Sylvia Teste Quand on est une fille, il faut se dépasser plus qu’un garçon,
il faut prouver qu’on est capable Roxanne Gauc...
Ouvrage réalisé dans le cadre d’un emploi civique
accompagné par le Département de la Drôme
Rédaction : Nora Cherrati - Ph...
L’égalité hommes-femmes reste à conquérir, d’où le choix d’associer le Département de la
Drôme à la démarche nationale « L...
oute sa vie, Annie Mazuray a été une femme militante
parce qu’elle est et a toujours été selon ses mots
«  profondément he...
3e
République, note l’ancienne Conseillère générale, on ne
voyait que des hommes, et qui faisait les lois ? Les hommes ».
...
uand il s’agit de parler des femmes, l’écrivain
s’enthousiasme et répond consciencieusement à
chaque question. C’est que l...
journée symbolique » tempère-t-elle, « mais on a besoin de
s’attacher à certains symboles. »
L’écrivain des origines
Née d...
usqu’au études supérieures, le parcours de Claudine
est plutôt classique : elle obtient un bac littéraire puis
un BTS tour...
développé, on croit encore parfois qu’on attrape le Sida parce
qu’on nous a jeté un sort. »
En Afrique, Claudine n’a pas s...
e suis issue de l’immigration allemande des années trente
puis j’ai été formée à l’école de la République et j’y tiens
bea...
profondément marquée » nous dit Edith « Une
femme est confrontée au problème d’exister à la fois
comme femme, comme person...
osette s’estime chanceuse d’être née dans cette famille
de petits paysans du sud-ouest, dans laquelle les études
sont enco...
est difficilement compréhensible : « c’était la déchéance
d’avoir un diplôme d’ingénieur et de revenir à la campagne.
Pour...
est à la FOL (Fédération des œuvres laïques), que
Josiane Berruyer initie son engagement citoyen.
L’association, dont elle...
la loi sur la contraception « Et pour cela, nous devons lui être
très reconnaissantes. »
Difficulté de prendre la parole
D...
ongtemps, Laurence Cottet a évolué dans un milieu
professionnel masculin qu’elle considère comme trop
souvent machiste. Da...
Celle qui a également été avocate, veut aujourd’hui aider les
personnes alcooliques et proposera dans quelques mois du
coa...
e déclic, Marie-Noëlle, l’a eu au cours de sa première
grossesse. A ce moment-là, elle subit un profond
bouleversement dan...
Cependant, cette différence physique ne doit pas instaurer
une inégalité de traitement tant au niveau social que
professio...
arce qu’elle s’est investie dans des chantiers d’insertion
de jeunes et des mouvements d’éducation populaire,
Meriem Fradj...
restructurer la filière laine en Ardèche. Cela se passe dans les
années 1980. « Avec « Ardelaine » (le nom de l’entreprise...
nfant déjà, le souhait de Paulette était de devenir
infirmière. Et de fait, elle a passé une grande partie de sa
vie à pre...
et qui consiste principalement à mettre en place des ani-
mations, trouver des partenaires, et surtout tout faire pour
att...
lexandra ne mâche pas ses mots et retrace son parcours
avec beaucoup de franchise. Elle nous raconte qu’enfant
déjà elle s...
avait au moins 15 ans, j’y ai mis l’essentiel. J’ai roulé mon futon
dans une bâche, la voiture traînait par terre. Je suis...
ydia est une jeune femme qui n’a jamais manqué
d’ambition. « Déjà au collège, je voulais travailler dans un
consulat,uneam...
aussi l’avantage du recrutement universitaire dont la moitié
des promus sont des femmes. « La gendarmerie ne m’a pas
canto...
lors du coup, c’est quand la journée de la Femme, je ne
suis pas au courant ? » nous demande d’emblée Sylvia
tout sourire....
tâches spécifiques, moins physiques, comme la vente ou la
communication. « Les gens sont souvent intrigués, ils ont du
res...
enise se souvient que quand elle s’est mariée, c’était
sonmariquiavaitle carnetde chèques. Elle, alongtemps
été privée du ...
et Nina Simone. « Ray Charles est la plus grande vedette qu’on
ait eue » se rappelle Denise. Quant à Nina Simone, elle en
...
oxanne ne sait pas exactement quand lui est venue
l’envie de faire des films, mais plus jeune, elle dit avoir
beaucoup adm...
très faible du cinéma. » Mais cela, observe Roxanne, tend
nettement à s’améliorer et « il y a eu une prise de conscience. ...
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Drôme de Dames
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Drôme de Dames

1,406 views

Published on

Drôme de dames : 18 protraits de Drômoises, 18 parcours de femmes

Published in: Lifestyle
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Drôme de Dames

  1. 1. Sylvia Teste Quand on est une fille, il faut se dépasser plus qu’un garçon, il faut prouver qu’on est capable Roxanne Gaucherand Je pense qu’on est tous au fond un peu sexistesJosette Fournié Il faut qu’il y ait un partage des tâches entre l’homme et la femme Edith Cerf Une femme n’est pas une variété d’hommes Annie Mazuray Il faut que les femmes s’engagent Denise Deronzier A mon époque, on arrêtait les études quand on se mariaitViviane Margerie Tout ce que les femmes ont obtenu, elles ont bien souvent dû l’imposerPaulette Barret Pour moi, c’est aussi un plaisir d’aider Josiane Berruyer Ce n’est pas parce que les hommes ne seront plus dominants que les femmes le deviendront Lydia Zali J’ai un métier assez prestigieux, mais si j’y suis arrivée, tout le monde peut y arriver Alexandra Isvarine J’avais une 205 qui avait au moins 15 ans, j’y ai mis l’essentiel (…) et je suis partie vers l’inconnu MeriemFradj Cequim’afflige, c’est qu’on doute encore des compétences des femmes qui doivent en faire dix fois plus Françoise Bourdon Le féminisme ne doit pas être un prétexte pour créer une nouvelle inégalité Marie-Noëlle Babel Il faut oser rester femme, avec nos différences de femme Marie Roblès Nous préférions nous jeter dans le ravin plutôt que d’être pris, parce que nous savions que dans ce cas nous serions fusillés Claudine Mukezangango Dans la réalité, une femme a souvent trois journées de travail : avant de partir le matin elle doit s’occuper des enfants, puis partir au travail et le soir rentrer et s’occuper de la vie de famille. Dames Drôme “de ”
  2. 2. Ouvrage réalisé dans le cadre d’un emploi civique accompagné par le Département de la Drôme Rédaction : Nora Cherrati - Photos : Nora Cherrati - Lucie Barrière Impression : Département de la Drôme - Mai 2014 M’engager en service civique n’a pas été un choix simple, qui allait de soi. Dire que beaucoup d’opportunités s’offraient à moi, fraîchement diplômée d’un master d’édition et de rédaction professionnelle serait trahir la vérité. Mais cette mission n’a pas été un choix par défaut, dicté par le hasard. Au contraire, le projet présentait pour moi beaucoup d’intérêt. Il me permettait de m’investir dans une mission d’intérêt public, de m’intéresser à une problématique, l’égalité des sexes, qui demeure actuelle à laquelle je n’avais jamais vraiment pris le temps de réfléchir, tout en mettant en œuvre des compétences de mon domaine : interroger, recueillir des propos, synthétiser, écrire et participer à l’édition de ce livret. Le projet était ambitieux. Il s’agissait d’abord de partir à la rencontre de femmes vivant dans la Drôme, les interroger, écouter leur histoire, apprendre de leur parcours et dresser leur portrait en vue d’une exposition photographique et de l’édition d’un livret. Nous étions au début deux jeunes femmes engagées dans ce projet. Lucie Barrière a décidé à mi-chemin de ne pas poursuivre cet engagement. Une décision qui lui appartient. Cela n’occulte en rien le travail qu’elle a effectué durant des mois et, sans lequel le projet n’aurait pas pu voir le jour. Tout n’a pas été simple. Il a d’abord fallu contacter et gagner la confiance des femmes qui avaient été choisies. Certaines étaient sceptiques, d’autres n’ont pas été convaincues et n’ont pas souhaité participer (heureusement, elles se comptent sur les doigts de la main). Mais la grande majorité a accepté et les portraits qui figurent dans ce livret témoignent de ces rencontres qui ont pu se faire et toutes, dans de bonnes conditions : partout nous avons été bien accueillies, chaque femme s’est livrée avec bienveillance et beaucoup de sympathie et pour cela, je tiens à les remercier toutes. Rencontrer toutes ces femmes m’a principalement rappelé qu’il y a derrière les statistiques et les lois générales, des parcours particuliers et qu’être une femme, reconnue professionnellement et accomplie reste encore une difficulté à surmonter. Dans ces portraits, j’ai essayé de retranscrire avec fidélité ce qui nous a été confié, j’espère avoir réussi et fait en sorte que ces portraits soient aussi instructifs pour les lecteurs qu’ils l’ont été pour moi. Nora Cherrati
  3. 3. L’égalité hommes-femmes reste à conquérir, d’où le choix d’associer le Département de la Drôme à la démarche nationale « Le 8 mars, c’est toute l’année » afin de placer cet objectif au centre des préoccupations de la société. Aussi deux jeunes femmes en service civique ont été recrutées pour relater des parcours de femmes, drômoises. Vigneronne, apicultrice, retraitée, officier de gendarmerie, coach, agricultrice, réalisatrice, sage-femme, présidente d’association, ancienne résistante ou simple militante, ces « Drôme de dames » luttent contre la maladie, l’intolérance, les inégalités… et incarnent toutes un engagement collectif, parfois du simple fait d’être femmes dans un milieu d’hommes. Ce livret vous donne l’occasion de découvrir leurs parcours, dont certains sont faits de ruptures, de rebondissements, de réorientations. Tous révèlent une détermination et une direction, qui parfois trouve son sens a posteriori, formidable message d’espoir pour toutes les femmes qui doutent encore de leurs capacités. Ces 18 portraits constituent une exposition itinérante qui circulera dans les collèges et les médiathèques du Département. Elle sera l’occasion, tout au long de l’année scolaire 2014-2015, d’échanges, de rencontres, de manifestations, autour du droit des femmes et plus largement autour de l’engagement citoyen. A un an de l’élection d’une Assemblée départementale totalement paritaire, cette présentation met en exergue la formidable évolution de la condition féminine au cours des 50 dernières années et constitue une invitation, pour toutes les femmes, à cultiver leur différence. DIDIER GUILLAUME ANNE-MARIE RÈME-PIC Président du Conseil général Vice-présidente, chargée de la culture Sénateur de la Drôme
  4. 4. oute sa vie, Annie Mazuray a été une femme militante parce qu’elle est et a toujours été selon ses mots «  profondément heurtée par les injustices ». Et cela a commencé sur les bancs de la fac : « Je voulais faire de l’ethnographie, mais on m’a répondu que je ne pouvais pas, parce que j’étais une fille et que je ne pouvais pas partir comme ça, seule dans la nature. » Parisienne d’origine, c’est à la Sorbonne qu’Annie étudie l’histoire et la géographie et devient agrégée à 24 ans. Pendant deux ans, elle enseigne à Verdun, « un pays très froid et humide » qu’elle quitte sans regrets pour Grenoble, au sein des Alpes, là où elle a toujours souhaité vivre puisqu’elle est skieuse et alpiniste. C’est après son mariage qu’elle s’installe à Valence qu’elle ne quittera plus. Parce qu’elle n’est pas « du genre à se tourner les pouces » Annie a multiplié les engagements et les activités associatives. A Grenoble, elle est déjà militante du planning familial. Tout ce qui touche aux droits de l’homme la concerne. Elle est tour à tour et parfois parallèlement, présidente de la section départementale de la Ligue des Droits de l’Homme à Valence, occupe plusieurs fonction au sein d’associations féministes, et promeut la culture et l’art qui la passionne. C’est tout aussi naturellement qu’elle devient adjointe au maire de Valence en 1977 en charge de la culture, durant trois mandats, puis vice-présidente du Conseil général de la Drôme, toujours chargée de la culture : « C’était une époque passionnante. On a créé, par exemple, tout un réseau de bibliothèques dans le département : la première médiathèque a été celle de Die, ensuite il y a eu Nyons, puis Saint-Vallier et Crest. » La femme politique, une espèce rare Annie Mazuray s’estime chanceuse d’avoir eu des parents féministes, un mari qui l’était aussi, très engagé également et avec lequel, les tâches à la maison étaient partagées. Mais quand elle s’engage en politique, elle pénètre dans un milieu où la mixité est quasiment inexistante et où les préjugés sont très nombreux. Car pendant longtemps, on a considéré qu’une femme ne devait pas faire de la politique : « Quand on regardait des photos de la Chambres des députés depuis la Annie Mazuray C’est bien volontiers qu’Annie Mazuray, ancienne conseillère générale de la Drôme a accepté de participer à notre projet, elle qui s’est très tôt engagée en faveur des droits des femmes. Et c’est aussi de bonne grâce qu’elle nous retrace son parcours. (T (4
  5. 5. 3e République, note l’ancienne Conseillère générale, on ne voyait que des hommes, et qui faisait les lois ? Les hommes ». A son époque, la femme politique est une espèce rare dont les hommes mais aussi beaucoup de femmes ont du mal à accepter l’existence. Ainsi, lors de sa première campagne pour le Conseil général en 1979, alors qu’elle demande aux femmes qu’elle rencontre sur le marché si elles trouvent normal qu’une femme s’engage en politique, les réponses diffèrent. Tandis que les femmes de classe moyenne y sont plutôt favorables, celles de classes plus modestes y sont plus hostiles : « Certaines m’injuriaient, se souvient Annie. Elles me disaient ‘vous feriez mieux de vous occuper de votre maison et de vos gosses !’ » Elle ajoute : « Aujourd’hui encore on essaie de nous culpabiliser et je me suis sentie longtemps coupable. Jusqu’à ce que je voie les résultats sur ma fille et mon fils qui sont devenus aussi militants, sans qu’on leur ait imposé quoi que ce soit. » Égalité et mixité Des anecdotes de ce type et dont elle plaisante aujourd’hui, Annie en a énormément : « Quand Rodolphe Pesce, le futur maire de Valence a présenté son équipe, en 1977, il ajoutait pour chaque femme, le nom et le métier du mari, comme si nous n’avions pas de métier propre, comme si nous n’existions pas, et il l’a fait tout naturellement, il ne se rendait pas compte quenousvoulionsexisterentantquefemme. Mais,quandnous sommes descendus de l’estrade il s’est fait ‘harponner’ et il n’a pas recommencé pour le 2nd mandat ! » Malgré ce faux pas, la liste de Rodolphe Pesce sur laquelle Annie Mazuray figure présente plus de 30% de femmes, un record à l’époque qui lui vaut d’être citée en exemple au niveau national. Autre anecdote, lors d’un évènement important autour de la Résistance à Vassieux, Annie, pourtant conseillère générale mais ayant oublié son invitation, se voit refuser l’entrée par un responsable de gendarmerie sceptique devant la jeune femme : « J’ai pu entrer grâce à un couple qui m’a reconnue, mais ça a été long et difficile. » Plus tard, lors du repas, assise à la droite du président du conseil général, le fameux gendarme s’assoit en face d’elle. « Ilestdevenurouge!Jen’airienditmaisj’airigolé. » D’abord contre, Annie estime qu’une loi sur la parité est nécessaire : « Je me suis aperçue, explique-t-elle, que si on ne mettait pas un quota, l’inégalité pouvait durer indéfiniment ». Elle ajoute : « L’idéal c’est qu’un jour on puisse la supprimer et qu’on puisse dire que telle femme n’est pas compétente sans être taxé de machisme ». Dans certains pays du nord, notamment au Danemark et aux Pays-Bas la mixité est beaucoup plus commune. C’est donc en priorité la mentalité des gens qu’il faut changer pour l’ancienne conseillère générale si l’on veut faire avancer les choses, tout en faisant appliquer la loi afin que les salaires soient plus équitables. Dans la fonction publique, le problème reste la hiérarchie toujours très masculine : « Plus on monte, constate Annie, plus ce sont des hommes. » Face à cela, les femmes doivent s’engager « Il faut qu’au niveau national, elles aient plus d’influence, qu’elles prennent plus de responsabilités. » Et surtout insiste Annie, il ne faut rien considérer comme acquis : « La situation des femmes est fragile, c’est vite fait de détruire une loi pour laquelle on s’est battues, comme celle du droit à l’avortement. » “ Il faut que les femmes s’engagent ” 5)
  6. 6. uand il s’agit de parler des femmes, l’écrivain s’enthousiasme et répond consciencieusement à chaque question. C’est que le sujet est central dans ses romans, au travers desquels, dit-elle, elle ne cesse de «  faire vivre son féminisme. » Ainsi, les livres de Françoise Bourdon sont pleins d’héroïnes remarquables, des person- nages féminins forts et combatifs qui ne se laissent jamais décourager. « Je suis très attachée aux parcours des femmes et à leurs combats » explique-t-elle. Voilà une prise de position que Françoise Bourdon n’a aucun problème à revendiquer. « Le féminisme est en moi » affirme-t-elle et l’étiquette de « féministe » parfois dépréciée ne la gêne pas le moins du monde : «Onmetaxedeféministe,j’assumetotalement. » Avec une réserve toutefois : « Seulement dans le sens où je défends les femmes. En revanche je ne le suis pas dans le sens de certainsexcès»et elle cite l’exemple de ces femmes militantes des années 60/70 à la limite de la négation de l’homme. « Asservir l’homme, ça non ! » dit-elle avec force. « Car je suis trèségalitaristeetfarouchementpourlatolérance,leféminisme ne doit pas être un prétexte pour créer une nouvelle inégalité. » L’Histoire, qui la passionne, lui montre que les femmes ont longtemps souffert et souffrent encore de l’injustice. «  La situation des femmes a toujours été difficile » constate l’auteur de la Combes aux Oliviers et Françoise Bourdon va même jusqu’à affirmer qu’« on paye encore pour Joséphine de Beauharnais » dépensière et frivole.« Napoléon,enétablissant lecodecivilafaitdelafemmeuneéternellemineure.Onensent encore le poids en 2013. Rappelons que la femme n’a obtenu le droit d’avoir un compte en banque qu’en 1965. On a encore à faire beaucoup de progrès tant au niveau des mentalités que des représentations ». Un féminisme assumé En ce sens, l’écrivain affirme être pour une politique de quotas, par défaut : « Ça devient nécessaire, vu la situation d’injustice de certaines femmes et leur sous-représentation dans certains domaines. » Enfin, elle se dit particulièrement attachée à la Journée de la Femme, qui permet « au moins une fois dans l’année » de parler de la femme. « Ça reste une Françoise Bourdon Née dans les Ardennes et juriste de formation, Françoise Bourdon s’est peu à peu imposée comme une figure incontournable de ce qu’on appelle le roman « de terroir » : ses livres sont teintés pour la plupart des couleurs de sa région d’adoption, la Drôme provençale. ( (6 Q
  7. 7. journée symbolique » tempère-t-elle, « mais on a besoin de s’attacher à certains symboles. » L’écrivain des origines Née dans les Ardennes Françoise Bourdon est aujourd’hui associée à la Drôme, un paradoxe. A Nyons où elle vit depuis 2001, elle a d’abord trouvé un air qui apaise ses problèmes de santé. « Ici je respire mieux » se réjouit-elle. Bien qu’elle reste très attachée à ses racines, elle a découvert dans laDrômeuneterregorgéed’histoire(s)souventdramatique(s). « Je m’attache beaucoup aux exilés, aux personnes qui ont dû fuir et ici on s’est battus pour la liberté. » Dans ses livres, elle s’efforce de raconter ces histoires et de rendre hommage aux ancêtres et aux métiers disparus. « Nous sommes à une époque où beaucoup d’entreprises ferment, il y a des économies sinistrées » déplore-t-elle, et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle veut faire connaître ces savoir-faire, ces compétences, avant que tout ça ne sombre dans l’oubli. « J’ai voulu remonter le fil et connaître les circonstances d’origine. » L’origine, il en est encore question quand elle évoque sa famille et ses racines auxquelles elle reste très attachée malgré leur caractère incertain « C’est difficile pour moi de faire des recherches généalogiques, parce que je viens d’une région d’invasion. Il y a un trou dans les registres en 1870 et 1914 par exemple. » La guerre est un thème qui revient souvent sous sa plume. Notamment celle de 14-18 qui a été un vrai bouleversement pour les femmes. « Ça a permis aux femmes de prendre beaucoup plus de liberté, elles devaient tout prendre en charge parce que les hommes étaient au front. Les cheveux et les robes se sont raccourcis. La femme a dû s’atteler aux charrues, faire marcher les exploitations… » Parmi ses modèles littéraires, Françoise Bourdon cite la comtesse de Ségur « qui savait raconter des histoires » et d’autres écrivains femmes (elle n’aime pas le terme écrivaine : « On a les mêmes droits donc les mêmes titres » clame-t-elle) :DaphnéDuMaurier,lessœursBrontë ou Françoise Sagan ; toutes des femmes de lettres d’époques relativement récentes et pour cause « les femmes écrivains, plus on recule dans le temps, moins il y en a. » Comment expliquer cela ? Simplement en constatant que les femmes qui ont pu écrire étaient les quelques femmes privilégiées et éduquées. « J’aime beaucoupGeorgeSand,continue-t-elle, onnepeutimaginer le scandale que c’était au début du 19e siècle de s’habiller en homme, de fumer le cigare et de prendre un pseudonyme masculin. » Et quand on lui demande quelles femmes pour- raient prétendre à entrer au Panthéon, le nom de George Sand revient, en compagnie de Louise Michel ou Germaine Tillion. Mais en attendant, que la femme soit complètement reconnue pour ce qu’elle est, « il ne faut pas lâcher prise » pour Françoise Bourdon qui craint que la jeune génération ne se mette à penser que tout est acquis en matière de droits des femmes. “ On paye encore pour Joséphine de Beauharnais ” 7)
  8. 8. usqu’au études supérieures, le parcours de Claudine est plutôt classique : elle obtient un bac littéraire puis un BTS tourisme. Le tourisme est pourtant un domaine qui ne l’intéresse pas. Mais à 18 ans, son souhait est de voyagerbeaucoupet« utile ».Pourconciliercetteenvieetses études, elle intègre l’institut Bioforce Développement à Lyon qui forme dans le domaine de la solidarité internationale, une formation qui lui permet de partir en mission 21 mois à l’étranger. « Ce que je souhaitais, c’était travailler dans l’interculturel,rencontrerdesgens, explique-t-elle. J’aitoujours eu cet intérêt pour les gens, tout simplement. » A 25 ans, elle choisit le Rwanda où elle œuvre pour l’ONG « Accueil sans frontières » qui collecte des fonds pour la construction de centres d’accueil pour orphelins. La jeune femme tombe immédiatement sous le charme de ce continent : « L’Afrique, soit on accroche tout de suite, soit on ne supporte pas ». C’est aussi au Rwanda qu’elle rencontre son mari. De retour en France, elle travaille à Lyon pour Handicap International. Mais le couple souhaite repartir. C’est presque par hasard qu’elle s’engage dans sa seconde mission en Volontariat des Nations Unies (VNU), un poste sur le programme d’aide aux réfugiés du Libéria, un pays en pleine guerre, en Côté d’Ivoire, en Guinée et en Sierra Léone. Second départ en Afrique On lui propose un contrat de deux ans. « J’ai hésité, parce que c’était quand même rude là-bas. » Elle finit tout de même par s’engager en Côte d’Ivoire en pensant n’y rester qu’un an. Elle quittera le pays 7 ans plus tard. Quand son premier fils naît à Abidjan en 1994, elle arrête de travailler, une situation difficile pour elle : « Ce n’est pas simple de rester sans rien faire, pendant un an et demi, surtout en brousse  ! » Elle trouvealorsunenouvellemissiondansuneONGaméricaine, « International Rescue Comittee », toujours dans le cadre du programme des réfugiés du Libéria, mais axée sur la prévention des MST, du Sida et la mise en place de micros projets pour les femmes qui doivent se débrouiller seules pendant que les hommes font la guerre. Là, elle est face à des croyances tenaces : « En Côte d’Ivoire, un pays ouvert et Claudine Mukezangango Claudine a passé une grande partie de sa vie en Afrique où elle s’est engagée dans des missions humanitaires. Un parcours au service des autres qu’elle poursuit en France en s’impliquant dans la Plateforme d’insertion par l’humanitaire et la coopération à Romans, dont elle est la co-directrice. ( (8 J
  9. 9. développé, on croit encore parfois qu’on attrape le Sida parce qu’on nous a jeté un sort. » En Afrique, Claudine n’a pas souffert d’être une femme. « Je pense que c’est parce que j’étais étrangère, une Française. » Elle ajoute : « Les relations entre hommes et femmes au Rwanda ou en Côte d’Ivoire ne sont pas aussi terribles que dans d’autre pays. » Cependant, elle estime qu’il faut se rendre compte de la chance que cela représente de naître femme en France. « C’est plus simple de naître femme ici, que de naître femme au Rwanda, en Côte d’Ivoire ou ailleurs » insiste Claudine. En Afrique, elle a vu des villages entiers où les femmes sont excisées, une pratique courante. En ce sens, pour Claudine, il n’y a pas vraiment d’égalité : « Quand j’entends dire qu’on naît tous égaux, ce n’est pas vrai. Dans l’absolu peut-être, mais ça dépendvraimentdel’endroitoùl’onvit. » De même, elle estime qu’il ne faut pas parler d’égalité des sexes : « Il y a l’homme et la femme et on n’a pas à rivaliser sur certaines choses Nous sommes différents. » Dans l’humanitaire Claudine travaille surtout avec des hommes et même dans ce milieu, il y a des enjeux de pouvoir, mais paradoxalement, nous dit Claudine « beaucoup entre nanas. » Côté famille, « ce sont les femmes qui gèrent en grande majorité » nous dit-elle « Dans la réalité, une femme a souvent trois journées de travail : avant de partir le matin elle doit s’occuper des enfants, puis partir au travail, et le soir rentrer et s’occuper de la vie de famille. » Que ce soit en Afrique ou en France, c’est souvent le même schéma qui est reproduit. Mais Claudine estime qu’elle a eu de la chance :  « C’est un privilège d’être une maman en Afrique. Il y a des nounous qui prennent quasiment le rôle de mère, si on le souhaite, elles peuvent habiter à la maison. Même si parfois c’est trop, concède Claudine, la nounou prend une place trop importante. » C’est en 1998 que Claudine, son mari et son fils rentrent définitivement en France. Le retour est pour le moins délicat : « C’est le risque quand on est expatrié de devoir se réadapter à la vie dans son propre pays. » Elle et son mari n’ont pas droit au chômage, car leurs années de travail dans des ONG ne sont pas comptabilisées. Finan- cièrement, la situation est difficile pour la famille. A ce moment-là, la Plateforme Humanitaire est en pleine restructuration, quasiment en chômage technique. Une reconnaissance professionnelle Le directeur a besoin d’une personne pour coordonner des ateliers qui se chargent d’envoyer des kits alimentaires au Kosovo. « C’étaitun trucassez fou, se souvient Claudine, je rentraisde7ansd’Afrique,laluttecontrel’exclusion,l’insertion, je n’en avais pas vraiment entendu parler. » L’ancien directeur de la Plateforme, dépose ensuite un dossier pour monter une pré-qualification aux métiers de l’humanitaire et lui demande si elle veut s’impliquer davantage, ce qu’elle fait «  Nous sommes les seuls aujourd’hui au niveau national à proposer cette pré qualification qui est une mise à niveau en amont d’une école humanitaire. » Aujourd’hui, Claudine est co-directrice de la Plateforme. A l’origine elles étaient trois à la tête de l’association, l’une d’elle s’est retirée. « Les gens nous ont souvent demandé comment ça se passait, parce que trois femmes, c’est interrogateur. » Mais ça fonctionne. Ainsi, ce qui manque aujourd’hui à la femme selon Claudine, c’est une vraie reconnaissance professionnelle, dans une société qui doit « imposer » la parité pour inclure les femmes à part entière. “ L’égalité… ça dépend vraiment de l’endroit où l’on vit ” 9)
  10. 10. e suis issue de l’immigration allemande des années trente puis j’ai été formée à l’école de la République et j’y tiens beaucoup ». C’est ainsi qu’Edith Cerf commence à se présenter quand on l’interroge sur son parcours. Quand on lui demande naïvement son origine, elle répond non sans humour : « Vous devez être au courant que les juifs étaient mal perçus en Allemagne dans les années trente. » Dans sa biblio- thèque où sur les étagères sont alignés plusieurs milliers de livres, certains en allemand nous rappellent qu’elle a longtemps enseigné la langue de Goethe, « une demi- carrière » de professeur qu’elle a accompli tout en devenant à plein-temps secrétaire de son mari médecin cardiologue. C’est encore ensemble qu’ils s’engagent à la Licra, dans un combat qui fait sens pour cette femme que la question des discriminations et du racisme a accompagnée sa vie durant, elle qu’enfant on trouvait « trop brune » et « trop typée ». «  On m’a souvent demandé si j’étais Indienne ou si je venais d’Afrique du Nord. Ce n’est pas toujours malveillant, mais chez certains ça éveille systématiquement le soupçon ». A l’inverse, son mari, jouit d’impressions plus favorables. « On prend toujours mon mari pour un Anglais » plaisante-t-elle. Alors, elle se souvient de leur voyage en Bavière lors duquel, le couple avait été regardé d’une manière suspicieuse « l’air de dire, ‘ Comment un homme aussi convenable peut-il être accompagné d’une personne comme ça ? ’ » Accepter la différence Des anecdotes, la touchant de près ou non, donnant corps à ce racisme ordinaire, Edith en a à foison. Comme celle de cette femme noire, la seule dans ce village près de Romans, que les enfants fuyaient quand ils la croisaient dans la rue, ayant trop entendu parler de cette « négresse » à qui leurs parents les menaçaient d’être livrés s’ils n’étaient pas sages ; ou encore, ces réfugiés Espagnols Républicains à Manthes qu’on disait sales parce qu’ils étaient pauvres et parlaient mal le français. « Dans les villages, où il y a rarement des groupes qui dérangent, tous ces sentiments existent de façon très enracinée. On se méfie des gens qui n’ont pas les mêmes habitudes. » Ainsi pour elle, le racisme résulte en partie de Edith Cerf Edith Cerf n’est pas militante dans l’âme, encore moins « une féministe hargneuse », mais il y a des choses contre lesquelles elle s’est résolue à lutter ; le racisme en particulier et le refus de la différence en général. ( (10 « J
  11. 11. profondément marquée » nous dit Edith « Une femme est confrontée au problème d’exister à la fois comme femme, comme personne, dans sa famille autant que dans la société. Le fait de choisir d’avoir une vie familiale et des enfants implique de renoncer à d’autres parcours. » Ou alors d’adopter un mode de vie qui peut se solder par du surmenage. Un petit coin de paradis Edith Cerf n’est pourtant pas une féministe hargneuse. « Je n’ai jamais accepté de jeter mon soutien-gorge sur un tas de fumier ! » dit-elle en riant. Elle doute d’ailleurs qu’un groupe comme les Femen fasse vraiment avancer la cause des femmes, tout en jugeant scandaleux que certaines d’entre elles soient emprisonnées. Et tout en revendiquant le fait d’être une femme et en refusant de se voir marginalisée pour cette raison, Edith a conscience que les femmes sont en Europe bien mieux loties qu’ailleurs. « Etre féministe ici, c’est autre chose qu’en Arabie Saoudite, où les femmes sont arrêtées parce qu’elles conduisent ou qu’en Inde où certaines femmes sont des esclaves. » Alors, certes, il faut aller dans le sens de l’acceptation des femmes, mais également savourer les progrès dont on bénéficie déjà ici : « On ne se rend pas assez compte que les pays d’Europe occidentale sont des petits coins de paradis dans le monde, on a la sécurité physique, même si beaucoup de gens sont en difficulté. » “ Ne pas voter, c’est criminel ” l’angoisse que l’autre, si différent de soi, puisse offrir un modèle viable et qui pousse à s’interroger soi-même. « Le racisme, c’est le refus de la différence. La moindre différence fait peur. Mais beaucoup de gens oublient qu’ils peuvent être l’étranger des autres. » En s’engageant à la Licra, Edith Cerf découvre une association très dynamique avec beaucoup de jeunes. Avec son mari, elle assiste aux réunions et donne quelques conférences. Même si elle a aujourd’hui pris du recul par rapport à cet engage- ment, elle n’a pas cessé de s’indigner. Les insultes faites à la Ministre Christine Taubira n’ont d’ailleurs pas manqué de la faire réagir. « Si le 30 novembre il y a une marche contre le racisme, j’irai, car je trouve absolument ignoble qu’on diffuse ce qui a été diffusé sur Madame Taubira. Que des enfants de 12 ans injurient une femme qui de plus est digne, respectable, intelligente, c’est ignoble et intolérable. » Alors, comment améliorer l’acceptation de l’autre, homme ou femme, et de toutes ses différences ? Par l’éducation évidemment. Et cela doit commencer très tôt. « Je pense que quand on se développe, on créé un équilibre entre ce qu’on a appris dans le milieu familial et ce que l’école nous a enseigné » explique l’ancien professeur d’allemand. Or son expérience n’a pas toujours révélé un système éducatif irréprochable. « Je trouvais que les jeunes n’étaient pas assez informés, plus grave encore, ils ne votaient pas. Et ne pas voter, c’est criminel. C’estaccepterquelesinstitutionssedétériorent» regrette-t-elle. Lorsqu’il s’agit d’évoquer la condition des femmes, Edith Cerf, déplore que leur reconnaissance semble devoir passer par le gommage de leurs spécificités. « Une femme n’est pas une variété d’homme ! » insiste-elle. Une femme est susceptible d’avoir des enfants, une chose qui n’est pas assez valorisée pour cette mère de deux enfants, qui s’étonne qu’une femme employée pour garder les enfants des autres effectue un travail tandis qu’une femme qui s’occupe des siens soit considérée comme inactive. « Ça m’a toujours 11)
  12. 12. osette s’estime chanceuse d’être née dans cette famille de petits paysans du sud-ouest, dans laquelle les études sont encouragées et où sont prônées des valeurs féministes. « Je ne peux pas me plaindre, confie Josette, j’ai été protégée d’une certaine forme d’éducation sexiste. » Alors qu’à l’époque de son adolescence, beaucoup de parents rechignent à laisser sortir leurs filles de peur qu’elle ne tombent enceintes avant le mariage, le père de Josette lui laisse plus de liberté : « Pour lui, c’était normal que les filles puissent sortir comme les garçons. A l’époque ce n’était pas toujours le cas. » De son père, elle hérite encore du goût pour les responsabilités et l’engagement. A 15 ans elle milite déjà dans un mouvement de jeunes ruraux qui s’occupe de problèmes mondiaux telle que l’écologie, puis à 16 ans Josette devient responsable départementale. « Je ne savais même pas comment parler dans un micro, se souvient-elle, mais c’est comme ça qu’on apprend ! » Dans l’école d’ingénieurs qu’elle intègre pour 5 ans, les femmes ne sont que 15 sur 400. Sa réussite dans les études la conduit haut et elle obtient rapidement un stage d’un an à la commission des communautés européennes. Le chemin au bout duquel l’attend un poste important est tout tracé, elle choisit pourtant de ne pas l’emprunter. Elle s’en explique : «  J’avais des compétences pour cette carrière, mais ce n’était pas mon univers. Parce que pendant que je travaillais à la CCE, je travaillais dans des bidonvilles à Bruxelles. Je fréquentais donc les plus riches et les plus pauvres en même temps et je ne me voyais pas vivre dans cet univers feutré avec des gens qui évoluent dans le luxe et l’ignorance de ce qu’il se passe autour d’eux. » Une battante Elle quitte sans regrets le monde des cadres internationaux pour revenir vers la paysannerie. Un choix qu’elle explique simplement : « Mon éthique n’était pas conciliable avec ma pratique salariale. J’ai donc décidé d’être paysanne pour avoir du pouvoir sur le monde, et pour ça il fallait que je démarre au bas de l’échelle, car là seulement je pourrais dire ce que je voudrais librement. » Mais pour sa famille, cette décision Josette Fournié Josette est une femme qui sait ce qu’elle veut. Ancienne maire d’Eygalayes, un petit village dans le sud de la Drôme, fait partie des quelques femmes qui ont accédé à la fonction municipale dans le département. ( (12 J
  13. 13. est difficilement compréhensible : « c’était la déchéance d’avoir un diplôme d’ingénieur et de revenir à la campagne. Pour mes parents, ça a été un choc parce que pour eux j’étais vouéeàdevenirune bourgeoiseetvivredansleshautessphères du pouvoir. » De retour dans le monde paysan, Josette fait ce qu’elle aime, prendre des responsabilités « Quand on a cette formation, justifie-t-elle, on ne fait pas que traire les vaches, on se retrouve dans des associations, on met ses compétences au service de la société civile. » En devenant plus tard maire d’Eygalayes, elle accède à une fonction dans laquelle les femmes sont peu représentées « Je suis allée au congrès des maires, nous dit-elle àceproposj’aihalluciné,iln’yavaitpresquequedeshommes ! » Dans son conseil municipal en revanche, il y a longtemps que la parité est respectée. Elle ajoute néanmoins qu’il faut avoir une certaine autorité pour s’imposer quand on est une femme : « Il faut être ‘plus’. » Mais Josette sûre de ses compé- tences n’a aucun mal à se faire respecter : « Là-dessus, nous dit-elle, les gens n’ont rien à me reprocher. » Une militante féministe Josette est une féministe militante. Étudiante, elle a manifesté lors du premier procès pour viol àToulouse devant le tribunal. « Des hommes nous traitaient de salopes, ils disaient que si la jeune fille avait été violée c’était parce que sa jupe était trop courte. » Dans le milieu paysan, elle a aussi des choses à re- dire : « Les femmes font 20 % de travail en plus de leur métier et malheureusement,cetravail-làn’estpasvalorisé » estime-t-elle. « Quand on commence une vie de couple on ne se rend pas compte que peu à peu on ne lit plus, on se couche deux heures plus tard, c’est très insidieux. » Josette qui se définit comme «  une femme libre, avec de la culture et du talent » se rend compte aujourd’hui de la difficulté de ne pas céder à une certaine répartition arbitraire des tâches. « Onnousahabituées ànepasdirenon,ànepasnousécouter. Pourquoij’ai accepté pendant 30 ans que mon ex-mari ne nettoie jamais la salle de bain ? On travaillait pourtant autant tous les deux » se demande-t-elle encore. Son autre revendication est la féminisation des termes, car pour elle, la domination du masculin dans la langue n’est pas anodine : « On a toujours parlé au masculin, la place de la femme a tout simplement été occultée. Moi, j’ai eu un mal fou à ce qu’on m’appelle madame la maire. Un jour un homme a demandé monsieur le maire, j’ai répondu qu’il n’y en avait pas. Il a répété sa question deux fois, parce qu’il ne voulait pas admettre que le maire était une femme. » Le conflit entre maternité et embauche est une question qui préoccupe aussi Josette. « Une fois, à une commission d’embauche, j’ai été scandalisée, il était question qu’on dégage les femmes pour ne prendre que des hommes à cause du risque de maternité. » Celles qui souffrent, nous dit Josette, ce sont les femmes seules « Je vois des femmes qui sont clouées financièrement. J’ai une amie qui n’obtient rien de ses ex- compagnons. » Mais Josette constate dans le même temps que les pères commencent à apprendre à s’occuper des enfants, parce qu’ils se retrouvent de plus en plus seuls. Et c’est une nécessité : « Imaginez un homme qui ne s’occupe pas du tout du bébé, si au bout de 3 ans le couple se sépare, le père ne saura pas comment prendre en charge son enfant. » Ainsi, selon Josette, la vie quotidienne est bien le principal combat à mener aussi bien pour les femmes que pour les hommes : « Il me semble qu’ils doivent se bouger, mais vite fait, sinon ils resteront d’éternels ados. » “ Il faut qu’il y ait un partage des tâches entre l’homme et la femme ” 13)
  14. 14. est à la FOL (Fédération des œuvres laïques), que Josiane Berruyer initie son engagement citoyen. L’association, dont elle a été secrétaire générale se charge de mettre en place diverses activités pour les enfants et les jeunes dans les domaines de la culture, des loisirs et du sport « J’étais engagée dans un mouvement d’éducation populaire, d’éducation à la citoyenneté qui me convenait tout à fait. » C’est à l’occasion d’un événement autour de la journée du 8 mars organisé par un collectif d’associations (dont le CIDFF) et auquel elle est invitée à participer, que son combat contre les discriminations faites aux femmes s’est concrète- ment amorcé. Elle accepte pendant 5 ans de coordonner ce projet supervisé par la mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité qui consiste à mettre en place des ateliers d’écriture pour les femmes, d’éditer et de faire lire leurs textes par des comédiens ou les femmes elles-mêmes. Puis en 2005, la directrice du CIDFF lui propose d’entrer dans le conseil d’administration de l’association, elle en devient la co-présidente en 2007, puis la présidente jusqu’à ce jour. L’engagementdeJosianepourlesdroitsdesfemmesremonte à l’enfance et à l’adolescence et présider le CIDFF a été une chance pour elle : « Ça m’a permis de réaliser un engagement qui me tient encore plus à cœur que l’engagement pour la citoyenneté. » Ayant grandi dans un milieu rural très tradi- tionnel et entourée de femmes à forte personnalité, Josiane se rend compte rapidement que quelque chose cloche : « J’ai très tôt pris conscience des inégalités qui existaient entre les hommes et les femmes, même si elles n’étaient pas dites, ni même pensées. » Au collège, quand on lui demande la profession de sa mère, elle répond « sans profession », bien que celle-ci travaille énormément dans l’exploitation agricole familiale. « C’est quelque chose qui m’était très difficile », se souvient Josiane, « Je le vivais comme quelque chose de très injuste pour elle, une non reconnaissance. J’ai pris conscience que beaucoup de femmes n’avaient aucun statut. » A la fac en 1968, beaucoup de conversations tournent autour de la contraception et de l’avortement. « Lasituationétaitinfiniment plusdifficilequ’aujourd’hui,mêmesitoutn’esttoujourspasréglé. Car l’avortement était illégal, ça pouvait être la prison voire un risque de mort. » Mais il y a eu Lucien Neuwirth, initiateur de Josiane Berruyer L’engagement citoyen de Josiane a pris tout au long de sa vie des formes multiples, autrefois secrétaire générale de la Fédération des Œuvres Laïques (FOL), elle est aujourd’hui présidente du Centre d’Informations sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF). (C’ (14
  15. 15. la loi sur la contraception « Et pour cela, nous devons lui être très reconnaissantes. » Difficulté de prendre la parole Dans sa vie de femme, les difficultés ont été moins nom- breuses. Le milieu de l’enseignement où elle a exercé est plutôt féminin, même si la hiérarchie reste masculine. Mais le problème est ailleurs : « M’étant tout de suite engagée dans la vie associative, j’ai bien vu ce que c’était de concilier travail et vie de famille, jongler avec les deux ». De plus, à la FOL, elle acquiert des responsabilités qui lui font prendre conscience de la difficulté pour une femme d’imposer son autorité… surtout auprès des femmes. « C’est un poids culturel qui se fait ressentir. Ensuite dans les instances régionales et nationales, je me suis retrouvée dans des milieux essentiellement masculins et j’ai vu à quel point c’était difficile d’avoir la parole. On lève le doigt, mais on parle après les autres. » Au CIDFF, les salariés reçoivent des femmes en quête de tous types d’informations sur leurs droits, pour se former, pour trouver un travail ou se loger. « On ne reçoit pas forcement des femmes qui sont dans une situation dramatique, mais parfois onpeutdécelerdesdétresses. » Pour cela, il y a le bureau d’aide aux victimes spécialisé. Elles y trouvent une écoute spécifique, un accompagnement, ou une orientation si elles ont besoin de soins ou d’entreprendre des démarches. On estime qu’une femme sur 10 est victime de violences, quelque soit le milieu social dont elle est issue. Et c’est dans le milieu familial que les femmes sont le plus en danger. Pour lutter contre cette violence, « Il est important selon la présidente du CIDFF que juridiquement, on ne laisse rien passer. Il faut que les hommes sachentquequandunefemmeporteplainte,ilyauraunesuite » insiste-t-elle. Il y a également un gros travail de sensibilisation à faire. « Il y a des hommes qui sont surpris d’apprendre qu’ils n’ont pas le droit d’exercer des violences sur leur femme ». De même, « quand les jeunes filles harcelées me répondent ‘si on se plaint, ce sera encore pire’ ça me fait énormément mal. » Une société mixte riche de tous les individus qui la composent Pour Josiane, il ne s’agit pas non plus d’écraser l’homme « On pense toujours en termes de domination. Ce n’est pas parce que les hommes ne seront plus dominants que les femmes le deviendront. » Elle, souhaite seulement que la société actuelle dans laquelle « une partie de la population n’est pas traitée comme l’autre » devienne égalitaire. C’est à contre-cœur qu’elle s’est résolue à approuver une politique de quotas : « J’ai longtemps été contre, explique-t-elle, mais sans eux le France serait encore dans les derniers rangs au niveau européen, car notre situation n’était pas enviable. » Les hommes, loin d’être mis de côté, ont eux aussi un grand rôle à jouer. « Il faut dire aux hommes que l’égalité, c’est un combat des femmes et des hommes et que les hommes ont aussi tout à y gagner. » Selon elle, dans une telle société, les hommes seraient moins obligés de répondre à des modèles virils parfois pesants. « Je crois, affirme Josiane, qu’une société mixte sera encore plus riche grâce à la potentialité de tous les individus qui la composent. » “Il y a des hommes qui sont surpris d’apprendre qu’ils n’ont pas le droit d’exercer des violences sur leur femme ” 15)
  16. 16. ongtemps, Laurence Cottet a évolué dans un milieu professionnel masculin qu’elle considère comme trop souvent machiste. Dans ce cadre nous dit-elle « en tant que femme, je parlais deux fois moins, et je travaillais deux fois plus... ». La trentaine à peine dépassée, elle gravit les échelons en quelques années pour se retrouver à plusieurs postes de hautes responsabilités. Son ascension est rapide, autant que le déploiement de son mal-être qui la fait sombrer insidieusement dans l’alcool. « J’ai eu l’impression à tort, confie l’ancienne Secrétaire générale, que si je ne buvais pas, j’étais exclue. » Il ne lui faut qu’une année pour devenir complètement dépendante à l’alcool. Une addiction qu’elle garde pour elle, jusqu’à ce que le pire arrive en janvier 2009, lors de la cérémonie des vœux de son entreprise. 650 hauts cadres sont présents, 35 seulement sont des femmes. A ce moment-là, elle décide de s’entretenir avec le Directeur Général pour l’interpeller sur le peu de place qu’occupent les femmes dans ce Groupe. Mais ce midi-là, elle boit plus qu’il ne faut et s’effondre ivre devant ses collègues. Elle sera licenciée quelques jours plus tard. Une rencontre décisive la décide enfin à se soigner. Elle est depuis 5 années « alcoolique abstinente. » La femme est une ivrogne, l’homme a une bonne descente Laurence Cottet s’intéresse depuis particulièrement à l’alcoo- lisme chez la femme. Et selon elle il existe des différences entre les sexes. « C’est d’abord une question d’image » a-t-elle observé, « la femme est une ivrogne, tandis que l’homme a une bonne descente. » Cela explique pourquoi selon Laurence, une femme tarde plus souvent à se faire soigner. Elle a non seulement tendance à en avoir davantage honte, mais aussi à se sentir plus coupable et à vouloir cacher son addiction. Laurence a fait le choix de « casser l’anonymat pour briser un tabou. » dit-elle. Dans son roman « Le Livre à écrire », elle raconte comment une série de drames personnels et son mal- êtrel’ont entraînée dans l’alcool et la consommation d’autres drogues, et comment elle s’en est sortie « C’était nécessaire pour moi d’écrire ce livre ; c’est un livre thérapeutique... » Laurence Cottet Ancienne Secrétaire générale, Directeur des risques d’un grand groupe de BTP d’Ile-de-France, Laurence Cottet s’est aujourd’hui reconvertie en coach en alcoologie et relations humaines, après avoir été elle-même confrontée à ce problème. (L (16
  17. 17. Celle qui a également été avocate, veut aujourd’hui aider les personnes alcooliques et proposera dans quelques mois du coaching, grâce à une méthode (La méthode H3D) qu’elle a elle-même expérimentée. Elle réaffirme que « Les femmes ont dû mal à se faire soigner, tant elles ont honte. » De plus, pour maîtriser sa consommation d’alcool, il faut pour être aidé, en avoir réellement le désir, un pas qui reste très difficile à franchir.Très active, dans la lutte contre l’alcoolisme, Laurence Cottet se bat depuis quelques mois pour l’instauration d’une journée sans alcool. « Pour qu’au moins une fois par an, chacun s’interroge sur sa consommation d’alcool. » Pour cela, elle a lancé en ligne une pétition le 1er octobre dernier, et qui a déjà récolté 16 000 signatures à ce jour. Construire l’égalité Concernant les injustices subies par les femmes au quotidien, Laurencepensequedansbeaucoupdedomainescesdernières ont des choses à rattraper. « C’est la femme qui doit faire ce chemin et construire elle-même une égalité par ses actions et ses compétences. Elle doit le mériter. » Pour autant, Laurence Cottet ne veut pas être qualifiée de féministe et précise aimer travailler avec les hommes : « Je n’aime pas ce terme, parcequ’ilestinjuste,hommeetfemmesontcomplémentaires. » D’ailleurs, Laurence confesse n’être pas pour « une parité parfaite, théorique. » En effet, selon elle : « la femme doit mériter d’être l’égale de l’homme, et c’est en travaillant et s’exprimant qu’elle y arrivera. » Il n’empêche que pour Laurence, la femme doit jongler avec plusieurs rôles et qu’il est parfois dur de tous les endosser : « La femme doit assumer son corps, son esprit, sa vie personnelle etprofessionnelle,sesenfants… ». Certains milieux profession- nels se féminisent, note quand même l’ancienne avocate, mais il n’en reste pas moins que certains métiers sont toujours éprouvants et que les déplacements professionnels, loin du domicile, peuvent être une vraie difficulté pour certaines femmes, encore nombreuses, « qui ont une deuxième journée de travail qui les attend à la maison ». Laurence, elle, n’a pas réussi à résister à la pression, celle d’être toujours performante, toujours plus productive et surtout celle de se battre pour ne pas être considérée comme inférieure à l’homme. « Le fait de boire seule est aussi une sorte de catharsis contre les angoisses » confesse-t-elle. « La vie est parfois compliquée et la femme qui vit seule, peut être tentée par ce « pansement » simple et à portée de main, qu’est l’alcool. Un vrai signe d’alerte est celui d’ouvrir une bouteille pour soi, toute seule... » Aujourd’hui, Laurence Cottet fourmille de projets. Après un premier livre remarqué, elle a publié un second ouvrage qui propose une méthode personnelle pour vaincre l’addiction à l’alcool, sorti en janvier 2014. Après une rapide ascension, puis une tout aussi rapide descente aux enfers, l’ex-avocate est désormais plus apaisée et tient à porter un message d’espoir : « On peut tout perdre quand on est devenu drogué à l’alcool. Mais avec de la modestie et une certaine honnêteté avec soi-même, on peut aller vers son Désir, en se faisant soigner. » Désormais, elle vit à Crest dans la Drôme, loin des soirées mondaines et pailletées de la capitale. « La Drôme, c’estl’endroitoùjepeuxmerecueillir,c’estcommeunethérapie naturelle. » Et Laurence conclut en souriant « Elle est belle, la vie ! même sans alcool… » “ Elle est belle la vie ! ” 17)
  18. 18. e déclic, Marie-Noëlle, l’a eu au cours de sa première grossesse. A ce moment-là, elle subit un profond bouleversement dans son esprit et dans son corps, un « choc » qui « ne va pas de soi » et auquel elle n’a pas été préparée. Les cours de préparation à l’accouchement qu’elle suit l’ennuient et ne la satisfont pas. « Mon premier accouchement a été une baffe psychologique ! » se souvient la sage-femme. C’est après son deuxième accouchement qu’elle décide de s’orienter vers le métier de sage-femme pour aider les femmes à mieux vivre leur accouchement. Elle intègre alors une école puis trouve, en assistant à une conférence de Bernard This sur l’haptonomie à Strasbourg, une voie sur laquelle elle peut s’engager. Pas d’égalité mais une complémentarité L’haptonomie est la science de l’affectivité selon les mots du médecin pédiatre Catherine Dolto. Marie-Noëlle nous explique la méthode : « On apprend aux parents à percevoir la présence de l’enfant, afin qu’ils puissent être tous les trois présents ensemble, que l’enfant trouve sa place dans le giron de la mère, que ce soit pour lui un lieu bon à vivre. » Et cela passe par le toucher : « le contact haptonomique permet une adaptation des tissus du corps à la tendresse. Grâce à ce contact pendant la grossesse, le corps de la mère trouve plus facilement ce ‘modus vivendi’ avec le bébé. » Le père a un grand rôle à jouer tout le long de cet apprentissage : « c’est lui qui par sa façon d’être là, par ses gestes, donne envie à sa femme de lui faire rencontrer leur bébé. C’est ainsi qu’il exerce sa compétence de père et qu’il se sent reconnu père par le bébé. » L’homme a pourtant l’habitude d’être mis de côté dans les questions qui touchent les femmes de plus près, à tort pour Marie-Noëlle, et même quand il s’agit de féminisme. Pour elle, l’homme et la femme sont très complémentaires au point qu’elle affirme ne pas vouloir que « la femme soit l’égale de l’homme. » Elle ajoute que « Les différences entre l’homme et la femme sont trop fondamentales. Il n’y a pas d’égalité, ça ne se joue pas sur ce terrain là ; on est complémentaires. » En somme, l’homme et la femme, c’est un peu « le yin et le yang. » Marie-Noëlle Marie-Noëlle, fait partie de ces quelques sages-femmes qui se sont orienté(e)s vers l’haptonomie. Théorisée par Frans Veldman, cette pratique facilité la relaxation et la compréhension par le toucher. Selon elle, la maternité, qui est au centre de son métier, est l’affaire de la femme et de l’homme. (L (18
  19. 19. Cependant, cette différence physique ne doit pas instaurer une inégalité de traitement tant au niveau social que professionnel. Et de nombreux problèmes demeurent note Marie-Noëlle : les violences conjugales, la difficulté pour les femmes d’accéder à certains postes, l’inégalité des salaires etc. « Mon mari m’a juré que ce n’était pas le cas dans son entreprise », plaisante-elle à ce propos. « L’égalité existe, mais il faut aller la chercher. Et en ce sens, il y a des choses qui progressent. » Coïncidence ou pas, le métier de sage-femme, centré sur la femme, peine à être reconnu. Et longtemps les tarifs des consultations sont restés largement inférieurs à celle d’une consultation chez un médecin généraliste « Comme si ce n’était pas une vraie médecine » se moque Marie-Noëlle Dorénavant les études de médecin généraliste comportent un stageobligatoiredansuneunitédegynécologie-obstétrique, ce qui n’a pas toujours été le cas. « Maintenant on est plus reconnu, même si ce n’est pas gagné . » La question de la maternité est également un sujet qui apparaît souvent problématique dans le cadre du travail. Marie-Noëlle regrette qu’il n’y ait pas de lois sociales qui protègent les femmes enceintes. « Mêmepasenceinte, ajoute- t-elle, une femme reste potentiellement dangereuse pour un employeur. » Dans cette recherche d’égalité, Marie-Noëlle remarque que beaucoup de femmes cherchent à réduire leur rôle de mère : ne pas allaiter, vite reprendre le travail… C’est un choix légitime selon la sage-femme. Mais des lieux sont aussi là pour aider les jeunes mères, comme l’Association Relais Naissance, qui accueille parents et enfants avec la compétence d’accompagner les femmes qui allaitent. La journée de la femme, Marie-Noëlle y est favorable. «  C’est symbolique et c’est nécessaire malheureusement. » Mais l’intitulé la dérange : « La femme avec un grand F, ça n’existe pas, il y a DES femmes. » En ce sens, elle regrette que la femme enceinte soit trop souvent perçue comme une sainte qu’il faut « cocooner. » « Dans notre société, la grossesse est toujours un émerveillement, c’est le monde des bisounours. Ça devient commercial, il faut acheter tout l’équipement qui va avec, c’est du marketing. » Mais dans les faits, c’est dur pour les femmes et pour les hommes : « Il arrive que certains prennent peur et s’enfuient à l’annonce de la grossesse. En même temps, la femme devient mère, une idole avec laquelle on ne peut plus faire l’amour. » Oser rester femme On constate que l’âge de la première grossesse recule de plus en plus. En cause évidemment, la volonté des femmes de d’abord s’installer professionnellement. « C’est plus im- portant d’avoir une carrière déjà confirmée, assise, sinon, on prend plus de risques. » Marie-Noëlle, elle a fait le choix de se marier très tôt, à 21 ans, et de d’abord privilégier sa vie de famille, sans pour autant sacrifier sa carrière professionnelle. « Chaque femme doit pouvoir mener sa vie et prendre ses propresdécisions. Qu’unefemmesoitpilotedeligneoupompier, elle reste une femme jusqu’à preuve du contraire. » Ce qu’elle regrette cependant, c’est qu’il y ait ce qu’elle décrit comme une uniformisation des sexes. « On tend vers quelque chose d’identique que je trouve dommage. On est différents, il faut oser rester femmes avec nos différences de femme. » “ La femme, c’est emmerdant parce que ça tombe enceinte ” 19)
  20. 20. arce qu’elle s’est investie dans des chantiers d’insertion de jeunes et des mouvements d’éducation populaire, Meriem Fradj a pu constater sur le terrain quels étaient les problèmes de formation et d’éducation qui constituent encoredesobstaclesàl’épanouissementdesjeunesetnotam- ment des jeunes filles. « Ce que j’ai perçu, explique-t-elle, c’est qu’il y a un poids culturel inhérent qui fait que quand tu es une nana, tu ne fais pas de maçonnerie par exemple. » Sur ces chantiers, elle raconte comment elle s’est amusée à « hous- piller les conventions » selon ses propres mots, à pousser les jeunes à sortir de certaines schémas traditionnels. « Les femmes laissent la place de manière automatique sur les travaux techniques. » a-t-elle encore constaté. Pour Meriem, il faut pousser les jeunes à se défaire de représentations bien ancrées dans leur esprit, sans pour autant aller vers une uniformisation des genres : « Je pense que la différence est à cultiver,etquelaparitépeuts’exercerdanslareconnaissancedes différences ». Elle dit noter « des progrès dans l’appréhension de la personnalité féminine et de la personnalité masculine » qui se font petit à petit, même si parfois certaines choses l’étonnent encore. Ainsi : « j’ai halluciné, le jour où j’ai revu pour les fêtes de Noël, les couloirs de jouets, rose et bleu. Ça avait totalement disparu, mais c’est réapparu, s’exclame-t-elle. Mais là je vous parle de détails. » Une entreprise rurale en ville Meriem dit avoir une admiration pour « Les femmes qui ont pris des risques par rapport à leur supposée condition. » Elle, s’est inscrite en droit à la Sorbonne, mais n’y mettra jamais les pieds. Elle quitte la capitale pour s’installer en Ardèche et y trouver, dit-elle « des alternatives », « un autre rapport au travail».Elleintègrelà,l’associationleMATchantierdejeunes qui se donne pour objectif de développer une activité en milieu rural sur les axes de l’éducation et de l’environnement. Il s’agit explique Meriem de « créer une activité agricole sur place, repenser la pédagogie de l’école, miser sur la confiance placée dans les jeunes plutôt que la compétitivité. » Une partie de l’équipe du Mat Ardèche crée en parallèle une entreprise en SCOP (Sociétés coopératives et participatives) qui va Meriem Fradj Quand elle quitte la capitale d’où elle est originaire, Meriem Fradj entend s’investir dans un projet professionnel qui propose un autre rapport au travail. Depuis elle s’est engagée dans le développement de la SCOP ARDELAINE et cultive des jardins dans des quartiers populaires de Valence. (P (20
  21. 21. restructurer la filière laine en Ardèche. Cela se passe dans les années 1980. « Avec « Ardelaine » (le nom de l’entreprise) on a inventé le métier, de la tonte des brebis, jusqu’à la création des produits explique-t-elle. Moi je me suis spécialisée dans la maille. » Ensuite l’opportunité de s’installer dans un quartier populaire de Valence s’est présentée : « On n’avait aucun a priori, au contraire, on trouvait intéressant d’avoir un pied en ville, même si on était une entreprise rurale, pour ne pas être déconnectés des trois quarts des gens qui y vivent. Nous avons alors créé l’association le MAT Drôme qui favorise la création de réseaux entre les personnes. » Un manque de solidarité Quand on l’interroge sur la situation des femmes dans son quartier ou ailleurs, elle pointe du doigt le manque d’esprit solidaire. « Ilyadessolidaritésquinesontpasencoreassezmises en valeur et en place, notamment pour pas mal de dames qui sontseules. »Il y en a qui s’en sortent très bien, nuance Meriem, « Moi je parle de celles, de plus en plus nombreuses, dans les quartiers par exemple, qui sont seules à élever des enfants, qui sont en difficulté financière et qui n’ont pas forcément de projet de vie pour s’en sortir. »Toute la question est dès lors de savoir comme créer des ponts de solidarité. « C’estgravepourdemain, parce qu’il y a beaucoup d’enfants qui en souffrent », déplore Meriem qui en profite pour fustiger le manque de confiance accordée aux femmes dans le milieu social et professionnel. «  Ce qui m’afflige, c’est qu’on doute encore des compétences des femmes qui doivent en faire dix fois plus. C’est en tout cas, ce que j’ai observé au cours de réunions professionnelles, asso- ciatives ou politiques. » En ce sens, les journées thématiques comme celle consacrée à la femme, sont « des coups de projecteur nécessaires, même si ce sont parfois des outils de communication. » Depuis 25 ans, le MAT crée des activités sociales autour du jardin. « On s’est dit, explique Meriem, que les l’ap- propriation de l’espace pouvait passer par les jardins, et que ça pouvait ainsi redonner une utilité au terri- toire,lerendrefertile. Etons’estamusés. » L’un des buts du projet baptisé « Jardins dans la cité » pour lequel Meriem a obtenu en 2010 le 2e prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, est d’améliorer l’image de ces quartiers souvent perçus de manière négative. « Le plus grave, ajoute Meriem, c’est que les personnes qui y habitent ont intégré cette image négative et finissent par cultiver leur échec. » Il a fallu quatre ans pour monter le premier projet, les jardins de l’« Oasis Rigaud » finalisé en 2003. Et le pari à l’origine audacieux a été gagné : « Ça a créé une dynamique et les habitants sont redevenus acteurs de leur secteur. Comme ça marche, ajoute Meriem, on a réussi à être crédibles. » Depuis l’association a été récompensé plusieurs fois pour son action, notamment le Grand prix 2012 du concours « s’engager pour les quartiers » avec la Fondation FACE et l’ANRU. En reconstruisant leur espace, les habitants jardiniers participent à la revalorisation de leur quartier. “ Ce qui m’afflige, c’est qu’on doute encore des compétences des femmes qui doivent en faire dix fois plus ” 21)
  22. 22. nfant déjà, le souhait de Paulette était de devenir infirmière. Et de fait, elle a passé une grande partie de sa vie à prendre soin des autres. Après avoir été auxiliaire puéricultrice et aide-maternelle, Paulette devient infirmière libérale pendant 17 ans, puis exerce 9 années dans un centre de convalescence. Mais le parcours professionnel de Paulette ne rend pas compte de la richesse de ses activités. Car en dehors de son métier, elle s’engage et continue aujourd’hui des’engagerdansdiversesassociations,etce,dansunpremier temps grâce à l’influence de son mari très sportif et lui-même très investi : « Monmari,explique Paulette,atoujoursfaitpartie d’associations et pour moi, c’était aussi un plaisir d’aider. » Avec son mari, Paulette s’investit à l’UGAP, l’association de sports de Bourg de Péage pendant 30 ans. On fait ensuite appelle à elle afin qu’elle s’investisse à la mairie. Elle se présente et est élue adjointe au maire, une fonction qu’elle occupe pendant 12 ans et 6 ans conseillère municipale. Toujours désireuse de se mettre au service des personnes souffrantes, Paulette devient par ailleurs membre du conseil d’administration, puis vice-présidente des « Minimes », une association qui s’occupe des personnes âgées. « Notre objectif dans cette association est de rendre la vie des pensionnaires souvent très âgés plus confortable. » Enfin, elle s’engage pendant environ 8 ans dans la Ligue contre le Cancer où elle accompagne les personnes en fin de vie. Au service des autres Malgré cette expérience auprès des personnes malades, Paulette connaît peu la mucoviscidose, cette maladie géné- tique qui affecte les voies respiratoires et le système digestif, quand elle apprend avec son mari en 1997 que leur petit-fils en est atteint. Leur réflexe à tous les deux est de livrer bataille à la maladie. « On s’est engagés tout de suite, raconte Paulette, car on a estimé que c’était notre rôle de grands-parents. » De 1997 à 2000, le couple s’investit dans la Virade de l’espoir de Font d’Urle, cette journée de mobilisation contre la muco- viscidose qui a lieu partout en France. Puis à partir de 2000, ils deviennent organisateurs de la Virade De Mours-Saint- Euzèbe, un gros travail qui nécessite du temps et de l’argent Paulette Barret Infirmière de formation, Paulette a passé sa vie à soigner les autres. Engagée dans la Ligue contre le Cancer, elle lutte depuis 1997 contre la mucoviscidose dont est atteint son petit-fils. (E (22
  23. 23. et qui consiste principalement à mettre en place des ani- mations, trouver des partenaires, et surtout tout faire pour attirer le maximum de gens le jour de laVirade. Pas moins de 50 bénévoles sont mobilisés, ce souvent des amis, et des amis d’amis, peu de parents de malades. La marche organisée pour cette évènement peut réunir jusqu’à 400 personnes. En tout, cette journée attire près de mille visiteurs chaque année dans le petit village de Mours, une bonne chose pour Paulette qui estime que lesVirades de l’Espoir permettent de mieux faire connaître cette maladie et contribuent à réunir des fonds pour faire avancer la recherche. Pourtant, malgré le succès de la journée, Paulette pense qu’on ne parle pas assez de cette maladie qui serait sans doute encore plus méconnue s’il n’y avait eu la médiatisation du cas Grégory Lemarchal, vainqueur de la Star Académie décédé des suites de la muco- viscidose à 23 ans. La recherche avance Sa force, Paulette, qui s’est battue contre les maladies toute sa vie, la puise dans l’espoir que l’on guérisse enfin de la mucoviscidose. Et surtout, elle s’inspire des nombreux en- fants malades qu’elle a côtoyés tout au long de ces années. « Les enfants ont une force énorme. Il faut savoir que leur traitement est très lourd. La majorité a quotidiennement des séances de kinésithérapie avec le médecin, des perfusions d’antibiotiques et d’aérosols. » Des enfants qui ont très tôt conscience de la gravité de leur maladie, puisqu’ils doivent être pris en charge très tôt. « Ils ont beaucoup de courage, je les admire ces gamins », insiste Paulette. Quand il s’agit de son petit-fils, Tom, Paulette décrit un garçon enthousiaste et plein de vie : « On a un enfant qui va bien, il a 17 ans, il fait du sport, il ne fait ‘que’ de la kinésithérapie. Pour lui, le jour de la Virade est une fête à laquelle il participe et il aide beaucoup. » Aujourd’hui, Paulette et son mari continuent de s’informer sur les avancées de la recherche sur la mucoviscidose. « On a l’explication des chercheurs et ça progresse. Unchercheurnousamêmeditqu’onavançaitàgrands pas. » Déjà, l’espérance de vie des jeunes malades a beaucoup augmenté depuis une décennie et les enfants peuvent aujourd’hui avoir des enfants et les voir grandir. Le dépistage de la maladie est aussi beaucoup plus efficace. « C’estunemaladiequ’ondécouvraitquandça arrivait. Alors que maintenant, le test obligatoire se fait à la naissance depuis 2002. » En attendant, Paulette est très optimiste : « Je pense qu’en dix ans, on ne guérira peut-être paslamaladie,maisauniveaudesmédicaments,onprogresse. La recherche avance et il faut garder l’espoir et combattre. »  “ Ils ont beaucoup de courage, je les admire ces gamins ” 23)
  24. 24. lexandra ne mâche pas ses mots et retrace son parcours avec beaucoup de franchise. Elle nous raconte qu’enfant déjà elle se passionnait pour la recherche… et le grec classique. « J’aitoujourscollectionnélescailloux.J’allaisherbo- riser dans les monts du Lyonnais. J’étais du genre à faire des crises parce que je voulais un nénuphar au Parc de la Tête d’or et qu’il en était évidemment hors de question » se souvient-elle. Elle s’inscrit en fac de biologie par vocation et passe sa thèse pour devenir chercheur. Mais ce milieu la déçoit. Elle complète sa formation en obtenant le MBA du CESMA à l’EM Lyon. Son diplôme en poche, elle alterne les emplois dans l’industrie pharmaceutique et les périodes de chômage. « Parce que quand on est une femme, explique Alexandra, c’est plus difficile que quand on est un homme » Elle construit sa carrière grâce à un travail acharné : « J’ai été basée à Marseille, à Montpellier, à Paris. Je rentrais à Lyon seulement le week-end retrouver ma famille. J’avais de hautes responsabilités, je dormais souvent le week-end pour récupérer. Ça nous a coûté beaucoup » dit-elle en évoquant son couple. De son expérience dans la branche pharmaceutique d’un grand groupe américain, elle garde un souvenir amer : « C’est un monde particulier, très formateur, même si on est clairement là pour faire du profit, sans prise en comptedel’humain. » Cet emploi, Alexandra le conserve deux ans jusqu’aux débuts de la suppression totale de la branche pharmacie « Je me suis retrouvée sans boulot, surdimension- née ou trop chère d’après les cabinets de recrutement. » Alors qu’elle cherche activement un emploi, c’est déjà le leitmotiv sur la nécessité de se construire un réseau. « Diplômée, ayant travaillé dur, dotée d’une solide expérience professionnelle et pourtant sans emploi, je ne comprenais pas le principe du réseau ni comment il aurait pu me procurer un poste ». Un parcours atypique Durant cette période, Alexandra dit avoir beaucoup réfléchi et remis ses choix en question « J’ai travaillé pour des entreprises avec lesquelles je n’étais pas toujours en accord. » explique-t- elle. Elle vit très mal ces dernières années de chômage. Elle commence à sortir de cette période difficile lorsqu’elle décide de s’installer en Crète, le rêve de sa vie : « J’avais une 205 qui Alexandra Isvarine Alexandra est une personne étonnante et son parcours l’est tout autant. Après avoir exercé les métiers de chercheur, de top manager dans l’industrie pharmaceutique elle est aujourd’hui apicultrice et a reçu à la fin de l’année 2013 le prix de la Créatrice force femme pour son projet. ( (24 A
  25. 25. avait au moins 15 ans, j’y ai mis l’essentiel. J’ai roulé mon futon dans une bâche, la voiture traînait par terre. Je suis partie vers l’inconnu, ma première étape a été Athènes. » Son aventure dans l’apiculture nait en Crète où elle rencontre un apiculteur grec avec lequel elle partage sa vie. Elle devient elle-même apicultrice après avoir fait ses preuves dans un milieu qu’elle décrit comme très machiste : « Un jour, suite à une rupture des ligaments du genou de mon compagnon, j’ai dû prendre en charge le cheptel toute seule. » En reculant le camion, elle ren- verse une ruche. « Je n’étais pas habillée j’ai eu quarante cinq piqûres sur le visage. J’ai tout de même terminé mon travail sur le rucher. C’est ainsi que j’ai gagné le respect des apiculteurs crétois. Quand j’ai obtenu mes premières récoltes de gelée royale mon compagnon m’a avoué qu’il n’aurait jamais pensé cela soit possible ». Quand elle revient en France, en septembre 2011, Alexandra repart à zéro. Tout ce qu’elle possède tient sur quatre palettes. Le 1er mars de l’année suivante, elle crée déjà sa structure agricole. « Je voulais faire de la gelée royale et rien d’autre » affirme-t-elle. Le réseau qui n’avait pas de sens pour elle dans le passé, se constitue cette fois naturellement : « Parce que j’avais des choses précises à demander, je savais où je voulais aller. » Son parcours professionnel prend tout son sens, de la biologie au business, l’apiculture lui permet d’innover en valorisant ses compétences. « J’ai développé mon activité pour ne pas vendre ma gelée comme les autres, j’ai fait une étude de marché pour sortir des sentiers battus et c’est pour ça que j’ai eu le prix de la Créatrice Force femme. » En produisant et en vendant de la gelée royale, Alexandra sait qu’elle vend un produit de qualité, ce dont elle est fière : « Ma gelée s’appelle ‘Goutte de soleil’, j’ai l’habitude de dire que c’est comme si on mangeait du soleil. C’est un coup de tonnerre dans la bouche » dit-elle l’œil qui brille. Aussitôt elle tient à nous rappeler la gelée royale consommée en France est importée à 98 % de Chine, où elle est faite dans des conditions incompatibles avec un produit de qualité. Prix de la Créatrice Force femme Aujourd’hui, Alexandra est reconnaissante du soutien dont elle a bénéficié depuis le début de sa réorientation. Deux de ses amis, l’ont financée sans limite et sans condi- tion depuis deux ans. Des apiculteurs amis l’ont épaulée dans l’apprentissage du métier, lui ont prêté du matériel. L’association Force Femme, qui soutient les femmes de plus de quarante cinq ans pour leur retour à l’emploi, lui a permis de formaliser son projet dans une ambiance bienveillante. Elle a obtenu l’aide du dispositif ELI(1) , le label innovation du Bio-cluster Organics in Rhône-Alpes et enfin le prix de la Créatrice Force Femme 2013 qu’elle considère comme une récompense de sa prise de risque. « Cette année a tout de même été difficile » confesse Alexandra, mais elle peut encore compter à Loriol, « son berceau familial », sur l’aide de nombreuses personnes. « Et puis ce n’est pas très loin de Lyon où se trouve maman. » (1) E.L.I. : aide aux entreprises localement innovantes, financée à 50 % par le Conseil régional Rhône-Alpes et à 50 % par le dispositif européen FEADER. “ Ma gelée Royale c’est un coup de tonnerre dans la bouche ” 25)
  26. 26. ydia est une jeune femme qui n’a jamais manqué d’ambition. « Déjà au collège, je voulais travailler dans un consulat,uneambassade »se souvient-elle amusée. Attirée par le droit et férue de polars et d’enquêtes, elle s’imagine déjà dans la magistrature, Procureur de la République. « Je voulais être du côté de la Justice » clame-t-elle. Une ambition précoce qui étonne à un âge où on pense rarement à ce qui nous attend après le bac. « Souvent j’agis, explique la jeune femme, pourprouverquemêmesijesuisbasanée,j’aimaplace. Mais aussi parce que j’en ai les capacités. » Après une licence de droit à la Faculté deValence puis à Aix en Provence, elle se dirige naturellement vers un Master 2 Carrière de la Justice, une année dont elle conserve un bon souvenir : « On était entraînés à faire des plaidoiries, c’était sympa. » La suite de son parcours est moins linéaire. Elle s’inscrit en année de prépa IEP pour entrer dans la magistrature et décide de passer les concours de commissaire de police, de lieutenant de police et de magistrat : « Ça n’a pas fonctionné et ça a été de bonnes claques ! » En 2e année de prépa aux concours, elle trouve un travail d’assistante de justice auprès de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, un métier qui ne lui convient pas. Elle décide alors de se concentrer sur les métiers de la sécurité, attirée par la perspective « de se lever le matin sans savoir ce qui va arriver dans la journée » et présente son dossier en classe prépa intégrée sur critères sociaux. « Ce qui m’intéressait, c’était le concours de lieutenant de police. J’ai également passé le concours des douanes, lieutenant de police et officier de gendarmerie, le plus difficile parce qu’il fallait un bac +5. Je l’ai eu et je me suis arrêtée là. » Elle enchaîne ensuite deux années de scolarité, dont une militaire, à l’Ecole des officiers de Melun : « Ça a été dur » confesse Lydia, « On rampe dans la boue. On prend conscience de nos limites et les cadres nous aident à les dépasser. » 1983 : première femme gendarme C’est en 1983 que pour la première fois une femme a pu devenir gendarme. 30 ans plus tard, une femme est nom- mée Général. « Aujourd’hui, explique Lydia, il n’y a aucune difficulté pour une femme à intégrer la gendarmerie. » C’est Lydia Zali Lydia Zali a grandi à Curnier, un petit village près de Nyons où elle effectue ses études secondaires. Aujourd’hui, seule femme commandant de communauté de brigades de sa compagnie, elle est lieutenant de gendarmerie à Vouvray près de Tours. ( (26 L
  27. 27. aussi l’avantage du recrutement universitaire dont la moitié des promus sont des femmes. « La gendarmerie ne m’a pas cantonnée à mon image de femme et a su tenir compte de mes qualités. Je faisais partie des trois meilleurs universitaires, les trois premières de notre recrutement étaient des femmes. On a pu choisir en premier nos postes. » A son arrivée, son sexe ne pose pas de problème, le fait qu’elle soit une universitaire, peut-être un peu plus. « Je découvrais mon nouveau métier, j’ignorais beaucoup de choses, tout ce qui est administratif, ressources humaines… j’ai beaucoup appris sur le tas. Surtout en RH, où j’ai le plus progressé » Lydia, est la seule femme commandant de brigades de sa compagnie et s’amuse des « allez, les gars, entrez » qui fusent avant les réunions d’officiers. « J’y ai été habituée dès l’école. De toute façon, il n’y apasdefemmechezlesgendarmes,maisdesmilitairescomme les autres. Ça ne m’a jamais choquée. » Ne pas avoir honte de poser des questions Après deux années à l’école, il a été temps d’occuper ses fonctions et Lydia n’a eu aucun mal à imposer son autorité  « Ce qui est bien, c’est que le grade est important. Quand on est lieutenant, on est lieutenant. Aucun de mes militaires ne me manque de respect. Le fait que je sois grande m’a aussi aidée » Pour autant, nul besoin d’être masculine pour imposer son autorité. Au sein de la Compagnie d’Ambroise dans le 37 où elle a pris son commandement en août 2013 et où elle dirige 30 personnes dont 10 femmes, Lydia découvre. un métier qu’elle s’était encore imaginé différemment. « Je me voyais avoir le temps de prendre un dossier de recevoir les personnes, d’enquêter, mais ce n’est pas du tout ça ! » La jeune femme qui sait qu’elle apprend, n’a pas peur de poser des questions « de but en blanc. » au risque de faire sourire. « Je n’ai pas honte de poser une question à un de mes subordonnés, parce qu’il sait des choses que je ne sais pas. » Enfin, son métier, comme elle s’y attendait, ne lui laisse que très peu de temps pour elle. « On ne dort que d’une oreille et on ne voit pas passer les journées. » Si Lydia en est là, c’est grâce à sa grande détermina- tion. « Il faut se blinder, se dire qu’on est autant capable qu’une autre, confie-t-elle, je sais ce que je vaux. » Face aux regards des autres elle estime qu’il faut être plus in- telligent. A l’école primaire, la cruauté de certains enfants lui forge son caractère. Cependant, Lydia n’est pas une victime et elle saisit les opportunités qui s’offrent à elle. « Je ne suis pas contre la discrimination positive, j’en ai bénéficié par le biais de la Classe préparatoire intégrée. Mais je sais que si je suis ici ce n’est pas seulement grâce à cela. L’anonymat des écrits du concours permet de se rassurer de ce côté là. » Et malgré sa réussite, Lydia relativise son parcours : « J’ai un métier assez prestigieux, si j’y suis arrivée, tout le monde peut y arriver. Je n’ai pas de prédispositions particulières, je viens d’un milieu plutôt modeste au fin fond de ma campagne. » A la fin de son premier commandement qui doit durer 4 années, Lydia envisage de devenir mère. « En dernière année, en général, les gens pensent à leur prochaine affec- tation. » De ce point de vue-là, Lydia admet qu’il est plus simple d’être un homme. « Une femme qui a un enfant impacte beaucoup plus la vie d’une brigade qu’un homme qui va devenir papa. » Parfois, elle reçoit des femmes mili- taires qui lui confient leur souhait d’enfanter : « Moi, je les encourage. » “ Il n’y a pas de femme chez les gendarmes, mais des militaires comme les autres ” 27)
  28. 28. lors du coup, c’est quand la journée de la Femme, je ne suis pas au courant ? » nous demande d’emblée Sylvia tout sourire. Celle qui gère le domaine qui porte son nom, « le Mas Sylvia » se sent peu concernée par une telle journée, d’ailleurs elle estime qu’elle n’a pas vraiment matière à se plaindre. « Dans mon cas, je n’en vois pas l’utilité. Je pense que c’est peut-être plus pour compatir avec des femmes qui ont un quotidien difficile, pour les femmes battues. Pas pour les femmes qui font des professions d’hommes. » Ce n’est pourtant pas facile d’évoluer dans un milieu majoritairement masculin quand on est une jeune femme chef d’entreprise viticole. Et à voir Sylvia, toute fluette, on peine à l’imaginer mener seule son exploitation. Elle l’admet : « Le milieu viticole est très phy- sique, c’est pour ça qu’on dit que c’est réservé aux hommes. A la fin de la journée, on dort bien ! » Mais c’est en toute connaissance de cause, et très tôt, que Sylvia s’est engagée dans cette voie, sans regret. Pour se former, elle passe un bac scientifique option territoire environnement en lycée agricole, puis obtient un diplôme d’œnologue, poursuit en master commerce spécialisé dans le vin où elle apprend la technique, la production et le commerce du vin, et enfin, part deux années de suite en Australie pendant 5 mois pour revenir en septembre en France, ce qui lui permet d’effectuer deux vendanges par an. Peut-être Sylvia n’aurait-elle pas eu la possibilité ni même l’idée de créer un domaine sans l’in- fluence et l’exemple de son père, viticulteur. Quand elle s’est installée elle a pu compter sur son aide ainsi que sur celle de son oncle maternel qui lui a permis d’occuper une partie de ses vignes. « Si je n’avais pas eu de père viticulteur, je me serais sans doute orientée vers le conseil en vin » confesse Sylvia : « Je l’ai déjà fait pendant deux mois, tu te balades dans les caves, tu dis bonjour, tu fais goûter les vins, ce n’est pas physique. Le soir tu n’es pas sale et tu n’as pas les mains sèches coupées par les tuyaux. C’est enrichissant, mais pas toute une vie. » Une passion et des préjugés En Australie, Sylvia n’a pas vu de domaine de femme. En France, elle déplore que le vin soit trop souvent une passion d’hommes où les femmes sont assignées à des Sylvia Teste Sylvia est une jeune chef d’entreprise qui gère « le Mas Sylvia » un domaine qu’elle a créé en 2010 avec l’aide de son père lui-même viticulteur. Pour elle, être une femme dans un milieu d’hommes n’a jamais été un problème majeur, mais elle confesse devoir composer avec certains préjugés persistants. ( (28 « A
  29. 29. tâches spécifiques, moins physiques, comme la vente ou la communication. « Les gens sont souvent intrigués, ils ont du respect, mais le fait que je sois une femme, les surprend parfois, nous dit Sylvia. J’aimêmeentendu :‘t’esunefemme,maisenplus ton vin est bon !’ » Les remarques de ce genre sont banales : « Il y a un truc qui ne me parle pas du tout, c’est le vin de femme. C’est agaçant, quand on s’installe, on est déjà casée dans une catégorie. Ça ne veut rien dire, je le vois au quotidien : il y a des femmes qui aiment les vins très tanniques et puissants et des hommes qui aiment les vins légers. » Ces préjugés, Sylvia sait qu’elle peut les surmonter en faisant ses preuves. En BTS, pendant la recherche de stage, elle se rappelle qu’on spécifiait le sexe de l’employé que la structure accueillante souhaitait. « On te met à l’épreuve, on ne te ménage pas. Quand je suis arrivée dans ma structure du Beaujolais, le maître de stage m’a dit : ‘J’avais demandé un mec, mais vu que je suis sympa on m’a encorerefiléunenana !’ »Parfoisencore,surlessalonsdevente, les acheteurs pensent qu’ils n’ont à faire qu’à la vendeuse : « Pendant une animation en supermarché, les gens se disent que je suis la commerciale de la cave, s’amuse Sylvia. Si tu n’a pasunealluredepaysanne,lesgenspensentquecen’estpastoi qui fais le vin. Alors qu’un homme est crédible dès le début. » La crédibilité insiste Sylvia, c’est ce qui compte avant tout. « Quand on est une fille, il faut se dépasser plus qu’un garçon, il faut prouver qu’on est capable. » Le supposé charme féminin Pour autant, elle ne pense pas qu’être un homme lui aurait facilité la tâche, et qu’il y a même des inconvénients à en être un. « Il y a un conflit intergénérationnel sur les exploitations. Les vignerons se confrontent à leur père ou à leur grand-père qui ont toujours leur manière de faire. » Sa féminité est aussi un atout marketing ; elle la met en valeur, sans en abuser, pour vendre son produit. Ainsi tous ses noms de cuvées sont des noms de femmes, du blanc au rouge : « Cela permet d’avoir une gamme cohérente avec un fil conducteur. Puis je veux que le fait que ce soit un vin produitparunefemmesevoie. » Sylvia récuse pourtant ce côté charmeur qu’on attribue à la femme surtout dans ce milieu d’hommes où certains peuvent avoir des idées derrière la tête. « J’entends parfois de sales blagues, des trucs très lourds. Au bout d’un moment, tu es obligée de rigoler, c’est nul, mais c’est comme ça. » Au fond, Sylvia nous confie que son métier lui demande de faire beaucoup de sacrifices, principalement celui de devoir mettre de côté sa vie personnelle. « C’estunchoix,mon métierestunepassion.Sansça,onnelefaitpas. » La maternité est aussi une question qui la préoccupe. « C’est biologique, la femme porte l’enfant neuf mois et durant tout ce temps-là, elle ne peut pas goûter ses vins. Ça n’a l’air de rien mais c’est un problème quand on est vigneronne et œnologue. » Pour elle, c’est une question d’organisation, il faut cibler le bon moment. Elle avoue y penser de plus en plus surtout depuis que son domaine commence à gagner en indépendance financière « La prochaine dizaine d’années sera décisive. Entre 30 et 40 ans, soit je le fais, soit j’ai raté le coche. C’est l’horloge biologique, une pression féminine. » “ Si tu n’a pas une allure de paysanne, les gens pensent que ce n’est pas toi qui fais le vin ” 29)
  30. 30. enise se souvient que quand elle s’est mariée, c’était sonmariquiavaitle carnetde chèques. Elle, alongtemps été privée du droit de posséder un compte en banque. « Quand la loi est passée, j’en ai immédiatement ouvert un » se souvient-elle encore. C’était en 1965. Aujourd’hui âgée de 88 ans, Denise a pu constater que la situation de la femme s’est nettement améliorée au cours du 20 siècle. « Je suis de la génération des féministes après-guerre, beaucoup de mouve- ment sont nés à ce moment-là. » Pour elle, c’est réellement, le contrôle des naissances qui a changé le sort des femmes : «Ilyaunavantetunaprès» souligne-t-elle. Denise s’est mariée tôt et a d’abord sacrifié une carrière professionnelle pour sa vie de famille avant d’exercer le métier d’institutrice « J’ai fait deux ans de médecine et je me suis mariée comme une imbécile. A mon époque on arrêtait les études quand on se mariait, puis j’ai eu des enfants. » Le jazz a occupé et continue d’occuper une grande place dans la vie de cette femme aujourd’hui retraitée. « Pendant la guerre, le jazz a été un symbole de liberté pour beaucoup de musicien français, comme Django Reinhardt. Puis après la guerre il y a eu beaucoup de manifestations consacrés à ce genre musical. En 1948, j’ai assisté au premier festival de Jazz à Nice. J’étais passionnée de Jazz, c’est ce que j’aime. » Denise se met à pratiquer le violoncelle et se forme en allant aux concerts. Plus tard elle s’engage au sein de Crest Jazz Vocal presque par hasard. Elle se rend d’abord en spectatrice à une manifestation de musique consacrée au Jazz, à la Folk et à la chanson, lancée par la Maison des Jeunes de Crest. Deux ans plus tard, alors que cette manifestation est menacée de dis- paraître une association créée pour maintenir l’événement la contacte. Elle décide de s’impliquer et devient rapidement la présidente de ce qui est devenu Crest Jazz Vocal. « C’était beaucoup boulot qui consistait surtout à trouver des sous ! » Si elle a accepté ce rôle, ce n’est pas par goût du pouvoir, mais parce qu’elle avait « l’impression de pouvoir faire quelque chose. » Là, elle découvre, un milieu « où on est libre, pas sexiste et où il y a très peu de préjugés. » Peu à peu, le festival s’est construit une vraie notoriété, et a pu attirer des musiciens prestigieux. Denise se souvient notamment de deux rencontres extraordinaires : Ray Charles Denise Deronzier Denise Deronzier a été pendant 30 ans la présidente du Crest Jazz Vocal, le prestigieux festival consacré au jazz au cœur de la Drôme. Aujourd’hui retraitée de l’enseignement, elle raconte son parcours. ( (30 D
  31. 31. et Nina Simone. « Ray Charles est la plus grande vedette qu’on ait eue » se rappelle Denise. Quant à Nina Simone, elle en garde un souvenir plus contrasté mais amusé. « Nina Simone était une emmerdeuse, c’était une Diva. Elle exigeait qu’on loue une voiture neuve et parfaite pour la ramener de l’aéroport. A peine sortie de l’aéroport, la voiture est tombée en panne. Elle est entrée dans une colère noire. » Denise raconte aussi comment la chanteuse américaine plaçait un réveil sur son piano pour contrôler son temps de scène : « Elle jouait 60 minutes, pas une de plus. » Aujourd’hui, attirer des musi- ciens de ce calibre apparaît impossible. «Lescélébritéscoûtent cher, et le prix à payer pour des musiciens qui commencent à peine à être reconnus devient exorbitant » regrette-t-elle. Une évolution qu’elle explique par la crise du disque. Selon elle « les artistes compensent avec les cachets des concerts. » la baisse des ventes de disques. Tandis que le public, lui, est évidemment davantage sensible aux têtes d’affiche. « Ce qu’on essaie de faire, c’est de ramener chaque soir un artiste inconnu, émergeant, et un groupe plus connu pour donner de la visibilité au premier. » Le festival attire en moyenne 10 000 personnes pendant les 6 jours de concerts, de stages et de concours de jazz vocal, de quoi effectivement mettre en avant des artistes peu connus. Parité impossible Bien que le milieu associatif et culturel autour du festival soit plus paritaire, les musiciens de Jazz eux sont souvent des hommes « parfois macho » selon Denise. Il y a très peu de femmes et ce sont surtout des pianistes. « Elles ont peut-être moins de souffle » se demande Denise, puis se reprenant « si ma fille m’entendait, elle me tuerait ! ». Sa fille, nous dit-elle, est beaucoup plus féministe qu’elle et ne laisserait sans doute pas passer une telle remarque. « Il n’y a pas de raisons que les femmes jouent moins bien. De toute façon, c’est impossible de faire la parité ». Malgré tout, le prestigieux festival Jazz àVienne a eu l’idée de proposer des soirées à dominante féminine, fait remarquer Denise. Rester soi-même Aujourd’hui, Denise a pris plus de recul par rapport au festival, et il a fallu forcer les choses. « J’ai travaillé au moins 30 ans pour ce festival et c’est beaucoup de charges. Alors on n’est pas pressé de vous remplacer ! ». Elle continue néanmoins à se tenir au courant des nouveautés et à conseiller des groupes pour la programmation. Ayant conservé beaucoup de contacts dans le milieu avec des musiciens et des techniciens, elle se charge aussi, quand elle en a l’occasion de faire des liens. Parfois encore elle s’offre le plaisir d’assister à des concerts de jazz. Mais au-delà de cette passion à laquelle elle a consacré beaucoup de son temps, Denise continue de s’impliquer dans son village comme elle l’a toujours fait (elle est notamment présidente des amis du Temple de Eurre) et de s’intéresser aux débats sociétaux qui ne manquent pas de la faire réagir, comme le mariage entre personnes de même sexe ou les réformes de l’Education nationale. Quant aux jeunes filles, elle les encourage à « rester elles-mêmes. » “ J’ai fait deux ans de médecine et je me suis mariée comme une imbécile ” 31)
  32. 32. oxanne ne sait pas exactement quand lui est venue l’envie de faire des films, mais plus jeune, elle dit avoir beaucoup admiré Tim Burton, son « réalisateur fétiche à l’époque ». Aujourd’hui, elle apprécie davantage le travail d’un réalisateur comme Chris Marker « qui parvient à faire des choses politiques avec finesse et sans côté moralisateur. » Jusqu’au bac, Roxanne effectue sa scolarité à Montélimar où elle passe une jeunesse qu’elle décrit comme « hyper agréable » et part étudier à Chabrillan, puis àVillefontaine où elle effectue un BTS audiovisuel en image. Enfin, elle s’inscrit aux Beaux-Arts de Lyon pour « compléter sa formation avec des connaissances artistiques ». Mais l’expérience est brève car décevante : « Je n’ai pas trop aimé, je suis partie assez tôt, puis j’ai présenté une école de cinéma, l’INSAS en Belgique, et j’ai été acceptée. » Actuellement, en 3e année, la montilienne essaie de multiplier les projets en dehors des travaux de l’école. En 2e année, elle avait déjà réalisé un court-métrage « Perruche », une histoire d’amour, tourné avec des copains et sans argent : « C’était un tout premier qui était forcément maladroit » précise-t-elle. Dans ses films, Roxanne essaie de traiter des choses dont elle se sent proche, sans excès d’ambition : « Je ne me sens pas encore les épaules de traiter un sujet complexe » confie-t-elle. La représentation de la femme au cinéma et l’homosexualité féminine sont des thèmes qui reviennentsouvent.Nonpasentantquesujets,«maiscomme quelque chose qui traverse un film » explique Roxanne « parce que ça m’a manqué quand j’étais plus jeune ». Il lui arrive d’ailleurs souvent d’éprouver de la « frustration devant les modèles féminins proposés. » Un cinéma personnel De manière générale, Roxanne est attachée à la question des minorités, du féminisme et à la théorie « queer ». Elles estime aussi que le cinéma est un milieu assez inégalitaire, centré sur les hommes et où les femmes sont cantonnées à des rôles de séductrices, comme a tenté de le démontrer le test de Bechdel-Wallace : « Cette étude comptabilise, entre autre, le nombre de personnages féminins dans un film dont le but n’est pas de séduire un homme. Ça englobe une proportion Roxanne Gaucherand Depuis trois années Roxanne étudie le cinéma et les techniques de réalisation à l’INSAS de Bruxelles. Mais c’est à Montélimar qu’elle a grandi, une ville à laquelle elle rend hommage dans le court-métrage qu’elle réalise, « Adhémar ». ( (32 R
  33. 33. très faible du cinéma. » Mais cela, observe Roxanne, tend nettement à s’améliorer et « il y a eu une prise de conscience. » Elle ajoute : « En France, il y a pas mal de jeunes réalisatrices qui marchent et en école je constate que les réalisatrices sont prises au sérieux autant que les réalisateurs. » En tout cas, Roxanne est convaincue que le cinéma a vraiment une grande influence sur la manière dont on perçoit les deux sexes et dans cette perspective, elle a apprécié le personnage que joue Sandra Bulock dans le blockbuster « Gravity » sorti en 2013 : « C’est un gros film mais l’héroïne, Sandra Bulock, est un personnage féminin intéressant. Elle n’est pas macho. On a tendance à croire que pour faire un personnage féminin fort, il faut qu’il soit masculin. C’est faux. » Malgré tout, Roxanne avoue qu’elle a elle-même parfois certains mauvais réflexes : « Il y a certains rôles, tu vas les donner à une fille, et tu te demandes : ‘Pourquoi une fille ?’ Je pense qu’on est tous au fond un peu sexistes. » Adhémar : hommage à Montélimar Il y a deux ans, Roxanne a entrepris un projet de film sur Montélimar où elle a grandi, « Adhémar. » A l’origine de ce film, il y a la désir de rendre hommage à sa ville mais également le constat nostalgique que tout finit par se disloquer : «Ici,on était un groupe d’amis et chacun est parti dans sa direction. » Roxanne dit aussi vouloir montrer ce qu’il y a de particulier à grandir dans une petite ville de province quand la majorité des films de jeunes évoque Paris. « Quand on parle de notre expérience de jeunesse à des gens qui ont grandi dans des grandes villes, ça n’a rien à voir. Ils ne savent pas par exemple la galère que c’est de rejoindre la ville quand on n’a pas de voiture. » Mais ce sont aussi des avantages : « Ici, on se forge plus sa propre culture, alors que dans les grandes villes, on suit un peu plus les bonnes tendances au moment où il faut. » Ses courts-métrages, Roxanne les réalise avec peu de moyens. « C’est du cinéma artisanal, et personne n’est payé. Mes amis étaient tous contents et emballés. Tout le monde met la main à la pâte, pour s’occuper des costumes, de la musique, de la régie. » Pour financer « Adhémar », elle a ouvert un compte sur Ulule, un site de financement participatif, et a obtenu des aides finan- cières de quelques entreprises. Les journaux locaux lui ont aussi permis d’obtenir un peu de visibilité et d’obtenir des levées d’argent. En attendant, il reste à Roxanne deux années de master à effectuer à l’INSAS et comme tout étudiant en art, quelque soit la discipline, l’avenir est un peu incertain. «Enréalisation, iln’y pasvraimentdeharnaisdesécurité.Personnenet’attend à la sortie et il y a surtout tout plein de gens qui veulent faire des films. Puis, on a besoin de matériel technique et tout coûte cher. On ne peut pas s’entraîner à faire un film, comme on fait un croquis. Il faut faire le film. » Bien que cette perspective l’effraie un peu, Roxanne a déjà réfléchi à la suite : « J’ai décidé que j’allais me pencher vers la production, enchaîner les stages dès l’année prochaine. » En parallèle, elle continue d’élaborer son projet de film, un court-métrage qu’elle a commencé à tourner en janvier : « Puis, je commence à écrire en même temps un long-métrage qui sera une extension de ce film, pour avoir un peu d’avance d’ici la fin de mes études et pouvoir démarcher des boîtes de production et de gens qui peuvent aider. » “ Je pense qu’on est tous au fond un peu sexistes ” 33)

×