Your SlideShare is downloading. ×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La clinique du travail

99

Published on

Intervention du Dr P. médecin du travail, lors de la rencontre de l’Amicale des Médecins du 6ème arrondissement de Paris avec le Cabinet LACT, sur le thème « LE STRESS AU TRAVAIL». …

Intervention du Dr P. médecin du travail, lors de la rencontre de l’Amicale des Médecins du 6ème arrondissement de Paris avec le Cabinet LACT, sur le thème « LE STRESS AU TRAVAIL».

Près d’une trentaine de médecins ont assisté, le mardi 8 avril 2014, à la soirée-débat organisée par l’Amicale des médecins du 6ème arrondissement de Paris, autour du thème de la « Souffrance au travail » suivi d’un dîner.

Retranscription de l'intervention du Dr P. médecin du travail :

« Je travaille depuis 30 ans en qualité de médecin du travail.

Je suis actuellement salariée dans une entreprise de 3 500 personnes qui cultive l’excellence, la performance, l’adaptation rapide au changement et je rencontre des situations difficiles, des pathologies importantes notamment chez des sujets jeunes.

Avant mon arrivée, l’habitude était que les personnels en difficulté s’adressent à la DRH qui leur donnait les coordonnées de la Clinique du Travail.

J’ai mis en place un autre mode de fonctionnement en créant un lien direct avec ces salariés, en consacrant du temps à les écouter et en instaurant une relation de proximité.

La plupart du temps, ils sont englués dans leur problématique et la première chose à faire est des les extraire de leur milieu de travail. Car ils doivent être d’abord pris en charge par leur médecin traitant pour des thérapies médicamenteuses avant que puisse être entrepris tout travail tel que celui préconisé par LACT, orienté sur les aspects professionnels. Je regrette à cet égard de ne pas pouvoir être mise en relation avec les médecins traitants.

Je suis bien sûr en contact avec la DRH et entends souvent une autre version des choses. Je pense pour ma part qu’il est relativement aisé de repérer rapidement des comportements inadaptés. Je note très souvent des dysfonctionnements entre collaborateurs et managers, ce qui favorise très vite l’évolution d’une problématique initialement individuelle vers une problématique collective d’équipe.»

Published in: Healthcare
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
99
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Intervenante:  Dr  P.   09  67  01  21  65  /  06  03  24  81  65  -­‐  gvitry@lact.fr    -­‐  h;p://www.lact.fr   Témoignage  d’un  médecin  du  travail   Enregistrement   Extrait  de  l’atelier  médecins  
  • 2.   ! Enregistrement  issu  d’un  un  atelier  découverte  LACT.       Certains  passages  sont  parasités.       Merci  de  votre  compréhension.  
  • 3.   ! Médecin  du  travail  en  service  inter-­‐entreprises  depuis  30  ans    
  • 4.   ! Assure  le  suivi  d’environ  3  500    salariés  
  • 5.   ! A  le  privilège  de  garder  toute  son  indépendance  
  • 6.   ! «  C’est  par  le  biais  de  ceFe  entreprise  
  • 7.   ! que  j’ai  pu  connaître  la  clinique  du  travail  »    
  • 8.   ! «  Puisque  l’entreprise  avait   établi  un  contrat  pour   permeFre  le  suivi  des  salariés   en  difficultés  »  
  • 9.   ! «  Lorsque  je  suis  arrivé,  la   praNque  était  que  les  gens  en   difficultés  devaient  s’adresser   au  à  leur  service  RH  
  • 10.   ! pour  avoir  les  coordonnées  de   la  clinique  du  travail  »  
  • 11.   ! «  En  praNque,  je  ne  pense  pas   que  ça  avait  tellement  marché  »  
  • 12.   ! «  Quand  je  suis  arrivée,  j’ai  bien  sûr   insisté  sur  le  fait  que  
  • 13.   ! ça  devait  passer  par  le  médecin  du  travail    
  • 14.   ! que  ça  faisait  parNe  d’une  praNque   médicale  
  • 15.   ! et  que  ça  me  paraissait  plus  efficace  de   ceFe  façon  là  »  
  • 16.   ! C’est  un  secteur  en  pleine   mouvance,  avec  des   changements  organisaNonnels   très  rapides    
  • 17.   ! …  une  culture  de  l’excellence  …  
  • 18.   !  …  de  la  performance  …  
  • 19.   ! …  avec  des  pathologies   importantes  dans  une   populaNon  plutôt  jeune.    
  • 20.   ! Donc  finalement  beaucoup  de   problèmes  de  santé  
  • 21.   ! Avec  des  difficultés  parfois   pour  obtenir  des   aménagements  de  postes  
  • 22.   ! «  CeFe  praNque  dans  l’entreprise  
  • 23.   !  me  permet  d’avoir  une  proximité  avec  les  collaborateurs  »  
  • 24.   ! Lorsque  les  salariés  viennent  me  voir  […]  tous  les  cas  sont  possibles  
  • 25.   ! Lorsque  les  salariés  viennent  me  voir  pour  m’expliquer  une  situaNon    
  • 26.   ! Il  y  a  des  personnes  qui   sont  tellement  engluées   dans  leur  problémaNque    
  • 27.   ! Un  état  psychique   tellement  détérioré    
  • 28.   ! Qu’il  faut  avant  tout  les   extraire  de  leur  milieu   de  travail  
  • 29.   ! Parce-­‐qu’aucun  travail   n’est  possible   immédiatement  
  • 30.   ! Il  faut  aFendre  que  le   médecin  traitant,  ait   pu,  par  le  biais  de   thérapies   médicamenteuses  
  • 31.   ! PermeFre  une   régulaNon  des  troubles   de  l’humeur    
  • 32.   ! Pour  pouvoir  travailler   de  manière  efficace  
  • 33.   ! Possibilité  de  pouvoir  décorNquer  des  situaNons  compliquées    
  • 34.   ! «  Je  regreFe  de  ne  pas   pouvoir  avoir  de   contact  avec  les   médecins  traitants  »  
  • 35.   ! «  Une  personne  ne  dit   pas  la  même  chose  à   son  médecin  traitant  ou   au  médecin  du  travail  »  
  • 36.   ! Les  médecins  traitants  ont  parfois  un  opinion  
  • 37.   ! un  peNt  peu  rapide  sur  la  situaNon  
  • 38.   ! et  sur  la  culpabilité  des  uns  et  des  autres  
  • 39.   ! «  J’interviens  auprès  des  RH,  quand  je  souhaite  pouvoir  comprendre   ce  qu’il  se  passe  »  
  • 40.   ! «  J’ai  bien  entendu  une  autre  version  des  choses,  notamment  de  ce   qu’il  se  passe  dans  les  équipes,  au  niveau  des  managers  »  
  • 41.   ! Avec  tout  ça,  j’essaye  de  me  faire  une  inNme  convicNon  de  la   problémaNque  
  • 42.   ! Les  torts  sont  toujours  partagés  dans  ce  genre  de  situaNons  
  • 43.   ! C’est  vrai  qu’on  repère  assez  rapidement  des  comportements  inadaptés    
  • 44.   ! Des  problèmes  de  posiNonnement,  de  communicaNon,  d’interprétaNon    
  • 45.   ! «  Quand  les  gens  sont  en   capacité  de  prendre  un  peu   de  recul  
  • 46.   ! par  rapport  à  ce  qu’il  leur   arrive,  de  pouvoir  poser  les   choses  sur  la  table  
  • 47.   ! et  de  pouvoir  commencer   un  vrai  travail  
  • 48.   ! à  ce  moment  là  je  peux  les   orienter  vers  la  clinique  du   travail  »    
  • 49.   ! «  Parce-­‐que  j’ai   déjà  démarré  une   certaine  démarche  
  • 50.   ! j’ai  établi  une   relaNon  de   confiance  avec  la   personne    
  • 51.   ! en  lui  expliquant   ceFe  démarche  et   que  ce  suivi  est   vraiment  orienté   sur  le  travail    
  • 52.   ! et  que  donc  cela  doit   être  fait  par  des   professionnels  »    
  • 53.   !
  • 54.   ! Il  y  a  souvent  des   dysfoncNonnements  entre   collaborateurs  et  managers  
  • 55.   ! «  EffecNvement,  il   faut  constater  que  les   managers  auraient   aussi  besoin  de  faire   un  travail  
  • 56.   ! Mais  que  finalement   pour  ça  je  suis  assez   démunie  »  
  • 57.   ! «  Et  que,  dans  bien   des  situaNons   finalement  
  • 58.   ! il  n’y  a  que  la   ressource  de  mobilité   du  salarié  pour   l’extraire  d’un   relaNonnel  »  
  • 59.   ! «  Même  si  on  peut   pendant  un  temps   trouver  une   adaptaNon  
  • 60.   ! sur  le  long  terme  il   faut  souvent  que  le   collaborateur  soit   changé  de  service  »    
  • 61.   ! «  Bien  souvent  le  manager  souffre  autant  que  les  collaborateurs  
  • 62.   ! et  finalement  le  problème  est  passé  du  stade  individuel   au  stade  collecNf  »  
  • 63.   ! Merci  beaucoup  d’avoir       suivi  ce;e  présentaOon  !   Rdv  sur  h;p://www.lact.fr/  ou  au  09  67  01  21  65  /  06  03  24  81  65            

×