Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

S49

47 views

Published on

Une séléection d'articles ayant retenu notre attention.

Published in: Business
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

S49

  1. 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 26 novembre au 2 décembre 2018 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Comment Paris compte vendre des logements à partir de 2000 €/m² Le 26/11/2018 Dès la fin 2019, la Ville de Paris compte lancer des constructions de logements neuf dans la capitale qui seront vendus entre 2000 et 4900 euros le mètre carré. Des ventes sociales sous condition de ressources où les propriétaires n’achètent que le bâti, pas le terrain.
  2. 2. La revue de Presse KYLIA 2 les prix moyens des logements parisiens s’approchent dangereusement des 10.000 euros le mètre carré (dans l’ancien), le maire-adjoint PCF chargé du logement, Ian Brossat annonce vouloir commercialiser des logements neufs dans la capitale destinés aux particuliers entre 2000 et 4900 euros le mètre carré. Comment réalisera-t-il ce tour de force? Selon le dispositif qu’il a détaillé dans le Journal du dimanche, ces prix cassés seront permis par la création d’un Office foncier solidaire (OFS) qui sera abordée lors du prochain Conseil de Paris (du 10 au 13 décembre). Ce dispositif expérimental testé à Lille, Rennes ou Biarritz et formalisé par la loi Alur, permet de dissocier le bâti du foncier. Concrètement, l’acheteur devient pleinement propriétaire de son logement dont il peut jouir à sa guise et où il peut faire des travaux. Mais la vente s’effectue dans le cadre d’un bail long (18 à 99 ans) renouvelable et ne concerne pas le terrain qui reste propriété de l’office foncier solidaire, une association sans but lucratif. Une solution couramment employée dans les pays anglo- saxons, mais qui peine à s’imposer en France. Un loyer mensuel de 2 euros le mètre carré pour le foncier Dans le cas parisien, Ian Brossat souligne que cette formule de vente est «le chaînon manquant entre le logement social et l’accession à la propriété» qui sera accessible avec des conditions de ressources proches des barèmes HLM (par exemple 6000 par mois maximum pour une famille avec deux enfants) et se fera, la plupart du temps, avec un bail de 99 ans. Il prévoit de lancer les premiers programmes immobiliers neufs de ce type avant la fin 2019. «Une centaine de logements pourraient être concernés la première année», souligne-t-il dans le JDD tout en précisant qu’il faudra compter environ 3 ans pour que les immeubles soient construits. Il précise par ailleurs, qu’en plus du prix d’achat, l’acquéreur devra régler un loyer mensuel de 2 euros par mètre carré. En cas de vente, «un mécanisme antispéculatif définira les modalités de revente à un prix encadré, avec une garantie sur le maintien dans le temps du prix du logement». Le bail repart alors pour sa durée initiale. Et les nouveaux acquéreurs devront eux aussi respecter les conditions de ressources. Même chose lorsque le bien est transmis au sein de la famille. Source : www.lefigaro.fr
  3. 3. La revue de Presse KYLIA 3 Assurance emprunteur : fin d'ambiguïté sur la date anniversaire pour résilier Le 27/11/2018 Les professionnels du secteur de l’assurance sont tombés d’accord sur la date qui fera foi afin de résilier son contrat… et de faire jouer plus facilement la concurrence. C’est la fin d’un flou que les banques entretenaient jusqu’ici à merveille. Depuis l’amendement Bourquin, entré en vigueur au 1er janvier 2018, l’emprunteur peut changer le contrat d’assurance de son prêt immobilier chaque année, à sa date anniversaire, tant qu’il respecte un préavis de deux mois. Oui, mais à quel anniversaire ? La loi ne précisait effectivement aucune date de référence. Aussi, le choix de celle-ci était laissé à l’appréciation des banques, qui jouaient de l’ambiguïté pour empêcher leurs clients de changer de crèmerie. Sur proposition de la Fédération française de l’assurance, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), instance de concertation qui réunit banques, compagnies d’assurance, courtiers en prêts immobiliers et associations de consommateurs, s’est réunit ce mardi 27 novembre pour trancher : c’est la date anniversaire de la signature de l’offre de prêt qui servira de référence à tous les contrats, en cours et à venir. Afin de laisser le temps à tous les établissements de mettre à jour leurs systèmes
  4. 4. La revue de Presse KYLIA 4 d’information, ce dispositif d’harmonisation, adopté à l’unanimité, sera effectif au plus tard au second semestre 2019. Résiliation de contrat facilitée Actuellement, certaines banques retiennent déjà la date de signature de l’offre de prêt (Banque Postale, BNP Paribas, Caisse d’épargne, par exemple). Mais d’autres considèrent encore la date d’édition de l’offre de prêt immobilier (Banque Populaire, par exemple), la date d’effet du contrat d’assurance, qui correspond à la date de prélèvement de la première échéance d’assurance (CIC, Crédit Mutuel) ou encore la date de signature de la demande d’adhésion au contrat d’assurance (Crédit Agricole). Ce flou entretenu par les banques ne va bien évidemment pas dans le sens du consommateur qui, mal informé, laisse bien souvent passer la fenêtre de tir. Ce dispositif vise donc à harmoniser les pratiques, afin de faciliter la résiliation d’un contrat. Hasard de calendrier ou non, cette décision vient une semaine après la publication d’une note de l’ACPR, le gendarme des banques, qui indique constater encore trop souvent l’existence de pratiques vouées à décourager les emprunteurs dans leurs démarches de résiliation. L’ACPR y relève notamment que certains établissement “ne répondent pas, ou très tardivement, à des demandes de changement de contrat”, “formulent des demandes imprécises”, ou encore “retiennent une date d’échéance annuelle du contrat d’assurance incertaine et dont les modalités de communication à l’emprunteur s’avèrent insuffisantes”. Source : www.capital.fr
  5. 5. La revue de Presse KYLIA 5 Les HLM se décident à vendre leur patrimoine Le 28/11/2018 Au bout de dix ans, les logements sociaux peuvent être vendus par leur bailleur. La loi Elan pousse les organismes à trouver de nouvelles recettes via ces cessions. - Gilles Rolle/REA Après avoir juré qu'ils ne le feraient pas, les organismes HLM, poussés par la loi, songent à mettre une partie de leur patrimoine en vente. Plus de 70 bailleurs sociaux ont répondu à l'appel... Dans la corbeille, quelque 11.000 logements, qu'ils sont prêts à vendre via l'Organisme national de vente (ONV) auquel la loi Elan, promulguée le 24 novembre, vient de donner vie. Cette structure gérée par Action Logement fonctionnera à partir de janvier 2019 comme une foncière : « Nous rachetons les immeubles à ceux qui souhaitent nous les vendre, nous les payons immédiatement afin que les organismes puissent réinvestir en reconstruisant d'autres logements. Le succès de notre appel à manifestation d'intérêt montre que nous avons dépassé les frictions frontales et idéologiques », explique Bruno Arbouet, le directeur général d'Action Logement
  6. 6. La revue de Presse KYLIA 6 Incitation à vendre La loi encourage la cession de logements sociaux dans l'objectif de vendre 1 % du parc, soit 45.000 maisons ou appartements chaque année. Leurs locataires peuvent les acheter, ainsi que leurs descendants, d'autres locataires du parc social et, seulement si le logement est vide, d'autres particuliers, sans condition de ressource. L'article du projet de loi Elan qui prévoyait la possible arrivée de sociétés d'investissement privées dans le secteur n'a finalement pas été retenu. Encore récemment, nombre d'élus et bailleurs s'opposaient à l'idée même de vendre, ce qui explique que les scores n'aient jamais dépassé de 6.000 à 7.000 lots par an. Car l'intérêt de ces cessions ne saute pas aux yeux : les maires peuvent y perdre l'équilibre entre leur parc privé et social au regard de la loi SRU, les organismes HLM ont tout à gagner à conserver la part de leur patrimoine amortie et qui rapporte ; ils ne sont pas non plus enclins à gérer des copropriétés. Enfin les locataires ne peuvent pas toujours - ou parfois ne veulent pas - devenir propriétaires... « Nous permettons aux bailleurs d'externaliser les difficultés, c'est sans doute pour ça que se manifestent des organismes qui ne vendaient rien. Nous serons peut-être amenés aussi à imaginer des aides pour accompagner les locataires candidats hésitants à l'achat ». « La diète imposée au secteur depuis la fin de l'année 2017 l'oblige à trouver un nouvel équilibre économique dont la vente fait désormais partie », analyse Yannick Borde, le président du réseau immobilier Procivis Tous à vendre, mais pas tous achetés Ces logements vont-ils trouver preneur ? Action Logement dispose de 4 milliards d'euros pour les acheter mais va faire son choix, car l'ONV n'a pas ensuite l'intention de les revendre à perte : 24 % des immeubles proposés à la foncière sont situés en Ile-de-France, 17 % en Auvergne-Rhône-Alpes, 13 % en Nouvelle Aquitaine, entre 6 et 8 % en Centre-Val de Loire, en Bourgogne en Franche Comté, dans le Grand Est et les Hauts-de-France, ce qui ne dit pas s'il s'agit de grandes barres, de maisons individuelles ou de petits immeubles collectifs en centre-ville. « Les maisons en zones rurales se vendront sans doute bien, les grands immeubles des années 1970, c'est moins sûr. En tout cas les quantités visées sont tout à fait irréalistes », poursuit Yannick Borde. La vente d'un logement permet théoriquement d'en financer deux ou trois en jouant sur le levier de l'emprunt, mais tout dépend où, et pas forcément en zone tendue, là où les besoins sont les plus grands. Source : www.lesechos.fr
  7. 7. La revue de Presse KYLIA 7 Taxe sur les logements vacants (TLV) Le 30/11/2018 Qu’est-ce que la taxe sur les logements vacants ? Les propriétaires d’un bien immobilier peuvent recevoir un avis d’imposition réclamant le paiement d’une taxe sur les logements vacants, également appelée "TLV". Cet impôt doit être payé, sous certaines conditions, dès lors que le logement dont ils sont propriétaires est inoccupé. Définition de la taxe sur les logements vacants La taxe sur les logements vacants est un impôt dû par les propriétaires d’un logement qui est inoccupé depuis au moins un an et qui se situe dans une zone tendue. Taxe sur les logements vacants : conditions Condition liée à la vacance La taxe sur les logements vacants concerne tous les logements vacants depuis au moins un an. Un logement est considéré comme vacant dès lors qu’il :  est libre de toute occupation pendant au moins une année ;
  8. 8. La revue de Presse KYLIA 8  est occupé moins de 90 jours par an. Par conséquent, un bien immobilier n’est pas assujetti à la taxe sur les logements vacants dès lors qu’il est occupé plus de 90 jours consécutifs au cours d’une année. La durée d’inoccupation est calculée à compter du 1er janvier de l’année d’imposition. La taxe sur les logements vacants est due par le propriétaire ou l’usufruitier du logement assujetti. Si un propriétaire ou un usufruitier possède plusieurs logements vacants, il est redevable de la taxe pour chacun d’entre eux. Conditions liées au logement La taxe sur les logements vacants s'applique aux logements d’habitation (ils doivent être clos, couverts et disposant des éléments de confort minimum tels que l’eau, l’électricité, etc.) qui ne sont pas soumis à la taxe d’habitation. Bon à savoir : pour être assujetti le logement doit se situer dans une zone tendue dont la liste figure dans le décret n° 2013-392 du 10 mai 2013. Cela concerne plus de 1000 communes. Exonération de la taxe sur les logements vacants Les logements suivants sont exonérés de taxe sur les logements vacants :  les logements qui ne sont pas à usage d’habitation ;  les logements nécessitant des travaux importants pour devenir habitables (montant des travaux nécessaires supérieurs à 25 % de la valeur vénale du logement) ;  les logements dont la vacance est indépendante de la volonté du propriétaire ou de l’usufruitier ;  les résidences secondaires meublées soumises à la taxe d’habitation. Montant de la taxe sur les logements vacants La taxe est calculée sur la base de la valeur locative cadastrale du logement concerné tout comme la taxe d’habitation. Sur cette base est appliqué un taux égal à :  12,5 % la première année ;  25 % à compter de la 2ème année de vacance. Paiement de la taxe sur les logements vacants
  9. 9. La revue de Presse KYLIA 9 Les redevables de la taxe sur les logements vacants n’ont aucune déclaration à effectuer. L’administration fiscale adresse directement un avis de taxe sur les logements vacants aux redevables selon les informations qu’elle détient. La date limite de paiement de la taxe est fixée au 17 décembre 2018 et jusqu'au 22 décembre 2018 en ligne. Réclamation Les personnes qui reçoivent un avis de taxe sur les logements vacants alors qu’elles estiment ne pas en être redevables peuvent exercer une réclamation auprès de l’administration fiscale dont dépend le logement concerné. Cette réclamation peut être effectuée en adressant une lettre aux impôts exposant les motifs de non assujettissement. Source : www.capital.fr
  10. 10. La revue de Presse KYLIA 10 Crédit immobilier : les Français devraient moins s’endetter en 2019 Le 30/11/2018 Le risque de remontée des taux en 2019 va plomber le pouvoir d’achat immobilier des emprunteurs. Le volume des crédits accordés aux ménages devrait baisser fortement. En matière d’immobilier, l’année 2019 sera très incertaine. C’est l’avis exprimé par le courtier Cafpi (8,5 milliards d’euros de volume de crédits en 2018). Le risque de remontée des taux, qui va bien finir par arriver, conjugué à la hausse des prix, pourrait affecter le pouvoir d’achat des Français, et notamment les primo-accédants. «Selon les hypothèses de recul de la part des primo-accédants, on peut s’attendre en 2019 à une baisse de 5 à 30 milliards d’euros du volume de crédits délivrés par rapport à 2018», explique Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Pour 2019, le courtier s’attend à une hausse maximale de 0,5 point du taux d’un crédit sur 20 ans. Actuellement, le taux sur 20 ans s’élève à environ 1,5% et devrait donc atteindre dans le pire des cas la barre symbolique de 2% à la fin de l’année selon Cafpi. «La BCE n’augmentera pas ses taux courts mais nous devrions assister à une hausse des taux longs (sur dix ans) qui sert de référence aux banques pour fixer leurs taux de crédit», affirme l’économiste Marc Touati.
  11. 11. La revue de Presse KYLIA 11 Malgré la hausse des prix, le pouvoir d’achat immobilier est resté stable ces dernières années. Pour une mensualité de 1000 euros sur 20 ans, les emprunteurs ont pu acheter 1 m² supplémentaire à Paris, selon Cafpi, et 2 m² à Lille. En revanche, ils ont perdu 1 m² à Nice, 3 m² à Lyon, Toulouse ou Rennes, 5 m² à Strasbourg. Deux villes font exception: Bordeaux où la flambée des prix a pénalisé le pouvoir d’achat immobilier (-15 m²) et Marseille qui gagne 20 m² sur cette période. Une augmentation des taux mettrait à mal ce pouvoir d’achat et plomberait le moral des Français. Seuls 30% d’entre eux envisagent de devenir propriétaires de leur résidence principale au cours des cinq prochaines années (contre 34% en mars 2018), selon un sondage d’Ifop. À 56%, les personnes interrogées citent les prix immobiliers trop élevés comme principal frein à l’accession à la propriété. «C’est le moment de devenir propriétaire. Certes, les prix ont beaucoup augmenté mais si les gens attendent qu’ils baissent, les taux auront augmenté, et le coût sera plus élevé que maintenant», conseille Marc Touati. Mais ce n’est pas tout: la fiscalité, notamment locale, qui n’a cessé d’augmenter ces dernières années, n’est pas de nature à inciter les Français à accéder à la propriété. C’est d’ailleurs le deuxième obstacle cité par les personnes sondées par l’Ifop. Source : www.lefigaro.fr
  12. 12. La revue de Presse KYLIA 12 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE Restauration rapide : le succès des concepts mixtes Le 26/11/2018 En exploitant tous les moments de la journée et en s'adaptant aux attentes des clients avec une offre large et une identité visuelle travaillée, les concepts mixtes séduisent les consommateurs. Franck Sarroche a su créer une marque à l'identité forte tout en s'adaptant aux attentes des clients.
  13. 13. La revue de Presse KYLIA 13 Le Mugs à Saint-Raphaël (Var). Franck Sarroche est aujourd’hui à la tête d’une marque, Maison Sarroche, fondée en 1945 et qui compte douze établissements autour de Toulon (Var), des boutiques qui mixent boulangerie, pâtisserie et restauration rapide. En 2018, il a ouvert trois nouveaux lieux, dont un à Toulon qui exploite tous les moments de la journée : petit déjeuner, boulangerie, pâtisserie, comptoir de vente à emporter, salon de thé et une nouvelle proposition de restauration à table avec une carte de brasserie lyonnaise. “Au fur et à mesure des années, on s’est adapté aux attentes des clients en diversifiant nos propositions”, explique-t-il. Pour lui, cette offre mixte “correspond au mode de vie actuel où l’on mange différemment chaque jour mais à bon prix”. Ce que confirme Nicolas Nouchi, directeur des études CHD Expert : “Sept consommateurs sur dix ne savent pas où ils vont aller déjeuner. La décision se prend à la sortie du bureau. Aujourd’hui, le consommateur a un jeu de cartes avec différents lieux qu’il va fréquenter à un moment donné.” Une offre évoluée, originale et complète Au comptoir à emporter, Franck Sarroche propose un large choix de sandwichs, dont ceux au poulet représentent 50 % des ventes, pan bagna pour l’attente locale, clubs, paninis, wraps, mais aussi salades, tartes salées et plats à emporter, avec un ticket moyen à 8-10 €. “Le client recherche une offre évoluée, originale et complète. Pour nous, le défi est de renouveler en permanence notre proposition.” Pour s’adapter à la demande, l’offre n’est d’ailleurs pas la même d’une boutique à l’autre, selon qu’elle soit à la ville ou en bord de mer.
  14. 14. La revue de Presse KYLIA 14 Autre concept à succès, Le Mugs à Saint-Raphaël : du petit déjeuner au dîner, l’établissement propose une carte sur le pouce avec sandwichs, tartes salées, club, paninis et salades qui peuvent être emportés ou consommés sur place. Un comptoir à pâtisseries est la marque de fabrique de la maison, le tout parallèle à une offre de restauration à table. “En créant un univers, une atmosphère et une offre fortes, il est possible d’attirer plus largement les consommateurs, explique Nicolas Nouchi. La conquête de ce client volatile est l’enjeu majeur du snacking aujourd’hui.” Source : www.lhôtellerie-restauration.fr
  15. 15. La revue de Presse KYLIA 15 Vente de titres : et si vous n’êtes pas payé le jour de la vente ? Le 27/11/2018 Une société vend les titres qu’elle détient dans une autre société, mais n’est effectivement payée que 2 ans plus tard. A l’issue d’un contrôle fiscal, l’administration lui réclame non seulement le paiement de l’impôt sur le gain réalisé (logique !), mais aussi le paiement de pénalités (logique ?). Vente de titres : à quel moment faut-il déclarer le gain réalisé ? Une société, soumise à l’impôt sur le revenu, vend les titres qu’elle détient dans une autre société. A l’occasion d’un contrôle fiscal, l’administration considère qu’elle a déclaré trop tardivement le gain réalisé (plus-value). En conséquence, elle lui réclame non seulement le paiement de l’impôt éludé, mais aussi le paiement des intérêts de retard et de la majoration de 10 %.
  16. 16. La revue de Presse KYLIA 16 La société conteste les pénalités qui lui sont réclamées, considérant que contrairement à ce que prétend l’administration, sa déclaration de plus-value n’a pas été trop tardive : si la vente a bien eu lieu en année N, il a fallu près de 2 années supplémentaires pour régler un imbroglio portant sur la propriété des titres cédés. Elle rappelle qu’au jour convenu pour la vente, l’un de ses propres associés a en effet revendiqué la propriété des titres vendus. Il est allé saisir un juge qui, le temps de régler le problème, a bloqué le prix de vente sur un compte spécifique (on parle de « placement sous séquestre »). 2 ans plus tard, le juge a finalement reconnu que contrairement aux dires de l’associé, c’est bien la société qui était propriétaire des titres objets de la vente. Il a donc remis le prix de vente à la société. Puisque la vente n’était parfaite qu’au jour de la remise du prix de vente (en année N + 2 ici selon la société), la société n’a pas, selon elle, déclaré tardivement sa plus-value. Elle n’a donc pas à supporter les pénalités. Mais pas pour le juge de l’impôt qui rappelle qu’une vente est parfaite dès lors que l’acheteur et le vendeur se sont mis d’accord sur la chose vendue (ici les titres) et sur le prix de vente. Le fait que le prix de vente ait été rendu indisponible pendant 2 ans est sans incidence : la déclaration de plus-value de la société était effectivement tardive. Les pénalités sont donc maintenues. Source : Arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Versailles du 6 novembre 2018, n°17VE01501 Source : www.bar-brasserie.fr
  17. 17. La revue de Presse KYLIA 17 Vente de fonds de commerce : comment répartir le montant entre les associés ? Le 28/11/2018 © GettyImages “Dans le cas de la vente d’un fonds de commerce d’une SARL créée en 2006 et modifiée en 2008, avec un associé majoritaire (90 % du capital) et un associé minoritaire (10 %), comment se répartit la somme obtenue ? S’il est vendu 300 000 € par exemple, l’associé minoritaire reçoit-il 10 % de la vente, soit 30 000 € ?” En principe, il faut effectuer une distinction entre la vente d’un fonds de commerce qui appartient à la société et la vente des parts sociales. Le prix de vente d’un fonds de commerce qui appartient à la société est versé à celle-ci après respect des délais légaux de séquestre. Une fois que sont payées toutes les dettes, les associés peuvent prétendre à une répartition des sommes à distribuer au prorata du nombre de parts dans la société. Source : www.lhôtellerie-restauration.fr
  18. 18. La revue de Presse KYLIA 18 Peut-on dédoubler une licence IV ? Le 28/11/2018 "L'extension d'une licence IV est-elle possible sur un lieu qui n'est pas à la même adresse que mon établissement mais qui sera sous la même entité ? Si oui, quelles sont les démarches ?" © Thinkstock Le fait de créer un établissement distinct dans un bâtiment différent sans aucune communication entre les deux débits ne constitue pas une extension mais un dédoublement du débit initial et donc une ouverture illicite. Pour que cela soit possible, vous devez vous procurer une nouvelle licence de débits de boissons et faire la déclaration préalable à l’ouverture de ce nouveau débit. L’exploitation d’un débit de boissons sans avoir effectué la déclaration préalable est constitutive d’un délit, puni de 3 750 € d’amende (art. L3352-3 du code de la santé publique). Le simple agrandissement d’un débit préexistant ne constitue pas une infraction. L’article R3323-4 du code de la santé publique précise que les terrasses des débits de boissons implantées sur le domaine public sont considérées comme une extension de l’établissement. La jurisprudence a considéré qu’il y avait extension du débit initial dans les cas suivants :
  19. 19. La revue de Presse KYLIA 19 - le fait d’agrandir un débit de boissons préexistant en aménageant une nouvelle salle communiquant avec l’ancienne ne peut en soi être considéré comme l’ouverture d’un nouveau débit (Crim.19 mars 1969) ; - le fait d’agrandir un débit et de l’aménager en parties à vocation spécialisées, dès lors que tous ces éléments font partie d’un ensemble unique (Paris 28 septembre 1976). En revanche, la jurisprudence a considéré qu’il y avait ouverture d’un débit illicite : - lorsqu’un exploitant installe, dans un immeuble où il exploitait déjà une licence, une nouvelle salle distincte du fonds primitif sans communication intérieure de l’une à l’autre et destinée en fait à une clientèle différente (Cass. crim 27 mars 1974, bull.crim n° 132) ; - lorsque l’exploitant, loin d’avoir seulement aménagé le fonds initial, crée un établissement nouveau qui, bien que communiquant avec le premier, s’en distingue par un certain nombre de particularités : les enseignes, la décoration, les horaires, les tarifs de consommations, les clientèles et les modes d’exploitation (Cass. crim. 22 janvier 1976, bull. Crim. n° 27). Source : www.lhôtellerie-restauration.com
  20. 20. La revue de Presse KYLIA 20 A propos de Kylia KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle Génération : Le 1er réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents. Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses agents immobiliers. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA Immobilier Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

×