Consultance pour une Intervention transversale au programme SAHA dans le domaine de l’accès à la finance  Consultant :  Di...
<ul><ul><li>Introduction par le programme </li></ul></ul><ul><ul><li>SAHA  </li></ul></ul>
Cadrage <ul><ul><li>Mission :  </li></ul></ul><ul><ul><li>Intervention transversale pour améliorer l’accès au financement ...
Cadrage <ul><ul><li>Méthodologie de l’intervention </li></ul></ul><ul><ul><li>Formation (1/2 journée) </li></ul></ul><ul><...
PLAN DE PRESENTATION <ul><li>Résumé de la formation et des outils </li></ul><ul><li>Les principaux résultats de l’étude </...
<ul><ul><li>La formation </li></ul></ul><ul><ul><li>4 Thèmes développés : </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture entrepreneuri...
FORMATION <ul><ul><li>Culture entrepreneuriale  </li></ul></ul><ul><ul><li>Gestion financière et suivi budgétaire </li></u...
FORMATION <ul><ul><li>Sortir de la pauvreté nécessite une volonté… </li></ul></ul><ul><ul><li>… de changement culturel.  <...
FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Gestion financière </li></ul></ul><ul><ul><li>Planification et suivi budgétaire </li></ul></ul><u...
FAMPIOFANANA <ul><ul><li>TROSA!! # MINDRANA </li></ul></ul><ul><ul><li>Dette # Emprunt </li></ul></ul><ul><ul><li>SURETES?...
FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Ka sao tanora ratsy FIARY ka antitra vao Ratsy Laoka </li></ul></ul>Culture d’épargne Mpandraraha...
FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Fa mba ho tanora mamboly hazo ka misy hialofana rahatrizay antitra </li></ul></ul><ul><ul><li>TAH...
<ul><ul><li>Formation - Résumé </li></ul></ul><ul><ul><li>Nb de participants : 472 personnes </li></ul></ul><ul><ul><li>IM...
<ul><ul><li>A capitaliser </li></ul></ul><ul><ul><li>Support de formation  (en version éléctronique et papier) </li></ul><...
<ul><ul><li>Les principaux résultats de l’étude </li></ul></ul><ul><ul><li>Demande  </li></ul></ul><ul><ul><li>Offre de fi...
DEMANDE DE FINANCEMENT <ul><li>ANALYSE PAR FILIERE </li></ul><ul><ul><li>Cf tableau récapitulatif de la rentabilité par fi...
Projets de groupement <ul><li>Fafimpabe, le PALI d’Ambondromisotra – Amoron’i Mania a un besoin de financement de 3 000 00...
<ul><li>Fifimpava  - vakinakaratra : collecte de 50 kg par jour de poisson (achat à 5 200 Ar et vente à 6 000 Ar) </li></u...
<ul><li>Il s’agit pour la coopérative de s’organiser pour acheter 3,25 tonnes de cocons à 3 000 Ar le kg, de le transforme...
<ul><ul><li>Résumé - Rentabilité </li></ul></ul><ul><ul><li>Avec leurs propres contraintes et opportunités, les filières s...
<ul><ul><li>Résumé - Besoins </li></ul></ul><ul><ul><li>Surtout des besoins d’investissement que l’épargne n’arrive pas à ...
OFFRE DE FINANCEMENT <ul><li>Expériences </li></ul><ul><li>Offres existants </li></ul>
EXPERIENCES <ul><li>A plus de 70% - Autofinancement par l’épargne, surtout pour les filières soies (dans toutes les région...
EXPERIENCES <ul><li>Echec à Arivonimamo (Soie), Fianarantsoa (Vannerie) – Problème de marché </li></ul><ul><li>Echec à Mor...
EXPERIENCES <ul><li>Poulet Gasy </li></ul><ul><li>Cas plus fréquent Vannerie à Fianarantsoa </li></ul><ul><li>Miandrivazo ...
EXPERIENCES <ul><li>Haricot à Miandrivazo </li></ul><ul><li>Pour  1 ha de terrain, l’emprunt en nature est de 150 kg et au...
<ul><ul><li>Résumé - Expériences </li></ul></ul><ul><ul><li>D’une manière générale, peu d’expériences de crédit (30%) </li...
OFFRES <ul><li>BOA </li></ul><ul><li>BNI-CA </li></ul><ul><li>Accès Banque </li></ul>Banques <ul><li>SOAHITA une IMF non m...
OFFRES <ul><li>OTIV, un réseau mutualiste présent dans la région d’Analamanga, Amoron’i Mania, Vakinakaratra (Faratsiho et...
OFFRES <ul><li>Les garanties jugées exorbitantes (à partir de 100% à 150%) :  « avec les problèmes fonciers et leurs nivea...
OFFRES <ul><li>Certains acteurs s’auto-excluent du système de financement formel : </li></ul><ul><ul><li>par « peur du cré...
<ul><ul><li>Résumé - Offre </li></ul></ul><ul><ul><li>D’une manière générale, compte tenu du niveau de rentabilité des fil...
ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>Formation/sensibilisation à des techniques de financement : GCV (Grenier Commun villageois) ...
ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>Lobby pour la mise en place d’un système d’assurance  agricole. </li></ul><ul><li>Les IMFs d...
ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>A défaut de baisser le taux d’intérêt, augmenter la rémunération de l’épargne obligatoire ou...
CONCLUSION <ul><li>Des efforts d’Information, d’Education et de Communication sont ainsi requis de la part des établisseme...
CONCLUSION <ul><li>Réfléchir sur des possibilités de collaboration avec des magasins d’intrants. </li></ul><ul><li>Le prog...
<ul><ul><li>Merci!! </li></ul></ul>
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Présentation imf

1,676

Published on

Consultance pour une Intervention transversale au programme SAHA dans le domaine de l’accès à la finance

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,676
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
33
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Cette option serait à réétudiée car les cocons ne peuvent pas être stockés mais doivent être transformés en fil avant le stockage (sinon le produit se désagrège) et cette transformation en fil nécessite déjà un préfinancement
  • Ruches Matériel A part ces cas, les producteurs dans les autres régions (Itasy, Analamanga, Vakinakaratra) ne semblent pas avoir contracté de crédit auprès des fournisseurs d’intrants et de petits matériels agricoles. L’entretien avec ces derniers montre que les délais de paiement ne sont plus très courants et que les paiements au comptant restent le moyen de paiement le plus sécuritaire et plus courant
  • Les détails sont dans le rapport
  • Présentation imf

    1. 1. Consultance pour une Intervention transversale au programme SAHA dans le domaine de l’accès à la finance Consultant : Dina RANDRIANASOLO Présentation 1 février 2010
    2. 2. <ul><ul><li>Introduction par le programme </li></ul></ul><ul><ul><li>SAHA </li></ul></ul>
    3. 3. Cadrage <ul><ul><li>Mission : </li></ul></ul><ul><ul><li>Intervention transversale pour améliorer l’accès au financement des membres des PALI </li></ul></ul><ul><ul><li>Objectifs : </li></ul></ul><ul><ul><li>Faire part des principaux résultats et acquis de la mission </li></ul></ul><ul><ul><li>Connaître les outils proposés </li></ul></ul><ul><ul><li>Connaître les besoins de financement des membres des OP encadrés </li></ul></ul><ul><ul><li>Discuter des principales recommandations </li></ul></ul>
    4. 4. Cadrage <ul><ul><li>Méthodologie de l’intervention </li></ul></ul><ul><ul><li>Formation (1/2 journée) </li></ul></ul><ul><ul><li>Montage de dossier (1/2 journée) </li></ul></ul><ul><ul><li>Etude (1/2 journée) </li></ul></ul><ul><ul><li>Restitution (1 journée par région) </li></ul></ul><ul><li>Durée : depuis sept 09 </li></ul><ul><li>Champ d’intervention : dans 5 régions (Analamanga, Itasy, Vakinakaratra, Haute Matsiatra, Amoron’i Mania) pour 11 filières. </li></ul>
    5. 5. PLAN DE PRESENTATION <ul><li>Résumé de la formation et des outils </li></ul><ul><li>Les principaux résultats de l’étude </li></ul><ul><ul><li>Au niveau de la demande </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Rentabilité par filière </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Besoin de financement par filière </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Au niveau de l’offre de financement </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les expériences </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les offres existantes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les contraintes </li></ul></ul></ul><ul><li>Les recommandations </li></ul>
    6. 6. <ul><ul><li>La formation </li></ul></ul><ul><ul><li>4 Thèmes développés : </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture entrepreneuriale </li></ul></ul><ul><ul><li>Gestion financière </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture de crédit </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture d’épargne </li></ul></ul>
    7. 7. FORMATION <ul><ul><li>Culture entrepreneuriale </li></ul></ul><ul><ul><li>Gestion financière et suivi budgétaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture de crédit </li></ul></ul><ul><ul><li>Culture d’épargne </li></ul></ul>Les messages - clés Mihary Harena,… mba ho avy mamiratra
    8. 8. FORMATION <ul><ul><li>Sortir de la pauvreté nécessite une volonté… </li></ul></ul><ul><ul><li>… de changement culturel. </li></ul></ul>Culture entrepreneuriale Mpandraraha, mihary harena Cf outils
    9. 9. FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Gestion financière </li></ul></ul><ul><ul><li>Planification et suivi budgétaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Tenue de compte simplifiée </li></ul></ul>Gestion financière Mpandraraha, mahay mitantam-bola Cf outils
    10. 10. FAMPIOFANANA <ul><ul><li>TROSA!! # MINDRANA </li></ul></ul><ul><ul><li>Dette # Emprunt </li></ul></ul><ul><ul><li>SURETES? </li></ul></ul><ul><ul><li>INTERETS? </li></ul></ul>Culture de crédit Mpandraraha, sahy mindrana Cf outils
    11. 11. FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Ka sao tanora ratsy FIARY ka antitra vao Ratsy Laoka </li></ul></ul>Culture d’épargne Mpandraraha, mitahiry Cf outils
    12. 12. FAMPIOFANANA <ul><ul><li>Fa mba ho tanora mamboly hazo ka misy hialofana rahatrizay antitra </li></ul></ul><ul><ul><li>TAHIRY MAMPANAN-KARENA </li></ul></ul>Culture d’épargne Cf outils
    13. 13. <ul><ul><li>Formation - Résumé </li></ul></ul><ul><ul><li>Nb de participants : 472 personnes </li></ul></ul><ul><ul><li>IMF impliquées : PAMF, OTIV, TIAVO, CECAM, SOAHITA </li></ul></ul><ul><ul><li>Implication des PS </li></ul></ul><ul><ul><li>100% de taux de satisfaction </li></ul></ul><ul><ul><li>Les supports utilisés, la participation des IMF, l’information sur l’offre après la formation et le montage de dossier ont donné un cadre d’application direct à la formation. </li></ul></ul>
    14. 14. <ul><ul><li>A capitaliser </li></ul></ul><ul><ul><li>Support de formation (en version éléctronique et papier) </li></ul></ul><ul><ul><li>Une version Audio </li></ul></ul><ul><ul><li>A suivre </li></ul></ul><ul><ul><li>L’évolution des 255 dossiers </li></ul></ul><ul><ul><li>L’application des outils </li></ul></ul><ul><ul><li>La duplication des outils </li></ul></ul>
    15. 15. <ul><ul><li>Les principaux résultats de l’étude </li></ul></ul><ul><ul><li>Demande </li></ul></ul><ul><ul><li>Offre de financement </li></ul></ul>
    16. 16. DEMANDE DE FINANCEMENT <ul><li>ANALYSE PAR FILIERE </li></ul><ul><ul><li>Cf tableau récapitulatif de la rentabilité par filière </li></ul></ul>
    17. 17. Projets de groupement <ul><li>Fafimpabe, le PALI d’Ambondromisotra – Amoron’i Mania a un besoin de financement de 3 000 000 Ar pour collecter et revendre sur Ambositra 500 kg de poisson par jour </li></ul><ul><li>L’activité serait très rentable en dégageant 8, 9 Mos Ar de bénéfice par mois </li></ul>Besoin de financement – Collecte de poisson à Amoron’i Mania
    18. 18. <ul><li>Fifimpava - vakinakaratra : collecte de 50 kg par jour de poisson (achat à 5 200 Ar et vente à 6 000 Ar) </li></ul><ul><li>Stratégie : augmentation du prix d’achat aux pêcheurs </li></ul>Projets de groupement Besoin de financement – Collecte à Vakinakaratra
    19. 19. <ul><li>Il s’agit pour la coopérative de s’organiser pour acheter 3,25 tonnes de cocons à 3 000 Ar le kg, de le transformer en fil et de le revendre. Le total du besoin de financement est de 20 millions d’ariary (les dépenses sont évaluées à 13 000 Ar pour 1 kg de fil). L’apport de la coopérative serait de 5 Mos Ar, donc un financement de 15 Mos Ar serait requis. </li></ul><ul><li>La coopérative, n’ayant pas de garantie, chaque président de VOI pourrait apporter une garantie personnelle pour le crédit à hauteur de 100 000 Ar et chaque VOI emprunterait 1 000 000 Ar (il y a 15 VOI). </li></ul><ul><li>Si l’opération marche pour le mieux et que la coopérative arrive à produire 1 625 kg de fil avec les 3 250 kg de cocons, chaque VOI pourrait avoir un bénéfice de 1, 15 millions Ar en 4 mois après avoir payé les intérêts de 160 000 Ar (soit 4% mensuel sur 4 mois). </li></ul>Projets de groupement Filière soie : collecte de cocons – AMAFI (Amoron’i Mania)
    20. 20. <ul><ul><li>Résumé - Rentabilité </li></ul></ul><ul><ul><li>Avec leurs propres contraintes et opportunités, les filières sont rentables. </li></ul></ul><ul><ul><li>Exemple : problème de marché au niveau de la soie et de la vannerie, problème de production au niveau de l’apiculture. </li></ul></ul><ul><ul><li>Les plus rentables : Poissons, apicultures (mais délai de remboursement sur 3 ans), Pomme de terre (semences), </li></ul></ul><ul><ul><li>Les moins rentables : Poulet Gasy, Poids du cap </li></ul></ul>
    21. 21. <ul><ul><li>Résumé - Besoins </li></ul></ul><ul><ul><li>Surtout des besoins d’investissement que l’épargne n’arrive pas à financer (ruches, pulvérisateur, terrain,..) </li></ul></ul><ul><ul><li>Quelques fonds de roulement pour les besoins d’intensification (collecte, intrants, mains d’œuvre salariés) </li></ul></ul>
    22. 22. OFFRE DE FINANCEMENT <ul><li>Expériences </li></ul><ul><li>Offres existants </li></ul>
    23. 23. EXPERIENCES <ul><li>A plus de 70% - Autofinancement par l’épargne, surtout pour les filières soies (dans toutes les régions), tomates (itasy), miel (haute matsiatra) </li></ul><ul><li>En fonction de la capacité de gestion du producteur et de la rentabilité de son activité, l’épargne et l’autofinancement ont été jugés par ces derniers comme étant le moyen le plus sécurisant pour financer son activité. Bien que sécurisant, ce moyen n’est jamais suffisant par rapport à l’ampleur des investissements requis pour améliorer la production et avoir un meilleur niveau de rendement et de revenus. </li></ul>Autofinancement
    24. 24. EXPERIENCES <ul><li>Echec à Arivonimamo (Soie), Fianarantsoa (Vannerie) – Problème de marché </li></ul><ul><li>Echec à Morondava (Problème institutionnel avec les IMF) </li></ul>Crédit formel ECHEC <ul><li>Collecteur à Fianarantsoa </li></ul><ul><li>Crédit STOCKAGE </li></ul><ul><li>Crédit productif – apiculture et pisciculture à Amoron’i Mania et Fianarantsoa </li></ul>Crédit formel REUSSITE
    25. 25. EXPERIENCES <ul><li>Poulet Gasy </li></ul><ul><li>Cas plus fréquent Vannerie à Fianarantsoa </li></ul><ul><li>Miandrivazo </li></ul><ul><li>«  Je n’ai rien !! pas de terrains, ni du matériels, ni de l’argent, ni des amis pour m’emprunter, le recours à l’usurier est la seule option pour me permettre de faire face à mes dépenses d’exploitation : achat d’intrants, locations de matériels, location de terrains. J’ai dernièrement emprunté 100 000 Ar à un usurier et lui ai remboursé 200 000 Ar à la récolte mais après avoir remboursé la somme, je me retrouvai comme au départ…je n’avais plus rien !  » </li></ul>Crédit Informel ECHEC
    26. 26. EXPERIENCES <ul><li>Haricot à Miandrivazo </li></ul><ul><li>Pour 1 ha de terrain, l’emprunt en nature est de 150 kg et au moment de la récolte, généralement en septembre ou octobre, il faut leur remettre 300 kg soit le double du volume emprunté. </li></ul><ul><li>Prêt main d’œuvre </li></ul><ul><li>Quelques producteurs ont emprunté auprès des mains d’œuvres (généralement des anteimoro) qui proposent un prix de 80 000 Ar par ha si le producteur a assez d’argent à la fin des travaux, sinon, ils peuvent attendre jusqu’à la récolte mais le coût sera alors le double pour le producteur soit 160 000 Ar pour 1 ha </li></ul><ul><li>Vannerie à Fianarantsoa </li></ul>Crédit Acheteur Fournisseur
    27. 27. <ul><ul><li>Résumé - Expériences </li></ul></ul><ul><ul><li>D’une manière générale, peu d’expériences de crédit (30%) </li></ul></ul><ul><ul><li>Impact négatif du crédit informel surtout l’usure (100%) </li></ul></ul><ul><ul><li>Problème du coût des crédits acheteurs et fournisseurs </li></ul></ul>
    28. 28. OFFRES <ul><li>BOA </li></ul><ul><li>BNI-CA </li></ul><ul><li>Accès Banque </li></ul>Banques <ul><li>SOAHITA une IMF non mutualiste dans la région Itasy (surtout à Arivonimamo et Soavinandriana) </li></ul><ul><li>TITEM, une IMF non mutualiste dans la région d’Itasy, Vakinakaratra. </li></ul><ul><li>ACEP M/car, une IMF présente à Fianarantsoa et Antsirabe </li></ul><ul><li>EAM, une IMF non mutualiste qui est présente à Fianarantsoa et Antsirabe. </li></ul><ul><li>FI, une IMF non mutualiste présente à Antsirabe et Ambositra. </li></ul>IMF
    29. 29. OFFRES <ul><li>OTIV, un réseau mutualiste présent dans la région d’Analamanga, Amoron’i Mania, Vakinakaratra (Faratsiho et Antsirabe) </li></ul><ul><li>CECAM un réseau mutualiste présent dans toutes les régions sauf à Miandrivazo </li></ul><ul><li>TIAVO, un réseau mutualiste présent dans la région de Haute Matsiatra </li></ul>IMF
    30. 30. OFFRES <ul><li>Les garanties jugées exorbitantes (à partir de 100% à 150%) : « avec les problèmes fonciers et leurs niveaux de vie actuelle, les producteurs ne disposent pas d’une telle somme, s’ils empruntent, c’est justement parce qu’ils en ont pas suffisamment » dit un producteur d’Amoron’i mania, « .. si une garantie matérielle est déjà exigée, aucune autre garantie comme les cautions ou les garants ne devrait être rajoutée  » reproche un producteur d’Analavory. </li></ul><ul><li>Les taux d’intérêt perçus comme trop élevé (1,5% à 4% mensuel) : « le taux des institutions de microfinance est presque deux fois plus que le taux bancaire » se plaint un pêcheur d’antsirabe, «  le taux des crédits est affiché mensuellement (3%) et le taux de rémunération de l’épargne annuellement (9%) pour tromper les clients et la différence de taux est trop importante  » reproche un autre membre. </li></ul><ul><li>«  Le retard du déblocage est très déplaisant  » rouspète un producteur de Fianarantsoa. « Si vous ne recevez la somme prévue pour le mois de février qu’au mois de mai, il est naturel que l’argent soit détourné et que le crédit ne se rembourse pas  »…. «  Pourquoi devons nous payer un intérêt de retard alors que si le déblocage est très retardé, l’IMF n’est pas sanctionné et ne nous verse aucun intérêt de retard ?  » déplore un autre producteur de Fianarantsoa. </li></ul>Contraintes
    31. 31. OFFRES <ul><li>Certains acteurs s’auto-excluent du système de financement formel : </li></ul><ul><ul><li>par « peur du crédit », « peur de ne pas pouvoir rembourser », « peur de la saisie des garanties », « peur de rentrer dans un bureau ». </li></ul></ul><ul><ul><li>à cause de l’hostilité à certains réseaux à cause de ce qu’en disent les autres </li></ul></ul><ul><li>L’inexistence de services financiers (cas de Miandrivazo) et le manque d’information et sensibilisation sur les produits financiers et les procédures constitue également un facteur de blocage non négligeable. </li></ul>BLOCAGES
    32. 32. <ul><ul><li>Résumé - Offre </li></ul></ul><ul><ul><li>D’une manière générale, compte tenu du niveau de rentabilité des filières, les offres correspondent à la demande sauf au niveau : </li></ul></ul><ul><ul><li>De la garantie </li></ul></ul><ul><ul><li>Delai de déblocage </li></ul></ul><ul><ul><li>Blocage peut venir de l’emprunteur par son auto-exclusion ou d’un problème institutionnel (manque ou erreur de sensibilisation sur le crédit) </li></ul></ul>
    33. 33. ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>Formation/sensibilisation à des techniques de financement : GCV (Grenier Commun villageois) ; LVM (Location Vente Mutualiste) </li></ul><ul><li>Le GCV sur d’autres produits sont à développer : sur le miel, le haricot ou le fil de soie </li></ul><ul><li>La LVM doit comprendre des investissements larges tels que les ruches. </li></ul><ul><li>Insister sur les articles 72 de la loi sur les suretés  et la possibilité pour des tiers de donner en garantie ses propres biens pour cautionner un autre membre, </li></ul><ul><li>Privilégier les autres formes de garanties tels que le fond de garantie mutualiste ou les garanties de portefeuille. </li></ul>SOLUTIONS AUX PROBLEMES DE GARANTIE
    34. 34. ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>Lobby pour la mise en place d’un système d’assurance agricole. </li></ul><ul><li>Les IMFs doivent accepter des crédits peut être avec une couverture de garantie moins importante mais en compensant sur une prime de risque plus élevée et en se couvrant avec un fond de garantie externe pouvant être accompagné d’une garantie commerciale (contrat de vente avec une éventuelle caution du client). </li></ul>SOLUTIONS AUX PROBLEMES DE GARANTIE
    35. 35. ELEMENTS DE PLAIDOYER <ul><li>A défaut de baisser le taux d’intérêt, augmenter la rémunération de l’épargne obligatoire ou l’épargne de garantie avec des taux légèrement en dessous du coût des ressources pour l’institution. Ceci sortira un solde des intérêts débiteurs et créditeurs plus intéressant, </li></ul><ul><li>Privilégier la transparence et la simplicité des informations communiquées par les institutions, </li></ul><ul><li>Afficher des exemples simples des tableaux d’amortissement dans les institutions (montrant le remboursement du capital et de l’intérêt et son mode de calcul),Prévoir des systèmes de ristournes qui résultent d’un calcul des intérêts débiteurs et créditeurs. Les bons payeurs auront droit à des primes de remboursement ou des ristournes sur les intérêts en cas d’excédent d’exploitation par l’institution. (possibilité prévue par la loi 2005/016), </li></ul>SOLUTIONS AUX PROBLEMES DE TAUX D’INTERET
    36. 36. CONCLUSION <ul><li>Des efforts d’Information, d’Education et de Communication sont ainsi requis de la part des établissements de crédit et de tous les partenaires institutionnels et stratégiques car certaines activités, même en milieu rural peuvent présenter des valeurs ajoutées importantes. </li></ul><ul><li>En plus de la diversification de marché (cas de SOAHITA qui a pris l’initiative de mettre en place une caisse à Miandrivazo où aucune institution financière n’existe), l’adaptation et l’amélioration des produits existants sont nécessaires aussi bien pour l’institution que pour ses clients. </li></ul><ul><li>Des tests pilotes peuvent être menés sur ces nouveaux produits (exemple : LVM sur les ruches avec des groupements de producteur ayant des contrats de vente ferme sur 3 ans, GCV sur le miel). </li></ul>
    37. 37. CONCLUSION <ul><li>Réfléchir sur des possibilités de collaboration avec des magasins d’intrants. </li></ul><ul><li>Le programme et les PALI doivent pérenniser les acquis dans le cadre de ce processus. Le suivi de l’application des outils de gestion financière doit se faire au niveau des groupements. Les IMF peuvent favoriser les clients et membres qui présentent ces outils. Le suivi de l’application de ce processus peut être affecté à une personne compétente et disponible dans le groupement car à terme, le groupement peut se professionnaliser en matière de montage de dossier de projet, recherche du financement adéquat et assurer le suivi-accompagnement des membres. </li></ul>
    38. 38. <ul><ul><li>Merci!! </li></ul></ul>
    1. A particular slide catching your eye?

      Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

    ×