De la nécessité d’une formation 'professionnalisante'

1,940 views
1,822 views

Published on

Published in: Education, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,940
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
28
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

De la nécessité d’une formation 'professionnalisante'

  1. 1. De la nécessité d’une formation « professionnalisante » : ce que nous révèle une enquête auprès des diplômés en muséologie Lydia Bhérer-Vidal Coordonnatrice
  2. 2. Préambule • Point de vue des étudiants et diplômés du DESS en muséologie de l’Université Laval
  3. 3. Cursus du DESS en muséologie Niveau 2e cycle universitaire. Diplôme de 30 crédits. - Admission sur dossier - Programme qui se fait en 1 1/2 à 2 ans • Formation théorique (18 crédits) - Administration des musées (3 cr.) - Anatomie d’un musée (3 cr.) - Conservation des patrimoines (6 cr.) - Mise en valeur des patrimoines (6 cr.) • Formation pratique (12 crédits) - Séminaire en muséologie I : démarche conceptuelle (3 cr.) - Stage en milieu professionnel +/- 300 heures (6 cr.) - Séminaire en muséologie II : démarche analytique (3 cr.)
  4. 4. Le pourquoi de l’enquête • Évaluation non formelle entreprise en janvier 2008 • Enquête courriel à l’automne 2008 • Taux de réponse de 37% (32 répondants sur une possibilité de 85)
  5. 5. Profil des étudiant(e)s et diplômé(e)s • Profil type lors de l’admission : - Femme de plus de 25 ans provenant d’une discipline historique • En détail, lors de l’admission : - 64,5 % ont + de 25 ans - 90 % sont des femmes - 62,5 % ont une formation initiale dans une discipline « historique » - 77,4 % ont déjà une expérience dans le domaine muséal Annie Breton
  6. 6. Profil des étudiant(e)s et diplômé(e)s (suite) • Après leur formation : - 50 % ont poursuivi leurs études, dont les 2/3 aux 2e et 3e cycles. - 78,1 % occupent un emploi relié à leur formation *Types d’emplois variés : directeur, chargé de projet, coordonnateur, assistant à la direction/aux expositions/aux collections, conservateur, agent de recherche, etc.
  7. 7. Points forts • Aspect « professionnalisant » : stages, rencontres professionnelles, conférences, travaux pratiques, etc.; • Acquisition de compétences et de connaissances en lien direct avec la réalité professionnelle; • Aspect théorique de la formation; • Vision d’ensemble de la discipline. @ Meg Rampton
  8. 8. Points à améliorer • Ajouter un cours en gestion (notamment en gestion de projets); • Ajouter un cours en éducation muséale; • Accroître l’aspect pratique. © uabbrandworls © Liza Dziedic
  9. 9. Compétences nécessaires • Selon les répondants : polyvalence, multidisciplinarité, autonomie, travail en équipe. • Appréciées des employeurs : polyvalence, vision d’ensemble, créativité, connaissances en conservation et gestion des collections. • À acquérir pour être mieux outillé dans le milieu professionnel : compétences en gestion, en mise en espace d’exposition, en éducation muséale.
  10. 10. Une formation adaptée à la réalité professionnelle • Théorie nécessaire et aspect pratique primordial; • Compétences à acquérir en classe : principes de conservation préventive, gestion de projets, etc.; • Développer une vision d’ensemble; • Polyvalence, polyvalence, polyvalence.
  11. 11. Autre forme d’apprentissage • Implication étudiante importante et nécessaire. Colloque étudiant en muséologie, LAMIC, Université Laval, mai 2007.
  12. 12. Pour une meilleure adéquation
  13. 13. Autre point de vue • Table ronde des employeurs - Connaissances et compétences acquises et à acquérir : point de vue identique à celui des diplômés; - Polyvalence exigée; « L’avenir est à la polyvalence, mais avec un regard et des outils de spécialistes » Un employeur - Formation en muséologie adéquate; - Toutefois la formation disciplinaire reste souvent privilégiée.
  14. 14. Merci de votre attention !

×