Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Suivi Mares - 2016 - CEN Aquitaine

180 views

Published on

La LGV SEA entre Tours et Bordeaux comptera 340 km de lignes nouvelles à l’horizon 2017. Ce projet a un impact sur la faune, la flore ou l’écoulement des eaux de pluie. Après avoir entrepris toutes les évolutions de tracé pour éviter les impacts majeurs, le projet se doit d’atténuer les impacts négatifs
du tracé. Les impacts résiduels feront l’objet de mesures compensatoires. A ce titre, COSEA/LISEA a entrepris, le long du tracé, le creusement de plusieurs mares à vocation d’attractivité, de substitution ou de compensation1. Cette mission a été confiée par COSEA au Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine). Ainsi, deux mares ont été réalisées en 2013 et deux nouvelles en 2014 sur la base des prescriptions techniques du CEN.
En Aquitaine, les 2 mares créées en 2013 ont fait l’objet d’un suivi en 2014. Les deux suivantes sont venues augmenter l’effectif suivi en 2015. Ainsi, durant l’année 2016, le CEN Aquitaine a été missionné sur 4 mares pour mener les suivis de ces milieux conformément au protocole de suivi rédigé
collégialement par l’ensemble des associations de protection de la nature travaillant à la mise en oeuvre des suivis écologiques sur la LGV SEA.
Le présent document fait le bilan du suivi 2016. Il a pour vocation d’évaluer la fonctionnalité du site, d’apporter des éléments correctifs à la gestion des mares et d’amélioration du suivi et d’effectuer un retour d’expérience sur les mesures compensatoires.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Suivi Mares - 2016 - CEN Aquitaine

  1. 1. Pascal TARTARY TARTARY P. 2016. Suivis écologiques des mares créées dans le cadre de la LGV SEA – Suivi des sites de mesures compensatoires 2016. CEN Aquitaine. LISEA. 42 pages + annexes
  2. 2. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 3 Maitre d’Ouvrage LISEA Rédaction Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine Antenne : Gironde Présidente : Catherine MESAGER Chargée de secteur Gironde : Adeline DESTOMBES Chargé de mission : Pascal TARTARY Personnel Poste Action Date TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Rédaction initiale 16/09/2016 DESTOMBES A. Chargée de secteur Antenne 33 Validation 27/10/2016 TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Correction 03/01/2017 DESTOMBES A. Chargée de secteur Antenne 33 Validation 17/02/2017 Crédits photographiques Page de garde : 1 : Couleuvre à collier Natrix natrix, TARTARY P©CEN Aquitaine 2 : Exuvie d’Anax empereur Anax imperator, TARTARY P©CEN Aquitaine 3 : Rainette méridionale Hyla meridionalis, TARTARY P©CEN Aquitaine Corps du rapport : TARTARY P©CEN Aquitaine Versions Version Actions Date Destinataire V1 Rédaction initiale 27/10/2016 - V1 Envoi LISEA 8/11/2016 Thierry CHARLEMAGNE Delphine QUINTARD V2 Correction 04/01/2017 - V2 Envoi LISEA 17/02/2017 Thierry CHARLEMAGNE Delphine QUINTARD 1 2 3
  3. 3. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 4 Table des matières Introduction............................................................................................................................................ 7 I. Objectifs du suivi............................................................................................................................. 8 II. Protocole......................................................................................................................................... 8 A. Généralités.................................................................................................................................. 8 B. Indicateurs de suivi..................................................................................................................... 8 III. Identification et localisation des mares suivies....................................................................... 10 IV. Résultats.................................................................................................................................... 11 A. Description de l’environnement des mares............................................................................. 11 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 11 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 12 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 13 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 14 B. Colonisation des végétaux sur les mares................................................................................. 16 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 16 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 17 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 17 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 18 C. Suivi des populations d’amphibiens ........................................................................................ 19 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 19 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 22 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 24 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 26 D. Suivi des populations d’odonates ............................................................................................ 29 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 29 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 31 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 33 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 35 V. Synthèse et interprétation ........................................................................................................... 37 VI. Discussions................................................................................................................................ 42
  4. 4. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 5 Table des figures Figure 1 : Localisation des mares suivies en 2016................................................................................. 10 Figure 2 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche.............................................................................................. 11 Figure 3 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche ............................................................................................................................................................... 11 Figure 4 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables................................................................................................ 12 Figure 5 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables ............................................................................................................................................................... 12 Figure 6 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye................................................................................................. 13 Figure 7 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye ............................................................................................................................................................... 13 Figure 8 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte-Escalle...................................................................................... 14 Figure 9 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte- Escalle.................................................................................................................................................... 14 Figure 10 : Evolution des surfaces d’habitats entre 2014 et 2016 dans l’environnement immédiat de la mare de Sainte-Escalle....................................................................................................................... 15 Figure 11 et 12 : Légumes pourris aux abords de la mare de Sainte-Escalle ....................................... 15 Figure 13 : Transect de végétation sur la mare de Caboche................................................................. 16 Figure 14 : Profil en travers de la mare de Sainte-Escalle..................................................................... 65 Table des tableaux Tableau I : Liste des indicateurs de suivi ................................................................................................. 9 Tableau II : Détails de localisation et de suivi des mares...................................................................... 10 Tableau III : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Caboche sur les amphibiens ................ 19 Tableau IV : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Caboche (2014-2016)......................... 20 Tableau V : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) de Caboche ............................................................................................................................................................... 21 Tableau VI : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens .................. 22 Tableau VII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare des sables (2015-2016).............................. 23 Tableau VIII : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) des Sables ............................................................................................................................................................... 24 Tableau IX : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens................... 24 Tableau X : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Saye (2015-2016)................................. 25 Tableau XI : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) du Courneau............................................................................................................................................... 26 Tableau XII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Sainte-Escalle sur les amphibiens ....... 26 Tableau XIII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2015)................... 27 Tableau XIV : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare détruite de Sainte- Escalle.................................................................................................................................................... 28 Tableau XV : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Caboche ............................... 29 Tableau XVI : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Caboche (2014-2016) ........................... 30 Tableau XVII : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare des Sables ............................... 31 Tableau XVIII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare des Sables (2015-2016) ........................... 32 Tableau XIX : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de la Saye ................................. 33
  5. 5. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 6 Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................... 34 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle ...................... 35 Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016).................. 36 Tableau XXIII : Tableau de synthèse des différents éléments de suivi avec leurs résultats.................. 37
  6. 6. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 7 Introduction La LGV SEA entre Tours et Bordeaux comptera 340 km de lignes nouvelles à l’horizon 2017. Ce projet a un impact sur la faune, la flore ou l’écoulement des eaux de pluie. Après avoir entrepris toutes les évolutions de tracé pour éviter les impacts majeurs, le projet se doit d’atténuer les impacts négatifs du tracé. Les impacts résiduels feront l’objet de mesures compensatoires. A ce titre, COSEA/LISEA a entrepris, le long du tracé, le creusement de plusieurs mares à vocation d’attractivité, de substitution ou de compensation1 . Cette mission a été confiée par COSEA au Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine). Ainsi, deux mares ont été réalisées en 2013 et deux nouvelles en 2014 sur la base des prescriptions techniques du CEN. En Aquitaine, les 2 mares créées en 2013 ont fait l’objet d’un suivi en 2014. Les deux suivantes sont venues augmenter l’effectif suivi en 2015. Ainsi, durant l’année 2016, le CEN Aquitaine a été missionné sur 4 mares pour mener les suivis de ces milieux conformément au protocole de suivi rédigé collégialement par l’ensemble des associations de protection de la nature travaillant à la mise en œuvre des suivis écologiques sur la LGV SEA. Le présent document fait le bilan du suivi 2016. Il a pour vocation d’évaluer la fonctionnalité du site, d’apporter des éléments correctifs à la gestion des mares et d’amélioration du suivi et d’effectuer un retour d’expérience sur les mesures compensatoires. 1 Pour le contexte réglementaire, voir en annexe 1
  7. 7. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 8 I. Objectifs du suivi Les objectifs de ce suivi sont triples : • évaluer la portée des actions de création de mares sur les populations d'amphibiens, d'odonates et sur les cortèges floristiques ; • suivre la vitesse de colonisation par la faune et la flore des mares créées ; • proposer éventuellement des actions d'ajustement en cas de dysfonctionnement. II. Protocole A. Généralités Quatre mares ont été suivies en 2016 : • la mare de Caboche avec le numéro 33/LARUSCADE/M1 ; • la mare des Sables avec le numéro 33/LARUSCADE/M2 ; • la mare de la Saye avec le numéro 33/LARUSCADE/M3 ; • la mare de Sainte-Escalle avec le numéro 33/SAINTANDREDECUBZAC/M1. Pour faciliter la lecture des cartographies, les codes mare ont été comprimés et donnent respectivement : 33/LARU/M1, 33/LARU/M2, 33/LARU/M3 et 33/STAND/M1. Le suivi comporte plusieurs éléments à relever lors de plusieurs passages adaptés à la période optimale d’observation de ces éléments (chacun de ces points est décrit en annexe 2) : • une description de l’environnement de la mare ; • une description morphologique, ainsi que son profil en long ; • un observatoire photographique ; • le suivi de la flore et des habitats ; • le suivi des amphibiens ; • le suivi des odonates. Les différents éléments relevés sont répertoriés dans une fiche de suivi présentée en annexe. B. Indicateurs de suivi Les différentes variables étudiées dans le cadre de ce suivi, permettent la production d’indicateurs (cf. tableau I) qui seront étudiés chaque année, pour chaque mare et dont les évolutions pourront être analysées et interprétées.
  8. 8. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 9 Tableau I : Liste des indicateurs de suivi Suivi Indicateur Définition Symbole Végétation % d’ombre projetée % d’ombre (vue du dessus) de la végétation sur la mare %ombre Habitat / Flore Richesse spécifique Nombre d’espèces de plante identifiées par mare Sflore Surface cumulée des herbiers aquatiques en m² Somme des surfaces des différents herbiers présents sur la mare H Amphibiens Richesse spécifique Nombre d’espèces d’amphibiens identifiées par mare Samph Coefficient de similitude Rapport de la richesse spécifique commune entre la mare créée et la mare détruite, à la richesse spécifique globale des deux mares S’amph Coefficient d’originalité Rapport du nombre d’espèces non observées dans la mare créée et la mare détruite, à la richesse spécifique des deux mares O’amph Odonates Richesse spécifique Nombre d’espèces d’odonates identifiées par mare Sodo Richesse spécifique reproductrice Nombre d’espèces d’odonates reproductrices identifiées par mare S(R)odo
  9. 9. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 10 III. Identification et localisation des mares suivies Ces quatre mares se situent sur une portion de 14 km de la LGV en territoire girondin. Il s’agit du nord au sud des mares des Sables (33/LARU/M2), de Caboche (33/LARU/M1), de la Saye (33/LARU/M3) sur la commune de Laruscade et de la mare de Sainte-Escalle (33/STAND/M1) sur la commune de Saint- André-de-Cubzac. Figure 1 : Localisation des mares suivies en 2016 Tableau II : Détails de localisation et de suivi des mares Code mare Nom usuel Département Commune Années de suivi 33LARUM2 Mare des Sables Gironde Laruscade Depuis 2015 33LARUM1 Mare de Caboche Gironde Laruscade Depuis 2014 33LARUM3 Mare de la Saye Gironde Laruscade Depuis 2015 33STANDM1 Mare de Sainte-Escalle Gironde Saint-André-de-Cubzac Depuis 2014
  10. 10. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 11 IV. Résultats A. Description de l’environnement des mares 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1) a) Environnement en 2016 Figure 2 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche Figure 3 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche La mare de Caboche s’inscrit dans un environnement particulièrement rural, dominé par les prairies pâturées et les boisements. La LGV se situe à un peu plus de 60 m de la mare créée et s’étend sur plus de 21% de la surface d’étude, formant un ensemble peu accueillant. La mosaïque paysagère décrite ici montre la présence d’une mare dans l’environnement proche. A noter, d’autres « trous d’eau » ponctuent l’environnement plus ou moins proche. b) Evolution de l’environnement (2014-2016) Aucune modification de l’environnement immédiate de la mare n’est intervenue entre 2014 et 2016. Jardin 0,9% Boisement 31,2% Mare 0,2% Prairie 44,7% Haie 1,2% Emprise LGV 21,7%
  11. 11. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 12 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2) a) Environnement en 2016 Figure 4 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables Figure 5 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables La mare des Sables se trouve au sein d’un ensemble boisé (55%) très peu morcelé à l’exception de l’emprise de la LGV (37% de l’espace). Ainsi, l’environnement immédiat de la mare est majoritairement dominé par les espaces naturels boisés (60%) sur la surface étudiée. b) Evolution de l’environnement (2014-2015) Aucune modification de l’environnement immédiate de la mare n’est intervenue entre 2015 et 2016. Boisement 55% Route 3% Emprise LGV 37% Haie 5%
  12. 12. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 13 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) a) Environnement en 2016 Figure 7 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye Située sur l’emprise travaux de la LGV, la mare de la Saye bénéficie d’un environnement diversifié dominé par les formations liées aux milieux aquatiques. b) Evolution de l’environnement (2015-2016) Aucune modification de l’environnement immédiat de la mare n’est intervenue entre 2015 et 2016. La mare de la Saye s’inscrit dans un contexte de plaine alluviale, où plus d’un quart des milieux est représenté par des formations aquatiques ou humides (cours d’eau, mares, mégaphorbiaie, zone humide). 30% sont représentés par les infrastructures de communication (LGV et routes) et le reste se partage entre les boisements, les friches et les prairies avec une nette dominance pour les espaces boisés. Figure 6 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye Boisement 35% Prairie 1% Friche 9% Emprise LGV 28% Route 2% Zone humide Mégaphorbiaie 15% Cours d'eau 2% Mare 0%
  13. 13. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 14 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) a) Environnement en 2016 Figure 9 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte-Escalle La présence d’un plan d’eau et de mares dans l’environnement immédiat de la mare permet d’augmenter les capacités d’accueil sur le secteur. Dans cet environnement, les surfaces dévolues à la nature ou en voie de naturalisation regroupent moins d’un tiers de la surface étudiée. La mare de Sainte-Escalle s’inscrit dans un environnement à la fois périurbain marqué par la juxtaposition des grandes structures de déplacement (LGV, autoroute et route – 39%) et agricole avec une part non négligeable de surface encore exploitée pour la viticulture (27%). Figure 8 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte-Escalle Boisement 17% Friche 9% Vigne 27%Route 13% Emprise LGV 26% Plan d'eau et mare 5% Urbanisme 3%
  14. 14. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 15 b) Evolution de l’environnement (2015-2016) Une modification substantielle est intervenue entre 2015 et 2016. Il s’agit du changement d’affectation d’une friche en pépinière (urbanisme). Cette modification jouxte immédiatement la parcelle de la mare créée et pourrait à terme engendrer des désagréments important : pollution par fuites d’hydrocarbures venant du parking, apport de déchets… Cette année, nous avons constaté la fauche de la parcelle où se situe la mare. Cette action s’est déroulée lors de la période d’attractivité de la mare pour les amphibiens et les odonates. Le fauchage à cette période peut engendrer des atteintes directes sur les espèces et rend moins favorable la mare. De plus, il a été constaté la présence de légumes atteints de maladie aux abords de la mare et dans l’eau. Cette « pollution » peut avoir des répercussions non négligeables sur la qualité physico-chimique de l’eau par apport de matière organique en décomposition et sur la qualité sanitaire de l’eau par apport d’éléments pathogènes. Figure 11 et 12 : Légumes avariés aux abords de la mare de Sainte-Escalle Figure 10 : Evolution des surfaces d’habitats entre 2014 et 2016 dans l’environnement immédiat de la mare de Sainte-Escalle 0 5000 10000 15000 20000 25000 Boisement Friche Vigne Route Emprise LGV Plan d'eau et mare Urbanisme 2014 2015 2016
  15. 15. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 16 B. Colonisation des végétaux sur les mares 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1) a) Transect de végétation La végétation colonise assez rapidement cette mare. La proximité avec un réseau de mares et de zones humides permet le transfert d’éléments biologiques comme les graines. Ainsi, il est important de remarquer que tant au niveau du transect de végétation que du développement d’herbiers, la végétation s’installe pour le moment sur la partie possédant des berges en pente douce. Par ailleurs, cette colonisation est dominée par les petites hélophytes (joncs, carex, renoncules) en bordure de mare, sur les parties humides les moins inondées (preuve que le marnage est assez faible). Les grandes hélophytes (typha pour le moment) se sont développées à plus d’un mètre du bord à la faveur des nombreux replats aménagés pour elles. Figure 13 : Transect de végétation sur la mare de Caboche b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect Entre 2015 et 2016, les massifs de petites hélophytes présents en bordure de mare n’ont pas franchement évolué. Le piétinement des chevaux qui pâturent en est probablement la cause. En revanche, le massif de grandes hélophytes à l’intérieur de la mare semblent s’étoffer (longueur, largeur et densité). Il est cependant limité d’un côté par une profondeur d’eau qui restreint leur colonisation, et, d’un autre côté, par l’abroutissement des chevaux. c) Evolution de la composition de la végétation La composition du peuplement végétale de la mare se complexifie avec l’apparition d’une nouvelle hélophyte de bord de berge (Carex hirta) et le développement des herbiers aquatiques à myriophylles (probablement Myriophyllum spicatum).
  16. 16. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 17 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2) a) Transect de végétation Un petit massif de typha (Typha angustifolia) se développe dans l’anse traversée par le profil. Ce point de végétalisation semble souffrir de l’action des sangliers qui viennent se rouler dans la boue au fur et à mesure que la mare s’assèche. Sur la partie la plus profonde, se développe des potamots non identifiés, alors que les berges en pente douce sont colonisées par un gazon amphibie dominé par Juncus effusus, Baldellia repens et Cyperus rotundus. b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect La végétation de la mare le long du transect n’a pas évolué depuis le début, à l’exception du développement en partie basse d’herbiers aquatiques à potamots. c) Evolution de la composition de la végétation La composition du cortège floristique semble relativement stable pour le moment, à l’exception de l’apparition d’une nouvelle espèce des pelouses amphibies (Baldellia repens). 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) a) Transect de végétation La végétation sur le transect est très clairsemée. La représentation schématique ne permet pas de retranscrire convenablement la réalité. En dehors de ce transect, une zone légèrement en replat dans l’un des angles permet le développement d’un petit massif d’hélophytes appréciés des odonates. Il est composé essentiellement de jonc (Joncus effusus, J. acutiformis et J. conglomeratus). Peu d’espèces colonisent la surface en eau : la présence d’écrevisses exotiques peut en être à l’origine. b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect La végétation de la mare le long du transect n’a pas évolué depuis le début.
  17. 17. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 18 c) Evolution de la composition de la végétation Les indicateurs floristiques de dérèglement de la structure du sol et de sa composition semblent avoir régressé (Pteridium aquilinum). Pour le reste, peu de modifications sont observables. 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) a) Transect de végétation Les espèces arbustives (Salix sp. et Populus sp.) sont toujours présentes et se développent bien sur les berges. La représentation schématique de la végétation le long du transect ne permet pas de retranscrire convenablement la réalité. Cependant, il est à noter qu’une importante flore subaquatique se développe sur cette mare, dans les parties les plus profondes. Il s’agit essentiellement de myriophylles indéterminés. b) Evolution de la colonisation de la végétation le long du transect Sur la partie en eau de la mare, il est à noter le développement des herbiers aquatiques. Sur les berges exondées, la colonisation par les arbustives est présente en tout point. c) Evolution de la composition de la végétation Les grandes modifications de la composition végétale interviennent au niveau des herbiers aquatiques avec le développement des myriophylles et des potamots.
  18. 18. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 19 C. Suivi des populations d’amphibiens 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1) a) Résultats 2016 Les suivis 2016 ont montré sur la mare de Caboche une diversité spécifique pour les amphibiens de 8 espèces, dont trois peuvent être considérées comme reproductrices sur la mare : la Grenouille agile Rana dalmatina, le Crapaud calamite Bufo calamita et la Salamandre tachetée Salamandra salamandra. Une quatrième espèce est très probablement reproductrice sur le site en 2016, au sein du groupe des grenouilles vertes Pelophylax sp. (la preuve de sa reproduction n’a pas pu être mise en évidence). Tableau III : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Caboche sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 5 février 2016 Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 1 Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 Crapaud commun (Bufo bufo) 5 24 mars 2016 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20 10 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 Triton palmé (Lissotriton helveticus) 2 Crapaud calamite (Epidalea calamita) X Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 3 Grenouille agile (Rana dalmatina) 10 18 mai 2016 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20 5 5 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 3 10 Triton marbré (Triturus marmoratus) 1 Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement
  19. 19. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 20 b) Evolution des populations Tableau IV : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Caboche (2014-2016) Les résultats des suivis 2014-2016 montrent sur la mare de Caboche la présence de 8 espèces d’amphibiens, dont 3 se reproduisent sur le site (la Grenouille agile, le Crapaud calamite et la Salamandre tachetée). Deux autres espèces sont considérées comme très probablement reproductrices : • une au sein du groupe des Grenouilles vertes présentes sur la mare depuis le premier suivi de 2014 ; • le Triton palmé qui occupe la mare également depuis 2014. Dans le détail, le cortège d’amphibiens a légèrement évolué entre 2015 et 2016, et a fortiori depuis 2014. Le Triton marbré a fait son apparition dans le cortège et le Crapaud calamite est revenu (présent en 2014). Les Rainettes méridionales prennent une place dominante dans le cortège et la Grenouille agile semble renforcer son installation (1 ponte en 2014 contre 10 en 2016). Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2014 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 36 individus OUI Crapaud calamite (Epidalea calamita) 1 individu - Grenouille agile (Rana dalmatina) 1 ponte OUI Grenouille verte (Pelophylax sp.) 16 individus Potentielle Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu - 2015 Grenouille agile (Rana dalmatina) 2 individus et 1 ponte OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 5 individus - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 20 individus Potentielle Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 1 ponte OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 1 individu - 2016 Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 3 individus OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 2 individus Potentielle Crapaud commun (Bufo bufo) 5 individus - Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20 individus OUI Grenouille verte (Pelophylax sp.) 10 individus Potentielle Crapaud calamite (Epidalea calamita) Nombreuses larves OUI Grenouille agile (Rana dalmatina) 10 pontes OUI Triton marbré (Triturus marmoratus) 1 individu - Synthèse 2014-2016 8 espèces 3 espèces reproductrices + 2 potentielles
  20. 20. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 21 c) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite 7 espèces d’amphibiens ont été observées dans l’ancienne mare de Caboche, aujourd’hui remblayée. Elle avait nécessité le creusement d’une mare de compensation. En 2016, la mare de compensation accueille 8 espèces d’amphibiens. Ainsi, en moins de 3 ans, la composition du cortège d’amphibiens du site de substitution est plus diversifiée que celle de la mare détruite. Ce qui permet de tirer un constat positif quant à l’efficacité de la colonisation de cette mare par les amphibiens. Au niveau quantitatif, le nombre d’individus par espèces dans la mare créée se rapproche des effectifs estimés de la mare détruite. La Rainette méridionale a quasiment atteint ses effectifs d’origine. Tableau V : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) de Caboche Espèces observées Population estimée Triton marbré (Triturus marmoratus) 20-30 adultes Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 10-20 ad. Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20-30 ad. Grenouille agile (Rana dalmatina) 30-50 ad. Triton palmé (Lissotriton helveticus) 50-100 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 25-50 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 30-50 ad.
  21. 21. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 22 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2) a) Résultats 2016 Les suivis 2016 montrent sur la mare des Sables, une diversité spécifique en amphibiens de 7 espèces en 2016, dont deux peuvent être considérées comme reproductrices sur la mare : la Salamandre tachetée et l’autre au sein du groupe des Grenouilles vertes. Tableau VI : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 5 février 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 Grenouille rousse (Rana temporaria) 4 Triton marbré (Triturus marmoratus) 1 Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 8 24 mars 2016 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 Grenouille agile (Rana dalmatina) 3 10 Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5 18 mai 2016 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 2 2 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 X Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement
  22. 22. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 23 b) Evolution des populations Tableau VII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare des sables (2015-2016) Les résultats des suivis 2014-2016 montrent sur la mare des sables, la présence de 7 espèces d’amphibiens, dont 3 se reproduisent sur le site (la Grenouille agile, la Salamandre tachetée et une espèce au sein du groupe des Grenouilles vertes). Une quatrième espèce est considérée comme très probablement reproductrice. Il s’agit du Triton palmé qui occupe la mare depuis 2015. Entre 2015 et 2016, le cortège d’amphibien de la mare des Sables s’est complexifié. De 4 espèces, nous sommes passés à 7, avec l’apparition dans le cortège de la Grenouille rousse Rana temporaria, du Triton marbré et de la Rainette méridionale. Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Grenouille agile (Rana dalmatina) 1 individu et 1 ponte OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 1 larve OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 5 individus et nombreuses larves OUI 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 individus et 10 pontes OUI Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 8 larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu Potentielle Grenouille rousse 4 individus - Triton marbré (Triturus marmoratus) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 individus et quelques larves OUI Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 2 individus - Synthèse 2015-2016 7 espèces 3 espèces reproductrices + 1 potentielle
  23. 23. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 24 c) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite L’ancienne mare des Sables présentait un cortège d’amphibien assez rudimentaire basé sur les 4 espèces les plus communes de Gironde pour ce type de milieu. La mare créée reprend une partie du cortège, à l’exception du Crapaud commun, auquel s’additionne la Salamandre tachetée, les deux tritons (palmé et marbré), ainsi que la Grenouille rousse. La proximité de la mare avec le milieu forestier riverain permet de diversifier le cortège d’amphibiens colonisant cette mare. Tableau VIII : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) des Sables Espèces observées Population estimée Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 5-10 adultes Grenouille agile (Rana dalmatina) 5-10 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 20-30 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 10-20 ad. 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) a) Résultats 2016 Cinq espèces d’amphibiens ont été contactées sur la mare de la Saye lors des suivis 2016. Sur ces cinq espèces, trois peuvent être, pour le moment, considérées comme reproductrices. Il s’agit de la Grenouille agile, de la Salamandre tachetée et d’une espèce au sein du groupe des grenouilles vertes. Tableau IX : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 05 février 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 Grenouille rousse (Rana temporaria) 6 24 mars 2016 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 2 Grenouille agile (Rana dalmatina) 10 Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5 18 mai 2016 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 3 X Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement
  24. 24. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 25 La faible diversité spécifique en amphibiens observée sur cette mare peut s’expliquer par plusieurs facteurs : • la présence d’une zone humide importante à proximité de cette mare a pour conséquence d’attirer plus facilement les peuplements batrachologiques, malgré la présence de prédateurs de ces espèces (grands échassiers, poissons…) ; • la présence dans la mare d’une espèce d’écrevisse exotique entraine l’exclusion de certaines espèces sensibles aux prédateurs. Cependant, cette mare semble attractive pour les espèces précoces qui se reproduisent avant le pic d’activité des écrevisses exotiques, ou pour des espèces qui trouvent des conditions plus favorables que la grande zone humide du viaduc de la Saye. b) Evolution des populations Tableau X : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Saye (2015-2016) Les résultats des suivis 2015-2016 montrent sur la mare de la Saye, la présence de 5 espèces d’amphibiens, dont 3 se reproduisent sur le site (la Grenouille agile, la Salamandre tachetée et une espèce au sein du groupe des Grenouilles vertes). Entre 2015 et 2016, le cortège d’amphibien de la mare de la Saye a a vu l’apparition d’une nouvelle espèce : première observation du Triton palmé. 2 espèces sont devenues reproductrices : la Grenouille agile et la Salamandre tachetée. Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Grenouille agile (Rana dalmatina) 1 individu - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 individu et quelques larves OUI 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 5 individus et 10 pontes OUI Grenouille rousse (Rana temporaria) 6 individus - Grenouille verte (Pelophylax sp.) 3 individus et quelques larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 1 individu - Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5 larves OUI Synthèse 2015-2016 5 espèces 3 espèces reproductrices
  25. 25. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 26 c) Comparaison avec le peuplement de la mare détruite Pour le moment, 3 des 5 espèces présentes dans la mare détruite de la Saye se retrouvent dans la nouvelle mare. Il est à noter que la mare à compenser n’a pas été détruite physiquement, mais les éléments écologiques ont subi d’importants impacts. Ainsi, pour cette mare, il est important de raisonner en terme de réseau (mare – zone humide), les cortèges se répartissant les niches écologiques sur ces deux milieux. Cette observation peut être mise en évidence par la présence du Triton palmé et de la Grenouille rousse dans le cortège de la mare créée. Tableau XI : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) du Courneau Espèces observées Population estimée Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) 5-10 adultes Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 20-30 ad. Grenouille agile (Rana dalmatina) 50-100 ad. Crapaud commun (Bufo bufo) 40-60 ad. Grenouille verte (Pelophylax sp.) 10-20 ad. 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) a) Résultats 2016 Tableau XII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Sainte-Escalle sur les amphibiens Date de passage Espèces Point d’écoute Prospection lampe Pêche ♂ ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve ♂ ♀ ♂♀ Ponte Larve 05 février 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 4 23 mars 2015 Crapaud calamite (Epidalea calamita) 5 11 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 21 Crapaud commun (Bufo bufo) 1 24 mars 2016 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 1 Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 X Crapaud calamite (Epidalea calamita) X Crapaud commun (Bufo bufo) X Avec : Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site X = présence mais non dénombrement
  26. 26. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 27 Le cortège d’amphibiens observé en 2016 sur le site est constitué de 5 espèces, dont trois peuvent être considérées comme reproductrices sur le site : une espèce au sein du groupe des Grenouilles vertes, le Crapaud commun et le Crapaud calamite. b) Evolution des populations Tableau XIII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2015) La reproduction sur la mare est maintenant effective pour 3 des 6 espèces constituant le cortège batrachologique. L’évolution est positive pour ce groupe, mais elle se déroule progressivement. Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2014 Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 15 individus Crapaud calamite (Epidalea calamita) 2 individus 2015 Crapaud commun (Bufo bufo) 2 individus Grenouille verte (Pelophylax sp.) Nombreuses larves OUI Triton palmé (Lissotriton helveticus) 5 individus Crapaud calamite (Epidalea calamita) Nombreuses larves OUI 2016 Grenouille agile (Rana dalmatina) 4 individus - Crapaud calamite (Epidalea calamita) 11 individus et quelques larves OUI Grenouille verte (Pelophylax sp.) 1 individu et quelques larves OUI Rainette méridionale (Hyla meridionalis) 21 individus - Crapaud commun (Bufo bufo) 1 individu et quelques larves OUI Synthèse 2014-2016 6 espèces 3 espèces reproductrices
  27. 27. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 3 Maitre d’Ouvrage LISEA Rédaction Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine Antenne : Gironde Présidente : Catherine MESAGER Chargée de secteur Gironde : Adeline DESTOMBES Chargé de mission : Pascal TARTARY Personnel Poste Action Date TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Rédaction initiale 16/09/2016 DESTOMBES A. Chargée de secteur Antenne 33 Validation 27/10/2016 TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Correction 03/01/2017 DESTOMBES A. Chargée de secteur Antenne 33 Validation 17/02/2017 Crédits photographiques Page de garde : 1 : Couleuvre à collier Natrix natrix, TARTARY P©CEN Aquitaine 2 : Exuvie d’Anax empereur Anax imperator, TARTARY P©CEN Aquitaine 3 : Rainette méridionale Hyla meridionalis, TARTARY P©CEN Aquitaine Corps du rapport : TARTARY P©CEN Aquitaine Versions Version Actions Date Destinataire V1 Rédaction initiale 27/10/2016 - V1 Envoi LISEA 8/11/2016 Thierry CHARLEMAGNE Delphine QUINTARD V2 Correction 04/01/2017 - V2 Envoi LISEA 17/02/2017 Thierry CHARLEMAGNE Delphine QUINTARD 1 2 3
  28. 28. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 29 D. Suivi des populations d’odonates 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1) a) Résultats 2016 Tableau XV : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Caboche Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 27 mai 2016 Anax empereur (Anax imperator) 1 I X X Agrion mignon (Coenagrion scitulum) III II X X X Libellule déprimée (Libellula depressa) I I X X X Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) I I X X 23 juin 2016 Anax empereur (Anax imperator) I X Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) II X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) II II X Libellule fauve (Libellula fulva) II X Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) I I X Agrion mignon (Coenagrion scitulum) II X X Caloptérix vierge (Calopterix virgo) I X Anax indéterminé (Anax sp.) II X 13 juillet 2016 Leste brun (Sympecma fusca) II X X X Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) I X X Leste vert (Chalcolestes viridis) Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Le suivi 2016 de la mare de Caboche a permis de mettre en évidence la présence de 12 espèces d’odonates sur le site, dont 5 espèces ont le statut de reproducteur (Anax imperator, Coenagrion scitulum, Libellula depressa, Anax sp., Sympecma fusca).
  29. 29. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 30 b) Evolution des populations Tableau XVI : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Caboche (2014-2016) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2014 Anax empereur (Anax imperator) 2 ind. OUI Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) 2 à 10 ind. - Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. - Agrion élégant (Ischnura elegans) 3 à 11 ind. - Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 4 à 20 ind. - Leste verdoyant (Leste virens) 1 ind. - Leste vert (Chalcolestes viridis) 2 ind. - Petite nymphe à corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) 1 ind. - 2015 Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) 51 à 100 ind. - Leste vert (Chalcolestes viridis) 2 ind. OUI Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 2 à 10 ind. OUI Leste barbare (Lestes barbarus) 2 à 10 ind. - Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 4 à 20 ind. - Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. OUI Leste vert (Chalcolestes viridis) 2 à 10 ind. OUI Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) 2 à 10 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 2 à 10 ind. OUI Anax empereur (Anax imperator) 1 ind. OUI 2016 Anax empereur (Anax imperator) 1 ind. OUI Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 ind. - Anax indéterminé (Anax sp.) 2 à 10 ind. OUI Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 ind. OUI Caloptérix vierge (Calopterix virgo) 1 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 2 à 10 ind. - Leste vert (Chalcolestes viridis) 1 ind. - Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) 2 à 10 ind. - Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 11 à 50 ind. - Leste brun (Sympecma fusca) 2 à 10 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 11 à 5 ind. OUI Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) 2 à 10 ind. - Synthèse 2014-2016 20 espèces 11 espèces reproductrices Le peuplement des odonates se diversifie entre 2014 et 2016. Deux nouvelles espèces sont apparues sur le site en 2016 (Calopterix virgo et Sympecma fusca), et deux nouvelles espèces sont devenues reproductrices (Coenagrion scitulum et Anax sp.). Par ailleurs, le statut de ces espèces évolue vers des confirmations de reproduction pour plus de la moitié d’entre elles (11 reproductrices pour 20 espèces présentes).
  30. 30. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 31 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2) a) Résultats 2016 Tableau XVII : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare des Sables Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 27 mai 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) II II II X X X X Agrion élégant (Ischnura elegans) II X Agrion mignon (Coenagrion scitulum) II I X X X Anax empereur (Anax imperator) I II X X X Leste brun (Sympecma fusca) I X Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) II X Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) II I X X X Sympétrum jaune d’or (Sympetrum flaveolum) I X Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) II X 23 juin 2016 Anax empereur (Anax imperator) II X Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) I X Agrion mignon (Coenagrion scitulum) II X X Agrion élégant (Ischnura elegans) I X Agrion nain (Ischnura pumilio) I X Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) I X 13 juillet 2016 Agrion mignon (Coenagrion scitulum) II X ? Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) II X ? Sympétrum déprimé (Sympetrum depressisculum) II X Leste brun (Sympecma fusca) II X ? Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) II X ? Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autre Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site Le cortège d’odonates de la mare des Sables s’est considérablement complexifié en 2016 : 14 espèces. Parallèlement, le nombre d’espèces se reproduisant sur le site atteint 50% des espèces présentes (Libellula depressa, Anax imperator, Libellula quadrimaculata, Sympetrum flaveolum, Sympetrum striolatus, Sympetrum depressiusculum et un Sympetrum non déterminé).
  31. 31. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 32 b) Evolution des populations Tableau XVIII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare des Sables (2015-2016) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) 1 ind. Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 ind. - Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp.) 11 à 50 ind. OUI Leste barbare (Lestes barbarus) 2 à 10 ind. - Orthétrum indéterminé (Orthetrum sp.) 1 ind. OUI 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) 11 à 50 ind. OUI Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) 2 à 10 ind. OUI Anax empereur (Anax imperator) 2 à 10 ind. OUI Leste brun (Sympecma fusca) 2 à 10 ind. - Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) 2 à 10 ind. - Sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum) 2 à 10 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. - Sympétrum jaune d’or (Sympetrum flaveolum) 1 ind. OUI Agrion élégant (Ischnura elegans) 2 à 10 ind. Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) 1 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 1 ind. Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 2 à 10 ind. - Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) 2 à 10 ind. Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 2 à 10 ind. OUI Synthèse 2015-2016 17 espèces 10 espèces reproductrices L’année 2016 marque un tournant important dans l’appropriation de la mare par le cortège des odonates. 10 nouvelles espèces sont venues enrichir le cortège. Il faut noter également, pour l’année 2016, la présence du Sympetrum depressiusculum en reproduction. Cette espèce est particulièrement rare en Aquitaine (2 mentions), il conviendra de suivre sa présence sur le site. Par ailleurs, le statut de ces espèces évolue vers des preuves de reproduction pour plus de la moitié d’entre elles (10 reproductrices pour 17 espèces observées).
  32. 32. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 33 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) a) Résultats 2016 Tableau XIX : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de la Saye Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 27 mai 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) II X X Agrion élégant (Ischnura elegans) II X X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) II X X 23 juin 2016 Agrion élégant (Ischnura elegans) I X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) I X Libellule fauve (Libellula fulva) I X Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) I X 13 juillet 2016 Agrion à larges pattes (Platicnemys pennipes) II ? Agrion élégant (Ischnura elegans) II ? Libellule fauve (Libellula fulva) I ? Agrion nain (Ischnura pumilio) II ? Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) I ? Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) I X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Em = Emergence Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autres Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site En 2016, 9 espèces composent le cortège d’odonates de cette mare. Deux espèces semblent s’y reproduire (Sympetrum striolatum et Sympetrum sanguineum). La présence d’une population d’écrevisses américaines et de poissons jouent probablement un rôle de limitation des peuplements d’odonates et de régulation des populations de ces dernières.
  33. 33. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 34 b) Evolution des populations Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016) A l’inverse des autres mares, la mare de la Saye peine à diversifier son cortège d’odonates (2 nouvelles espèces en 2016). Les effectifs observés restent très limités (le plus souvent 1 individu). Par conséquence, peu d’espèces viennent se reproduire sur le site : 3 espèces reproductrices sur le site en 2016. Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2015 Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) 1 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 à 10 ind. - Leste barbare (Lestes barbarus) 11 à 50 ind. - Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) 2 à 10 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. - 2016 Libellule déprimée (Libellula depressa) 2 à 10 ind. - Agrion délicat (Ceriagrion tenellum) 1 ind. - Agrion élégant (Ischnura elegans) 1 ind. - Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 1 ind. - Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum) 1 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 à 10 ind. - Libellule fauve (Libellula fulva) 1 ind. - Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) 2 à 10 ind. - Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) 1 ind. OUI Synthèse 2015- 2016 12 espèces 3 espèces reproductrices
  34. 34. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 35 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) a) Résultats 2016 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle Date de passage Espèces Effectifs Stades ou comportements M/F M F Ex Ex La Em Im Ad Te Ac Po Pr Au 27 mai 2016 Anax empereur (Anax imperator) I X X Agrion élégant (Ischnura elegans) I I X X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) II X X Leste vert (Chalcolestes viridis) III X Leste barbare/dryade (Lestes barbarus ou L. dryas) II X 23 juin 2016 Anax empereur (Anax imperator) II X Agrion mignon (Coenagrion scitulum) II X Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) II X Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) III II X X Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) I X Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) II X 13 juillet 2016 Agrion élégant (Ischnura elegans) II X ? Agrion nain (Ischnura pumilio) II X ? Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) II X Leste brun (Sympecma fusca) II X Anax empereur (Anax imperator) I X X Avec : M = Mâle F = Femelle Ex = Exuvie La = Larve Em = Emergence Ad = Adulte Te = Comportement territorial Ac = Accouplement Po = Ponte Pr = Proie d’un prédateur Au = Autres Eléments pris en compte pour juger de la reproduction sur site La mare de Sainte-Escalle accueille, en 2016, 12 espèces de libellules. Plus de la moitié des espèces semble se reproduire sur le site (7 espèces). Il faut souligner la présence de la Leucorrhinia pectoralis en tant que reproductrice. La découverte de cette espèce sur cette mare est une surprise et reste pour le moment inexpliquée. La Leucorrhine à gros thorax affectionne plutôt les lagunes forestières. Cette espèce est remarquable pour l’Aquitaine.
  35. 35. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 36 b) Evolution des populations Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016) Le peuplement d’odonates sur le site fluctue encore beaucoup d’une année sur l’autre (3 espèces ont été revues entre 2014 et 2016). Le nombre d’espèces reproductrices sur la mare est en augmentation depuis ces 3 dernières années (2 en 2014, 2 en 2015 et 6 en 2016) Année Espèces Population observée Considérée comme reproductrice 2014 Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) 1 ind. OUI Cordulie bronzée (Cordulia aenea) 5 ind. OUI Libellule déprimée (Libellula depressa) 1 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 ind. - Agrion élégant (Ischnura elegans) 4 à 20 ind. - Agrion indéterminé (Coenagrion sp.) 1 ind. - Anax empereur (Anax imperator) 1 ind. - 2015 Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) 2 à 10 ind. OUI Leucorrhine à front blanc (Leucorrhinia albifrons) 2 à 10 ind. OUI Agrion nain (Ischnura pumilio) 3 à 11 ind. - 2016 Anax empereur (Anax imperator) 2 à 10 ind. - Leste vert (Chalcolestes viridis) 11 à 50 ind. OUI Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) 2 à 10 ind. - Agrion élégant (Ischnura elegans) 2 à 10 ind. - Agrion nain (Ischnura pumilio) 2 à 10 ind. - Leste barbare/dryade (Lestes barbarus ou L. dryas) 2 à 10 ind. OUI Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) 1 ind. OUI Agrion mignon (Coenagrion scitulum) 2 à 10 ind. - Leste brun (Sympecma fusca) 2 à 10 ind. OUI Sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombi) 2 à 10 ind. OUI Sympétrum indéterminé (Sympetrum sp) 2 à 10 ind. OUI Synthèse 2014-2016 16 espèces 9 espèces reproductrices
  36. 36. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 4 Table des matières Introduction............................................................................................................................................ 7 I. Objectifs du suivi............................................................................................................................. 8 II. Protocole......................................................................................................................................... 8 A. Généralités.................................................................................................................................. 8 B. Indicateurs de suivi..................................................................................................................... 8 III. Identification et localisation des mares suivies....................................................................... 10 IV. Résultats.................................................................................................................................... 11 A. Description de l’environnement des mares............................................................................. 11 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 11 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 12 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 13 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 14 B. Colonisation des végétaux sur les mares................................................................................. 16 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 16 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 17 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 17 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 18 C. Suivi des populations d’amphibiens ........................................................................................ 19 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 19 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 22 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 24 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 26 D. Suivi des populations d’odonates ............................................................................................ 29 1. Mare de la Caboche (33/LARUSCADE/M1).......................................................................... 29 2. Mare des Sables (33/LARUSCADE/M2)................................................................................ 31 3. Mare de la Saye (33/LARUSCADE/M3) ................................................................................ 33 4. Mare de Sainte-Escalle (33/SAINTANDREDECUBZAC/M1) ................................................. 35 V. Synthèse et interprétation ........................................................................................................... 37 VI. Discussions................................................................................................................................ 42
  37. 37. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 38 LOCALISATION DE LA MARE DE CABOCHE ID MARE : 33/LARUSCADE/M1 Commune : Laruscade Département : Gironde Localisation de la mare de CabocheVue de la mare de Caboche lors de l’état initial CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 24,5 m 12,4 m 252,9 m² 1,38 m 349 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Profil selon l’axe 1 Profil selon l’axe 2 Transect de végétation (2016) selon l’axe 2 INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2014 10% 4 23,4 m² 5 0.5 0.5 9 1 2015 11% 7 24 m² 5 0.7 0.14 14 8 2016 11% 9 26 m² 8 1 0 13 5 Période 2014/2016 +1% +2,6 m² La mare de Caboche a été creusée en lisière de forêt, ce qui explique la proportion d’ombre portée sur le plan d’eau. Durant cette troisième année de suivi, environ 3 ans après son creusement, 9 espèces de la flore aquatique sont installées sur le site, totalisant ainsi 24 m² d’herbiers. Cette année est marquée par le développement des herbiers aquatiques (2m²). Sur le compartiment de la faune, le cortège d’amphibiens est en pleine complexification, alors que le cortège d’odonates se cherche un peu (-1 espèce en terme de richesse et -3 points en terme d’espèces reproductrices). Concernant les amphibiens, les observations lors de l’étude d’impacts permettent de comparer les peuplements de l’ancienne mare avec celle-ci. Cette comparaison apporte les réflexions suivantes : • 100% des espèces présentes dans la mare détruite ont été ré-observées dans cette nouvelle mare. • Il n’existe pas d’espèce dans la nouvelle mare non observée dans l’ancienne. Jardin 0,9% Boisement 31,2% Mare 0,2% Prairie 44,7% Haie 1,2% Emprise LGV 21,7%
  38. 38. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 39 LOCALISATION DE LA MARE DES SABLES ID MARE : 33/LARUSCADE/M2 Commune : Laruscade Département : Gironde Localisation de la mare des Sables Vue de la mare des Sables lors de l’état initial CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche Représentation schématique de la mare des Sables MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 10,94 m 10,15 m 111,041 m² 1,05 m 78,12 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Profil selon l’axe 1 Sans objet INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2015 0 9 1 m² 4 0,33 0,33 6 3 2016 0 9 2 m² 7 0,75 0,42 13 7 Période (2015/2016) - 9 +1 m² 7 0,75 0,42 18 8 Le cortège de la flore aquatique ne varie quasiment pas pour le moment. La localisation de la mare sur une dépression du talus déjà colonisée par une flore adaptée à l’humidité, a certainement favorisé son installation et la stabilité du peuplement. Sur le compartiment de la faune, le cortège d’amphibiens s’est considérablement complexifié avec la présence de trois nouvelles espèces et, notamment, la progression sur le groupe des anoures. La mare nouvellement créée se rapproche du peuplement de la mare détruire (indice de similitude proche de 1) et en même temps, il semblerait que cette mare soit plus accueillante, que celle détruite, pour un plus grand nombre d’espèces (indice de divergence s’éloignant de 0). Enfin, la richesse spécifique en odonates tend à augmenter. La présence d’une végétation développée permet cette complexification. Boisement 55% Route 3% Emprise LGV 37% Haie 5%
  39. 39. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 40 LOCALISATION DE LA MARE DE LA SAYE ID MARE : 33/LARUSCADE/M3 Commune : LARUSCADE Département : Gironde Localisation de la mare de la Saye Vue de la mare de la Saye lors de l’état initial CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche Représentation schématique de la mare de la SayeMORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur : Volume : 13,39 m 8,66 m 115,95 m² 0,73 m 56,71 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Profil selon l’axe 1 Sans objet INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2015 0 9 0 2 0,2 0,2 7 1 2016 0 8 0 5 0,6 0,3 9 2 Période (2015/2016) 0 9 0 5 0,6 0,3 11 3 La végétation de ceinture se développe bien sur la bordure est, où un léger replat permet l’accueil des plantes (8 espèces présentes). En revanche, la présence d’une espèce d’écrevisse exogène impacte très fortement l’implantation des herbiers aquatiques. Concernant la faune, la richesse spécifique en odonates reproductrices reste très faible (2 espèces). Là encore, la présence d’une écrevisse exogène dans la mare pourrait être avancée comme la cause de cette pauvreté. Au niveau des amphibiens, la même conclusion s’impose avec seulement 5 espèces observées. Ainsi, l’indice de similitude entre les deux mares (détruite / créée) est faible (60%) mais tend à se réduire. Boisement 35% Prairie 1% Friche 9% Emprise LGV 28% Route 2% Zone humide 8% Mégaphorbiaie 15% Cours d'eau 2% Mare 0%
  40. 40. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 41 LOCALISATION DE LA MARE DE SAINTE-ESCALLE ID MARE : 33/SAINTANDREDECUBZAC/M1 Commune : Saint-André-de-Cubzac Département : Gironde Localisation de la mare de Sainte-EscalleVue de la mare de Sainte-Escalle CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL CARACTERISTIQUES GENERALES Représentation graphique de l’environnement proche MORPHOLOGIE Longueur : Largeur : Surface : Profondeur moyenne : Volume : 50 m 20 m 1 000 m² 1,80 m 1 800 m3 PROFIL EN LONG COLONISATION DES HELOPHYTES Sans objet INDICATEURS DE SUIVI Année %ombre Sflore H Samph S’amph O’amph Sodo S(R)odo 2014 0% 2 0 2 0.125 0.75 6 2 2015 0% 4 0 4 0.42 0,42 3 2 2016 0% 6 1 5 0,5 0,4 11 6 Période 2014/2016 - 6 1 m² 6 0,6 0,33 18 9 Les berges de la mare poursuivent leur colonisation à partir d’une végétation forestière de ceinture (Salix sp. et Populus sp.). Les dysfonctionnements dans la colonisation de la végétation aquatique constatés ces deux dernières années semblent résolus, probablement suite à un hiver et un printemps particulièrement pluvieux et tardif. Le cortège des amphibiens semble progresser très lentement (1 espèce nouvelle) alors que le cortège est encore bien loin de la mare détruite. En parallèle, les espèces pionnières s’effacent à la faveur d’espèces plus exigeantes (indice d’originalité se rapprochant de 0), qui sont également plus rares en Gironde. Pour les odonates, le site est maintenant dans une dynamique d’accroissement du nombre d’espèces (7 nouvelles espèces entre 2015 et 2016). Les herbiers se développant, le nombre d’espèces, qui se reproduisent sur le site, devrait augmenter. Boisement 28% Friche 19%Vigne 23% Route 13% Emprise LGV 17%
  41. 41. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 42 VI. Discussions L’implantation des différents cortèges (flore, faune) s’effectue très variablement entre les mares suivies, même si, globalement, les colonisations animales et végétales sont satisfaisantes. La mare de Caboche correspond toujours à toutes les variables mesurées. Son implantation, ainsi que son intégration dans un réseau de mares, permet l’apport d’espèces intéressantes, notamment animales, et d’une richesse spécifique correspondant aux milieux pionniers. Concernant la flore, la richesse reste faible pour le moment. La présence de pâturage sur le site semble être un facteur limitant, tant au niveau du piétinement que de l’abroutissement. Des actions pourraient être engagées comme la mise en défens d’une partie de la mare. La mare de Sainte-Escalle a retrouvé une qualité et des niveaux d’eau satisfaisants à la faveur d’un hiver et d’un printemps pluvieux et doux. Les algues filamenteuses ont disparu et des herbiers aquatiques s’installent. Les populations d’odonates et d’amphibiens sont en cours d’implantation, les cortèges varient encore beaucoup d’une année sur l’autre. Sur ce site, la présence d’une serre horticole à proximité, engendre quelques désagréments comme la fauche de la parcelle à une période critique pour les émergences des amphibiens et des libellules. La mare des Sables est implantée dans un environnement naturel porteur pour les espèces animales et végétales. L’ensemble des cortèges répondent bien à la création de cette mare. En revanche, la mare de la Saye souffre d’un envahissement par l’écrevisse américaine. La présence de cette espèce a tendance à limiter à la fois le développement des herbiers aquatiques et l’implantation de populations animales (odonates et amphibiens). La première session de suivi (3 ans) sur les mares de la Caboche et de Sainte-Escalle permet d’ores et déjà d’affirmer que : • la création de mare de substitution ou de compensation est un outil facile à mettre en œuvre et répondant plutôt bien aux impératifs fonctionnels des espèces ; • les bénéfices de cet outil sont particulièrement visibles sur les cortèges d’odonates et d’amphibiens. Cependant, il est nécessaire de prendre quelques précautions au moment de leur création. Le cas de la mare de Sainte-Escalle, dans un contexte périurbain et d’agriculture intensive, limitent l’intérêt du dispositif. Le site subit une pression anthropique très forte qui semble particulièrement difficile à limiter. La complémentarité entre la mise en œuvre de mesures de réduction et de compensation, et des mesures relevant d’autres politiques (urbanisme, environnement, agricole), pourraient, dans une certaine mesure, améliorer l’efficacité de cet outil.
  42. 42. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 43 Annexe 1 : Contexte réglementaire L’article 11.1.1 et l’article 11.2 de l’arrêté du 24 février 2012 mentionne l’obligation de création de mares de substitution et le déplacement d’individus avant travaux et durant le chantier ; et l’article 23 instaure la notion de « suivi des populations et des habitats d’espèces protégées impactées ». L’article 27 de l’arrêté Loi sur l’eau intitulé « Mesures correctives et compensatoires » comporte un article 27.2.4 « Plans d’eau » qui prévoit également le sauvetage et la création de mares de substitution. L’article 29 « Mesures compensatoires » comporte quant à lui un article 29.3 « Mesures de sauvegarde et de préservation pour les reptiles et les amphibiens » (avec dimensions 20x15 profondeur 1m à 2.5m). Il existe donc une certaine confusion terminologique entre substitution et compensation. A noter que l’annexe 1 liste les mares impactées, l’annexe 2 liste les mares impactées à enjeu habitat (Cournau et Sainte-Escalle) et l’annexe 7 intitulée « Sites potentiels de compensation » mentionne la création d’un étang (engagements de l’Etat) ainsi que la création de mares de substitution du fait de la destruction des mares de Caboche et de Cournau. La création de mares est une mesure qui apparaît dans les arrêtés et dans le dossier de demande de dérogation à la fois en tant que mesure de réduction d’impact et à la fois comme mesure compensatoire, sous une terminologie variable (mare de substitution, mare de compensation, mare d’attractivité). Pour rendre compte de cette mission de suivi des mares nouvellement créées, nous employons indifféremment les termes généraux « mare de compensation » ou « mare de substitution », quel que soit le cas de figure. Annexe 2 : Présentation du protocole de suivi Généralités Lors de la première année de suivi, un repérage des mares est effectué de jour en janvier. Ce passage permet de vérifier les accès et de vérifier la présence du groupe grenouilles rousses (Rana temporaria & Rana dalmatina) qui débute leur reproduction à cette période pour ce secteur géographique. Un code est affecté pour chaque mare suivie. Il est constitué du numéro de département, du nom de la commune et d’un numéro de mare. Le suivi comporte plusieurs éléments à relever lors de plusieurs passages adaptés à la période optimale d’observation de ces éléments (chacun de ces points sera décrit dans les paragraphes ci-dessous) : • Une description de l’environnement de la mare ; • Une description morphologique, ainsi que son profil en long ; • Un observatoire photographique ; • Le suivi de la flore et des habitats ; • Le suivi des amphibiens ; • Le suivi des odonates. Les différents éléments relevés sont répertoriés dans une fiche de suivi présentée en annexe. Description de l’environnement de la mare : De manière à connaitre et suivre l’évolution de l’environnement proche de la mare, une description des entités paysagères situées dans un rayon de 150 m autour de la mare sera réalisée. Cette description est réalisée lors de l’inventaire floristique en juin. Elle est mise à jour chaque année.
  43. 43. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 44 Ce descriptif se base sur un référentiel paysager présenté ci- dessous (Cf. tableau) et reporté sur la fiche prévue à cet effet (Cf. figure ci-contre) Figure : Extrait de la fiche de suivi concernant la description du milieu environnant Tableau : Référentiel des unités paysagères Forêt, bois Cultures Prairie, friche Haies Habitations Chemin Route Etangs Cours d’eau Fossé Mares Autres Ce descriptif est complété à partir des orthophotoplans et retranscrit sous SIG. Description morphologique de la mare Plan général Lors de la première année de suivi, un plan précis de la mare est réalisé, ce qui permet de : - connaitre précisément sa surface ; - définir son contour (forme) ; - pouvoir localiser les herbiers aquatiques (habitats naturels). La méthode utilisée permet de connaître précisément les dimensions de la mare et d’en dessiner le contour. Deux points fixes A et B sont sélectionnés et localisés par GPS à partir desquels une triangulation est effectuée sur des points localisés au bord de la mare (cf. figure 3 et 4). La distance entre les points A et B est également mesurée. Figure : Mesure des dimensions de la mare sur le terrain (d’après BORREMANS Y.& al, 1997) Figure : Dessin du contour de la mare (d’après BORREMANS Y.& al, 1997)
  44. 44. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 45 Les mesures sont reportées dans un tableau de la fiche de terrain (Cf. tableau II). Plus la mare sera sinueuse et plus les mesures seront nombreuses. Le plan de la mare est ensuite reporté sous SIG. Les contours de la mare pourront également être dessinés à partir de relevés GPS, si le matériel à disposition de l’expert intervenant est suffisamment précis. Tableau : Relevés des distances aux points fixes A et B N° du point 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Distance au point A (m) Distance au point B (m) Profil en long Un profil en long est également réalisé sur le transect le plus caractéristique (le plus long possible et coupant des profils différents de végétation). Le profil en long permet : - de vérifier et de mesurer les zones profondes de la mare ; - d’expliquer la répartition de la végétation. La hauteur d’eau ‘plein bord’ et la hauteur d’eau le jour du relevé sont notées le long du transect ainsi que la distance depuis le bord. Ces mesures seront réalisées à l’aide d’une canne à pêche munie d’un mètre ruban plombé. Observatoire photographique Chaque année une photographie de la mare est réalisée lors de l’inventaire floristique à partir d’un point fixe. Le point de vue est localisé sur le plan de la mare. Cela permettra un suivi visuel de l’évolution de la mare. Suivi de la flore et des habitats naturels Ce suivi floristique permet : - de suivre l’évolution de la colonisation floristique (diversité spécifique) ; - de suivre l’évolution de la répartition des habitats naturels (herbiers aquatiques). Les espèces floristiques sont notées et les habitats et herbiers aquatiques sont localisés sur le plan de la mare. Les relevés sont effectués chaque année lors d’un passage au cours du mois de juin. La première année de suivi, l’inventaire floristique et la description morphologique de la mare sont réalisées le même jour. Suivi des populations d’amphibiens Les visites seront réalisées sans pluie, avec un vent faible et à une température supérieure à 10°C. Les prospections commencent 20 min après le coucher du soleil. La méthode est basée sur une recherche nocturne des amphibiens et l’écoute des chants pour les anoures (grenouilles et crapaud) lors de 3 passages (en février, mars et avril / mai). Lors de chaque passage : - un point d’écoute de 5 minutes au bord de la mare (noter heure début) en arrivant sur le site (lampe éteinte) est entrepris ;
  45. 45. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 46 - puis un comptage visuel exhaustif des individus à l’aide d’une lampe en parcourant la totalité de la berge (20 minutes). Un deuxième tour de la mare pourra être effectué rapidement. Dans ce cas seul seront notés les observations et nombres d’espèces non observés lors du premier passage. Une pêche (facultative) à l’épuisette peut être recommandée pour la capture des larves et têtards repérés à vue, permettant leur détermination spécifique. Il s’agit de captures opportunistes qui amèneront une information sur l’identification d’espèces (ex : Triton de Blasius). Les individus capturés seront relâchés sur place après détermination. Les captures nécessitent d’avoir une autorisation préfectorale (tous les amphibiens sont protégés en France). Pour le matériel utilisé pour la capture on appliquera le protocole d’hygiène pour limiter la dissémination de la Chytridiomycose lors d’interventions sur le terrain, préconisé par la Société Herpétologique de France (Bull. Soc. Herp. Fr. (2010) 134 : 47-50). Lors de chaque passage, sont notés : - Le nombre de mâle chanteur (anoures) ; - Le nombre d’individus de chaque espèce (avec distinction des mâles et des femelles pour les urodèles) ; - Le nombre de pontes pour chaque espèce ; - Le nombre de larves pour la salamandre tachetée ; - La présence de larves pour chaque espèce. Hormis pour la Salamandre tachetée, les larves ne seront pas comptabilisées. On notera seulement leur présence. En fonction de la phénologie de certaines espèces, ce calendrier pourra être légèrement modifié. Par exemple, en Aquitaine, le groupe grenouille rousse se reproduit en janvier/février. Sur les secteurs ayant une problématique grenouille rousse, le premier passage initialement prévu en février sera avancé à janvier (sauf en année 1 ou l’on profite du passage de repérage pour vérifier la présence de l’espèce). L’ensemble des informations relevées sur le terrain sont retranscrites dans l’extrait de la fiche de suivi présenté ci-dessous. Figure : Extrait de la fiche de suivi concernant l’inventaire amphibiens
  46. 46. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 5 Table des figures Figure 1 : Localisation des mares suivies en 2016................................................................................. 10 Figure 2 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche.............................................................................................. 11 Figure 3 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Caboche ............................................................................................................................................................... 11 Figure 4 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables................................................................................................ 12 Figure 5 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare des Sables ............................................................................................................................................................... 12 Figure 6 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye................................................................................................. 13 Figure 7 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de la Saye ............................................................................................................................................................... 13 Figure 8 : Répartition des différentes unités paysagères composant l’environnement dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte-Escalle...................................................................................... 14 Figure 9 : Cartographie des entités paysagères dans un rayon de 150 m autour de la mare de Sainte- Escalle.................................................................................................................................................... 14 Figure 10 : Evolution des surfaces d’habitats entre 2014 et 2016 dans l’environnement immédiat de la mare de Sainte-Escalle....................................................................................................................... 15 Figure 11 et 12 : Légumes pourris aux abords de la mare de Sainte-Escalle ....................................... 15 Figure 13 : Transect de végétation sur la mare de Caboche................................................................. 16 Figure 14 : Profil en travers de la mare de Sainte-Escalle..................................................................... 65 Table des tableaux Tableau I : Liste des indicateurs de suivi ................................................................................................. 9 Tableau II : Détails de localisation et de suivi des mares...................................................................... 10 Tableau III : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Caboche sur les amphibiens ................ 19 Tableau IV : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Caboche (2014-2016)......................... 20 Tableau V : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) de Caboche ............................................................................................................................................................... 21 Tableau VI : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens .................. 22 Tableau VII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare des sables (2015-2016).............................. 23 Tableau VIII : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) des Sables ............................................................................................................................................................... 24 Tableau IX : Résultats des campagnes de suivi de la mare des Sables sur les amphibiens................... 24 Tableau X : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de la Saye (2015-2016)................................. 25 Tableau XI : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare (détruite) du Courneau............................................................................................................................................... 26 Tableau XII : Résultats des campagnes de suivi de la mare de Sainte-Escalle sur les amphibiens ....... 26 Tableau XIII : Synthèse des suivis amphibiens sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2015)................... 27 Tableau XIV : Amphibiens observés lors de l’étude d’impact sur l’ancienne mare détruite de Sainte- Escalle.................................................................................................................................................... 28 Tableau XV : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Caboche ............................... 29 Tableau XVI : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Caboche (2014-2016) ........................... 30 Tableau XVII : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare des Sables ............................... 31 Tableau XVIII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare des Sables (2015-2016) ........................... 32 Tableau XIX : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de la Saye ................................. 33
  47. 47. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 48 Figure : Extrait de la fiche de suivi concernant les autres observations Calendrier d’intervention Tableau : Calendrier d’intervention Janv. Fev. Mars Avr. Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Déc. Repérage du site1 Description environnementale Description morphologique1 Observatoire photographique Flore et habitat Amphibiens Odonates 1 réalisé uniquement la première année du suivi de la mare Indicateurs de suivi Les différentes variables étudiées dans le cadre de ce suivi, permettent la production d’indicateurs (cf. tableau IV) qui seront étudiés chaque année, pour chaque mare et dont les évolutions pourront être analysées et interprétées.
  48. 48. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 49 Tableau : Liste des indicateurs de suivi Suivi Indicateur Définition Symbole Végétation % d’ombre projetée % d’ombre (vue du dessus) de la végétation sur la mare %ombre Habitat / Flore Richesse spécifique Nombre d’espèces de plante identifiées par mare Sflore Surface cumulée des herbiers aquatiques en m² Somme des surfaces des différents herbiers présents sur la mare H Amphibiens Richesse spécifique Nombre d’espèces d’amphibiens identifiées par mare Samph Coefficient de similitude Rapport de la richesse spécifique commune aux deux mares à la richesse spécifique globale des deux mares S’amph Coefficient d’originalité Rapport du nombre d’espèces non observées dans les 2 mares à la richesse spécifique des deux mares O’amph Odonates Richesse spécifique Nombre d’espèces d’odonates identifiées par mare Sodo Richesse spécifique reproductrice Nombre d’espèces d’odonates reproductrices identifiées par mare S(R)odo
  49. 49. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 50 Annexe 3 : Fiche de suivi
  50. 50. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 51
  51. 51. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 52
  52. 52. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 53
  53. 53. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 54
  54. 54. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 55
  55. 55. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 56
  56. 56. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 6 Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................... 34 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle ...................... 35 Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016).................. 36 Tableau XXIII : Tableau de synthèse des différents éléments de suivi avec leurs résultats.................. 37
  57. 57. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 6 Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................... 34 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle ...................... 35 Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016).................. 36 Tableau XXIII : Tableau de synthèse des différents éléments de suivi avec leurs résultats.................. 37
  58. 58. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 6 Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................... 34 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle ...................... 35 Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016).................. 36 Tableau XXIII : Tableau de synthèse des différents éléments de suivi avec leurs résultats.................. 37
  59. 59. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 6 Tableau XX : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de la Saye (2015-2016)............................... 34 Tableau XXI : Observations des odonates faites en 2016 sur la mare de Sainte-Escalle ...................... 35 Tableau XXII : Synthèse des suivis d’odonates sur la mare de Sainte-Escalle (2014-2016).................. 36 Tableau XXIII : Tableau de synthèse des différents éléments de suivi avec leurs résultats.................. 37
  60. 60. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 61 Annexe 4 : Profil en long de la mare de Caboche La mare de Caboche a une forme de haricot. Ainsi, pour réaliser les profils, il a été choisi de faire des relevés selon deux axes à l’intérieur de chacune des extrémités du haricot. Le premier profil présenté en figure 11 a été relevé selon le transect 1. Cette première partie du haricot dispose de berges relativement homogènes en pente. Que ce soit ici ou dans le cas de la figure suivante, la hauteur d’eau varie relativement peu par rapport à la hauteur plein bord. Dans ce cas, l’écart entre le niveau d’eau de la mare à cette date et la capacité totale de la mare varient de 14 à 21 cm (les relevés ont été menés en juin 2014). Profil en long de la mare de Caboche, selon le transect 1 Le profil en long représenté sur la figure 12 a été réalisé selon le transect 2. Il montre deux pentes très différentes de part et d’autres des berges de la mare. Cette topographie a été rendue nécessaire par le site d’implantation de cette mare (sur un terrain en pente), pour limiter sur une partie des berges l’accès des chevaux qui pâturent sur le site, et pour diversifier les niches écologiques dans le but de multiplier les différences de végétation. Ce profil fait déjà l’objet d’une colonisation par les végétaux.
  61. 61. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 62 Profil en long de la mare de Caboche, selon le transect 2
  62. 62. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 63 Annexe 5 : Profil en long de la mare des Sables La mare des Sables présente une forme ronde dans sa partie principale, prolongée par deux anses. Pour réaliser le profil en long de cette mare, il a été choisi de partir d’une des extrémités des anses pour arriver sur la berge opposée en passant par la partie la plus profonde de la mare. Dans ces conditions, le profil de la mare est assez homogène avec une fosse de 1 m environ quasiment au milieu du relevé. Dans ces conditions, les pentes de part et d’autre de cette fosse sont relativement douces (20%). Profil en long de la mare des Sables
  63. 63. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 64 Annexe 6 : Profil en long de la mare de la Saye La mare de la Saye ne présente pas de forme particulière, c’est une dépression de type rectangulaire avec les angles arrondis. Une fosse plonge à 70 cm de profondeur à peu près au milieu du profil. Cette disposition permet d’obtenir des berges en pente douce d’environ 20%. Profil en long de la mare de la Saye
  64. 64. Suivi des sites de mesures compensatoires de la LGV SEA – Mares de compensation / LISEA Suivis écologiques 2016 des mares de compensation – 65 Annexe 7 : Profil en long de la mare de Sainte-Escalle Le profil de la mare de Sainte-Escalle a été pris sur la largeur et non sur la longueur, en raison de difficultés techniques pour mesurer les profondeurs sur une distance de près de 50 m, et à plus de 5 m de la berge exondée. Le relevé réalisé montre tout de même des berges relativement accessibles qui ne dépassent pas les 20% de pente. Figure 14 : Profil en travers de la mare de Sainte-Escalle

×