Loading…

Flash Player 9 (or above) is needed to view presentations.
We have detected that you do not have it on your computer. To install it, go here.

Like this document? Why not share!

Res 122 0273

on

  • 560 views

Res

Res

Statistics

Views

Total Views
560
Slideshare-icon Views on SlideShare
560
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Res 122 0273 Res 122 0273 Document Transcript

    • JOURNAUX ALGÉRIENS De la presse à la toile. panorama des sites web des quotidiens arabophones et francophones Gilles Kraemer La Découverte | Réseaux 2003/6 - no 122 pages 273 à 285 ISSN 0751-7971 Article disponible en ligne à ladresse: -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- http://www.cairn.info/revue-reseaux-2003-6-page-273.htm --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Pour citer cet article : Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Kraemer Gilles , « Journaux algériens » De la presse à la toile. panorama des sites web des quotidiens arabophones et francophones, Réseaux, 2003/6 no 122, p. 273-285. DOI : 10.3917/res.122.0273 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, nest autorisée que dans les limites des conditions générales dutilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de léditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
    • JOURNAUX ALGÉRIENS De la presse à la toile. Panorama des sites web des quotidiens arabophones et francophonesDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Gilles KRAEMER © Réseaux n° 122 – FT R&D / Hermès Science Publications – 2003
    • Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La DécouverteDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte
    • L a période des campagnes électorales – comme c’est le cas en Algérie où les prochaines élections présidentielles d’avril 2004 font les unes de toutes les gazettes depuis plusieurs mois – est assurément un moment propice à la création de journaux. Après InfoSoir, quotidien privé lancé au printemps 2003, Le Jour d’Algérie paraît dans les kiosques et sur les étals des vendeurs depuis le 27 août dernier avec, pour ligne éditoriale, le souci « d’introduire un pluralisme véritable sur une scèneDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte médiatique tellement déséquilibrée », dominée par un « groupe de journaux puissants versé dans la critique virulente de l’Etat1 ». Signe des temps, la version électronique de ces deux derniers-nés de la presse quotidienne algérienne a été élaborée en même temps que leur numéro zéro. Il existe quarante-trois quotidiens privés, publics, arabophones et francophones en Algérie au moment où ces lignes sont écrites. A cela s’ajoute une quinzaine d’hebdomadaires. Un recensement systématique permet d’identifier dix-huit journaux disposant d’un site web en activité et six avec un site bloqué ou inaccessible, tous quotidiens, tandis que les hebdomadaires ne sont pas sur l’internet2. Au total, sur vingt-neuf titres francophones, douze ont un site à jour, quatre restent inaccessibles, un – celui du quotidien suspendu en 1999 Demain L’Algérie – est inactif depuis août de la même année et celui de L’Actualité est arrêté en septembre 2003. Côté arabophone, six seulement ont un site qui fonctionne, un n’a qu’une page d’accueil sans information et avec tous les liens hypertextes bloqués (Al-Fadjr), les huit autres n’existant pas sur le web. 1. Citation du directeur de la publication, Abderrahmane Mahmoudi, dans la dépêche de l’agence APS, 27 août 2003. 2. Ces chiffres sont arrêtés au 1er octobre 2003. Ils évoluent beaucoup en période électorale mais ils viennent corriger l’affirmation de M’Hamed Rebah dans son ouvrage La presse algérienne, journal d’un défi (2002) : « En 2002, tous les quotidiens algériens ont leur site, rejoignant les pionniers qui s’étaient lancés dans l’aventure dès 1996, comme La Tribune, dont une édition électronique de deux pages avait commencé à être diffusée sur le site Internet au moment de la suspension du journal » (p. 190). Cette dernière assertion est aussi à corriger : c’est le site web de l’ONG Reporters sans frontières qui avait accueilli deux pages de ce journal suspendu qui n’avait alors pas de site propre.
    • 276 Réseaux n° 122 Depuis l’an 2000, leur nombre a quasi doublé, tout en maintenant la proportion des francophones sur les arabophones, pour des raisons tant techniques que de prédisposition3. Plusieurs d’entre eux, comme c’est le cas du site du quotidien étatique El-Moudjahid ou du privé Liberté, ont déjà changé de version et sont passés d’un site statique à un site dynamique, tandis que Le Matin, situé déjà parmi les précurseurs avec un site élégant dès 1999, travaille à la mise en place d’un site nouvelle génération. Le quotidien privé arabophone Al-Khabar, premier tirage d’Algérie avec quelque 400 000 exemplaires revendiqués, cherche aussi à moderniser son site mais, de l’aveu de son directeur des relations publiques, connaît des difficultés à trouver un « webmaster arabophone4 ». Le champ complet de cette étude peut alors être brossé dans le tableau suivant :Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Tableau 1. Eventail des sites web de quotidiens francophones algériens Site arrêté au Privé suspendu multimania.com/dem Demain l’Algérie 30/08/99, « 100e jour en 1999 ainlalgerie de suspension” El-Moudjahid Public, titre historique Site mis à jour elmoudjahid.com El-Watan Privé Site mis à jour elwatan.com Horizons Public Site inaccessible horizons-dz.com InfoSoir Privé Site mis à jour infosoir.com Site arrêté au 8 L’Actualité Privé lactualite-dz.com septembre 2003 La Nouvelle lanouvellerepublique Privé Site mis à jour République .com La Tribune Privé Site mis à jour latribune-online.com Privé, proche de l’ex- L’Authentique Site inaccessible lauthentique-dz.com président Zeroual Le Jeune Privé, premier titre jeune- Site mis à jour Indépendant privé à paraître independant.com Privé, proche du Le Jour d’Algérie Site mis à jour lejourdalgerie.com président Bouteflika Le Matin Privé Site mis à jour lematin-dz.net Le Monde Privé national issu Site inaccessible monde-info.com d’aujourd’hui d’un régional d’Oran Le Quotidien Privé, régional à Site mis à jour quotidien-oran.com d’Oran diffusion nationale Le Soir d’Algérie Privé Site mis à jour lesoirdalgerie.com L’Expression Privé Site mis à jour lexpressiondz.com Liberté Privé, proche du RCD Site mis à jour liberte-algerie.com Ouest-Tribune Privé régional Site inaccessible ouest-tribune.com 3. Sur les prédispositions des titres francophones à traiter les questions de nouvelles technologies, voir KRAEMER, 2001, p. 81. 4. Correspondance électronique avec Lamine Chikhi, directeur des relations publiques au quotidien El-Khabar.
    • Journaux algériens 277 Tableau 2. Eventail des sites web de quotidiens arabophones Al-Fadjr Privé Site inactif al-fadjr.com An-Nasr Public Site mis à jour an-nasr.com Ech-Chaab Public Site mis à jour ech-chaab.com Ech-Chourouk el Privé, tendance islamiste Site mis à jour echouroukelyoumi.c youmi modéré om El-Khabar Privé, premier tirage Site mis à jour elkhabar.com El-Massa Public, du soir Site mis à jour el-massa.com El-Youm Privé Site mis à jour el-youm.com Sources : tableaux réalisés par l’auteur à partir de recherches sur l’internet (les adresses sont toutes précédées des trois « w ») et arrêtés à la date du 1er octobre 2003. Des nouvelles technologies sous-utiliséesDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Compte tenu du retard en Algérie dans le secteur de l’internet, les médias – et essentiellement les quotidiens – y jouent un rôle moteur. El-Watan, parmi les premiers titres créés dans le cadre de la nouvelle loi de 1990 qui ouvrait la voie à la presse privée après quatre décennies de monopole d’Etat, est le premier journal, dès 1997, à investir le web. Il est vite suivi, les deux années suivantes, par Le Matin, Le Jeune indépendant, El-Khabar, etc. Avec des textes mis en ligne régulièrement dans la nuit précédant la distribution des exemplaires imprimés, ces dix-huit quotidiens assurent un flux de contenus sur le réseau dans un pays où on ne compterait qu’un millier d’entreprises disposant de sites web – très peu en comparaison avec les voisins maghrébins – qui souvent se résument à une page d’accueil avec de rares mises à jour. Selon Younes Grar, président de l’Association algérienne des fournisseurs de services internet (AAFSI), il y a en 2003 plus de 80 fournisseurs agréés en Algérie mais seulement une vingtaine d’opérationnels. Les investissements techniques importants au départ, le suivi technologique et les difficultés à obtenir une ligne spécialisée chez l’opérateur public Algérie Télécom (le monopole qui devait être levé en 2000 a été reporté à 2005) expliquent que de nombreux fournisseurs soient encore « virtuels ». Selon les estimations de l’AAFSI, il y aurait 500 000 internautes en Algérie, 50 000 ordinateurs importés par an (le coût d’un PC reste 3 à 4 fois le salaire moyen), 3 000 cybercafés. Le gouvernement algérien affiche depuis 2001 la volonté de rattraper son retard en développant une politique ambitieuse dans le domaine des nouvelles technologies au service de tous5. 5. Interview de Younes Grar, « L’internet doit être une priorité du gouvernement », 4 février 2003, www.algeria-interface.com. Voir aussi PICAGNE, 2002, p. 34-39.
    • 278 Réseaux n° 122 En attendant, les lignes téléphoniques saturent régulièrement, les fournisseurs d’accès connaissant de fréquents blocages du fait des faibles capacités des serveurs et les sites des journaux algériens, pour des raisons techniques autant que de fluidité, étant tous hébergés en Amérique du Nord ou en Europe. Le Jeune Indépendant est hébergé au Canada, chez un serveur quasi gratuit, L’Expression aux Etats-Unis, pour la bande passante offerte autant que pour la sécurité. Aucun, pas plus les publics que les privés, ne dispose d’une adresse en « .dz », pourtant nom de domaine algérien. Les lenteurs bureaucratiques du Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST), l’organisme chargé officiellement de les attribuer en sont la cause, autant que son exigence d’un hébergement des sites en « .dz » sur des serveurs algériens. La plupart des journaux passentDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte aussi par le fournisseur d’accès privé Gecos qui représente en Afrique le Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte provider américain Ad Graphics et s’est imposé auprès des administrateurs web des titres algériens comme El-Watan ou Le Matin6. Des contenus « papier » et électroniques semblables L’étude comparée de la page d’accueil de tous les sites actifs des quotidiens algériens – page d’appel qui permet à l’internaute d’évaluer la matière que le site est susceptible de lui offrir – distingue trois types de contenus ou services : informationnels, communicationnels, transactionnels7. L’information est comprise ici au sens le plus large et elle dépasse de beaucoup l’actualité. Les sites de la presse algérienne offrent aussi, à un premier niveau de la page d’accueil ou, plus généralement à un second niveau (en cliquant sur les hyperliens), des contenus sur le journal lui-même ou sur son site (informations institutionnelles), des services utiles (météo, bourses, emploi...), des services supplémentaires liés au moyen d’accès aux informations (archives, moteur de recherche). Sans entrer dans le détail des systèmes techniques, on peut constater d’emblée que les difficultés liées à l’adaptation de la langue arabe aux différents langages utilisés sur le réseau conçu à l’origine pour et dans les caractères latins, a conduit les concepteurs de sites web des journaux arabophones à privilégier le format pdf et à offrir à l’internaute le téléchargement de reproductions des pages du journal papier, là où les sites francophones adoptent plus largement la 6. AMARI, 2000. 7. Pour l’analyse de contenu, croisée avec un questionnaire systématique aux webmasters, nous avons partiellement utilisé la grille élaborée par Caroline Bringand, BRINGAND, 2001, p. 245-260.
    • Journaux algériens 279 réorganisation des informations pour un environnement html8. Les sites des journaux francophones ressemblent ainsi beaucoup plus à leurs équivalents occidentaux. Aussi, si les journaux algériens sur papier, en dépit de l’introduction récente de la couleur, ont tendance à se ressembler beaucoup (même format tabloïd, même mauvais papier et impression sur les presses étatiques à l’exception de l’imprimerie privée d’El-Watan et d’El-Khabar, même mise en page désordonnée malgré des efforts récents...), les sites web proposent plus de variété. La gamme va des sites les plus basiques – statiques et pauvres – comme celui d’Al-Fadjr qui n’offre aucune photo mais propose autour de son logo des boutons pour télécharger toutes les pages du journal en pdf (etDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte qui est bloqué), aux sites dynamiques de la dernière génération comme Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Liberté ou El-Moudjahid, mais dont la plupart des nouvelles rubriques ou services restent souvent en construction. Entre les deux, il existe toute une déclinaison de sites avec des contenus sélectionnés restituant plus ou moins le journal papier du jour dans sa globalité. Les sites arabophones sont presque tous conçus autour d’une reproduction centrale (scannée comme une photo parfois) de la « une » du journal papier, avec ses publicités et ses gros titres, entourée de boutons pour accéder à des informations choisies selon des rubriques ou, plus simplement, selon les pages du journal (en html à El-Khabar ou en pdf ailleurs). Même, le site du quotidien étatique arabophone Ech-Chaab réduit ces boutons d’accès à de basiques formules en curieux français : « page 01 », « page 02 »... Le Jeune Indépendant a opté pour une sélection serrée tenant dans la seule page d’accueil qui recompose une page de journal avec l’information principale au centre (et photo) et des colonnes tout autour avec des titres de rubrique donnant une ou deux informations brèves d’importance avec des liens hypertextes pour poursuivre la lecture. Le Matin, qui revendique d’offrir à l’internaute un contenu plus synthétique avec les articles les plus importants du journal du jour, se distingue depuis le début par un environnement très inspiré des sites web occidentaux, du point de vue graphique et ergonomique. Le vieux Moudjahid, dont le tirage est passé de 365 000 exemplaires au temps du monopole à moins de 13 000 aujourd’hui9, apparaît sur le réseau comme riche, bien structuré avec toutes les rubriques d’information et de services 8. Le site web du quotidien public arabophones El-Massa propose d’ailleurs un bouton « help » pour aider les internautes à lire les caractères arabes en reparamétrant leur ordinateur et en téléchargeant les logiciels nécessaires. 9. KRAEMER, 2001, p. 144.
    • 280 Réseaux n° 122 (météo, archive, appel d’offre, moteur de recherche...) capable de rivaliser avec des sites de titres privés dynamiques comme Liberté. Inversement, un quotidien privé régional qui a connu un vrai succès national, Le Quotidien d’Oran, offre une page d’accueil pauvre avec des rubriques en colonne et une pluie de titres d’articles dans le désordre. Quelle que soit la langue ou le statut, les titres algériens sur le net se cantonnent tous au contenu de leurs journaux sur papier. Les rares contenus spécifiques qu’offrent les sites ne sont guère, comme les liens vers des sites de météorologie ou de cotation des monnaies10, que des informations présentes sous une autre forme dans le journal. Les dossiers que proposent Le Quotidien d’Oran, L’Expression et Le Matin réunissent des articles déjàDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte publiés autour d’un même thème (actuellement beaucoup traitent du Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte nouveau bras de fer entre la presse privée et le gouvernement), tandis que les Newsletters que proposent d’envoyer par courriel à ses abonnés InfoSoir et Liberté reprennent la synthèse les titres du journal du jour. Il en va de même du service des archives proposé seulement par une dizaine de sites ou du moteur de recherche par mot-clé dont ne dispose aucun site arabophone et seulement quelques sites francophones. Au-delà de l’ours – que l’on peut partiellement retrouver avec le lien hypertexte « contact » qui ouvre souvent sur une page indiquant le directeur de la publication, celui de la rédaction, le rédacteur en chef, leurs coordonnées et celles de certains services ou bureaux locaux du titre – rares sont les journaux qui se présentent sur leur site. Ces informations institutionnelles – pourtant importantes – n’existent que dans six titres sous la forme d’un bouton « à propos » qui ne fonctionne pas chez le nouveau Jour d’Algérie et ouvre, au Moudjahid, sur un texte inattendu : la charte du Front de libération nationale (FLN) du 1er novembre 1954 et l’appel au « peuple militant de la cause nationale ». En revanche, les sites d’El-Watan et d’El-Khabar sont plus précis sur le journal et celui de Liberté s’exprime même sur « Liberté-Algérie.com », expliquant les évolutions du site depuis trois ans. Une interactivité réduite Toutes ces remarques convergent vers une conception de sites d’information essentiellement sous forme de version électronique de l’offre éditoriale des 10. Le site de La Tribune est le seul à donner un tableau de cotation de monnaie d’après la banque d’Algérie.
    • Journaux algériens 281 journaux sur support imprimé déjà connu de leur lectorat, avec une gamme restreinte d’offres complémentaires, là où les sites internet de presse écrite en Europe explorent depuis le tournant du millénaire l’information en continu, actualisée par des dossiers et des services spécialisés, ainsi que l’interactivité11. Si seuls les sites d’Ech-Chaab et du Quotidien d’Oran ne présentent aucune adresse électronique de webmaster sur leur page d’accueil, tous les autres disposent d’une zone de contact plus ou moins élargie : adresses électroniques de la rédaction ou de cadres, bordereau de messagerie, et même signature chez El-Khabar du webmaster et de l’infographiste par leur courriel. InfoSoir ou Liberté distinguent même l’administrateur web du webmaster. Pour autant, aucun des webmasters sollicités pour cette présente étude n’a répondu, ce qui montre assez queDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte l’interactivité n’entre pas dans leur cahier des charges12. Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Des journaux en ligne qui mettent en valeur les commentaires des meilleures plumes de leur rédaction, comme Le Matin avec pas moins de dix boutons (édito, commentaire, chronique de Mohamed Benchicou, le directeur, de l’écrivain Yasmina Khadra, de la journaliste sous pseudonyme qui fait scandale Ines Chahinez, jusqu’à la caricature de Hic), n’appellent pas forcément les internautes à réagir. Zone contact avec bordereau impersonnel ou simple adresse électronique anonyme restent le cas de la majorité. Rares sont les sites, comme ceux d’El-Khabar, El-Massa, La Nouvelle république, Le Soir d’Algérie, El-Moudjahid, Le Soir d’Algérie (qui distingue dans un bordereau les « propositions » des « suggestions ») ou L’Actualité à inviter les internautes à « réagir aux articles sur cette adresse ». Seul à faire un effort linguistique d’ouverture, le quotidien arabophone El-Khabar qui propose un résumé de l’actualité en français et en anglais qui se clôt sur une invitation à envoyer ses « commentaires ou suggestions ». Les sites qui ont changé de version ou qui viennent juste d’investir le net ont cependant adopté plusieurs outils de communication en ligne. Le livre d’or (ou guest book comme l’appelle El-Moudjahid) est présent sur El- Watan et InfoSoir, à côté parfois d’un lien sondage appelant l’internaute à voter. Or ces rubriques sont rares et souvent décevantes. En cliquant sur le 11. DELBERGHE M., JACOB, 2001, p. 24. 12. Pas moins de trois messages systématiquement envoyés à la vingtaine de webmasters pour solliciter leur concours à cet article sont restés sans réponse et les rares réponses au questionnaire ne nous sont parvenues que de la part de cadres dirigeants ou de journalistes personnellement connus. Au total, pour plus de soixante-dix courriels envoyés, seules les réponses de la rédaction du Matin, d’El-Khabar, de L’Expression et du Jeune Indépendant ont été reçues.
    • 282 Réseaux n° 122 lien du site du Matin, on tombe sur un vieux sondage d’audience d’avril 2003, annonçant que ce quotidien « est le premier journal francophone avec 13 % du lectorat », sans possibilité d’intervenir. Sur le site de Liberté, la rubrique « question du jour » indique, laconique, « pas de sondage » et celle des « statistiques » de Tribune ne fonctionne pas. InfoSoir, cependant, pose la question directe : « comment trouvez-vous notre site ? » et donne les premiers résultats (excellent pour 34,4 %, médiocre pour 7,4 %), tout comme El-Moudjahid, soucieux de connaître les réactions à « la nouvelle interface du site » (très réussie pour 5,97 %, moyenne pour 85,34 % avec 11 036 répondants au 1er octobre). Zone d’interactivité par excellence, les forums n’existent que sur les sitesDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte d’InfoSoir – sur les thèmes du sport et de l’actualité – et d’El-Watan qui Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte décline cinq problématiques autour du séisme de mai dernier (avis de recherche, appel à témoin pour les identifications des sinistrés, action de solidarité, message de soutien, contacts utiles...). Seul le site d’InfoSoir dispose d’un service de chat réservé à ses abonnés. Des sites qui ne rapportent pas d’argent Enfin, l’espace transactionnel est particulièrement réduit sur les sites web de la presse algérienne. Tous sont accessibles gratuitement, sans aucun service payant. A l’image de la plupart des sites d’information dans le monde, ils ne gagnent pas d’argent, comme le confirment tous les responsables de rédaction contactés. Seuls trois sites disposent d’un bandeau ou d’un encart publicitaire (El-Khabar, Ech-Chourouk el-youmi et La Nouvelle République). D’autres ont prévu l’espace dédié mais, sans publicité extérieure, ils y invitent l’annonceur potentiel (« Espace publicitaire à louer » sur El-Moudjahid, « votre pub » sur Liberté) ou s’y font leur propre réclame (« L’Actualité : un journal pas comme les autres, l’info pure »). De plus, les zones « partenaires » sont inexistantes ou vides dans la grande majorité des sites. Si des contacts par courriel sont donnés avec les services de publicité sur la plupart des journaux en ligne, arabophones comme francophones, il est symptomatique que les rares indications de tarifs le soient pour le passage dans le support papier. Seul El-Watan – qui n’a cependant pas de publicité – propose des tarifs sur le web. Les prix des emplacements sont modulés selon la consultation des pages. Ainsi, les pages de politique sont créditées de 56 000 requêtes par semaine là où la page d’accueil, avec 25 000 requêtes, fixerait le prix d’une publicité à 75 000 dinars algériens, soit, précise le site, « 7 500 francs français » !
    • Journaux algériens 283 Ce manque de mise au jour évident souligne le caractère plus déclaratif que mesuré de la fréquentation du site. Les chiffres réels sur le net sont en effet au moins aussi difficiles à établir que sur les presses et dans les kiosques, tant l’opacité, le secret et l’exagération dans le domaine restent la règle, en l’absence de tout organisme de contrôle des ventes et des tirages. Ainsi, les sites du Matin et d’El-Watan étaient-ils crédités de 100 000 à 150 000 consultations par jour dans un article d’Algeria-interface, alors qu’un tel compteur est précisément au cahier des charges de la prochaine version du site du Matin13. Rares sont les sites à avancer des chiffres de consultation et les compteurs ne sont présents que sur Liberté (quotidien) et L’Expression (depuis le début), mettant au jour de curieuses contradictions. Ainsi, la fiche d’information de Liberté donne, d’après un site de mesure d’audienceDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte (weborama.fr), « une consultation de 10 000 utilisateurs en moyenne chaque Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte jour » alors que le compteur n’indiquait qu’un seul visiteur le jour de l’analyse ! Plusieurs consultations du site de L’Expression ont permis de calculer un différenciel de près de 16 000 visiteurs en quatre jours, loin derrière les chiffres avancés plus haut. De nouvelles ambitions sur la toile D’ailleurs, les journaux connaissent mal leurs internautes et, de l’aveu des cadres du Matin, d’El-Khabar, de L’Expression ou du Jeune Indépendant, leurs origines sont surtout identifiées, quand c’est possible, par leur courriel dont les webmasters ne font pas grand cas. « Nous avons des internautes au Canada, aux Etats-Unis, en Australie, en Grande-Bretagne qui nous encouragent à aller de l’avant et posent souvent des questions aux journalistes », témoigne Lamine Chikhi, directeur des relations publiques du grand quotidien arabophone. Au Matin, la rédactrice en chef technique, Khadija Chouit, revendique comme internautes les « étrangers résidant en Algérie et les Algériens résidant à l’étranger, notamment au Canada ou en France ». L’objectif du site web est alors « de permettre aux nombreux Algériens qui n’ont pas accès à l’édition imprimée du journal – notamment les expatriés – de le lire, ainsi que de suivre l’expansion de l’internet en Algérie ». Le site d’El-Khabar, seul à proposer un résumé en deux autres langues (anglais et français) affiche l’objectif de « donner une dimension internationale au journal ». Or cet argument est essentiel dans un pays qui a connu, selon les dernières évaluations du Conseil national économique et social (CNES), données en 13. CHAWKI, 2000.
    • 284 Réseaux n° 122 décembre 2002, une fuite des cerveaux de quelque 400 000 diplômés dans la période des plus fortes violences islamistes et militaires14 (1992-1996). Cette hémorragie de lecteurs potentiels – et parmi eux quelque 3 000 informaticiens, de nombreux médecins, scientifiques, intellectuels ou chefs d’entreprises – correspondrait « à ce qu’ont formé les universités algériennes pendant dix ans ». La concurrence est alors forte entre les titres « sérieux » – publics comme privés – pour s’adresser à ces Algériens d’Amérique, du Golfe ou d’Europe et leur offrir un lien régulier avec leur pays d’origine. Plusieurs études suggèrent d’ailleurs une chute du lectorat de presse « papier » en Algérie dans les mêmes années (surtout après 1994 avant de remonter en 1998) et, selon le croisement de différents critères, un taux de lecture inférieur à ce que le revenu et l’alphabétisation par habitantDocument téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte pourraient laisser présager15. Une partie du lectorat ayant fui dans des pays Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte occidentaux ou arabes très ouverts sur les nouvelles technologies, le recours à l’internet s’imposait pour les principaux titres algériens. Aussi, la toile est-elle un nouveau territoire pour la concurrence que se livrent les très nombreux journaux, avec un indéniable effet de mode et de modernité. « Pour une grande partie des éditeurs de presse, posséder une page web était surtout vu comme une question de prestige pour le journal, reconnaît Lamine Chikhi. Les choses commencent à changer, mais lentement. Les journalistes de la rédaction ne consultent que rarement le site, estimant qu’il est loin de répondre aux normes en vigueur. » Peu ou pas d’échanges entre la rédaction et les personnes en charge des pages web, un webmaster généralement seul et avec un profil exclusivement de technicien ; les journaux algériens limitent les frais sur le net. En dépit de l’adoption par les quotidiens francophones les plus dynamiques d’une nouvelle version de site où l’effectivité de l’interactivité reste encore à prouver, la majorité des titres algériens présents sur le web n’a pas encore adopté le modèle du portail – avec de nombreux autres sites donnés en hyperliens – qui se généralise ailleurs dans les médias (télévision, radio et presse écrite) et qui structure l’internet aujourd’hui en France ou en Europe. Les sites web des quotidiens algériens exploitent quasi exclusivement les informations de leurs titres imprimés et attendent – tout en élaborant des projets de modernisation avec une « vraie équipe rédactionnelle électronique » et un « service de médiation » comme le souhaite Le Matin – que les débits s’améliorent sur l’internet en Algérie et que la publicité ou les services en ligne entrent dans les mœurs. 14. Voir l’article de SAOULI, 2003, p. 34-40. 15. Voir l’article de HENRY, 2003.
    • RÉFÉRENCES AMARI C. (2000), « La presse algérienne sur le net », www.algeria-interface.com BRAS J.-P., CHOUIKHA L. (sous la direction de) (2002), « Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée », Actes du séminaire de Tunis, 6-7 octobre 2000, Institut de recherches sur le Maghreb contemporain, Tunis. BRAHIMI B. (2002), Le droit à l’information à l’épreuve du Parti unique et de l’état d’urgence, Editions SAEC-Liberté, Alger. BRINGAND C. (2001), « Panorama de l’offre éditoriale des sites de chaînes de télévision généralistes en Europe », Réseaux, n° 105.Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte HENRY C.M. (2002) “Algeria: Free Press, Opaque Political Economy”, MENA- Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.105.83.64 - 18/04/2011 21h07. © La Découverte Politics, University of Texas at Austin www.la.utexas.edu/course-materials/government/chenry/mena/main.htm GONZALEZ-QUIJANO Y. (2001), « Essai de cartographie de l’information sur Internet au Liban », www.mafhoum.com/press2/67T41.htm GRAR Y. (2003), « L’internet doit être une priorité du gouvernement », www.algeria-interface.com. KRAEMER G. (2001), La presse francophone en Méditerranée, regain et perspectives, Maisonneuve & Larose, Paris. KRAEMER G. (2001), « Presses francophone et arabophone en Algérie », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 173, La documentation française. KRAEMER G. (2002), « La presse francophone en Méditerranée : anomalie d’un média de masse national en langue non nationale », Réseaux, n° 111. PICAGNE V. (2002) « Le Maghreb à l’heure du surf », Arabies, décembre. PICAGNE V. et LALOUI A. (2001), « Internet : Forces et faiblesses », Arabies, mai. SAOULI M. (2003), « Algérie : Fuite des cerveaux », Arabies, octobre. REBAH M. (2002), La presse algérienne, Journal d’un défi, Chihab Editions, Alger.