Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN

18 views

Published on

Le site d'étude "Prairies de Vouharte" a été acquis par le Conservatoire Régional d'Espaces Naturels du Poitou-Charentes dans le cadre des mesures compensatoires de la construction de la LGV SEA.

A l'heure de la mise ne place des mesures de gestion conservatoire, une série de suivis a été lancée sur les prairies humides et les ripisylves afin d'évaluer l'impact de la gestion proposée.

Le travail de suivi mené en 2017 par Charente Nature a concerné l'évaluation des habitats naturels de prairies humides et des ripisylves ainsi que le suivi de plusieurs taxons :
- suivi de la végétation des habitats naturels humides ouverts,
- suivi des Rhopalocères des prairies humides,
- suivi des communautés d'Orthoptères des prairies humides,
- suivi des oiseaux,
- suivi de la végétation des ripisylves,
- suivi des mammifères semai-aquatiques,
- suivi des odonates.

Ce rapport présente donc l'état des lieux des suivis réalisés en 2017.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN

  1. 1. 14 rue Jean Moulin 86240 Fontaine-le-Comte 05 49 88 99 23 pc.nature@laposte.net LGV SEA TOURS-BORDEAUX Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » (16) Rapport de suivi – Résultats 2017
  2. 2. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 2 Poitou-Charentes Nature Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » (16) Rapport de suivi – Résultats 2017 Type de rapport : Rapport de suivi Année 2017 Association(s) intervenante(s) Période d’intervention CHARENTE NATURE 2017 Responsable(s) expert(s) Autre(s) intervenant(s) Anthony LE NOZAHIC Tiphanie HERCÉ David NEAU David SUAREZ Matthieu DORFIAC Elodie BOUSSIQUAULT Sylvain DOUSSINE Coordinateur PCN Moea LARTIGAU Destinataire(s) Date de transmission Marion GOURAUD V1 : 29/06/2018 V2 : 29/11/2018
  3. 3. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 3 Sommaire 1. Contexte de l’étude ..................................................................................... 4 2. Localisation et description du site ............................................................... 5 3. Suivis sur les habitats humides ouverts..................................................... 10 3.1. Suivi de la végétation des habitats de prairies humides et mégaphorbiaies .............10 3.1.1. Protocole 10 3.1.2. Résultat 12 3.2. Suivi des rhopalocères des prairies et des mégaphorbiaies ....................................21 3.2.1. Protocole 21 3.2.2. Résultats 23 3.2.3. Option suivi du Cuivré des Marais 32 3.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides ...............................................39 3.3.1. Protocole 39 3.3.2. Résultats 41 3.4. Suivi avifaune ....................................................................................................47 3.4.1. Protocole 47 3.4.2. Résultat 48 3.4.3. Suivi Râle des Genêts 56 4. Suivis sur les ripisylves.............................................................................. 58 4.1. Suivi de l'habitat ripisylve ...................................................................................58 4.1.1. Protocole 58 4.1.2. Résultats 59 4.2. Suivi des odonates.............................................................................................64 4.2.1. Protocole 64 4.2.2. Résultat 65 4.3. Suivi des mammifères semi-aquatiques des ripisylves ...........................................67 4.3.1. Protocole 67 4.3.2. Résultat 70 5. Synthèse générale..................................................................................... 71 5.1. Synthèse des suivis sur les habitats humides ouverts ............................................71 5.2. Synthèse des suivis sur les ripisylves ...................................................................71 Bibliographie .................................................................................................... 73
  4. 4. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 4 Poitou-Charentes Nature Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » (16) Rapport de suivi Année 2017 1. Contexte de l’étude Dans le cadre de la construction de la LGV SEA Tours-Bordeaux, et en application des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012, portant dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces animales protégées et de destruction d’espèces végétales protégées, le maître d’ouvrage met en œuvre des mesures visant d’une part à atténuer les impacts du projet sur l’environnement et d’autre part à compenser l’impact sur les individus d’espèces protégées ou sur les habitats d’espèces protégées. Le maître d’ouvrage est donc tenu de mettre en place des mesures visant à compenser la perte d’espèces ou d’habitats d’espèces suite à la construction et l’exploitation de la ligne LGV. Pour cela, il doit réaliser une sécurisation foncière de sites de compensation, par acquisition ou par conventionnement. De plus, les sites sécurisés devront faire l'objet d'une gestion conservatoire pendant la durée de la concession. Les modalités de mise en œuvre de ces mesures sont décrites dans la section 4 des arrêtés ministériels et inter-préfectoraux du 24 février 2012 complétés par ceux du 21 décembre 2012. Conformément aux arrêtés sus-cités, le maître d’ouvrage est tenu d’assurer le suivi de mesures environnementales mises en œuvre, ainsi que le suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées. Les suivis scientifiques des sites sécurisés (en conventionnement et en acquisition) doivent ainsi permettre d’évaluer l’efficacité de la gestion conservatoire mise en œuvre en faveur des espèces à compenser sur le site et d’apporter les éléments nécessaires à la réactualisation du plan de gestion. En outre, ces suivis permettent également de déterminer l’atteinte des objectifs fixés en termes de compensation. Le site d’étude « Prairies de Vouharte » a été acquis par le Conservatoire Régionale d’Espaces Naturels du Poitou-Charentes dans le cadre des mesures compensatoires de la construction de la LGV SEA. En 2009, Charente Nature en a réalisé le diagnostic écologique dans le cadre de la mise en œuvre des mesures compensatoires relatives à la construction de la ligne LGV Sud-Europe Atlantique, par la société COSEA-LISEA. Un Document d’Actions et de Gestion Concertée a été réalisé par le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels du Poitou-Charentes en 2011. À l’heure de la mise en place des mesures de gestion conservatoire, une série de suivis a été lancée sur les prairies humides et les ripisylves afin d’évaluer l’impact de la gestion proposée. Le travail de suivi mené en 2017 par Charente Nature a concerné l’évaluation des habitats naturels de prairies humides et des ripisylves ainsi que le suivi de plusieurs taxons : - suivi de la végétation des habitats naturels humides ouverts, - suivi des Rhopalocères des prairies humides, - suivi des communautés d’Orthoptères des prairies humides, - suivi des oiseaux, - suivi de la végétation des ripisylves, - suivi des mammifères semi-aquatiques,
  5. 5. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 5 - suivi des odonates. Ce rapport présente donc l’état des lieux des suivis réalisés en 2017. 2. Localisation et description du site Le site des « Prairies de Vouharte » d’une surface de 40,8 ha (surface acquise : 34,1766 ha) est localisé sur la commune de Vouharte dans un complexe d’île au sein du lit majeur du fleuve Charente. Les parcelles sont situées dans l’emprise du site Natura 2000 FR5412006 « Vallée de la Charente en amont d’Angoulême » ainsi que de la ZNIEFF de type 1 de la Vallée de la Charente entre Bignac et Basse et de la ZNIEFF de type 2 de la Vallée de la Charente en amont d’Angoulême. Carte 1 : Localisation du site acquisition des Prairies de Vouharte
  6. 6. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 6 Poitou-Charentes Nature Carte 2 : Site des prairies de Vouharte Le site Prairies de Vouharte est caractérisé par deux faciès d’habitats définis par une zone centrale ouverte en prairie méso-hygrophile et fermé sur la quasi-totalité de la limite du site par des boisements alluviaux plus ou moins développés.
  7. 7. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 7 Carte 3 : Localisation des habitats sur les Prairies de Vouharte en 2009
  8. 8. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 8 Poitou-Charentes Nature Le diagnostic écologique réalisé en 2009 a permis d’identifier les enjeux environnementaux présents et potentiels du site qui portent principalement sur le Râle des genêts, les mammifères semi-aquatiques, le Cuivré des marais, la Cordulie à corps fin, le Gomphe de Graslin, etc. Au niveau floristique, la Fritillaire pintade ainsi que la Renoncule des rivières, deux espèces patrimoniales, ont été mises en évidence sur le site (Diagnostic écologique – Prairies de Vouharte, Charente Nature, 2009). Ce diagnostic a permis au Conservatoire d’Espaces Naturels de rédiger le Documents d’Actions et de Gestion Concertée qui court sur la période 2014-2020. Les mesures de gestion préconisées sont : - Gestion extensive des prairies par pâturage et par fauche - Contrôle et réfection des accès aux îles - Entretien des haies et de la ripisylve - Evolution libre des boisements - Restauration de prairies colonisées par les fourrés - Restauration de bras morts et dépressions humides - Effacement du Mobil-home sur le Pré Giraud
  9. 9. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 9 Carte 4 : Localisation des opérations de gestion et des unités de gestion sur les prairies de Vouharte
  10. 10. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 10 Poitou-Charentes Nature Ainsi, au regard des enjeux environnementaux identifiés, deux suivis ont été réalisés en 2017 : - Suivis sur les habitats humides ouverts - Suivi sur les ripisylves Pour chaque suivi, une évaluation de l’habitat a été réalisée ainsi que des suivis d’espèces faunistiques. Les rhopalocères, les orthoptères et l’avifaune ont été étudié pour le premier suivi alors que les odonates et les mammifères semi-aquatiques ont été étudiés dans le cadre du second suivi. 3. Suivis sur les habitats humides ouverts 3.1. Suivi de la végétation des habitats de prairies humides et mégaphorbiaies 3.1.1. Protocole Le suivi réalisé s’est appuyé sur le protocole D13 (Tableau 1) proposé dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux » (Ligue pour la Protection des Oiseaux, 2015). Tableau 1: Protocole de suivi de la végétation des prairies humides sur les sites de compensation – extrait de la note méthodologique d’avril 2015 D13 SUIVI DE LA VEGETATION DES PRAIRIES HUMIDES OU DES MEGAPHORBIAIES SUR LES SITES DE COMPENSATION Suivi des mesures compensatoires 1-FINALITE Habitat(s) / Flore protégée concerné(s) Prairie humide de fauche, prairie humide pâturée, mégaphorbiaies Fritillaire pintade, Gaillet boréal, Gesse des marais, Germandrée des marais, Orchis à feuilles lâches, Pigamon jaune, Renoncule à feuille d'Ophioglosse, etc. Contexte réglementaire Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012 : "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." "Les protocoles de suivi pour les mesures de compensation [...][seront] fondés notamment sur des indicateurs biologiques [...]." Objectif(s) L’objectif du suivi est d’évaluer la réussite des opérations de restauration et de gestion de l'habitat, notamment en tant qu’habitat d’espèces cibles à compenser. Hypothèse(s) de départ Les mesures de gestion et de restauration mises en œuvre permettent de recréer ou d'améliorer des habitats favorables aux espèces de faune et de flore inféodées aux milieux humides ouverts. Indicateurs de suivi → Cortège floristique quantifié → Structure de la végétation → Densité ou nombre d'individus pour les stations de flore protégée → Evolution paysagère
  11. 11. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 11 Zone géographique Sites de compensation 'prairies humides’ et 'mégaphorbiaies' 2-MODALITES DE MISE EN ŒUVRE Maîtrise d'ouvrage LISEA Opérateur(s) Vienne Nature/ DSNE/ Charente Nature/ Nature Environnement 17/ SEPANT/ CEN Centre / CEN Aquitaine Partenaires / Synergies et mise en réseau d'action / 3-MODALITES OPERATIONNELLES Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des ilots (un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient trop important). Protocole Cartographie des habitats → Relevés phytosociologique à réaliser selon la méthode scientifique de Braun- Blanquet au niveau de placettes de suivi de 5x5m. 3 placettes sont tirées aléatoirement par type de faciès (ou type d'habitat) au sein de la parcelle gérée. Chaque coin de placette est localisé par GPS. La méthode de Braun-Blanquet est basée sur :  Une description de la placette : contexte topographique, nombre et hauteur des strates herbacées et pourcentage de recouvrement de chacune des strates, pente, exposition, hauteur par rapport à l'eau ;  L'inventaire de l'ensemble des espèces ;  L'évaluation de l'abondance relative de chacune des espèces à l'aide de 7 classes d'abondance (i : individu isolé, + : individu à faible recouvrement ; 1 : espèce à recouvrement d'environ 10 %; 2 : espèce à recouvrement jusqu'à 25 % ; 3 : espèce à recouvrement supérieur à 25 % jusqu'à 50 %; 4 : espèce à recouvrement supérieur à 50 % jusqu'à 75 %; 5 : recouvrement quasi-monospécifique) ;  La description de leur sociabilité au sein de la placette à l'aide de 7 catégories de distribution (1 : espèce répartie de manière homogène ; 2 : en touffe ; 3 : en population serrée dans une partie du quadrat ; 4 : population dense ; 5 population quasi-monospécifique). → Caractérisation des habitats selon la typologie EUNIS ou CORINE et cartographie à l’échelle de la parcelle suivie. L’interprétation devra notamment permettre l'évaluation de l'état de conservation des habitats par comparaison avec des cortèges floristiques de référence. → Passage à réaliser entre le 1er mai et le 31 juillet, selon la teneur en eau du sol de la parcelle, son inondabilité et les conditions météorologiques annuelles.
  12. 12. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 12 Poitou-Charentes Nature Suivi des stations de flore protégée Prospection de l'ensemble de la parcelle, localisation GPS et cartographie des stations au sein de la parcelle. Estimation de la taille des populations : - Pour les fortes populations : estimation de la densité (possibilité de délimiter des sous-ensembles de densité significativement différente) - Pour les petites populations : comptage des individus (pieds). Suivi photographique Cf. fiche D29 Références bibliographiques BOITIER, E. (2004) Caractérisation écologique et faunistique des peuplements d’Orthoptères en montagne auvergnate. Matériaux orthoptériques et entomocénotique, 9 : 43-78. Matériel GPS, bornes métalliques, appareil photographique, boussole Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence N-1, N+1, N+3, N+5 puis tous les 5 ans (N = première année de mise en œuvre des mesures de gestion) Contraintes et points de vigilance Qualité et pérennité de la localisation des placettes au sein de la parcelle : une attention particulière doit être portée à la capacité à retourner exactement sur la placette les années suivantes. Procédures administratives Pas de procédures particulières Evaluation du temps Evaluation du temps par an et par habitat homogène : Première année : → Mise en place / préparation / repérage : 0,5j Chaque année : → Relevés : 1j (+0,5j en cas de suivi espèce protégée) → Saisie des données, cartographie, synthèse et analyse : 1 j TOTAL: 2,5 jours la première année et 2 jours les années suivantes par an et par habitat 3.1.2. Résultat Le site des prairies de Vouharte présente 3 îles avec des milieux ouverts mais peut être visualisé comme ayant 4 entités car l’île du Nord est séparé par un fossé. Onze relevés de végétation ont été réalisés sur les différents milieux herbacés du site (voir carte 3). Le tirage aléatoire a été réalisé sous Qgis (logiciel de cartographie). Deux passages ont eu lieu les 03/05 et 19/07/2017. Les espèces végétales inventoriées ont ensuite été classées dans un tableau suivant leur appartenance à une association en utilisant le référentiel CATMINAT, développé par P. Julve, qui présente l’avantage d’associer chaque taxon à son habitat préférentiel, facilitant ainsi la caractérisation des habitats mais aussi leur tendance évolutive.
  13. 13. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 13 Carte 5 : Localisation des placettes de relevé de végétation
  14. 14. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 14 Poitou-Charentes Nature Un total de 70 espèces de plantes vasculaires ont été inventoriées sur les 11 placettes de 25 m2 (5m x 5m) où ont été effectués les relevés floristiques (Annexe 1) lors des sorties de terrain de début mai et fin juillet 2017. Les 70 espèces se répartissent ainsi : Figure 1 : Répartition des espèces floristiques par habitat Photos 1 et 2 : Relevés sur les placettes du site des Prairies de Vouharte – T.Hercé 23% 23% 27% 19% 8% Mégaphorbiaies marécageuses [n=16] Prairies humides atlantiques [n=16] Prairies de fauche atlantiques [n=19] Friches [n=13] Fourrés mésophiles [n=6]
  15. 15. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 15 Le tableau suivant récapitule les 4 habitats herbacés définis dans la nomenclature internationale CORINE BIOTOPE identifiés sur les différents secteurs de relevés. Parmi eux, on notera la présence de 2 habitats d’intérêt communautaire. Il est à noter que l’habitat Fourrés mésophiles n’est pas développé sur cette partie car il s’agit d’un habitat de type fermé a été observé seulement sur les carrés localisés en bordure des lisières de haie ou ripisylve. Tableau 2: Liste des habitats présents sur les zones ouvertes humides du site d’étude définis à partir des 11 placettes Entité de gestion (DAGC) Habitats naturels (relevés 2017) Code CORINE N2000 VPR1 État de conservation de l’habitat en 2017 Changement d’affectation de l’habitat depuis 2012 Parcelle restaurée en septembre 2016 UG 2 Mégaphorbiaies marécageuses 37.1 6430 ***** Moyen Oui Oui UG 1/2 Prairies humides atlantiques 37.21 - *** Bon Non Oui UG 1/2 Prairies de fauche atlantiques 38.21 6510 ** Bon Non Oui  Mégaphorbiaies marécageuses pour les stations 1 et 2 Code Corine Biotope : 37.1 / Code Natura 2000 : 6430 Photos 3 et 4: Placette 1 à gauche et Placette 2 à droite – © T. Hercé Cet habitat herbacé haut et dense se développe dans des secteurs ensoleillés très humides, souvent à la suite de l’abandon de la gestion de prairies ou lors de l’exploitation de parcelles de peupliers. Sur le site des prairies de Vouharte, la mégaphorbiaie est présente au niveau de l’île Sud, plus engorgée (relevés n°1 et 2), et de façon ponctuelle au niveau de berges basses sur le reste du site. Le cortège végétal est composé de grandes vivaces amphibies et de lianes, en mosaïque avec des espèces des prairies humides : Guimauve officinale Althaea officinalis L. Frêne commun Fraxinus excelsior L. Barbarée commune Barbarea vulgaris R.Br. Iris des marais Iris pseudacorus L. Laîche des rives Carex riparia Curtis Lysimaque vulgaire Lysimachia vulgaris L. Cirse des marais Cirsium palustre (L.) Scop. Baldingère Phalaris arundinacea L. Liseron des haies Convolvulus sepium L. Patience d’eau Rumex hydrolapathum Huds. Cardère Dipsacus fullonum L. Consoude officinale Symphytum officinale L. Epilobe hirsute Epilobium hirsutum L. Pigamon jaune Thalictrum flavum L. Epilobe à quatre angles Epilobium tetragonum L. Valériane officinale Valeriana officinalis L. Eupatoire chanvrine Eupatorium cannabinum L. 1 Valeur patrimoniale régionale : * faible, ** moyenne, *** assez élevée, **** élevée, ***** très élevée (Source : Poitou-Charentes Nature, Terrisse J. (Coord. Ed), 2006. Catalogue des habitats naturels du Poitou-Charentes. Coll. Cahiers techniques du Poitou-Charentes, Poitou-Charentes, Poitiers, 68p.
  16. 16. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 16 Poitou-Charentes Nature L’état de conservation est moyen car on note la présence de jeunes frênes, cornouillers, pruneliers qui se développent assez vite sur cette zone, présageant le futur boisement. Des actions de broyage ont été constatées lors des passages terrain. Ce type d’habitat (mégaphorbiaies) est une formation herbacée haute qui se développe dans les zones humides avec des sols fortement engorgés. Les périodes de sècheresse sont l’un des éléments déterminants pour le maintien ou non de cet habitat car cela favorise le développement de la végétation ligneuse.  Prairies humides atlantiques eutrophes pour les stations 3, 6, 9, 10 et 11 Code Corine : 37.21 Photos 5 et 6: Placette 3 à gauche et Placette 6 à droite – © T.Hercé Photos 7 et 8 : Placette 9 à gauche et Placette 10 à droite – © T.Hercé Photo 9 : Placette 11 – © T.Hercé
  17. 17. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 17 Les prairies humides se développent au niveau du lit majeur des cours d’eau, dans les secteurs à sols engorgés régulièrement. On notera que les relevés 3, 6, 9, 10 et 11 présentent une dominance du cortège de ce type de prairie, qui reste d’ailleurs relativement pauvre en espèces par rapport à ce qui peut être trouvé normalement sur les prairies humides les plus caractéristiques: Agrostide stolonifère Agrostis stolonifera L. Menthe aquatique Mentha aquatica L. Vulpin des prés Alopecurus pratensis L. Oenanthe fistuleuse Oenanthe fistulosa L. Cardamine des prés Cardamine pratensis L. Potentille rampante Potentilla reptans L. Laîche hérissée Carex hirta L. Pulicaire dysentérique Pulicaria dysenterica (L.) Bernh. Laîche bleuâtre Carex panicea L. Renoncule rampante Ranunculus repens L. Ficaire Ficaria verna Huds. Oseille crépue Rumex crispus L. Fritillaire pintade Fritillaria meleagris L. Fétuque élevée Schedonorus arundinaceus Lotier des fanges Lotus pedunculatus Cav. Succise des prés Succisa pratensis Moench Trèfle fraisier Trifolium fragiferum L. Les placettes 6 et 11 sont toutefois caractérisées comme méso-hydrophiles au vue de la diversité floristique inventoriée dessus. C’est donc un mélange assez équilibré entre les espèces de ces deux milieux. L’état de conservation des rares secteurs de prairies humides bien caractérisées des prairies de Vouharte est globalement bon, même si le cortège végétal est peu diversifié. On notera la présence d’une petite station de Fritillaire pintade, qui se maintient au Sud du site (non présente au sein des placettes suivies).  Prairies de fauche atlantiques pour les stations 4, 5, 7 et 8 Code Corine Biotope : 38.21 / Code Natura 2000 : 6510 Photos 10 et 11 : Placette 4 à gauche et Placette 5 à droite – © T.Hercé Photos 12 et 13 : Placette 7 à gauche et Placette 8 à droite – © T.Hercé
  18. 18. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 18 Poitou-Charentes Nature Ces prairies sont dominantes sur le site de Vouharte, notamment dans les parties centrale et Nord ; elles sont représentées par les placettes 4, 5, 7 et 8. Les placettes 9 et 11 sont un mélange des espèces caractéristiques des deux types de prairies et son donc identifiées sur les deux milieux mais on parle plus de prairies méso-hydrophiles dans leur cas. Il s’agit de prairies entretenues par fauche annuelle et pâturage de façon extensive. Le cortège végétal, où abondent les graminées, est assez peu diversifié : Bugle rampant Ajuga reptans L. Houlque laineuse Holcus lanatus L. Avoine élevée Arrhenatherum elatius (L.) Porcelle enracinée Hypochaeris radicata L. Pâquerette Bellis perennis L. Gesse des prés Lathyrus pratensis L. Brachypode penné Brachypodium pinnatum Lotier corniculé Lotus corniculatus L. Centaurée jacée Centaurea gr jacea L. Plantain lancéolé Plantago lanceolata L. Dactyle aggloméré Dactylis glomerata L. Pâturin des prés Poa pratensis L. Gaillet commun Galium mollugo L. Renoncule âcre Ranunculus acris L. Gaillet jaune Galium verum L. Grande oseille Rumex acetosa L. Pissenlit Taraxacum sp Salsifis des prés Tragopogon pratensis L. Trèfle des prés Trifolium pratense L. L’état de conservation des prairies de fauche sur le site est globalement bon, avec une mosaïque de cortèges mêlant prairies mésophiles et hygrophiles. On notera que malgré le pâturage de la plupart des parcelles occupées par ces milieux, le cortège reste diversifié et aucunement représentatif des prairies pâturées.  Friches Code Corine : 87.1 / 87.2 Même si aucune friche, en termes d’habitat, n’est présente sur le site, un certain nombre d’espèces caractéristiques ont été observées sur les relevés au cours des prospections. La plupart d’entre elles se développent sur des sols riches, à forte teneur en azote. Elles sont considérées ici comme des « compagnes », et leur abondance peut indiquer une dégradation ou une évolution nitrophile de certains habitats. Néanmoins, sur les prairies de Vouharte, elles restent discrètes et ne semblent pas indiquer de dégradation des habitats prairiaux : Gouet d’Italie Arum italicum Mill. Linaire commune Linaria vulgaris Mill. Cirse des champs Cirsium arvense (L.) Scop. Picride fausse-épervière Picris hieracioides L. Cirse commun Cirsium vulgare (Savi) Ten. Ronce bleue Rubus caesius L. Gaillet gratteron Galium aparine L. Torilis des champs Torilis arvensis (Huds.) Link Géranium découpé Geranium dissectum L. Ortie dioïque Urtica dioica L. Géranium colombin Geranium columbinum L. Véronique des champs Veronica arvensis L. Lierre terrestre Glechoma hederacea L.  Suivi des stations de flore protégée et / ou patrimoniales Il a été identifié deux stations de Fritillaire pintade sur les prairies ainsi que la présence d’herbiers de Renoncule des rivières sur la Charente lors du diagnostic écologique du site en 2009 ; espèces patrimoniales. Il a été mené un suivi de l’état de ces stations cette année : - Deux pieds de Fritillaire pintade ont été observés dans la partie Sud des îles, où moins de 5 pieds avaient été recensés lors du diagnostic de 2009. L'île à l'extrémité Sud n'étant pas accessible (zone de cours d’eau très compliqué à traverser et visibilité assez mauvaise depuis la rive opposée), il n’a pas pu être fait de relevé sur cette zone en période de floraison. Lors des relevés phytosociologiques, hors période de floraison et hors protocole, aucune hampe sèche n'y a été observée sur ces surfaces, mais sa présence y reste néanmoins possible. - La Renoncule des rivières (Ranunculus fluitans) forme des herbiers plus ou moins denses sur les secteurs ensoleillés et peu profonds du fleuve Charente, et est bien répartie sur le pourtour du site, en différents points. Il n’avait pas été fait de cartographie des localisations exactes des stations lors du
  19. 19. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 19 diagnostic mais cette plante semble toutefois encore bien présente sur l’ensemble des zones observées en 2009. Photo 14 : Herbier de Renoncule des rivières sur le site – D.Suarez La Jussie (Ludwigia peploides) a été observée à deux reprises sur la partie basse d'une berge du fleuve, mais elle n'est pas abondante. On notera que le Conseil Départemental, gestionnaire de cette partie du fleuve, a procédé à des campagnes d'arrachage qui semblent efficaces. Le site des Prairies de Vouharte ne présente pas de zones favorables à son installation.
  20. 20. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 20 Poitou-Charentes Nature Carte 6 : Localisation des espèces patrimoniales et invasives
  21. 21. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 21 3.2. Suivi des rhopalocères des prairies et des mégaphorbiaies 3.2.1. Protocole Le suivi réalisé s’est appuyé sur le protocole D14 (Tableau 4) proposé dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux » (Ligue pour la Protection des Oiseaux, 2015). Tableau 3 : Protocole du suivi des Rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies D14 SUIVI DES RHOPALOCERES DES PRAIRIES ET DES MEGAPHORBIAIES SUR LES SITES DE COMPENSATION Suivi des mesures compensatoires 1-FINALITE Taxon(s) concerné(s) Rhopalocères Contexte réglementaire Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012 : "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." "Les protocoles de suivi pour les mesures de compensation [...][seront] fondés notamment sur des indicateurs biologiques [...]." Objectif(s) Le suivi des rhopalocères des prairies et mégaphorbiaies vise les objectifs suivants : → Evaluer l'efficacité de la gestion conservatoire (cahiers des charges) mise en œuvre, notamment pour ces espèces. → Evaluer l'état de conservation et le potentiel de restauration des habitats préférentiels des espèces ; → Etudier un groupe d'espèces indicatrices de la fonctionnalité des prairies et mégaphorbiaies ; → Déterminer le statut des espèces présentes sur le site ; → Déterminer la présence de Cuivré des marais et Damier de la Succise ; Hypothèse(s) de départ Les mesures de gestion mises en œuvre permettent de maintenir et/ou améliorer l'état de conservation des communautés de rhopalocères, dont le Cuivré des marais et le Damier de la succise, qui constituent un groupe indicateur de la conservation des habitats naturels et de la ressource alimentaire pour des espèces cibles de la compensation. Indicateurs de suivi → Richesse spécifique en rhopalocères ; → Richesse spécifique en rhopalocères déterminants ZNIEFF des zones humides ; → Présence/Absence du Cuivré des marais ; → Présence/Absence du Damier de la succise. Zone géographique Secteurs de compensation 'Prairies' et 'mégaphorbiaies'. 3-MODALITES OPERATIONNELLES
  22. 22. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 22 Poitou-Charentes Nature Protocole / Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des sites de compensation (un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient trop important). Protocole chronométré ou "Chronoventaire" (Dupont, 2014) : La base du Chronoventaire correspond à une durée minimum d'observation de 20 minutes des adultes de rhopalocères. Autant de stations que nécessaire sont définies sur le site de compensation comme suit : une station doit comprendre un milieu ouvert herbacé composé d'un habitat principal le plus homogène possible du point de vue de la structure de la végétation. Lorsque le choix des stations est fait par l'observateur, la marche à suivre pour chaque station, par session de chronoventaire, est la suivante : → Parcourir la station avec un itinéraire-échantillon non-fixe choisi par l’observateur. Noter la première espèce rencontrée. L’heure exacte de ce premier contact est notée. Elle correspond à l'heure du départ du Chronoventaire. Attribuer le chiffre 1 à toutes les espèces rencontrées au cours des 5 premières minutes. Ce chiffre correspond à un rang d’observation. Attribuer le chiffre 2 à toutes les espèces rencontrées entre 5 et 10 minutes, etc. La durée minimum de 20 minutes du Chronoventaire est donc découpée en 4 périodes qui correspondent à autant de rang d’observation. Si aucune nouvelle espèce n’est observée pendant 15 minutes après la dernière période de 5 minutes durant laquelle la dernière espèce a été observée, la session de Chronoventaire s'arrête. Si une nouvelle espèce est observée entre 20 et 25 minutes, il attribue le chiffre 5 à cette espèce. Le chiffre 6 est attribué à une espèce observée entre 25 et 30 minutes, etc. Notion d’abondance-détectabilité : une espèce qui a été contactée lors des 5 premières minutes, l’a été rapidement parce que c’est une espèce qui est soit très détectable, soit très abondante. Le chiffre 1 lui est donc attribué. Au contraire, il faudra beaucoup de temps pour contacter une espèce qui ne peut pas être détectée facilement ou très peu abondante. → Le parcours dans la station se fait de manière progressive au choix de l’observateur. Tous les éléments présents au niveau de la station (formations herbacées pauvres en fleurs, zones fleuries, zones arbustives, zones de sol nu ou rocher affleurant, …) doivent être visités sans priorisation. Il est conseillé de repasser plusieurs fois dans une zone. → Pour chaque station, 5 sessions de chronoventaire sont à prévoir chaque année au cours de la 1ère quinzaine des mois de mai, juin, juillet, août, septembre. → Vérifier la présence de rumex sur le site, chaque année. Protocoles associés : Dans le cas de la présence de Rumex et/ou de Damier de la succise, un protocole complémentaire et spécifique par espèce est appliqué afin de suivre plus finement l'évolution des populations en tant qu'espèces protégées inscrites à l'annexe II et IV de la Directive Habitats et à compenser : → Option 'Cuivré des marais' → Option 'Damier de la Succise’ Matériel Paire de jumelles à mise au point rapprochée - Filet à papillons Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année des travaux de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20.
  23. 23. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 23 Contraintes et points de vigilance Accessibilité de la zone d'étude et immuabilité des stations de suivi. Les conditions météorologiques doivent être favorables : - Entre 9 h et 16°h (heure d’été). Il faut vérifier que les adultes soient majoritairement en comportement de vol. - t°> 14° en plaine (>12° en montagne), temps ensoleillé et faiblement nuageux. - t°> 17° en plaine (>15° en montagne), temps nuageux (au maximum 50% de couverture nuageuse). - Vent inférieur à 30 km/h (correspond à une force visualisée par les branches des arbres qui plient et un soulèvement de poussière lors de rafales). Si les conditions deviennent non favorables pendant l’observation, l’observateur arrête ses observations. Il reprend le protocole au départ si les conditions redeviennent favorables au niveau de la station (excepté après le passage de fortes pluies). 3.2.2. Résultats Les chronoventaires ont été réalisés sur six stations, la limite de prospection étant le contour des différents Lieux-dits (la Petite Pinotte, Ile de Gourville, le Milland, Pré Giraud, Ile Bréchignac et Moulin de Bréchignac). Il a été préféré de couvrir un maximum de surface eu égard à l’uniformité des habitats, les papillons circulant sur l’ensemble de la zone et ne paraissant pas concentrés dans un secteur particulier. Carte 7 : Localisation des stations de prospections du chronoventaire
  24. 24. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 24 Poitou-Charentes Nature La réalisation des chronoventaires sur le site des prairies de Vouharte a permis de recenser un total de 38 espèces de rhopalocères, le diagnostic initial réalisé en 2009 faisant état de 32 espèces sur le même périmètre de prospection. Cinq espèces n’ont pas été recontactées en 2017 : l’Aurore, le Silène, l’Azuré des nerpruns ainsi que l’Hespérie du chiendent et le Cuivré commun et douze espèces ont été nouvellement inventoriées, parmi lesquelles nous pouvons citer les Mélitées des scabieuses, des centaurées et orangée ainsi que le Demi-Argus et l’Azuré du trèfle. Elles sont considérées comme déterminantes. Le cortège se compose majoritairement de papillons de jour fréquentant les prairies fleuries comme le Myrtil, le Fadet commun et le Demi-Deuil, très communs en périodes propices, ainsi que l’Azuré commun et plusieurs espèces de piérides. En densité bien plus limitée, de grands papillons sont observés comme le Grand Nègre des bois et le Flambé. Il s’agit là d’espèces fréquemment contactées en milieu prairial. Les prairies sont délimitées par des ronciers et la ripisylve où évoluent certains papillons qui leurs sont propres. Parmi eux, le Tircis, l’Amaryllis et surtout le Petit Mars changeant, qui apprécie particulièrement les saules pour y pondre ses œufs. Le tableau ci-dessous présente la liste de l’ensemble des espèces de rhopalocères contactées durant les chronoventaires ainsi que leurs statuts de protection et de conservation. Tableau 4 : Statut des espèces contactées sur le site d’étude Nom vernaculaire Nom scientifique PN2 DH3 LRN4 LRR5 D166 DPC7 Hespérie des potentilles Pyrgus armoricanus LC LC - - Hespérie du dactyle Thymelicus lineola - - LC LC - - Hespérie de la houque Thymelicus sylvestris - - LC LC - - Point-de-Hongrie Erynnis tages - - LC LC - - Sylvaine Ochlodes sylvanus - - LC LC - - Flambé Iphiclides podalirius - - LC LC - - Machaon Papilio machaon - - LC LC - - Citron Gonepteryx - - LC LC - - Piéride de la moutarde Leptidea sinapis - - LC LC - - Piéride de la rave Pieris rapae - - LC LC - - Piéride du chou Pieris brassicae - - LC LC - - Piéride du navet Pieris napi - - LC LC - - Souci Colias crocea - - LC LC - - Azuré commun Polyommatus icarus - - LC LC - - Azuré de la faucille Cupido alcetas - - LC LC - - Azuré du trèfle Cupido argiades - - LC LC - - Collier-de-corail Aricia agestis - - LC LC - - Cuivré des marais Lycaena dispar X II et IV LC VU X X Cuivré fuligineux Lycaena tityrus - - LC LC - - Demi-Argus Cyaniris semiargus - - LC NT - X Amaryllis Pyronia tithonus - - LC LC - - 2 PN = Protection nationale 3 DH = Directive Habitats/Faune/Flore, II : Annexe 2 ; IV : Annexe 4 4 LRN = Liste rouge nationale : LC : préoccupation mineure, NT : quasi-menacé, NA : Non applicable, VU : vulnérable, EN : en danger, CR : en danger critique d’extinction 5 LRR = Liste Rouge Régionale 6 D16 = Espèce déterminante en Charente 7 DPC : Espèce déterminante en Poitou-Charentes
  25. 25. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 25 Nom vernaculaire Nom scientifique PN2 DH3 LRN4 LRR5 D166 DPC7 Belle-Dame Vanessa cardui - - LC LC - - Céphale Coenonympha arcania - - LC LC - - Demi-deuil Melanargia galathea - - LC LC - - Grand Nègre des bois Minois dryas - - LC LC - - Mélitée des centaurées Melitaea phoebe - - LC LC X X Mélitée des scabieuses Melitaea parthenoides - - LC LC X X Mélitée du plantain Melitaea cinxia - - LC LC - - Mélitée orangée Melitaea didyma - - LC LC X X Myrtil Maniola jurtina - - LC LC - - Paon du jour Aglais io - - LC LC - - Petit Mars changeant Apatura ilia - - LC LC - - Petit Nacré Issoria lathonia - - LC LC - - Procris Coenonympha pamphilus - - LC LC - - Robert-le-Diable Polygonia c-album - - LC LC - - Tabac d’Espagne Argynnis paphia - - LC LC - - Tircis Pararge aegeria - - LC LC - - Vulcain Vanessa atalanta - - LC LC - - Parmi les espèces inventoriées, signalons la présence de cinq espèces considérées comme déterminantes à l’échelle du Poitou-Charentes : le Demi-Argus, le Cuivré des marais ainsi que trois espèces de mélitées : la Mélitée des scabieuses, la Mélitée des centaurées et la Mélitée orangée. En outre, pour ce qui est du cortège d’intérêt patrimonial, une espèce est à mettre en exergue : le Demi-Argus. Enfin, une espèce d’intérêt communautaire a été recensée sur le site, le Cuivré des marais. Initialement mentionné en 2009, ce papillon est toujours présent dans la dition, avec l’observation d’une femelle le 24 mai 2017 au Sud de la zone d’étude. Le tableau 6 présente la richesse spécifique sur les différentes stations (du Nord au sud). Tableau 5 : Répartition des espèces de Rhopalocères sur les différentes stations. Nom vernaculaire Nom scientifique La Petite Pinotte Ile de Gourville Le Milland Pré Giraud Ile Bréchignac Moulin de Bréchignac Hespérie de la houque Thymelicus sylvestris X Hespérie des potentilles Pyrgus armoricanus X X X X Hespérie du dactyle Thymelicus lineola X X X X X Point-de-Hongrie Erynnis tages X X X X X Sylvaine Ochlodes sylvanus X X X Flambé Iphiclides podalirius X X Machaon Papilio machaon X Citron Gonepteryx rhamni X Piéride de la moutarde Leptidea sinapis X X X Piéride de la rave Pieris rapae X X X X X X Piéride du chou Pieris brassicae X X X Piéride du navet Pieris napi X X X X X X Souci Colias crocea X X X X X X Azuré commun Polyommatus icarus X X X X X X Azuré de la faucille Cupido alcetas X Azuré du trèfle Cupido argiades X Collier-de-corail Aricia agestis X X X X X X Cuivré des marais Lycaena dispar X
  26. 26. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 26 Poitou-Charentes Nature Cuivré fuligineux Lycaena tityrus X X X X X Demi-Argus Cyaniris semiargus X Amaryllis Pyronia tithonus X X X X X X Belle-Dame Vanessa cardui X Céphale Coenonympha arcania X Demi-deuil Melanargia galathea X X X X X X Grand Nègre des bois Minois dryas X X Mélitée des centaurées Melitaea phoebe X X X X X Mélitée des scabieuses Melitaea parthenoides X X X Mélitée du plantain Melitaea cinxia X Mélitée orangée Melitaea didyma X X X Myrtil Maniola jurtina X X X X X X Paon du jour Aglais io X X X X X Petit Mars changeant Apatura ilia X Petit Nacré Issoria lathonia X Procris Coenonympha pamphilus X X X X X X Robert-le-Diable Polygonia c-album X Tabac d’Espagne Argynnis paphia X Tircis Pararge aegeria X X X Vulcain Vanessa atalanta X X Richesse spécifique 25 19 17 15 17 28 Une analyse spécifique de chaque station prospectée est réalisée. Figure 2 : Résultats du chronoventaire sur la station de la Petite Pinotte La station de la Petite Pinotte est une prairie méso-hygrophile qui compte un cortège de 25 espèces bien présentes en Charente et régulièrement contactées dans ce type d’habitat. Le taux d’abondance et de détectabilité varie en fonction des périodes de passage, avec un cortège de trois à cinq espèces contactées entre mai et septembre durant les 5 premières minutes (code 1). Il s’agit d’espèces répandues comme le Myril, le Procris et le Collier-de-Corail. On notera l’apparition très limitée d’une à deux nouvelles espèces de code 2 (entre 5 et 10 minutes) respectivement en juin et juillet, une période pourtant faste dans l’activité des rhopalocères. 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 NOMBRED'ESPECES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017
  27. 27. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 27 Par ailleurs, le cortège régresse à partir du code 4 (15 à 20 minutes), à l’exception du 15 juin où le cortège atteint sept espèces. Ce résultat est important. Il met en exergue la propension de la zone à accueillir nombre d’espèces de rhopalocères, et que ce cortège est dilué sur l’ensemble de la parcelle avec une densité qui reste, à l’échelle de ce territoire, modérée à limitée. En outre, ce cortège est considéré comme mesuré au regard du nombre d’espèces inventoriées. On notera les mentions de Cuivré fuligineux dont la présence indique celle de ses plantes-hôtes, les rumex, que recherche également le Cuivré des marais. Enfin, les codes 5 et 6 indiquent la présence de deux à trois nouvelles espèces qui n’avaient pas été contactées durant les 20 premières minutes. Le caractère méso-hygrophile de la parcelle, l’uniformité de l’habitat associée à la présence localisée de plantes nourricières principalement en périphérie de la prairie, ne favorise ni la diversité, ni l’abondance d’individus au cœur du territoire. Cependant, les résultats renforcent l’hypothèse d’un réel potentiel d’accueil des papillons de jour sur cette parcelle, les prochains suivis permettront de vérifier cette hypothèse. Figure 3 : Résultats du chronoventaire sur la station de l’Ile de Gourville Le contexte prairial de l’Ile de Gourville est particulièrement limité, l’habitat étant exclusivement mésophile. Ce qui explique une diversité moindre en rhopalocères, avec 19 espèces inventoriées. L’ensemble du cortège contacté les cinq premières minutes inclue systématiquement des espèces communes comme le Souci, le Collier-de-Corail et surtout le Myrtil, omniprésent dans la parcelle. Sinon, ce même cortège reste globalement le même en fonction des périodes de notification, avec des apparitions et des disparitions d’espèces au gré de leur phénologie. Il est important de souligner l’observation d’un Céphale, un petit papillon de jour pour lequel l’humidité est un facteur limitant, l’espèce préférant les milieux secs. Sa présence semble prouver la perte hygrométrique de l’Ile de Gourville. Pour conclure, les valeurs d’abondance et de signalement de nouvelles espèces sont limitées. Elles traduisent l’uniformité de la parcelle et surtout, l’absence d’un profil humide indispensable pour diversifier le cortège de papillons et encourager la présence du Cuivré des marais. La gestion mise en place devrait permettre d’améliorer les potentialités de la parcelle. 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 7 NOMBRED'ESPECES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017
  28. 28. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 28 Poitou-Charentes Nature Figure 4 : Résultats du chronoventaire sur la station du Milland La station du Milland est similaire à l’Ile de Gourville, à la différence de la présence d’une petite plage facilitant l’accès à l’eau. Autrement, les caractères héliophile et mésophile demeurent, le cœur de la parcelle pouvant être soumis à de fortes chaleurs. En conséquence, les résultats sont proches de l’analyse caractérisant l’Ile de Gourville, à une espèce près dans sa diversité. Le cortège reste tout aussi classique, les rhopalocères communs étant facilement détectables, certains comme le Souci et le Myrtil étant omniprésents. Pour un total de 17 espèces inventoriées, bien que la superficie de la parcelle soit plus importante que l’Ile de Gourville. Une fois encore, l’uniformité de la prairie et son potentiel hydrique d’apparence faible n’encourage ni la présence d’une flore associée au milieu humide, ni la diversification du cortège des papillons de jour. La gestion mise en place devrait permettre d’améliorer les potentialités de la parcelle. Figure 5 : Résultats du chronoventaire sur la station du Pré Giraud 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 7 NOMBRED'ESPECES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 7 NOMBRED'ESPCES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017
  29. 29. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 29 En ce qui concerne le Pré Giraud, le contexte demeure thermophile et héliophile, la prairie de cette station conservant son caractère mésophile. Le cortège des rhopalocères se limite à 15 espèces, notamment représentée par le Myrtil, le Procris et l’Azuré commun. Les indices d’abondance et de détectabilité illustrent des tendances similaires aux autres parcelles précédemment analysées. On notera localement l’influence de la ripisylve traduite par l’observation d’un Petit Mars changeant en marge de la prairie. Signalons également une densité importante de Rumex crispus en station non-loin de la passerelle surplombant la Charente, le Cuivré des marais se reproduisant sur cette plante en Limousin (Rochelet & Conort, 2017), cette parcelle présente donc une potentialité de présence du Cuivré des marais même si il n’a pas été observé lors du relevé. Carte 8 : Localisation de la zone de Rumex crispus Sinon, la quasi-totalité des espèces présentes sont répandues et communes, sans affinité particulière au milieu humide. La gestion mise en place devrait permettre d’améliorer les potentialités de la parcelle.
  30. 30. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 30 Poitou-Charentes Nature Figure 6 : Résultats du chronoventaire sur la station de l’Ile Bréchignac Pour la station de l’Ile Bréchignac, le fait notable à évoquer est la capture d’une femelle de Cuivré des marais le 24 mai 2017, à une centaine de mètres de la ripisylve. La valeur d’abondance et de détectabilité de l’espèce (7) est particulièrement limitée et bien que les stations de Cuivré des marais ne soient jamais populeuses, la présence de cette femelle montre : - l’influence des habitats humides limitrophes ainsi que le contexte plus humide de la parcelle en comparaison à d’autres territoires, - la possibilité de sa présence dans la dition, même si ici elle s’apparenterait d’avantage, dans notre contexte, à un déplacement par corridor qu’à un véritable cantonnement dans la parcelle, - le potentiel d’accueil de la parcelle est renforcé, notamment par la présence de plantes nourricières (menthes, Pulicaire dysentérique…), plusieurs pieds de rumex étant signalés dans la parcelle. Indiquons également la présence du Demi-Argus, dont un individu a été contacté dans la dition le 14 juillet 2017. Son code d’abondance considéré comme modéré (3) a tendance à surévaluer la présence du papillon, cet individu étant l’unique imago observé sur la totalité de la zone d’étude. Il s’agit probablement d’un isolat erratique, à moins qu’une micro-population arrive à se maintenir, sa plante-hôte, le Trèfle des prés étant présent in situ. En dernier lieu, signalons une diversité atteignant 17 espèces avec une dominance du Myrtil, de l’Azuré commun et du Procris. La gestion mise en place devrait permettre d’améliorer les potentialités de la parcelle. 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 7 NOMBRED'ESPECES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017 Cuivré des marais Demi-Argus
  31. 31. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 31 Carte 9 : Localisation des données de Cuivré des marais et de Demi-Argus Figure 7 : Résultats du chronoventaire sur la station du Moulin de Bréchignac La station du Moulin de Bréchignac accueille la plus grande diversité de rhopalocères sur l’ensemble du site, où le cortège atteint 28 espèces. Sur le graphique correspondant, cette diversité est remarquable aux indices 5, 6 et 7, où seules de nouvelles espèces non-contactées les vingt premières minutes doivent être mentionnées. 0 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6 7 NOMBRED'ESPCES ABONDANCE - DETECTABILITE 24.05.2017 15.06.2017 14.07.2017 04.08.2017 14.09.2017
  32. 32. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 32 Poitou-Charentes Nature Cette diversité s’explique principalement par l’habitat dominant de ce territoire : une mégaphorbiaie qui concentre davantage de plantes nourricières ainsi que de plantes-hôtes. Outre le Myrtil et le Procris, signalons plusieurs mentions de Mélitée des scabieuses, la présence de la Mélitée orangée et du Grand Nègre des bois. L’observation d’un mâle d’Azuré du trèfle illustre également le faciès humide de ce territoire, cette espèce évoluant de préférence dans les prairies humides. Notons que la gestion par fauche de la prairie a été réalisée le 4 août, date du 4ème passage du protocole de suivi. Cette action a très certainement influencé négativement les résultats obtenus pour cette date. En effet, pour beaucoup d’espèce de rhopalocère la probabilité de contact est maximale à cette période car elle correspond aux émergences des espèces tardives ou des 2èmes et 3èmes génération (Poitou-Charentes Nature (Coord), Cotrel, et Wilding 2017). Aussi, une telle action à cette étape clé du cycle biologique peut avoir un impact sur les populations. Si les géniteurs sont détruits avant leurs émergences c’est un manque pour l’année suivante. 3.2.3. Option suivi du Cuivré des Marais Le suivi réalisé s’est appuyé sur le protocole D14-a proposé dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux » (Ligue pour la Protection des Oiseaux, 2015). Tableau 6 : Protocole du suivi du Cuivré des Marais sur les prairies humides et mégaphorbiaies D14-a SUIVI DU CUIVRÉ DES MARAIS SUR LES SITES DE COMPENSATION ‘PRAIRIES HUMIDES’ ET ‘MEGAPHORBIAIES’ Suivi des mesures compensatoires 1-FINALITE Taxon(s) concerné(s) Cuivré des marais (Lycaena dispar) Contexte réglementaire Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012 : "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." "Les protocoles de suivi pour les mesures de compensation [...][seront] fondés notamment sur des indicateurs biologiques [...]." Objectif(s) Le suivi du Cuivré des marais vise les objectifs suivants : → Evaluer l'efficacité de la gestion conservatoire (cahiers des charges) mise en œuvre, notamment pour cette espèce. → Evaluer l'état de conservation et le potentiel de restauration des habitats préférentiels de l'espèce ; → Déterminer l'évolution de la population de Cuivré des marais sur le site suivi ; Hypothèse(s) de départ Les mesures de gestion mises en œuvre sur les sites de compensation permettent de maintenir et/ou améliorer l'état de conservation des communautés de Cuivré des marais. Indicateurs de suivi → Nombre de pieds de rumex pondus → Nombre d'œufs pondus/pied de rumex Zone géographique Secteurs de compensation 'Prairies' et 'mégaphorbiaies'. 3-MODALITES OPERATIONNELLES
  33. 33. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 33 Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des sites de compensation où l'espèce est présente (un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient trop important). Protocole Comptage des pieds de plante hôte (Rumex sp.) pondus et non pondus : Des placettes de suivi de 2x2 m sont tirées au sort chaque année sur le site et sont délimitées sous SIG. L'échantillonnage aléatoire permet ainsi de couvrir à la fois des habitats favorables et non favorables chaque année et d'observer des tendances sur le long terme. Un point GPS est pris au centre de chaque placette. Un minimum de 30 placettes est à prévoir quelle que soit la taille du site. Pour les sites d'une grande superficie, le nombre de placettes est à définir au cas par cas par l'expert intervenant en visant un objectif de suivi de 10 % de la surface totale du site dans la mesure du possible. Un maximum de 70 placettes est fixé. Le comptage du nombre de pieds de plante hôte pondus et non pondus est exhaustif sur ces placettes. Il est réalisé à 2 reprises : en fin de période de vol des imagos, soit pour chaque génération, 2 semaines après le pic de vol des imagos. Suivi exhaustif du site lorsque celui-ci fait moins 120m2 . Matériel Paire de jumelles à mise au point rapprochée - Filets à papillons - GPS - Quadrat Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année des travaux de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20. L’observation d’imagos durant l’état initial sur l’ensemble de la zone d’étude n’a pas fait l’objet d’une recherche spécifique de pontes sur les feuilles de Rumex sp. Compte-tenu de la situation géographique de la zone et de la présence de milieux humides proximaux, il semblait probable que l’espèce se reproduisait sur le site. Les recherches des pontes menées en 2017 ont été réalisées dans des conditions atmosphériques modérées à bonnes, la couverture nuageuse étant respectivement dense (quelques averses) à diffuse. Il a été mis en place 70 placettes (nombre max du protocole) car le site est grand, la localisation est aléatoire et la densité des pieds de Rumex sur le site reste peu importante.
  34. 34. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 34 Poitou-Charentes Nature Carte 10 : Localisation des placettes Cuivré des marais
  35. 35. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 35 Le tableau ci-dessous présente les résultats des prospections des placettes, avec précisions du nombre de pieds de rumex et des éventuels œufs/larves de papillons de jour trouvés. Tableau 7 : Résultat du suivi Cuivré des marais Identification de la placette 1er passage 31/05/17 2ème passage 21/08/217 Nombre de pieds de rumex Nombre d’œufs/pied Nombre de pieds de rumex Nombre d’œufs/pied 1 0 0 0 0 2 0 0 0 0 3 0 0 0 0 4 0 0 0 0 5 0 0 0 0 6 0 0 0 0 7 2 0 0 0 8 0 0 0 0 9 7 Pied avec une chenille de Cuivré commun 0 0 10 0 0 0 0 11 0 0 0 0 12 0 0 0 0 13 0 0 0 0 14 0 0 0 0 15 0 0 0 0 16 0 0 0 0 17 0 0 0 0 18 0 0 0 0 19 0 0 1 0 20 0 0 0 0 21 5 Un pied avec un œuf Cuivré des marais 0 0 22 0 0 0 0 23 0 0 3 0 24 0 0 0 0 25 0 0 0 0 26 0 0 0 0 27 45 0 63 0 28 0 0 0 0 29 0 0 0 0 30 0 0 0 0 31 0 0 1 0 32 0 0 0 0 33 0 0 0 0 34 0 0 0 0 35 0 0 0 0 36 0 0 0 0 37 0 0 0 0
  36. 36. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 36 Poitou-Charentes Nature 38 0 0 0 0 39 0 0 0 0 40 0 0 0 0 41 0 0 0 0 42 0 0 0 0 43 0 0 0 0 44 0 0 0 0 45 0 0 0 0 46 0 0 0 0 47 0 0 0 0 48 0 0 0 0 49 0 0 0 0 50 0 0 0 0 51 0 0 0 0 52 0 0 0 0 53 0 0 0 0 54 0 0 0 0 55 0 0 0 0 56 0 0 0 0 57 0 0 0 0 58 0 0 0 0 59 0 0 0 0 60 0 0 0 0 61 1 0 0 0 62 7 0 0 0 63 0 0 0 0 64 0 0 0 0 65 0 0 0 0 66 0 0 0 0 67 0 0 0 0 68 0 0 0 0 69 0 0 0 0 70 0 0 0 0 L’inspection du 31 mai a permis de confirmer avec certitude la présence d’une ponte de Cuivré des marais sur une feuille de Rumex sp. Il s’agit de la placette 21 située dans la parcelle du Milland, comptant 5 pieds de rumex dont l’un portait un œuf. Toujours durant cette prospection mais en dehors de la période protocolaire, un autre pied de rumex abritant une ponte de Cuivré des marais a été découvert, précisément dans la moitié ouest du territoire de la Petite Pinotte. Les œufs étaient fraîchement éclos. Il s’agit du deuxième territoire concerné par la présence du papillon, sans pour autant que des imagos aient été observés durant les chronoventaires, la durée de vie d’un imago variant de 8 à 34 jours (Lafranchis et al., 2015).
  37. 37. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 37 Photos 15 et 16 : Ponte de Cuivré des marais sur une feuille de Rumex sp. sur la placette 21 à gauche et celle trouvée hors protocole Cuivré – E.Boussiquault Aucune ponte ou larve de Cuivré des marais n’a été découverte sur l’ensemble des placettes durant le second passage, toutefois trois séries de pontes ont été observées dans le secteur de la Petite Pinotte hors placette: - deux œufs non-éclos présents sur le revers d’une feuille de Rumex sp., au centre de la station la Petite Pinotte ; - quatre œufs (deux éclos, deux non-éclos) et une chenille probablement de l’espèce au centre de la station la Petite Pinotte ; - trois œufs éclos à l’ouest de la station la Petite Pinotte. Photos 17 et 18 : Œufs de Cuivré des marais – E.Boussiquault Photos 19 et 20 : Chenille probable et œufs de Cuivré des marais – E.Boussiquault
  38. 38. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 38 Poitou-Charentes Nature Le potentiel d’accueil du Cuivré des marais est donc plus fort sur le parcellaire de la Petite Pinotte. Ailleurs, le contexte est considéré comme très limité à nul eu égard : - au taux d’humidité du sol, insuffisant dans le contexte général du site, eu égard à son potentiel, - au nombre limité de rumex, les stations des plantes-hôtes du Cuivré des marais étant localisées. Carte 11 : Localisation des donnés de Cuivré des marais contactées sur le site
  39. 39. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 39 3.3. Suivi des orthoptères des milieux ouverts humides 3.3.1. Protocole Le suivi réalisé s’est appuyé sur le protocole D15 proposé dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux » (Ligue pour la Protection des Oiseaux, 2015). Tableau 8 : Protocole de suivi des Orthoptères des milieux ouverts humides D15 SUIVI DES ORTHOPTERES DES MILIEUX OUVERTS HUMIDES SUR LES SITES DE COMPENSATION Suivi des mesures compensatoires 1-FINALITE Taxon(s) concerné(s) Orthoptères Contexte réglementaire Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012 : "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." "Les protocoles de suivi pour les mesures de compensation [...][seront] fondés notamment sur des indicateurs biologiques [...]." Objectif(s) Le suivi des orthoptères des milieux ouverts humides vise les objectifs suivants : → Evaluer l'efficacité de la gestion conservatoire (cahiers des charges) mise en œuvre, par le biais de ces espèces. → Evaluer Le potentiel de restauration des habitats préférentiels des espèces indicatrice de ces milieux ; Hypothèse(s) de départ Les mesures de gestion mises en œuvre permettent de maintenir et/ou d'améliorer l'optimum d'accueil des communautés d'orthoptères, dont les espèces menacées de milieux ouverts humides, qui constituent un groupe indicateur de la conservation des habitats naturels et de la ressource alimentaire pour des espèces cibles de la compensation. Indicateurs de suivi Les indicateurs de suivi sont ceux décrits par DEFAUT (2009) : → indice de similitude (S') : richesse du relevé en espèces de haute fréquence (varie de 0 à 1) → indice d'originalité (O') : richesse en espèces de basse fréquence (varie de 0 à 1) → richesse spécifique en orthoptères → richesse en espèces caractéristiques des prairies humides → indice de diversité de Shannon (H') → régularité (R ) (ou 'équitabilité') : renseigne sur la proportion entre les effectifs des différentes espèces du peuplement Zone d’étude Secteurs de compensation 'Prairies' et 'mégaphorbiaies'. 3-MODALITES OPERATIONNELLES Protocole / Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des sites de compensation (un échantillonnage pourra être réalisé si le nombre de sites de compensation devient trop important).
  40. 40. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 40 Poitou-Charentes Nature Définition d’un référentiel des synusies par grandes conditions stationnelles de milieux Un référentiel des synusies orthoptériques devra être réalisé pour les milieux ouverts humides. Ce référentiel est nécessaire pour comparer les cortèges d’orthoptères des sites de compensation aux cortèges de référence et des cortèges des sites de compensation dans le temps. Pour obtenir le référentiel des différents cortèges, il est indispensable de mener au moins 5 relevés par conditions stationnelles différentes (conditions édaphiques du sol, caractéristiques de la végétation, orientations topographiques…). Ces relevés devront être réalisés en année N autour d’au moins deux sites de compensation présentant les grands ensembles cités plus haut. Sur ces sites et aux alentours seront implantés des relevés (méthodologie décrite plus bas). Au fur et à mesure de la mie en œuvre des sites de compensation, ces derniers pourront être agrégés aux relevés pour préciser les référentiels. La réalisation des référentiels suivront la méthodologie décrite par DEFAUT (2009). Les relevés par station sont les mêmes en phase de montage du référentiel que des relevés sur sites de mesures compensatoires. Mode opératoire : Choix de la saison : Les stations doivent être homogènes en ce qui concerne les conditions stationnelles : - même altitudes extrêmes (dénivelé inférieur à 200 m), - même nature du substrat (considérée surtout du point de vue de la perméabilité), - même orientations topographiques (amplitude inférieure à 60°, de préférence), - même pentes topographiques (amplitude inférieure à 15°), - même recouvrements des différentes strates végétales (amplitude inférieure à 20% pour une même strate), - même humidité édaphique (repérage dans une classification comportant au moins 3 termes : humide, mésoïque, xérique). Pour éviter la contamination des relevés par des espèces qui leur sont étrangères, on restera en deçà d’une dizaine de mètres des limites naturelles des stations prospectées. Périodes de relevés : Pour des raisons de facilitation des reconnaissances, deux périodes de relevé seront nécessaires : au printemps (entre le 15 mai et le 15 juillet) et en fin d’été (entre le 15 août et le 15 octobre). Conditions climatiques : Le beau temps ensoleillé est une constante requise pour faire les relevés. Dans la plupart des cas, le sol doit être éclairé par le soleil. Relevés des variables stationnelles : un certain nombre de variables stationnelles sont à relever sur les stations où sont effectués les relevés : • Orientation topographique • Pente topographique • Physionomie de la végétation • Recouvrement des différentes strates végétales : → Recouvrement végétal total → Recouvrement arboré (>6 m) → Recouvrement arbustif haut (>120 cm) → Recouvrement arbustif moyen (20 à 120 cm) → Recouvrement arbustif bas (<20 cm) → Recouvrement herbacé haut (>120 cm) → Recouvrement herbacé moyen (20 à 120 cm) → Recouvrement herbacé bas (de 3 à 20 cm) → Recouvrement muscinal (< 3cm) • Recouvrement de sol nu et de rocaille • Humidité édaphique (selon la méthode DEFAUT 1994) : → hyperxérique (HX) → xérique (X) → mésoxérique (MX) → mésohumide (MH) → humide (H) → hyperhumide (HH)
  41. 41. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 41 Durée de la prospection : 30 minutes minimum de prospection sont nécessaires par station et par passage. Mais la durée de prospection est prolongée de 5’ en 5’ si une espèce nouvelle est apparue au cours des cinq dernières minutes. Il faut en tous cas n’arrêter le comptage que lorsqu’on a la conviction d’avoir rencontré toutes les espèces de la station. Relevés orthoptériques : l’observateur relève les toutes les espèces sur la station. Evaluation densitaire : il s’agit de noter, au fur et à mesure de déplacements libres dans la station, le nombre d’individus de chaque espèce et rapporter les nombres obtenus à l’unité de temps (i.e. 1 heure) pour aboutir à un indice horaire d’abondance particulier à chaque espèce. Surface minimale : Une station peut supporter un relevé à partir d’une surface de 500 m², sans pour autant qu’il y ait un plafond. Cependant, la moyenne surfacique de ce type de relevé est de 1 000m². Dans notre cas, nous ne descendrons pas en dessous des 500 m² et nous figeons la superficie et la position de la station dans le temps. Relevés du suivi : → 2 passages sont réalisés par station et par année de suivi : 1 passage de jour au printemps et 1 passage de jour à la fin de l'été. → 30 minutes minimum de prospection sont nécessaires par station et par passage. Mais la durée de prospection est prolongée de 5’ en 5’ si une espèce nouvelle est apparue au cours des cinq dernières minutes. Il faut en tous cas n’arrêter le comptage que lorsqu’on a la conviction d’avoir rencontré toutes les espèces de la station. A titre d'information, la durée moyenne de prospection est d'environ 1h. Matériel Filet fauchoir - Détecteur d'ultrasons Périodicité J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence Sur la durée du conventionnement ou de l'acquisition. N-1 (N= 1ère année de mise en oeuvre des mesures de gestion), N+1, tous les 3 ans entre N+4 et N+20, puis tous les 5 ans à partir de N+20. 3.3.2. Résultats Il a été mis en place 10 stations homogènes de 25 m² (5 x 5 m) au sein des zones ouvertes du site. Les relevés ont été réalisés le 29 juin et le 15 septembre 2017.
  42. 42. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 42 Poitou-Charentes Nature Carte 12 : Localisation des placettes de suivi orthoptères
  43. 43. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 43  Description des stations Les 10 placettes sont relativement semblables au niveau de l’étagement de la végétation, avec un recouvrement du sol complet par une strate herbacée plus ou moins haute et une strate arbustive quasi absente. La placette 10 est la plus humide et la plus dense en végétation ; la placette 6, plus élevée, est la plus sèche. Les autres placettes sont en situation intermédiaire (méso-hygrophiles). Tableau 9 : Description de la végétation des différentes placettes. N° de placette 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Orientation topographique - - - - - - - - - - Pente topographique 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Physionomie de la végétation : Prairie Recouvrementdes différentesstratesde végétationen% Végétal total 100 100 100 100 100 95 100 100 100 100 Arboré (>6 m) 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Arbustif haut (>120 cm) 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 Arbustif bas (<20 cm) 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 Herbacé haut (>120 cm) 5 10 0 5 10 0 90 0 0 70 Herbacé moyen (20 à 120 cm) 95 90 50 60 80 80 10 30 30 20 Herbacé bas (3 à 20 cm) 0 0 50 35 10 10 0 70 70 0 Muscinal (<3 cm) 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 Recouvrement sol nu et rocaille 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 Humidité édaphique MH MH MH MH MH MX MH MH MH H  Richesse spécifique stationnelle Parmi les 10 placettes inventoriées, les n°7 et 8 présentent la diversité spécifique la plus élevée, avec 13 espèces. Les autres relativement semblables, comprennent entre 8 et 11 espèces. Les espèces les plus représentées sont le Criquet des pâtures et le Criquet des roseaux, observés sur les 10 stations et relativement abondants. Viennent ensuite le Conocéphale gracieux, le Criquet blafard, le Criquet vert-échine, la Decticelle bariolée, la Grande sauterelle verte et le Grillon champêtre.
  44. 44. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 44 Poitou-Charentes Nature Tableau 10 : Liste et abondance relative des orthoptères observés par placette Nom vernaculaire Nom scientifique N° de placette 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Conocéphale bigaré Conocephalus fuscus 1 1 1 1 2 Conocéphale gracieux Ruspolia nitidula 1 2 2 1 1 2 2 2 1 Criquet blafard Euchorthippus elegantulus 1 1 1 1 1 3 2 1 1 Criquet des pâtures Chortippus parallelus 2 2 2 1 2 1 1 3 2 3 Criquet des roseaux Mecostetus parapleurus 2 2 2 2 2 1 1 2 2 2 Criquet ensanglanté Stethophyma grossum 1 1 1 1 Criquet marginé Chorthippus albomarginatus 1 1 1 1 Criquet mélodieux Chorthippus biguttulus biguttulus 2 2 Criquet noir-ébène Omocestus rufipes 1 Criquet vert-échine Chortippus dorsatus 2 2 1 2 1 2 2 Decticelle bariolée Metrioptera roeselii 2 1 1 2 1 2 2 3 2 Decticelle carroyée Tessellana tessellata 1 1 1 Decticelle chagrinée Platycleis albopunctata 1 1 Decticelle cendrée Pholidoptera griseoaptera 1 Grande Sauterelle verte Tettigonia viridissima 1 1 1 1 1 2 1 1 Grillon champêtre Gryllus campestris 1 1 1 1 1 2 1 2 2 Grillon des marais Pteronemobius heydenii 2 2 1 Phanéroptère méridional Phaneroptera nana 1 1 1 Tétrix méridional Paratettix meridionalis 1 Tétrix riverain Tetrix subbulata 1 Richesse spécifique 10 9 11 9 9 10 13 13 9 8 Indice d’abondance : 1 = 1-2 individus observés ; 2 = 3-10 individus observés ; 3 = >10 individus observés, abondant ; 4 = abondant et dominant. L’indice d’abondance le plus fort des deux passages a été retenu.  Détails et synthèse des indicateurs de suivi Indice de Similitude S’ et d’Originalité O’ Les indices de similitude et d’originalité tels que décrit par Defaut (2009) nécessite une distinction précise des espèces caractéristiques et différentielles de chaque relevé. Elles pourront être définies à posteriori avec la poursuite du suivi. Richesse spécifique en orthoptères Comme spécifié précédemment, 20 espèces ont été contactées sur les différentes placettes en 2017 avec une richesse variant de 8 à 13 espèces selon les placettes. Les cortèges d’orthoptères correspondent bien aux milieux herbacés méso à hygrophiles, puisque parmi les 20 espèces inventoriées sur le site, 17 sont liées aux prairies : - 7 aux prairies humides : Conocéphale bigaré, Criquet ensanglanté, Criquet des roseaux, Decticelle bariolée, Grillon des marais, Tétrix méridional et Tétrix riverain. - 8 aux prairies mésophiles : Criquet vert-échine, Criquet noir-ébène, Criquet des pâtures, Grande Sauterelle verte, Phanéroptère méridionale, Criquet marginé, Conocéphale gracieux et Grillon champêtre. - 2 aux prairies sèches : Decticelle chagrinée et Decticelle carroyée. Les 3 autres espèces fréquentent également les prairies, mais aussi les milieux arbustifs et boisés. On notera que la Courtilière commune, espèce déterminante observée sur le site en 2009 est probablement toujours présente, mais le protocole utilisé ici ne facilite pas sa détection. Richesse en espèces patrimoniales des prairies humides
  45. 45. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 45 Si on tient compte des espèces déterminantes pour la désignation de ZNIEFF, la richesse spécifique en orthoptères caractéristiques des prairies humides est de 1 sur l’ensemble du site en 2017. Cette richesse varie de 0 à 1 selon les placettes.  Richesse spécifique globale 20 espèces d’orthoptères (sauterelles, grillons et criquets) ont été contactées sur les 10 placettes suivies au sein du site de compensation des prairies Vouharte en 2017 (Tableau suivant). 24 espèces avaient été observées en 2009 lors du diagnostic initial. Parmi ces espèces, une est déterminante pour la désignation de ZNIEFF ; le Criquet ensanglanté Stethophyma grossum (déterminant en Poitou-Charentes) est lié aux zones humides. On notera que 4 espèces observées en 2009 n’ont pas été contactées lors de ce suivi ; il s’agit de l’Aïolope automnale, bien présente dans le département, fréquente surtout les milieux secs et se déplace beaucoup. La Courtilière commune est active la nuit, et les relevés ont été réalisés en journée ; elle est donc potentiellement toujours présente. Le Grillon des bois est toujours présent dans les boisements du site mais n’apparaît pas dans les relevés, réalisés en milieu ouvert. Enfin le Grillon des torrents fréquente les berges du fleuve et n’apparaît donc pas dans les relevés prairiaux.
  46. 46. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 46 Poitou-Charentes Nature Tableau 11 : Statut des espèces contactées lors des différentes études LGV sur le site des Prairies de Vouharte Nom vernaculaire Nom scientifique D168 DPC9 Aïolope automnale Aiolopus strepens - - Conocéphale bigaré Conocephalus fuscus - - Conocéphale gracieux Ruspolia nitidula - - Courtilière commune Gryllotalpa gryllotalpa - - Criquet blafard Euchorthippus elegantulus - - Criquet des pâtures Chortippus parallelus - - Criquet des roseaux Mecostetus parapleurus - X Criquet ensanglanté Stethophyma grossum X X Criquet marginé Chorthippus albomarginatus - - Criquet mélodieux Chorthippus biguttulus biguttulus - - Criquet noir-ébène Omocestus rufipes - - Criquet vert-échine Chortippus dorsatus - - Decticelle bariolée Metrioptera roeselii - - Decticelle carroyée Tessellana tessellata - - Decticelle chagrinée Platycleis albopunctata - - Decticelle cendrée Pholidoptera griseoaptera - - Grande Sauterelle verte Tettigonia viridissima - - Grillon des bois Nemobius sylvestris - - Grillon champêtre Gryllus campestris - - Grillon des marais Pteronemobius heydenii - X Grillon des torrents Pteronemobius lineolatus - - Phanéroptère méridional Phaneroptera nana - - Tétrix méridional Paratettix meridionalis - X Tétrix riverain Tetrix subbulata - - Le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum) est considérée comme non menacé en l’état actuel des connaissances en France, cette espèce reste néanmoins à surveiller dans le domaine biogéographique subméditerranéen aquitain. Il apprécie les végétations denses plus ou moins hautes dans des milieux bien exposés et ensoleillés. La présence de zones de sol nu est également importante pour la ponte. Le Criquet ensanglanté est connu sur le site des prairies de Vouharte sur les placettes n°3, 5, 8 et 10, où il est peu abondant. Photo 21 : Criquet ensanglanté – M.Brun 8 D16 = Espèce déterminante en Charente 9 DPC : Espèce déterminante en Poitou-Charentes
  47. 47. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 47 3.4. Suivi avifaune L’enjeu principal du site des Prairies de Vouharte est le Râle des Genêts. Secteur historique sur le département, la vallée de la Charente Amont accueillait une population jusqu’à la fin des années 90. Des individus chanteur ont toutefois été renseigné ponctuellement jusqu’au début des années 2000 avec de faible effectif. En complément du suivi Râle des Genêts, un suivi avifaunistique par points d’écoute a été mis en place afin d’apporter des éléments d’évaluation des actions de gestion via les cortèges présents et d’évaluer la qualité du milieu. 3.4.1. Protocole Le suivi réalisé s’est appuyé sur le protocole D6 proposé dans la note méthodologique interrégionale intitulée « Propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la ligne LGV-SEA Tours-Bordeaux » (Ligue pour la Protection des Oiseaux, 2015) avec quelques adaptations pour les milieux ouverts. La périodicité n’est pas la même, elle a été ciblée entre avril et juin pour les milieux prairiaux sur ce site. Tableau 12 : Protocole de suivi de la diversité avifaunistique. SUIVI DES OISEAUX DES PRAIRIES HUMIDES ET DE FAUCHE Suivi des mesures compensatoires 1-FINALITE Taxon(s) concerné(s) Oiseaux Contexte Ce suivi s'inscrit dans le cadre de l'article 23 des arrêtés inter-préfectoraux des 24 février et 21 décembre 2012 : "Un suivi des populations et des habitats d'espèces protégées impactées par la construction et l'exploitation de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux devra être réalisé pendant la durée de la concession." "Les protocoles de suivi pour les mesures de compensation [...][seront] fondés notamment sur des indicateurs biologiques [...]." Objectifs → Disposer d’une description qualitative et semi-quantitative de l’avifaune durant la saison de reproduction → Evaluer l'efficacité de la gestion conservatoire (cahiers des charges) mise en œuvre en faveur des espèces cibles. On cherche à savoir si le mode de gestion adopté sur un site sécurisé permet d'atteindre les objectifs fixés en termes de compensation. Hypothèses de départ Les mesures de gestion mises en œuvre permettront de recréer ou d'améliorer des habitats de reproduction et d'alimentation pour l'avifaune. Indicateurs de suivi → Nombre d'espèces recensées (Richesse spécifique) → Indices de biodiversité Zone d’étude Secteurs de compensation 3-MODALITES OPERATIONNELLES Echantillonnage Suivi exhaustif de l'ensemble des ilots.
  48. 48. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 48 Poitou-Charentes Nature Protocole Application du protocole Indices ponctuels d’abondance (d’après FROCHOT 2001) : • Même observateur pour effectuer les différents relevés d’un site; • Points d'écoutes de 15 min réalisés au cours de deux passages par année réalisés entre avril et juin. • Points répartis sur l’îlot et distants de 200 m minimum entre eux et de 100m minimum des bordures de l’îlot (dans la mesure du possible) • Sur chaque point: relevé de tous les oiseaux vus ou entendus dans un rayon de 200 m. Chaque individu est identifié et inscrit sur une fiche dédiée. Les déplacements d'individus et les contacts simultanés relevés au cours des 20 min sont précisés pour chaque espèce. • Relevés au matin, dans les trois heures suivant le lever du soleil • Bonnes conditions météorologiques requises (variables à relever : couverture nuageuse, pluie, vent, visibilité) • Chaque relevé est traduit sous forme d’un tableau listant les espèces affectées d’une note (plafonnée à 5) calculée suivant la convention : - 1 pour un couple, un mâle chanteur, un pic tambourinant, un nid occupé ou une famille ; - 0,5 pour un oiseau isolé, vu ou entendu criant. On retient pour chaque espèce la plus forte valeur obtenue lors des 2 comptages de l’année. On obtient ainsi une liste avec un indice d’abondance des espèces d’oiseaux utilisant l’îlot entre avril et juin. Matériel GPS - Jumelles - Fiche terrain avec fond orthophoto pour repérage Période annuelle de réalisation J F M A M J J A S O N D Durée et fréquence N-1, N+1, N+2, N+3, puis tous les 3 ans (N = première année de mise en œuvre des mesures de restauration/gestion) 3.4.2. Résultat Il a été réalisé 4 points d’écoute sur ce site le 12 avril et le 17 mai 2017 et chacun d’eux couvre une entité de zones ouvertes (voir carte 11). En fonction du lieu-dit qu’ils couvrent, les points d’écoutes sont différenciés par les noms : Ile de Gourville, Moulin de Bréchignac, Pré Giraud, La Petite Pinotte. La présence d’interfaces de milieux (ripisylve, prairies, boisement, cours d’eau…) dans un rayon de 200m, implique une fort potentiel d’un point de vue de la diversité spécifique. Au total, 38 espèces, ont été identifiées sur ce site pour plus de 187 contacts. Les espèces contactées dessinent 4 cortèges majeurs : - Le cortège des « Milieux boisés/ Bocages », rassemble les espèces principalement forestières comme la Sittelle torchepot, le Troglodyte mignon, le Grimpereau des jardins, etc. Aussi, les espèces de lisières, de haie y sont intégrées comme le Rossignol philomèle, la Fauvette à tête noire, La Mésange à longue queue, etc. Ce cortège est le plus représenté sur le site des prairies de Vouharte avec 69% des espèces contactées.
  49. 49. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 49 - Le cortège des « milieux humides/aquatique », rassemble des espèces comme la Bouscarle de Cetti, le Martin pêcheur d’Europe, la Gallinule poule d’eau, le Canard colvert et le Héron cendré. - Le cortège des « milieux ouverts, arbustifs » est représenté essentiellement par le Bruant jaune et le Bruant zizi. - Enfin, le cortège des « milieux anthropiques » rassemble des espèces qui nichent fréquemment à proximité des habitations ou autres infrastructures anthropiques mais qui peuvent exploiter ponctuellement le milieu comme site de chasse. Figure 8 : Description du cortège avifaunistique L’analyse des cortèges révèlent que la majorité des espèces contactées sur le site fréquentent majoritairement les boisements ou les milieux de bocages (voir Figure 8). Le cortège des milieux prairiaux est quasiment absent. Parmi les espèces attendues, aucune donnée d’Alouette des champs, de Caille des blés, de Bruant proyer, de Bergeronnette printanière ou encore de Cisticole des joncs n’a été renseignée. Seul le Faisan de Colchide, contacté sur le site, peut potentiellement exploiter les prairies comme site de reproduction et site de nourrissage. Bien que le cortège de milieux prairiaux soit sous-représenté, il est important de préciser que les espèces de bocages ne sont pas strictement forestières et leurs exigences écologiques imposent la présence de milieux ouverts comme site de nourrissage. C’est le cas notamment de l’Accenteur mouchet et la Fauvette grisette. La richesse spécifique moyenne par site est de 21,5 espèces différentes avec un maximum de 26 espèces pour le point d’écoute du « Moulin de Bréchignac » et un minimum de 19 espèces pour le « Pré Giraud » (voir figure 9). Au regard du diagnostic réalisé en 2009 sur le site, il a été retrouvé les mêmes cortèges avifaunistique. A l’époque, 51 espèces ont été recensées dont 33 nicheuses probables ou certaines. Les prospections de 2017, ont permis définir 34 espèces nicheuses. Les seules espèces de milieux de prairies signalées dans le diagnostic de 2009 proviennent de données de migration (Râle des Genêts, Bergeronnette printanière et le Tarier des prés). Parmi ces espèces, 27 sont protégées en France (voir tableau 14). Le Martin pêcheur d’Europe est en annexe I de la directive Oiseaux et apparait parmi les espèces déterminantes en Charente, comme le Rougequeue à front blanc. Aussi, à l’échelle du département 6 espèces ont un statut de conservation défavorable. Notamment, le Martiner noir, le Loriot d’Europe, la Fauvette grisette et la Gallinule poule-d’eau qui sont considérée comme « NT : quasi-menacé ». Mais aussi le Bruant jaune et la Fauvette des jardins dont les populations sont respectivement qualifiées de « VU : vulnérable » et « EN : en danger ». 69% 13% 5% 13% Milieux Boisés/Bocages Milieux humides/aquatique Milieux ouverts, arbustif Milieux anthropiques
  50. 50. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 50 Poitou-Charentes Nature Carte 13 : Localisation des points d’écoute
  51. 51. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 51 Tableau 13 : Statuts des espèces contactées sur le site des Prairies de Vouharte. Nom vernaculaire Nom scientifique PN10 DO11 LRN12 LRR13 D1614 DPC15 Accenteur mouchet Prunella modularis P - LC LC - - Bouscarle de Cetti Cettia cetti P - NT LC - X Bruant jaune Emberiza citrinella P - VU VU - - Bruant zizi Emberiza cirlus P - LC LC - - Canard colvert Anas platyrhynchos - II LC LC - - Chardonneret élégant Carduelis carduelis P - VU LC - - Corneille noire Corvus corone - II LC LC - - Coucou gris Cuculus canorus P - LC LC - - Étourneau sansonnet Sturnus vulgaris - II LC LC - - Faisan de Colchide Phasianus colchicus - II LC NA - - Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla P - LC LC - - Fauvette des jardins Sylvia borin P - NT EN - - Fauvette grisette Sylvia communis P - LC NT - - Gallinule poule-d'eau Gallinula chloropus - II LC NT - - Geai des chênes Garrulus glandarius - II LC LC - - Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla P - LC LC - - Grive musicienne Turdus philomelos - II LC LC - - Héron cendré Ardea cinerea P - LC LC - X Hirondelle rustique Hirundo rustica P - NT LC - - Loriot d'Europe Oriolus oriolus P - LC NT - - Martinet noir Apus apus P - NT NT - - Martin-pêcheur d'Europe Alcedo atthis P I VU LC X X Merle noir Turdus merula - II LC LC - - Mésange à longue queue Aegithalos caudatus P - LC LC - - Mésange bleue Cyanistes caeruleus P - LC LC - - Mésange charbonnière Parus major P - LC LC - - Pic épeiche Dendrocopos major P - LC LC - - Pic vert Picus viridis P - LC LC - - Pigeon biset domestique Columba livia domestica - DD NA - - Pigeon ramier Columba palumbus - II et III LC LC - - Pinson des arbres Fringilla coelebs P - LC LC - - Pouillot véloce Phylloscopus collybita P - LC LC - - 10 PN = Protection nationale 11 DO = Directive Oiseaux 12 LRN = Liste rouge nationale : LC préoccupation mineure, NT quasi-menacé, NA Non applicable, VU vulnérable, EN en danger, CR en danger critique d’extinction 13 LRR = Liste Rouge Régionale 14 D16 = Espèce déterminante en Charente 15 DPC = Espèce déterminante en Poitou-Charentes
  52. 52. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 52 Poitou-Charentes Nature Nom vernaculaire Nom scientifique PN10 DO11 LRN12 LRR13 D1614 DPC15 Rossignol philomèle Luscinia megarhynchos P - LC LC - - Rougegorge familier Erithacus rubecula P - LC LC - - Rougequeue à front blanc Phoenicurus phoenicurus P - LC LC X X Sittelle torchepot Sitta europaea P - LC LC - - Tourterelle des bois Streptopelia turtur - II VU LC - - Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes P - LC LC - - L’évaluation de l’indice ponctuel d’abondance par espèce pour chaque point d’écoute montre une forte représentativité du Pigeon ramier, de la Mésange charbonnière et de la Mésange bleue sur le point de la « Petite pinotte », de la Bouscarle de Cettie, de la Fauvette à tête noire et du Pouillot véloce pour « l’ile de Gourville », de la Fauvette à tête noire, du Loriot d’Europe et du Pinson des arbres pour le « Pré Giraud », et enfin de la Fauvette grisette, le Pinson des arbres et le Pouillot véloce pour le « Moulin de Bréchignac » (voir tableaux 14 et 15). A l’échelle du site d’étude, l’analyse révèle que les espèces les plus abondantes sont la Fauvette à tête noire, le Pigeon ramier, la Mésange charbonnière, le Pinson des arbres et le Pouillot véloce, pour les 3 premiers rangs d’abondance (voir tableau 16). La fréquence relative exprimée en pourcentage permet de mesurer la probabilité de contact d’une espèce sur le site d’étude. Ce calcul montre que les espèces les plus contactées ne sont pas nécessairement les plus abondantes, et réciproquement. Par exemple, à l’échelle du site, la mésange bleue est plus souvent contactée que la Fauvette grisette mais pour autant elle est moins abondante. Tableau 14 : Résultat des points d’écoutes 16 S = richesse spécifique, soit le nombre d’espèce contactée La petite pinotte (S 16 =21) Nom espèce Passage 1 Passage 2 IPA Bouscarle de Cetti 1 0 1 Corneille noire 0 0,5 0,5 Coucou gris 1 0 1 Étourneau sansonnet 0 0,5 0,5 Fauvette à tête noire 2 2 2 Fauvette grisette 1,5 0 1,5 Grimpereau des jardins 0 1 1 Grive musicienne 1 0 1 Hirondelle rustique 0,5 0 0,5 Mésange à longue queue 1 0 1 Mésange bleue 1 3 3 Mésange charbonnière 3 1 3 Pic vert 0 1 1 Pigeon ramier 4 1,5 4 Pinson des arbres 1 1 1 Pouillot véloce 0 1 1 Rossignol philomèle 0 1 1 Rougegorge familier 0 1 1 Rougequeue à front blanc 0 1 1 Sittelle torchepot 1 0 1 Troglodyte mignon 1 1 1 Ile de Gourville (S= 20) Nom espèce Passage 1 Passage 2 IPA Accenteur mouchet 0 1 1 Bouscarle de Cetti 1 4 4 Bruant zizi 0 1 1 Corneille noire 0,5 0 0,5 Coucou gris 1 0 1 Faisan de Colchide 1 1 1 Fauvette à tête noire 3 4 4 Fauvette des jardins 1 0 1 Fauvette grisette 1 0 1 Geai des chênes 0 2 2 Héron cendré 0 0,5 0,5 Merle noir 0 1 1 Mésange charbonnière 1 3 3 Pic épeiche 1 0 1 Pic vert 0 1 1 Pigeon ramier 3 3 3 Pinson des arbres 0 2 2 Pouillot véloce 2 4 4 Rossignol philomèle 2 0 2 Troglodyte mignon 1 1 1
  53. 53. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 Poitou-Charentes Nature 53 Tableau 15 : Suite des résultats obtenus lors des points d’écoutes Figure 9 : Représentation de la richesse spécifique par point d’écoute 20 26 19 21 0 5 10 15 20 25 30 Ile de Gourville Moulin de Bréchignac Pré Giraud La petite Pinotte Moulin de Bréchignac (S=26) Nom espèce Passage 1 Passage 2 IPA Accenteur mouchet 1 0 1 Bouscarle de Cetti 1 0 1 Bruant jaune 0 1 1 Canard colvert 1 0,5 1 Chardonneret élégant 0 1 1 Corneille noire 2 1 2 Coucou gris 1 0 1 Étourneau sansonnet 0 1 1 Fauvette à tête noire 2 0 2 Fauvette grisette 0,5 3 3 Gallinule poule-d'eau 1 0 1 Geai des chênes 0,5 0 0,5 Grimpereau des jardins 0 1 1 Grive musicienne 0 1 1 Merle noir 0 1,5 1,5 Mésange bleue 1 1 1 Mésange charbonnière 1 1 1 Oie domestique 0,5 0,5 0,5 Pic épeiche 0 0,5 0,5 Pic vert 1 1 1 Pigeon ramier 1,5 1 1,5 Pinson des arbres 2 3 3 Pouillot véloce 1 3 3 Rossignol philomèle 1 1 1 Tourterelle des bois 0 2 2 Troglodyte mignon 0 1 1 Pré Giraud (S=19) Nom espèce Passage 1 Passage 2 IPA Bouscarle de Cetti 1 2 2 Corneille noire 2 0 2 Étourneau sansonnet 0 1 1 Fauvette à tête noire 2 4 4 Héron cendré 0 1 1 Loriot d'Europe 0 3 3 Martinet noir 0 0,5 0,5 Martin-pêcheur d'Europe 0 1 1 Merle noir 2 2 2 Mésange bleue 1 1 1 Mésange charbonnière 2 2 2 Pic vert 1 0 1 Pigeon biset domestique 0,5 0 0,5 Pigeon ramier 1 2,5 2,5 Pinson des arbres 3 2 3 Pouillot véloce 1 0 1 Rossignol philomèle 2 2 2 Tourterelle des bois 0 1,5 1,5 Troglodyte mignon 0 2 2
  54. 54. Suivi du site acquisition « Prairies de Vouharte » – Novembre 2018 54 Poitou-Charentes Nature Tableau 16 : Abondance des espèces recensées lors des IPA sur le site des Prairies de Vouharte Nom vernaculaire Nom scientifique Abondance exprimée1 % de l'effectif total Rang d'abondance Fréquence relative Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla 12 9,2 1 87% Pigeon ramier Columba palumbus 11 8,4 2 100% Mésange charbonnière Parus major 9 6,9 3 100% Pinson des arbres Fringilla coelebs 9 6,9 3 87% Pouillot véloce Phylloscopus collybita 9 6,9 3 75% Bouscarle de Cetti Cettia cetti 8 6,1 4 75% Rossignol philomèle Luscinia megarhynchos 6 4,6 5 75% Fauvette grisette Sylvia communis 5,5 4,2 6 50% Corneille noire Corvus corone 5 3,8 7 62% Mésange bleue Cyanistes caeruleus 5 3,8 7 75% Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes 5 3,8 7 75% Merle noir Turdus merula 4,5 3,4 8 50% Pic vert Picus viridis 4 3,1 9 62% Tourterelle des bois Streptopelia turtur 3,5 2,7 10 25% Coucou gris Cuculus canorus 3 2,3 11 37% Loriot d'Europe Oriolus oriolus 3 2,3 11 12% Étourneau sansonnet Sturnus vulgaris 2,5 1,9 12 37% Geai des chênes Garrulus glandarius 2,5 1,9 12 25% Accenteur mouchet Prunella modularis 2 1,5 13 25% Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla 2 1,5 13 25% Grive musicienne Turdus philomelos 2 1,5 13 25% Héron cendré Ardea cinerea 1,5 1,1 14 12% Pic épeiche Dendrocopos major 1,5 1,1 14 25% Bruant jaune Emberiza citrinella 1 0,8 15 12% Bruant zizi Emberiza cirlus 1 0,8 15 12% Canard colvert Anas platyrhynchos 1 0,8 15 25% Chardonneret élégant Carduelis carduelis 1 0,8 15 12% Faisan de Colchide Phasianus colchicus 1 0,8 15 25% Fauvette des jardins Sylvia borin 1 0,8 15 12% Gallinule poule-d'eau Gallinula chloropus 1 0,8 15 12% Martin-pêcheur d'Europe Alcedo atthis 1 0,8 15 12% Mésange à longue queue Aegithalos caudatus 1 0,8 15 12% Rougegorge familier Erithacus rubecula 1 0,8 15 12% Rougequeue à front blanc Phoenicurus phoenicurus 1 0,8 15 12% Sittelle torchepot Sitta europaea 1 0,8 15 12% Hirondelle rustique Hirundo rustica 0,5 0,4 16 12% Martinet noir Apus apus 0,5 0,4 16 12% Oie domestique Anser sp. 0,5 0,4 16 25% Pigeon biset domestique Columba livia domestica 0,5 0,4 16 12% 1 Abondance exprimée : nombre maximum sur les 2 passages de contact additionné sur tous les points pour une espèce donnée; 2 Rang d’abondance : chiffre attribué à chaque valeur d’abondance exprimée. Le chiffre 1 est attribué à la plus haute valeur d’abondance exprimée, le chiffre 2 à la suivante et ainsi de suite.

×