• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
L'hirondelle   carnet voyage retraite étranger - ile maurice
 

L'hirondelle carnet voyage retraite étranger - ile maurice

on

  • 743 views

800 000 personnes de plus de 50 ans aimeraient partir vivre à l’étranger mais seulement 80 000 l’ont fait (Source : Ipsos). Un nouveau mode de vie, la famille à des milliers de kilomètres, de ...

800 000 personnes de plus de 50 ans aimeraient partir vivre à l’étranger mais seulement 80 000 l’ont fait (Source : Ipsos). Un nouveau mode de vie, la famille à des milliers de kilomètres, de lourdes démarches administratives, s’expatrier peut faire peur. Mais vivre au soleil, améliorer son pouvoir d’achat et s’imprégner d’une nouvelle culture n’est-il pas tentant ?
C’est pour ces raisons que nous avons créé l’Hirondelle, la 1e agence de migration saisonnière. A l’image d’une hirondelle, nous vous proposons de fuir la grisaille et de partir vivre à l’étranger pour quelques mois ou plus.

Statistics

Views

Total Views
743
Views on SlideShare
743
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    L'hirondelle   carnet voyage retraite étranger - ile maurice L'hirondelle carnet voyage retraite étranger - ile maurice Document Transcript

    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 1 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Du 28 au 30/01/13 : Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Départ le 28 janvier à 21h. Nous sommes à bord d’un Boeing 777 d’Emirates : zut ! On nous avait pourtant promis l’A380 ! Il est interdit de s’allonger par terre dans le couloir de l’appareil – nous précise le commandant de bord. Dommage : Guillaume en avait bien l’intention. Difficile de caser ses 190 centimètres dans un siège en classe éco. Chez l’Hirondelle, Business trip ne rime pas avec Business class – même si Guillaume a la classe ! Votre DG préféré a prévu 20kg de costards et chemises. Il a été raisonnable : avec Emirates, c’est 32kg de bagage qu’on peut emporter. Bref, vous l’aurez compris, Emirates, je like, je recommande, et j’ai pris ma carte de fidélité. Dernier argument avant de clore ce paragraphe : plus de 200 films disponibles sur écran individuel. L’occasion rêvée de revoir Pocahontas… Escale à Dubaï, le paradis du shopping de luxe, la ville de tous les excès, le summum de la modernité. On ne vous fait pas un dessin (ou si ?), vous connaissez (ou pas ?  dans ce cas-là, optez pour l’extension de package l’Hirondelle « Do buy in Dubaï » et faites escale trois jours à Dubaï avant de vous installer à Maurice ou au Cap. Merci l’Hirondelle !) 2 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Il est 4h30. C’est l’heure du goûter. Nous sommes arrivés… à Cape Town. Surprise ! « Pas d’Ile Maurice alors ? », me direz-vous. Beh si. On repart aussitôt. Nous voici à minuit dans l’aéroport de Johannesbourg. « Vous vous moquez de nous ? » Ca c’est encore vous. Beh non. Nous, on est dans un gros Airbus désert destination Maurice. Il y a plus de personnel que de passagers à bord. Etalés sur trois sièges, les 190 centimètres de Guillaume peuvent enfin se reposer. A six heures du matin, le trente janvier, En dignes conquérants, nous poserons les pieds Sur l’Isle de France qu’ont volée les Anglais. Niark ! Niark ! Il est temps de se rattraper ! En une strophe de piètre poésie, L’Hirondelle vous dit : A demain les amis ! Mathilde de l’Hirondelle PS : on vous rassure : il y a des vols directs ParisMaurice tous les jours évidemment ! On aime juste les Shadocks. 3 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 30/01/2013 (suite) : Un repos bien mérité 6 heures du matin. Notre dernier repas dans l’avion. Enfin ! Nous redescendons sous les nuages, et au terme d’un voyage de plus de 30 heures, l’Ile Maurice apparaît sous nos yeux. Température extérieure : 27°C. Changement agréable après la neige et le froid parisien. Fraîchement sortis d’un profond sommeil, la journée s’annonçait bien lorsque nous découvrons avec désespoir que ma valise n’est pas arrivée à l’aéroport de Sir Seewoosagur Rangoolam. Rien d’étonnant après 3 escales. Mathilde est contente : c’est l’occasion rêvée de m’habiller en boubou du marché… Deuxième surprise : personne pour nous accueillir à la sortie. Notre partenaire tourisme n’a pas compris que nous arrivions ce jour-là. Je suis un peu déphasé et pour ne rien arranger, Mathilde me houspille pour être aussi perturbé par ces accidents de voyage qu’elle juge trop communs à son goût. Certes, ça aurait été plus drôle si les masques à oxygène étaient tombés automatiquement à notre portée. Tirez sur le masque pour libérer l’oxygène. Et il est interdit de fumer dans les toilettes. On ne sait jamais, on n’avait peut-être pas encore compris. Bref, tout s’arrange et le directeur de notre tour opérateur potentiel partenaire, Serge, passe un coup de fil par-ci, un autre par-là et en 5 minutes tout est réglé. La valise nous sera livrée à domicile 4 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 dès son arrivée et un chauffeur nous transporte gratuitement jusqu’à notre guesthouse à 50km de l’aéroport. Très professionnel, ce Serge. Dans sa tenue décontractée, avec son grand sourire à la Henri Salvador, il nous réserve un accueil tout mauricien : « Pas de problème ! C’est possible ! ». Après une heure de transport dans les embouteillages pour Port-Louis, la capitale, nous arrivons à bon port (il était temps !). Christian, notre hôte, Français installé ici depuis 12 ans, nous accueille chaleureusement avec son épouse mauricienne et ses enfants. Peu après, voici Alain, notre AMI (Agent pour la Meilleure Intégration) mauricien. Il nous amène découvrir le centreville de Port-Louis. Un vrai choc culturel pour moi, mais Mathilde joue la blasée (pour changer). Port-Louis, c’est un mélange entre une ville indienne et une ville chinoise : rues bondées, échoppes aux noms en caractères chinois. Ville multiculturelle par excellence ! Nous déjeunons dans un des meilleurs restaurants chinois de la ville (le Canton). Alain nous explique ses projets : il serait très fier de devenir le 1e AMI de l’Hirondelle. Parallèlement, il est en train de lancer un Spa avec son amie Rosinette, charmante mauricienne aux doigts de fée. La visite du Port-Louis moderne, le Caudan Waterfront, est sans grand intérêt. C’est neuf, occidental et artificiel. Nous nous renseignons tout de même sur le prix des places de parking pour bateau au port. En exclusivité, voici l’option « Pélican » du package l’Hirondelle. Posezvous à Maurice en bateau ! Le prix mensuel pour mouiller dans le port très bien situé de Port-Louis serait d’environ 600€ nous dit-on. A notre retour, notre hôte met en marche pour nous la cascade de la piscine et le jacuzzi. Mathilde malheureusement n’en profite pas car à peine a-t-elle touché le lit, que la voilà dormant à poings fermés. Au dîner, nous dégustons les fruits achetés de Port-Louis dans l’après-midi. C’est un endroit des plus pittoresques. Les étalages de fruits sont impressionnants : mangues, grenades, pastèques, pitayas, … Cent fruits aux couleurs écarlates et sucrés à souhait. Mathilde ne résiste pas. Saviez-vous que l’Ile Maurice possède 8 variétés de mangues ? Nous les avons toutes goutées ! Mais le plus sympathique fut l’herboriste du marché, Jay, qui nous présenta avec un grand sourire toutes ses tisanes qui guérissent tout et n’importe quoi : l’insomnie, la goutte, les hémorroïdes, l’incontinence, l’impuissance même. Là, on ne pourra pas vous en dire plus car on n’a pas testé . L’herboriste nous montre son livre d’or où sont regroupés tous les mails des clients que ses tisanes ont soignés. 5 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Intéressé ? Rendez-vous place Vauban à Paris où parait-il ses remèdes miracles sont en vente. Pourtant, à voir l’échoppe, on ne dirait pas… Pour commander vos tisanes miracles (vendues depuis 4 générations !), c’est par ici : http://pages.intnet.mu/jaytisanes/ Guillaume de l’Hirondelle 31/01/2013 : Back to business ! Petit déjeuner occidental à la mauricienne offert par nos hôtes. C’était gentil de leur part mais on ne recommencera pas l’expérience… L’estomac de Guillaume crie famine et il travaille moins bien lorsqu’il n’a pas bien mangé (si si ! je vous assure !). Rendez-vous à Rose Hill, dans le centre de l’île, avec le père jésuite B. Nous sommes accueillis chaleureusement à la résidence Saint-Ignace. Père B nous présente la communauté jésuite de Maurice et ses activités. Les jésuites sont arrivés à Maurice lors de l’abolition de l’esclavage, il y a environ 150 ans, afin de s’occuper des anciens esclaves sur le plan humain et spirituel. Aujourd’hui, ils assurent l’accompagnement spirituel des croyants qui viennent à eux (retraites par exemple), assurent une permanence d’écoute et d’accueil à la résidence Saint- Ignace, et aident les paroisses manquant de prêtres. Sur le plan social, ils mènent des campagnes de prévention du sida et aident les jeunes. Par exemple, ils ont fondé à la résidence une école technique pour les recalés à l’examen de fin du cycle primaire. Les jeunes y apprennent le travail du bois et du métal, ainsi que l’informatique. Il nous a semblé important que les futurs clients de l’Hirondelle puissent avoir la possibilité de pratiquer leur religion, mais aussi de donner de leur temps à la communauté. Ceux qui resteront à Maurice plus de six mois pourront, avec sérieux et engagement, prendre part aux projets de la communauté, par exemple en assurant des permanences à la résidence, en formant les jeunes ou en participant aux programmes de soutien scolaire. En rencontrant dès notre premier rendez-vous le père B, nous souhaitons envoyer un signal fort. Certes, l’Hirondelle, c’est la vie au soleil. Mais avant cela, c’est l’occasion d’un partage. Notre 6 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 vocation est de faire de la communauté des Hirondelles la pierre angulaire d’un nouveau mode de vie durable basé sur l’ouverture à l’autre et sur l’échange. Nos futurs clients, qui auront pour la plupart du temps et de l’expérience à partager, pourront – s’ils le souhaitent- , remercier à travers un mécénat de compétences, les locaux qui les accueillent dans leur pays et leur offrent un cadre de vie agréable. L’Hirondelle fera tout son possible pour faciliter la mise en œuvre des initiatives qui iront dans ce sens. En attendant l’heure de notre prochain rendez-vous, nous décidons de passer à l’Institut français de Maurice dont nous avons appris par hasard l’existence grâce au père B. La Chambre du Commerce et de l’Industrie Franco-Mauricienne (CCIFM) y a son siège, mais malheureusement, on nous dit qu’ils ne reçoivent que sur rendez-vous. Nous errons alors dans la médiathèque bien fournie en presse française, et sommes rattrapés quelques minutes plus tard par une employée de la CCIFM qui nous explique que le président est là et qu’il serait prêt à nous recevoir tout de suite. Quelle chance ! Rencontre très fructueuse dont le contenu est confidentiel. Néanmoins, deux points intéressants pour les futures Hirondelles :  L’Institut français de Maurice anime la vie culturelle des expatriés français avec un grand professionnalisme. Concerts, débats, expositions, séances de cinéma et autres activités constructives vous attendent à Maurice.  L’Hirondelle lancera dès l’été 2013 son package « Start up in Mauritius ». Vous êtes entrepreneur ou souhaitez le devenir ? La fiscalité et les taxes françaises vous font peur ? Les démarches administratives en France vous rebutent ? Vous préférez le soleil à la pluie ? Alors pourquoi ne pas monter votre boite à Maurice ? Avec l’Hirondelle, c’est facile ! De nombreux créateurs de start-ups Internet ont déjà franchi le pas, alors pourquoi pas vous ? N’hésitez pas à nous écrire pour plus d’informations. Dernier rendez-vous avec un tour opérateur. Nous avons été reçus comme des rois ! Conversation confidentielle qui présage que l’Hirondelle à Maurice a de très beaux jours devant elle, mais ne soyez pas frustré car notre prochaine aventure est des plus amusantes… Notre AMI Alain nous amène visiter son Spa-Salon de coiffure où il travaille avec Rosinette. Charmant petit commerce, malheureusement pas très bien situé. La circulation autour du bâtiment est dense et bruyante, ce qui n’est pas l’idéal pour se relaxer. Mais Alain va bientôt déménager pour que son équipe ait enfin un local à la hauteur de ses compétences et de son charme accueillant. 7 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Alain nous présente son tout dernier investissement : le Céraform. Il s’agit d’une pierre en céramique qui, à l’aide des 70 minéraux qu’elle contient, concentre les ondes scalaires. Portez-là autour de votre cou et elle décuplera votre énergie et vous protègera des agressions quotidiennes. La preuve en images dans la vidéo du dimanche de l’Hirondelle. A demain donc ! Mathilde de l’Hirondelle 01/02/2013 : Une brève histoire de Maurice Aujourd’hui c’est jour férié à Maurice. On commémore l’abolition de l’esclavage qui a tenu une place prépondérante dans l’histoire du pays. Aussi, pas possible de prendre des rendez-vous business. L’équipe de l’Hirondelle s’est donc posée pour travailler à tête reposée, profiter de la piscine, et jouer au billard avec les enfants de nos hôtes. Mais c’est une bonne occasion de vous faire mieux découvrir le passé de cette belle île. Découverte dès le Xème siècle par les marchands arabes sur la route des Indes, elle est peu à peu abandonnée au profit du commerce avec l’Extrême Orient. La même chose se reproduit avec les Portugais, qui redécouvrent l’île, pour finalement l’abandonner. Ce n’est qu’avec les Hollandais qu’une installation durable commence, afin de décourager la concurrence. On la rebaptise alors Ile Maurice, en l’honneur du souverain hollandais Maurice de Nassan. Mais faute de réel contrôle, les colons, anciens forçats, et les esclaves se dissipent et l’île est à nouveau abandonnée vers 1710. C’est aussi vers cette époque que les dodos s’éteignent : le goût d’une dinde, et la taille d’un sanglier, les Européens n’ont pas résisté. C’est un Français, Dufresne d’Arsel, de la Compagnie des Indes orientales, qui va rétablir un comptoir sur place. L’île est prise en main par Mahé de la Bourdonnais, nommé gouverneur par Louis XV. Il transforme l’île en profondeur afin de la rendre autosuffisante sur le plan alimentaire (culture du blé, élevage de volailles), impose que l’on traite les esclaves correctement, et dote Port Louis d’un grand port. L’Isle de France devient en quelques années l’une des colonies les plus prospères du royaume. La France rachète en 1764 l’archipel des Mascareignes (Maurice, Réunion, Seychelles, Rodrigues) à la compagnie des Indes afin d’en faire des colonies dépendant directement du roi et non plus de commerçants. Le nouvel intendant, Pierre Poivre, continue la transformation de l’île en implantant la culture des épices et du sucre. L’île continue d’accueillir les grands explorateurs : Bougainville, Kerguelen, Lapérouse. Lors de la guerre d’indépendance américaine, la France engage le combat contre l’Angleterre dans l’océan Indien. L’île devient alors une base militaire capitale et un repaire de corsaires (dont Surcouf !), ce qui accroît considérablement sa richesse. A la veille de la Révolution française, il y a sur l’île 7850 blancs pour 950 affranchis et 37 000 esclaves ! Pas étonnant que l’Isle de France résiste à l’abolition de l’esclavage… La reprise de la guerre avec l’Angleterre et la maîtrise de cette zone par la France en fait une plaque tournante du commerce (la moitié des exportations françaises vers les Etats-Unis proviennent de 8 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Maurice). Et en 1810, la marine impériale écrase la flotte anglaise à Grand Port. C’est la seule victoire navale de Napoléon. Cette victoire n’empêche pas l’Angleterre de s’emparer de la Réunion (alors appelée l’Isle Bourbon), puis de l’Isle de France, où ils font débarquer 10 000 Indiens et Anglais pour s’assurer de bien maîtriser le territoire. Seule la première île est rendue à la France à l’issue des guerres napoléoniennes. L’Isle de France est alors rebaptisée Mauritius. Ne parvenant pas à y faire venir de nouveaux colons, l’Angleterre accepte l’ordre établi là par les Français : code civil, catholicisme, etc… Pour combler le manque de main d’œuvre lié à l’abolition de l’esclavage en 1833, de très nombreux Indiens seront transportés à Maurice afin de travailler dans les plantations de sucre pour des salaires dérisoires. En 25 ans, la production atteint 100 000 tonnes. C’est ce qui explique qu’aujourd’hui les Indiens représentent la moitié de la population mauricienne. Le percement du canal de Suez en 1869 ôte cependant à l’Ile Maurice son statut de point de passage obligé pour la route des Indes. L’île accède à l’indépendance en 1968, mais reste alors une monarchie sous la souveraineté de l’Angleterre, statut qu’elle perdra en 1992. Le premier chef d’Etat mauricien en 1968 est Sir Seewosagur Ramgoolam, considéré comme le père de l’indépendance. Il a d’ailleurs donné son nom si simple à prononcer à l’aéroport national. Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire passionnante de Maurice, nous vous conseillons l’ouvrage suivant : « Sur la route des épices » de Denis Piat. Guillaume de l’Hirondelle 02/02/2013 : Spa, Plage & Randonnée Maurice est connue pour ses plages et ses récifs coralliens, moins pour sa nature sauvage. C’est pourtant cette facette là que nous avons décidé d’explorer en premier lieu. Direction Curepipe, dans le centre de l’île. Alain, notre AMI, nous montre le jardin botanique de la ville : un endroit tranquille où des nuées de moineaux rouges vifs ont élu domicile. On y découvre l’existence du « cours-pas », une sorte d’escargot géant qui pullule dans l’île. Alain se croit obligé de nous préciser que ça ne se mange pas . 9 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Aux alentours de la ville se trouve Trou aux cerfs : un cratère verdoyant qui nous rappelle l’origine volcanique de l’île. On peut descendre jusqu’au fond du cratère, mais ce sera pour une autre fois. Nous nous rendons ensuite au Domaine des Aubineaux : une des rares maisons coloniales encore debout aujourd’hui. Elle fut construite en 1872 par la famille française des Guimbeau. C’est une des premières maisons de l’hémisphère Sud à obtenir l’électricité – et la 1e à Maurice. On y trouve du mobilier en bois précieux, des photos de l’Exposition universelle de 1900, de vieux aspirateurs, appareils photo, grille-pains, etc… Après la visite guidée, nous dégustons du thé de Bois Chéri et du rhum de Saint-Aubin, deux exploitations célèbres appartenant à la famille Guimbeau. Petit passage au centre commercial pour acheter de quoi faire des sandwichs baguettes jambon-fromage, et nous partons à l’aventure ! Le Routard – notre compagnon de toujours – conseille fortement une randonnée aux Tamarin Falls. Nous errons quelque temps entre Curepipe et Quatre Bornes (toujours dans le centre de l’île) avant de comprendre que les Tamarin Falls et les Seven Falls sont exactement au même endroit… Sur place, un paysan nous guide jusqu’au chemin qui descend à la cascade. On ne l’aurait pas trouvé sans son aide car nous sommes perdus au milieu des champs de canne à sucre. Nous peinons quelque peu (en tout cas moi ! peut-être pas Guillaume) sur ce chemin escarpé et glissant, mais l’effort en vaut la peine. Du haut de la cascade, la vue est époustouflante ! Nous y rencontrons deux rastas venus là pour s’inspirer (ou fumer à l’abri des regards indiscrets, peu importe). Pique-nique rapide car une pluie tropicale se prépare. Nous passons l’après-midi dans le Nord de l’île. En effet, Alain a rendez-vous avec quelqu’un qui cède son Spa à Grand Baie, le cœur de l’activité touristique de Maurice. Avis aux amateurs ! Alain cherche à lever 10 000€ pour installer son Spa actuel qu’il gère avec Rosinette dans ce nouvel emplacement. Le Spa est situé en plein cœur de Grand Baie, en face de la plage où se bousculent les touristes. Il dispose de quatre cabines et d’une grande terrasse surplombant les alentours et où pourrait être aménagé un salon de thé/bar. Alain dispose déjà d’une équipe de quatre masseuses diplômées, dynamiques et charmantes. Last but not least, Guillaume estime que l’investissement pourrait être rentabilisé en trois mois. Alors, pourquoi ne deviendrez-vous pas propriétaire d’un Spa à l’Ile Maurice ? Pour plus d’information, écrivez-nous ! 10 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Notre périple se termine sur la plage paradisiaque de Pereybère. Nous nous sommes dévoués et l’avons testé pour vous . Diagnostic : eau transparente à 28 degrés, plage de sable fin, très tranquille en dehors des week-ends. C’est bon, vous pouvez plonger ! Mathilde de l’Hirondelle 03/02/2013 : Un dimanche à Maurice Pour ne pas perdre ses bonnes habitudes, l’Hirondelle commence la matinée de ce premier dimanche en travaillant (devant la piscine quand même !). Un peu d’exercice physique pour continuer : il s’agit d’aider notre hôte Christian à changer la roue de son 4x4, crevée pour la n-ième fois sur les routes mauriciennes. Heureusement, Alain (notre AMI) arrive à midi avec une belle dorade qu’il prépare à la mauricienne. Un petit coup au barbecue et c’est succulent ! Voilà qui nous réconforte après tant d’efforts ! Il en faut peu pour me rendre heureux . Incorrigible, je reprends mon activité physique dans l’après-midi : petite compétition de natation avec les enfants de notre hôte, puis j’attaque la montagne la plus proche : la montagne Silio. Près de 400 mètres de dénivelé au cours desquels je découvre progressivement les environs de Port-Louis et les montagnes avoisinantes, en compagnie des mauriciens qui viennent ici faire leur « parcours de santé ». Les plus braves tentent l’ascension 11 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 en courant, mais peu arrivent au sommet. En haut, on a un magnifique panorama sur Moka et Port-Louis. On voit quasiment toute l’Ile Maurice. On a aussi la chance d’apercevoir un bel arc-en-ciel. De retour à la maison, je pars faire les courses. Malheureusement, un dimanche après-midi, difficile de trouver un commerce ouvert. Maurice ressemble beaucoup à la France sur ce point là. Je trouve finalement une pizzeria de piètre qualité : seule petite déception de cette journée bien remplie ! Guillaume de l’Hirondelle 04/02/2013 – De Port Louis à Gris-Gris L’Hirondelle ne perd pas une minute, son retour au travail s’est fait tambour battant ! Départ pour Flic en Flac en compagnie d’Alain afin de visiter des biens immobiliers qu’il avait repérés dans la région. Tout près de la superbe plage, nous visitons une première maison, assez correcte au premier abord, avec piscine, mais en y regardant de plus près, nous voyons que la maison est en réalité un peu décrépie, et ne convient pas. La propriétaire insiste pour nous faire visiter ses autres biens immobiliers, et là ce fut riche en couleurs : murs roses, mobilier, lits désagréables. C’est ce que l’on appelle ici le style « Malbar », qui consiste à décorer avec tout et n’importe quoi. Autre maison près de Flic en Flac : entrée par un petit pont fort peu commode, au bord d’une route nationale. La maison en elle-même serait convenable si ce n’était son emplacement déplorable donnant sur un terrain vague rempli d’ordures. Bref, vous l’aurez compris, trouver un bien immobilier convenable à l’île Maurice est difficile. Il y a beaucoup d’annonces, mais peu sont fidèles à la réalité et ne disent pas tout. D’où l’utilité pour l’Hirondelle d’effectuer une présélection en allant voir sur place. Après une matinée éprouvante, nous nous restaurons sur la magnifique plage de Rivière Noire, dont nous profitons de l’eau turquoise à 28°C. Nous le confirmons, la beauté des plages mauriciennes n’est pas un mythe. Le devoir nous appelle, et aussitôt sortis de l’eau, nous nous rhabillons pour rencontrer Monsieur M, ancien HEC, et sa femme, installés depuis 6 ans à l’île Maurice. Expatriés pendant presque 12 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 toutes leurs carrières, le choix de la retraite à l’étranger s’est imposé tout naturellement pour eux. Ils ont choisi Maurice, qu’ils ne connaissaient pas avant, pour ses différents atouts : beau temps, gentillesse des habitants, démocratie stable, coût de la vie avantageux… Ils ne regrettent pas leur choix. Nous repartons pour une tournée des plages du Sud, toutes plus sauvages les unes que les autres : La preneuse, la Gaulette, le Morne, la Prairie. Petit arrêt sur le magnifique promontoire de Macondé avant de finir sur la plage de Souillac, près de Gris-Gris. Nous assistons au coucher de soleil. Le Morne La prairie La Gaulette Guillaume de l’Hirondelle 05/02/2013 A la découverte du Sud-Est sauvage Hors de question de s’arrêter en si bon chemin. Départ cette fois-ci pour Blue Bay et Pointe d’Esny, que nous avions pressenti pour être l’un des meilleurs endroits pour installer nos clients. Alain ne nous dément pas : c’est son endroit préféré à l’île Maurice. Petit détour pour rencontrer un partenaire potentiel, qui s’avère finalement assez peu intéressant. Heureusement, Pointe d’Esny et Blue Bay nous réservent de belles surprises. Nous découvrons un bel appartement, très propre, bien meublé, confortable, à 200m de la plage seulement. Pause déjeuner à Mahébourg, où nous dégustons une spécialité locale, le bol renversé, plat copieux à base de légumes, de riz et de viande. Malgré sa faim de loup, Mathilde ne parvient pas au bout de son plat. Nous effectuons une promenade digestive dans la baie de Vieux Grand Port, où s’est livrée la bataille éponyme en 1810. La flotte impériale y écrasa la marine anglaise. Ce fut la seule victoire navale du règne de Napoléon. En grand fan de Napoléon, je suis donc très content d’être ici . Elle ne permit malheureusement pas de conserver l’île, qui fut prise par les Anglais peu après. 13 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Nous sommes surpris par un orage très violent, que nous observons depuis la voiture, où Mathilde nous fait remarquer que nous sommes en parfaite sécurité puisque c’est une cage de Faraday (merci le Palais de la Découverte ;-) ). La fureur du ciel étant de courte durée, nous repartons pour Blue Bay, où nous trouvons de baux bungalows avec accès privé à la plage pour nos Hirondelles. Le tout pour environ 400€ par mois ! Nous sommes tellement sous le charme que nous pensons nous établir là pour la fin de notre séjour : c’est paisible, plutôt sauvage. Le propriétaire, très sympathique, nous explique que sa famille est arrivée sur l’île il y a sept générations, débarquée tout droit de Franche-Comté. Satisfaits de nos repérages, nous allons tester la plage de Blue Bay en attendant un troisième rendez-vous. C’est magique ! A quelques mètres seulement du rivage, sur un massif corallien, nous nageons au milieu des poissons tous plus beaux les uns que les autres. L’eau est si claire qu’il n’y a même pas besoin de masque pour les observer. Nous sommes ravis :-D. Malheureusement, notre dernier rendez-vous se décommande (c’est un classique à Maurice, on y est habitué maintenant). Pour compenser, Alain nous fait découvrir la plage du Bouchon, petite bande de sable perdue à laquelle on accède difficilement après plusieurs kilomètres de pistes sillonnant les champs de canne à sucre. Nous en profitons pour faire une petite séance photos. Au retour, nous découvrons l’immense culture musicale d’Alain, qui nous déclame toutes les grandes chansons françaises. Plus besoin d’autoradio ! Nous apprenons aussi grâce à lui les rudiments du créole : « J’ai faim ! » se dit « Mô faim ! » (difficile de faire plus simple !) ou « Mô mari faim » (si on a très faim), voire « Mô mari faim gâté » (lorsque l’on meurt franchement de faim). Même déclinaison pour « Mô kontent toi », qui veut dire « Je t’aime ». On vous laisse deviner ce que veut dire « Mô mari faire gâté ». C’est du même registre que certaines chansons d’Alain . Guillaume de l’Hirondelle 14 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 06/02/2013 : L’amabilité mauricienne Départ en bus pour Floréal. Pour cela, nous nous rendons à la gare du Sud de Port-Louis. Christian, notre hôte, nous y dépose sur le chemin de l’école. Une cinquantaine de bus nous y attendent, sans qu’aucun panneau ne nous précise celui qu’il faut prendre. Une employée de la compagnie nationale de bus nous renseigne heureusement : pour nous rendre à Floréal, il faut prendre le bus bleu et descendre à l’arrêt « SMF ». Le bus est rempli d’étudiants tous armés de leurs mp3, ipods et même iphones. L’arrêt SMF se trouve en plein milieu de la cambrousse… ou plutôt des champs de canne à sucre. Inquiétant… Mais cette fois encore, un Mauricien nous propose spontanément de nous aider. Nous voilà donc dans un deuxième bus – celui-ci désert – et nous arrivons enfin à bon port. Nous avons rendez-vous avec un tour opérateur dont les locaux seraient à Floréal, mais après avoir parcouru la ville de long en large, il faut se rendre à l’évidence : pas de tour opérateur ici ! Nous passons un coup de fil au directeur qui, confus d’avoir oublié de nous préciser qu’il avait déménagé, vient nous chercher en Mercedes. Le contenu de la réunion est évidemment confidentiel mais sachez que si vous vous installez à Maurice, l’Hirondelle sera en mesure de vous proposer une extension de package pour visiter Madagascar, l’Afrique du Sud, la Réunion ou les Seychelles ! Déjeuner copieux à La Potinière à Curepipe, restaurant que nous vous recommandons fortement. D’ailleurs savez- vous d’où vient le nom de Curepipe ? Première hypothèse : l’endroit fut nommé ainsi par un soldat français nostalgique de son village natal en Gironde du même nom. Deuxième hypothèse : les troupes françaises s’arrêtaient toujours ici pour allumer leur pipe. Dernière hypothèse (la préférée de Guillaume) : les soldats français en garnison dans la ville s’ennuyaient tellement ici qu’ils passaient leur temps à curer leur pipe. D’après Alain, les trois hypothèses seraient toutes très plausibles. Mais ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas prévu d’installer des Hirondelles à Curepipe ! Nous marchons ensuite – 5 kilomètres sous un soleil de plomb – pour voir les célèbres maquettes de bateaux en bois de Curepipe : pourquoi ne pas mettre dans votre salon une réplique du Saint-Géran, le navire dont le naufrage sépara les deux amants mondialement célèbres que furent Paul et Virginie ? Quelques heures plus tard (et beaucoup de coups de soleil après), nous sommes au sommet du cratère de Trou aux Cerfs (vous vous souvenez ?). C’est un jeune danseur de capoeira qui nous a gentiment guidés jusque là, alors même qu’il était déjà en retard pour rejoindre sa mère qui avait l’air peu commode… Rien à redire sur l’amabilité et la serviabilité mauricienne. Vous serez gâtés ! 15 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Notre AMI (Agent pour la Meilleure Intégration), Alain Encore un rendez-vous avec un tour opérateur. Cette fois-ci, c’est le coup de foudre ! Et non ! ça na rien à voir avec le fait qu’ils nous ont offert une nuit dans une résidence luxueuse au bord de la mer à Trou aux Biches :-D. Bref, ce rendez-vous nous permet de vous proposer une option « Réflexion » avant de franchir le pas de la migration saisonnière : visitez pendant 7 à 10 jours votre pays d’accueil pour voir si vous vous y plairez. Retour sportif jusqu’à la maison (à pieds !) Nous sommes épuisés ! Mathilde de l’Hirondelle 16 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 07/02/2013 : Pour tous ceux qui ne seraient pas encore convaincus par une vie à Maurice Le soleil, les plages, une culture riche et variée, une amabilité sans faille de ses habitants : tant de raisons d’aimer l’Ile Maurice ! Et pourtant, certains d’entre vous ne sont pas encore convaincus que le paradis est ici. Voici donc for your eyes only, THE raison pour s’installer à Maurice : la Vie Version Grand Luxe (VVGL). L’Hirondelle commence la journée par une matinée de travail bien remplie. Petite mise au point sur quelques sujets importants (on a complètement refondu notre process de traitement d’un dossier client) (rien que ça !), avant de dire au revoir à notre hôte Christian. Nous partons alors pour Trou aux Biches (dans le Nord de l’île), en compagnie de Jean-Noël, chauffeur de taxi conseillé par Christian. C’est l’un des rares à proposer des prix raisonnables (environ trois fois moins cher que ses collègues). Là, après avoir cherché pendant quelque temps, nous trouvons enfin la résidence dans laquelle nous a invités notre partenaire potentiel. Waouh ! Le portail s’ouvre, et nous entrons dans une superbe résidence sécurisée aux bâtiments ultra design. La directrice du complexe, une Française, nous accueille, et nous amène vers le logement qui nous a été réservé : une beach villa avec vue sur la mer (pas difficile lorsqu’on est sur la plage). Descente d’abord par un petit escalier, d’où l’on a une belle perspective sur la piscine qui tombe en cascade avec, en toile de fond, l’océan (of course my dear !). Nous entrons dans la villa dont la baie vitrée nous fait entrevoir la mer derrière un petit jardin très propre (non ! cosy !). Les volumes sont grands, agréables. Tout est soigné, que ce soit l’ameublement, l’équipement de cuisine (complet), ou encore la table qui est mise à notre arrivée. Dans l’une des trois chambres (car on en a besoin de trois…), deux serviettes de bain pliées en forme de cygne et recouvertes de fleurs ornent le lit majestueux. Dans la salle de bain, douche-pluie, baignoire somptueuse et pétales de rose à gogo. Mathilde craque. La directrice nous fait ensuite visiter les autres logements du complexe, et nous vous assurons que là encore, les résultats sont époustouflants, que ce soit pour les villas avec piscine privée ou les penthouses. Nous profitons de la plage puis marchons jusqu’au centre de Trou aux Biches, où nous faisons nos courses pour le dîner dans la supérette du coin : « Chez Popo » (tout de suite mois class). La plage de Trou aux Biches est magnifique et nous y assistons à un beau coucher de soleil. Le soir, James Bond sur écran plat géant. Le canapé est si confortable que Mathilde s’endort. 17 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 VVGL, what did you expect ? Guillaume de l’Hirondelle (annoté par Mathilde !) 18 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 08/02/2013 : Retour à la réalité La beach villa cinq étoiles, c’était bien . Hélas, le retour à la réalité s’impose toujours trop vite… Lorsque vient notre tour de payer nous même notre logement, on est bien obligé de déménager (ça plomberait le budget de l’Hirondelle !). L’Hirondelle s’installe alors au Boucan, un petit hôtel à Trou aux Biches (dans le Nord de l’île) très bon marché. C’est modeste mais propre. Une bonne ambiance le soir sur la terrasse où nous dégustons un délicieux poulet tandoori avec un « Ti punch » (un cocktail au rhum typique qui m’assomme rapidement !), sur fond de sega (la musique locale en créole). Une dure journée de labeur s’annonce. Pour commencer, nous rencontrons le directeur d’un tour-opérateur qui, au lieu de chercher à nous vendre ses 1001 excursions incontournables, préfère nous faire visiter une résidence locative à Flic en Flac (dans l’Ouest) dont il est propriétaire ( !). C’est correct, propre, avec piscine et à un quart d’heure de la plage. Le service est impeccable : femme de ménage tous les jours, transfert à la plage ou au supermarché gratuit et à tous moments, excursions pêche, soirées sega, etc… Une combinaison parfaite pour les petits budgets qui veulent prendre le large pendant l’hiver. Rendez-vous ensuite au Board of Investment à Port-Louis (la capitale) où nous nous renseignons sur les démarches à faire pour acquérir le statut de résident mauricien, et donc (pourquoi pas ?) changer de domicile fiscal. Vous vous en doutez sûrement : c’est très intéressant ! Pause déjeuner dans un restaurant chinois (manger chinois à Maurice est très courant et c’est d’un excellent rapport qualité-prix ! Pour 4€, on est largement rassasié et c’est très bon !), puis retour en bus dans le Nord à Grand Baie. A Bain Bœuf, nous visitons une autre résidence, beaucoup plus luxueuse que la précédente. Appartements de 2 ou 3 chambres avec une agréable terrasse spacieuse donnant sur la piscine qui sillonne entre les arbres tropicaux. 19 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 Nous terminons la journée sur la plage évidemment. Car à Maurice, une journée sans plage, c’est comme en France une journée sans fromage ! Mathilde de l’Hirondelle 09/02/2013 : Excursion à l’Ile aux Cerfs Maurice est entourée de petites îles paradisiaques aux eaux turquoises : l’île Ronde (qui n’est pas ronde, l’île aux Serpents (où il n’y a pas de serpents mais qui est ronde), l’île aux Aigrettes, l’île aux Deux Cocos,… et l’Ile aux Cerfs où nous partons en excursion avec Alain (notre AMI, Agent pour la Meilleure Intégration). Nous rejoignons un petit groupe de Bordelais bien sympathiques et prenons un bateau à moteur qui traverse le lagon de Trou d’Eau Douce pour atteindre l’Ile aux Cerfs. Là, un paysage de carte postale s’offre à nous ! Plage de sable fin, mer bleue menthe à l’eau, oiseaux exotiques, poissons multicolores… « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. » Ce n’est pas pour rien que la maîtresse et muse de Baudelaire était mauricienne ! Alain nous initie au « tartinage » à l’aloe vera. Cette plante qui pousse dans son jardin est connue pour hydrater et protéger la peau du soleil. Cela ressemble à un cactus sans épines qui, coupé, sécrète une sorte de gel très doux et frais dont on se tartine. Rien de plus naturel ! Après une longue baignade des plus enchanteresses, nous reprenons le bateau pour aller voir la cascade. Malheureusement, la pluie de la veille l’a rendue boueuse. Nous nous rattrapons tout de même car nous rencontrons par hasard une colonie de macaques qui, curieux et gourmands, n’hésite pas à sauter dans le bateau. Nous avons même la chance d’observer un paille-en-queue, un oiseau qui, parait-il, se fait de plus en plus rare. Quoi de mieux pour le déjeuner qu’un barbecue de dorade et de langoustes fraichement pêchées ? Malheureusement, nous sommes privés de dessert ! Le restaurant a du sûrement avoir un problème d’organisation car nous n’avons jamais vu la couleur des montagnes de bananes flambées qu’on nous 20 Les retraites à l'étranger
    • Business Trip de l’Hirondelle 2013 avait promises. Mon estomac frustré crie famine (quel hypocrite ! après 2 langoustes avalées !). Nos compagnons d’infortune, eux, crient tout court. Il faut dire que la bouteille de rhum mauricien n’a pas été épargnée pendant le repas… Plage, plage et re-plage. Puis, retour sur la terre ferme pour… tester la plage de Mont-Choisy (dans le Nord) ! Nous sommes un peu déçus : la plage est certes très longue, mais l’eau un peu trouble. La journée s’achève au restaurant La Marmite mauricienne, le rendez-vous des retraités français de Trou aux Biches (toujours dans le Nord). Nous y sommes abordés par un couple de retraités à qui nous présentons l’Hirondelle. Ils sont tout de suite conquis ! Ah ! S’il suffit de se poser sur la plage ou au restaurant pour trouver des clients, être commercial chez l’Hirondelle est le plus beau métier du monde ! Tentés ? Postulez ! Mathilde de l’Hirondelle 21 Les retraites à l'étranger