Formation "Soigner ses TIC communautaires" AGIRgatineau_v221111-vfinale

  • 1,451 views
Uploaded on

Présentation de la formation "Soigner ses TIC communautaires"

Présentation de la formation "Soigner ses TIC communautaires"

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,451
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
8
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. UNE FORMATIONSUR LES ENJEUX QUE SOULÈVENTLES PRATIC COLLABORATIVESET LES RÉSEAUX SOCIAUX
  • 2. Une formation conçue en 2010-2011 et animée par : Sylvie Jochems Professeure, École de travail socialCo-animée par: Katherine Macnaughton-Osler Collaboratrice, Kamo WebEn partenariat avec : 2
  • 3. 5 OBJECTIFSInitier les personnes participantes aux praTICcollaboratives, aux réseaux sociaux et à leurs enjeux:1. Initier les personnes participantes à lhistoire dudéveloppement des TIC dont Internet afin de mieux saisir leurrôle dans la mondialisation néolibérale.2. Exposer les personnes participantes aux nouveaux discourssur la conjoncture post-industrielle, notamment par lesmétaphores «société de linformation», «société du/dessavoir/s», «capitalisme cognitif» afin, de mieux contextualiserles politiques dinnovation et les programmes adressés auxmilieux communautaires et féministes. S. Jochems (UQAM) 3
  • 4. 5 OBJECTIFS3. Proposer des concepts et une typologie pour mieuxanalyser ce que sont les usages des TIC dans les mouvementscommunautaires et féministes.4. Amorcer une réflexion critique sur les enjeux quesupposent les praTIC collaboratives des acteurs et actrices desmilieux communautaires et féministes.5. Développer des habiletés techniques pour que lespersonnes participantes sapproprient les outils du web 2.0 pourles groupes communautaires, de femmes et leursregroupements au Québec. S. Jochems (UQAM) 4
  • 5. Cadre généralde la formation• 1 journée danalyse et de discussion• ½ journée dateliers « PraTIC »• Des outils … S. Jochems (UQAM) 5
  • 6. Cadre général de la formationSite web PraTIC http://www.pratic.uqam.ca/ 6
  • 7. Cadre général de la formationPage facebook https://www.facebook.com/PraTICcomm 7
  • 8. CONTEXTE DELA FORMATION(2010-2011) Le projet-pilote : o Qui sommes-nous? http://www.pratic.uqam.ca/index.php/qui-sommes-nous-(2012-2014) Un projet à moyen terme o Obtenir une subvention du MELS o En collaboration avec la FAFMRQ o et le Réseau québécois des tables régionales de groupes de femmes o Améliorer la formation o Offrir la formation dans différentes régions du Québec S. Jochems (UQAM) 8
  • 9. PLAN DELA FORMATIONWeb 2.0• Réseaux sociaux? Pratiques collaboratives?• Portrait statistique au Québec• Des principes et caractéristiques des usages des TICIntroduction aux grands enjeux• La fracture numérique et la société des savoirs?• Critiques socialesPraTIC communautaires• Enjeux économiques• Enjeux sociaux• Enjeux politiques• Enjeux éthiques S. Jochems (UQAM) 9
  • 10. PERMISSION Acceptez-vous que l’on prenne des photos de cette formation ?Comme pour les autres regroupements, nous partageons ces photos via la page facebook, le site web PraTIC communautaires et dans nos rapports d’activités 10
  • 11. TICTECHNOLOGIES DE LINFORMATION ET DE LA COMMUNICATION S. Jochems (UQAM) 11
  • 12. Un peu d’histoire … de votre histoire ! VOUS SOUVENEZ VOUS DE … ?• La 1ère fois que vous avez pitonné sur un clavier d’ordinateur ?• Votre 1er ordinateur ?• Du traitement de texte que vous utilisiez ?• De votre 1er courriel que vous avez envoyé ?• De votre 1er téléphone sans-fil ?• De votre 1er téléphone cellulaire ? S. Jochems (UQAM)
  • 13. TICTECHNOLOGIES DE LINFORMATIONET DE LA COMMUNICATION● 1940 – le début de linformatique● 1945 – le premier micro-ordinateur● 1965 – lhypertexte (Ted Nelson)● 1969 – Arpanet, le premier Internet. 1975 – Création de la cie Microsoft. 1981 – MS-DOS● 1985 – le réseau des superordinateurs (backbone) -- Projet GNU et Free Software Fondation (Richard Stallman). 1990 – Windows 3.0---------------------------------------------------------------------------------------------------------. 1994 – World Wide Web (Tim Berners-Lee). 1996 – premiers navigateurs, explosion de lInternet. 1999 -- 1er téléphone Blackberry (RIM). 2004 – Facebook. 2006 – Twitter. 2009 - (janvier) 1ère génération Ipad, tablette électronique S. Jochems (UQAM) 13
  • 14. INTERNET,UNE RÉVOLUTION? Les TIC, quest-ce que ça change ? ÉchangeRéf: Jochems, 2011; Cardon, 2010;Cardon et Granjon, 2010 S. Jochems (UQAM) 14
  • 15. 1er postulat à propos du « déterminisme technologique » UNE CHOSE EST CERTAINE … LES TECHNOLOGIES NE DÉTERMINENT PAS LE SENS DU MONDE MAIS … LES USAGES DES TIC LE PEUVENT ! S. Jochems (UQAM)
  • 16. Les usages des outils du web 2.0 peuvent contribuer à ce queLES PRATIQUES COMMUNAUTAIRES CHANGENT ! 16
  • 17. Présentation du CDÉACF: http://www.slideshare.net/cdeacf/le-web-20-principes-usages-et-outils Présentation préparée par le CDEACF disponible sur SlideShare:http://www.slideshare.net/cdeacf/le-web-20-principes-usages-et-outils 17
  • 18. Le Web 2.0, cest ...Lexpression Web 2.0 a été proposée pour désigner ce qui est perçu comme un renouveau du Web.Lévolution ainsi qualifiée concerne aussi bien les technologies employées que les usages.En particulier, on qualifie de Web 2.0 les interfaces permettant aux internautes dinteragir à la fois avec le contenu des pages mais aussi entre eux.Lexpression a été lancée par Tim OReilly en 2004, et sest imposée à partir de 2007. Définition de Wikipédia Extrait présentation préparée par le CDEACF disponible sur SlideShare: http://www.slideshare.net/cdeacf/le-web-20-principes-usages-et-outils S. Jochems (UQAM) 18
  • 19. “BROCHURE” VS “LECTURE/ÉCRITURE”Passif ActifLecture Écriture/LectureStatique DynamiqueContribution de lorganisme Contribution des usagèresPosséder PartagerUnidirectionnel InteractifCodage HTML Traitement de texte (WYSIWYG) Extrait de la présentation préparée par le CDEACF disponible sur SlideShare: http://www.slideshare.net/cdeacf/le-web-20-principes-usages-et-outils 19
  • 20. Extrait de la présentation préparée par le CDEACF disponible sur SlideShare:http://farm1.static.flickr.com/92/234525331_855ad80469.jpg http://www.slideshare.net/cdeacf/le-web-20-principes-usages-et-outils 20
  • 21. 2e postulatLES USAGER-E-S DES TIC SONT À LA FOISLECTEURS/AUTEURS/DESTINATAIRES/ÉMETTEURS S. Jochems (UQAM)
  • 22. LA NOTION D’ESPACE PUBLIC CHANGE ! 4 FORMES DE PRISE DE PAROLE EN PUBLIC CARDON, Dominique (2010). La démocratie Internet. Promesses et limites, éditions Seuil, p. 43. S. Jochems (UQAM) 22
  • 23. S. Jochems (UQAM)MINI QUIZZ SUR LE PORTRAITDES USAGES DU WEB 2.0AU QUÉBECLes Québécois toujours adeptes des médias sociaux en 2011Au Québec, 73 % des internautes, ou 59 % des adultes, réalisent aumoins une activité sur les médias sociaux minimalement une fois par mois .Les activités qu’ils préfèrent en 2011 sont : de consulter du contenu (69,9 % des internautes), d’interagir (56 % des internautes) ou d’entretenir un profil (par exemple sur Facebook, LinkedIn, MySpace ou encore Twitter : 52 % des internautes), tandis que des activités comme le relais d’information (40,6 % des internautes) et la création de contenu (36 % des internautes) sont moins populaires .UnE internaute québécoisE c’est une personne de 18 ans et plus qui utilisent Internet. CEFRIO (2011). L’engouement pour les médias sociaux au Québec, .NeTendances, vol. 2, no1 23
  • 24. 3e postulatLES USAGES DES TIC ONT UN SENSPARFOIS DES SENS DIFFÉRENTS D’UNE PERSONNE À L’AUTRE ! S. Jochems (UQAM)
  • 25. MINI QUIZZ• Quest-ce quun site de réseautage dit « réseau social »?• Au Québec, en 2010... en pourcentage % o Combien dadultes québécois ont visité un site de réseautage ? o Combien dadultes québécois ont participé à un site de réseautage ? S. Jochems (UQAM) 25
  • 26. AU QUÉBEC EN 2010QUATRE QUÉBÉCOIS SUR DIX (4/10)ONT UN PROFIL DANS UN RÉSEAU SOCIAL Réf.: CEFRIO http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NETendances-Vol1-1.pdf S. Jochems (UQAM) 26
  • 27. MINI QUIZZ• Quest-ce quun Blogue?• Au Québec, en 2010... en pourcentage % o Combien dadultes québécois ont consulté un blogue ? o Combien dadultes québécois ont écrit ou exprimé un commentaire sur un blogue ? S. Jochems (UQAM) 27
  • 28. AU QUÉBEC EN 20102,3 MILLIONS DE QUÉBÉCOISCONSULTENT DES BLOGUES. Réf.: CEFRIO http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NETendances-Vol1-1.pdf S. Jochems (UQAM) 28
  • 29. MINI QUIZZ • Quest-ce quun micro blogue? • Au Québec, en 2010... en pourcentage % o Combien dadultes québécois ont écrit un commentaire sur un micro-blogue ? S. Jochems (UQAM) 29
  • 30. EN 2010, LE QUÉBEC COMPTE615 000 MICRO BLOGUEURS. Réf.: CEFRIO http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NETendances-Vol1-1.pdf S. Jochems (UQAM) 30
  • 31. 4e postulatLES USAGER-E-S DES TIC PEUVENT ÊTRE DESACTEURS SOCIAUX / ACTRICES SOCIALES S. Jochems (UQAM)
  • 32. UNE ORGANISATION 2.0 !1 et 2 le Web 2.0 et les communications unifiées, sont issues du monde civil.1. Le Web 2.0 fait référence à l’utilisation d’outils 2.0 sur le portail de l’organisme, tels que l’annuaire etl’organigramme dynamique, les réseaux et espaces métier, les blogues, wikis et forum, etc.2. Les communications unifiées font référence aux outils de communication en temps réel tels que lamessagerie instantanée, le live meeting, le partage de bureau, etc.3. Le X as a Service, est pour sa part issue du monde économique. Elle fait référence à l’informatique ennuage et constitue une nouvelle façon de consommer les technologies de l’information à faibles coûts,stockées sur un serveur hébergeant et accessibles par fureteur Web ou mobile.4. La gestion collaborative, est issue du monde juridique. Elle fait référence aux processus de gestion dela connaissance, aux données patrimoniales, aux règles d’affaires et d’archivage, etc. L’interrelation de ces quatre dimensions au sein de l’organisation 2.0 fait émerger de nouveaux usages, par et pour les collaborateurs. © CEFRIO et Atelya expert conseil 2011 - Tous droits réservés p.13 S. Jochems (UQAM) 32
  • 33. LES ORGANISATIONS DANS LA MIRE DESINTERNAUTES QUÉBÉCOIS SUR LES MÉDIAS SOCIAUXPrès du tiers des internautes québécois qui utilisent les médiassociaux y ont déjà suivi une marque, une entreprise, un organismeou un ministère (31 %), par exemple sur Facebook ou Twitter,et c’est un peu plus de la moitié de ces derniers qui ont déjàinteragi avec une entreprise ou un organisme (56 %) sur un médiasocial .Dans ce contexte, il est difficile pour les organisations québécoisesd’ignorer ce moyen de communication privilégié auprès de leurclientèle. CEFRIO (2011). L’engouement pour les médias sociaux au Québec, Netendances, vol. 2, no1, p. 4. S. Jochems (UQAM) 33
  • 34. UNE ORGANISATION 2.0 !OUAIS MAIS… DE KOSSÉ QU’ON PARLE ?!!! ATELIERS D’INTRODUCTION AUX USAGES TECHNIQUES S. Jochems (UQAM) 34
  • 35. ATELIERS D’ANALYSE COLLECTIVE DES ENJEUX DES USAGES DES TICEN ACTION COMMUNAUTAIRE S. Jochems (UQAM) 35
  • 36. PRATIC COMMUNAUTAIRES RÉSUMONS LES PRINCIPES1. Les TIC ne déterminent pas les usages des humains (anti- « déterminisme technique »)2. Les usagerEs des TIC sont à la fois lecteurs-auteurs-émetteurs-destinataires3. Les usages des TIC ont un sens (ou des sens!)4. Les usagerEs des TIC peuvent être des acteurs sociaux, des actrices sociales5. Les liens sociaux sur le web sont réels6. Parler, écrire, communiquer = agir ! S. Jochems (UQAM) 36
  • 37. ANALYSER ENSEMBLE EN ATELIERSLES ENJEUX DES PRATIC COMMUNAUTAIRES 1. Enjeux 2. Enjeux sociaux économiques 3. Enjeux 4. Enjeux politiques éthiques S. Jochems (UQAM) 37
  • 38. PERMISSION D’ENREGISTRER AUDIO …Le titre de la recherche “PraTIC aux Pratiques”: Votre participation au projet est volontaire Votreusages des Technologies de l’information et de participation à ce projet de recherche est volontairecommunication (TIC) de groupes de femmes du et vous pouvez vous retirer en tout temps sansQuébec. aucun préjudice.Le but de la recherche Cette recherche a pour Les mesures prises pour protéger votrebut de comprendre les discours d’actrices de anonymat et la confidentialité de vos réponses.groupes de femmes du Québec sur leurs usages Les verbatim du groupe de discussion,des technologies de l’information et de l’enregistrement numérique de la discussion et lescommunication (TIC). Plus particulièrement, notes rédigées lors de la discussion seront gardéscette recherche analyse la diversification des sous clé et détruits à la fin de la recherche.pratiques d’engagement. Elle s’inscrit dans lecadre d’une thèse de doctorat réalisée auprogramme de Service social de l’Université de L’anonymat des énoncés, des discours, estMontréal conjointement avec l’université McGill. assuré particulièrement lors de l’analyse, de l’interprétation et de la diffusion des résultats. Le cas échéant, nous pouvons faire un atelier composé de personnes qui ne souhaitent pas être enregistrées audio. S. Jochems (UQAM) 38
  • 39. 1er / 4ENJEUX SOCIAUX S. Jochems (UQAM)
  • 40. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX SOCIAUXQUESTIONS DES ACTEURS ET ACTRICES COMMUNAUTAIRES1. L’INTERVENTION SOCIALE Peut-on faire de l’intervention sociale via les outils web? Quelles sont les limites des formations en ligne ? Comment concevoir un atelier en ligne, un site web qui fonctionne ? Comment continuer à briser l’isolement si le canal devient virtuel? Au niveau de lintervention = quelles balises?2. LIENS AVEC LA POPULATION Comprendre comment le Web peut-il nous aider à mieux faire connaître notre mission? Comment développer les moyens pour faire connaître et promouvoir les services de notre organisme par lintermédiaire des outils ? Accès aux TIC pour les personnes en situation de pauvreté. S. Jochems (UQAM) 40
  • 41. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX SOCIAUX3. LIENS AVEC NOS MEMBRES L’usage de ces outils web comportent-ils des avantages et des inconvénients pour la vie associative de notre groupe? Devrait-on inscrire lorganisme sur Facebook afin de rejoindre le plus de membres possibles et faire la promotion des activités de lorganisme ? Décalage générationnel: Nos membres plus âgées et/ou moins à laise avec la technologie se sentiraient-elles laissées pour compte? Important de réfléchir sur cet aspect parce que nos organismes prennent conscience des risques et du soutien, si c’est possible. S. Jochems (UQAM) 41
  • 42. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX SOCIAUX Discussion en atelier et notes de nos réponses S. Jochems (UQAM) 42
  • 43. 5e postulatLES LIENS SOCIAUX SUR LE WEB SONT RÉELS S. Jochems (UQAM)
  • 44. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX SOCIAUX La responsabilité sociale et pertinence professionnelle de sen préoccuper : • «Le travail social n’est pas à l’écart des influences de la société de l’information, même s’il n’en prend pas une conscience nette, même s’il n’en perçoit pas toutes les interpellations et même s’il se positionne encore sur certains sujets de manière défensive. Il doit pourtant s’interroger, de sa place, sur le concept même de société de l’information : • société de l’information pour qui ? Pour servir quelles finalités ? Avec quels types d’appropriation sociale ? Pour quels usages ? Au service de quels besoins sociaux ? Pour quelles opportunités ? Avec quels dangers et donc quelles précautions à prendre ? Avec quels risques en termes d’exclusions ou de nouvelles exclusions?» (Conseil du travail social, France, 2001). S. Jochems (UQAM) 44
  • 45. PraTIC communautaires Intervention auprès de jeunes Briser l’isolement, informer, contacter unEEnjeux sociaux intervenantE S. Jochems (UQAM) 45
  • 46. PraTIC communautaires Intervention en violence conjugale voir Lumière Boréale notamment « sécurité surEnjeux sociaux Internet » S. Jochems (UQAM) 46
  • 47. PraTIC communautaires GROUPES D’ENTRAIDEEnjeux sociaux Intervention auprès de petits groupes S. Jochems (UQAM) 47
  • 48. 2e / 4ENJEUX ÉCONOMIQUES S. Jochems (UQAM)
  • 49. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉCONOMIQUESQUESTIONS DES ACTEURS ET ACTRICES COMMUNAUTAIRES1. BUDGET DE L’ORGANISME Peut-on faire des économies de temps, d’argent avec le web? Quels sont les coûts reliés à lutilisation des médias sociaux ? Est-ce que cela réduit réellement les Coûts des publicités ? Difficultés de publication dans les médias communautaire ? Délais des publications ? Suppression des coûts des envois postaux ? Comment trouver des subventions pour permettre le développement de notre organisme? S. Jochems (UQAM) 49
  • 50. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉCONOMIQUES2. ALTERNATIVES Y a-t-il moyen de faire des campagnes de financement efficaces via les outils web ? Que sont les logiciels libres?3. ORGANISATION DU TRAVAIL Quel temps de travail consacré à sa mise à jour ? Je représente un organisme communautaire qui s’est inscrit récemment à desréseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. […] Nous souhaitons évaluer lapertinence d’investir du temps à ce type de ressources pour un organismecommunautaire qui a peu de ressources. S. Jochems (UQAM) 50
  • 51. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉCONOMIQUES Discussion en atelier et notes de nos réponses S. Jochems (UQAM) 51
  • 52. Gérer et partager desPRATIC COMMUNAUTAIRES informationsENJEUX ÉCONOMIQUES Pour une meilleure synchronisation des fichiers S. Jochems (UQAM) 52
  • 53. Veille informationnelle Partager des informationsPRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉCONOMIQUES Edimestre: Nicole Nepton S. Jochems (UQAM) 53
  • 54. PRATIC COMMUNAUTAIRES 1 Edimestre pour plusieurs organismesENJEUX ÉCONOMIQUES Kamo Web S. Jochems (UQAM) 54
  • 55. PRATIC COMMUNAUTAIRES Autres ressources communautairesENJEUX ÉCONOMIQUES KOUMBIT S. Jochems (UQAM) 55
  • 56. PRATIC COMMUNAUTAIRES Autres ressources communautairesENJEUX ÉCONOMIQUES FACIL S. Jochems (UQAM) 56
  • 57. PRATIC COMMUNAUTAIRES Réduire les coûts de la téléphonie etENJEUX ÉCONOMIQUES des déplacements de représentation S. Jochems (UQAM) 57
  • 58. Logiciels libres : Un logiciel libre est un logiciel dont la licence dite libre donne à chacun le droit dutiliser, détudier, de modifier, dePRATIC COMMUNAUTAIRES dupliquer, de donner. Les logiciels libres constituent une alternative àENJEUX ÉCONOMIQUES ceux qui ne le sont pas (qualifiés de « propriétaires »). S. Jochems (UQAM) 58
  • 59. Creative commons : OBNL consacrée à développer le champ de travaux créatifs pour les autres tout en étant dans la légalité et le partage. L’organisation a créée plusieurs licences connues sous lePRATIC COMMUNAUTAIRES nom de Creative Commons licences. Les licences CC constituent un ensemble de licences régissant les conditions de réutilisation et/ou de distribution doeuvres (notamment doeuvres multimédiasENJEUX ÉCONOMIQUES diffusées sur Internet). Ces licences restreignent seulement quelques droits (ou aucun) sur les documents au lieu des droits dauteurs (copyright) traditionnel, qui sont plus restrictifs. S. Jochems (UQAM) 59
  • 60. 3e / 4ENJEUX POLITIQUES S. Jochems (UQAM)
  • 61. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX POLITIQUESQUESTIONS DES ACTEURS ET ACTRICES COMMUNAUTAIRES1. GOUVERNANCE INTERNE Est-ce que notre groupe peut avoir plus de pouvoir ? Peut-on favoriser la démocratie à l’intérieur de notre groupe?2. ACTION PUBLIQUE Quels sont les avantages et inconvénients à mobiliser et organiser une action collective via le web? Quel est le meilleur moyen de mobiliser la population avec ce type d’outils ? Quelle est lutilité dun blogue pour un organisme comme le nôtre , comme outil de mobilisation ? Quelle est la place des femmes au sein de la société de linfo et des savoirs ? (celle quon ne nous donne pas vs. celle quon choisirait de ne pas prendre) La société de linformation et du savoir passe-t-elle vraiment par Facebook? Important de réfléchir sur cet aspect parce que nos organismes prennent conscience des risques et du soutien, si c’est possible. S. Jochems (UQAM) 61
  • 62. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX POLITIQUES Discussion en atelier et notes de nos réponses S. Jochems (UQAM) 62
  • 63. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX POLITIQUES Prendre la parole et publier sur un blogue, c’est prendre du pouvoir S. Jochems (UQAM) 63
  • 64. « Prenez le contrôle de la technologie! »PRATIC COMMUNAUTAIRES Voir la rubrique “trucs techno”: Contourner la censure en toute légalité; Apprendre la vidéo citoyenne ; Témoigner Par la vidéo et le blogue; Et laENJEUX POLITIQUES rubrique “Actions” comme très bon exemple de campagne citoyenne médiatisée par les TIC. S. Jochems (UQAM) 64
  • 65. PRATIC COMMUNAUTAIRES COMMUNAUTIQUEENJEUX POLITIQUES Réflexion et enjeux S. Jochems (UQAM) 65
  • 66. PRATIC COMMUNAUTAIRES COMMUNAUTIQUEENJEUX POLITIQUES Internet citoyen et démocratie S. Jochems (UQAM) 66
  • 67. ENJEUX MONDIAUXDE NOUVEAUX DISCOURSSociété de linformation? (SMSI 2003; 2005) • « Une société soumise à une quintuple mutation : le déplacement de la composante économique principale (passage d’une économie de production à une économie de service) ; le glissement dans la structure des emplois (prééminence de la classe professionnelle et technique) ; la nouvelle centralité acquise par le savoir théorique comme source de l’innovation et de la formulation de politiques publiques ; la nécessité de baliser le futur en l’anticipant ; l’essor d’une nouvelle technologie intellectuelle tournée vers la prise de décision » (Mattelart, 2001, p. 55-56). • Octobre 2009. Elinor Ostrom reçoit le prix Nobel déconomie. Elle est la première femme de lhistoire à le recevoir. Politologue de formation, elle sintéresse à laction collective et aux biens publics. Lune de ses œuvres majeures est publiée en 2007 sous le titre Understanding Knowledge as a Commons: From Theory to Practice.Réf.: Communautique ; Jochems (2007) « La fracture numérique, un problème social? » […] PUQ; Blogue « Savoirsféministes, un bien commun. Forum 2010 » http://forumiref-rf.blogspot.com/ S. Jochems (UQAM) 67
  • 68. ENJEUX MONDIAUX DE NOUVEAUX DISCOURS • Société du savoir (UNESCO) et les politiques dinnovation sociale (OCDE) ? o Les universités productrices de savoirs scientifiques • Des politiques publiques et programmes au Québec: o Le ministère du Développement économique, de lInnovation et de lExportation (MDEIE) a mis sur pied le « programme de soutien et de valorisation du transfert des connaissances» ; o Le ministère des Services gouvernementaux (MSG) a élaboré son « Fonds de la société de linformation » ainsi que le « Gouvernement en ligne ».Réf.: Communautique ; Jochems (2007) « La fracture numérique, un problème social? » […] PUQ; Blogue « Savoirs féministes, unbien commun. Forum 2010 » http://forumiref-rf.blogspot.com/ S. Jochems (UQAM) 68
  • 69. ENJEUX MONDIAUXEn quoi ça concerne les milieux communautaires et lesgroupes de femmes? • Des problèmes sociaux: la fracture numérique!  Les enjeux dACCÈS  Les enjeux dACCESSIBILITÉ  Les enjeux dUSAGES  Les enjeux dAPPROPRIATION... citoyenne!Réf.: Communautique ; Jochems (2007) « La fracture numérique, un problème social? » […] PUQ;Jochems (2007) « PraTIC en action communautaire au Québec », […] PUQ; Blogue « Savoirs féministes,un bien commun. Forum 2010 » http://forumiref-rf.blogspot.com/ S. Jochems (UQAM) 69
  • 70. ENJEUX MONDIAUX UN CONTRE-DISCOURS• Sélève Contre cette nouvelle forme de capitalisme « informationnel » (Castells, 1998), un capitalisme « cognitif » (Moulier Boutang, 2007)• Mobilise Pour : o [...] des enjeux de démocratisation des sciences et des techniques : la place de la recherche scientifique dans un monde durable, le statut des biens communs de la connaissance, la démocratisation des choix scientifiques et technologiques dans nos sociétés, le contrôle démocratique à mettre en place face à la montée en puissance des technologies de rupture (du Bits, de l’Atome, du Neurone et du Gène), l’éthique et la responsabilité sociale des chercheurs. (Forum mondial 2009 « Sciences et Démocratie») S. Jochems (UQAM) 70
  • 71. ENJEUX MONDIAUXUN CONTRE-DISCOURSLa pensée libertaire et Internet• Portée par une critique « artistique » ie libérer les individus pour les rendre plus authentiques et créatifs (Boltanski et Chiapello, 1999)• Libérer les subjectivités individuelles: écrire, dire, faire voir, commenter, converser, discuter, prendre position (Cardon, 2010)• Valoriser lintelligence collective: partager, coopérer, collaborer, contribuer, co-écrire o « Dans des sociétés du savoir, les valeurs et les pratiques de créativité et d’innovation joueront un rôle important, ne serait-ce que par leur capacité à remettre en cause les modèles existants, afin de mieux répondre aux besoins nouveaux des sociétés. La créativité et l’innovation conduisent également à promouvoir des processus de collaboration d’un type nouveau, qui se sont déjà révélés particulièrement fructueux » (Ambrosi, Pimienta et Peugeot, 2005). S. Jochems (UQAM) 71
  • 72. 4e / 4ENJEUX ÉTHIQUES S. Jochems (UQAM)
  • 73. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉTHIQUESQUESTIONS DES ACTEURS ET ACTRICES COMMUNAUTAIRES1. ÉCRIRE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX Quelles sont les informations que nous pouvons transmettre sur facebook, twitter, notre site web, ...; Quels sont les dangers ? Quelles sont les limites à respecter dans la diffusion de l’information ? Sur facebook, par exemple, il faut décider de qui on accepte les demandes damitié, sans vraiment savoir de quel individu ou de quel groupe il sagit. Or, il est souvent très fastidieux de faire les recherches appropriées pour mieux connaître les organismes ou les individus en question.. Les commentaires négatifs sur le babillard sont également compliqués à gérer. À qui appartient le contenu transmis sur facebook, twitter, etc? S. Jochems (UQAM) 73
  • 74. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉTHIQUES2. CODES ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE Comment ne pas franchir la ligne entre vie personnelle et professionnelle ? Les propos tenus par les membres sont-ils endossés automatiquement par l’organisme? Confidentialité des membres : règles à suivre... Nous sommes préoccupés si conflit existerait entre la clause de confidentialité et lobjectif premier de ce site [facebook]. Possibilité de faire revivre à des femmes des expériences traumatisantes (un troll qui mettrait un lien vers limage dun fétus par exemple) On se questionne beaucoup sur la pertinence du facebook pour y inscrire les organismes..quelque histoires d’horreur sur le bitchage qui se fait et sur les problèmes de confidentialité que doit gérer le groupe après… Nous devons aussi savoir quels enjeux il y a au niveau de la confidentialité et du contenu possible. Réflexion sur la confidentialité dans les échanges et dans les messages transmis ex : écrire sur le « mur » ou en privé? Comment se prémunir des masculinistes ? S. Jochems (UQAM) 74
  • 75. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉTHIQUES Discussion en atelier et notes de nos réponses S. Jochems (UQAM) 75
  • 76. 6e PostulatPARLER, ÉCRIRE, COMMUNIQUER = AGIR! S. Jochems (UQAM)
  • 77. PraTIC communautaires Nétiquette Ce que vous ne feriez pas lors d’une conversation réelle face à votre correspondant, neEnjeux éthiques prenez pas l’Internet comme bouclier pour le faire. S. Jochems (UQAM) 77
  • 78. PraTIC communautaires Nétiquette et modération d’unEnjeux éthiques groupe d’entraide sur un forum S. Jochems (UQAM) 78
  • 79. PraTIC communautaires RESTER EN SÉCURITÉEnjeux éthiques S. Jochems (UQAM) 79
  • 80. PraTIC communautaires Les enfants en ligneEnjeux éthiques conseils et outils pour les e-parents S. Jochems (UQAM) 80
  • 81. PRATIC COMMUNAUTAIRESENJEUX ÉTHIQUESCe que l’on sait …Le Regroupement des Auberges du Cœur du Québec procèdeen 2010-2011 à une démarche de réflexion sur les principeséthiques à tenir compte dans leurs usages des médias sociaux.Une collecte et analyse de codes éthique ou déontologique desorganismes communautaires est en cours 2011- …Même l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux duQuébec (OPTSQ) est en démarche pour tenir compte des TICdans la pratique du TS. S. Jochems (UQAM) 81
  • 82. MERCIDE VOTREPARTICIPATION ! Svp, remplir le formulaire dévaluation 82
  • 83. BIBLIOGRAPHIE2 textes distribués:JOCHEMS, Sylvie (2011). Section « Les technologies de linformation et de lacommunication (TIC): Qu’est-ce que ça change? », extrait du Chap. 6 “Lacommunication en action communautaire” dans PANET-RAYMOND, Jean et Jocelyne LAVOIE,Les pratiques d’action communautaire au Québec, PUQ. NB : Texte diffusé dans le cadre de la formation « Soigner ses TIC communautaires » avec la permission des éditeurs, Jean Panet-Raymond et Jocelyne Lavoie.JOCHEMS, Sylvie (2007). «La fracture numérique: un problème social?» dans H.Dorvil (ed) Les problèmes sociaux: théories et méthodologies de lintervention sociale,tome IV, PUQ. Pour consulter les autres références, voir la bibliographie sur le site de la formation en ligne à : http://www.pratic.uqam.ca/ S. Jochems (UQAM) 83