633 febb cd01
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

633 febb cd01

on

  • 357 views

 

Statistics

Views

Total Views
357
Views on SlideShare
357
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    633 febb cd01 633 febb cd01 Presentation Transcript

    • Master 2 anglais UE5 Spécialité enseignement 2010-2011 Lesson 1Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Getting to know each other What’s the truth game I love to cook and eat Indian food. I can speak four languages: French, English, Hungarian and Russian. I have three daughters. I love going to the opera. I lived and worked in Japan for two years.Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Le Métier denseignantJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Quest-ce quun bon prof ? Step 1: pairwork Step 2: watch the film Step 3: newspaper article Step 4: PiagetJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • LES DIX COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES Les compétences professionnelles à acquérir au cours de la formation mettent en jeu des connaissances, des capacités à les mettre en œuvre et des attitudes professionnelles. Déclinées en fonction du métier exercé, professeurs, conseillers principaux déducation, elles sont toutes, à un titre ou à un autre, également indispensables. Pairwork : Quelles sont les 10 compétences 1 - Agir en fonctionnaire de lÉtat et de façon éthique et responsable 2 - Maîtriser la langue française pour enseigner et communiquer 3 - Maîtriser les disciplines et avoir une bonne culture générale 4 - Concevoir et mettre en œuvre son enseignement 5 - Organiser le travail de la classe 6 - Prendre en compte la diversité des élèves 7 - Évaluer les élèves 8 - Maîtriser les technologies de linformation et de la communication 9 - Travailler en équipe et coopérer avec les parents et les partenaires de lécole 10 - Se former et innover Regardez le film. Quelles sont les compétences identifiables ?Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Evolution du métier Figure traditionnelle figure composite Daniel Schneider et al. Conception et implémentation de scénarios pédagogiques riches avec des portails communautaires http://tecfa.unige.ch/proj/seed/catalog/docs/gueret03/Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Evolution du métier Figure traditionnelle figure composite Enseignant seul Divers partenaires Projet individuel Projet collectif Lieu : la classe Lieu : dispositif de formation hybride* Tâches traditionnelles Tâches liés à des nouvelles pratiques professionnelles* *Daniel Peraya « Un dispositif de formation hybride se caractérise par la présence dans un dispositif de formation de dimensions innovantes liées à la mise à distance. Le dispositif hybride, parce qu’il suppose l’utilisation d’un environnement technopédagogique, repose sur des formes complexes de médiatisation et de médiation. » (Pédagogie universitaire et TIC : regards sur l’hybridation et ses impacts. Daniel Peraya 2007)Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Lacte denseigner Objectif: Amener lélève à un niveau de compétence de communication en fonction dun objectif défini en situation denseignementEn amont de la mise en oeuvre didactique Ancrage théorique Ancrage officiel Théories de références Instructions officiels Méthodologies CECR Méthodes denseignement Démarche didactique : méthode de lenseignantJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Contexte de létablissement Besoins individuels Niveaux de Spécificité compétence du publique La pratique en classe en LVE Environnement Niveaux des de classe : Compétences aménagement générales matériel disponible des élèves C. TardieuJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Performances des élèves Dans nos sociétés contemporaines en mutation, les systèmes éducatifs de la plupart des pays sont soumis à de fortes mises en question. Evaluation des compétences en anglais par le Réseau Européen 1996_2002 (note évaluation 04-01 www.education.gouv.fr/stateval ) Une étude conduite en 2002 dans sept pays européens selon un protocole d’évaluation utilisé en 1996 par trois d’entre eux révèle les disparités des compétences des élèves de 15-16 ans en anglais. En 1996, les élèves français avaient un niveau nettement inférieur aux élèves suédois mais à peu près équivalent à celui des élèves espagnols. En 2002, leurs performances sont nettement inférieures à celles des élèves des six autres pays participants, quel que soit le domaine de compétences évalué. Et leurs compétences sont moins bonnes en 2002 qu’en 1996, quel que soit le domaine.Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Réaction :série des réformes, exemple : Plan de rénovation de lenseignement des langues,2005 :CECR « La mesure phare de ce plan () est l’adoption du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) publié en 2001 par le Conseil de l’Europe : la France est le premier pays à inscrire dans les textes réglementaires cette référence européenne qui définit six niveaux de compétences en langues – de A1(première découverte) à C2 (utilisateur expérimenté s’exprimant couramment sur des sujets complexes). »Partie 1. Contexte politique et éducatif Historique Objectifs Public viséPartie 2. Les caractéristiques du CECR La perspective actionnelle Schéma descriptif : compétences, activités langagières, tâches et stratégies, domaines Niveaux communs de référencesJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • 1. Historique par le Conseil de lEurope entre 1991 et 2001 ● Le Conseil de lEurope est lorganisation internationale de la « Grande Europe » (47 États membres, soit la quasi-totalité des pays du continent européen) dont le but est de promouvoir la démocratie, les Droits de lhomme, la prééminence du droit, lidentité culturelle et politique européenne et la recherche de solutions aux problèmes de sociétés en Europe. Le Conseil de lEurope est la conséquence directe du Congrès de la Haye qui sest tenu du 7 au 10 mai 1948 sous la présidence de Winston Churchill. Le Conseil de l’Europe n’est pas un institut de recherche mais une institution politique > préoccupation des questions de politiques linguistiques Le CECR publié en 2001 est le résultat d’un long processus au sein du Conseil de l’Europe (Division des Politiques Linguistiques), Les travaux ont été menés sour la direction de J.L.M. Trim entre 1991 et 2001.Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Origines: Préoccupation dans les années 70 ( la libre circulation des personnes et des idées dans lespace européen) comment mieux adapter loffre pédagogique à la demande des apprenants? Apprenant = adultes formation continue Nécessité délaborer un modèle opérationnel de ce quun apprenant doit être capable de FAIRE lorsquil se sert dune langue pour communiquer de manière indépendante dans un pays où cette langue sert de véhicule de communication pour la vie de tous les jours Elaboration de « niveau seuil » en termes de capacité de lapprenant à réaliser produire des fonctions et des notions dans des situations en termes de contenus langagiers possibles pour parvenir à un niveau « seuil » de communication. Préoccupation dans les années 80- 90 diversification linguistique émergence de langlais comme lingua franca Insistance sur la diversité des apprentissages tout en offrant des points de référence commun. La demande pour un cadre venait d’un besoin très pragmatique : l’Apparition des diplômes en grand nombre surtout en anglais dans les années 80. Il faudrait positionner les diplômes et les certifications l’un par rapport à l’autre Donc le besoin d’un instrument de référence transparent  pour définir les niveaux. John Trimm : élargir l’objectif de l’évaluation en parallèle avec l’élargissement de l’Union européenne Terrain politique linguistique et non pas théoriqueJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • 2. Objectifs : 1. Il faut favoriser une plus grande mobilité, une communication internationale plus efficace qui respecte les identités et la diversité culturelle, un meilleur accès à l’information, une multiplication des échanges interpersonnels, l’amélioration des relations de travail et de la compréhension mutuelle. 2. L’apprentissage des langues doit se poursuivre toute une vie durant. 3. Il est souhaitable d’élaborer un Cadre européen commun de référence pour l’apprentissage des langues à tous les niveaux, dans le but – de promouvoir et faciliter la coopération entre les établissements d’enseignement de différents pays – d’asseoir sur une bonne base la reconnaissance réciproque des qualifications en langues – d’aider les apprenants, les enseignants, les concepteurs etc (CECR p. 11) Principe dutilisation La construction d’un Cadre exhaustif, transparent et cohérent pour l’apprentissage et l’enseignement des langues n’entraîne pas nécessairement l’adoption d’un système unique et uniforme. Au contraire, le Cadre commun doit être ouvert et flexible de façon à pouvoir être appliqué à des situations particulières moyennant les adaptations qui s’imposent. Le Cadre de référence doit être – à usages multiples : on pourra l’utiliser à toutes fins possibles dans la planification et la mise à disposition des moyens nécessaires à l’apprentissage d’une langue – souple : on pourra l’adapter à des conditions différentes – ouvert : il pourra être étendu et affiné – dynamique : il sera en constante évolution en fonction des feed backs apportés par son utilisation – convivial : il sera présenté de façon à être directement compréhensible et utilisable par ceux à qui il est destiné – non dogmatique : il n’est rattaché de manière irrévocable et exclusive à aucune des théories ou pratiques concurrentes de la linguistique ou des sciences de l’éducation. CECR p,13Judith Barna Partie 1. Contexte politique et éducatifUniversité dArtois, IUFM
    • 3. public visé Le Cadre donne des outils aux administratifs, aux concepteurs de programmes, aux enseignants, à leurs formateurs, aux jurys d’examens, etc., pour réfléchir à leur pratique habituelle afin de situer et de coordonner leurs efforts et de garantir qu’ils répondent aux besoins réels des apprenants dont ils ont la charge. For Teachers and Student teachers The CEF provides basic concepts for your future work by giving insights into: * what language proficiency is (Ch. 5 The user/learner´s competences) * how languages are used (Ch. 4 Language use and the language user/learner) * how languages are learnt (Ch. 6 Language learning and teaching) * principles for planning teaching (Ch. 7 Tasks and their role in language teaching & Ch. 8 Linguistic diversification and the curriculum) * principles for assessing learning outcomes (Ch. 9 Assessment)Judith Barna Partie 1. Contexte politique et éducatifUniversité dArtois, IUFM
    • Pour résumer : ● Le cadre est un instrument pratique et souple et non pas un document normatif ● domaine: politique linguistique et non pas théorie linguistique ou didactique ● Sintéresse au locuteur en tant quacteur social ● Visée : Au départ un outil commun de référence pour les outils dévaluation « language assessment » pour devenir un outil commun de référence complexeJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Partie 2. Les caractéristiques du CECR La perspective actionnelle : « La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel en ce quelle considère avant tout lusager et lapprenant dune langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à lintérieur dun domaine daction particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci sinscrivent elles-mêmes à lintérieur dactions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification." (2001 : 15) Trois points importants : dans la perspective actionnelle, il est question d’apprenants-usagers qui sont les acteurs ; ces derniers accomplissent des tâches qui ne sont pas seulement langagières ; les actes de parole n’ont de pleine signification qu’à travers des actions en contexte social.Judith Barna Partie 2. Les caractéristiques du CECRUniversité dArtois, IUFM
    • Le CECR se divise en deux parties 1. le Schéma descriptif : il s’agit d’un instrument invitant à une réflexion sur tous les paramètres impliqués non seulement dans l’utilisation des langues, mais aussi dans leur apprentissage et leur enseignement. Cf. page suivante 2. le système de Niveaux communs de références. Il consiste en des échelles d’exemples de descripteurs apportant des spécifications globales et détaillées sur les niveaux de compétence en langues pour les différents paramètres du schéma descriptif. Les échelles des niveaux communs de référence reposent sur un ensemble de descripteurs de « capacités à faire » reflétant des acquis en compétences en langues. Cf. slide « les niveaux de langue ».Judith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Le Schéma descriptif du CECR Le schéma descriptif se concentre sur les actions accomplies par des gens qui, comme individus et comme acteurs sociaux, développent un ensemble de compétences générales et une compétence à communiquer langagièrement. Les compétences générales individuelles la compétence à communiquer langagièrement • Le savoir : la connaissance déclarative acquise par • la compétence linguistique, qui traite des caractéristiques l’expérience (savoirs empiriques) ou par formelles d’une langue, telles que la phonologie, la l’apprentissage formel (savoirs académiques) morphologie, le lexique et la syntaxe • Le savoir-faire et les habiletés impliquent la • la compétence sociolinguistique, qui concerne les capacité à effectuer des tâches et à appliquer des conditions socio-culturelles de l’utilisation d’une langue (les procédures règles de politesse ou les répertoires de groupes sociaux, par • le savoir être, qui englobe les caractéristiques exemple) individuelles, les traits de personnalité et les attitudes • la compétence pragmatique, qui recouvre l’utilisation envers soi-même et d’autres personnes engagées dans l’interaction sociale fonctionnelle de la langue dans des situations spécifiques • le savoir apprendre, qui est la capacité à s’engager (savoir comment se conduire lors d’un événement social dans de nouvelles expériences, à assimiler de donné ou d’un entretien d’embauche, par exemple. E l l e re n vo ie é g a le m e n t à la m a îtris e d u d is c o u rs , à s a c o h é s io n e t à nouvelles connaissances et à les intégrer à des s a c o h é re n c e , au re p é rag e d e s ty p e s e t g e n re s te x tu e ls , d e s connaissances préalables. e f f e t s d i r o n i e , d e p a r o d i e .Exemples :savoir : e.g. la grammaire ou la littérature ou certaines caractéristiques culturelles du pays étranger : What is the Pledge of Allegiance ?Savoir faire : e.g. how to answer the phone, how to write a paragraph, how to say good-bye etc.savoir être : e.g. Être ouvert, solidaire, autonome, responsable, critique etc, une relation plus aisée à la prise de parole, une conscience del’altérité : « When in Rome do as the Romans do ».savoir apprendre : e.g. une curiosité pour l’inconnu, , savoir faire un plan, fixer des objectifs, utiliser linformation, utiliser un dictionnaire, /Internet pour apprendre une LVE, Judith Barna Partie 2. Les caractéristiques du CECR Université dArtois, IUFM
    • Mobilisant ses compétences générales et communicatives, lélève effectue des tâches dans les activités langagières orales/écrites suivantes : Réception : CO, CE e.g. CEFTRAIN : listening task 2, reading task 3 Production : PO, PE e.g. CEFTRAIN :speaking task 1, writing task 1 Interaction : e.g. CEFTRAIN : speaking task 5 Médiation (c’est-à-dire résumer, paraphraser, interpréter ou traduire) La réalisation de ces activités langagières dans des domaines spécifiques implique l’activation de processus linguistiques de production et de réception de discours oraux/écrits (textes). Les activités langagières sont effectuées dans des domaines d’utilisation de la langue tels que : ● le domaine public (relation avec les commerçants, les services publics, transport, acteurs cultures etc) ● le domaine personnel (les relations familiales, pratiques sociales individuelles) ● le domaine éducatif (système éducatif, université, organisme de formation) ● le domaine professionnel (référence à lactivité professionnelle (BTS, IUT) Pour effectuer des activités langagières, lélève doit savoir activer les stratégies qui semblent les plus appropriées aux tâches à accomplir dans le domaine pertinent. Partie 2. Les caractéristiques du CECRJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Les niveaux de langue : Trois niveaux généraux : Grille dautoévaluation CECR p.26 Practice: http://www.helsinki.fi/project/ceftrain/ Partie 2. Les caractéristiques du CECRJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM
    • Un cadre de référence en six Les niveaux dans le système niveaux scolaire en France• Le Niveau introductif ou découverte (Breakthrough)correspond à ce que Wilkins appelait « compétence formule L’utilisateur élémentaire : A1 et A2 – Niveau A1 : première découverte de la langue.» dans sa proposition de 1978 et Trim « compétenceintroductive » dans la même publication.• Le Niveau intermédiaire ou de survie (Waystage) reflète – Niveau A2 : compréhension de phrases isolées etla spécification de contenus actuellement en vigueur au sein d’expression fréquemment utilisées en relation avec desdu Conseil de l’Europe. domaines familiers.• Le Niveau seuil (Threshold) reflète la spécification decontenus actuellement en vigueur au sein du Conseil de L’utilisateur indépendant : B1 et B2l’Europe. – Niveau B1 : capacité de comprendre les points essentiels• Le Niveau avancé (Vantage) ou utilisateur indépendant, quand un langage clair et standard est utilisé à propos desupérieur au Niveau seuil, a été présenté comme étant une choses familières dans le travail, à l’école, dans la vie« compétence opérationnelle limitée » par Wilkins et par quotidienne.Trim comme une « réponse appropriée dans des situations – Niveau B2 : compréhension du contenu essentiel de sujetscourantes». concrets ou abstraits dans un texte complexe ou une discussion technique.• Le Niveau autonome ou de compétence opérationnelleeffective, qui a été présentée par Trim comme « compétenceefficace » et comme « compétence opérationnelle adéquate» par Wilkins, correspond à un niveau de compétence L’utilisateur expérimenté : C1 et C2avancé convenable pour effectuer des tâches ou des études – Les niveaux C se situent au-delà du champ scolaire, sauf C1plus complètes. pour les langues de spécialité au baccalauréat. À ce stade, un élève• La Maîtrise (Trim : « maîtrise globale » ; Wilkins : « s’exprimecompétence opérationnelle globale ») correspond à couramment sur des sujets complexes de façon claire et bienl’examen le plus élevé dans l’échelle ALTE. On pourrait y structurée.inclure le niveau encore plus élevé de compétenceinterculturelle atteint par de nombreux professionnels des Grille dautoévaluation CECR p.26langues. Partie 2. Les caractéristiques du CECR Judith Barna Université dArtois, IUFM
    • Les caractéristiques du CECR Résumons: La perspective actionnelle Schéma descriptif : compétences, activités langagières, tâches et stratégies, domaines Niveaux communs de références : 6 niveaux de A1 à C2 Practice: Quatre activités langagières tous les niveaux : http://www.helsinki.fi/project/ceftrain/ Productions orales (pls langues) http://www.ciep.fr/publi_evalcert/dvd-productions-orales-cecrl/index.phpJudith BarnaUniversité dArtois, IUFM