NAÏKO (Nicolas Tcherno‐Ivanenko). 
Né le 30 septembre 1973.  

Artiste‐peintre. 

 

Ma démarche s’appuie sur deux princip...
tout ne peut‐il pas être au final, dans sa version peinte, qu’une abstraction ? Le traitement du 
mouvement… un peintre te...
 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 




     

 

 

 
 
 

 

 




         

     
 

 

 
 
 
 
Nicolas    Digitally signed by Nicolas
           Tcherno-Ivanenko


Tcherno-
           DN: cn=Nicolas Tcherno-Ivanenko...
Nicolas Tcherno Ivanenko Painter
Nicolas Tcherno Ivanenko Painter
Nicolas Tcherno Ivanenko Painter
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Nicolas Tcherno Ivanenko Painter

274 views
213 views

Published on

BIO (French version)

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
274
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Nicolas Tcherno Ivanenko Painter

  1. 1. NAÏKO (Nicolas Tcherno‐Ivanenko).  Né le 30 septembre 1973.   Artiste‐peintre.    Ma démarche s’appuie sur deux principales fondations : l’une est concrète, sociale, expressionniste et  esthétiquement souvent très organique; la seconde relève du hasard ou plutôt, comme l’était en son  temps le Dadaïsme, imbrique formes et couleurs selon un geste semi‐contrôle… J’aime travailler selon des  rythmes très différents ; action painting, techniques impressionnistes, glacis… la technique ouvrant  souvent sur l’idée, et l’idée sur la technique à utiliser ensuite.  Les différents lieux ou j’ai aussi pu me rendre, travailler, et surtout vivre influent sur ma palette de  couleurs et parfois sur la technique, car étant autodidacte, j ai toujours pris en compte d’abord ma propre  vie, tel un concept, plutôt que de décider d’une démarche préméditée. La vie intime, l’entourage, la  société contemporaine, la nature… tout m’inspire. Ou parfois rien. Un combat. Une passion. Grandes  thématiques de base, mais aussi petits détails presque inaperçus, ainsi que souvenirs inconscients. Là on  en vient certainement a ce qui caractérise le plus mon travail. Le subconscient, l’inconscient, est le facteur  le plus brouilleur dans ma figuration; car oui je me sens figuratif, la peinture n’est pas (n’est plus ?)  l’errance musicale de l’abstraction, on est encrés, sur une terre en souffrance, et qui cherche le rêve…. Le  stimulant ultime, la drogue noble car l’on ne désire plus de chaos, d’oubli, non plus…. Basta…les années  70, 80 ,90 révolues, on cherche un point de de comprehension et de sensation  à travers la machine  complexe, de plus en plus impénétrable qu’est la société actuelle.  L’espace se remplit, je le remplis parfois à outrance, je peux laisser des zones plus calmes, la pâte peut  être épaisse, ou bien les glacis imperceptibles... c est bien la complexité de la vie qui m’intéresse. Et  pourtant, quoi de meilleur que de sentir la simplicité d’une embrassade, de deux corps en fusion, quand  cela arrive… ou encore juste un ciel…. Tout cela je le peins, je le dépeins, je me moque ou j’admire.  Mais, par‐dessus tout, seule la nature, les organismes dictent les formes peintes et les couleurs. L’animal,  est partout présent dans mes toiles, la végétation, la terre, c’est ce qui compte, tout ce qui compte….pour  au final être dérangé par toutes les pensées décrites plus haut.  La ville m’a apporté aussi son inspiration lorsque j’y suis resté. Les rapports humains, l’oppression plus  que l’affection c’est sur, est ce que j’y ressens. Au final la peinture, ma peinture en l’occurrence c’est tout  ou rien,… je voudrais qu’il y ait tout dans chaque coup de brosse. Mais je ne décide de rien. C est la  peinture elle‐même qui dicte le chemin. La fluidité de l’huile ou sa rugosité. Tout est permis. Pas comme  dans la vie.  Formes et déformes  Paysage, dépaysages  Abstraction de l’âme, figuration de la chair…. Bah…. Pourquoi se poser ces questions…. Les formes les plus  extravagantes proviennent de la nature, le peintre utilisant la mémoire qu’il en a. Si l’ on regarde un  morceau de clairière, dans une forêt, que l’on y place des animaux et que l’on introduit un mouvement, le 
  2. 2. tout ne peut‐il pas être au final, dans sa version peinte, qu’une abstraction ? Le traitement du  mouvement… un peintre tel Francis Bacon a travaillé sur le sujet, et a l’intérieur de ce mouvement la  sensation… et en fin de compte la sensation, qu’elle provienne de la figuration ou de l’abstraction – et là,  c’est la dernière fois que j’utiliserai ces termes – peut être la même ou tout du moins etre un tout.  D’autant plus, la science l’a démontré il y a peu : tout est lié, si bien qu’il n’y a même pas de vide mais un  réseau constitué de mouvement. Avec les meilleurs microscopes actuels on ne sait toujours pas qu’elle  est la particule la plus petite… si bien que le concept de matière est totalement remis en question!  Toute chose ramène à son contraire.  Et encore : là ou on voit l’amour il ya la peur, là ou il y a la vie il y a la mort… Je ne souhaite pas que ce  texte d’introduction à ma peinture soit ni scientifique ni métaphysique, je n’ai pas l’aptitude à cheminer  en ce sens… et puis j aime trop l’anecdote pour juste prononcer de belles phrases… il s’agit de peinture,   d’objet, de poésie et d’esthétique aussi.  Et le corps, les corps, l’obsession… je ne vois mes peintures que sexuées…  Peindre aujourd’hui, a l’ère du numérique, est un challenge délicat et aussi un combat. Je veux le relever  pour faire des images dans l’image.  Les images de mon enfance et celles du présent qui entoure ma  personne.  Et que serait la peinture actuelle sans celle du passé. Si cela venait juste d’être inventé, ou après une  longue phase d’interdiction (comme cela fut d’ailleurs le cas dans certaines sociétés  et a certaines  époques). Je me suis souvent posé la question… mais force est de constater que l’on doit faire avec – et  heureusement – les enseignements passes.     
  3. 3.      
  4. 4.                          
  5. 5.  
  6. 6.          
  7. 7.      
  8. 8.  
  9. 9.  
  10. 10.   Nicolas Digitally signed by Nicolas Tcherno-Ivanenko Tcherno- DN: cn=Nicolas Tcherno-Ivanenko, o, ou, email=naikoivanenko@gmail.com, Ivanenko c=FR Date: 2009.07.23 16:56:02 -04'00'

×