Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Apprendre ensemble à distance en E-
Learning
Pierre-André Caron
Maître de conférence en Sciences de l'éducation
Equipe Tri...
.. 2/54
Une première approche:
Recréer la salle de classe?
Fonctionnement synchrone (unité de temps et de thèmes
traités),...
.. 3/54
Exemple de logiciels
Voici quelques exemples de logiciels :
Adobe connect
RENAvisio
Rendez vous
Skype
Google Hango...
.. 4/54
La dimension collaborative
Apprendre ensemble, mieux que seul ?
Apprendre en communiquant
Le tuteurage: une forme ...
.. 5/54
l’enseignement mutuel
C’est Andrew Bell qui fut, vers 1795,
l'initiateur en Europe du concept
d'enseignement mutue...
.. 6/54
Enseignement Mutuel
Tous les élèves, et quel que soit leur nombre —
une soixantaine dans les localités rurales, 1 ...
.. 7/54
Enseignement Mutuel
Les longs bancs, de seize à dix-huit places,
occupent la majeure partie de la salle. C’est là,...
.. 8/54
Enseignement Mutuel
Les ordres sont transmis de quatre façons : par la voix, la
sonnette, le sifflet ou les signau...
.. 9/54
Coopératif… collaboratif
.. 10/54
L’apprentissage coopératif:
son intérêt et les évidences
Coopérer, Collaborer pour apprendre, apprendre à
coopére...
.. 11/54
Apprentissage coopératif
L’apprentissage coopératif est une
modalité d’apprentissage qui va plus
loin que le simp...
.. 12/54
Les stratégies pédagogiques pour
apprendre ensemble
Un constat: (Johnson et Johnson).
L’interdépendance structure...
.. 13/54
Différence entre apprentissage coopératif et apprentissage en
groupe (selon Johnson& Johnson)
Apprentissage Coopé...
.. 14/54
Les stratégies pédagogiques
.. 15/54
Les stratégies pédagogiques
Faire apprendre ensemble: trouver des activités pédagogiques
significatives et les in...
.. 16/54
Les stratégies pédagogiques
L’interdépendance positive: tous les membres
d’un groupe sont responsables de leur pr...
.. 17/54
Les stratégies pédagogiques
La responsabilité individuelle et la
responsabilité de groupe: doit faciliter l’émerg...
.. 18/54
Exemples d’activités
.. 19/54
Quelques exemples d’activités
d’apprentissage
La pédagogie du projet
la co-conception de ….
La gestion du projet ...
.. 20/54
Le jigsaw
 Aronson, Elliott
 Par exemple pour 16 étudiants
1. Choisir un matériel pouvant être
séparé en 4 part...
.. 21/54
Le cercle de littérature
1. Le maître introduit chacun des livres.
2. Le maître distribue à chaque élève 4 ou 5 c...
.. 22/54
Les différents rôles
Discussion Director : dirige la séance par des
questions
Word Wizard : recherche des mots di...
.. 23/54
Le catalogue du Tecfa
http://tecfa.unige.ch/proj/seed/c
atalog/net/catalog.pdf
Une mine d'activité
collaborative
.. 24/54
Des outils
.. 25/54
ArgueGraph
.. 26/54
Refect table projet du
laboratoire craft
.. 27/54
Dans les diapos suivantes une présentation de
plusieurs expériences menées à Genève par
Gaëlle Molinari...
.. 28/54
Les émotions dans la collaboration
médiatisée par ordinateur
Gaëlle Molinari12, Mireille Bétrancourt2, Elise Lavo...
.. 29/54
Järvelä & Järvenoja, 2011
Coordination de
l’espace cognitif et
relationnel
Coordination de
l’espace cognitif et
r...
.. 30/54
Coordination de
l’espace cognitif et
relationnel
Coordination de
l’espace cognitif et
relationnel
Evaluation Eval...
.. 31/54
EXP1 EXP2
Objectif :
Faciliter la compréhension
des émotions de l’autre
Objectif :
Favoriser la réflexion sur la
...
.. 32/54
ÉVALUATION ET PARTAGE DES ÉMOTIONS
PENDANT LA COLLABORATION
.. 33/54
Conception d’un slogan de prévention
- Selon 4 critères
- Persuasif, original, adapté, émotionnel
- Avec DREW
- C...
.. 34/54
60 participants en duos
- De même sexe (17 de femmes, 13 d’hommes)
- Ne se connaissaient pas
- Ne se voyaient pas...
.. 35/54
Persuasif Original Adapté Emotionnel
Meilleur slogan
4 critères
Argument
Amusé
Satisfait
Confiant
Concentré
Conce...
.. 36/54
Persuasif Original Adapté Emotionnel
Meilleur slogan
4 critères
Argument
Message pop-up (toutes les 5 mn)
Veuille...
.. 37/54
Oculomètre Oculomètre
Données physiologiques
Audio
Vidéo
Audio
Vidéo
Température et conductance de la peau
Pressi...
.. 38/54
3 post-tests
- Emotions perçues après interaction
- Qualité perçue de la collaboration
- Traits émotionnels
- Exp...
.. 39/54
Qualité des slogans
Feedback émotionnel
Neg-
Modélisation des émotions
Transactivité (dyades FF)
Pos+
Principalem...
.. 40/54
CONSTRUCTION DE BILANS À PARTIR
D’ANNOTATIONS ÉMOTIONNELLES
Etude 2
.. 41/54
• Cours de Psychologie de l’Education (Unidistance)
• 12 étudiants, 6 duos
• Période à distance (3 semaines, soci...
.. 42/54
Phase d’explication : 30 mn
S1 S2
S1 (expert) explique à S2
(élève) le texte de Piaget
S2 (expert) explique à S1
...
.. 43/54
Créez un bilan personnel de
votre travail en équipe
S1 S2
Partie prospective
- Rédigez des pistes d’amélioration ...
.. 44/54
Analyse des marqueurs utilisés
Propriétaire
• Moi
• Partenaire
Type
• Verts (positifs)
• Rouges (négatifs)
• Noir...
.. 45/54
Bilans
Retour sur le passé plutôt que
pistes pour le futur
 Marqueurs émotionnels > neutres
 Marqueurs perso > ...
.. 46/54
Enfin pour conclure
voici la présentation
d'une grille d'analyse
que j'ai réalisé à partir
des travaux de Jenny
P...
.. 47/54
Les enjeux d'une communauté selon J Preece
1. Purpose, belonging, commitment; (sentiment
d'appartenance, engageme...
48/54
J'ai appliqué ces critères pour
l'étude des MOOC
Un MOOC est un dispositif de formation instrumentés limités
dans le...
49/54
Activité vs Perceptions
Considérer le dispositif instrumenté MOOC comme véhicule
d'un langage qui est perçu par l'ap...
Échelle de Perception
Instrumentale des Communautés
(PIC)
Critères de jenny Preece (2000): Purpose, Belonging, Commitment,...
Construire une échelle de
perception
instrumentale des communautés
Ce travail de compréhension peut être mené :
En observa...
Construction de l'échelle
J'ai le sentiment d'appartenir à un groupe de personnes apprenant ensemble
Je me sens libre de m...
.. 53/54
Exemple
Echelle PIC
Généralement quand je participe à l'activité (description exacte de l'activité)….Attention le...
.. 54/54
Un travail…
Travail à réaliser, étudier une communauté existante
selon la grille proposée par Jennifer Preece.
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

TICE

535 views

Published on

instrumentation des plateformes e learning

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

TICE

  1. 1. Apprendre ensemble à distance en E- Learning Pierre-André Caron Maître de conférence en Sciences de l'éducation Equipe Trigone Laboratoire CIREL Univ Lille
  2. 2. .. 2/54 Une première approche: Recréer la salle de classe? Fonctionnement synchrone (unité de temps et de thèmes traités), modalité = le cours Les apprenants sont répartis (multipoint): soit dans des lieux équipés pour cela (type studio de visioconférence), pour petits groupes Soit devant une station de travail MM (équipé son et peut-être d’une Web-cam) Fonctions ajoutés: visionneuse Diapos PPT, tableau blanc virtuel, co-navigation synchronisée sur le Web, messagerie instantannée (Chat) Des fournisseurs spécialisés: solutions technologiques (synchronous Web-Based Training) de base type NetMeeting, ou plus sophistiquées (serveurs de flux MM, ponts 1N)
  3. 3. .. 3/54 Exemple de logiciels Voici quelques exemples de logiciels : Adobe connect RENAvisio Rendez vous Skype Google Hangout
  4. 4. .. 4/54 La dimension collaborative Apprendre ensemble, mieux que seul ? Apprendre en communiquant Le tuteurage: une forme de collaboration entre le tuteur et l’apprenant Proche des mécanismes d’échange de connaissances et la gestion de la connaissance dans les organisations Une modalité d’apprentissage pas si récente que cela…
  5. 5. .. 5/54 l’enseignement mutuel C’est Andrew Bell qui fut, vers 1795, l'initiateur en Europe du concept d'enseignement mutuel. Il l'avait découvert lors d'un séjour à Madras en Inde. […] Le plus capable sert de maître à celui qui l’est moins, et c’est ainsi que l’instruction est simultanée, puisque tous avancent graduellement, quel que soit d’ailleurs le nombre d’élèves. Principe de "la distribution du travail"
  6. 6. .. 6/54 Enseignement Mutuel Tous les élèves, et quel que soit leur nombre — une soixantaine dans les localités rurales, 1 000 dans l’école de Lancaster à Londres, 200 à 300 dans les écoles parisiennes et dans la plupart des cités - sont groupés dans une salle unique, rectangulaire, sans cloisons.
  7. 7. .. 7/54 Enseignement Mutuel Les longs bancs, de seize à dix-huit places, occupent la majeure partie de la salle. C’est là, sur les pupitres, que se dérodent les exercices écrits qui occupent environ la moitié du temps scolaire. Pendant l’autre moitié ont lieu les exercices oraux qui se font aux demi-cerdes
  8. 8. .. 8/54 Enseignement Mutuel Les ordres sont transmis de quatre façons : par la voix, la sonnette, le sifflet ou les signaux. La voix intervient peu. Les injonctions transmises de cette manière s’adressent généralement aux moniteurs, parfois à une classe tout spécialement. La sonnette attire l’attention. Elle précède une information ou un mouvement à exécuter. Le sifflet est à double usage. Il permet des interventions dans l’ordre général de l’école, " imposer le silence ", par exemple — et il commande le début ou la fin de certains exercices au cours de la leçon : " faire dire par coeur, épeler, cesser la lecture ". Le maître, seul, est habilité à s’en servir. Une référence : https://books.google.fr/books? id=CydNAAAAcAAJ
  9. 9. .. 9/54 Coopératif… collaboratif
  10. 10. .. 10/54 L’apprentissage coopératif: son intérêt et les évidences Coopérer, Collaborer pour apprendre, apprendre à coopérer Une évidence: nous n’apprenons pas seul, le rôle des autres pour la construction des savoirs, les facteurs socio- affectifs et la motivation. Les exigences de type démocratique et éthique: dans la lignée de Dewey au USA, ou de Freinet en France dans les utopies des coopératives ouvrières du début du siècle et le courant autogestionnaire… Cet apprentissage coopératif, collaboratif permet combler les manques du E-Learning: l’isolement, la richesse des activités.
  11. 11. .. 11/54 Apprentissage coopératif L’apprentissage coopératif est une modalité d’apprentissage qui va plus loin que le simple apprentissage en groupe. En effet il implique une stratégie pédagogique qui favorisent l’interdépendance cognitive et sociale entre les apprenants. Il prend en compte les différences inter- individuelles, et donne un rôle actif aux agents éducatifs. Dillenbourg : "En coopération, les partenaires divisent le travail, partagent les sous-tâches individuellement et puis assemblent les résultats partiaux dans une sortie finale. En collaboration, les partenaires travaillent ensemble".
  12. 12. .. 12/54 Les stratégies pédagogiques pour apprendre ensemble Un constat: (Johnson et Johnson). L’interdépendance structure l’interaction entre apprenants et par conséquence leurs performances dans le processus d’apprentissage--->un impact positif dans le développement cognitif et social des apprenants. La collaboration: une modalité d’apprentissage. Une technique pédagogique qui a pour but: enseigner à connaître et à interagir avec les compétences et les connaissances des autres, stimuler le développement de points de vue différents, stimuler la production…. Favoriser le développement de la pensée critique. Les interactions coopératives: se structurent à l’avance et se planifient par les agents éducatifs qui prennent part à l’interaction.
  13. 13. .. 13/54 Différence entre apprentissage coopératif et apprentissage en groupe (selon Johnson& Johnson) Apprentissage Coopératif interdépendance positive place à l’individualité hétérogénéité dans la composition du groupe partage de la fonction de leadership responsabilité de chacun des partenaires accent sur la tâche et la gestion de l’interaction pour la réalisation formation pour le développement des compétences pour le travail en équipe position active de l ’agent éducatif qui observe et intervient dans l’interaction Apprentissage en groupe absence d’interdépendance absence des individualités homogénéité dans le composition du groupe un leader par groupe responsabilité de soi-même accent exclusivement sur la tâche méconnaissance des compétences requises pour le travail en équipe position passive de l ’enseignant qui ne prend pas une place d ’acteur (médiation) dans l ’interaction
  14. 14. .. 14/54 Les stratégies pédagogiques
  15. 15. .. 15/54 Les stratégies pédagogiques Faire apprendre ensemble: trouver des activités pédagogiques significatives et les insérer dans une stratégie « instructionnelle ». Apprentissage coopératif et/ou en groupe? Favoriser l’interdépendance dans l’apprentissage Les activités pédagogiques de groupe: l’écriture collective (autour de la production d’un objet commun pour la communication) La résolution collective de problèmes La pédagogie du projet La communication et la coopération avec les agents éducatifs: le rôle des tuteurs Les approches cognitives de l’apprentissage et la dimension collective
  16. 16. .. 16/54 Les stratégies pédagogiques L’interdépendance positive: tous les membres d’un groupe sont responsables de leur propre apprentissage et de celui du co-équipier---> coordination L’interaction en face-à-face: il s’agit de la communication formelle et informelle qui est la source du développement individuel, de l’expression orale, de responsabilité vis-à-vis du collectif, de rétroaction, de stimulation, de rencontre et d’interaction avec le raisonnement de l’autre.
  17. 17. .. 17/54 Les stratégies pédagogiques La responsabilité individuelle et la responsabilité de groupe: doit faciliter l’émergence de l ’autonomie (un des objectifs principaux de l ’apprentissage coopératif) La formation au développement des habilités de coopération: il s’agit de l’explicitation, de la construction et de l’acceptation de la connaissance des idées et actions de l’autre. La résolution des conflits d’une manière constructive…
  18. 18. .. 18/54 Exemples d’activités
  19. 19. .. 19/54 Quelques exemples d’activités d’apprentissage La pédagogie du projet la co-conception de …. La gestion du projet collectif l’écriture coopérative La discussion organisée: argumentation, rationnel de décision, méthode de conception. Objectif: augmenter les échanges de type épistémiqueépistémique
  20. 20. .. 20/54 Le jigsaw  Aronson, Elliott  Par exemple pour 16 étudiants 1. Choisir un matériel pouvant être séparé en 4 parties 2. Répartir les étudiants en quatre groupe dit « primaire » 3. Distribuer à chaque groupe une partie à étudier… attendre 4. former des groupes « puzzle » constitué d’un étudiant issus de chaque groupe primaire. 5. Poser à chaque groupe un problème qui ne peut être résolu que par le partage des connaissances acquises par chaque expert.
  21. 21. .. 21/54 Le cercle de littérature 1. Le maître introduit chacun des livres. 2. Le maître distribue à chaque élève 4 ou 5 copies de livres (toutes différentes) 3. Les élèves choisissent chacun l’un des livres 4. Tous les élèves qui ont choisi le livre X se rassemblent dans le cercle de littérature X 5. Les élèves du cercle de littérature X s’accordent sur le découpage du livre en lectures 6. Les élèves du cercle X se répartissent les rôles pour la première session de lecture 7. Chaque élève termine en séance ou en travail personnel la première lecture et prépare un document caractéristique de son rôle. 8. Les élèves du cercle X se rencontrent : 1. Le « directeur de discussion » pose la question qui lance le débat. 2. Le groupe essaie d’y répondre, chaque rôle apportant la contribution propre à son rôle 3. La conversation se développe, le « directeur de discussion » encourageant la participation de chacun des membres du cercle. 4. A la fin de la session, les élèves permutent leurs rôles et se mettent d’accord sur la prochaine lecture. 9. Les élèves du cercle de littérature X répètent les étapes 7 et 8 sur chaque lecture jusqu’à ce qu’ils aient atteint la fin du livre choisi. 10. Les élèves du cercle de littérature X préparent une présentation pour la classe du livre choisi. 11. Les élèves du cercle de littérature X font leur présentation au reste de la classe.
  22. 22. .. 22/54 Les différents rôles Discussion Director : dirige la séance par des questions Word Wizard : recherche des mots difficiles ou interressant Literary Luminary : présente deux passage particulier Connector : indique des connections possible au sein du texte, entre textes ou avec le monde extérieur Reporter : crée un résumé de la partie lue Etc…
  23. 23. .. 23/54 Le catalogue du Tecfa http://tecfa.unige.ch/proj/seed/c atalog/net/catalog.pdf Une mine d'activité collaborative
  24. 24. .. 24/54 Des outils
  25. 25. .. 25/54 ArgueGraph
  26. 26. .. 26/54 Refect table projet du laboratoire craft
  27. 27. .. 27/54 Dans les diapos suivantes une présentation de plusieurs expériences menées à Genève par Gaëlle Molinari...
  28. 28. .. 28/54 Les émotions dans la collaboration médiatisée par ordinateur Gaëlle Molinari12, Mireille Bétrancourt2, Elise Lavoué3 Avec Guillaume Chanel, Thierry Pun (projet 1) Avec Safé Khezami, Yannick Prié (projet 2) 1Formation universitaire à distance, Suisse (Unidistance) 2TECFA-FAPSE, Université de Genève, Suisse 3LIRIS, IAE Lyon, Université Lyon 3, France
  29. 29. .. 29/54 Järvelä & Järvenoja, 2011 Coordination de l’espace cognitif et relationnel Coordination de l’espace cognitif et relationnel Evaluation Evaluation Il est en colère Il est anxieux Processus de régulation - Autorégulation - Régulation de l’autre - Co-régulation cognition motivation et affect comportement contexte Pintrich & Blazevksi, 2004 Rôle de la modélisation mutuelle des émotions dans la collaboration
  30. 30. .. 30/54 Coordination de l’espace cognitif et relationnel Coordination de l’espace cognitif et relationnel Evaluation Evaluation ? Pas ou peu d’informations non-verbales Pas ou peu d’informations contextuelles Difficultés à modéliser l’autre dans la collaboration médiatisée par ordinateur
  31. 31. .. 31/54 EXP1 EXP2 Objectif : Faciliter la compréhension des émotions de l’autre Objectif : Favoriser la réflexion sur la collaboration via les émotions Visée : Concevoir ensemble Visée : Apprendre ensemble Démarche : comparative (laboratoire, tout-venant, dyades) Démarche : exploratoire (classe, étudiants, dyades) Outil : Evaluation et affichage des émotions pendant l’interaction Outil : Annotations émotionnelles pendant l’interaction, et utilisation des annotations dans les bilans réflexifs Projet 1 Molinari, Chanel, Bétrancourt, Pun, & Bozelle (2013) Lavoué, Molinari, Khezami, & Prié (2013) Projet 2
  32. 32. .. 32/54 ÉVALUATION ET PARTAGE DES ÉMOTIONS PENDANT LA COLLABORATION
  33. 33. .. 33/54 Conception d’un slogan de prévention - Selon 4 critères - Persuasif, original, adapté, émotionnel - Avec DREW - Construction d’un graphe d’argumentation - En 3 étapes 1. Produire le plus de slogans possibles 2. Choisir 3-4 slogans et argumenter ce choix 3. Sélectionner le meilleur slogan 0 min 180 min Introd. Équip. collaboration Post-tests Debrief.
  34. 34. .. 34/54 60 participants en duos - De même sexe (17 de femmes, 13 d’hommes) - Ne se connaissaient pas - Ne se voyaient pas - Communiquaient via un casque et un micro Deux conditions - Sans outil de feedback émotionnel (15 duos sans FE) - Avec outil de feedback émotionnel (15 duos avec FE) 0 min 180 min Introd. Équip. collaboration Post-tests Debrief.
  35. 35. .. 35/54 Persuasif Original Adapté Emotionnel Meilleur slogan 4 critères Argument Amusé Satisfait Confiant Concentré Concentré Intéressé Sans EAT
  36. 36. .. 36/54 Persuasif Original Adapté Emotionnel Meilleur slogan 4 critères Argument Message pop-up (toutes les 5 mn) Veuillez indiquer l’émotion que vous ressentez actuellement
  37. 37. .. 37/54 Oculomètre Oculomètre Données physiologiques Audio Vidéo Audio Vidéo Température et conductance de la peau Pression sanguine relative Amplitude de la respiration Electro-cardiogramme
  38. 38. .. 38/54 3 post-tests - Emotions perçues après interaction - Qualité perçue de la collaboration - Traits émotionnels - Expressivité - Contagion - Régulation 0 min 180 min Introd. Équip. collaboration Post-tests Debrief.
  39. 39. .. 39/54 Qualité des slogans Feedback émotionnel Neg- Modélisation des émotions Transactivité (dyades FF) Pos+ Principalement des émotions positives (intérêt, satisfaction, amusement) Émotions positives après la collaboration Pos+
  40. 40. .. 40/54 CONSTRUCTION DE BILANS À PARTIR D’ANNOTATIONS ÉMOTIONNELLES Etude 2
  41. 41. .. 41/54 • Cours de Psychologie de l’Education (Unidistance) • 12 étudiants, 6 duos • Période à distance (3 semaines, socio-constructivisme) • Plateforme de visioconférence VISU (LIRIS, Lyon) – Salon synchrone • Script collaboratif (Jigsaw) • 2 sessions de collaboration synchrone – Salon de rétrospection • 2 bilans réflexifs individuels
  42. 42. .. 42/54 Phase d’explication : 30 mn S1 S2 S1 (expert) explique à S2 (élève) le texte de Piaget S2 (expert) explique à S1 (élève) le texte de Vygotsky S1 et S2 répondent à des questions sur les 2 textes Test de compréhension : 30 mn * Marqueurs verts, rouges et noirs - Positif (moments agréables ou efficaces) - Négatifs (moments désagréables ou difficultés) - Neutres (autre) * Les marqueurs du partenaire ne sont pas visibles S1
  43. 43. .. 43/54 Créez un bilan personnel de votre travail en équipe S1 S2 Partie prospective - Rédigez des pistes d’amélioration de votre travail en équipe - Partagez, si vous le souhaitez, votre bilan avec votre partenaire Partie rétrospective - Exprimez-vous sur votre propre activité, celle de votre partenaire et celle du groupe - Reprenez vos marqueurs et ceux laissés par votre partenaire, et commentez-le Vidéos S1 et S2
  44. 44. .. 44/54 Analyse des marqueurs utilisés Propriétaire • Moi • Partenaire Type • Verts (positifs) • Rouges (négatifs) • Noirs (neutres) Focus • Moi • Partenaire • Groupe Analyse des commentaires Catégorisation selon le modèle de l’apprentissage auto- régulé de Zimmerman (2002) • Retour sur l’action passée Evaluation, attribution causale, satisfaction, réactions adaptatives/défensives • Anticipation des actions futures Définition de buts et de stratégies, activation de croyances motivationnelles
  45. 45. .. 45/54 Bilans Retour sur le passé plutôt que pistes pour le futur  Marqueurs émotionnels > neutres  Marqueurs perso > du partenaire  Marqueurs positifs > négatifs  Focus : partenaire > soi > groupe - Perso/positifs pour évaluer e.g. Partenaire qui suit bien, bon échange - Perso/neutres pour expliquer les causes e.g. Les problèmes techniques ont augmenté mes angoisses - Perso/Partenaire/positifs pour exprimer de la satisfaction e.g. Ma partenaire a bien aimé la comparaison Evolution Bilan 1  Bilan 2  Moins d’évaluation, plus d’attribution causale et d’expression de satisfaction  Moins de marqueurs perso, plus de marqueurs du partenaire  Plus de focus sur soi, moins sur le groupe
  46. 46. .. 46/54 Enfin pour conclure voici la présentation d'une grille d'analyse que j'ai réalisé à partir des travaux de Jenny Preece
  47. 47. .. 47/54 Les enjeux d'une communauté selon J Preece 1. Purpose, belonging, commitment; (sentiment d'appartenance, engagement) 2. Common ground; (intérêt commun) 3. Appropriate action; (mesures appropiées) 4. Active and passive participation; 5. Réciprocité; 6. Empathie, confiance (Trust); 7. Compétition, collaboration, coopération; 8. Identité; 9. Présence; (social awareness) 10. Privatique et sécurité; (respects de lois CNIL, éthiques)
  48. 48. 48/54 J'ai appliqué ces critères pour l'étude des MOOC Un MOOC est un dispositif de formation instrumentés limités dans le temps et utilisés de façon anecdotique et opportuniste par les apprenants Cet usage spécifique nécessite une appréhension immédiate du dispositif qui conditionne en partie la bonne réalisation des activités de groupe Les cadres théoriques que nous utilisons communément pour étudier les dispositifs de formation instrumentés suggèrent une transformation des schèmes et la construction d'un instrument qui a lieu de façon dynamique et continue dans le temps, lors de la réalisation de l'activité, lors de l'usage de l'artefact.
  49. 49. 49/54 Activité vs Perceptions Considérer le dispositif instrumenté MOOC comme véhicule d'un langage qui est perçu par l'apprenant au travers les interactions qu'il pourrait y mener plutôt qu'au travers celles qu'il y mène. C'est l'idée que développe Rabardel (Rabardel, 1999), que nous reformulons ainsi : considérer le dispositif comme une offre de signification, un ensemble d'éléments de langage qui s'interprète individuellement indépendamment du déclenchement ou non d'une action dans laquelle il pourrait s'inscrire.
  50. 50. Échelle de Perception Instrumentale des Communautés (PIC) Critères de jenny Preece (2000): Purpose, Belonging, Commitment, Common ground, Appropriate action, Active and passive participation, Reciprocity, Empathy and trust, Collaboration, Identity, Social awareness, Policies. → Mesurer la vitalité d'une communauté de pratique instrumentée par un artefact informatique, → But prescriptif : favoriser l’émergence d'une telle communauté. L’observation du couple formé par la communauté et l'artefact qu'elle instrumente. Comprendre comment chaque critère de Preece est réifié sous forme d'usage par la communauté. Établir des liens entre les diverses instrumentations et perceptions d'un artefact et les potentialités de mise en place d'une communauté de pratique.
  51. 51. Construire une échelle de perception instrumentale des communautés Ce travail de compréhension peut être mené : En observant l'activité produite qui est perceptible au travers des traces laissées dans le dispositif de formation ; En menant une série d'entretiens visant à identifier et qualifier la perception des fonctionnalités apparentes du dispositif instrumenté au regard des tâches impliquées par les critères de Preece ; En menant une enquête par questionnaire visant à quantifier la perception par les participant de la facilité à mettre en œuvre les actions mesurées par les critères de Preece. Construction d'une échelle de perception instrumentale des communautés (PIC)
  52. 52. Construction de l'échelle J'ai le sentiment d'appartenir à un groupe de personnes apprenant ensemble Je me sens libre de moduler, en fonction de mes occupations, ma participation au dispositif Dans le dispositif j'ai le sentiment d'être seul Dans le dispositif j'ai l'impression de recevoir autant que ce que j'y amène Dans le dispositif, je repère assez facilement avec qui j'ai des choses en commun Je réussis à percevoir assez facilement ce qui motive les autres apprenants avec qui je travaille J'arrive à estimer si je peux faire confiance à un autre apprenant Je perçois facilement si une autre personne s'implique dans le dispositif ou non Je perçois facilement ce qui nous motive tous à être dans ce dispositif Je comprends quelles actions je dois mener au sein du dispositif Le dispositif de formation traduit assez bien mon implication L'identité numérique que j'ai construite dans le dispositif reflète assez bien ce que je suis Quand j'entre dans le dispositif, je vois si je suis seul ou si d'autres personnes sont connectés Dans le dispositif les règles pour s'exprimer me semblent simples personnes Règles Buts
  53. 53. .. 53/54 Exemple Echelle PIC Généralement quand je participe à l'activité (description exacte de l'activité)….Attention les questions suivantes portent uniquement sur « vous », lorsque vous participez à cette l'activité. Par ailleurs, pour ce premier questionnaire elles portent sur votre situation "avant d'avoir commencé les activités collective de ce dispositif". • 1. J'ai le sentiment d'appartenir à un groupe de personnes apprenant ensemble • 2. Je me sens libre de moduler, en fonction de mes occupations, ma participation au dispositif • 3. Dans le dispositif j'ai le sentiment d'être seul • 4. Dans le dispositif j'ai l'impression de recevoir autant que ce que j'y amène • 5. Dans le dispositif, je repère assez facilement avec qui j'ai des choses en commun • 6. Je réussis à percevoir assez facilement ce qui motive les autres apprenants avec qui je travaille • 7. J'arrive à estimer si je peux faire confiance à un autre apprenant • 8. Je perçois facilement si une autre personne s'implique dans le dispositif ou non • 9. Je perçois facilement ce qui nous motive tous à être dans ce dispositif • 10. Je comprends quelles actions je dois mener au sein du dispositif • 11. Le dispositif de formation traduit assez bien mon implication • 12. Passez directement à la question suivante, ne répondez pas à cette phrase. • 13. L'identité numérique que j'ai construite dans le dispositif reflète assez bien ce que je suis • 14. Quand j'entre dans le dispositif, je vois si je suis seul ou si d'autres personnes sont connectés • 15. Dans le dispositif les règles pour s'exprimer me semblent simples
  54. 54. .. 54/54 Un travail… Travail à réaliser, étudier une communauté existante selon la grille proposée par Jennifer Preece.

×