Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Le miracle de la creation

11 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Le miracle de la creation

  1. 1. C H A N G E Z V O T R E V I E . C H A N G E Z V O T R E M O N D E Vol 2 • Numéro 3 Le Miracle DE LA CrÉation Pur hasard ? Ou le plus grand chef-d’oeuvre de tous les temps ? Des trous partout “Rien” à de l’importance. Le garçon au bord de la rivière Une simple rencontre qui a tout changé. ivé
  2. 2. ctivé © 2009 Aurora Production, Ltd. www.auroraproduction.com Tous droits réservés. À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. Copyright © 2009, Société Biblique Interna- tionale. Avec permission. Vol 2, Numéro 3 Rédacteur en chef Keith Phillips Conception graphique Giselle LeFavre Production Jessie Richards Traduction Bernard Le Chevalier / Paul Messager Pour vous inspirer et vous fortifier spirituellement, pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : www.activated.org Activated Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Luton, Beds. LU3 4BU United Kingdom +44 (0) 845 838 1384 Email: activatedEurope@activated.org Activated Africa P.O. Box 2150 Westville 3630 South Africa +27 (83) 556 8213 Email: activatedAfrica@activated.org Activated Ministries PO Box 462805 Escondido, CA 92046–2805 USA Toll-free: 1–877–862–3228 Email: info@actmin.org www.activatedonline.com Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India Email: activatedIndia@activated.org DE VOUS À MOI Nul ne peut le mettre en doute, la science et la technologie ont fait, au cours de ces dernières décennies, des bonds de géant. Presque chaque jour, de nouveaux domaines s’ouvrent à notre connaissance. Nous envoyons des engins spatiaux dans l’univers pour en faire l’étude approfondie. Des robots sondent les profondeurs de l’océan pour y découvrir des formes de vie jusqu’à présent inconnues, ou même explorer l’épave du Titanic. Les savants s’efforcent de démêler les mystères de l’ADN et de dresser la carte du génome humain. Quoi qu’il en soit, plus nous étudions le monde où nous vivons, plus nous en découvrons l’extrême complexité. Et plus nous mesurons à quel point il dépasse notre entendement. Comment expliquer l’apparition d’un monde aussi merveilleux, aussi étonnant dans sa complexité ? L’univers a-t-il vu le jour il y a 20 milliards d’années, dans l’explosion d’une “énorme concentration de matière en un point minuscule, de densité et de température phénoménales”, comme le postulent les partisans de la théorie du Big Bang ? La vie sur terre est-elle apparue par pure coïncidence, il y a quelques 3,4 milliards d’années ? L’homme a-t-il évolué à partir de formes de vie inférieures, comme l’enseignent les évolutionnistes ? L’explication que donne la Bible de la Création — “Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre” (Genèse 1:1) — est-elle en désaccord avec la vraie science ? Nous nous proposons, dans ce numéro d’Activé, d’examiner quelques-unes de ces questions. Keith Phillips Pour la grande famille d’Activé 2
  3. 3. 3 L’admirable système que forment le soleil, les planètes et les comètes, ne peut être que le produit de l’imagination et de l’autorité d’un être intelligent et puissant. — Sir Isaac Newton (1642–1727), mathématicien et homme de science anglais,qui formula la loi de l’attraction universelle La postérité se rira bien de l’absurdité de la philoso- phie matérialiste moderne. Plus j’étudie la nature, plus je m’étonne du Créateur. — Louis Pasteur (1822–1895), chimiste français,fondateur de la microbiologie moderne Toutes les découvertes de l’homme ne semblent avoir d’autre but que de confirmer, de façon de plus en plus forte, la vérité contenue dans les Saintes Écritures. —Sir Fredrick William Herschel (1738–1822),astronome d’origine allemande,qui découvrit la planète Uranus Aucune action chimique ou électrique, ni aucun procédé de cristallisation des molécules, ne peut expliquer l’origine de la vie sur terre. Nous sommes donc contraints de nous taire devant le mystère et le miracle que constitue la création des êtres vivants. — First Baron William Thomson Kelvin (1824–1907),mathématicien et physicien britannique qui formula la deuxième loi de la thermodyna- mique Les biochimistes ne cessent de découvrir la complexité impressionnante de la vie : à l’évidence, les chances que la vie soit apparue par accident sont si minimes qu’on peut complètement les éliminer. — Sir Fred Hoyle (1915– ),astro- nome et mathématicien anglais Si le système solaire est le résultat d’une collision acciden- telle, alors la vie organique sur notre planète, ainsi que l’évo- lution de l’homme dans son ensemble sont aussi des acci- dents. Et s’il en est ainsi, toutes nos pensées présentes sont de purs accidents — le sous-pro- duit accidentel du mouvement des atomes. Qu’il s’agisse des pensées émanant des tenants du matérialisme, des astrono- mes ou de tout un chacun. Mais si leurs pensées — c’est-à-dire les pensées de matérialisme et d’astronomie — sont de purs sous-produits accidentels, pour- quoi devrions-nous y prêter foi ? Je ne vois pas comment on pourrait me faire croire qu’un accident peut expliquer tous les autres accidents. Ce serait comme soutenir que la forme des vagues produites à la sur- face du lait quand on secoue le récipient, peut nous renseigner de façon exacte sur le procédé de fabrication du récipient et sur la raison de la secousse. — C.S.Lewis (1898–1963),auteur et critique britannique D’après moi, la foi com- mence avec la réalisation qu’une intelligence suprême est à l’origine de l’univers et a créé l’homme. Il ne m’est pas difficile d’avoir ce genre de foi, car il est incontestable que là où il y a un plan, il y a aussi une intelligence. Un univers harmo- nieusement organisé témoigne de la vérité de cette déclaration, la plus solennelle jamais pro- noncée : “Au commencement, Dieu… ” — Dr.Arthur H.Compton (1892– 1962),Prix Nobel de physique Ce qu’en disent d’éminents penseurs et savants…
  4. 4. 4 4 ctivated issue 15 David Brandt Berg L orsque l’on observe la création, on ne peut s’empêcher de croire en Dieu. Il suffit de la regarder pour savoir qu’il a bien fallu Quelqu’un pour la concevoir, la façonner, l’assembler et la faire si bien fonctionner. Elle fonctionne de façon si harmonieuse qu’à l’évidence, elle ne s’est pas formée au gré du hasard. La création, la nature comme on dit, n’est pas purement naturelle. Elle est le produit de la Création de Dieu. Elle est surnaturelle. Miraculeuse ! Si vous n’êtes pas sûr que Dieu existe, con- templez la mer, le ciel, les nuages, les mon- tagnes, les vallées, les arbres, les fleurs — tout ce qui existe. C’est comme si tout chantait : “Il y a un Dieu ! Regardez ce qu’Il a fait ! Regar- dez dans quel monde merveilleux Il vous a placé !” La création est la plus grande preuve de l’existence de Dieu. La Bible affirme que “Ses perfections invisibles, éternelle puissance et divinité, sont visibles dans Ses œuvres” (Romains 1:20, TOB). C’est Sa création visible qui prouve l’existence de notre Dieu invisible. Son existence est clairement démontrée par le Le miracle de la création 4
  5. 5. 5ctivated issue 15 5 merveilleux monde qu’Il a fait. Les évolutionnistes s’efforcent de rendre compte de la création en disant qu’elle est arrivée par accident et que Dieu n’a rien à voir avec elle, que les éléments se sont, en quelque sorte, trouvés réunis. Le Dr. Robert A. Millikan, prix Nobel de physique 1923, con- testait à juste titre cette façon de voir les choses : Tout comme il faut un horloger pour expliquer la merveilleuse synchronisa- tion d’une montre, il faut aussi un Créateur pour expliquer la merveilleuse synchronisation de l’univers. N’empêche que l’évolutionnisme est devenu le thème général, la toile de fond de la science moderne, et on s’y réfère de nos jours comme “le grand principe” de la biologie. Mais, selon le dictionnaire, un principe est une vérité fonda- mentale, un fait, le fondement d’autres vérités. Or, l’évolution n’a jamais été prouvée en tant que vérité ou fait établi. Com- ment pourrait-elle servir de fondement à d’autres vérités ? Il n’existe aucune preuve à l’évolutionnisme. Il faut y croire. Autrement dit, il s’agit d’une religion. Le père fon- dateur de cette foi erronée, Charles Darwin, le confessait lui-même : “À l’heure qu’il est, la croyance en la sélection naturelle [l’évolutionnisme] s’appuie entièrement sur des considérations d’ordre général. Lorsqu’on entre dans les détails, il est impossible de prouver qu’aucune espèce se soit trans- formée en une autre, ni que les prétendus changements soient bénéfiques, ce qui est pourtant le fondement de la théorie”. Par conséquent, l’évolutionnisme n’est rien d’autre qu’une religion d’incroyance en Dieu. Mais voilà bien son objecif : éliminer la foi en Dieu et promouvoir la fausse croyance que la création s’est créée toute seule. Il ne faut pas y mêler Dieu. Autrement dit, on n’a pas besoin d’un Dieu. Le premier verset du pre- mier chapitre du premier livre de la Bible déclare : “Au com- mencement, Dieu [et non pas le chaos, ni quelque nébuleuse] créa le ciel et la terre” (Genèse 1:1). Et quelques versets plus bas, on peut lire : “Dieu créa l’homme à Son image; Il le créa à l’image de Dieu; Il les créa mâle et femelle (Genèse 1:27, DARBY). À partir de quoi Dieu forma-t-Il l’homme ? À partir de formes de vie antérieures? À partir du singe ? D’autres ani- maux ? “Et l’Eternel Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante” (Genèse 2:7). Telle est la vérité de la Parole de Dieu ! Même si vous ne croyez pas en la Bible, les hommes de science qui se veulent objec- tifs, s’accordent à reconnaître que si les deux ou trois millions d’espèces animales ou végé- tales étaient apparues selon le procédé de l’évolution, nous serions enfouis sous une quin- zaine de kilomètres de fossiles, tous témoins de “maillons manquants”. Au lieu de cela, les évolutionnistes, qui se sont pourtant donné beaucoup de mal à chercher partout, n’en ont pas encore trouvé un seul ! Pratiquement tous les fossiles qui nous ont été pro- posés comme maillons man- quants se sont vus, depuis lors, discrédités. Certains même avaient été falsifiés, comme ont dû le reconnaître eux-mêmes les faussaires. Comme pour l’homme de Piltdown. La théorie de l’évolution ne présente pas le moindre fondement dans les faits. Elle n’a pas de preuves. Aucune découverte n’est jamais venue la soutenir. Margaret Mead, l’une des adeptes les plus notoires de cette théorie, écrivait, dans la préface de son manuel d’anthro- pologie : “Nous, en tant que scientifiques honnêtes, devons admettre que la science n’a pas encore découvert la moindre trace de preuve concrète pour étayer la théorie de l’évolution !” Croyez-vous en Dieu ? Regardez le monde. Regardez les arbres majestueux. Regardez les fleurs. Regardez la mer, le ciel. Est-ce que Dieu vous aime ? Vous pouvez le voir et le sentir dans le monde mag- nifique qu’Il a fait pour vous. C’est pour nous, pour notre bonheur, que Dieu a créé ce monde merveilleux. Et Lui seul peut donner un sens à l’univers et une raison d’être aux pla- nètes. Lui seul peut procurer la paix à nos pensées, l’amour à notre cœur, la santé à notre corps, le repos à notre esprit, le bonheur à notre vie et la joie à notre âme.  5
  6. 6. Les lois de la thermodynamique La première loi de la thermodynamique s’énonce ainsi: “Rien ne se perd, rien ne se crée”. Alors, comment les choses ont-elles pu venir à l’existence ? L’évo- lutionnisme n’a pas la moindre réponse en la matière. Le créa- tionnisme affirme simplement que Dieu a tout fait par un pur miracle, et de telle sorte qu’on ne puisse rien y ajouter ni rien détruire. Cette explication est en harmonie avec les faits — et c’est la seule qui soit plausible ! La seconde loi de la thermodyna- mique s’énonce ainsi : “Tout évolue vers un état de plus grand désordre”. Autrement dit, quand on laisse un corps quelconque livré à lui-même, au bout d’un certain temps, celui-ci, au lieu de s’améliorer, va se détériorer (par décomposition, corrosion, usure etc.). Cela contredit, de façon absolue, l’évo- lution, selon laquelle tout ne cesse de s’améliorer, d’évoluer vers des formes de vie de plus en plus organisées, de plus en plus complexes. La Bible est en accord avec la seconde loi de la thermodynamique. “Et, Toi, dans les commencements, Seigneur, Tu as fondé la terre, et les cieux sont les oeuvres de Tes mains. Eux, ils périront, mais Toi, Tu demeures; et ils vieilliront tous comme un habit” (Hébreux 1:10-11). La loi de conservation du mouvement angulaire Cette loi s’énonce comme suit : “Si un objet explose, tous les fragments de DES FAITS SURPRENANTS… Vous êtes-vous jamais demandé si l’évolution était en accord avec les lois fondamentales de la physique et autres découvertes de la science véritable ? Ce qui suit pourrait vous réserver une surprise. Par Anthony Mizrany
  7. 7. 7 cette explosion tourneront dans le même sens que l’objet initial.” En d’autres termes, si un objet, qui tourne sur lui-même dans le sens des aiguilles d’une montre, explose, tous les fragments de cet objet tourneront dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est une loi. Il en est toujours ainsi. N’en déplaise à la théorie du Big Bang ! Selon cette loi, si le Big Bang avait vraiment eu lieu, tout devrait tourner dans le même sens — ce qui n’est absolument pas le cas ! Selon l’évolution, toutes les planètes de notre sys- tème solaire proviendraient du soleil, mais Vénus et Uranus tour- nent à l’inverse du soleil ! À vrai dire, sur les 60 lunes que compte notre système solaire, un grand nombre d’entre elles tournent à l’inverse du soleil. Plusieurs même suivent leur orbite dans le sens opposé de la rotation du soleil. L’âge du système solaire : 6 000 ans ou des milliards d’années ? Avec l’apparition du laser et des horloges atomiques, les mesures de temps, de taille et de distance, sont devenues bien plus précises. Saviez-vous que… Le soleil brûle 5 millions de tonnes de gaz par seconde. Cela signifie évidemment que dans le passé le soleil était plus gros. Si le récit biblique de la Création est véridique, l’univers et tout ce qu’il contient date d’environ 6000 ans. À la vitesse où le soleil se consume, la différence entre sa taille originelle et sa taille actuelle est négligeable. Heureu- sement, d’ailleurs, pour la vie sur terre ! Mais à ce même rythme de combustion, pour ne remonter qu’à 20 ou 30 millions d’années, le soleil aurait été immensément plus gros, et, par conséquent, bien plus proche de la terre. Si proche qu’aucune forme de vie — pas même les bactéries, encore moins les dinosaures— n’aurait été possible. En attendant, les évolutionnistes prétendent que le soleil date d’environ 4,7 milliards d’années, et que la vie sur terre est apparue au cœur de l’océan il y a environ 3,4 milliards d’années. La loi de l’attraction univer- selle énoncée par Newton nous indique que, si l’on prend deux objets, plus ils sont gros, plus ils s’attirent. Et d’autre part, plus ils se rapprochent, plus l’attraction augmente, de façon inversement proportionnelle au carré de la distance (par exemple, à la moitié de la distance, l’attraction est quadruplée). En conséquence, si le soleil était aussi vieux qu’on veut bien le dire, ayant été plus gros, il aurait exercé une attrac- tion sensiblement plus forte, et il aurait fallu que la terre et les autres planètes orbitent à une distance beaucoup plus grande. Ce fait soulève de nouveaux pro- blèmes pour la théorie de l’évolu- tion. En effet, étant donné que la taille du soleil a diminué jusqu’à la taille qu’on lui connaît, et, par conséquent, sa force d’attraction, les planètes n’auraient pas pu décrire des orbites de plus en plus petites, de plus en plus serrées, mais seraient parties à la dérive sur des orbites de plus en plus larges, de plus en plus distantes. Le magnétisme terrestre dimi- nue. Des mesures archéologiques montrent que le champ magné- tique terrestre était, il y a 1000 ans, 40% plus élevé que de nos jours. S’il est vrai que le magné- tisme terrestre provient d’un courant électrique décroissant qui parcourt le noyau métallique terrestre — l’explication la plus plausible — l’âge de la terre peut difficilement dépasser les 10 000 ans, étant donné qu’au- delà, ce courant aurait été si fort qu’il aurait fait fondre la planète. Jupiter, Saturne, Uranus, Nep- tune et Pluton sont en train de se refroidir. Jupiter, par exemple, émet deux fois plus de chaleur qu’il n’en reçoit du soleil. Saturne, à peu près trois fois plus. Si le sys- tème solaire était âgé de milliards, ou même de millions d’années, ces cinq planètes se seraient complètement refroidies depuis longtemps. Les anneaux de Saturne sont en expansion. Ces anneaux, qui sont composés de “nuages” de particules (eux- mêmes consti- tués, pense-t-on, de poussières de roche, de gaz gelés et de glace d’eau), s’élargissent de plus en plus et perdent en densité. Au rythme où ils se dilatent, ces anneaux se seraient dissipés depuis longtemps si le système solaire était aussi vieux que le prétendent les évolutionnistes. 
  8. 8. 8 Nos vaisseaux sanguins ne sont-ils pas des trous ? Et nos poumons ? Nous avons de gros trous dans le cœur pour permettre au sang d’y entrer et d’en sortir. Notre nombril est un trou sans lequel nous n’aurions jamais pu naître. Oh là là ! Il y a tant et tant de trous importants ! Nous sommes lit- téralement remplis de trous ! Le monde entier est rempli de trous ! Sans trous, il n’exis- terait ni beaux arbres, ni fleurs, ni légumes, ni fruits, parce que toutes ces plantes poussent dans des trous qu’elles font dans le sol. Sans compter que toutes ces plantes sont, elles aussi, remplies de trous : la sève s’écoule à travers des trous, et les sucs, qui alimentent les feuilles, passent par des trous. Qu’est-ce qu’une maison, si ce n’est un trou dans lequel vous vivez ? Et si votre maison n’avait pas de trous-fenêtres, vous ne pourriez regarder dehors ni laisser entrer l’air et la lumière. Sans trous, pas de robinets. Et vous auriez drô- lement soif. Pis encore, sans trous, la maison n’aurait pas de porte et vous ne pourriez même pas y pénétrer — ou alors, si vous étiez à l’intérieur, vous ne pourriez jamais en sortir ! Voyons voir si vous pouvez trouver d’autres trous utiles ? La terre elle-même est une sphère creuse remplie de feu, et, de temps à autre, le feu s’en échappe par des trous qu’on appelle volcans. Toutes les mers sont d’immenses trous dans le sol, qui sont remplis d’eau. Tous les lacs sont aussi des trous, de même que les sources et les puits. Les diamants et autres pierres précieuses, ainsi que toutes sortes de minéraux — l’or et l’argent, le cuivre, le fer et l’étain, et bien d’autres— sont extraits de trous dans le sol qu’on appelle mines. Sans trous, nous n’aurions aucun de ces matériaux qui nous sont si précieux, si utiles. Le monde est une énorme boule de trous ! Et si vous pouviez regarder de très, très près, vous verriez que tout est fait de minuscules petits trous remplis d’énergie, qu’on appelle atomes. Par conséquent, tout est princi- palement constitué de trous, avec autour, juste un petit quelque chose. Tout est davantage rien que quelque chose — tel l’univers, qui est essentiellement fait d’espace. L’univers est un trou géant rempli de rien du tout, mis à part quelques petites choses nommées étoiles, pla- nètes et lunes, ou détails du même genre. Autant d’objets minuscules en comparaison du grand vide de l’espace qui les entoure. L’univers est un trou, un trou si grand qu’on ne sait même pas où il finit. Tant de rien du tout ! La Bible dit que Dieu a même accroché le monde au néant (Job 26 :7), et qu’Il l’a créé à partir de rien (Genèse chapitre 1, Hébreux 11 :3). Alors, vous voyez, il y a bien plus de néant que d’autre chose, et tout est essentielle- ment fait de rien du tout. Dieu fait tout à partir de rien — rien entouré de Lui ! Si vous croyez en Dieu, alors tout est possible, parce qu’Il fait tout à partir de rien — même vous et moi ! Nous ne sommes rien et nous O ù serions-nous sans trous ? Où serions-nous sans nos sept trous dans la tête ? (Vous pouvez les compter !) Sans eux, vous ne pourriez ni manger, ni savourer, ni sentir, ni entendre, ni voir, ni même respirer. À vrai dire, vous en avez bien d’autres, des trous, parce que chaque petit pore de votre peau est un trou. Sans ces pores, votre peau ne saurait respirer et vous ne pourriez transpirer. En plus, sans trous, vous n’auriez pas de cheveux, parce que le cheveu pousse dans un petit trou qu’on appelle follicule. On pourrait épiloguer sur les trous, il y en a tant ! On dirait même que tout est fait de trous. Notre corps en est rempli. 8
  9. 9. 9 sommes impossibles sans Dieu. Il prend le rien que nous sommes et en fait quelque chose. Il est comme le cercle autour de notre rien qui le fait devenir quelque chose. Avec Dieu tout autour de nous, même notre rien peut être quelque chose. En fait, on peut être pratiquement n’importe quoi ! Alors, la prochaine fois que vous voyez un trou, rappelez-vous que ce ne serait même pas un trou s’il n’y avait pas quelque chose autour. Or, vous êtes comme ce trou ! Si vous avez l’impression d’être rien du tout, un gros zéro, ou rien qu’un trou, entourez- vous du petit quelque chose qui vient de Dieu, et vous pourrez devenir un petit trou très utile et très important. Vous serez un rien entouré de Dieu — ce à partir de quoi Il a tout créé. Vous pouvez devenir à peu près n’importe quoi si vous êtes un bon trou — un vide entouré par Dieu — parce que, précisément, c’est Sa spécialité de faire des choses à partir de rien. Il n’y a pas de limites au néant. Il y a toujours des limites aux choses qui existent, mais “rien” n’a jamais de fin. Donc, si vous n’êtes rien, vous pouvez même être plus grand que si vous étiez quelque chose. La poétesse américaine Emily Dickinson écrivait un jour : Moi, je suis personne ! Qui êtes- vous ? Êtes-vous personne pareillement ? Donc, ça fait deux. N’en dites rien, surtout ! On nous bannirait sûrement. Oh, qu’il est ennuyeux, mon Dieu, d’être quelqu’un ! David Brandt Berg TROUSDES PARTOUT Comme une grenouille, qui,du soir au matin, Répèterait son nom à ses admirateurs Devant un marécage qui le reprend en chœur ! Tous les grands quelqu’uns ne seraient personne sans nous, les riens du tout. Tous ceux qui croient être quelque chose ne seraient rien du tout sans nous, qui ne sommes rien ! Et savez-vous ce qu’est l’amour ? C’est un trou qui a besoin d’être rempli — plus quelque chose pour le remplir, comme vous et moi et Jésus. Il y a des trous carrés, il y en a des ronds et de toutes les formes. Pour les remplir, il faut donc toutes sortes de chevilles. Par conséquent, si vous êtes une cheville, quelle que soit votre dimension, il y a pour vous quel- que part un trou à votre taille. Et si vous êtes un trou, Dieu a pour vous la bonne cheville ! Tous les trous sont des riens, des vides en attente de quelque chose. Alors, si vous avez l’im- pression d’être rien, il y a quel- que chose pour vous quelque part. Êtes-vous un trou ? Alors, Dieu a quelque chose pour vous ! Les gens qui ne sont pas des trous ne peuvent rien recevoir, parce qu’ils se considèrent déjà quelque chose, alors qu’en réalité ils ne sont rien. La Bible dit : “Si quelqu’un s’imagine être une personne d’exception — alors qu’en fait il n’est rien — il s’abuse lui-même” (Galates 6:3), et Dieu “a comblé de biens ceux qui sont affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides” (Luc 1:53). Si un trou est déjà plein, Dieu ne peut rien y ajouter. Tout déborde quand Il cherche à y mettre quelque chose, parce qu’il est déjà si plein de quelque chose et ne peut plus rien contenir. Vous devez être un trou pour pouvoir contenir. Peut-on imaginer rem- plir autre chose qu’un trou ? Dieu adore les trous. Les hommes de science disent : “la nature a horreur du vide”. Mais moi, je vous dis : “Dieu aime les trous, parce qu’Il aime les rem- plir.” Êtes-vous un bon trou plein de rien du tout ? Alors Dieu peut vous remplir de quelque chose et faire de vous un trou très heureux plein de tout ce qu’Il est prêt à verser en vous ! Pour être quelque chose, il faut être rien. Alors, de grâce, soyez l’un de Ses petits trous. Soyons saints, n’est-ce pas ? [note de la traduction : en anglais trou se dit hole, et saint se dit holy, d’où le jeu de mot, intraduisible] Êtes- vous un trou ? Alors vous êtes saint. Soyons tous de saints trous ! Et vous savez quoi ? Jésus Lui-même s’est appelé un trou : la Porte (Jean 10 :9). Il est le Trou par lequel il faut passer pour accéder à la maison de Son Père, et Il est le seul Trou par lequel on puisse passer (Jean 14 :6). Êtes-vous entré dans la maison du Père par Jésus, le Trou, la seule Porte qui soit ?  9
  10. 10. 10 S i vous avez demandé au Seigneur de vous aider à prendre la bonne décision, vous avez déjà franchi la première étape de ce parcours, un parcours qui comporte essen- tiellement trois étapes. Deuxième étape, vous devez être prêt, en votre for intérieur, à croire et accepter la réponse de Dieu — même si elle est contraire à vos désirs et à votre façon de voir les choses. Autrement dit, vous devez Lui faire entièrement confiance quant à la décision, sachant qu’Il veut ce qu’il y a de mieux pour vous et toute personne concernée. C’est souvent là que le bât blesse, parce que vous devez soumettre à Dieu votre propre volonté et préférer la Sienne. Ayant pris la résolution d’accepter la réponse de Dieu, vous pouvez aborder la troi- sième étape, qui est de recevoir Sa réponse. Si, sincèrement, vous demandez à Dieu de vous montrer quelle est Sa volonté pour vous dans une situation donnée, Il le fera. Et, probablement, Il utilisera un ou plusieurs des sept moyens cités ci-dessous par ordre d’importance et de fiabilité : réponsesàvosquestions Je dois, à l’heure actuelle, prendre une déci- sion qui affectera grande- ment ma vie.J’ai demandé à Dieu de me montrer ce qui, d’après Lui,est la meilleure chose à faire,mais comment pourra-t-Il me l’indi- quer ? Comment puis-je être sûr de bien rece- voir Sa réponse ? Q Deuxièmement : La voix de la Parole de Dieu. Vous est-il déjà arrivé, alors que vous étiez en train de prier, de méditer sur quelque chose, que le Seigneur vous fasse penser à un certain verset ou passage des Écritu- res, lequel vient éclairer de Sa lumière votre problème ? C’est ce qu’on appelle entendre la voix de Sa Parole. Ou bien, alors que vous lisez la Bible, soudain, un verset ou passage se met à vous parler, comme s’il avait été écrit juste pour vous et pour votre situation. C’est un autre exemple de la voix de Sa Parole. Le Seigneur applique Sa Parole à votre cas personnel, et vous recevez la réponse cherchée. Troisièmement : Les révélations directes. Dieu nous parle également par des messages que nous recevons grâce au don de prophétie, ou à travers des rêves et des visions. Si de telles révéla- tions proviennent vraiment de Dieu, elles ne viendront pas contredire Sa Parole. Vous devez juger votre révélation à la lumière de la Parole. C’est formi- dable d’avoir la possibilité de recevoir directement du Seigneur les réponses à nos questions, et puis de les confirmer avec Sa Parole, parce qu’alors, forts de nous savoir sur le bon chemin, nous pouvons progresser avec une foi pleine et entière. Voilà qui est réglé ! Nous avons reçu un message céleste ! Quatrièmement : Le conseil avisé. La Bible nous assure que “le salut se trouve dans le grand nombre des conseillers” (Pro- verbes 11:14 ; 24:6). Lorsqu’on recherche la volonté de Dieu concernant une situation donnée, il est souvent recommandé de demander conseil à d’autres, ceux qui sont forts dans le Seigneur, avisés dans Ses voies, et dont la vie manifeste les fruits positifs d’une obéissance au Christ (Matthieu 7:15-20). Premièrement : La Parole de Dieu. C’est, en premier lieu, dans les Paroles de Dieu, telles qu’elles sont consi- gnées dans la Bible, qu’il faut cher- cher la volonté de Dieu. Il y a placé les réponses fondamentales à prati- quement toutes les questions qui se poseront à nous au cours de notre vie. Quand Dieu nous parle avec l’autorité de Sa Parole, nous savons que nous détenons la bonne réponse ! Certains guides d’étude de la Bible, tels que Les rudiments de la Bible et Les Clés d’une vie accomplie, peuvent s’avérer bien utiles pour connaître le point de vue de la Bible sur un sujet qui a rapport aux décisions que nous devons prendre.
  11. 11. 11 Cinquièmement : Les circonstances et les conditions (ou, selon une autre formule, “les portes ouvertes ou fer- mées”). Si une certaine option est selon la volonté de Dieu, Il ouvrira une porte, amènera une occasion qui la rendra possible. Par contre, si elle n’est pas selon Sa volonté, Il nous le fera bien souvent savoir, en créant ou permet- tant un concours de circons- tances qui nous empêcheront d’aller de l’avant. Les cir- constances, lorsqu’on les prend comme unique source de référence, ne sont pas indication suffisante de la volonté de Dieu. Néanmoins, elles peuvent venir confirmer ce que Dieu a déjà montré à travers d’autres méthodes, plus sûres, plus fiables. Sixièmement : Les impressions fortes ou sentiments (on parle aussi de “témoignage de l’Esprit”, ou de “désirs“). Il est vrai que les impres- sions peuvent être trompeuses, mais si Dieu veut vous voir suivre une certaine ligne de conduite, Il vous donnera souvent une convic- tion intérieure que vous êtes sur le bon chemin. Ou alors, s’Il ne veut pas que vous vous engagiez dans une certaine voie, Son Esprit vous donnera un signe d’avertissement de ne pas aller de l’avant. D’un côté comme de l’autre, Il vous donne une certaine assurance, une certaine paix, que vous faites bien ce qu’il faut faire. Il est recom- mandé alors de confirmer cette impression par une ou plusieurs autres façons de découvrir la volonté de Dieu. Septièmement : Des signes bien précis, posés à l’avance comme condi- tion ( on les appelle aussi “toisons”). Parfois, vous pouvez vérifier et revé- rifier votre décision en demandant à Dieu de vous donner un signe précis, comme le fit Gédéon avec sa toison, lorsqu’il voulait s’assurer qu’il avait bien compris les instructions de Dieu (Juges 6:36-40). Mais par-dessus tout, il vous faut croire que Dieu vous aime et qu’Il est toujours prêt, et capable, de vous indiquer la bonne décision à prendre — celle qui, à longue échéance, vous rendra, vous et votre entourage, le plus heureux. Jésus disait : “Deman- dez, et vous recevrez ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira” (Matthieu 7:7). Ça, c’est une promesse ! (Si vous désirez recevoir plus amples explications sur la façon de prendre des décisions avisées,com- mandez Dieu est en ligne — recueil d’articles de David Brandt Berg. Lisez,entre autres,Les sept façons de découvrir la volonté de Dieu — ainsi que la brochure Apprendre à décider.Pour en savoir plus sur le don de prophétie,commandez Les voix qui viennent du Ciel.) 11
  12. 12. 12 LE GARÇON AU BORD DE LARIVIÈRE par Matthieu et Claire, Chine C ’ était le genre de retrou- vailles comme on en voit dans les films : le hall d’un hôtel, une foule qui passe, des étrangers scrutant les visages un à un en quête d’une lueur dans les yeux de quelqu’un, signifiant qu’on se reconnaît. Soudain, cette lueur, nous l’avons aperçue. Un tel sourire ne pouvait nous tromper : — Shao Feng ! Ça fait treize ans… C’est bien toi ! À présent, le sourire, qui était venu illuminer ses traits rudes, lui fendait le visage et laissait éclater sa joie. Tandis que nos mains s’empoignaient, cet élé- gant homme d’affaires chinois prononça ces quelques paroles d’émerveillement : — C’est un miracle de Dieu ! Personne ne pourra dire le contraire ! Tel était aussi notre senti- ment. En effet cela faisait treize ans que nous avions rencontré Shao Feng, lors de nos premières visites en Chine. C’était un ado- lescent débordant de rêves et de questions. Un jour, nous l’avions rencontré au bord d’une rivière. C’est lui qui avait engagé la conversation avec nous, histoire de pratiquer son anglais, qu’il étudiait au lycée. Il avait posé des questions sur notre vie à l’étran- ger, ce que nous avions fait, sur notre façon de vivre. C’est alors que nous avions pu lui parler de Jésus. Nous lui avions raconté l’histoire de notre vie, comment nous avions découvert la réponse à tant de questions qui nous avaient laissé perplexes. Nous lui avions expliqué que nous avions trouvé un Sauveur qui nous aimait à tel point qu’Il était mort pour nous, un sauveur qui nous aiderait à vivre pour toujours avec Lui. Alors que le soleil se couchait, assis auprès de nous sur les berges de la rivière, Shao Feng avait prié pour recevoir Jésus dans son cœur. Une grande partie de cette nuit-là, et presque toute la journée qui suivit, nous avions parlé... D’amour et de haine, de la sombre histoire du monde, et de l’avenir resplendissant qui nous attendait au Ciel. De tris- tesse et de bonheur. Nous avions évoqué comment, un jour, Jésus essuierait toutes larmes de nos yeux. Ce soir-là, nous avions vu naître l’espoir dans le cœur de ce jeune Chinois, et nous savions que, même s’il nous fallait le quitter, la présence de Dieu ne cesserait d’accompagner Shao Feng tous les jours de sa vie. Nous ne l’avions jamais revu jusqu’à récemment, en ce jour béni où nous l’avons rencontré dans le hall de cet hôtel, treize ans plus tard. Bien-sûr, de temps à autre, nous lui avions envoyé des petits mots ou des cartes de vœux. Étrangement, nous n’avions jamais reçu la moindre réponse. Etait-ce une question de censure, ou d’acheminement du courrier ? Finalement, nos nombreuses lettres étant demeu- rées sans réponse, nous nous étions découragés d’écrire. Les années passèrent, et il nous avait fallut déménager. Et ce, à plu- sieurs reprises. Vous savez bien ce qu’est la vie de missionnaire ! Puis un jour, une lettre arriva. Une grosse enveloppe nous attendait à notre boite postale, recouverte des deux côtés d’une multitude de timbres et portant toutes les adresses où elle nous avait suivis. Nous découvrîmes, en l’ouvrant, une lettre de dix pages ! Ce jeune garçon dégourdi que nous avions connu était devenu un brillant homme d’af- faires… Depuis notre première rencontre, il avait étudié, voyagé à l’étranger, et vécu toutes sortes d’expériences. Il avait connu le bonheur et la tristesse, l’amour et la solitude. La Chine, elle aussi, avait été secouée par toutes sortes de changements, presque autant que notre ami — depuis
  13. 13. 13 Tiananmen Square jusqu’aux réformes économiques, en pas- sant par l’ouverture sur le monde extérieur. Shao Feng nous écrivait qu’il était parvenu à un certain niveau de réussite dans son travail, que sa vie n’était pas non plus dénuée d’aventures… Il n’en demeurait pas moins qu’au plus profond de son cœur, il aspirait à quelque chose de plus. Il réalisait, après avoir, pendant de nombreuses années, cherché à combler ce vide — mais en vain — que seul l’amour de Dieu pouvait le satis- faire. Pouvions-nous l’aider, nous demandait-il, à retrouver cette paix qu’il avait jadis découverte auprès de la rivière ? Plusieurs années allaient encore s’écouler, un certain nombre de coups de téléphone et de lettres devaient être échan- gées, et notre famille allait s’installer en Chine, avant qu’il nous soit donné de nous ren- contrer à nouveau face à face. En cet heureux jour, alors que nous dévisagions les foules dans ce hall d’hôtel, nous avons retrouvé ces mêmes yeux vifs qui nous sou- riaient. Incapables de contenir un tel bonheur, nous ne cessions de remercier le Seigneur de nous avoir à nouveau réunis. Assis à la table d’un petit restaurant tranquille, nous nous sommes raconté tout ce qui nous était arrivé depuis notre dernière rencontre, quand Shao Feng sortit de la poche de sa veste un petit paquet froissé. Dépliant avec d’infinies précautions une feuille de papier usée qui avait été soigneusement renforcée avec du scotch le long des pliures, il nous laissa voir un poster aux extrémi- tés cornées qui proclamait : “Tout le monde a besoin d’amour !” — Toutes ces années, chaque fois que j’étais découragé, je lisais cela et pensais à vous. Ce texte m’a apporté la paix. Et il ne me quitte plus. Tirant du même paquet les nombreuses lettres et les petits mots que nous lui avions fait parvenir, il nous confia combien chacune de ces missives avait été importante pour lui. Maintenant Shao Feng étudie la Parole de Dieu, et apprend à découvrir l’Homme qu’il avait, il y a bien longtemps, rencontré au bord de la rivière. Chaque cœur affamé sera comblé, et ceux qui cherchent trouveront (Luc 1:53; Matthieu 7:8). Tout autour de nous, nous apercevons d’autres jeunes qui nous rappellent ce garçon rencontré au bord de la rivière, il y a de cela des années. Eux aussi recherchent l’espoir, la vérité et un but à leur existence ; et l’Homme qui n’est qu’amour attend de pouvoir entrer dans leur vie. Nous prions de pouvoir en conduire beaucoup d’autres auprès de Lui.
  14. 14. 14 LE MESSAGE EST-IL REÇU ? Le chimiste Charles Thaxton présente un argument irrécusable en faveur d’une création par une intelligence supérieure.Voici cet argu- ment,réduit à sa plus simple expression : la molécule de DNA,qui est à la base de la vie,est un message — des informations codées sous la forme d’une double spirale.Ce n’est pas comme un message :c’est un message.La molécule elle-même est un plan de construction élaboré et complexe qui constitue un message.Or,pour qu’il y ait message,il faut qu ’une intelligence soit à l ’origine de ce message.”Nous savons par expérience que s’il y a construction,il y a aussi cons­tructeur”, con- clut Thaxton. (Le mystère de l’origine de la vie de Charles B.Thaxton,Walter L.Bradley,et Roger L.Olsen.[Dallas :Lewis et Stanley,1984].) quelgenredeprobabilité…? Dire que la vie est apparue par pur accident, c’est comme si l’on disait que le dictionnaire en vingt volumes était le produit d’une explosion dans une imprimerie : il s’agit du même ordre de probabilité. — Edwin Conklin (1863–1952), Zoologue américain On ne pourra me faire croire que l’univers a été formé par un arrangement accidentel d’atomes ; pas plus qu’on ne pourrait me faire croire qu’en brassant les lettres de l’alphabet, on peut engendrer le plus subtil des traités de philosophie. — Jonathan Swift (1667–1745), écri- vain anglais d’origine irlandaise Je peux prouver Dieu par les statistiques ! Prenez le corps humain, par exem- ple. La probabilité que toutes les fonc- tions de l’individu se soient organisées par accident est une monstruosité statis- tique ! — George Gallup (1901–1984),statisti- cien américain Tout ce que j’ai vu m’enseigne à faire confiance au Créateur pour tout ce que je n’ai pas vu. — Ralph Waldo Emerson L’activité créatrice de Dieu ne se contente pas de faire le minimum, elle va bien au-delà. Les papillons de la forêt tropicale, rarement perçus par l’œil humain, sont des créatures d’une incroyable beauté. La délicate transparence de la physalie (méduse) et les ailes de l’oiseau-mouche sont inimitables. — LeRoy Koopman
  15. 15. 15 {lectures substantielles} COMMENT TROUVER LA VOLONTÉ DE DIEU Condition préalable, soumettre sa volonté au Seigneur : Luc 22:42 Jean 5:30 Jean 6:38 Jean 7:17 Romains 12:1-2 C’est dans la Parole de Dieu qu’il faut chercher en premier : Psaume 119:105 Psaume 119:130 2 Timothée 3:16 Dieu révèle parfois Sa volonté sous forme de pro- phéties et de révélations : 1Rois 19:12 Ezéchiel 3:10-11 Actes 10:19-20 Dieu révèle parfois Sa volonté sous forme de rêves : Job 33:15-17 Genèse 15:12-16 Genèse 20:2-7 Genèse 31:22-24 Matthieu 1:20-21 Savoir prendre conseil : Proverbes 11:14 Proverbes 15:22 2 Corinthiens 13:1 Prendre en compte les cir- constances quand elles sont claires : 2 Samuel 5:22-25 1 Rois 17:1-9 Marc 14:12-16 Demander des signes de confirmation : Genèse 24:14 1 Samuel 14:8-10 C’EST DE LUI DIRE: “JE VEUX CE QUE TU VEUX !” David Brandt Berg LA MEILLEURE FAÇON DE TROUVER LA VOLONTÉ DE DIEU, Certes,Dieu nous laisse le choix,mais Lui seul sait ce qu’il y a de mieux.En plus,ce qu’Il veut, c’est toujours ce qu’il y a de mieux pour nous et pour les autres.Par conséquent,rien n’est plus sage que d’apprendre à toujours Lui demander ce qu’il faut faire. La première condition pour trouver la volonté de Dieu,c’est de nous défaire de notre propre volonté. Nous devons Lui soumettre notre corps,notre esprit et notre volonté, pour Lui permettre de laisser triom- pher Son point de vue sur le nôtre, de nous aider à voir les choses à Sa manière.Alors seulement,saurons- nous“discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon,ce qui Lui plaît,ce qui est parfait”(Romains 12 :1-2). Si vous Lui laissez le choix,parce que vous êtes Son enfant,que choisira-t-Il pour vous ? Il choisira ce qu’il y a de mieux.Il fera un choix imbattable. Il sait ce qu’il y a de mieux ; Jamais, jamais Il ne déçoit. Il donne le meilleur à ceux, À ceux qui Lui laissent le choix. 15
  16. 16. Mon unique création Je me souviens du jour où Je t’ai formé(e).Avec un soin minutieux et une attention toute particulière,j’ai choisi chacun de tes talents,de tes dons,chaque caractéristique, chaque fibre de ton être,puis Je les ai arrangés dans les proportions exactes,en harmonie parfaite avec Mon plan. Je me souviens aussi de l’instant où Je t’ai insufflé le souffle de la vie.L’amour a envahi mon cœur,si intense que je ne pouvais le contenir,car Je savais la joie que Tu M’apporte- rais,à Moi et à tous ceux que tu toucherais au cours du grand voyage de la vie. Je ne t’ai pas quitté(e) des yeux depuis les tout premiers jours.Je t’ai accompagné(e) à chaque pas.Je t’ai regardé(e).Je t’ai aimé(e).J’ai pris soin de toi.Je ne t’ai jamais perdu(e) de vue. Je t’aime depuis l’éternité et pour toujours.Écoute Ma voix dans ton cœur,et Je te montrerai Mon immense amour pour toi — un amour plus vaste que l’océan,qui s’étend au-delà de l’horizon,un amour que ne peut contenir l’univers avec toutes ses étoiles et ses galaxies,un amour qui dépasse l’entendement,qui touche à l’infini et à l’éternité ! Mon amour pour toi

×