Tisseron Le bonheur dans l'image chapitre 1 manuscrit
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Tisseron Le bonheur dans l'image chapitre 1 manuscrit

  • 1,801 views
Uploaded on

Serge Tisseron, Le bonheur dans l'image, Les empêcheurs de tourner en rond, 1996 (2°ed, 2003) Chapitre 1 ...

Serge Tisseron, Le bonheur dans l'image, Les empêcheurs de tourner en rond, 1996 (2°ed, 2003) Chapitre 1
Marie Escarabajal - Séminaire Arts Numériques
Master Arts et Création Numérique, UVHC, 2013

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,801
On Slideshare
1,496
From Embeds
305
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
12
Comments
0
Likes
0

Embeds 305

http://www.scaraba.net 295
http://scaraba.net 9
http://localhost 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. L'Occident a appris à traiter les images comme des signes. Cette conception lui a permis, depuis la Renaissance, de s'approprier le monde. Mais elle gêne aujourd'hui notre compréhension des nouvelles formes d'images et de leurs enjeux. Rompre avec l'impérialisme du sens afin de prendre en compte l'ensemble des pouvoirs de l'image. Etude de la relation que nous nouons avec des images aussi diverses que celles de la publicité, la bande dessinée, la télévision, le cinéma, les jeux vidéo... Serge Tisseron, Le bonheur dans l'image,1996, 2003 – UVHC Master Création Numérique 2013
  • 2. Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste, directeur de recherches à l'Université Paris X, l’essentiel de son travail porte sur trois thèmes : les secrets de famille, les relations que nous établissons avec les images et nos rapports aux nouvelles technologies. - régulièrement consulté par les ministères et les médias sur ces questions. - a publié une trentaine d'ouvrages personnels et participé à une cinquantaine d’ouvrages collectifs. Histoire de la psychiatrie en bandes dessinées, 1978, Éditions Savelli (BD). Tintin chez le psychanalyste, 1985, Aubier. Psychanalyse de la bande dessinée, 1987, PUF, (Champs- Flammarion2000). ... Virtuel mon amour, 2008, Albin Michel. Qui a peur des jeux vidéo ?, 2008, Albin Michel. Faut-il interdire les écrans aux enfants ?, avec Bernard Stiegler 2009, Mordicus Rêver fantasmer virtualiser : un vouloir voir absent, Dunod, 2012 Blog sur http://www.squiggle.be/tisseron
  • 3. Introduction ● Consensus : moyen essentiel de communication ● Technique d'impression : XIX° almanach, Epinal ● Technique de reproduction : gravure ● Techniques d'enregistrement : photo, cinéma ● Techniques de diffusion : télé, ordinateurs, téléphone 3G ● Et pourtant : mise en garde constante
  • 4. « nous sommes régulièrement invité à ne pas céder à ses attraits et à nous mobiliser contre ses dangers » ● BD : pauvreté du texte, donc de la pensée ● Télé : abrutissement hypnotique, culture de masse ● Jeu vidéo : schizophrénie, épilepsie Image → machine à décerveler
  • 5. « partisans et adversaires de l'image partagent la même erreur : ils considèrent l'image d'un seul de ses points de vue : celui du sens » ● Réduction au signe : dimension symbolique par laquelle on s'approprie le monde Renaissance : cartographie, perspective ● Oubli que les images ont été inventées par l'homme pour lui donner des émotions Libérer l'imagination, libérer la pensée ● Esthétique : théorie de la sensibilité (grec aitésis : sensibilité – Sens large : sentiment de plaisir en général – Sens restreint : plaisir spécifique provoqué par la beauté
  • 6. Querelle des images ● Concile de Nicée (787) « De l’image visible, l’esprit s’élance vers le divin. Ce n’est pas l’objet, l’icône matérielle qui est vénérée, mais la beauté par ressemblance que l’icône, transmet mystérieusement ». ● Tradition chrétienne « bonnes images » : icônes « mauvaises images » : idoles ● Siècle des lumières usage symbolique / usage illusoire Tout ce qui, dans l'image ne relève pas de la signification des contenus est condamné comme obscurantiste
  • 7. « l'image est plus qu'un symbole du fait des pouvoirs d'enveloppe et de transformation qui habitent le rapport que nous établissons avec elle » ● Pouvoirs d'enveloppe ● territoire ● capacité à éveiller des expériences émotionnelles ● illusion d'un « bain d'images » ● Pouvoirs de transformation ● sur son objet ● sur son spectateur ● sur elle-même
  • 8. ● Envers son objet : les images peuvent contribuer à changer ce qu'elles représentent image de synthèse Video
  • 9. ● Envers son spectateur : principe de toutes les pédagogies en images axées sur la transformation de la personnalité ou des savoirs
  • 10. ● Envers elle-même : participer à sa propre transformation, en se situant dans une suite ininterrompue de mise en relation Répétition sérielle Effet Koulechov Video
  • 11. Chapitre 1 : Dessins idiots des manuscrits « Avant d'être un rapport au sens, à la signification portée par le langage, l'écriture est un rapport à l'espace » ● sorte d'image produite par le geste de l'inscription ● moyen de symbolisation d'expériences psychiques ● travail de détachement fin de la symbiose mère/enfant acceptation de la séparation
  • 12. Tisseron p29 Les ratures, les gribouillis et les petits dessins plus ou moins abstraits ne sont pas des procédures d'attentes de l'inspiration et encore moins de divertissements de la pensée. Il s'agit au contraire d'activités essentielles par lesquelles le scripteur investit psychiquement le support d'inscription de la possibilité de revoir des traces et de participer à la transformation de sa pensée. A travers l'ensemble de ces apartés du texte, le scripteur peut continuer à s'appuyer sur l'investissement du papier comme contenant métaphorique à la fois du corps maternel et du corps propre. Au contraire, l'angoisse de la feuille blanche correspond à l'angoisse d'un contenant défaillant à accueillir un contenu.
  • 13. Parallèle entre les processus qui constituent génèse de l'oeuvre et le développement enfant Œuvre ● Premières inscriptions ● Flèches, report, rajout ● Plan même partiel Surface de l'enveloppe corporelle ● Espaces hétérogènes ● Premières coordinations ● Globalité corporelle (unité perceptive : miroir
  • 14. Conclure chapitre 1 ● Gribouillages et ratures = traces inutiles ? ● Paratexte ● « revécu » du processus de détachement ● marge = espace d'échange entre le dedans et le dehors de l'oeuvre ● Sorte d'enveloppe : lieu des entrées/sorties psychiques ● Chapitre 2 : image publicitaire vue comme une évocation consistante de cette enveloppe : la peau
  • 15. Le corps propre ● Notion qui désigne une représentation, une image : surpasse la dimension biologique du corps pour ouvrir sur la dimension imaginaire ● Ne désigne pas le corps « physiologique » mais la subjectivité du corps (objet vs sujet) ● C'est l'identité de soi-même qui précède l'identité intellectuelle du « cogito » (je pense cartésien) ● C'est le moi au niveau le plus primordial qui se réalise par ses possibilités motrices et sensibles Différente du « schéma corporel » : compréhension immédiate de la position et de la posture par la proprioception en rapport à l'intensité de l'attraction terrestre.
  • 16. Stade du miroir FREUD (1923) l'image du corps est libidinale car elle permet au « moi » de se constituer dans le narcissisme premier. Moment où le « moi » Cesse d'être un être biologique pour devenir une instance psychologique (idée d'opération psychique). LACAN (1949) entre 6 et 18 mois, l'enfant s'identifie à l'image spéculaire, se perçoit comme une unité. Auparavant ne ressent que des parties de son corps. Ne s'intéresse qu'à des zones éparses (orale, anale, érogène) = corps morcelé. Se reconnaître dans le miroir, c'est mettre un terme à cette fragmentation, c'est constituer l'image du corps comme une gestalt.
  • 17. Conscience de soi L'identification complète ne se réalise qu'à un stade ultérieur (4/5 ans) où l'enfant entre dans la dimension intersubjective. Pour Freud : résolution de l'Oedipe Pour Lacan : transition de l'ordre imaginaire à l'ordre symbolique Pas de conscience « identitaire » de soi, mais « kinesthésique » (position et mouvements de leur corps) 2/3 ans : seulement 1/3 des enfants retire l'autocollant en images différées (3mn)
  • 18. Réalité virtuelle et conscience de soi Karolinska Institut, Suède 2007 2013 Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, 2007, 2013
  • 19. L'invention du corps, M.A. Descamps, 1986 ● L'ombre, première forme du reflet : Le mythe de la caverne ● Introduire l'ordre et la raison : Conquête de la perspective ● L'image naturelle de l'homme ● Mythe du regard aveuglant ● Trois périodes : totémisme, fétichisme, nudisme. Stade du miroir social
  • 20. Stades de développement du dessin ● Stade I : le gribouillage 1a : production de tracé par activité motrice, sans intention figurative. - tracés lancés - balayage 1b : apparition d'éléments représentatifs révélés par la verbalisation, entrée en jeu de la fonction symbolique - tracés angulaires - arabesques
  • 21. ● Stade II : le schématisme (3-5 ans) 2a : schémas individuels produits par juxtaposition et combinaison d'éléments graphiques simples (3 ans) Le « bonhomme tétard » Vers 5 ans apparition du tronc
  • 22. ● Stade II : le schématisme (5-7 ans) 2b : combinaison de schémas en scènes élémentaires
  • 23. Vers un « réalisme intellectuel » : reproduction de « ce qu’il sait » et non plus de « ce qu’il voit ». Multiplicité des détails, aspects narratifs, détails typiques, renversement et rabattage, diversité des points de vue, transparence, indication de mouvement.
  • 24. ● Stade II : le schématisme (5-9 ans) 2c : Combinaison de schémas en scènes plus complexes La maison « transparente » « rabattement »
  • 25. ● Stade III : le réalisme conventionnel (9-12 ans) Représentation plus fidèle aux apparences visuelles, abandon du schématisme, attention croissante aux formes, aux détails, aux attitudes, aux rapports topologiques et aux proportions. Introduction de la perspective Ebauche de la 3D, particularisation des sujets représentés, tendance à une figuration objective et conventionnelle.