasard) si l'agent modifie les termes du contrat signé exante en menant expost des actions qui ne vont pas dans l'intérêt du principal. Il peut s'agit pour l'emprunteur de s'engager par exemple dans des activités risquées qui réduisent la probabilité du remboursement du prêt. Toutefois, l'aléa moral ne saurait être associé à l’asymétrie d'information dans la mesure où, le prêteur peut bien être informé sur les agissements de l'emprunteur, mais n’ayant pas les moyens ou s'il est coûteux d'empêcher l'emprunteur de nuire à ses intérêts l'agent aura un comportement d'aléa moral qui lui-même dépendra des procédures de faillite. Les banques ne sont pas soumises au problème de free rider parce qu’une seule banque peut participer toute seule à l'octroi d'un crédit à un client. Elle peut alors profiter pleinement des retombées de l'activité d'information et de monitoring. Le problème de free-rider: la collecte d'information sur la qualité des projets ou la surveillance des emprunteurs sont un bien public; tout le monde en profite des effets positifs (réduire le risque de sélection adverse et d'aléa moral), il y a un problème de free-rider si certains agents ne subissent pas les coûts de collecte d'information et de monitoring et ils profitent de cet investissement. Pour Williamson (1986, 1987), puisque les dirigeants des PME se faufilent pour cacher les résultants de ses activités financiers dans l’optique de minimiser ses remboursements, à partir de cet instant, les banques peuvent être amenées à Controller la PME financée. Le monitoring intervient ici une fois le défaut de remboursement révèle de manière à s’assurer de la conformité des résultants déclarés et afin de récupérer, le montant requis ou engage une procédure de mise en liquidation. Ce modèle confirme les résultants de Stiglitz et Weiss dans le contexte de l’existence d’asymétries d’information ex post. La limite de cette approche est que cette thèse ne permet pas de spécifier la nature des PME affectées par ce rationnement. YAN.Y. (1996), présente la question dans les sens d’un relâchement d’hypothèse du contrôle non aléatoire de la PME en cas de défaut on peut se prononcer sur la situation des PME sur le marché du crédit financier. 3. Le modèle prêt-observation dans le cadre du rationnement du crédit L‘étude du comportement des firmes en situation d’asymétrie d’information permet de confirmer la surexposition des PME au rationnement du crédit. C’est en cela que nous introduisons le problème dans le modèle suivant: Dans le processus de négociation, nous savons qu’au début, les banques sont réticentes a priori sur les PME. C‘est DIAMOND (1991) qui précise que les banques fondent leurs a priori sur les informations passées détenues des PME. A cet effet, compte tenu du fait que la PME n’a pas le choix 7 Au Gabon,95% des PME ne satisfont pas l’obligation légale de dépôt des comptes (Le Guirriec,1996) 12
  13. 13. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION pour son financement car ne pouvant s’autofinancer et que le marché n’exige que de se financer auprès des organismes de crédits, sa source de financement ne peut dans un contexte d’asymétrie d’information, être renseignée sur son potentiel. A cet effet,considérons que la PME a une période a besoin de contracter une somme pour financer un projet à rendement fixe en donnée réussite et 0 en échec. Puisque cette somme est fixe, on constate qu’elle ne peut nullement apporter l’information dont a besoin la banque pour lui permettre de mesurer le risque lié au crédit et les défaillances de la PME 8. ,insiste la PME à fournir un effort prive soit haut soit Chaque période . Celon RAJAN (1992), ce dernier peut correspondre à un effort inobservable du bas proprietaire de la PME quand pour une grande entreprise, il correspond à un effort occasionnel observable. Plus loin, BOOT. THAKOR. UDELL (1995), l‘effort ne joue que sur la probabilité de une rente succès du projet , cependant l’effort bas ajoute aux rendements observables privéeinobservable . Pour HOLMSTROM-TIROLE (1993), les PME sont dirigées par des entrepreneurs qui, en l’absence d’incitation et/ou de contrôle, peuvent délibérément réduire la possibilité de réussite afin de bénéficier d’une rente. Dans ce cadre, la PME reste évidemment confronte à l’arbitrage en choisissant l’effort haut , elle devrait dans ce sens, avoir plus de chance de succès mais sa rente privée sur le projet est nulle . De ce fait, en choisissant l’effort bas , la PME a moins de chance de succes mais sa rente privee sur le projet est strictement positive Dans ce cas, la banque propose à la PME deux prêts-observations à court-terme, chaque prêt tient sur une période de sorte à observer si la PME peut désormais recevoir des prêts à long-terme. Lors de la première période, , la banque propose un crédit a court-terme et ouvre un compte courant a la PME de sorte qu’elle y verse régulièrement l’argent minimum nécessaire au remboursement de ce prêt. , la PME ici a deja remboursee l’integralite de son precedent pret. Pour la deuxième période De ce fait, la banque ouvre dans ses comptes, une ligne de crédit à faible risque pour la banque. C’est généralement le profit du premier prêt généré qui est mis à disposition. Ainsi, la PME peut dans les limites d’un maximum convenu, afin d’éviter les décalages temporaires, sortes de « crédits blancs », débiter son compte pour des besoins de financement. Ce prêt n’est point lie au financement d’une quelconque transaction particulière 9 et est dépourvue de garanties intrinsèques. Afin de limiter le risque de non-remboursement, la banque peut annoncer qu’elle ne prêtera pour la deuxième période que les PME qui auront intégralement remboursé à la fin de la période indiquée, l’intégralité de leur crédit mais ne précisera pas les critères lui permettant de classer les PME car son but ici est de contrôler, suivre et observer les retards et incidents de paiement durant chaque période 10. Figure 2 : Le contrôle de la banque à l’intérieur de la PME La qualité du projet Le contrôle exercé par la banque à l’intérieur de la PME est une probabilité ex ante que la banque ne sera pas hors limites prescrites. 3.1. La formulation de la structure de l’information bancaire 8 Pour des modèles ou le niveau d’investissement M est utilisé comme un signal de la probabilité de remboursement,voir BESTER (84b) et MILDE et RILEY (1984) 9 Ce prêt ne porte pas en lui-même son dénouement 10 Et pas seulement à la fin de chaque période 13
  14. 14. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Au départ,nous nous appuyons sur le modèle bayésien, nous tenons compte alors pour modéliser,les idées a priori qu’a la banque par rapport à l’effort type inobservables fourni par les PME. Considérons la présence des variables aléatoires avec une loi de probabilité à priori. Cette situation conduit à ne pouvoir préciser avec certitude,la valeur que devraient avoir les inobservables. Définissons pour cela la probabilité que cette valeur soit dans certaines régions. Au regard des variables inobservables, , soulignons qu’un élément de est une vecteur , ou represente les types haut ou bas et les , les paramètres de l’effort. L’asymétrie d’information ici est due au fait que lorsque la PME se présente à la banque, celle-ci ne sait rien d’elle. Ce qui pose le problème d’anti-sélection qui désigne un effet pervers du fonctionnement du marché financier résultant de problèmes informationnels qui surviennent lorsqu’il y a inobservabilité d’une caractérisque inaltérable. Cette situation peut traduire les relations qui s’exercent entre la banque-PME. Ainsi si la banque observe imparfaitement les caractéristiques de la est inconnu. Ainsi, la loi de PME,elle aura tout intérêt à sous-estimercelle-ci. Ce pourquoi est représentée par une fonction probabilité a priori Lorsqu’on fait face à une asymétrie d’information sur un marché, qu’il s’agisse d’information portant sur la PME et/ou sn chiffre d’affaires, les agents bancaires vont s’engager dans des activités propres à modifier l’asymétrie initiale. Ainsi, à l’occasion des prets-obsavations, la banque va observer chacune des deux périodes pour avoir l’effectivité d’une variable indiquant si le remboursement a été intégral ou pas. Pour cela, la Banque mettra en place, une variable pour indiquer les incidents de retard de paiement comme signaux sur la qualité de l’effort de la PME. Cette variable est : où la variable représente le remboursement effectif du prêt de la première période Cette variable peut prendre les deux valeurs que sont : :.Ceci, au cas où la PME rembourse globalement son prêt à la première période et pour le cas opposé. , C’est l’ensemble des incidents de paiement que peut causer la PME en cette période. Elle a pour valeur : lorsque la PME a de retard de paiementà dans le cas opposé. On observe lorsque la PME a remboursé son premier crédit. car, on estime que la PME Pour la variable , on attribue aussi deux valeurs à savoir a remboursé globalement son prêt à la deuxième période et dans le cas contraire 11 Stigler (1961) est connu pour avoir développé le premier la théorie économique de la réglementation, également connu sous le terme de théorie de la capture ou économie positive de la réglementation. Cette théorie décrit comment des groupes d'intérêts et des acteurs politiques, vont utiliser les moyens de réglementation et le pouvoir coercitif pour orienter les lois et les règles dans des directions qui les favorisent. Le problème est donc le suivant : l'autorité réglementaire étant soumise à l'influence des groupes de pression, elle n'est plus garante de l'intérêt général. Pour Stigler, la réglementation doit s'analyser comme la production d'un service de redistribution politique, offert par les décideurs ici les banques, et demandé par les entrepreneurs, les PME. Les acteurs étant rationnels, les offreurs maximisent leur chance de réélection, ou essaient d'obtenir par la suite des postes dans les industries qu'ils ont sous leur tutelle. Quant aux demandeurs de service, ils recherchent les privilèges de monopole que la réglementation engendre nécessairement, notamment vis-à-vis de leurs concurrents étrangers. La théorie de Stigler n’examine qu’une seule facette du mâché. Pour cela, si l’on doit comprendre l’équilibre dans un marché, il nous conviendrait de regarder aussi du côté du comportement des producteurs. Dans cet aspect, Fisher (1970) et Winter (1971) proposèrent des modèles qui conduisirent à un modèle d’équilibre concurrentiel 12, alors que Diamond (1971) et Rothschild (1970) conduisirent des modèles au contrat monopolistique ou à un contrat compris entre le taux concurrentiel et le taux 11 La banque observe à la première période, elle ne prête pas à la deuxième période. Pour cela, en c’est comprendre observant 12 Voir Rothschild (1973) pour une exposition précise des caractéristiques essentielles de ces modèles. 14
  15. 15. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION monopolistique. Dans ce cas, les banques savent que les PME ont du mal à obtenir l’information et exploite la force de marché que cela leur confère. En général,la solution retenue se met en place au niveau interne c’est-à-dire au sein de la relation. Aussi souvent, lorsque la PME a globalement remboursé son prêt à , à ce moment-là, la banque va désormais prendre en compte les différents mouvements débiteurs et créditeurs et l’attitude de la PME vis-à-vis de la banque. Apres cette observation, a priori, la banque pourrait désormais déduire la probabilité de vecteur d’observabilité. . . La première période du prêt Dans le cadre du prêt-observation de la période 1, nous cherchons à comprendre comment l’information du côté de la banque est analysée pour la PME en tenant compte de certaines hypothèses sur les a priori. tout comme elle peut fournir A priori, pour la banque, une PME peut être de type l’effort De cette approche, la distribution de probabilité a priori respecte les égalités suivantes : De ces probabilités, nous avons : En regardant du côté de l’effort que doit nécessairement fournir la PME pour avoir plus de chance à ne pas rembourser globalement le crédit. Nous considérons que la PME réussit , le aura une probabilite bien plus grande àprésenter des retards de paiements que . Il est a noté ici que la fonction vraisemblance respecte les inégalités qui suivent : On constate que pour un même niveau d’effort, un incidents qu’un aura plus de chance de commettre des Au regard des hypothèses émises, on constate que la banque a des difficultés de comparaison au regard de : Puisque la banque ne peut évaluer le risque en raison du manque d'informations fiables, et de demandes trop risquées. Afin que la banque soit en mesure de répondre aux demandes de financement des PME, l'asymétrie d'information doit être réduite. On peut espérer une amélioration de la situation grâce aux réformes. S'informer sur ses partenaires commerciaux avant de traiter avec eux est un impératif de bonne gestion. Pour que la banque obtienne facilement des informations sur la PME et sur le comportement de l'entrepreneur et pour qu'un rapport de confiance s'installe, l'accent doit être mis sur la relation de clientèle. Par cette relation, la banque doit mettre en place une base de données comportant toutes les informations concernant la PME. Cette mesure lui permettra d'avoir un suivi des clients et de prendre des mesures face aux concurrents. Pour cela, si les hypothèses sont respectées, la banque augmente sa probabilité de sélectionner une PME de bonne qualité en la choisissant dans le lot des PME qui n’ont pas eu d’incident ou retard de paiement dans les mensualités de leur prêt ), non plus dans l’échéance de leur prêt. Figure 3: Différence d’utilité de la PME ex ante 15
  16. 16. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION La qualité du projet Très souvent, en situation ex ante l'utilité espérée du propriétaire lorsque son activité est financée entièrement par emprunt bancaire à court terme est soustraite de la position a priori ex ante prévue utilité de la Banque en cédant de fonds entièrement par emprunt sans lien de dépendance La deuxième période du prêt Nous nous intéressons au prêt-observation de la période 2 pour voir comment la banque peut affiner son information relative à la capacité de la PME de remboursement a priori. Au départ, il existe une vraisemblance qui conduit a sur définit pour chaque , la probabilite que le signal soit émis. Dans ce cadre, la banque vecteur attribue à chaque signal la vraisemblance suivante : Quel que soit la PME, à la deuxième période, il y a de forte chance qu’elle faille à ses engagements, Inversement, au regard des efforts consentis, elle peut tout de même tenir ses engagements. C’est que pour un effort soutenu, la PME peut réussir tout comme pour un effort bas, la PME est vouée à l’échec. Cela se traduit formellement par : Pour être informé de la loi jointe, la banque n’a point besoin de , il suffirait à la banque donc de connaitre connaitre Précisons que le taux de marge général mesure l'évolution de la performance de l'activité commerciale de La PME ; la rentabilité financière mesure l'aptitude de la PME à rentabiliser les fonds apportés par les banques et enfin la rentabilité économique quant à elle, mesure l'aptitude de l'entreprise à rentabiliser les fonds apportés par les associés et les prêteurs. Le rôle du taux d’intérêt dans les prêts-observations Construire une relation équilibrée consiste d'une part à ne pas trop dépendre de son banquier et d'autre part à ne pas lui faire courir des risques qu'il ignore mais pressent. Pour instaurer un climat de confiance durable, le dirigeant doit donc avoir au moins deux interlocuteurs bancaires qu'il peut mettre en concurrence, dans certains cas, ou qui peuvent intervenir ensemble dans d'autres. Par ailleurs, pour rassurer, le meilleur outil du dirigeant reste de montrer, qu'il maîtrise la situation, qu'il anticipe les besoins et prévoit des solutions crédibles. Il ne faut jamais être surpris ou surprendre. Il y a des caractéristiques et des contraintes que les PME doivent respecter si elles veulent participer au processus de prêts-observation. Il s’agit du taux d’intérêt. Le taux d’intérêt de la période 1 doit être conforme à certaines contraintes incitatives de la PME dans son processus d’entrer dans le marché financier bancaire. Pour cela, il faudrait que le gain espéré d’un type haut qui fait des efforts a la période 1 soit positif. D’où : 16
  17. 17. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION 0 Soulignons que lors de la période 1, les mêmes taux d’intérêts ( sont proposés aux PME par la banque. Ainsi, les PME dynamiques accepteront d’emprunter à la période 1 si le taux d’intérêt est à la quantité suivante : / Pour la période 2, la banque va proposer un taux d’intérêt aux PME qu’elle considère de type haut et qu’elle considère de type bas. De ce fait, les PME dynamique accepteront les prêts si les taux d’intérêts sont à : En considérant que la banque à la période 2, propose des contrats bancaires dont les taux fixe : respectifs sont conformes aux contraintes qui font que pour tout De cette présentation, il ressort que les gains espérés seront tels que à chaque niveau d’effort fixe fourni par la PME, le gain utilisé pour obtenir cette effort haut sera d’un type bas tel que le prêt procure le même gain espéré chez la PME de type b avec ou sans effort à la période 2. Figure 4: Effort exerce par le propriétaire La qualité du projet La ligne continue représente l'effort exercé par la PME lorsqu’elle est financée entièrement par emprunt sans lien de dépendance tandis que la ligne pointillée représente l'effort exercé par de la banque lorsque la PME est financée entièrement par des emprunts bancaires à court terme. 4. Prolongement du modèle. 4.1. La manifestation d’une situation de sélection adverse:les relations PME-Banque. Certains crédits de trésorerie ont une dénomination précise évoquant un objet spécifique ou tout au moins l'origine principale des besoins. Assortis de conditions d'utilisations particulières, les crédits de trésorerie spécialisés, participent au financement des stocks dont le poids est lourd pour la plupart des PME. Compte tenu de leur spécificité, les crédits de campagne ont des caractéristiques 17
  18. 18. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION particulières. La solution du laisser-faire s’avère désastreuse puisqu’elle conduit à l’élimination des contrats sur le marché financier. On peut en effet s’intéresser à trois solutions: Côté banque,la banque peut proposer un système de garantis aux PME afin de véhiculer une image de sérieux et de crédibilité, par exemple par des engagements type contrat-observable. Ou bien l’instauration de label de crédibilité, la mise en avant de diplômes professionnels Côté PME, la PME doit tenter de s’informer au maximum à partir des données observables sur la banque et les conditions de financement. Figure 5: La fraction optimale accordée par la banque à la PME La qualité du projet La fraction d'endettement optimal bancaire à court terme est calculée en supposant que la rentabilité financière de la PME est prioritaire. C’est le moyen coercitif pris par la BGFI au Gabon à l’encontre d’une PME dans l’achat des pipelines au Cameroun. Elle instaure une règlementation qui rend obligatoire la révélation de tout ou partie de l’information par la PME ou qui va instituer des procédures de recours efficaces contre les PME de mauvaise qualité. En outre, entre les partenaires par l’instauration d’un système reposant sur la confiance mutuelle. En effet, la confiance va permettre d’obtenir une solution plus efficiente pour les deux parties. On peut supposer que les institutions peuvent adopter un comportement discrétionnaire c’est-à-dire modifier leur comportement en fonction du co-contractant (avoir confiance ou méfiance). La théorie des jeux montre alors qu’il y aura un effet négatif de ce comportement discrétionnaire donnant lieu à un résultat sous-optimal pour les deux parties et un effet positif provenant d’un comportement de confiance réciproque aboutissant à la situation optimale. Ainsi, pour éviter cette situation de méfiance réciproque, il faut que la transaction soit répétée un nombre infini de fois ou un nombre fini mais dont la date d’échéance n’est pas connus. Alors, chaque partie aura intérêt à adopter un comportement de confiance. Hayek (1937) a répondu à cette question en soulignant que les individus étaient les seuls à même de recevoir et de produire les informations nécessaires à leurs besoins. On comprend ici que Le marché financier n’est donc pas un modèle d’équilibre abstrait mais bien un processus de transmission des informations et des connaissances. Cette position théorique repose sur un postulat important (transparence et adéquation de l’information-prix) et sur l’idée qu’il n’y avait pas d’asymétrie d’information. Des idées qui ont été remises en cause par les travaux d’Akerlof (1971), Rothschild (1973), Salop (1977) et Stiglitz (1989). Le marché des Lemons. L’information serait moins homogène qu’il n’y paraît (information multiple), radicalement incomplète et synonyme de coûts élevés (Salop, Stiglitz, 1977, 1982), autant de sources d’inefficience qui pèsent sur la coordination du marché financier. 4.2. Le prix, une source d'information Le prix est lui-même un vecteur d’information. Dans le cadre du modèle concurrence pure et 18
  19. 19. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION parfaite (CPP), sa principale fonction est d'informer de la rareté économique d’une ressource, compte tenu notamment de sa qualité. La qualité est une information complexe. Et obtenir cette information est un processus qui peut être coûteux (en argent, mais aussi en temps). L’information a donc elle-même une valeur et les individus sont disposés à payer pour l’obtenir. Cependant les marchés de l’information posent un problème, car l’information n’est pas tout à fait un bien comme les autres. C’est fondamentalement un bien d’expérience, c'est-à-dire que vous ne connaissez la valeur de l’information (pour vous) qu’après l’avoir obtenue. Dès lors, se pose un dilemme. Devez-vous accepter de payer « pour voir » ? (Au risque d’être déçu par l’information obtenue). Ou n’allez-vous pas essayer d’obtenir l’information avant de payer (au risque de ne plus payer, au prétexte, réel ou imaginaire, que l’information ne vous intéresse pas) ? Ces situations sont caractéristiques de l’existence d’une asymétrie d’information. Celle-ci peut être du côté de la banque (celui-ci en sait plus que vous, et le problème à résoudre a été caractérisé comme un problème de sélection adverse, pour la PME). Le marché des véhicules d’occasion étudié par l’économiste George Akerlof dans un article célèbre, The Market for "Lemons", est l’exemple type. La notion selon laquelle, les prix courants du contrat peuvent transmettre de l’information courante a été utilisée pour la première fois par Lucas (1972) 13 Pour lui, dans une économie ou il existe un bien stockable, le prix de ce bien p est déterminé par une variable à qui représente les accroissements permanents de l’offre du bien, ainsi que par la demande temporaire courante du bien, qu’il désigne par b. Nous avons donc une fonction de prix p (a,b). Les agents économiques n’observent directement ni a ni b, mais aimeraient connaitre a, car cette variable influe sur la valeur future du bien stockable. En terme d’approche d’une anticipation rationnelle, on va constater que les agents économiques prévoient a et b pour déduire p. Dans le cadre du modèle de Lucas, la logique est inversée car ici, les agents économiques pouvaient observer le prix courant p puisqu’ils connaissent la relation entre p et a, b. C’est dire qu’en utilisant leur observation de p, ils peuvent déduire la relation qu’il y a entre a et b. 4.3. A priori les hypothèses retenues ne sont pas exhaustives de toutes les informations dont peuvent disposer la banque sur la PME De prime abord, la banque peut être amenée à supposer en a priori que la PME qui fournit des efforts hauts peut être incitée à réaliser cet effort haut que la PME qui se contenterait de l’effort bas. Cette optique tient dans le but de conservation de la réputation de la PME auprès de banque. Ainsi, sur les a priori, nous pouvons retenir que : En supposant que dans la période 2, la PME a priori de type haut peut réaliser un effort bas dans l’optique de bénéficier d’une rente. Cet aspect a été regardé comme hypothèse par BOOT, THAKOR et UDELL dans leur article (1991), reprise par de Kast (Auteur) de R. et Molkou (Auteur) de Durell, Clement V. (Auteur) dans leur article. A priori donc nous aurons : Dans l'article d’Arrow et Debreu démontrant l'existence d'un équilibre général 14, les auteurs définissent un ensemble d'équations dans l'espace des commodités. Dans le cadre de ce modèle 13 Le concept avait été toutefois par Radner (1967), mais il n’avait pas modélisé l’idée que les agents utilisaient les prix courants pour formuler leurs demandes courantes et n’avait pas défini un équilibre de ce processus. 14 (Arrow Debreu). 19
  20. 20. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION économique ils définissent l'ensemble des unités de production et l'ensemble des consommateurs. Au-delà, l’information reste une variante inestimable. En présence de risque moral, les contrats deviennent inefficaces. C’est ce qui amène Holmstrom (1979) et Shavell (1979a et b) à proposer les modalités de récompense et de punition pour réduire cette inefficacité qui ne peut être éliminée que partiellement. Les asymétries d’information présentent des effets distributifs, ce qui amène les agents à surinvestir pour son obtention. Nous venons d’évoquer la complexité du bien qu’est l’information dans le cadre du marché financier. Nous faisons constates qu’à la différence des autres biens, elle ne procure aucune utilité directe, puis elle ne dispose pas de caractéristiques d’un bien public puisqu’elle crée des externalités. D’où la difficulté de l’intégrer dans un modèle d’équilibre général, d’autant plus que la formalisation de la demande d’information 15mais surtout de l’offre n’est pas sans problème. 5. Conclusion Les banques refusent la plupart des demandes émanant de petites et moyennes entreprises (PME) d'origine nationale. Deux séries de raisons expliquent ce phénomène. Premièrement, les banques ne peuvent pas orienter toutes les ressources collectées en raison de ratios de liquidité et de solvabilité à respecter. Cette première raison s'explique aussi par l'importance des créances douteuses qui immobilisaient une part importante des liquidités, et du fait du refinancement de la Banque Centrale désormais accordé uniquement aux signatures de bonne qualité. Deuxièmement, en prenant en compte la nature des demandes, les banques n'orientent pas toutes les ressources qui restent à leur disposition après la prise en compte de cette première série de contraintes. Elles écartent les demandes sur lesquelles elles ne peuvent évaluer le risque en raison du manque d'informations fiables, et de demandes trop risquées. Le rôle des banques commerciales dans le financement du développement reste toutefois limité, compte tenu du fait qu'elles n'ont ni les moyens, ni la volonté de s'attaquer au financement de certains secteurs stratégiques de l'économie notamment le secteur des PME / PMI. En effet, les banques privilégient à juste titre la rentabilité (opérations de services, apportant de substantielles commissions) au détriment du financement du développement, le risque accompagnant de tels financements étant incompatibles avec le rendement attendu du capital. La plupart des banques commerciales sont aujourd'hui saines, la solvabilité et la liquidité ayant été restaurées et des marges confortables étant dégagées. Cependant, d'importants progrès restent à accomplir en matière de gestion bancaire dans des domaines tels que la stratégie commerciale, la gestion des ressources humaines, l'organisation de la fonction engagement, la gestion des risques ou encore le contrôle de gestion. Parallèlement, des banques de développement pourraient être instituées pour accompagner les investissements longs. Les nouveaux instruments financiers (titres de créances négociables, émissions obligataires...) et des outils tels que le capital investissement pourraient aider à dynamiser et à moderniser le cadre de l'intermédiation financière. Nous pouvons donc imaginer une nouvelle restructuration du secteur bancaire qui consistera pour les banques commerciales à se spécialiser uniquement sur le secteur des PME/PMI. C'est seulement de cette manière que les banques s'intéresseront au développement des PME. Par ailleurs, d'autres banques pourraient se spécialiser dans le financement des grandes entreprises. Et pour jumeler les deux options, l'Etat mettra un marché des capitaux où chaque opérateur pourrait chercher librement un financement au niveau des offreurs dudit marché. Bibliographies Akerlof. G, (1970), «The Market for "Lemons”: Qualitaty Uncertainty and the Market Mechanism», Quarterly Journal of Economics, 84,488-500. Ang. J.S. (1991) “Small business uniqueness and the theory of financial management”. The Journal , 15 Pour la demande d’information, voir Kilstrom (1974a et b). Comme il le souligne, la réflexion économique sur le coût de l’information étant peu riche, la formalisation de l’offre représente une tâche ardue. 20
  21. 21. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION of small Business Finance, 2,p.1-13 Arrow K. J. and G. Debreu, (1954),«The Existence of an Equilibrium for a Competitive Economy», Econometrica, vol. XXII, 265-290. Arrow K. J. (1970), Essays in the The Theory of Risk Bearing, North-Holland, Amsterdam. BESTER H. (1985), “Screening versus rationing in credit market with imperfect information”. American Economic Review, Vol 75, no 4 Binks. M., ENNEW. C et G.REED. 1992) “Information asymmetries and the provision of finance to ( , small firms”.Iternational small Business Journal.1,p.35-46 BOOT, THAKOR et UDELL (may 1991), “Secured lending and default risk equilibrium analysis, policy implication and results”. The Economic Journal 101, p.458-472 Diamond, P.A. (1971), «A Model of Price Adjustment», Journal of Economic Theory, 3, 156-168. Douglas W. Diamond. (1991) ,“Monitoring and Reputation: The Choice between Bank Loans and Directly Placed Debt”. Journal of Political Economy, vol. 99, issue 4, pages 689-721 Fisher, F.M. (1970), «Quasi-competitive Price Adjuustment by Individual Firms: A Preliminary Paper», Journal of Economic Theory, 2, 195-206. Hayek, F. (1931), Prix et Production, Calmann Levy, 1975. Hayek, F. A. Von (1945), « The Use of Knowledge in Society», American Economic Review, 30, 519-530. Holmstrom, B. (1979), « Moral Hazard and Observability», Bell Journal of Economics, 10, 74-91. Hotelling H. (1929), « Stability in Competition », Economic Journal, vol. xxxix 41-57 Lucas, R.E. JR. (1972), « Expectations and the Neutrality of Money», Journal of Economic Theory, 4, 103-124. Lucas, R.E. et E.C. Prescott (1974), « Equilibrium Search and Unemployment», Journal of Economic Theory, 7, 188-209. LOBEZ.F (1997), “Intermédiation financière et théorie de contrats”. UII.LILLE. D.T. 97.01 LABORES Psyllaki, M.(1995), “Rationnement du crédit et PME: Une tentative de mise en relation”. Revue Internationale PME, 3-4, 64-87 Ragnar Frisch, « Editor's Note », Econometrica, vol. 1, no 1, Janvier 1933, p. 1-4. Rajan, R., (1991a), Essays on banking, Unpublished Ph.D. thesis, M.I.T. Rajan, R. (1991b), Conflict of interest and the separation of commercial and investment banking, Mimeo, University of Chicago Rothschild, M. (1970), «Prices, Information and Market Structure», Unpublished paper. (Citédan Rothschild (1973)) Salop, J. and Salop, S (1976), «Self-Selection and Turnover in the labor Market », Quarterly Journal of Economics, 90, 619-628 Salop, J. and, Stiglistz, J. (1977), «Bargains and Ripoffs?: A Model of Monopolistically Competitive Price Dispersion», Review of Economic Studies, 44(3), 493-510. Salop, S. (1973), «Systematic Job Search and Unemployment», Review of Economic Studies, 40, 191-201. Salop, S. (1976), «Information and Monopolistic Competition», American Economic Review, 66, 240-245. Salop, S. (1977), «The Noisy Monopolist: Imperfect Information, Price Dispersion and Price Discrimination», Review of Economic Studies, 44(3), 393-406. Shavell, S. (1979a),« On Moral Hazard and Insurance», Quarterly Journal of Economics, 93, 541-562. Shavell, S. (1979b), « Risk Sharing and Incentives in the Principal and Agent Relationship», Bell Journal of Economics, 10, 55-73. Stiger G.J. (1961), «The Economics of Information», Journal of Political Economy, Volume 69, Issue 3, 213-225. STIGLITZ Joseph. E. (1977), « Monopoly, Non-linear Pricing and Imperfect Information: The Insurance Market», Review of Economic Studies, 44(3), 407-430. STIGLITZ J.E et WEISS.A (1992), “Asymmetric information in credit market and its implication macro-economic”. Oxford Economic Papers, Vol.44, P.694-724 21
  22. 22. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION STIGLITZ J.E et WEISS.A (Dec 1983), “Incentive effects of terminations: application to the credit and labor market”. American Economic Revue, Vol 73, no 5 STIGLITZ J.E et WEISS.A (juin 1981), “Credit rationing in market with imperfect information” American Economic Review, Vol 71, no 3 Walras, Léon, «Éléments d'économie politique pure; ou, Théorie de la richesse sociale. Lausanne, Corbaz, 1874. Winter, S. (1971), «Satisficing, Selection, and the Innovating Remnant», Quarterly Journal of Economics, 85, 237-261. YAN.Y. (1996), “Credit rationing, bankruptcy cost and optimal debt contract for small business”. Document de travail, FederalReserve Bank of cleveland Figure 1 : Le redlining sur le marché du crédit Source : STIGLIZ, WEISS, 1981, P.406. Figure 2 : Le contrôle de la banque à l’intérieur de la PME La qualité du projet Figure 3: Différence d’utilité de la PME ex ante La qualité du projet Figure 4: Effort exerce par le propriétaire 22
  23. 23. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION La qualité du projet Figure 5: La fraction optimale accordée par la banque à la PME La qualité du projet 23
  24. 24. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Journal of Economics & Finance (JEF) MARCH 2013 VOL.1, No,2 Analyse Synoptique de l’impact et du Rôle de la Formation dans la Performance de Gestion d’une Entreprise en Eonomie ouverte Stéphano zico EtoughéFam’Ella Tianjin University Liu Yuan D qu District Foreign Students Flats 92 Weijin Road, Nankai District, Tianjin 300072 China Tianjin University, School of Management Accepted 20 March 2013 Résumé Il n’est sans doute pas besoin de statistiques ni d’analyses économétriques pour être convaincu de l’importance du savoir et la connaissance dans des contributions de la recherche et de l’innovation aux performances économiques des entreprises. Dans un contexte de mondialisation et de globalisation, la performance, via la compétitivité, est devenue une nécessité. Les compétences sont le reflet du savoir (issu de la formation), du savoir-faire (fruit de l’expérience professionnelle) et du savoir-vivre (expression de la synergie potentielle des individus lorsqu’ils travaillent ensemble). C’est donc ces compétences et cette vision qui seraient les meilleurs déterminants du profil du dirigeant des entreprises car, elles résument les traits de la personnalité et les typologies des compétences managériales de ce dernier lesquels impactent sur leur performance.Ce sont ces déterminants de la performance tangible que nous proposons de vérifier grâce à une enquête réalisée auprès des entreprises. Les résultats de cette étude montrent globalement que la performance tangible des entreprises est significativement influencée, à la fois, par les compétences du dirigeant (expliquées par les 3 et 4S), et la vision stratégique du dirigeant (en particulier la vision stratégique à long terme). Mots clés : Mondialisation, globalisation, Savoir, innovation, connaissances, compétence, performance. 1. Introduction Mondialisation de l'économie, mondialisation des firmes, mondialisation des marchés financiers. Le concept de mondialisation est sans aucun doute l'un des plus couramment utilisés en ce début de siècle !Ce terme traduit le fait que des produits consommés ici soient fabriqués en Asie, que Coca-Cola soit une marque connue partout dans le monde, que les yaourts Danone soient consommés en Chine, que les Japonais financent la dette américaine en achetant des bons du Trésor…Bref, la mondialisation pourrait se définir comme l'extension de l'économie de marché à l'ensemble de la planète 16. Le terme mondialisation est parfois pris comme synonyme de l'anglicisme globalisation, alors qu'il faudrait plutôt se référer dans ce cas à la locution « market globalisation » ou « corporate globalisation ».Aux Etats–Unis, la notion est fortement connotée au libéralisme, au sens de « libéralisation mondiale ». La globalisation des marchés et ses nombreuses conséquences contraignent les entreprises en général et les employés en particulier à évoluer dans un environnement d’affaires fortement concurrentiel et très changeant. Désormais, les seules barrières nationales et régionales ne suffisent plus pour ralentir la concurrence mieux organisée, plus incisive, et dont le 16 "Qu'est-ce que la mondialisation ? "Alternatives économiques hors-série n°36 p 42 et 43 24
  25. 25. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION positionnement complexifie davantage l’environnementd’affaires en offrant aux clients et fournisseurs un éventail de choix plus large (Ndjambou, 2008). Dans un contexte aussi mouvant et incertain, les habitudes des managers centrées sur la seule réactivité organisationnelle ne suffisent plus pour garantir un positionnement concurrentiel (Ettien, 2006). Désormais, les entreprises doivent d’abord être de plus en plus flexibles pour s’adapter rapidement aux exigences et à l’évolution du marché, ensuite assez souples pour battre les concurrents sur le terrain du prix (Hammer et Compy, 1993 cités par Ndjambou, 2008), et enfin suffisamment inventives pour se différentier d’un point de vue stratégique et devancer leurs concurrents (Porter, 2003). Dans cette perspective, elles doivent identifier et mettre en œuvre des ressources susceptibles de créer et maintenir durablement, la flexibilité, l’égalité, la réactivité et la proactivité nécessaires à leur positionnement concurrentiel (Bergeron et al., 2004). Même à la veille de la Première Guerre Mondiale, les taux d'exportation des différents pays d'Europe étaient supérieurs à ceux des années 70 avec des taux avoisinant 15% du PIB 17. Dès lors, il apparaît évident que le discours médiatique et politique portant sur le défi actuel de la mondialisation a pris un certain retard ! Néanmoins, l'impact de la mondialisation sur l'organisation des firmes est quant à lui plus récent, et c'est à la moitié du XX ème siècle que les firmes ont réellement connu une modification structurelle du fait de la mondialisation des échanges 18. Les prémices de la mondialisation apparaissent avec IBM et SINGER, premières multinationales américaines, qui ont réussi à conquérir les marchés mondiaux, en internationalisant leurs activités. L’internationalisation des firmes reflète le mouvement continu de concentration des entreprises lié à la recherche d'économies d'échelle. D'où une explosion des opérations de fusions/acquisitions dans les pays riche au cours des années 90 et particulièrement depuis 1998 19 . Désormais, le développement des entreprises à l'étranger est devenu un passage obligé de survie et de croissance, face à un environnement de plus en plus concurrentiel. En effet, il permet aux entreprises de rester compétitives et d'accroître leurs parts de marché. Des nombreux auteurs, comme Michael Porter ont ainsi tenté de formaliser l'internationalisation des firmes, en distinguant les différentes formes d'organisation interne qui peuvent exister. La différence entre chacune d'elles tient non seulement à la situation de marché mais surtout aux hommes qui les dirigent et qui définissent la politique générale. Nancy ADLER professeur à l'Université Mac Gill au Canada distingue quatre catégories d'entreprises selon leur degré d'internationalisation 20. Les entreprises nationales : Elles visent leurs marchés intérieurs mais aussi il leur arrive d'exporter des produits dans un autre pays. Elles ont tendance à centraliser leur organisation autour de compétences propres. Leurs valeurs sont celles de leur pays d'origine et elles attendent de leurs clients étrangers qu'ils s'adaptent. Les entreprises plurinationales : Elles opèrent dans plusieurs pays différents en y produisant et en y vendant des biens correspondant à une demande locale. Chacun de ces marchés devant être gérés séparément, ce type d'entreprise fonctionne de manière relativement décentralisée. Au siège central, la gestion des affaires internationales est confiée à des équipes spécifiques. Ces entreprises doivent être sensibles aux différences culturelles car elles doivent traiter chaque marché séparément. Les entreprises multinationales : Elles possèdent des infrastructures dans plusieurs pays différents. Elles les utilisent pour réaliser des économies d'échelle et répondre aux besoins des marchés internationaux. Cette stratégie requière une centralisation forte et une organisation à l'échelle internationale. Dans leur recherche d'économies d'échelle, ces entreprises ont tendance à minimiser les différences culturelles. 17 Le journal des professionnels Aquitaine n°8, oct-nov 98, p19 Le Figaro Etudiant oct. 1998 19 Alternatives économiques hors-série n°36 p 42 et 43 opus cit 20 ADLER Nancy " Comportements organisationnels : une approche multiculturelle " Editions Renaud Goulet 1994 18 25
  26. 26. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION Les entreprises transnationales ou mondiales Le monde représente pour elles un vaste marché où elles peuvent diffuser leurs idées, produire et distribuer des biens et services. Leur objectif est de parvenir " au sur-mesure de masse ", en étant à la fois à l'écoute des besoins spécifiques locaux ou régionaux et à la pointe des ressources et de la production au niveau mondial. Leur double maxime est " Penser local, agir mondial ; Penser mondial, agir local ". La contrainte structurelle est complexe. Les compétences sont distribuées dans le monde entier plutôt que concentrées au siège, elles doivent être coordonnées à des fins de synergie plutôt que gérer séparément. La sensibilité aux différences culturelles est essentielle au succès des entreprises de ce type. Chacune de ces étapes d'internationalisation engendre des implications spécifiques en termes de connaissances et de savoir.C'est pourquoi nous avons voulu nous pencher sur l'impact de la mondialisation surLe rôle de la con- naissance et du savoir dans une économie dynamique.Au rôle résigné d'intendance suiveuse se substitue celui de moteur du développement dont la puissance et la performance contribueront directement au mouvement de l'entreprise(…) 21. Dans ce sens, le profil du dirigeant semble jouer un rôle d’autant plus déterminant qu’il permet de mobiliser les ressources conséquentes, de projeter l’entreprise dans son avenir en développant une vision stratégique (Filion, 1989). C’est le développement de ces compétences multiples qui participe à une gestion à la fois réactive et proactive des entreprises, contribuant ainsi à leur positionnement concurrentiel. Ainsi, l’objectif de cette recherche est d’évaluer le rôle joué par la connaissance et les compétences dans la compétitivité des entreprises, afin de servir de base de référence aux dirigeants des entreprises. Cette étude de la relation profil et performance apporte des éléments de réponse à la question de recherche : « Profil du dirigeant, quel impact sur la performance tangible des entreprises à l’heure de l’économie dynamique ? ». Pour répondre à cette question nous avons structuré notre démarche autour de trois points.L'évolution sociale et celle des mentalités accompagnent le mouvement de mondialisation industrielle et les gestionnaires sont promus au rang d'hommes clés de l'entreprise. Ils sont conduits à réinventer leur métier en recombinant les paramètres techniques, humains, sociaux et culturels sur un fond de compétition internationale 22 Le premier point présente les choix théoriques relatifs aux approches mobilisées pour étudier le lien entre le profil du dirigeant des entreprises et leur performance. Le second point confronte ces approches et propose un modèle conceptuel original de recherche, avec une définition des concepts, des variables et hypothèses supportant une approche systémique globale de l’évaluation de la performance tangible. La méthodologie de recherche est exposée succinctement dans le troisième point, avec le terrain d’étude, les construits du questionnaire, le choix et enchaînements de modèles d’analyse de données. Le quatrième et dernier point fait état des résultats et de leurs interprétations théoriques et appliquées. 2. Revue de la littérature La littérature fournit un vaste support à la nature stratégique du profil du dirigeant en tant que ressource génératrice d’avantages concurrentiels pour les entreprises (Barney, 1991 ; Chandler et Jansen, 1992 ; Peteraf, 1993 ; Lorrain et al., 1994 ; Filion, 1996 ; Teece et al., 1997 ; Fabi et al., 2004 ; Mamboundou, 2003; Beamish et Dhanaraj, 2003 et Laghzaoui, 2006 ). Ce cadre théorique souligne l’influence du profil du dirigeant sur la performance tangible des entreprises. Dans cette étude, ce profil du dirigeant est analysé à travers ses compétences et sa vision, lesquelles influencent la performance. 2.1 Les compétences du dirigeant de l’entreprise et la performance Le dirigeant est celui qui est à la tête de l'organisation sociale dont il est membre. Il dispose de pouvoirs formels qui lui sont donnés par la loi ou par les procédures de nominations. Les missions de direction concernent ceux qui exercent des responsabilités, dirigent un service et réalisent des tâches de prévision, de commandement, de coordination ou de contrôle. On entend par compétence, la capacité des acteurs à apprendre et à exécuter des tâches 21 Préface par SALLAVUARD Guy Directeur du CINDEX, "Vers le management international des Ressources Humaines", PERETTI, CAZAL, QUIQUANDON, 1990 22 Idem opus cit. 26
  27. 27. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION (McCormick et Tiffin, 1974 cités par Tsonga, 2008). Elle est constituée des aptitudes, des habiletés et des connaissances (Pettersen et Jacob, 1992). Les aptitudes font référence aux capacités potentielles qui influencent les apprentissages des comportements en général, tandis que les habiletés sont des capacités apprises grâce à la formation ou par expérience, à partir des aptitudes, spécifiquement pour exécuter des tâches ou des fonctions professionnelles à un emploi donné (Szilagyi et Schweiger, 1984). Ainsi, Les compétences sont des capacités particulières de mise en œuvre d’actifs, de façon organisée dans le but d’atteindre des objectifs. Elles sont exploitées dans des actions intentionnelles et finalisées où elles se construisent et s’enrichissent par apprentissage (Tarondeau, 1998). Selon Le Boterf (1994), cité par Tarondeau (2004), la compétence est définie comme l’aptitude à combiner des ressources pour mettre en œuvre une activité ou un processus d’action déterminée : « La compétence n’est pas un état ou une connaissance possédée. Elle ne se réduit ni à un savoir ni à une compétence fait ses preuves dans l’action ». L’auteur ajoute que la valeur créée par ce processus résulte du redéploiement organisé et planifié de combinaisons de ressources, d’ajustements dans le temps, c’est-à-dire de compétences d’assemblage, de coordination, de synchronisation et d’adaptation. Cette définition fait émerger deux grandes écoles de pensée, à savoir l’école des typologies de propriétaires dirigeants et l’école des caractéristiques. 2.2 L’école des typologies de propriétaires dirigeants Pour cette école le but est de définir l’entrepreneur selon les typologies ou modes d’actions. Le nombre de typologies développées est considérable. Ainsi, Cole (1959) cité par Tsonga (2008) a établi trois types d’opérations d’affaires : innovation, imitation, répétition. Collins, Moore et Unwalla (1964) et Collins et Moore (1970) cités par Bayad et al (2006) ont établi une distinction entre « l’entrepreneur administratif » et « l’entrepreneur indépendant ». Smith (1967) cité par Bayad et al. (2006) a d’abord observé deux types : l’entrepreneur artisan et l’entrepreneur opportuniste ou entrepreneur d’affaires. Il a considéré l’entrepreneur technologique comme faisant partie d’une catégorie à part. Smith et Miner (1983) ont ensuite regardé les implications de chaque type pour mieux comprendre le type d’entreprise qui découle de chacun. Lorrain et Dussaux (1988b) ont analysé le comportement de gestion de chacun et trouvé que la gestion de l’entrepreneur opportuniste apparaît plus équilibrée. D’où, après l’école des typologies, nous allons maintenant évoquer l’approche de l’école des caractéristiques 2.3 L’école des caractéristiques Pour les tenants de cette école, plusieurs caractéristiques sont à la base des compétences du propriétaire – dirigeant de l’entreprise à l’heure de la mondialisation. Les variables les plus citées dans plusieurs travaux de recherche sont la formation et l’éducation. Celles-ci sont définies comme un processus d'intervention ou d'acquisition avec lequel se confond en grande partie le propriétaire dirigeant lui-même. La formation et l’éducation doivent être considérées tel un ensemble à transmettre pour combler des lacunes, après les avoir identifiées (Julien et al., 1998). Bélanger et al. (1988) cités par Bayad et al. (2006) la conçoivent comme un ensemble d'activités d'apprentissage planifié visant l'acquisition de connaissances, d'habiletés et d'attitudes propres à faciliter l'adaptation des individus et des groupes à leur environnement socioprofessionnel et en même temps, la réalisation des objectifs d'efficacité de l'organisation. En dehors de la formation et l’éducation, plusieurs chercheurs évoquent d’autres facteurs explicatifs des compétences du dirigeant. Dans cette optique, Boutary (2001) parle des pratiques managériales riches pour signifier entre autres, la richesse des structures liée à l’attitude proactive du dirigeant et à sa capacité de mobilisation des ressources humaines, technologiques et organisationnelles en matière de gestion de l’information dans la conquête des marchés étrangers. Parlant des caractéristiques de l’entrepreneur, Gasse et Carrier (1994) font référence à neuf (9) attributs personnels suivants : 1)- motivation et énergie ; 2)- confiance en soi et en son pouvoir sur l’environnement ; 3)- engagement à long terme ; 4)- constance dans la résolution des problèmes ; 5)souci de l’efficacité et de la prise de risque ; 6)- attention centrée sur les résultats ; 7)- initiative et créativité ; 8)- tolérance face à l’ambiguïté et ; 9)- compétition avec soi-même. Quant à Bayad et al. (2006), ils évoquent sept (7) qualités de l’entrepreneur : 1)- confiance en soi (indépendant et optimiste) ; 2)- volonté déterminée (obstiné et persévérant, déterminé) ; 3)- Concentré sur la tâche à 27
  28. 28. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION accomplir ou les résultats à atteindre (soucieux de la réussite, bûcheur, dynamique, énergétique, prend des initiatives) ; 4)- Acceptation des risques (prend des risques calculés, aime les défis) ; 5)- Etoffe d’un chef (bon communicateur, bon contact avec les autres…); 6)- Originalité (innovateur, créatif, souple et ouvert d’esprit, ingénieux, flexible) 7)- Tourné vers l’avenir (prévoyant, visionnaire, intuitif). De tout ce qui précède, il découle, de façon évidente que les compétences du dirigeant de l’entreprise sont fortement liées à une meilleure formation, à l’expérience professionnelle et aux pratiques managériales. En appuyant sur ces travaux et sur ceux en management des entreprises, tels les travaux de Lorrain et al., (1994) nous avons répertorié plus de 15 habiletés que les chercheurs attribuent à l’entrepreneur. Selon Chandler et Jansen (1992) cités par Bayad et al. (2006), ces diverses habiletés se regroupent en trois (3) catégories, à savoir : 1)- les compétences entrepreneuriales (capacités : à identifier les opportunités d’affaires, élaborer une vision d’entreprise, créer et gérer son réseau d’affaires et, gérer son travail) ; 2)- les compétences managériales (capacités à : élaborer une stratégie, coordonner et organiser les activités, diriger le personnel, résoudre les problèmes, contrôler les activités et, négocier) et enfin ; 3)- les compétences techniques de gestion du secteur (capacités à : gérer les opérations, gérer les finances, gérer les Ressources Humaines, gérer les ventes et, gérer les lois et règlements gouvernementaux) . L’ensemble de ces compétences joue sur la performance de l’entreprise. Ainsi, Selon Tarondeau (2004), la compétence est, du fait de son historicité et de sa contextualité, un concept de nature pragmatique et contingente. Elle est indissociable de l’action et donc des processus : l’action passée, actualisée sous forme d’expérience ; l’action présente, qui révèle et valide la compétence et expérimente pour générer des compétences futures ; l’action future, actualisée sous forme de projet et de résultats attendus (la performance). Ces travaux insistent dans leur ensemble sur les variables de formation, l’expérience professionnelle et la proximité métier du dirigeant / activité de l’entreprise, lesquelles ont un impact sur la performance de l’entreprise (Chandler et Jansen 1992 ; Mamboundou, 2003; Tarondeau, 2004 et Bayad et al., 2006 ; Tsonga, 2008). Nous retenons ces variables pour les fins de cette recherche. Qu’en est-il de la vision ? Les lignes qui suivent vont tenter d’apporter une réponse à cette question en mettant l’emphase sur plusieurs approches de construit. 2.4 La vision du dirigeant et la performance Ce construit de vision est analysé à partir de trois approches ou dimensions, à savoir l’approche stratégique, l’approche leadership et l’approche culturelle. L’approche ou dimension stratégique Pour les auteurs du premier groupe, la vision est nécessairement stratégique (D’Amboise et Bouchard, 1990) et souvent associée au management stratégique. D’Amboise et Bouchard (1990) affirment que « lier la vision et stratégie consiste, en quelque sorte, à rechercher les effets concrets de la vision » (p.11), car les chercheurs en stratégie sont préoccupés par le contexte environnemental et concurrentiel de l’organisation. La vision est un moyen de prédiction du futur qui permet à l’organisation d’anticiper les changements. Morris (1990) cité par Bahija (2001) affirme que « la concurrence environnementale impose le besoin de développer des techniques et une vision stratégique ». Selon D’Amboise et Bouchard (1990), la vision est un moyen de prédiction du futur qui permet à l’organisationd’anticiper les changements de l’environnement concurrentiel. Ainsi, elle devient une technique, un outil qui sert à anticiper le changement et à construire des scénarios de prédiction du futur (Bahija, 2001). Cette technicité ne peut être développée que par l’entrepreneur, d’où la dimension leadership. L’approche ou dimension leadership visionnaire Le leadership visionnaire a longtemps été associé à la théorie du leadership (Morgan, 1996 cité par Filion, 2001), ce qui a motivé plusieurs chercheurs l’associé à l’exerciced’un leadership intuitif et charismatique (Cossette, 1994). D’Amboise et Bouchard (1990) soulignent que l’approche traditionnelle pour aborder la vision est celle du leadership. Le leader devient le pivot central et le leadership confère un pouvoir dynamique relié à la vision (Wilson, 1992) cité par Roger A. (2004). Le Leadership visionnaire met en évidence deux attributs que sont le développement et 28
  29. 29. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION l’identification des facteurs clés de la vision. Pour les entreprises, les auteurs s’intéressent à la personnalité de l’entrepreneur et au rôle de la vision dans la création et la gestion quotidienne de l’entreprise dans ses premiers stades de développement. La vision peut être vue comme une fonction du leader puisqu’il est responsable de son développement. Mais pour être efficace, une vision a besoin de susciter un mouvement de rassemblement. Le leader a donc le rôle de la communiquer et de la faire partager. D’où la dimension culturelle. L’approche ou dimension culturelle En matière de culture organisationnelle, on parle surtout de vision partagée véhiculant un ensemble de valeurs et aboutissant à un comportement collectif. La culture est en lien avec la vision en amont et en aval. D’Ambroise et Bouchard (1990) expliquent que « la vision est évolutive : elle émane du leader, se transforme en des valeurs communes et aboutit à une philosophie organisationnelle » (p.8). La culture intervient à, au moins, trois niveaux du processus visionnaire. Les valeurs du milieu influencent la manière de penser du leader qui développe la vision. La vision, une fois créée, doit être communiquée et partagée. Elle intègre des valeurs organisationnelles et conditionne le développement de visions ultérieures. Cette revue de la littérature sur la vision nous permet de synthétiser ces trois types d’approches, à savoir » La dimension, la stratégie, le leadership et la culture. Dans notre recherche, nous mettrons l’accent sur la vision stratégique dans un contexte de mondialisation et de globalisation sévère afin de mesurer son impact sur la performance, conformément aux prescriptions de Morris (1990, 1996), D’Amboise et Bouchard (1990) et Filion (1996). Apprentissage des paramètres. et d’arbres d’analyse de ces Étant donné un corpus d’apprentissage, constitué d’actions actions, on cherche à calculer les paramètres du modèle de façon à maximiser la probabilité des arbres conditionnellement aux actions : l’action analysée par l’arbre,i.e 23. les feuilles de .) est la "vraisemblance (en notant conditionnelle" du corpus; l’apprentissage du modèle consiste en la maximisation de ce critère. On note ici l’une des différences fondamentales de ce modèle avec une SCFG, pour laquelle on cherche en général à maximiser la probabilité du corpus , ce qui se résoud facilement en affectant à chaque règle une probabilité proportionnelle à sa fréquence dans le corpus. Improved Iterative Scaling: théorie La méthode utilisée ici pour le calcul des paramètres de performance s’inspire directement de la méthode IIS (ImprovedIterativeScaling) exposée dans (Berger, ;Pietraet al., 1997; Lafferty, 1996) pour la probabilisation de champs de Markov. Elle est décrite dans la suite de cette section, pour le cas particulier du modèle GCFG. Plutôt que de chercher à maximiser directement le critère , ce qui se révèle trop ardu, la méthode améliore itérativement le modèle, à partir d’un modèle initial . Une itération consiste à passer d’un modèle à un modèle , en tentant de maximiser sur le critère : Posons On peut alors écrire la constante de normalisation associée à la phrase , et : 23 i.eson nombre d’occurrences divisé par la taille du corpus. 29 dans le modèle .
  30. 30. WORLD ACADEMIC JOURNAL OF BUSINESS & APPLIED SCIENCES-MARCH-SEPTEMBER 2013 EDITION En majorant le logarithme par la formule , on peut minorer par : (1) où et nombre d’arbres de la base d’apprentissage. De plus, (2) On note le nombre de règles utilisées dans un arbre . Alors : . En injectant ce résultat dans l’inéquation (1), il vient : , dont le maximun en forcement positif, car et qui est On obtient ainsi le critère . De plus, les gradients au point de et sont égaux, ce qui assure toujours inferieura se trouve en , alors est un maximum local de que si le maximum de à chaque Pour aller au plus vite vers le maximum de , on va donc chercher à maximiser itération de l’algorithme. On peut pour cela annuler ses dérivées partielles en , en résolvant pour de la formation l’équation suivante : chaque règle (3) Il s’agit d’un polynôme en , de coefficients tous positifs sauf celui de degré zéro. Ce polynôme est donc facilement annulé, par exemple par la méthode de Newton. Cette étape de calcul nécessite dans certains modèles de Markov-Gibbs d’employer une méthode approchée par échantillonnage (Pietra et al., 1997). Ici, une factorisation du calcul peut être effectuée à l’aide d’un algorithme Inside-Outside (Charniak, 1993), comme le montrent les récritures suivantes. On récrit la troisième somme de (3) par : Notons le fait que, dans l’arbre . (C(y, Avec cette notation, on a : Ou : la règle domine est le produit des polynômes ou non associés aux règles qui constituent . D’après (Goodman, 1998) (pp.26-57), peut être calculé pour tout à l’aide d’un algorithme Inside-Outside, dans le cas où la grammaire est sans cycle. Preuve : Les conditions définies par J. Goodman sont bien réunies : est un semi-anneau commutatif. Cadre conceptuel Le modèle conceptuel est composé des concepts et construits tirés des recherches antérieures en général, et en particulier, ceux de Paradas (1996) et Bayad et al. (2006). Il se décompose en deux niveaux. Le niveau I, dénommé profil du dirigeant correspond aux différents concepts indépendants, à savoir les compétences du dirigeant (qui comprend : la formation du dirigeant, l’expérience professionnelle et la proximité de la formation du dirigeant par rapport aux métiers de l’entreprise) et sa vision stratégique qui comporte deux construits, à savoir : la vision stratégique à long terme et la vision stratégique à court terme. Le niveau II, baptisé sous le nom de performances tangibles, désigne la possibilité pour l’entreprise d’avoir une notoriété commerciale et économique (est expliqué par le 30

×