Your SlideShare is downloading. ×
La lutte contre le changement climatique :Un impératif de solidarité humainedans un monde diviséUn résumé par les Jeunes d...
Table des matieres                                                                                                        ...
Nous avons réfléchi longtemps au titre de cette brochure. Il fallait qu’il soit accrocheur pour être entendu par-dessus le...
Avant-propos des Nation                       sU                         n                                                ...
Matthias Schmidt (Allemagne)Nous sommes des jeunes venus des quatre coins du monde             des centaines de témoignage...
Changement climatique :                                                                                   viv             ...
‘                                            IL COMMENCE A FAIRE CHAUD ICI !      Les températures pendant les cinquante  ...
LES MENACES DU CHANGEMENTQu’est-ce que le dévelop                                                                         ...
Les sécheresses et les changements                                                                               dans les ...
res : ceux qui soufLes pauv                   ren                              t le                                       ...
Les périodes postérieures aux événements climatiques peuvent avoir desconséquences destructrices sur la vie des pauvres pe...
Dévaliser dem                  ain                                    p               ujourd’hui                          ...
«Nous ne recevons pas la Terre                                     en héritage de nos ancêtres, nous                      ...
Lutter pour v                        os                           dr                             o                        ...
Imagine un monde qui ne peut pas nous sauver !Imagine, seulement la mer et juste assez de terre où habiter ;Imagine, un mo...
Des actions aujourd’h                                                                                 ui                  ...
Si nous ne                                changeons                                pas la                                s...
Atténuation :                        emp                           êch                                                    ...
EOLIENNES - ZAFARANA                        WIND PARK (EGYPTE)La réduction des effets du changement climatiquedemande des ...
Atténuation :                         emp                            êch                                               d’e...
Anna Juchnowicz (Pologne)        Fixer des objectifs                                         Déboisement        Il y a un ...
Adaptation : viv                     re a                         v                                                       ...
23   « Espérer et faire le maximum tout en se                                                  Casper Supa, Soloman Island...
Adaptation : viv                                re a                                    v                                 ...
PAYS-BAS                      3 milliards dollars US ont été                                                              ...
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Deux degrés de séparation
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Deux degrés de séparation

896

Published on

Un résumé par les Jeunes du monde entier sur le DH des Nations Unies

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
896
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
15
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Deux degrés de séparation"

  1. 1. La lutte contre le changement climatique :Un impératif de solidarité humainedans un monde diviséUn résumé par les Jeunes du Rapport mondial sur le développement humain des Nations Unies 2007/2008 1 DEUX DEGRES D E E N T R E S É P A R A T I O N E S P O I R E T D É S E S P O I R Par les jeunes du monde entier
  2. 2. Table des matieres RÉDACTEUR EN CHEF Aoife O’Grady (Irlande) CONCEPTRICE Natalia Aguilar Santos (Equateur) COORDINATEUR DU PROJET Oliver O’Callaghan (Irlande) COORDINATEUR AUPRES DES MEDIAS 4 Avant-propos des Nations Unies Adam MacIsaac (Canada) WEBMESTRE Matthias Schmidt (Allemagne) 5 Avant-propos des Jeunes RÉDACTEURS INvITÉS Dana Podmolikova (République tchèque) Karina Pilar Sandoval (Pérou) 6 Changement climatique : vivre une expérience sans précédent Charles M. Sendegeya (Ouganda) Vikisha Thillainadesan (Australie) Nafiz Zaman Shuva (Bangladesh) 8 Qu’est-ce que le développement humain ? COllABORATEURS Pawan Alex (Inde) Adetunji Olabode Akinwumi (Nigeria) 10 Les pauvres : ceux qui souffrent le plus mais qui sont les moins responsables Martial Bella (Cameroun) Samantha Lyn Black (Etats-Unis d’Amérique) Michael Boampong (Ghana) 12 Dévaliser demain pour payer aujourd’hui Suzy Bouden (Royaume-Uni) Damien A. Côté (Canada) Andrea Davidson (Canada) Adam Daroszewski (Allemagne) 14 Lutter pour vos droits Younes Dokkani (Maroc) Chloé Gaudet (Canada) Daniela Giardotti (Argentine) Vaakesan Guruparan (Australie)2 16 Des actions aujourd’hui pour des résultats demain Gisela Joos (Argentine) Anna Juchnowicz (Pologne) Dirya Kanan (Inde) 18 Atténuation : empêcher le problème d’empirer Vida Morkunas (Etats-Unis d’Amérique) Katherine Mead (Royaume-Uni) Zelalen Mekomen (Ethiopie) Virginie Mercier (France) 22 Adaptation : vivre avec le changement climatique actuel Sorouche Mirmiran (Canada) Baraka P. Mtinda (Tanzanie) Lana Elena Ramos Simielli (Brésil) William Rowland (Royaume-Uni) 26 L’union fait la force Eliot Ruocco-Trenouth (Royaume-Uni) Martin Sanchez (Bolivie) Carolina Santiago (Malaisie) Vinayak Sasitharan (Australie) 28 Visions des jeunes sur l’avenir : 2°C nous donnent 2 possibilités Ruth Simmons (Royaume-Uni) Casper Supa (Iles Salomon) Samara Tanaka (Brésil) 31 A problèmes mondiaux, solutions individuelles Maria Mercedes Toledo (Equateur) Dana Troy (Etats-Unis d’Amérique) Robin vanWaarden (Canada) Trudy Veitch (Canada) 33 Actions de la jeunesse : descendons dans la rue ! Indah Waty (Indonésie) CONSEIllER AU PROJET David Woollcombe 34 Actions de la jeunesse : contes extraordinaires PARTENAIRES AU PNUD Marisol Sanjines 35 Actions Jeunes supplémentaires! Pedro Manuel Moreno © Peace Child International The White House, 46 High Street, Le contenu de cet ouvrage peut être reproduit gratuitement, en partie ou en intégralité, et sous tout format à des Buntingford, Herts. SG9 9AH, Royaume-Uni fins éducatives sans autorisation spéciale, à partir du moment où Peace Child International, le PNUD et l’auteur ou Tel. (+44) 1763 274459 le photographe concerné sont crédités comme source, et que l’éditeur est prévenu par écrit. Cet ouvrage ne peut pas être revendu ou utilisé à des fins commerciales sans l’autorisation préalable par écrit de Fax. (+44) 1763 274460 Peace Child International et du PNUD. Toutes les illustrations de ce rapport ont été reproduites avec l’accord préa- www.peacechild.org lable des artistes concernés, et le producteur, l’éditeur ou l’imprimeur rejettent toute responsabilité quant à des violations du droits d’auteur, ou autres, face au contenu de cet ouvrage. Tous les efforts ont été faits pour garantir © United Nations Development Programme que les attributions rendent compte fidèlement des informations fournies. Les opinions exprimées dans cet ouvrage reflètent celles des auteurs et pas nécessairement celles de Peace Child 1 UN Plaza, New York, New York, 10017, Etats-Unis International, du PNUD ou de ses représentants. http://hdr.undp.org
  3. 3. Nous avons réfléchi longtemps au titre de cette brochure. Il fallait qu’il soit accrocheur pour être entendu par-dessus le brouhaha familier du dialogue sur le changement climatique. Nous avons finalement choisi « Deux degrés de séparation : entre espoir et désespoir » parce qu’on veut présenter au lecteur un seuil concret et un choix facile entre deux possibilités distinctes. Le débat sur le seuil toléré d’un changement climatique dangereux se poursuit. Cependant, le Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008 déclare que nous allons connaître un changement climatique dangereux si la température de la Terre s’élève de plus de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels. Si nous continuons au rythme actuel, la planète risque en fait de dépasser le seuil de 5°C. Ceci ferait 3 augmenter de manière dramatique la probabilité de résultats catastrophiques. Les débats scientifiques continueront, mais le choix que nous devons faire entre deux résultats, espoir et désespoir, ne peut simplement pas être repoussé à plus tard. i) -Un me yau (R o ead r i ne M KatheNOUS SAVONSque le danger existe. «Nous devons arrêter de traiter l’atmosphère de la Terre comme s’il était une ressource gratuite et nousNOUS SAVONS devons arrêter de traiter la question des émissions deque les dégâts causés par CO2 comme si elles n’entraînaient aucune conséquence.les émissions de gaz à effet Le coût est énorme pour l’humanité toute entière. Lede serre sont irréversibles. Rapport mondial sur le développement humain n’est pas un constat de désespoir mais un appel à l’action àNOUS SAVONS destination des pays les plus riches du monde. A mon avis, jouer à la roulette russe avec la vie des populationsqu’ils augmentent chaque jour les plus pauvres et avec l’avenir de la planète n’est pasoù nous ne faisons rien. un jeu très malin ». Kevin Watkins, Auteur principal,Kemal Derviş, Administrateur (PNUD) etAchim Steiner, Directeur exécutif (PNUE) Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008
  4. 4. Avant-propos des Nation sU n ies Je me réjouis de ce résumé réalisé par des Jeunes du Rapport mondial sur le développement humain (RMDH) 2007/2008 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Bien que la science du changement climatique soit très complexe, les faits eux sont simples : notre planète se di- rige tout droit vers un changement climatique catastrophique. J’ai pu le voir l’année dernière quand j’ai visité l’Antarctique, où la glace millénaire fond plus vite que nous l’avions cru initialement. Quand j’étais là-bas, j’ai appris comment la barrière de glace Lar- sen de 87 Km de long s’est brisée et a disparu en moins de trois semaines. Si la calotte glaciaire entière de l’Antarctique occidental se brisait de cette manière, le niveau de la mer s’élèverait de 6 mètres. A moins de changements radicaux dans nos modes de vie, la planète sera devenue un endroit peu agréable à vivre quand vous, les Jeunes de 2008, auront mon âge. Les Jeunes doivent nous aider à faire ces changements radicaux de deux manières. Premièrement, en jouant un rôle plein et actif dans la prise de dé- cision de vos gouvernements locaux, régionaux et nationaux, en plaidoyant et en votant pour des candidats qui promettent de faire passer des lois d’une grande portée pour combattre le changement climatique. Deuxièmement, en faisant du choix de mode de vie et de carrière à faible émission de carbone une priorité de votre 4 vie. La dépendance est une chose terrible. Elle nous consume et nous contrôle, nous faisant occulter des vérités importantes et refuser de voir les conséquences de nos actions. Notre monde est aux prises avec une dépendance dangereuse vis-à-vis des combustibles fossiles. Cette dépendance ne devrait pas nous surprendre : le charbon et le pétrole ont pavé la voie du progrès industriel du monde développé et sont la base du confort et de la prospérité dont jouis- sent certains d’entre nous aujourd’hui. Mais cette dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles ne peut pas continuer à apporter les mêmes confort et prospérité à votre génération, ou aux milliards qui n’en jouissent pas actuellement. Les combustibles fossiles, donc non renouvelables de Mère Nature, vont s’épuiser, et la plupart au cours de votre vie. Ainsi, trouver des sources d’énergie alternatives va devenir un impératif pour votre génération. Gérée cor- rectement, cette transition vers une économie verte pourrait être très lucrative pour vous. La croissance verte créera de nouveaux emplois, puisque l’investissement mondial dans l’énergie sans gaz à effet de serre va passer à 1,9 trillion de dollars américains d’ici 2020, selon les estimations de l’ONU. Ces investissements sont les capitaux de départ d’une reconfiguration d’ensemble de l’industrie mondiale. J’espère que vous lirez ces pages avec l’espoir au cœur, et que vous les recevrez comme des si- gnaux d’avertissement vers un avenir plus sûr et plus durable. Ce sont ceux qui agiront pour promouvoir un développement à faible émission de carbone, en particulier dans les pays les moins avancés de la planète, qui bénéficieront des changements considérables que vous allez connaître dans l’économie mondiale durant votre vie. Commencez dès aujourd’hui ! Ban Ki-moon Secrétaire Général des Nations Unies
  5. 5. Matthias Schmidt (Allemagne)Nous sommes des jeunes venus des quatre coins du monde des centaines de témoignages de jeunes éparpillés sur laqui se sont réunis au sein de la White House, au siège de planète. Ils ont envoyé avec enthousiasme des commentai-Peace Child International, dans une petite ville rurale de l’An- res, des critiques et ont produit par le biais de ce processus lagleterre. Ensemble nous avons créé un résumé du Rapport brochure que vous tenez aujourd’hui entre vos mains !mondial sur le développement humain du PNUD (RMDH)sur le Changement climatique 2007/2008, intitulé « La lutte Nous espérons que cet appel à l’action contre le change-contre le changement climatique : un impératif de solidarité ment climatique sera entendu sur tous les continents, danshumaine dans un monde divisé ». Comment résumer ces tous les pays, toutes les villes et toutes les familles. Nous400 pages ? Comment donner voix aux centaines de jeunes pouvons changer aujourd’hui, petit à petit, personne parqui ont apporté leurs visions, histoires, dessins, poèmes et personne et ainsi parvenir à un demain plus durable pour lescommentaires ? Comment s’élever au-dessus du discours générations à venir.monotone habituel et apporter au débat une contributionqui ait du sens? N’attendez pas cinquante ans avant de découvrir avec regretAu milieu de ce siècle, les lecteurs de cet ouvrage ne seront dans le miroir votre visage méconnaissable et celui ravagéplus jeunes, vous et moi serons des personnes âgées, nos de notre Mère la Terre. Si vous avez entendu cet appel et 5cheveux seront devenus blancs et nous serons endormis. joué votre rôle, vous serez certains de n’avoir aucun regret.Où avez-vous envie de vivre quand vous serez vieux ? Assisau coin du feu, serez-vous capables d’acquiescer quand vospetits-enfants vous demanderont si vous avez fait quelquechose pour réduire votre empreinte de carbone ?Dès 1987, on a envoyé des signaux d’avertissement in-quiétants sur le réchauffement progressif de la planète.Plus de deux décennies plus tard, presque rien n’a été fait.Aujourd’hui, alors que le monde commence à sortir d’unprofond sommeil, nous réalisons que notre Mère la Terre esten grand danger.Notre publication a en fait été créée par des jeunes et pourdes jeunes. En plus des contributions des rédacteurs qui sesont rendus en Angleterre, nous avons également compilé AVANT- PROPOS DES JEUNES Matthias Schmidt (Allemagne)
  6. 6. Changement climatique : viv re u nce sans précéd érie ent exp ne Pourquoi les températures augmentent-elles ? Parce que l’augmentation de l’activité industrielle depuis la moitié du dix-huitième siècle a entraîné une accumulation de dioxyde de carbone (CO2), mélangé à du méthane et du protoxyde d’azote. Ces gaz se mélangent pour former une couche dans l’atmosphère qui empêche la chaleur de s’échapper. Par conséquent, la chaleur est renvoyée vers la Terre ce qui provoque une augmentation des températures. Les scientifiques ont récemment convenu qu’il y a 90% de chance qu’une grande partie du réchauffement actuel soit produit par les activités HUMAN IMPACT ON CLIMATE CHANGE humaines.6 Pourquoi 2°C ? Le débat continue sur l’augmentation exacte de la température que la planète peut supporter avant que la situation devienne catastrophique. Selon le RMDH, si l’on veut l’éviter, il faut empêcher les températures de s’élever de plus de 2°C au-dessus ) de celles des niveaux préindustriels et stabiliser le niveau ada Can on ( vids de CO2 dans l’atmosphère à 450 ppm (parties par million). Andre a Da Variation de la teneur en dioxyde de carbone et de la tempera- ture pendant les 400 000 dernières années 380 Les informations dans ce graphique, collectées par des scientifiques à partir d’échantillons de glace profonde récoltés en Antarctique, CO2 (ppm) montrent comment pendant les 400 000 dernières années le niveau de CO2 dans l’atmosphère a eu des conséquences directes sur la 340 température de la Terre. La fin de la ligne rouge sur le graphique montre à quel rythme les niveaux de CO2 sont en train d’augmenter. La 8 ligne de température potentielle qui suivra est effrayante. 300 TEMPERATURE (ºC) 4 260 Grace a Agence pour le Protection d’environment 0 220 -4 -8 400 359 300 250 200 150 100 50 0 Il y a 400.000 ans... Il Y A DES MIllIERS D’ANNÉES AUJOURD’HUI
  7. 7. ‘ IL COMMENCE A FAIRE CHAUD ICI ! Les températures pendant les cinquante La planète a presque atteint aujourd’hui son Onze des douze années les plus chaudes dernières années ont probablement été niveau de chaleur le plus élevé enregistré depuis 1850 ont été répertoriées entre 1995 les plus élevées sur une période de cin- dans la période interglaciaire actuelle, qui a et 2006. quante ans des 1300 dernières années. commencé il y a à peu près 12 000 ans.Qu’est-ce que le changement clima- plus les signaux d’avertissement qu’il nous envoie. Pourtique ? beaucoup de personnes, c’est juste une expression creuseLe changement climatique est une altération des conditions faisant référence à une vague crise très éloignée de nousclimatiques de la Terre, dont la plus visible est l’augmentation dans l’espace et dans le temps. Cependant, le changementde la température à sa surface. Le «changement climatique» climatique est une réalité grave et le plus grand défi à releverest devenu un terme si familier que nous n’entendons pour notre génération. Causes 7 augmentation des déboisement niveaux de CO2 Impacts augmentation du augmentation des tem- sécheresse inondations et effets niveau de la mer pératures en surface néfastes sur l’atmosphère et les chutes de pluie Conséquences problèmes pour la extinction d’espèces et pertes agricoles épuisement des problèmes santé et l’éducation autres dégâts écologiques ressources en eau économiques Adam Daroszewski (Allemagne)
  8. 8. LES MENACES DU CHANGEMENTQu’est-ce que le dévelop CLIMATIQUE POUR LE pe DEVELOPPEMENT HUMAIN m ain ? hum en t Créer des choix pour nous épanouir Le développement humain consiste à créer un monde où chaque être humain a la possibilité de s’épanouir, de réaliser son potentiel et de mener une vie saine et heureuse. Il y a certains éléments de base dont nous avons tous Non seulement le changement climatique besoin afin de nous développer, tels qu’une alimentation appropriée, l’éducation et l’accès à un niveau de vie pourrait nous empêcher de progresser en décent. Malheureusement, de nombreuses personnes tant que famille humaine, mais il risque défavorisées dans le monde n’ont pas accès à ces aussi de détruire beaucoup des progrès que choses. nous avons déjà réalisés. Le changement climatique dangereux menace d’aggraver la situation pour les pauvres et de priver les riches des libertés dont ils jouissent actuellement. Par exemple, si les glaciers du Plateau « Le but principal du tibétain fondent, quatre des plus grands fleuves d’Asie du sud-est8 développement est risquent de s’assécher, mettant en danger la vie d’un tiers de la d’augmenter les choix des population mondiale. individus. En principe, ces choix peuvent être infinis C’est la raison pour laquelle le changement climatique est la plus grande menace de notre époque pour le développement et peuvent se transformer humain. avec le temps.... L’objectif du développement est de créer un environnement favorable pour que les individus jouissent d’une vie longue, saine et créative ». Mahbub Ul Haq, Fondateur du Rapport mondial sur le développement humain Par le passé, le développement était mesuré en termes purement économiques, mais le concept de développement humain englobe beaucoup plus que la situation financière. L’alimentation, l’éducation et un niveau de vie décent sont tous des éléments essentiels à ce concept. Maria Mercedes Toledo (Equateur) Le RMDH détaille les conséquences catastrophiques que le changement climatique pourrait avoir pour le développement humain. Il explique également ce que nous, la famille humaine, devons faire face à ce défi.
  9. 9. Les sécheresses et les changements dans les chutes de pluie entraîneraient des pénuries alimentaires et des pertes AGRICULTURE ET de production agricole considérables. Société pour la ALIMENTATION Prot ect ion es an d im aux à l’ét range r La fonte des glaciers entraînerait des inondations suivies de l’assèchement des fleuves, donnant lieu à des pénuries considérables. Les pays PENURIES D’EAU industrialisés ne seraient pas épargnés. Si la neige des High Sierras en Californie fondait, des villes comme Ma Los Angeles seraient victimes de rtia lB e ll a( Cam eroun pénuries d’eau. ) La santé humaine serait affectée directement et indirectement. Les pays avec un niveau élevé de pauvreté ne RISQUES POUR LA disposeront pas des systèmes de santé publique leur permettant de faire SANTE HUMAINE face de manière adéquate. Quelque N a fz 220 à 440 millions de personnes Zam supplémentaires risquent d’être an Sh uv a (B ang ladesh) victime du paludisme. 9 Une augmentation de la température de plus de 3°C verrait le pourcentage impressionnant de 20 à 30 pour cent des espèces de la planète en EFFETS SUR LA NATURE grand danger d’extinction. La vie marine serait transformée par le blanchiment des systèmes de récifs coralliens, entraînant des pertes dans Tru yV d eit ch (Can ad a ) la biodiversité marine. L’augmentation continue des températures entraînerait des sécheresses, des inondations et des INONDATIONS ET cyclones tropicaux violents. Les populations devraient être déplacées CLIMATS EXTREMES au Bangladesh, en Egypte et au Willia Vietnam, et certains petits Etats m insulaires seraient entièrement Ro an wl d (Ro yau me-U ni) submergés.Si nous ne changeons pas de mode de vie, d’ici 2080 :600 millions de personnes en plus dans le monde (9 pour cent de la population mondialeactuelle) risque de souffrir de malnutrition.1,8 milliard de personnes en plus (plus que les populations de la Chine et des Etats-Unisréunies) risque de souffrir de pénuries d’eau. Résumé du RMDH, pages 18 & 19
  10. 10. res : ceux qui soufLes pauv ren t le les moins ui sont res is q po ma pl ns us Les pauvres vivent en laissant une empreinte de carbone ab très faible, mais ils doivent supporter le fardeau le le plus lourd des effets du changement climatique. s Est-il juste que les gens et les pays qui ont le moins contribué souffrent le plus? L’empreinte de carbone des 1,1 milliard des plus pauvres du monde représente 3% du total mondial. RMDH, page 43 Nous vivons déjà dans un monde d’inégalités criardes entre les riches et les pauvres. Les effets du changement climatique 10 contribueront à exacerber ces inégalités. Par exemple, suivant un choc climatique, les pauvres sont souvent forcés de retirer leurs enfants de l’école. Au Nicaragua suite à l’ouragan Mitch, la proportion d’enfants travaillant et allant à l’école en même temps est passée de 7.5 à 15.6% dans les ménages affectés. Ces enfants seront moins capables de sortir du piège de la pauvreté. « Ici, tout ce que les autoch- Si chacun dans le monde en développement avait la tones peuvent faire, c’est regarder leurs maisons emportées par les marées même empreinte de carbone que la moyenne pour les de tempête, la montée du niveau de la mer et pays riches nous aurions besoin de SIX planètes pour les pluies torrentielles. Ils n’ont aucun moyen de répondre à nos besoins. limiter ces effets qui sont le résultat d’actions de la « Pourquoi les Ban- part d’autres personnes. Les habitants ordinaires des gladeshi souffrent-ils de la Iles Salomon ne savent pas que les aléas climatiques sorte ? N’avons-nous pas le droit sont le résultat du changement climatique. Ils pensent « Nos agriculteurs ne à la nourriture, aux traitements, à que les catastrophes climatiques sont simplement peuvent plus comprendre l’éducation et à la sécurité financière ? Ne sommes-nous pas aussi des êtres dues à la nature ». les tendances climatiques ainsi humains ? » VILLAGE DE CASPER SUPAPORO, HONIARA il leur est difficile de savoir quand planter leurs cultures. L’augmenta- (ILES SALOMON) KARIMON (BANGLADESH) tion du niveau de l’eau détruit la vie « Nous de ceux qui dépendent de la pêche connaissons une forte pour survivre ». diminution de chutes de pluie, « Les enfants ici ne ADETUNJI OLABODE AKINWUMI ce qui augmente la probabilité de savent rien du changement (NIGERIA) sous-alimentation et de famine. Il y a climatique. Ils ressentent la aussi un manque de connaissances sur chaleur tous les jours et connais- les méthodes de prévention, telles que le sent les grandes inondations mais stockage d’aliments et la façon d’éviter la ils ne comprennent pas le lien entre propagation des maladies ». le changement climatique et ces événements ». BARAKA P. MTINDA, DAR ES SALAAM (TANZANIE) INDAH WATY (INDONESIE)
  11. 11. Les périodes postérieures aux événements climatiques peuvent avoir desconséquences destructrices sur la vie des pauvres pendant de nombreuses années :En Ethiopie, les enfants de cinq ans ou moins ont un risque plus élevé de 36 pourcent d’être sous-alimentés et 41 pour cent d’être rachitiques s’ils naissent pendantune année de sécheresse ».Au Kenya, naître pendant une année de sécheresse augmente le risque de près de50 pour cent que les enfants soient sous alimentés.Au Niger, les enfants de deux ans ou moins nés pendant une année de sécheresseprésente un risque plus élevé de 72 pour cent d’être rachitiques. RMDH, page 89Faire face aux catastrophes auBangladeshLe 14 avril 2008, dans mon pays natal, le Bangladesh, j’ai visité Nafz Zaman Shuva (Bangladesh)Chor Khalpar, un village fluvial près de Faridpur, où les genssont très affectés par les événements climatiques.J’y ai rencontré un pêcheur nommé Karim. Il m’a dit qu’il avaittout perdu à cause de l’érosion du fleuve et qu’il n’avait plusde maison. Il m’a dit : « Nous ne savons pas si nous aurons àmanger aujourd’hui ». Une vieille femme que j’ai rencontrée a nous sommes en première ligne de la bataille. Ça me metajouté : « Nous ne savons pas ce qui va nous arriver. Peut-être en colère de savoir qu’un lourd véhicule tout-terrain émetque nous ne serons plus là l’année prochaine ». Elle ne savait autant de CO2 en couvrant 3000 kilomètres qu’une famille aurien sur le changement climatique. « Nous savons seulement Bangladesh pendant une année entière.que c’est la nature et que nous ne pouvons rien y faire ». 11 Alors comment pouvons-nous faire face à ce problème ? EnLes Bangladeshi ont souffert énormément quand le cyclone informant et en éduquant ainsi qu’en faisant voter des loisSidr a dévasté le pays en novembre 2007. Après son passage, efficaces pour protéger l’environnement dans les pays enbeaucoup de personnes ont dû dormir en plein air sans développement. Agir aujourd’hui est simplement vital pournourriture tandis que les agriculteurs ont perdu toutes la survie de mon pays.leurs récoltes. Nous n’avons pas créé ce problème mais Par Nafiz Zaman Shuva (Bangladesh) les risques de catastrophes affectent de manière disproportionnée les pays en voie de développement Risque d’être affecté par une catastrophe naturelle (pour 100,000 personnes) Pays en voie de développement Pays de l’OCDE à revenu élevé 50 personnes sur 100,000 Source: Calculs du Bureau du Rapport mondial aur le développement humain 1980-84 2000-04 à partir de données des OFDA et CRED 2007.
  12. 12. Dévaliser dem ain p ujourd’hui payer a ou r Un jour un homme a demandé à un grand peintre quelle était la chose la plus difficile à peindre. « les gens, les visages, les animaux, tout ce qui est très courant et familier », a-t-il répondu. « L’équation est la suivante : en « Alors quelle est la chose la plus facile à peindre ? » était tant que communauté mondiale la question suivante. nous devons vivre selon un « les fantômes », a répondu le peintre. budget carbone durable. A « Pourquoi ? » a demandé l’homme. « Parce qu’ils n’ont pas de formes », a expliqué le peintre, l’heure actuelle, nous dépensons « ils sont invisibles, et personne n’en a jamais vu. Ils sont beaucoup plus que ce budget donc très faciles à peindre ». et empruntons du capital Charles M. Sendegeya (Ouganda) écologique aux générations futures ». RMDH, page 912 Le monde n’est pas à notre disposition Parfois nous voyons l’avenir comme quelque chose d’indéterminé et les gens qui y vivront comme des êtres invisibles et sans nom, des fantômes ! Et ceci nous amène à vivre comme si nous allions être les derniers habitants de la Terre. Mais les générations futures vont arriver après nous et elles devront suivre la voie que nous leur aurons tracée. Si nous ne donnons pas une autre direction à cette voie alors nous serons responsables des dégâts causés au monde que nos enfants hériteront. Le changement climatique nous pousse à penser différemment à beaucoup de niveaux. Dans un monde divisé, il nous pousse à penser au sens de l’interdépendance écologique et à la gestion de la seule chose que nous partageons réellement : la planète Terre. Nous sommes une communauté humaine reliée dans le temps et dans l’espace, et le sort des générations futures doit être représenté. Leurs voix traversent le temps, nous priant de garder à l’esprit les questions de justice sociale et de solidarité humaine. Mais entendons-nous leur appel ? Eliot Ruocco-Trenouth (Royaume-Uni)
  13. 13. «Nous ne recevons pas la Terre en héritage de nos ancêtres, nous l’empruntons simplement à nos enfants». Proverbe des Indiens d’Amérique du Nord les larmes de notre Mère la Terre Les ordres du jour politiques s’emballent, Nos gouvernements font face à des choix difficiles Quant à l’équité entre générations. Notre Mère la Terre sent s’approcher les flammes Alors que sa température augmente de manière incontrôlée. Son cri est devenu récemment une lamentation Car les humains l’empoisonnent avec leurs produits toxiques, Les coups violents portés par le changement climatique, Ont ouvert la porte à l’horreur Démarrant une chaîne d’événements catastrophiques, 13 Sécheresses, inondations et famine. Nos enfants à venir existent seulement dans notre imagination, Sans forme et sans visage, Les libertés dont nous jouissons aujourd’hui sans souci seront-elles compromises à l’avenir à cause de notre inaction pour réduire les effets des catastrophes et nous adapter ? Regardant son image dans le miroir, Incapable de comprendre le reflet de sa conscience, Elle contemple l’avenir de son enfant à naître. Effrayée à l’idée que la société risque de rester aveugle au problème Elle crie : « Ai-je fait le bon choix ? » Où est la justice quand on dévalise demain pour payer aujourd’hui ; Quand en fait c’est comme si on volait une friandise à un enfant !Lara Elena Ramos Simielli (Brésil) Par Vikisha Thillainadesan (Australie) «« On devient sage non pas avec les souvenirs de notre passé mais avec la responsabilité de notre avenir ». George Bernard Shaw
  14. 14. Lutter pour v os dr o its Les droits de la personne – le Tout le monde a droit cœur du problème... à la vie, à la liberté et à la sécurité Le changement climatique et les droits de individuelle. L’inaction face à la menace la personne sont inextricablement liés. du changement climatique représenterait Mon peuple, les Inuits, est menacé une violation immédiate de ce droit de la d’ extinction suite au changement climatique. Aujourd’hui nos droits personne. RMDH, page 60 humains sont en danger. En 2005, nous avons lancé la Pétition Les droits de la personne sont les libertés fondamentales auxquelles nous pour les Droits de la Personne avons droit en vertu du fait que nous sommes des êtres humains. contre le changement climatique. Elle appelait les Nos droits fondamentaux sont inclus dans la Déclaration des Droits humains, gouvernements à développer qui célèbre son 60e anniversaire cette année. En 1948, quand la déclaration a été des économies utilisant des élaborée, il était difficile d’imaginer que l’une des plus grandes menaces pour nos techniques limitant les droits humains serait le changement climatique. émissions de gaz à effet de serre. Elle suggérait aussi que Déjà les conséquences du changement climatique réduisent notre capacité à jouir les émissions des Etats-Unis de ces droits. étaient une violation de nos droits humains. –quand vous perdez votre habitation à cause de l’élévation du niveau de la mer, Sheila Watt-Cloutier, Militante pour la défense du climat de votre droit au logement est enfreint.14 l’Arctique –quand la sécheresse détruit vos récoltes, vous êtes dépossédé de votre droit à l’alimentation. –quand vous êtes menacé par des tempêtes et des inondations, vos droits « Le changement climatique a déjà à la vie et à la sécurité de la personne sont également en danger. commencé à affecter la réalisation des droits humains...notre cadre commun des droits humains donne le droit et Nous avons le droit d’être en colère quand nos dirigeants privent les autonomise les pays en développement et citoyens de leurs droits. Par le biais du changement climatique, les communautés défavorisées afin qu’ils nous sommes en train de créer un monde où les droits exigent la protection de ces droits ». sont gravement menacés, mais sommes-nous suffisamment en colère? Mary Robinson, Ancienne Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme Samara Tanaka (Brésil)
  15. 15. Imagine un monde qui ne peut pas nous sauver !Imagine, seulement la mer et juste assez de terre où habiter ;Imagine, un monde sans forêt mais juste des étendues de désert ;Imagine, un monde sans eau douce mais juste de l’eau polluée partout ;Imagine, un monde sans montagne couverte de neige, sans sport d’hiver ;Imagine, ne pas pouvoir voir le ciel, la lune et les étoiles ;Imagine, devoir marcher avec des masques de protection contre les gaz ;Imagine, un monde sans animaux sauvages, où il ne nous reste plus quedes photos et des films ;Imagine le monde à travers le regard d’un ENFANTAlors que le monde laissé en héritage devient une malédiction pour lesvivants. par Pawan Alex (Inde) 15 Vinayak Sasitharan (Australie)
  16. 16. Des actions aujourd’h ui p résultats demain des ou r Nous pouvons éviter les renversements et les risques l’atmosphère en 2008 y resteront jusqu’en 2108 et au delà. Même catastrophiques du 21e siècle pour les générations futures si si on agit immédiatement pour réduire les émissions, les effets nous choisissons d’agir aujourd’hui. Il existe des décalages dans positifs sur les courbes de température mondiale ne seront le temps entre les actions d’aujourd’hui et les conséquences visibles qu’en 2030. Il est urgent d’agir ! Chaque jour d’inaction ne de demain ; les gaz à effet de serre que nous envoyons dans fait qu’aggraver la situation. LES PAYS EN LES PAYS LE MONDE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIALISÉS (les émissions mondiales (avec une grande variation (doivent réduire leurs doivent diminuer de 50 pour de niveau, doivent réduire émissions de 30 pour cent par cent d’ici 2050 pour avoir16 leurs émissions de 20 pour rapport aux niveaux de 1990 des émissions durables d’ici cent par rapport aux niveaux avant 2020 et de 80 pour cent la fin du 21e siècle) de 1990 avant 2050) par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2050) « Le changement climatique est le défi numéro un auquel les dirigeants politiques doivent faire face dans le monde aujourd’hui. Les générations futures nous jugeront sur la façon dont nous allons relever ce défi ». Luiz Inácio Lula da Silva (Président de la République fédérale du Brésil) Samara Tanaka (Brésil). Concept: Zelalen Mekomen (Ethiopie) et Karina Pilar Sandoval (Pérou)
  17. 17. Si nous ne changeons pas la situation... …Nafz Zaman Shuva (Bangladesh) Le monde tel qu’il est... … 17 C’EST LA OU IL NOUS FAUT FAIRE UN CHOIX: ESPOIR OU DESESPOIR ? Maria Mercedes Toledo (Equateur)
  18. 18. Atténuation : emp êch e d’empirer e blèm pro rl e LE MONDE DOIT RÉGLER LE PROBLÈME DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DE DEUX MANIÈRES –Nous devons changer de direction en réduisant les –Nous devons nous protéger, nous et nos biens, des dangers émissions de dioxyde de carbone pour éviter un changement du changement climatique, dont certains sont maintenant climatique dangereux. Cela s’appelle l’ atténuation des effets inévitables. Cela s’appelle l’adaptation au changement du changement climatique. climatique. Par le biais de la réduction des effets, nous devons changer notre manière d’utiliser l’énergie afin d’éviter des dégâts supplémentaires et par le biais de l’adaptation nous devons nous protéger des dégâts déjà causés. Qu’est-ce que l’atténuation des efets ? Il est maintenant trop tard pour éviter certains des changements irréversibles mais des stratégies efficaces de réduction des effets nous permettront d’éviter des crises à l’avenir. Cela veut dire en gros que le monde doit réduire ses émissions de carbone et adopter une transformation radicale des politiques énergétiques.18 Il y a trois principes de base pour réussir LE PRIX DU CARBONE Nous devons appliquer un prix aux émissions de carbone par le biais d’impôts et d’échanges de certificats de pollution. Le prix des gaz carboniques devra être calculé pour refléter leur coût social réel. APPORTER UN CHANGEMENT Nous devons contrôler notre désir de combustibles fossiles et passer à des sources d’énergie alternatives. C O O P É R A T I O N INTERNATIONALE Les pays doivent apprendre à travailler ensemble. Les gaz à effet de serre ne connaissent pas les frontières. Ruth Simmons (Royaume-Uni) Les pays riches peuvent et doivent montrer la voie pour résoudre ce problème. C’est simple: ils doivent d’urgence se dépêcher de réduire considérablement leurs émissions de carbone.
  19. 19. EOLIENNES - ZAFARANA WIND PARK (EGYPTE)La réduction des effets du changement climatiquedemande des innovations techniques ainsi que letransfert et l’utilisation rapide et généralisée detechniques écologiquement durables.Produire de l’électricité en utilisant des éoliennesest durable car le vent est une source d’énergie(renouvelable) inépuisable. D’autres sources d’énergierenouvelables comprennent l’énergie hydraulique etl’énergie solaire. 19 Charles M. Sendegeya (Ouganda)
  20. 20. Atténuation : emp êch d’empirer e blème pro rl Mesures d’atténuation e des EFFETS QU’EST-CE QUE lA TAXE CARBONE ? Une taxe imposée par un gouvernement sur chaque unité correspondant à des émissions de CO2. Cela devient rentable de réduire ses émissions s’il y a une taxe sur le carbone. QU’EST-CE QUE lE MÉCANISME DE DÉvElOPPEMENT PROPRE (MDP) ? Un accord dans le cadre du Protocole de Kyoto permettant aux pays industrialisés s’étant engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’investir dans des projets réduisant les émissions dans les pays en développement, comme alternative à des réductions20 plus chères dans leurs propres pays. QUE SONT lES ÉCHANGES DE CERTIFICAT DE POllUTION ? Un système par lequel un pays ou groupe de pays fixe un maximum pour la somme totale de carbone qu’il a le droit d’émettre pour vi e) une période donnée. Cette somme est le maximum oli z (B autorisé. Elle est divisée en crédits qui sont soit vendus n che Sa r ti n soit donnés aux entreprises et aux industries. Si une Ma entreprise utilise plus que son quota de crédits, elle peut en acheter à d’autres n’ayant pas atteint leur limite. C’est l’échange. Changeons de mode de vie, La californie montre la voie changeons le monde Les Etats-Unis n’ont toujours pas pris d’engagement quant à Notre monde a trop pris l’habitude d’abuser de la des cibles fermes d’émissions mais l’Etat de Californie a pris consommation des combustibles fossiles. Il faudra des efforts les devants pendant que le gouvernement fédéral hésitait. concertés pour changer nos habitudes. Nous sommes coincés Les engagements de la Californie comprennent la limitation dans des systèmes énergétiques qui sont dépendants des des émissions de gaz à effet de serre aux niveaux de 1990 combustibles fossiles et ceci doit absolument changer. En d’ici 2020, la réduction des émissions des nouveaux véhicules même temps que l’on décourage les émissions de carbone, de 30 pour cent d’ici 2016 et la distribution de plus de 2,9 on doit également encourager les techniques à faible teneur milliards de dollars US sur les 10 prochaines années aux de carbone, des énergies renouvelables comme les énergies personnes installant des panneaux solaires. Espérons que les éolienne, solaire et hydraulique et des outils comme les politiques californiennes inciteront d’autres Etats américains à pompes à chaleur géothermique et les véhicules électriques. adopter des politiques et des normes similaires afin de réduire Le débat sur l’énergie nucléaire va continuer mais c’est les effets de notre crise énergétique croissante. également un choix qui doit entrer dans la discussion. par Dana Troy (Etats-Unis d’Amérique)
  21. 21. Anna Juchnowicz (Pologne) Fixer des objectifs Déboisement Il y a un besoin urgent pour les gouvernements de Nos forêts sont des pièges inestimables pour les fixer des objectifs d’émission contraignants qui seront émissions de CO2. Malheureusement, elles sont en train différents d’un pays à l’autre. d’être coupées à un rythme rapide. Le déboisement représente environ 20 pour cent des émissions La France vise à réduire ses émissions de 75 pour cent mondiales de carbone. Empêcher la destruction des d’ici 2050 tandis que le Japon vise à réduire les siennes forêts est une manière efficace de réduire l’accumulation de 50 pour cent d’ici 2050. Les Etats-Unis n’ont pas de des gaz à effet de serre. cible nationale d’émission à long terme. Les accords internationaux et régionaux seront utiles uniquement à partir du moment où il y aura des cibles nationales et quand les pays respecteront vraiment 21 leurs engagements. Votre pays s’est-il fixé une cible nationale de réduction des émissions de carbone ? La respecte-t-il ? Cette cible est-elle contraignante ? Pourquoi ne parleriez-vous pas à votre représentant local ou national de cette question ? Vida Morkunas (Etats-Unis) Le Pérou héberge 68 millions d’hectares de forêt tropicale. En 2006, le Pérou perdait jusqu’à 1 760 hectares de forêt par jour. Suite au déboisement, les communautés locales comme les Shipibos ont perdu des espèces animales et des plantes médicinales. Les Shipibos ont toujours vécu en harmonie avec l’environnement et joué un rôle clé d’écologistes naturels. Aujourd’hui, nous transformons leur environnement et les forçons à émigrer vers des zones peuplées. Nous pouvons arrêter ce cycle. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre l’âme de notre Amazonie.Samantha Lyn Black (Etats-Unis)
  22. 22. Adaptation : viv re a v ent climati ngem que cha ec act le ue l Qu’est-ce que l’adaptation ? Qui est afecté ? L’adaptation c’est de permettre aux gens de gérer les Tous les pays seront affectés au bout du compte et auront à risques dus au changement climatique. C’est investir dans s’adapter au changement climatique. les infrastructures et les programmes de base pour nous protéger contre les effets du changement climatique. L’adaptation signifie des choses différentes d’un pays à l’autre. Dans les pays riches, les gouvernements s’adaptent en offrant des systèmes de défense climatique sophistiqués. Dans les pays les plus pauvres, l’adaptation est plus problématique étant donné le manque de ressources. Pour La plantation de certains, ça peut simplement vouloir dire apprendre à nager mangroves est une afin de survivre lors d’une inondation ou une tempête. méthode d’adaptation Malheureusement, ceux qui ont le plus besoin adoptée en Indonésie pour se de défenses solides sont ceux qui sont le moins protéger contre capables de les financer. le changement climatique.22 « Laisser les pauvres de la planète couler ou surnager av ec l’a face à la menace posée par uto risa tio n de le changement climatique KeSEM aT est moralement inaccepta- Comment nous adapter ? ble….Nous nous fourvoyons 4i Une planification d’adaptation fructueuse inclut les quatre elements suivants dans un monde d’apartheid de l‘adaptation ». • Information Desmond Tutu, Archevêque Emérite de Cape Town Pour une planification efficace New York et le Delta du Gange font tous les deux face à un • Infrastructure risque croissant d’inondation avec la montée du niveau de Pour une resistance au climat la mer. Mais ils ne sont pas aussi vulnérables: les habitants de New York peuvent financer leurs défenses et peuvent • Assurance réagir rapidement pour s’adapter à cette menace. Mais les Pour la gestion des risques sociaux populations du Delta du Gange, qui sont très peu à l’origine et la reduction de la pauvrete du problème, se retrouvent sans protection adéquate. Le RMDH estime qu’un investissement de US-$86 milliards • Institutions par an de la part des pays industrialisés sera nécessaire par Pour la gestion des risques de ca- 2015 afin que tous les pays soient en mesure de s’adapter de tastrophe manière adéquate. Les plans d’adaptation sont inadéquats dans de nombreux pays en développement : « Le cadre actuel fournit sous forme d’aide l’équivalent d’une éponge pour nettoyer une inondation ». RMDH, page 167
  23. 23. 23 « Espérer et faire le maximum tout en se Casper Supa, Soloman Islandspréparant au pire est un principe utile pour la planification de l’adaptation ». RMDH, page 198
  24. 24. Adaptation : viv re a v ent climatiq ngem ue cha ec act le ROYAUME- ue UNI l Le gouvernement a demandé que 8 milliards de dollars US soient dépensés pour renforcer la barrière de la Tamise. Les dépenses actuelles de gestion des inondations sont de 1.2 milliard de dollars US par an. HAITI Le plan d’adaptation national estime qu’un budget de 11 mil- lions de dollars US est nécessaire pour investir dans projets visant à faire face aux pénuries d’eau ETATS-UNIS et à la menace d’inondations La Californie a développé un et d’érosion des sols.24 système étendu de réservoirs et de canaux de transfert d’eau pour conserver l’apport d’eau dans les zones sèches. EQUATEUR Les agriculteurs construi- sent des bassins de captage traditionnels en forme de U (« albarradas »), pour retenir l’eau pendant les années plus humi- des et recharger les bassins ETHIOPIE Le Programme de Filet de aquifères pendant les Sécurité productive (PSNP) années sèches. offre des transferts jusqu’à 4 dollars US par mois en liquide et en nourriture, fournissant à 5 millions de personnes un revenu et un emploi. Cela réduit l’impact des chocs climatiques.
  25. 25. PAYS-BAS 3 milliards dollars US ont été Comment les pays alloués pour la protection contre les inondations. Dans le village de Maasbommel, il y a 37 maisons qui peuvent flotter sur l’eau. s’adaptent-ils sur la plane`te ? Elles bougent comme des bateaux en cas d’inondations. JAPON Les plans élaborés par le gou- vernement japonais pour fournir des défenses plus efficaces face à l’élévation du niveau de la mer coûteront environ 93 milliards de dollars US pour leur mise 25 en œuvre. DELTA DU MEKONG AU VIETNAM Des digues en terre sont en cours de construction et on plante des mangroves comme protection contre les inondations et les marées de tempête. On donne aux communautés des leçons de natation et des gilets de sauvetage. SRI LANKA Les agriculteurs expérimentent avec différentes variétés de riz pouvant supporter l’intrusion INDE d’eau salée et résister au man- Les femmes dans le Delta du que d’eau.Gange construisent des platefor-mes surélevées en bambou (ap- NEPAL Les communautés des zones pelées « machan ») sur lesquels enclines aux inondations tous peuvent trouver refuge construisent des systèmes d’aler- pendant les inondations de te précoce tels que des tours de la mousson. garde surélevées et étayent les rives pour empêcher les lacs glaciaires de rompre MAIS CELA N ’EST PAS ASSEZ! leurs digues.

×