Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Gazette-5-week-end

344 views

Published on

Gazette du Festival International du Film de La Roche sur Yon. Numéro du Week-End. Samedi 21 et dimanche 22 Octobre.

Published in: Art & Photos
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Gazette-5-week-end

  1. 1. I nvité d’honneur de cette huitième édi- tion du Festival, Michel Gondry a été à l’honneur toute cette semaine, et ça continue ce week-end ! Portrait de ce réali- sateur-bricoleur, aussi inventif que surpre- nant. Tout a commencé pour Michel Gondry dans les an- nées 1980. Il décide alors de réaliser un clip pour songroupederock,OuiOui,dontilestlebatteur.Il se fait ensuite connaître grâce à ses réalisations de clips pour des artistes français des années 80/90 et gagne vite en renommée en collaborant avec de nombreuxartistesdontsonégérieBjörkmaisaussi avecTheRollingStones,TheChemicalBrothers,IAM, Radiohead, Kylie Minogue ou encore les White Stripes. En 2004, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, une comédie romantico-futuriste por- tée par Jim Carrey et Kate Winslet, le propulse. Il enchaîne de nouvelles créations cinématogra- phiquestellesqueLaSciencedesrêves,Soyezsympas, rembobinezouTheGreenHornetadaptéd’uncomics desannées1960. The we and the I est un film plus confidentiel tourné dans le Bronx à bord d’un bus rempli d’ados après leur dernière journée de cours. Dans un univers mélangeant réalisme et fan- tastique, il adapte le célèbre roman de Boris Vian, L’Écume des jours, avec Audrey Tautou et Romain Duris. Son dernier long-métrage s’in- titule Microbe et Gasoil, un road-movie auto- biographique. Pour Gondry, c’était « une façon de réaliser ce rêve », celui de construire une voiture et de partir sur la route avec un pote. Fidèle à son image d’homme touche-à-tout, Gondry ne pense pas au scénario à l’avance. C’est une fois sur le tournage avec les acteurs qu’il imagine les dialogues et les scènes en se laissant porter par ce qui l’entoure. Il s’inspire notamment des réalisateurs Charlie Chaplin et Billy Wilder. Mais où va-t-il chercher ses idées ? « Lorsque j’ai une idée, je sais où je vais mais je ne sais pas si je vais y parvenir. J’ai une méthode par- ticulière pour trouver des idées. Je fais défiler dans ma tête toutes celles qui me viennent et quand j’en trouve une complètement ridicule, je la fais passer pour en laisser surgir d’autres, puis je vais la rechercher. Je me dis que cette idée est tellement bancale qu’elle va me demander une attention très spéciale pour exister physiquement et être acceptable dans la réalité. Et l’attention spéciale que je vais lui porter fera que le résultat sera lui aussi spé- cial ».Telle est sa marque de fabrique ! Il anticipe toujours le scénario de ses films, trouvant l’idée du suivant quand il est déjà sur un tournage. Il ne compte d’ailleurs pas s’ar- rêter de sitôt : « J’ai de la chance : j’ai réalisé dix longs-métrages en douze ans. Ce n’est pas mal. Sauf quand je me rends compte que Pelé a marqué 1 000 buts dans sa carrière.» la gazette WEEK-END DU 21-22 OCTOBRE no 5 MICHEL GONDRY © FIF85 Laurie Dzimira et Florine Baudry «J’AIMERAIS QUE CHACUN DÉVELOPPE SON POTENTIEL CRÉATIF» Version longue de ce portrait sur le web : goo.gl/zKNj1V Programme de clips au Manège samedi à 16h30 The Green Hornet, dimanche à 20h30 au Cyel. Source de citation : Répliques & l’Express
  2. 2. Mercredi soir,le Concorde a eu la chance d’accueillir le dernierfilmd’animationduréalisateurchinoisLiuJian, HaveaNiceDay.VictimedepressionsofficiellesduBu- reau du Cinéma Chinois,Have a Nice Day n’avait mal- heureusementpaspuêtreprésentélorsduFestivaldu filmd’animationd’Annecy,enjuindernier.Néanmoins, ilafaitpartiedesfilmsencompétitionlorsduFestivalde Berlin,faitrarepourunfilmanimé,àl’instarduVoyage deChihiroilyadéjàunedizained’années. Son scénario,traité à laTarantino,comprend moult re- bondissementsetdespersonnagesauxviespitoyables, sans oublier la dose de sang nécessaire. Xiao Zhang, personnage clé de l’histoire,vole un million de yuans à son patron, l’Oncle Liu. L’équivalent du parrain de la mafia va alors envoyer son tueur à gages,Skinny,à la poursuitedujeunehomme.Malchanceux,sonbutinva passerdemainenmaintoutenrestantdanslamême villeenl’espaced’unejournée.Ainsi,lespersonnagesse croisentencherchanttouslamêmechose,lapromesse d’uneviemeilleurequisetrouvedanslesac. Avec beaucoup d’humour, les protagonistes font sans cesse référence à l’actualité et plus particulièrement aux États-Unis, que ce soit par le discours de Donald Trumpàlaradioouencoreendiscutantdesétudesde ZuckerbergouSteveJobs.Parfois,desscènesdécalées s’immiscentdanslelong-métrage,amenantunedose derirependantuneactionsérieusevoiresoustension. La course-poursuite se termine mais pas un seul des personnagesnesedétachedulot,tousfinissentirrémé- diablementparéchouerdanslamissionqu’ilssefixent, pourleplusgrandplaisirdupublic... Liu Jian Samedi à 11h30 - Manège Dimanche à 14h15 - Concorde 2 Première française Tiphaine Ducept & Cassandre Dumoulin © FIF85 HAVE A NICE DAY Le troisième long-métrage de David Lowery s’at- tache à entretenir une atmosphère particulière, étrange et fantastique, décalée et étirée à tra- vers une histoire d’amour se déroulant dans une maison hantée. Casey Affleck incarne un fantôme dans sa re- présentation la plus simple (le suaire sur la tête et les trous pour les yeux) pendant près de 80 minutes. Une performance admirable : le deuil n’est donc pas vu du côté de celui qui reste,mais de celui qui est parti. Un positionnement inat- tendu pour une histoire qui ne l’est pas moins. Dans les tonalités d’une photo Polaroïd, A Ghost Story est quasiment sans paroles ; tout est dans les images et la bande son. En effet, si les mor- ceaux de musique ont leur importance, les si- lences en ont encore davantage. Le spectateur vit le film comme le fantôme perçoit, de son côté, la réalité : telle une longue attente, dans un temps suspendu. Avec A Ghost Story, David Lowery parvient à faire attendre impatiemment la fin d’une histoire qui n’en a peut-être pas. David Lowery Samedi à 14h - Auditorium Cyel Avant première Marie Hermouet © FIF85 A GHOST STORY LE SELFIE DU JOUR Retrouvez Toto et Caro à la billeterie du Cyel afin d’obtenir vos places pour les films du Festival, ils vous accueilleront dans la joie et la bonne humeur ! LA GAZETTE DES INFOCOMS Toute la semaine les étudiants en DUT Infocom de l’IUT de La Roche-sur-Yon ont ef- fectué, depuis le sous-sol du Cyel une gazette quotidienne imprimée chaque nuit et dont vous pouvez trouver des exemplaires dans tous les points du Festival ; une expérience pédagogique en temps et conditions réelles qui n’est pas sans connaître parfois des « aléas du direct » (genre… ce qui est raconté en page suivante.) Les numéros sont archivés sur le site Web des étudiants qui comprend aussi des reportages vidéos eux montés en temps et conditions réelles, à l’adresse suivante : goo. gl/zKNj1V FESTIVAL : LA MEDIATHÈQUE EN EST AUSSI Une sélection de DVD, revues et ouvrages en lien avec la programmation du Festival est dis- ponible à la Médiathèque Benjamin Rabier, et ce, jusqu’au 28 octobre. © LAUREENLEDIRACH©ANTOINEHEUDEETCAROLINETHOUEILLE
  3. 3. CE QU’IL S’EST PASSÉ DE NOTABLE CETTE SEMAINE © LAURIE DZIMIRA FOCUS : UN BIG CRASH DE LA GAZETTE À 22h, hier soir, c’est le mauvais fichier de la gazette n°4 qui a été envoyé à l’imprimeur (et par l’encadrant des étudiants, en plus !). Bilan : un numéro bourré de fautes, coquilles et anomalies a été imprimé. La version PDF qui avait été corrigée a immédiatement été mise en ligne par l’équipe Web : on peut la télécharger sur goo.gl/zKNj1V. DES RENCONTRES RICHES Avec François Musy (le grand ingénieur du son, titulaire d’un César pour Marguerite, de Xavier Giannoli), David O’Reilly (artiste numé- rique irlandais, multimédia et en exposition, par ailleurs très éton- né par les étourneaux de La Roche-sur-Yon paraît-il), Jean Regnaud (scénariste et auteur de films pour la jeunesse lors d’une, dit-on, passionnante rencontre Ecole et Cinéma,voir gazette n°4),Frederick Wiseman (documentariste maestro, voir gazette n°3)... UN SPECTACLE MAGIQUE Celui de « Lumières » d’Ellie James, ciné-concert indie pop pour pe- tits mercredi (photo ci-contre, et lire la gazette n°2) UN MATCH DE TENNIS ET UN CONCERT DES SMITHS Ce sont deux fictions-docus ou docus-fictions ou vrai-faux biopics comme on voudra : soit le match Borg-McEnroe de Janus Metz Pe- tersen (lire la gazette n°2) soit England is mine de Mark Gill sur le leader de The Smiths (gazette n°4)... Un concert de Zombie Zombie Un trio qui joue de l’électro « krautrock mâti- né de samples hypnotisants » ce samedi soir au Fuzz’Yon. Wikipédia nous explique que «Lekrautrockestungenremusicaldelafindes années 1960, essentiellement représenté par desgroupesoriginairesd’Allemagnedel’Ouest. Il est souvent considéré comme un sous-genre musical du rock progressif, à l’instar du zeuhl en France, par exemple. » Et de citer Tangerine Dream et Kraftwerk. La zeulh ? Mais oui vous savez ! C’est Magma… (On parle aux gens qui planentaupremierrang,là). Un film et une rencontre en béton avecZiadKalthoum Ce samedi au Concorde à 18h15 et dimanche à 11h45,le réalisateur Ziad Khaltoum présente son Taste of Cement qui montre vertigineusement comment des ouvriers libanais bâtissent des im- meublestandisqu’onbombardeleursmaisons. UnerencontreavecSaïdBenSaïd LeproducteurdeElledePaulVerhoevenetd’Aqua- riusdeKleberMendonçaFilho,tousdeuxencom- pétition à Cannes en 2016.Ce sera à l’auditorium duCyelsamedià16h15. À NE PAS LOUPER CE WEEK END
  4. 4. TrèsgroscoupdecœuràladécouvertedeBorg McEnroe. Des prises de vues grandioses, une bande-son so 80’s, et des acteurs à couper le souffle ! Plus qu’un film, j’ai assisté à un match hors du commun qui m’a transporté jusque sur la pelouse de Wimbledon. Au-delà d’un long-métragesurletennis,c’estsurtoutl’histoire de deux joueurs mythiques, entre sacrifices et passion.Aurythmedesballes,nousvibronsavec euxtoutaulongdujeu! Magnifique surprise avec Borg McEnroe de Janus Metz Pederson, pas fan de tennis en temps normal, j’ai été conquise par ce film qui nous tient en haleine et qui sublime avec merveille la finale de Wimbledon de 1980. Coup de cœur également pour Bad Genius qui reprend avec brio les codes du thriller et démontrebrillammentcommentl’intelligence peut être mise à mauvais profit. De très bons filmsetunesuperbeprogrammation! Pris au piège, d’Alex de la Iglesia. Aussi co- mique qu’effrayant, il vous plongera dans la peur que ressentent les personnages.Forcés de s’entraider ou de s’entre incriminer, les victimes de ce piège se perdent dans des scènes grotesques et inoubliables.Seront-ils submergés par l’animalité que provoque la peur ou les sentiments humains pren- dront-ils le dessus ? Pour avoir la réponse, allez voir ce film ! Coup de cœur pour Borg McEnroe. On en viendrait presque à douter de l’issue.Janus Metz Pedersen réussit l’exploit, au travers d’une narration savamment mise en scène et sublime, de nous replonger en 1980, à la finale de Wimbledon. Dans cette hymne à la détermination, il nous montre les humains,derrière les tennismen,et nous offre la meilleure « Perspectives », à travers un suspens qui ne peut laisser personne in- différent. Brillant. Le Festival International du Film se compose de films mais aussi de concerts et surtout de rencontres. Les festivaliers ont eu la chance, par exemple,depouvoirdiscuteravecMarkGill,réa- lisateur du film England is mine.Cet échange nous a permis de comprendre qu’il n’était pas seulementréalisateurmaisaussimusicien.Une belle rencontre parmi tant d’autres pour décou- vrirderéellespersonnalités. Emporté par le van de The Leisure Seeker, bercé par les mouvements gracieux de Bob- bi Jene, malmené par la hargne de Chien, cette édition m’a tiraillé de tout côté. Mais qui sait quelles autres surprises ce week-end nous réserve... J’ai écrit cette petite brève juste avant de voir BorgMcEnroe,et je crois que j’ai finalement trouvé mon film préféré du FIF 2017 ! Je ne sais pas si le reste des festivaliers serait du même avis, mais The Rules for Everything m’a vraiment touchée. Une réflexion sur le chaos de la vie et nos ten- tatives pour en sortir indemnes qui nous transporte dans une réflexion poétique, toute en images au grain vieilli. La voix de Storm, la petite fille, personnage central du film, nous berce. C’est beau, c’est touchant ... et c’est norvégien ! Si je devais donner un nom, je vous citerai ma bonne surprise de la semaine Microbe & Gasoil que je suis allée voir sans grande attente. Le dernier bébé de Michel Gondry m’a pourtant touchée en plein cœur. Ce qui m’a plu dans ce film c’est que dès que l’on soulève une incohérence un des person- nages lance une réplique qui nous répond en écho et nous cloue le bec. Entre candeur et humour acidulé,on sort de la salle grandi. Florine Astrid Laurena ZacharieJeanne Camille Mathilda Julie FOCUS : LES PRONOSTICS DE LA RÉDAC’ FOCUS : COUP
  5. 5. © MAËVA LUCAS Alors que, n’étant pas réellement fan de foot (toutecapacitésportivem’ayantabandonnée depuis longtemps), cette séance était plus pour mon amoureux que pour moi-même. Cependant c’est un gros coup de cœur que futpourmoiLa surface de réparation,film d’ouverture de cette 8e édition du festival.Ce long métrage prend au cœur, faisant passer par tous les états émotionnels possibles, de la joie à la colère, en passant par la tristesse. Les Gardiennes a été un réel coup de cœur. Ce long-métrage sur « l’arrière » durant la Première Guerre Mondiale était boulever- sant. Différent d’un documentaire habituel, il retrace le quotidien de ces familles qui attendent le retour de leurs soldats à la mai- son avec la peur qu’une mauvaise nouvelle n’arrive.On comprend alors le désespoir des Poilus et l’espoir de la famille à travers les lettres qu’ils s’envoient. Un film magnifique et d’un grand réalisme ! The We and the I. Cruel mais réaliste, le point fort de ce film est selon moi son tour- nage qui se passe essentiellement dans un bus, dans le Bronx. J’ai été intriguée par ce huis-clos original, insistant sur la différence de comportement des lycéens, qu’ils soient en groupe ou seuls, qu’ils soient confron- tés à leurs amours, leurs peurs ou même la mort. Surprenant ! Pris au piège.Entrefousriresetgrossesfrayeurs, cefilmnem’apaslaisséuneseulesecondederépit. ÁlexdelaIglesiamanieàlaperfectionl’artdusus- penseetnousdévoileunfilmplusprofondqu’iln’y paraît.Ensortantdelasalle,j’ensuismêmearrivée àmedemanderquellegenredepersonnejeserais face à cette situation.Mieux vaut peut-être ne pas savoir…Unfilmàsavourersansmodération! Aquarius : puissant et marquant sont les mots qui le définissent selon moi. Kleber Mendonça Filho fait le portrait d’une femme admirable au caractère fort. La mentalité de la société d’aujourd’hui est très bien dé- peinte et effraie. Aquarius m’a beaucoup touchée et émue. Un film qui donne envie de se battre et de résister. The Leisure Seeker c’est mon coup de cœur de la semaine. Un road trip drôle et émouvant dans lequel on suit John et Ella, un couple de personnes âgées, lors de leurs dernières vacances en camping-car. On ne peut pas rester insensible face à l’amour qu’il se portent même après des années de vie commune. J’ai rarement autant ri et pleuré en regardant un film. En bref, un film qui donne envie de partir à l’aventure avec la personne que l’on aime ! Gros coup de cœur pour le Ciné-concert Lumières, d’Ellie James. Sa musique, ses sons et sa voix m’ont touchée, les frissons étaient au rendez-vous ! Côté film, Eternal Sunshine of the Spotless mind était mer- veilleux. Un peu sceptique au début, j’ai été convaincue. Kung Fu Yoga, un esprit India- naJones avec l’humour bon enfant deJackie Chan, m’a fait beaucoup rire. Mais j’attends Gemini qui s’annonce prometteur ! En bref, une excellente sélection ! J’ai A-DO-RÉ Paradise ! Ce film en noir et blanc m’a complètement retournée. Balancée entre scènes de violences et scènes d’amour, j’ai vraiment apprécié l’évolution logique du scénario de ce long-métrage signé Konchalovsky. Peut-on accéder au pa- radis en ayant été SS ? Peut-on y accéder en ayantcachédesenfantsjuifs?Enayantcolla- boré avec les Allemands ? Ce film époustou- flant remportera au moins mon oscar coup de cœur ! Margaux Tiphaine Cassandre Laurie Marie F Marie H MélanieAmélie : COUPS DE CŒUR DE LA RÉDAC’ La rédaction issue du DUT Infocom de l’IUT de La Roche-sur-Yon, tout en réali- sant la gazette au quotidien a écumé les salles durant le Festival. Voici la liste de leurs coups de cœurs.
  6. 6. Directrice de publication Claudine Paque Encadrement éditorial Francis Mizio et Louise Vuillemenot Rédaction Étudiants de l’IUT de La Roche-sur-Yon, département Information et Communication Maquette et PAO Marie Fonteneau et Margaux Daniaud Tout le programme du festival sur www.fif-85.com Sur le web : articles, reportages vidéo, capsules audio, fantaisies des rézos goo.gl/zKNj1V Festival international du film de La Roche-sur-Yon @FestFilmLRSY #FestFilmLRSY Impression: Belz, La Roche-sur-Yon LES GARDIENNES Dans les temps anciens, un trésor fut escorté par l’armée de Magadha, armée aujourd’hui disparue. Le professeur d’archéologie, « l’un des plus grands archéologues du monde » (il y tient), interprété par Jackie Chan, enseigne cette légende à ses élèves. C’était sans compter sur la jeune professeure indienne Ashmita qui lui demande de l’aider dans la quête de ce trésor ancestral. Jack en- traîne dans cette aventure ses deux assistants et le fils d’un de ses proches amis, lui aussi dis- paru,Jones. Mais ils croiseront sur leur chemin toutes sortes d’ennemis, le petit Jackie, des hyènes, ou encore Randall, le 79e (soit disant) héritier du trésor. Un film de Stanley Tong « complètement  » qui mélange kung-fu, yoga et course-poursuite, une chasse au trésor à la Indiana Jones dans des paysages époustouflants entre l’Inde et la Chine, et une scène finale à la Bollywood. Vous aimerez sans aucun doute l’humour bon enfant et les scènes quelque peu exagérées de ce film n°1 au box office chinois. Une chose est certaine : Jackie Chan n’est pas près de prendre sa retraite ! Stanley Tong Dimanche à 16h30 - Concorde 2 Avant première © FIF85 Laurie Dzimira KUNG FU YOGA Elles sont mères de famille, épouses, sœurs. Dans la campagne française, elles attendent le retour de leurs Poilus partis au front. Du début delaPremièreGuerreMondiale,jusqu’àl’après- guerre,ces femmes de caractère déroulent leur quotidien, entre le travail de la terre et celui de la maison. Xavier Beauvois met en lumière la vie de l’arrière à la ferme du Pariser, dans une routine ponctuée d’attentes interminables et d’espoirs. La vie dans les tranchées est vécue au travers des rares correspondances entre les soldats et leur famille, et là-bas,« le monde est inversé, ce sont les vivants qui sont sous terre et les morts qui sont sur terre ». Retraçant l’His- toire, de la bataille de Verdun au passage des Américains,ce film historique est d’un réalisme bouleversant. Ce diptyque écrit et réalisé par Guillaume Brac est présenté dans le cadre de la catégorie Perspectives. Ces deux courts métrages sont en réalité une commande du conservatoire d’art dramatique, et les acteurs, 5 hommes et 5 femmes, des apprentis comédiens. Le scéna- rio mêle deux parties et est construit sur des rencontres qui changeront les personnages à jamais. L’une, dans L’amie du dimanche, dans une base de loisirs à Cergy-Pontoise et l’autre, dans Hanne et la fête nationale, en plein 14 juillet à Paris. Les personnages vous parlent d’amour, de jalousie, de passion, et de drague maladroite. À la fois drôle et cocasse, vous sui- vrez, dans ces rencontres, les premiers pas de jeunes acteurs. En rentrant dans un bar miteux de Madrid, Ele- na voulait simplement recharger son téléphone. Elle finira par vivre la journée la plus longue de sa vie, en proie à ses peurs les plus profondes. Álex de la Iglesia créé un huis-clos angoissant, dans lequel la peur va dominer tout sentiment de raison. Poursauverleursintérêtsetleurvie,lesclientsdubar vontdevoirfairefaceàdesdilemmes,entreconfiance ettrahison.Denombreuxthèmesdesociétésonttrai- tésàtraverscetteœuvre:celuidesécransdefuméedu gouvernementpourcacherlapropagationd’unvirus oulesclichésraciauxquidésignentunsuspectselonsa barbeunpeutroplongue..Malgrélecynismedecer- tains personnages, des scènes absurdes provoquent le rire, mais au fur et à mesure du film, ces mêmes scènesdeviennentdérangeantes.Entrechoixcruciaux et nombreux doutes,la peur va-t-elle réduire à néant toutsentimenthumain? CONTES DE JUILLET PRIS AU PIÈGE Florine Baudry et Tiphaine Ducept Laurie Dzirima Florine Baudry & Lauréna Carmet © FIF85© FIF85 Xavier Beauvois Dimanche à 16h15 - Manège Avant première Guillaume Brac Samedià16h15-Concorde1 et dimancheà11h45 -Concorde2 Présenceduréalisateuretproducteur, Avantpremière Álex de la Iglesia Dimanche à 20h30 - Concorde 2 Avant première © FIF85
  7. 7. FOCUS THE GREEN HORNET : PIQÛRE DE RAPPEL © DR ©FIF85 Zacharie Robillon C e dimanche 22 octobre sera l’occasion de (re)voir The Green Hornet à l’auditorium du Cyel, à 20h30. L’acteur Seth Rogen y incarne le célèbre Frelon Vert, partageant l’écran avec Cameron Diaz et Christopher Waltz. Il est mis à l’hon- neur en ce jour avec le film Supergrave, dont le scénario a été écrit par Michel Gondry, passera à la même heure au Concorde. The Green Hornet est une adaptation cinématographique de la célèbre série des années 60 avec Bruce Lee et Van Williams, elle-même inspirée de la série radiophonique de 1936. Le Frelon Vert, c’est avant-tout un fils-à-papa passant sa jeunesse à boire, organiser des soi- rées avec l’argent familial, et s’amuser, sans oublier d’être arrogant et insupportable. Un incident déclencheur lui rappelle soudaine- ment ses rêves d’enfance, et il se décide à se reprendre en main pour devenir un super-hé- ros. Le problème ? Il ne sait pas comment faire. Heureusement, sa nouvelle secrétaire a un doctorat en criminologie et peut le renseigner sur les prochains « forfaits » de celui qui se fait dorénavant appeler The Green Hornet. Dans son aventure, il est appuyé par son serviteur Kato, spécialiste du Latte art (dessin sur crème de café) et du combat à mains nues. Il doit cependant affronter un ennemi incar- né par Christopher Waltz, une vraie terreur de la mafia, mais qui n’est pas prêt à accepter le changement : « t’es dépassé, t’es vieux, tu fais pas peur », comme lui dit un concurrent durant la scène d’ouverture. Il se refuse à porter des collants et préfère son costume de parrain, ré- futant son rôle de super-vilain. Un super-héros,un super-vilain en devenir,un acolyte dans l’ombre avec des pointes de jalousie qui percent, une belle héroïne qui intéresse le héros, un arsenal dans une salle secrète : ce film semble un cliché du cinéma de ce genre, à la frontière entre les anciens James Bond et les films modernes de super-héros... Et pourtant, en le regardant, on a la sensation de se rapprocher des ovnis de ce style, comme Kick-ass ou Watchmen : les gardiens. Tel ce dernier, The Green Hornet apporte une réflexion sur le rôle du super-héros, redondant ces dernières décennies, et portant sur le cliché. Ainsi,l’image de celui-ci est totalement revisitée.Le film remet en cause le faire-valoir et l’acolyte également,en ne se cantonnant pas au disciple et à la conquête sentimentale du principal protagoniste. Cependant, le Frelon Vert n’échappe pas à la longue tradition des courses-poursuites en voiture et des combats au ralenti. Le pitch La réflexion sur le cinéma de super-héros Vous aurez d’ailleurs l’occasion d’assister à un super plan séquence dont voici certains éléments. La réalisation de Michel Gondry est impeccable sur ce film, tant les transitions entre les plans sont précises en particulier dans de su- perbes raccords par analogie. Un plan marquant, c’est cette mise à prix du Green Hornet par son ennemi. Le qualificatif exact et tech- nique serait « un plan séquence en split screen ». C’est en effet un même plan qui se divise sur l’écran au fur et à mesure que les gens sont mis au courant de la récompense. On suit ainsi chaque person- nage dans la diffusion de l’information avec un brouhaha assourdis- sant composé de dizaines de paroles simultanées. Et si une scène m’ était contée : la mise à prix
  8. 8. PAR L’ÉQUIPE PHOTOGRAPHIE DES ÉTUDIANTES D’INFOCOM DE L’IUT DE LA ROCHE-SUR-YON ; DES MOMENTS CAPTURÉS DURANT CETTE SEMAINE INOUBLIABLE. 4 5 3 8 7 21 6 1 Pendant le ciné-concert d’Ellie James © MAËVA LUCAS 2 Les étudiantes d’infocom dans le hall du Cyel © LOUISE GIRAUD 3 Le « fautif » de la gazette de vendredi © MAËVA LUCAS 4 L’inconnu aux lunettes du Cyel © LÉONIE MOURCOU 5 7 Pieds nus au Concorde Arrivée des étudiants avant la séance © LOUISE GIRAUD © KLARA BOIS 6 8 Kim Hiothøy & Baldwin Li Exposition David O’Reilly au Cyel © KLARA BOIS © MARION

×