Journal le monde samedi 23 juin 2012

7,805 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
7,805
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
26
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Journal le monde samedi 23 juin 2012

  1. 1. Euro : Benzema Qui va gagner Pourquoi la philo peut-il mater la course à la viande prospère partout les Espagnols ? artificielle ? sauf à l’université SPORT & FORME SCIENCE & TECHNO CULTURE & IDÉES Samedi 23 juin 2012 - 68e année - N˚20971 - 3,20 ¤ - France métropolitaine - www.lemonde.fr --- week-end Fondateur : Hubert Beuve-Méry - Directeur : Erik Izraelewicz MarioMonti:«LeConseil Zinédine Zidane, l’âge de raison européendoitagirvite» t « Zizou » a 40 ans, t En prélude au sommet européen des 28 et 29juin, le président du conseil italien l’occasion prône, dans un entretien au réseau de quotidiens Europa – dont « Le Monde » – d’un bilan. plus d’intégration, une union bancaire et un rôle accru pour son pays Rencontre et confidences Entretien péens sachent où ils vont et que les mar- l’activation de mécanismes de soutien qui t Sur la route chéspuissentseconvaincredenotrevolon- soient en mesure de protéger les pays qui Rome té – qui sera encore renforcée – de donner à font de sérieux efforts en matière de disci- des festivals : Correspondant la monnaie unique un caractère indissolu- ble et irrévocable. Mais cela ne suffira pas. plinebudgétaireet de réformesstructurel- les, sans en être récompensés par les mar- tous les rendez- E conomiste et universitaire, Mario Deuxièmement: prendre un ensemble de chés. Ces derniers mettent parfois beau- vous de l’été Monti, 69 ans, préside le conseil des mesuresréalisablesen l’état actueldestrai- coup de temps à reconnaître le mérite de Lire aussi page 18 ministres italien depuis le 16 novem- téseuropéensetdes institutionspour don- ces « bons élèves». bre 2011. Il n’appartient à aucun parti poli- ner une stabilité financière à la zone euro. a Lire la suite p. 3 tique. Cela passe par des progrès concernant la et les textes de Valéry Giscard Quel est pour vous l’objectif minimal que supervision intégrée, et si possible unitai- d’Estaing p. 15 et Daniel Cohen p. 16 doit se fixer le sommet de Bruxelles ? re, des banques, afin de bâtir une véritable Propos recueillis par Deux objectifs sont indispensables.Pre- union bancaire. Cela passe aussi par la Andrea Bachstein, Tomasz Bielicki, mièrement: renforcer à moyen terme l’in- mise en place d’un dispositif européen de John Hooper, Fabio Martini, M LE MAGAZINE DU « MONDE » ● tégrationde manière à ce quetouslesEuro- garantie des dépôts. Cela passe encore par Pablo Ordaz et Philippe Ridet UNIQUEMENT ENFRANCE MÉTROPOLITAINE, ENBELGIQUE ET AULUXEMBOURG Le groupe Doux va être Rio+20: le Brésil gagnant, la planète perdante vendu morceau par morceau ENTREPRISE L’administrateur du volailler en dépôt A u moment où elle s’achève taient des oppositions. Et en ne leur détermination. Les deux font ble avoir abandonné toute velléi- à Rio de Janeiro, le bilan de conservant que les pétitions de aujourd’hui défaut. té de leadership en la matière. de bilan a lancé le processus de cession d’actifs. P. 12 la conférence des Nations principe générales et consensuel- Il n’y avait pas grand-chose à Engluée dans la crise de la zone unies sur le développement dura- les. Dès lors que personne ne s’at- attendre des Etats-Unis, qui n’ont euro, tétanisée par sa croissance ble peut se résumer de manière simple : il y a un gagnant, le Brésil, tendait à un miracle, ce manque d’ambition n’est pas une surprise. jamais été en pointe sur ces ques- tions et qui sont plus préoccupés en berne, sans ressort financier, elle s’est retrouvée isolée dans les Les subtils équilibres politiques et une perdante, la planète. Rude par leur élection présidentielle négociations. Privée de son pou- du gouvernement Ayrault II constat, vingt ans après l’emblé- matique Sommet de la Terre, qui, Editorial que par l’économie verte et la cri- se écologique. Pas plus du Canada, voir d’influence, elle s’est mon- trée incapable de tirer vers le haut POLITIQUE Quatre nouveaux membres, une « victime » à dans la même ville, avait posé les qui partage cette attitude très un texte final qui rabâche bases d’une politique de dévelop- Mais la « profonde déception», conservatrice. Pas davantage de la constats et engagements déjà l’écologie : récit du remaniement « hollandais ». P. 6 et 8 pement soucieuse de la préserva- voire la «colère », du Réseau Chine et de l’Inde, qui ont été anciens et ne formule pratique- tion des ressources du globe. Action Climat, qui regroupe quel- d’une remarquable discrétion. ment aucune proposition concrè- Le pays hôte, le Brésil, a « réussi que 600 ONG écologistes dans le Quant aux pays du Sud, regrou- te nouvelle. son coup », si l’on ose dire. Son monde, est compréhensible. Car, pés au sein du « G77», ils ont bien Le bilan est donc cruel: lesUK price £ 1,50 objectif était de parvenir à un trois ans après l’échec retentissant tenté un coup de force, à la veille lourds enjeux de la crise écologi- accord. Il l’a obtenu. Au prix d’une du sommet de Copenhague sur le de la conférence, en exigeant des que sont esquivés. Et les chefs certaine brutalité, inhabituelle climat, c’est bien la planète qui est pays riches qu’ils s’engagent à d’Etat pourront d’autant mieux se dans ce type de processus, il a perdante dans cet accord a mini- mettre sur la table 30 milliards de laisser aller à un lâche soulage- débloqué en trois jours une négo- ma. Et pour les mêmes raisons. dollars par an jusqu’en 2017 et ment que l’agenda international ciation qui piétinait depuis six Pour avancer, en effet, les négo- 100 milliards au-delà pour finan- ne prévoit plus aucun rendez- mois. Mais cela s’est fait par le bas, ciations climatiques multilatéra- cer de nouveaux programmes. Ce vous en la matière. Ils ne sont en supprimant purement et sim- les ont besoin de deux moteurs : fut peine perdue: les nations solli- donc pas près d’être à nouveau plement tous les passages du pro- un groupe de pays leaders et des citées ont fait la sourde oreille. interpellés sur leur inaction. p jet de déclaration finale qui susci- financements qui témoignent de L’Europe, en particulier, sem- Lire page 6 Le regard de Plantu Jérôme Kerviel, Lucie est avocate. un accusé Pour déposer les comptes de ses clients, elle a choisi exaspérant la solution i-greffes.fr : sa rapidité plaide en sa faveur. L ’ancien trader de la Société GIE INFOGREFFE 338 885 718 RCS CRÉTEIL / Crédit photo : Nicolas Guérin / générale a un problème. Depuisle début de son affaire – une fraude bancaire ayant conduit à la plus grosse perte de l’histoire de la finance –, la sympa- thie que le jeune homme suscite se transforme en agacement. Ce fut le cas lors de l’instruction, puis pendant le premier procès, en juin 2010. Ça recommence ces jours-cidevantla cour d’appel.Des- servi par la défense de Me David Koubbi, tonitruant mais peinant à démontrer ce qu’il avance, Jérôme Kerviel a encore réussi à se mettre l’auditoire à dos, à la grande satis- faction des avocats de la Société générale, qui ont adopté profil bas pendant l’audience. p Lire page 9 Algérie 150 DA, Allemagne 2,20 ¤, Antilles-Guyane 2,00 ¤, Autriche 2,40 ¤, Belgique 3,20 ¤, Cameroun 1 600 F CFA, Canada 4,25 $, Côte d’Ivoire 1 600 F CFA, Croatie 18,50 Kn, Danemark 28 KRD, Espagne 2,00 ¤, Finlande 2,80 ¤, Gabon 1 600 F CFA, Grande-Bretagne 1,50 £, Grèce 2,20 ¤, Hongrie 750 HUF, Irlande 2,00 ¤, Italie 2,20 ¤, Luxembourg 3,20 ¤, Malte 2,50 ¤, Maroc 12 DH, Norvège 28 KRN, Pays-Bas 2,20 ¤, Portugal cont. 2,00 ¤, Réunion 2,00 ¤, Sénégal 1 600 F CFA, Slovénie 2,20 ¤, Suède 35 KRS, Suisse 3,20 CHF, TOM Avion 380 XPF, Tunisie 2,00 DT, Turquie 6,50 TL, USA 3,95 $, Afrique CFA autres 1 600 F CFA,
  2. 2. 0123 page deux Samedi 23 juin 2012Le «Hollande Tour» à Tulle, Portrait Le successeur de Laurence Ferrari a fait toute sa carrière à TF1. Rubricard, reporter, correspondant à l’étranger, il doit tenter de redresserde la mairie au bistrot l’audience du JT. Apprécié de ses confrères, il refuse d’être un «people »C Gilles Bouleau, l’homme ’est une sorte de version cor- du candidat Hollande, pourrait rézienne de Graceland, le figurer au programme. La ver- circuit touristique à la gloi- sion longue inclura aussi un pas-re d’Elvis Presley à Memphis (Ten- sage à sa permanence de l’avenue «normal» du «20heures» de TF1nessee). Sauf qu’à Tulle, ce n’est Victor-Hugo, où le président gar-pas sur les traces glamour d’une de en location un petit apparte-star du rock que le visiteur se ment qui lui permet de rester ins-rend, mais bien sur celles, « nor- crit sur les listes électorales à Tul-males», d’un président de la le. Un logement qu’il a encoreRépublique récemment élu. occupé lors de sa dernière venue L’office de tourisme intercom- les 9 et 10 juin. Imunal de Tulle (15 600 habi-tants) et Cœur de Corrèze pré- « La chambre de Chirac » l n’a pas mis longtemps pour s’ins- Mais son modèle reste Peter Jennings, obsession est que les adolescents qui vontvoit en effet de créer un circuit « C’est aussi l’occasion de pro- taller dans le fauteuil très convoité présentateur vedette de la chaîne améri- regarder le journal, ceux qui ont l’âge debaptisé : « Sur les pas de François mouvoir Tulle en élargissant la de Laurence Ferrari. Le 1er juin, au caine ABC dans les années 1990, décédé en mes enfants, comprennent un sujet sur laHollande ». visite au quartier médiéval qui a lendemain du départ précipité de 2005. « Un modèle de clarté et d’élégance à crise économique», dit-il. « Nous avons voulu répondre à été réhabilité durant le mandat la présentatrice du « 20 heures » de l’antenne qui savait manier la subtilité et Pour Catherine Nayl, la directrice dela demande, explique Guy de François Hollande », souligne TF1, Gilles Bouleau ne s’est pas posé l’humour», résume Gilles Bouleau. Mais le l’information de TF1, « le choix de GillesValérie, le président de l’office. Marie Bouchet, chargée de met- de questions. Joker de Laurence Ferrari journaliste reconnaît aussi que l’exemple [Bouleau] est logique. C’est un grand pro-Des gens nous appelaient pour se tre en place ce circuit. Une depuis 2011, il a pris la relève avec l’avanta- anglo-saxon n’est pas transposable en fessionnel, qui correspond exactement àrenseigner sur tous les endroits variante englobant des commu- ge de ne pas avoir à faire ses classes. Il s’est France. « Aux Etats-Unis, le texte lu par le la nouvelle ligne éditoriale que nous sou-symboliques qu’ils avaient vus à nes environnantes est aussi à même glissé naturellement dans le costu- présentateur est passé à la moulinette par haitons mettre à l’antenne dès la ren-la télévision, durant la campagne l’étude. me du présentateursans que cela ne susci- un tas de directeurs de l’information et de trée », souligne-t-elle, sans pour autantélectorale. Cela a donné l’idée aux Georges Delord, ancien patron teune avalanchede commentairesou d’ar- juristes. En France, il faut bien sûr être irré- révéler les contours de la future messe duélus, à l’office et aux associations d’hôtel et membre de l’office de ticles, contrairement à ce qui se passait prochable, mais aussi avoir un sens du « 20 heures ». « Quand vous avez dix-neufde travailler sur une proposition tourisme, fut l’un des premiers dèsque LaurenceFerarrichangeait de coif- récit et un mode d’écriture plus person- chaînes au lieu de cinq, une offre très fortede visite de la ville.» partisans de ce « Hollande Tour ». fure. nel », pointe-t-il. de fictions sur d’autres chaînes et des Le circuit devrait démarrer par « Depuis le 6 mai, je rencontre Gilles Bouleau a finalement été confir- modes de consommation de l’informa-l’Hôtel Marbot, ancien séminaireet ancienne caserne des enfants régulièrement des gens en ville, avec des cartes, à la recherche des mé quelques jours plus tard par la direc- tion de TF1 pour occuper le poste, avec «C’est un excellent journaliste. tion totalement modifiés, cela devient très difficile et il faut se battre, indi-de troupe, l’actuel siège du lieux marquants de la “Hollan- pour mission de redresser le journal, en J’apprécie sa distance vis-à-vis de que-t-elle. En tout cas, le nouveau JT neconseil général que François Hol-lande a présidé de 2008 jusqu’au die”, dit-il. Il faut profiter de cet engouement. Je me souviens que, sérieuse perte d’audience depuis de nom- breux mois. Concurrencé par les multi- l’information et des gens. Il n’est sera plus un mille-feuille de sujets. » Deux groupes de travail constitués de journalis-mois de mai 2012. C’est depuis ces avant qu’il devienne président, Jac- pleschaînes d’infoset Internet,le « 20 heu- pas embarqué dans le système» tes réfléchissent donc à ce que devra êtrehauteurs de Tulle qu’il a annoncé ques Chirac venait régulièrement res » de TF1 est passé en quatre ans de Patrick Poivre d’Arvor le « 20 heures » à la rentrée et Nicolassa candidature à la primaire à gau- dans mon hôtel et logeait dans la 7,8 millions de téléspectateurs à 6,3 mil- présentateur du JT de TF1 de 1987 à 2008 Charbonneau, rédacteur en chef au Pari-che, le 31 mars 2011. Les visiteurs chambre406. Quand il fut élu lions, en moyenne. sien, a rejoint TF1 début juin en tant quese rendront ensuite à la mairie, chef de l’Etat, beaucoup de gens « J’ai été un peu surpris mais j’ai accepté Gilles Bouleau est attaché à ce sens du directeur adjoint de la rédaction.un ancien couvent des Ursulines sont venus en pèlerinage en Corrè- sans hésitation la proposition », confie le récit du journal télé. A l’été 2011, lorsqu’il Signeque les temps changent,dansl’an-où François Hollande a siégé pen- ze, et ceux qui passaient dans journaliste qui se présente comme « un présente son premier « 20heures », Nonce cien bureau de Laurence Ferrari où il s’estdant plus de vingt ans, comme mon établissement demandaient enfant de TF1 ». Il y est entré en 1986, son Paolini, le PDGde TF1,se trouveexception- installé, Gilles Bouleau a relevé le store quiconseiller municipal et maire. Sui- la chambre de Chirac. » diplôme du Centre de formation des jour- nellement en régie. « C’est bien écrit ! », le sépare de la rédaction et laisse souventvra une déambulation dans les Dès le début de la saison tou- nalistes (CFJ) en poche. Presque en même lâche-t-il simplement à l’issue du JT. Gilles sa porte ouverte. « C’est un véritable chan-rues de la vieille ville, avec un ristique, il devrait en coûter envi- temps que… David Pujadas, aujourd’hui Bouleau dit tenir son souci de l’écriture de gement », assure un journaliste qui a vuarrêt sur la place de la Cathédrale, ron 25 euros au visiteur, restau- son rival sur France 2. PatrickPoivre d’Arvor,présentateurvedet- longtemps ce bureau « comme un bun-où le nouveau président a pro- rant compris, pour passer une A l’époque, la Une était encore une télé- te du « 20 heures » de TF1 de 1987 à 2008. ker ». Difficile de trouver dans la rédactionnoncé son premier discours à la journée « sur les pas de François vision publique installée dans les mythi- « C’est un autre de mes modèles, insis- une réaction critique contre le présenta-Nation. Hollande ». p ques studios de la rue Cognacq-Jay à Paris. te-t-il. J’ai travaillé vingt ans pour son jour- teur, apprécié depuis longtemps par les Un repas à La Taverne ou au Alain Albinet Un rêve pour tous les jeunes journalistes nal et c’est le seul qui savait très bien racon- journalistes de TF1 qui n’avaient jamaisCentral, « cantines» habituelles (Tulle, correspondant) qui se destinaient à la télévision. Du servi- ter les choses.» vraiment accepté la venue de Laurence ce économique en passant par la politi- Visiblement, les deux hommes s’appré- Ferrari. « C’est peut-être la première fois que, les enquêtes et les reportages, Gilles cient. PPDA, qui n’aimait guère Laurence qu’un journaliste devient présentateur à Bouleaun’ajamais quittéla premièrechaî- Ferrari, renvoie le compliment : « Gilles 50 ans, après vingt ans de carrière de ter-Les indégivrables Xavier Gorce ne, privatisée en 1987 par le gouverne- ment de Jacques Chirac. Présentateur à Bouleau est un excellent journaliste. J’ap- précie sa distance vis-à-vis de l’informa- rain, souligne Michel Izard, journaliste à TF1. Il a le parcours très complet d’un hom- LCI, la chaîne d’information en continu de tion et des gens. Il n’est pas embarqué dans me qui, au départ, n’était pas destiné à la TF1, de 1996 à 1999, il a passé ensuite qua- le système », confie t-il au Monde. présentation.» Plusieurs de ses confrères tre ans à Londres et cinq à Washington Le nouveau présentateur veut se met- vantent son sens de l’humour et de la comme correspondant des deux chaînes. tre à la portée de tous les publics. « Mon repartie. Des années anglo-saxonnes « exigean- En revanche, les magazines people ris- tes et très formatrices » dit-il, qui lui ont », quent de rester sur leur faim. Quelqu’un a donné une autre vision du journalisme. écrit sur Twitter : « Gilles Bouleau, aucun Plus marqué par la Grande-Bretagne que potentiel people» Le journaliste confirme people». par les Etats-Unis, il admire – même enco- sans gêne aucune. « Je n’ai pas un physique re aujourd’hui – la manière dont les de jeune premier. Je ne vais pas m’inventer médias anglais se comportent vis-à-vis un personnage ou m’imposer un masque. des différents pouvoirs. Il rappelle com- Le conseil qu’on m’a donné, c’est “reste toi- ment ils ont démasqué « les mensonges de même”.» Ce passionné d’information res- Tony Blair sur la guerre en Irak » ». te discret sur les réseaux sociaux, puis- qu’il n’est ni sur Facebook ni sur Twitter. Gilles Bouleau se veut un présentateur « normal», à mille lieux des années bling- , bling du dernier quinquennat. Ses premiers pas semblent bien accueillis par le public. Depuis le 4 juin, selon Médiamétrie, il a réuni en moyenne Gilles Bouleau 6,5millions téléspectateurs (25,7 % de part présente d’audience)malgré une sévère concurren- le JT de TF1 ce des matchs fleuves de Roland-Garros depuis le 1er juin. sur France 3. « Le “20 heures” est fondé sur CHRISTOPHE CHEVALIN / TF1 un lien qu’on noue avec les gens et je reste persuadé que l’on se légitime dans la durée », explique ce coureur de fond, , grand adepte du marathon. pSociété éditrice du « Monde » SA Daniel PsennyPrésident du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus et Xavier TernisienDirecteur du « Monde », membre du directoire, directeur des rédactions Erik IzraelewiczSecrétaire générale du groupe Catherine SueurDirecteurs adjoints des rédactions Serge Michel, Didier PourqueryDirecteurs éditoriaux Gérard Courtois, Alain Frachon, Sylvie KauffmannRédacteurs en chef Eric Béziat, Sandrine Blanchard, Luc Bronner, Alexis Delcambre,Jean-Baptiste Jacquin, Jérôme Fenoglio, Marie-Pierre Lannelongue (« M Le magazine du Monde »)Chef d’édition Françoise TovoDirecteur artistique Aris PapathéodorouMédiateur Pascal Galinier Une chaîne encore leader, mais à la peineSecrétaire générale de la rédaction Christine LagetDirecteur du développement éditorial Franck NouchiConseil de surveillance Pierre Bergé, président. Gilles van Kote, vice-président0123 est édité par la Société éditrice du «Monde » SADurée de la société : 99 ans à compter du 15 décembre 2000. Capital social : 94.610.348,70¤. Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui, 75707Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00 TF1 A L’IMPRESSION d’être traitée plus bas niveau, qui était de Sur le créneau de l’informa- Sur les trois premiers mois deAbonnements par téléphone : de France 32-89 de manière injuste par les 5,20euros lors de la crise de 2009. tion, TF1, qui se présente pour- l’année, son chiffre d’affaires(0,34 ¤ TTC/min); de l’étranger : (33) 1-76-26-32-89ou par Internet : www.lemonde.fr/abojournal médias. « On nous juge toujours La Une doit faire face à l’émiet- tant comme « la chaîne de l’événe- publicitaire est en recul de 3,9 %. comme si le paysage audiovisuel tement des audiences, liée à la ment », a été régulièrement dis- Le groupe Bouygues a engagé des n’avait pas changé, comme s’il multiplication des chaînes gratui- tancée par France 2 pendant les mesures d’économies sur sa La reproduction de tout article est interdite sans l’accord de l’administration. Commission paritaire des publications et agences de presse n° 0712 C 81975 ISSN 0395-2037 n’y avait toujours que cinq chaî- tes sur la TNT. Elle est concurren- soirées électorales et lors de la grille de programmes avec des nes gratuites », regrette Frédéric cée par les chaînes d’information retransmission de la passation renégociations de contrats dans Ivernel, directeur de la communi- en continu mais aussi par la de pouvoirs à l’Elysée, le 15 mai. le football et la formule 1. Au ris- cation du groupe. contre-programmation de M6 et Cependant, la chaîne privée reste que de tomber dans une spirale En cinq ans, la chaîne a vu sa de France 3, particulièrement à très largement leader, avec une infernale où les économies réali- 80, bd Auguste-Blanqui, Imprimerie du MondePrésident : Louis Dreyfus 75707 PARIS CEDEX 13 12, rue Maurice-Gunsbourg, part d’audience tomber de 30 % à l’heure du «20 heures», avec « Scè- part d’audience de 23,7 % et une sées entraîneraient une baisse de Directrice générale : Tél : 01-57-28-39-00 94852 Ivry cedex 23 % en moyenne et le titre en nes de ménages » pour l’une et part du marché publicitaire de l’audience. p PRINTED IN FRANCE Corinne Mrejen Fax : 01-57-28-39-26 Bourse a quasiment retrouvé son « Plus belle la vie » pour l’autre. 43 % en 2011. X. T.
  3. 3. 0123Samedi 23 juin 2012La crise de l’euro international 3M.Montiveut«davantaged’intégration»dansl’UEPour le président du conseil italien, «l’éloge de la lenteur, qui a parfois inspiré l’Europe, n’a plus cours»aaaSuite de la première page disposée que par le passé à accep- terplusd’intégration.Et sidesdiffi-Les marchés sont-ils coupables ? cultés de compréhension devaient Ils ne sont pas l’expression de la apparaître entre lui et Mme Merkelperfection. Ils n’ont pas réagi pen- – mais je ne crois pas qu’il y endant huit ou neuf ans après l’en- aura –, je suis prêt à faciliter l’har-trée en vigueurde l’euro. Cette atti- monie entre la France et l’Allema-tude a permis aux gouvernements gne.Ces deuxmoteursne suffisentde rester eux aussi amorphes face pas, mais si l’un des deux s’enraye,à la montée des taux. alors l’Europe a de gros problèmes. Aujourd’hui, nous sommes Vous avez évoqué « dix joursdans une situation de vigilance pour sauver l’Europe ». En casextrême, d’insomnie, de convul- d’échec à Bruxelles, quel pour-sions. Mais comme hier, quand les rait être le scénario ?marchés empêchaient l’adoption Ilyauraitdes attaquesspéculati-de bonnes mesures parce qu’ils ne ves toujours plus fortes sur tous lesles jugeaient pas nécessaires, ces paysetunacharnementparticuliermêmes marchés découragent les non seulement sur ceux qui ne sebons choix en sanctionnant lesefforts. Nombreux sont les paysqui ont toujours plus de difficultés «A un hypothétiqueà expliquer à leur opinion publi- citoyen allemand,que que les bonnes politiques doi-vent être poursuivies malgré l’ab- je dirais: “Chersence temporaire de résultats. monsieur Müller, Lorsque les autorités européen-nes reconnaissent qu’un Etat res- avant tout,pecte ses engagements en faveur détendez-vous”»desfinancespubliqueset desréfor-mes structurelles, il serait peut- sont pas encore conformés auxêtre opportun de trouver un ins- paramètres, mais également à l’en-trument qui permette de discipli- contre de ceux qui, comme l’Italiener les marchés du point de vue et malgré leurs efforts, conserventdes taux d’intérêt. une dette importante héritée duQuelle est votre position sur Mario Monti au palais Chigie, à Rome, siège de la présidence du conseil, jeudi 21 juin. ANTONIO SCATTOLON/A3/CONTRASTO/« LA STAMPA » passé. La majeure partie de l’Euro-l’aide aux banques espagnoles ? pe devrait continuer de supporter Je suis très favorable à cette autres. L’Italie fait partie des aide ; s’il n’en était pas ainsi, cela sifdesItaliens.Cen’estpasvrai.L’Ita- pétitives des uns et des autres, des taux d’intérêt très élevés quimesure. La situation des systèmes nationsqui se sont battues afin que signifierait que quelque chose ne lien’areçuaucunfinancement,etje aujourd’hui vous êtes au cœur pèseraient ensuite sur les entrepri-bancaires dans de nombreux pays des systèmes efficaces et suffisam- fonctionne pas. Selon les dernières n’irai pas jusqu’à vous demander d’une zone de stabilité monétaire. ses. La frustration des citoyens àest inextricablement liée à la dette ment financés soient mis en place prévisions de la Commission, fin de considérer que vous, les Alle- Enfin, monsieurMüller, j’ajouterai l’égard de l’Europe grandirait enco-publique. Mais l’aide apportée par en cas de besoin. Cela a parfois été 2012, l’Italie aura un déficit public mands, profitez du fait que votre ceci: nous, les Italiens, avons égale- re.Paradoxe:alorsqu’ilfautdavan-l’Europe aux banques, lesquelles compris comme une demande de 2%de son PIB,alors que l’UEsera pays se finance à des taux aussi bas ment profité de vous en important, tage d’intégration pour sortir de ladétiennent de nombreux titres de implicite d’aide. à 3,6 %, la zone euro à 3,2 %, les Pays- parun simple effetcomparatifavec peu à peu, votre culture de la crise,desgouvernements,desparle-dette souveraine, aggrave la posi- Mon prédécesseur et moi- Bas à 4,4 %, la France à 4,5% et l’Alle- ses voisins. Même Mme Merkel le dit rigueur.» Je suis sûr qu’après deux ments et des opinions publiquestion des Etats eux-mêmes, créant même avons subi des pressions magne à 0,9 %. En 2013, nous depuis quelque temps, cher mon- bières nous nous comprendrons! rejettent cette solutionindispensa-ainsi une spirale infernale. C’est pour accepter une forme de mise seronsun despremierspaysà avoir sieur Müller : l’Allemagne tire de L’élection de François Hollande ble. Le Conseil européen doit agircomme si en visant un pigeon on sous tutelle. Prenons l’exemple du un excédentstructurelde +0,6%. Il nombreux avantages de l’intégra- change-t-elle quelque chose vite. D’un point de vue financier,en tuait deux d’un coup. Or ces Fonds européen de stabilité finan- n’est pas normal qu’un pays qui tioneuropéenne.Il est vrai qu’étant pour l’Europe ? économique et politique. L’élogepigeons, outre leurs liens d’affec- cière. Nous contribuons pour fait d’énormes efforts paye des l’économie la plus importante, elle Je vois d’un bon œil l’arrivée de de la lenteur qui a parfois inspirétion, ont aussi des relations finan- 19,2% au financementdu FESF, der- taux d’intérêt aussi élevés. participeplus au budgetde l’Union. ce nouvel acteur. Je partage ses l’Europe n’a plus cours. pcièreset comptableset il serait pré- rière l’Allemagne (29,1%) et la Fran- Que diriez-vous à un hypothétique Mais si l’économie allemande – qui efforts en faveur d’une politique Propos recueillis parférable qu’ils ne meurent pas ce(21,8),etlargementdevantl’Espa- M.Müller, citoyen allemand, pour fonctionne si bien parce que vous de croissance. Je suis satisfait de Andrea Bachsteinensemble et qu’un des deux reste gne (12,7 %). Jusqu’à présent, nous le convaincre de participer à un êtes travailleurs,économes et pas si constater qu’il n’a pas l’intention (« Süddeutsche Zeitung »),en vie pour soutenir l’autre ! n’avons demandé aucun prêt et effort en faveur de la croissance? malgouvernés–aobtenudesibons de se passer d’un système de stabi- Tomasz BielickiPourquoi répétez-vous si sou- nous en avons accordé beaucoup, Je lui dirais : « Cher monsieur résultats depuis cinquante ans, lité financière, contrairement à ce (« Gazeta Wyborcza »),vent que l’Italie n’aura besoin et, chaque jour, nous aidons les Müller, avant tout, détendez-vous. c’est également grâce à sa position que pouvait faire croire sa campa- John Hooper (« The Guardian »),d’aucune aide ? autres en payant des taux d’intérêt Vous êtes convaincu, ou on vous a centrale au sein d’un grand marché gne électorale. Enfin, je suis heu- Fabio Martini (« La Stampa »), Certains peuples et pays d’Euro- élevés sur les marchés. A l’avenir, convaincu, que vous mainteniez unique. Auparavant, vous étiez reux de voir en lui, et j’espère ne Pablo Ordaz (« El Pais »)pesont persuadésde payerpourles l’Italie n’aura besoin d’aucune par vos efforts le train de vie exces- pénalisés par les dévaluations com- pas me tromper, une France plus et Philippe Ridet (« Le Monde »)« La voix de l’Italieest de nouveau écoutée»Qu’attendez-vous du sommet à Comment envisagez-vousquatre de ce vendredi à Rome ? désormais le rôle de l’Italie ? Il était une fois, comme on dit Il consiste à construire un pontdans les fables, la France et l’Alle- entre ceux qui font partie de lamagne… Cela continuera encore zone euro et ceux qui s’apprêtentlongtemps comme ça. L’accord à y entrer. C’est pourquoi nousentre ces deux pays est une condi- soutenons la volonté du gouver-tion nécessaire aux progrès de nement polonais d’avoir, dans lel’Europe, mais ce n’est plus une cadre du pacte budgétaire, unecondition suffisante. La France et présence correspondant à sa posi-l’Allemagne sont les premières à tion à presque tous les sommetss’en rendre compte. Les accords européens. Nous avons égale-de Deauville, l’année dernière, ont ment beaucoup d’initiatives com-eu du mal à être acceptés par tous. munes avec la Grande-Bretagne. L’Italie, presque aussi importan- Notre conviction est que la crois-te en raison de ses performances, sance européenne peut tireraurait dû – depuis longtemps – amplement profit d’un marchéêtre considérée presque à l’égal de unique vraiment intégré.l’Allemagne et de la France. Je dis Il y a huit mois, Silvio Berlusconi« presque» parce que l’harmonie avait été « convoqué » parde ce couple représente un intérêt Mme Merkel et M. Sarkozy, lors duvital pour l’Europe entière. L’histoi- G20 de Cannes, et mis en demeu-re nous l’a enseigné. Mais l’ex-pré- re de donner des garanties.sident Nicolas Sarkozy et la chance- Qu’est-ce qui a changé depuis ?lière Angela Merkel ont proposé On m’a dit que ces deux jour-une ouverture à l’actuel gouverne- nées avaient été extrêmementment italien. Depuis plusieurs pénibles pour la Grèce et l’Italie.mois, l’idée d’une rencontre à En sept mois, notre situation s’esttrois, à Rome, était dans l’air. Et, vu améliorée. A titre d’exemple, il y al’intérêt du gouvernement espa- quelque jour un rapport de l’uni-gnol pour ce mini-sommet, nous versité de Toronto, qui évalue l’im-avons accueilli favorablement sa portance et le suivi des engage-demande. D’autres Etats étaient ments pris par plusieurs pays àdemandeurs, mais j’ai tenu à en Cannes, place l’Italie en deuxièmerester là pour ne pas faire de cette position au sein de l’Union. Natu-rencontre un ersatz de Conseil rellement, nous avons encoreeuropéen: la participation de l’Ita- énormément de chemin à parcou- bale nciaga.comlie à ce cercle informel est impor- rir, mais il est encourageant detante. Mais elle reste un moyen de constater que l’avis de l’Italie est àrenforcer l’approche communau- présent recherché et sa voix detaire et non pas de l’affaiblir. nouveau écoutée. p

×