Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Debat depenses publiques

1,051 views

Published on

Un débat sur la nécessité ou non de réduire les dépenses publiques en France en 2018, réalisé par un élève de Première ES, Marius JAMES.

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Debat depenses publiques

  1. 1. Chers  invités,  le   déficit  public    vient   récemment  de   passer  sous  la   barre  des  3%,   cependant  la  part   des  dépenses   publiques  reste   encore  élevée  et   représente  environ   56%  du  P.I.B,   contre  environ   45%  en  moyenne   dans  les  pays  de   l’OCDE.   Une  première   quesHon  pour  vous   Mr.  De  Castries,   pensez-­‐vous  que  le   niveau  de   dépenses   publiques  est   soutenable?   Bonsoir  chers   téléspectateurs,   merci  de  regarder   l’émission   poliHque,  ce  soir   les  invités  sont  :   Gerald  Darmanin,   ministre  de  l’acHon   et  des  comptes   publics  ;     ainsi  que  Arnaud   Montebourg,   ancien  ministre  de   l’Économie.    Sous   l’œil  aUenHf   d’Henri  de   Castries,  président   de  l’insHtut   Montaigne  et  PDG   d’Axa  ;  Nous   recevrons  plus   tard,  le  fameux   invité  inaUendu  !  
  2. 2. Je  pense  qu’un  niveau  de   dépenses  publiques  élevé   n’est  pas  nécessairement   un  problème  en  soi,  si  les   receUes  publiques   permeUent  de  couvrir  ces   dépenses  sans  recours  à   l’endeUement  public  et   sans  peser  sur  la   croissance  du  pays.  Dans   le  cas  de  la  France,  les   dépenses  publiques  sont   financées  pour  une  part   importante  par   l’endeUement,  alors   même  que  le  niveau  de   prélèvement  obligatoire   est  l’un  des  plus  élevés  de   l’OCDE.  
  3. 3. Monsieur   Darmanin,  vous   avez  comme   projet  de   réduire   drasHquement   les  dépenses   publiques  par   divers  moyens   clairement   énoncés  dans  le   programme   présidenHel   d'Emmanuel   Macron,  quel   est  votre   objecHf?  
  4. 4. Oui  effecHvement,  si   nos  calculs  sont  bons,   à  l’horizon  du   quinquennat,  nous   aurons  réduit  de  3   points  le  poids  des   dépenses  publiques   dans  la  richesse   naHonale.   Grâce  à  cet  effort   sans  précédent,  nous   pourrons  diminuer   d’un  point  le  poids  de   nos  prélèvements   obligatoires  et  réduire   concomitamment  le   déficit  et  la  deUe   respecHvement  de   deux  et  cinq  points.  
  5. 5. C’est  donc,  en  supprimant   120  000  postes  de   foncHonnaires  et  en   ouvrant  la  concurrence  à  la   SNCF  que  vous  comptez   vous  y  prendre  ?  
  6. 6. Oui  c’est   effecHvement,  une   parHe  de  la  poliHque   budgétaire  qui  va  être   menée.  
  7. 7. Les  dépenses  publiques   permeUent  des  services   de  grande  qualité  !  En  ce   qui  concerne  la  SNCF,  si   l’on  ouvre    concurrence   aux  voisins  Européens,   cela  rend  les  peHtes  lignes   de  province  vulnérables.   Ce  sont  tout  de  même   9000  km  de  peHtes  lignes,   sur  un  total  de  29900  km  !  
  8. 8. Comme  l’a  dit  Mr.   Philippe  :  «    On  ne   décide  pas  de  la   fermeture  de  9000  km   de  lignes  depuis   Paris  ».  Pour  ce  qui  est   du  service,  bien  au   contraire,  l’arrivée  de   la  concurrence  est   censée  améliorer  la   qualité  du  service  et   réduire  les  prix  des   billets,  de  plus  il  y   aurait  moins  de  retard.  
  9. 9. Oui,  enfin  si  l’on   regarde  du  coté  de  nos   voisins  Européens,  le   résultat  est   contestable.   Regardez  l’Allemagne,   certes  le  service  s’est   amélioré  mais  les  prix   n’ont  pas  baissé.     En  Italie,  le  sous-­‐ invesHssement  des   lignes  régionales   provoque  des   incidents.     Je  ne  voudrais  pas  que   vous  vous  donniez  du   mal  pour  si  peu  de   résultats.   On  verra  qui   a  raison  !  
  10. 10. Ne  nous  éloignons   pas  trop  dans  la   quesHon  de  la   réforme  de  la   SNCF.     Mr.  Montebourg   êtes-­‐vous   favorable  à  la   baisse  des   dépenses   publiques  
  11. 11. EffecHvement,  ce  n’est  pas  idiot  de   vouloir  baisser  les  dépenses   publiques  en  France,  mais  c’est  la   manière  dont  vous  vous  y  prenez   qui  me  dérange.     Regardez,  nos  hôpitaux,  ils  sont  à   bout  de  souffle,  il  y  a  un  réel   manque  de  médecins  et   d’infirmiers,  de  moyens  financiers,   ils  ne  peuvent  pas  conHnuer  à   travailler  dans  de  telles  condiHons.   Et  pendant  ce  temps-­‐là  vous  parlez   de  supprimer  120000  postes  de   foncHonnaires,  c’est  assez   paradoxal  voyez-­‐vous.  
  12. 12. Et  maintenant,  c’est   l’heure  de  l’invité   inaUendu.     Mesdames  et  Messieurs   veuillez  accueillir  Jean-­‐ Luc  Mélenchon,  ancien   candidat  à  la   présidenHelle  et  député     à  la  France  insoumise  
  13. 13. Mr.   Mélenchon   qui  se  cache   dans  le  public   Aller  venez   n’ayez  pas   peur  
  14. 14. Bonjour  Mr.   Mélenchon,     Vous  qui  avez  suivi  le   débat,  êtes-­‐vous   favorable  à  la  baisse   des  dépenses   publiques  en  France   comme  le  préconise   Mr.  Macron  et  son   gouvernement    ?  
  15. 15. C’est  aberrant   écoutez  Mme.   Salamé  si  vous  aviez   lu  mon  programme   vous  me  poseriez  pas   ceUe  quesHon.  
  16. 16. Pardonnez-­‐moi  Mr.   Mélenchon,  c’est  une   quesHon  importante,   qui  est  d’actualité  et   qui  a  sa  place  dans  le   débat  en  ce  moment   même.     Je  ne  voulais  pas  vous   froisser.   OUI  C’EST   ÇA,  TAISEZ   VOUS  ET   LAISSEZ   MOI   PARLER  
  17. 17. Écoutez,  je  vais  quand  même   répondre  à  votre  quesHon.  Les   réformes  menées  par  Emmanuel   Macron  sont  affligeantes.  On   marche  sur  la  tête,  il  ne  s’agit  pas   de  réduire  les  dépenses   publiques,  il  faut  au  contraire   injecter  de  l’argent  dans   l’économie  pour  relancer   l’acHvité.  C’était  une  des  grandes   mesures  qui  figurait  dans  mon   programme  que  vous  n’avez  pas   lu.    
  18. 18. L’idée  est  de  dépenser  173   milliards  d’euros  pour   l’invesHssements  ,  pour  accroitre   la  producHon  et  donc  le  chiffre   d’affaires  des  entreprises,  pour   qu’elles  puissent  ainsi,  augmenter   les  salaires  ou  bien  embaucher   davantage,  cela  ne  peut  qu’avoir   des  effets  posiHfs  puisque  le   chômage  va  donc  diminuer,  c’est   ce  que  vous  voulez  Mr  Darmanin   non?   Les  revenus  des  ménages  vont   augmenter,  et  ils  vont  pouvoir   consommer  davantage  et  donc   soutenir  la  producHon  !     C’est  un  cercle  vertueux,  et  c’est   une  très  bonne  mesure  pour  la   croissance  économique  
  19. 19. Pardonnez-­‐moi  Mr.   Mélenchon  mais  vous   faites  preuve  d’insolence  à   l’égard  des  journalistes.   Passons.  Une  parHe  de  ce   que  vous  venez  de  dire  est   fausse,  la  poliHque   budgétaire  que  vous   voulez  meUre  en  place  ne   peut  pas  avoir  que  des   effets  posiHfs,  ce  n’est   d’ailleurs  le  cas  d’aucune   poliHque  et  c’est  pour  cela   que  c’est  aussi  difficile,   sinon  nous  ne  serions   surement  pas  là  en  train   de  débaUre    
  20. 20. Ce  que  vous  ne  dites  pas,   par  exemple,  c’est  que  la   poliHque  budgétaire  que   vous  préconisez   entrainerait  une  hausse   des  importaHons  et  donc   un  déficit  de  la  balance   commerciale,  car  la  France   est  un  pays  «  ouvert  ».   Il  est  nécessaire  de   rappeler  que  le  plan  de   relance  de  1981  avait  créé   un  déficit  de  92  milliards   de  francs  en  1982.    
  21. 21. Moi,  non  plus  je  ne  vous   suis  plus  Monsieur   Mélenchon,  et  pour  une   fois  je  rejoins  ce  que  viens   de  dire  Mr.  Darmanin.   Ce  que  vous  ne  dites  pas   non  plus,  c’est  que  ceUe   poliHque  de  relance  qui  a   vos  yeux  est  un  cercle   vertueux  et  qui  des  miens   en  est  un  vicieux,  aurait   comme  effet,  le  fameux   effet  boule  de  neige,  c’est   à  dire  qu’en  injectant  ces   173  milliards  d’euros,  qui   est  une  somme   faramineuse,  il  faut  que  la   richesse  créée  soit   suffisante  pour  payer  les   intérêts  de  la  deUe,  sinon   ces  derniers  seront  de  plus   en  plus  lourds  et  la  deUe   va  s’aggraver  
  22. 22. Mais  qu’est-­‐ce  que  vous   racontez,  Mr.  Darmanin,   et  Mr.  Montebourg,  ce   n’est  pas  possible  vous   êtes  tous  contre  moi  !   CeUe  poliHque   budgétaire  que  je  veux   mener,  ressemble  à  celle   menée  par  Barack   Obama  après  la  crise   financière  de  2008,  et  ça   a  marché  !  
  23. 23. Certes,  ceUe  poliHque  a   marché  aux  Etats-­‐Unis  mais   elle  a  été  prise  dans  un   contexte  parHculier  qui  est   celui  de  la  crise  économique   de  2008,  cela  a  en  effet   permis  de  faire  baisser  le   chômage  qui  avoisinait  la   barre  des  10%  des  acHfs,  et   cela  a  permis  d’augmenter   les  salaires  aussi,  c’est  une   poliHque  de  relance  assez   efficace,  mais  nous  ne   sommes  plus  en  crise,  il  faut   bien  réfléchir  avant  de   prendre  de  telles  mesures,   car  cela  creuse  le  déficit,  et   la  deUe  d’un  état.  
  24. 24. Mr  Mélenchon,  les   idées  que  vous  portez   sur  la  poliHque   budgétaire  s’inspirent   de  celles  portées  par  JM   Keynes,  il  s’agit  en   quelque  sorte  d’un  plan   de  relance  Keynésien  ?  
  25. 25. Écoutez  Mr.  Pujadas,  je   ne  m’inspire  de   personne  d’autre  que   moi-­‐même  !  
  26. 26. Mais  vous  Mr.   Darmanin  que   proposez-­‐vous  de  mieux   pour  relancer  la   croissance.  Il  faut  en   finir  avec  vos  poliHques   de  rigueur  et   d’austérité.  
  27. 27. Mais  Mr.Mélanchon,  la  France  a   enregistré  un  taux  de   croissance  de  1,9%  en  2017.   En  plus  nous  lançons  un  plan   d’invesHssement  sur  5  ans  qui   sera  tourné  vers  la  transiHon   énergéHque,  elle  sera  financée   par  l’emprunt  car  les  taux   d’intérêt  sont  relaHvement  bas,   cela  évite  de  creuser  de  trop  les   dépenses  publiques  et  donc  le   déficit.  Ce  plan   d’invesHssement  est  censé   soutenir  la  croissance.  Vous  le   sauriez  si  vous  aviez  lu  le   programme  de  Mr.  Macron.  
  28. 28. Quel  culot  Monsieur   Darmanin,  vous  vous   vantez  d’un  taux  de   croissance  de  1,9%  en   2017  mais  qui  n’est   même  pas  le  résultat  de   votre  poliHque  mais   bien  celle  de  Mr.   Hollande.     J’ai  bien  vu  que  vous   alliez  invesHr  50   milliards  dans  la   transiHon  écologique,   moi  aussi  je  voulais  le   faire  par  l’emprunt  et  à   hauteur  de  100  milliards   d’euros  !    
  29. 29. Merci  Jean  Luc   Mélenchon  pour  votre   intervenHon,  je  crois   qu’il  est  temps  de   parler  d’un  autre  sujet.   Mr.  Montebourg,  le   gouvernement  a  t-­‐il   raison  de  faire  preuve   de  fermeté  pour   l’évacuaHon  de  la  ZAD   à  N-­‐D  des  Landes  ?      
  30. 30. Sources  :     •  AlternaHve  Economique  Avril  2018  N°378  Faut-­‐il  enterrer  le  train  ?   •   Rapport  de  l’InsHtut  Montaigne  1151  milliards  d’euros  de  dépenses   publiques  :  quels  résultats   •  Le  Point  Réduc;on  des  dépenses  publiques:  le  logement,  la  forma;on   professionnelle  et  le  social  ciblés   •  Le  Monde  Neuf  ques;ons  pour  comprendre  la  réforme  de  la  SNCF   •  Libéra;on  Un  projet  économique  keynésien,  op;miste  et  risqué   •  Skyminds.net  Les  poli;ques  économiques  

×