Colloque « L’influence des réseaux sociaux »

1,502 views

Published on

Compte rendu du colloque sur les réseaux sociaux qui avait lieu à Rennes le 3 mars 2010.

Published in: Technology, Business
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,502
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Colloque « L’influence des réseaux sociaux »

  1. 1. Colloque « L’influence des réseaux sociaux »  3 mars 2010, 4 Bis Rennes    PREMIERE PARTIE : LE « MOI » VIRTUEL  Ayant raté l’introduction sur la définition des réseaux sociaux et sur l’identité numérique,  j’essaie  de  récupérer  le  fil  de  la  conférence.  Me  voilà  arrivée  en  plein  débat  de  psychologues.    Qui  dit  réseau  social  dit  « le  moi  virtuel »  (de  vieux  souvenirs  de  cours  de  psycho réapparaissent alors).   Yann Leroux et Jean Charles Nayebi, spécialistes du domaine, sont, dans la salle, les mieux  placés pour nous parler du sujet et des « actifs du web » dans leurs utilisations des réseaux  sociaux : World of Warcraft, Second Life, Facebook…   Jean  Charles  Nayebi,  psychologue,  engage  donc  la  conversation  sur  la  cyberdépendance.  Cf "Cyberdépendance en 60 questions"., RETZ, Paris, Mars 2007 .  Il  distingue  et  détaille  4  types  de  cyberdépendance  qui  me  font  réfléchir  à  quelle  cyberdépendante je pourrais me rapprocher.  • La « cyber sex ». Je pense qu’il est préférable de pratiquer plutôt que de regarder.   • La « cyber jeux ». Je suis restée sur la tradition. J’adore les jeux de sociétés ou les jeux  de  plein  air  et  le  tout  entre  amis,  en  famille  ou  en  animation.  Quoi  de  mieux  de  se  rassembler autour d’un bon Times Up ou d’opter pour une « soirée poker » ?  • La « dépendance communicationnelle ». Celle ci décrit l’établissement de relations via  Internet. Construisant depuis peu une existence et un réseau social virtuel, je pourrais 
  2. 2. me  rapprocher  de  cette  cyberdépendance.  Seulement  mes  qualités  et  ma  passion  du  relationnel m’amènent à écarter certains symptômes d’addiction.  • La « cyberamassage ». Nous sommes dans le cas où l’individu recueille un maximum de  contenus  et  d’informations  par  le  biais  du  web.  On  dégage  un  besoin  constant  de  s’informer sur un ou plusieurs sujets qui passionnent. Tiens, tiens, ça c’est que j’essai de  faire en ce moment ; mais encore une fois, je suis loin d’y passer jour et nuit.   Je  me  permettrai  de  rajouter  à  la  « classification  de  Jean  Charles  Nayebi  le  « cyberacheteur ».  Comme  il  est  facile  de  ne  plus  me  déplacer  pour  les  fêtes  de  Noël,  les  anniversaires,  pour  acheter  des  livres  ou  des  places  de  concerts.  Par  la  même  occasion,  en  cherchant  bien  (et  souvent  longtemps),  on  fait  des  bonnes  affaires.  Mais  celà  n’est  rien  comparé au véritable « cyberacheteur » qui peut, par exemple, enchérir pendant des heures et  des journées entières pour des objets et pour le plaisir du jeu d’achat.  Ouf,  sur  cette  répartition  de  familles,  me  voilà  rassurée :  j’aime  le  web,  j’ai  un  besoin  d’y  être plus que quotidiennement mais je ne suis pas considérée comme dépendante : je vois  des gens et même leur parle parfois, je sors de chez moi pour voir le soleil breton... Et puis,  il faut dire que ma cyberattitude est « excusée » par ma passion du web et par mon activité  actuelle : la recherche et la veille.  Et  en  même  temps,  à  partir  de  quand  sommes  nous  dépendants ?  Dans  une  société  numérique,  quand  franchit‐on  la  barrière?  L’addiction  va  être  différente  selon  les  appréciations  de  chacun.  Les  parents,  dépassés  par  le  numérique  et  déplorant  la  continuelle  présence  de  leurs  enfants  devant  un  écran  vont  facilement  être  alarmés  et  utiliser  le  terme  d’« accro ».  Pour  détecter  une  cyberdépendance,  parle‐t‐on  de  temps  passés ou de symptômes type euphorie, irritabilité, migraine, insomnie ?   Yann  Leroux  profite  de  cette  classification  pour  exposer  l’évolution  de  ce  que  l’on  a  pu  appeler  cyberaddiction.  Kimberly  Young  a  inauguré  les  premières  analyses  sur  la  cyberdépendance il y a maintenant  plus de 10 ans. Elle l’a détectée, à l’époque, comme une  maladie  qui  devait  être  considérée  de  la  même  façon  que  les  autres  troubles  du  comportement.  Aujourd’hui,  Yann  Leroux  nous  explique  que  l’addiction  n’est  pas  reliée  à  l’usage d’outils mais à l’individu en lui même et à un système qui le maltraite. L’utilisation  qu’il  en  fait    permet  de  délaisser  son  environnement  proche  mais  il  créé  en  même  temps  une  autre  ouverture.  Il  faut  arrêter  de  dire  que  c’est  « tel  site »  ou  « tel  objet »  qui  est  en  cause.  Le débat porte alors surtout sur l’enfant et l’adolescent qui sont nés avec ses technologies  et  dont  l’utilisation  s’est  banalisée :  prendre  son  petit  déjeuner  ou  « surveiller »  son  Facebook  font  à  parties  égales  partie  de  leur  quotidien.  Certains  intervenants  comme  Jacques  Brégeon,  expriment  leurs  inquiétudes  à  ce  que  l’enfant  ne  réussisse  pas  scolairement,  qu’il  oublie  les  activités  extérieures…  Yann  Leroux  démontrent  une  répartition  du  temps  adaptée :  celle  ci  a  changé,  pour  organiser  leur  vie  autour  de  ces  nouvelles communautés. Par ailleurs, on oublie souvent que l’individu se réalise également  par le biais des numériques et ce quelque soit son âge. Si l’on prend l’exemple de Twitter,  ce sont les 25‐35 ans qui en sont le plus utilisateurs et non l’adolescent.  
  3. 3.   DEUXIEME PARTIE :   EN MARCHE VERS LA SUPREMATIE D’UN NOUVEAU MEDIA    Jacques  Brégeon,  animateur  du  colloque  se  tourne  pour  cette  partie  vers  Jean  François  Gervais,  spécialiste  en  médias  numériques.  Ce  compte  rendu  est  agrémenté  des  interventions des autres participants et de mon point de vue.  Avec  le  développement  du  numérique,  nous  sommes  passés  d’un  mode  passif  à  un  mode  actif.  L’internaute,  par  le  biais  d’un  blog,  peut  aujourd’hui  devenir  son  propre  média.  Chacun  est  alors  journaliste  citoyen  en  racontant  ce  qui  l’entoure.  Pour  certains,  il  s’agit  d’être là au bon moment et au bon endroit pour dénicher l’information. Après, il suffit de  poster un twitt, de poster un billet : l’information est devenue immédiate. C’est l’avantage  des « nouveaux médias ».   Pour  les  médias  traditionnels,  il  y  a  une  destruction  de  la  valeur  de  l’information  car  sa  circulation  est  devenue  très  facile.  Il  est  de  plus  en  plus  rare  de  voir  des  journalistes  qui  prennent le temps de traiter l’information, de développer une pensée autour de celle ci. On  perd malheureusement les qualités d’analyse du sujet. Ces derniers ont par conséquent un  nouveau rôle : à eux de vérifier l’information, de la confronter, de la compléter. Si certains  se  sont  attardés  sur  le  reportage  de  Twitter  (diffusé  le  lendemain  de  la  conférence),  ils  noteront le rebondissement de ce sujet par l’interview d’un journaliste de France 24, Julien  Pain.  Celui  ci  confirme  que  les  médias  traditionnels  doivent  s’adapter  à  cette  révolution.  Leur métier est changeant et ils se doivent d’utiliser les nouveaux outils. Et s’ils ne le font  pas, ils peuvent perdre de leur crédibilité. Ce fut le cas de Canal + qui s’est laissé séduire  par  un  « potentiel scoop »  pour  donner  l’information  en  premier.  En  effet,  une  fausse  information circulait que Bucarest aurait envoyé des soldats et du matériel à Tahiti au lieu  de  Haïti.  Car  l’information  est  facile,  mais  également  facilement  déformée.  On  pourrait  reprendre  le  cas  de  Lille :  plus  de  5000  tweets  avaient  prévenus  d’une  explosion  à  Lille  alors que l’information exacte relevait d’un avion qui avait franchi le mur du son.   Ce  sujet  avait  d’ailleurs  bien  fait  rire  lors  de  l’opération  Huit  clos  sur  le  net sur  laquelle  Fadhiha  Brahim  s’engage.  Huit  clos  sur  le  net :  5  journaliste  coupés  du  monde  avec  pour  seul  source  d’informations,  Twitter  et  Facebook.  Selon  Fadhiha  Brahim,  spécialiste  du  personal  branding,  les  journalistes  « n’auraient  rien  loupé ».  Ayant  suivi  l’opération  et  le  débriefing, je me permettrai de rajouter qu’il a bien été précisé que ces derniers n’ont eu  qu’une  information  partielle  de  l’actualité  et  que  par  conséquent,  les  réseaux  sociaux  ne  faisaient pas toute l’info. Il existe bel et bien une autre dimension, un usage transformé des  médias  et  du  lecteur.    Mais  même  si  l’utilisateur  n’a  plus  à  chercher  l’actualité  (l’information surgit d’elle même), celui ci n’est pas non plus dispensé, comme les médias,  de ne pas la vérifier. 
  4. 4. TROISIEME PARTIE :   REALITE PROFESSIONNELLE ET MARKETING    C’est Fadhiha Brahim qui aborde le sujet en entamant sur le salarié dans l’entreprise et sur  l’entreprise elle même.   Tout  d’abord,  il  est  important  de  distinguer  une  fracture  numérique  entre  le  fait  de  posséder ou pas l’outil qui permet d’accéder à Internet (haut débit, bas débit). A ce sujet, on  revient un peu sur la première partie quand on parlait des générations et du web. Il n’y a  pas  de  réelle  coupure  générationnelle  mais  une  perception  qui  est  différente  selon  les  individus.  Les  jeunes conçoivent  l’outil  d’un  point  de  vue  ludique  alors  que  les  35‐40  ans  l’utilisent  pour  des  raisons  professionnelles.  Au  sujet  d’une  fracture  numérique,  je  distinguerai  pour  ma  part  2  mondes  :  le  numérique,  et  les  autres.  Les  autres  regroupant  parents « vieille France », éducation et les non adeptes du web ou ceux qui ne sont pas ou  mal  équipés…  Le  monde  du  numérique  évoluant  et  avançant  3  fois  plus  vite  que  « l’autre  monde »,  l’inquiétude  m’apparaît  à  savoir  quand  cet  écart  sera  réduit.  Mais  ceci  est  un  aparté dont nous reparlerons ou que vous pouvez commenter.  Revenons à l’entreprise, on différencie 3 niveaux de maturité chez l’entreprise.  • On  connaît  dans  un  premier  temps  celle  qui  a  mis  des  barrières  sur  le  « surf » au  travail parcequ’elle ne sait pas gérer l’Internet. Elle doute sur la productivité de ses  salariés  et  sur  leur  utilisation  à  l’outil.  J’ajouterai  qu’elle  ne  joue  pas  le  jeu  de  la  neutralité du web et qu’elle limite donc certains accès à Internet comme les réseaux  sociaux (blocage de facebook…).   • D’autres entreprises entrent dans l’ère mais pas entièrement. Elles ont quand même  compris  qu’il  y  avait  par  le  web  une  logique  marketing,  commerciale  et  de  communication mais ne vont pas jusqu’au bout de leur démarche.  • Enfin, et nous en trouvons quand même : celles qui se situent au dernier niveau de  maturité. L’entreprise comprend que son salarié doit rester en veille, que l’interdit  n’est pas la bonne solution. Ce dernier entre dans une nouvelle dynamique où, par le  biais  du  web  et  des  réseaux  sociaux,  il  peut  développer  l’image  de  son  entreprise,  mais  aussi  lui  apporter  de  nouvelles  idées  et  intervenir  dans  son  développement.  L’entreprise  prend  quand  même  un  risque  en  décloisonnant  ses  services  et  en  décloisonnant la barrière entre vie publique et vie privée.  Alain  Lefèvre,  expert  en  informatique,  rend  compte  également  des  différentes  phases  de  prise  en  compte  de  la  nouveauté  et  développe  le  sujet.  L’entreprise  en  pleine  « maturité  numérique » intègre les notions de knowledge. Avec les réseaux sociaux, on entre dans un  mode collaboratif : il ne s’agit pas d’emmagasiner le plus d’informations mais de savoir qui  est l’expert. Et les réseaux sociaux permettent justement de savoir quelle personne à telles  compétences sur un domaine donné.   Pour utiliser toutes les possibilités que peuvent offrir les réseaux sociaux à une entreprise,  il faut que cette dernière chasse les freins qui nuisent à son développement. Il est d’ailleurs  défini une autre barrière qui est que la plupart des entreprises, qu’elles soient ou non dans  une phase de maturité, ne prennent pas le temps et parfois ne cherchent pas à se former.  Celle ci doit apprendre à vivre dans ce nouvel environnement mais aussi l’apprendre à ses  salariés afin que chacun en fasse une meilleure utilisation. 

×