Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Contribution des Ressources Alimentaires Alternatives à la Consolidation de la Filière Avicole au Cameroun

244 views

Published on

Au cours de la cérémonie de rentrée solennelle de l'Université de Dschang (UDs) ce 10 novembre 2017, le prof. Jean Raphael Kana, Maître de conférences à la Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (FASA) de l'UDs a délivré une leçon inaugurale d'ouverture. Voici la présentation qu'il a faite à cette occasion.

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Contribution des Ressources Alimentaires Alternatives à la Consolidation de la Filière Avicole au Cameroun

  1. 1. 1 UNIVERSITE DE DSCHANG Contribution des Ressources Alimentaires Alternatives à la Consolidation de la Filière Avicole au Cameroun Leçon inaugurale prononcée à l’occasion de la rentrée solennelle de l’Université de Dschang le vendredi 10 novembre 2017 Par Prof. Jean Raphaël KANA Maître de Conférences
  2. 2. 2 Importance socioéconomique de l’aviculture Evolution du cheptel national (en million) des principales espèces d’élevage (INS, 2011). -Sécurité alimentaire - Création d’emplois -Valorisation des sous produits agro- industriels Introduction
  3. 3. 3Réseau de distribution des œufs produits au Cameroun Poulet de chair démocratique 4,85% au PIB national (MINEPIA, 2013)
  4. 4. 4 Les grands enjeux 1- La production insuffisante des matières premières entrant dans l’aliment des oiseaux: - le maïs - le tourteau de soja 2- La biosécurité de manière générale et la qualité des produits avicoles mis sur le marché en particulier: - les œufs de table - la viande
  5. 5. Solutions pour la pérennisation de l’aviculture • Les ressources alternatives aux céréales sources d’énergie alimentaires • Les ressources alternatives aux sources de protéines (tourteaux de soja, d’arachide, de coton…) • Les produits naturels alternatifs aux antibiotiques. 5
  6. 6. Sources conventionnelles d’énergie -Maïs, (faible production locale, compétition) -Blé, (importé, utilisation limitée) -Résidus de céréales (taux de cellulose élevé, qualité approximative des productions locales) Ressources alternatives Patate douce (Ipomoea batatas) Manioc (Manihot esculenta) et sous-produits 6 I- Alternatives aux céréales
  7. 7. 7 D’où l’intérêt croissant de la recherche sur l’utilisation des sous- produits du manioc en alimentation animale L’industrie de transformation du manioc est en pleine expansion au Cameroun Pain Gari light Semoule Bâton de manioc Farine de manioc Epluchures de manioc Tubercules de manioc (15 à 20 tonnes /ha (AGROPME, 2010) Pattes de manioc Résidus de semoule de manioc Pourquoi les tubercules et racines?
  8. 8. 8 Effets de la Granulométrie Manioc (30%) Mafouo et al. (2011) Patate douce (30%) Kana et al. (2015)
  9. 9. 9 Maïs 50% 75% 100% Manioc + 3% huile de palme Mafouo et al. (2011) Kana et al. (2012) Effets de l’huile de palme Poids vif (g) Poids vif (g)
  10. 10. 10 Sources conventionnelles de protéines -Tourteau de soja (44-49%) (importé, indisponible, coût élevé) -Tourteau d’arachide (45%) (vulnérable aux aflatoxines) -Tourteau de coton (41%) (contient le gossypol) -Tourteau de palmiste (21%) (cellulose (13-23%), état graveleux et moins appétissant) -Farine de poisson (60%) (importée, qualité douteuse) -Farine de sang et de viande (risque de transmission de maladies) Ressources alternatives Niébé Haricot commun Voandzou ou pois bambara Lombrics (vers de terre) Asticots Blatte 1- Quelques alternatives au tourteau de soja 2- Quelques alternatives à la farine de poisson II- Alternatives aux sources conventionnelles de protéines
  11. 11. 11 Effets de la cuisson, du trempage, toastage et extrusion 1900 2000 2100 2200 2300 2400 2500 Témoin Niébé Cru Niébé cuit 2446 2107 2285 0 500 1000 1500 2000 2500 1 2 3 4 5 2300 2307 2122 2070 1952 Taux d'incorporation du niébé cuit (%) 0 15% 20% 25% 30% 0 500 1000 1500 2000 2500 Témoin Tremper Extruder Toaster 2036 1531 1996 1609 Haricot commun à 15% Poids vif (g) Poids vif (g) Poids vif (g) Kana et al. (2012) Teguia et al. (2006)
  12. 12. 12 800 820 840 860 880 900 920 940 Témoin Poisson Sang Asticots 912 935 857 896 Poids vif (g) Production des asticots Kana et al. ( 2016)
  13. 13. Probiotiques Prébiotiques Enzymes Extraits de plantes Oligo-éléments Epices Huiles essentielles Charbon végétaux activateurs de croissance Antibiotiques 13 III- Alternatives aux antibiotiques Caille Dinde Pondeuse Poulet de chair Phytobiotiques
  14. 14. Antioxydantes (Botsoglou et al., 2003) Stimulation de la sécrétion des enzymes digestives (Kana et al., 2017a) Propriétés antivirales (Giannenas et al., 2003) Antibactériennes (Kana et al., 2017b) Phytobiotiques: -extraits de plante -charbons végétaux -huiles essentielles -épices Antimycosique (Soto Mendivil et al., 2006) 14 Avantages sanitaires et zootechniques - stimulent l’appétit, la consommation alimentaire et la digestion, - développent une flore intestinale bénéfique et offrent des avantages sanitaire, - stimulent la sécrétion des enzymes digestives, - améliorent l’IC et le GMQ.
  15. 15. 15 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 1 2 3 4 5 6 2386 2673 2661 2525 2383 2425 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 1 2 3 4 5 6 2386 2484 2446 2474 2347 2353 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1% Charbons végétaux et croissance de la poule Charbon de noyaux de fruits noirs Charbon de rafles de maïs Poids vif (g) Poids vif (g) Charbon Fruit noir Maïs 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1% Kana et al. (2011)
  16. 16. 16 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 RO- R0+ 0.2T 0.4T 2584 2930 2730 2070 4 côtés (Tetrapleura tetraptera) Poids vif (g) Kana et al. (2017a) 500 1000 1500 2000 2500 3000 2584 2930 2761 2835 2629 Poids vif (g) Afrostyrax lepidophyllus Fruit (Rondelles) Kana et al. (2017b) Ecorce (Olum ou Huyomi) 500 1000 1500 2000 2500 3000 R0- R0+ 0,2 0,4 2584 2930 2702 2605 Poids vif (g) Oreilles de souris (Dichrostachys glomerata) Kana et al. (2017c)
  17. 17. Conclusion Le coût élevé des intrants engage les pays africains à privilégier la valorisation des ressources localement disponibles et moins onéreuses. L’Afrique dispose d’importantes ressources pouvant substituer partiellement ou totalement les sources conventionnelles d’énergie et de protéines. Le développement durable de l’élevage nécessite la vulgarisation des résultats de la recherche, une bonne politique d’organisation et la formation continue des acteurs sur les nouvelles technologies en matière d’alimentation. L’utilisation des additifs naturels, une bonne hygiène et de bonnes pratiques d’élevages sont de nature à pallier les problèmes liés à l’interdiction des antibiotiques pour une aviculture saine et respectueuse de l’environnement.
  18. 18. 18

×