MODULE 2 / CHERCHER, ORGANISER,                            PARTAGER, VEILLER
1 / CONSEILS POUR LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE
Web visible     Web invisible
DEBUSQUER l’information                     3QOCP      DEBUSQUER                                Différents outils         ...
Affiner et traduire ses mots-clefs                           Doit être : synthétique / précis / représentatif             ...
Associations, filtres et rebonds  Restriction après la recherche (filtres)  De plus en plus généralisé   Départ langage na...
Le choix des sources   Selon la couverture : discipline, date, langues, type de   documents…   Selon l’information délivré...
Recherches spécifiques  Guide pour la recherche de brevets  Guide pour la recherche d’archives
2 / RESSOURCES DOCUMENTAIRES SUR LE WEB
Les cas Google et Wikipédia Google    Une règle : plus le moteur de recherche est généraliste, plus il faut être précis - ...
Améliorer sa recherche dans Google    Rechercher une expression exacte : « entreguillemets »    Utiliser des opérateurs bo...
Question : oùêtes-vous ?http://searchresearch1.blogspot.fr/2012/02/wednesday-search-challenge-feb-1-2011.htmlhttp://search...
Les moteurs de recherche scientifiques  Recherche limitée à un corpus dit scientifique : articles, actes de colloques, con...
Le portail des BU de l’UVSQ     www.bib.uvsq.fr           livres / thèses / périodiques           articles de presse ou sc...
Autres catalogues                                                 Le catalogue collectif des établissements               ...
Les archives ouvertes                        Explorer :                           ROAR : consulter les plateformes de libr...
Explorer le web pour trouver…   Le répertoire des bases de données gratuites : DADI   Les signets des bibliothèques : sign...
Des astuces  Les archives d’anciens sites web :  Zataz.com : site web traitant de la délinquance informatique  Hoaxbuster ...
3 / OUTILS ET SERVICES EN LIGNE ADAPTES AUXCHERCHEURS
Changer les pratiques…    Tournant dans les années 95 : passage d’un web 1.0 de diffusion    (producteur de contenu vers l...
Mais…    Je n’ai pas le temps, j’en ai déjà assez comme ça, je risque de me faire voler mes idées, ça me convient tel que ...
Googlelisez-vous !   Je n’existe pas    Homonymes    Vieilles références    Je suis présent mais pas    auteur du contenu ...
La blogosphère scientifique    Les types de contenus : carnet de recherche, cahier de labo,    actualité de la recherche, ...
Les wikis  Un wiki est l’« autre » du blog  Pour l’anecdote : wiki-wiki veut dire rapide en hawaïen…  Contenu organisé non...
Les réseaux sociaux pour chercheurs  L’expression « social networks » existe depuis 1954 (John A. Barnes)  Ne sont que la ...
Les réseaux sociaux pour chercheursRéseaux sociaux dédiés : http://uvsq.academia.edu/, Mendeley, Zotero, ResearchGate, Sci...
Mettre en place une veille scientifique  Un fil RSS : est « un fichier dont le contenu est produit automatiquement en fonc...
La veille en 3 étapesÉtape 1 : Se choisir un agrégateur : Netvibes, Google Reader,…Étape 2 : Repérer les fluxÉtape 3 : S’a...
Folksonomie et social bookmarking « Une folksonomie représente en même temps ce qu’il y a de meilleur et de pire dans l’or...
Delicious - se créer un compte et se connecter - l’organisation d’une page Delicious - enregistrer un document issu du web...
Récap’ pour investir le web et cultiver sonidentité numérique                     Se présenter avec un CV virtuel et const...
Merci de votre attention                                                                                      CC BY-NC-SA ...
Module 2 Formation des doctorants
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Module 2 Formation des doctorants

4,291

Published on

Module 2 - Formation de 3h à destination des doctorants

Published in: Education

Module 2 Formation des doctorants

  1. 1. MODULE 2 / CHERCHER, ORGANISER, PARTAGER, VEILLER
  2. 2. 1 / CONSEILS POUR LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE
  3. 3. Web visible Web invisible
  4. 4. DEBUSQUER l’information 3QOCP DEBUSQUER Différents outils Qui ? Esprit critique Quoi ? Bookmark organisé Quand ? Url significative Où ? Syntaxe de recherche Questions préalables Comment ? Utilisation réfléchie Pourquoi ? Evaluation Règles à respecter http://eduscol.education.fr/numeriqu e/dossier/competences/rechercher/fil -conducteur/debusquer
  5. 5. Affiner et traduire ses mots-clefs Doit être : synthétique / précis / représentatif Définir et traduire ses mots-clefs Bruit / silence des moteurs Des outils : o TermSciences (propose un arbre de concepts qui permet d’aller du général au particulier + traduction) o Dictionnaire des synonymes du laboratoire CRISCO (Université de Caen) o Lexique Techniques de l’Ingénieur o http://www.cndp.fr/thesaurus-motbis/site/ o Thésaurus de lUnesco : http://databases.unesco.org/thesfr/ o Atlas sémantique du CNRS o MESH (médecine) o AGROVOC Thesaurus
  6. 6. Associations, filtres et rebonds Restriction après la recherche (filtres) De plus en plus généralisé Départ langage naturel, rebonds en langagecontrôlé ET (AND) / OU (OR) / SAUF (NOT) * (troncature) / « … » (expression exacte) Rebonds : bibliographies en fin d’ouvrage, thèseou article, blogroll, liens hypertexte, tags, … Etc. o Chaque métadonnée associée à un document peut ensuite servir de filtre
  7. 7. Le choix des sources Selon la couverture : discipline, date, langues, type de documents… Selon l’information délivrée : officielle, scientifique, actualité… Selon les modalités d’accès : libre, restreint, sur identification…
  8. 8. Recherches spécifiques Guide pour la recherche de brevets Guide pour la recherche d’archives
  9. 9. 2 / RESSOURCES DOCUMENTAIRES SUR LE WEB
  10. 10. Les cas Google et Wikipédia Google Une règle : plus le moteur de recherche est généraliste, plus il faut être précis - Recherche plein texte (type Google) Vs recherche par mots-clefs (type catalogue de bibliothèque) - Le réflexe « recherche avancée » (dont la recherche de fichiers comme les PDF) - + ( = opérateur booléen ET/AND), - (= opérateur booléen SAUF) - Les incontournables : renommée de l’auteur ou de l’institution et ses intentions / adresse URL / date de mise à jour / plan du site / style / sources Wikipédia - La page « historique » et « discussions » : comparer les versions / savoir qui a modifié l’article / les infos sur la modification / annuler une modification : « reverter »/« défaire » - Les bandeaux : avertir le lecteur - Notes et références / bibliographie / articles connexes / liens externes - Licence CC-BY-SA - Anonymat des contributeurs mais réactivité
  11. 11. Améliorer sa recherche dans Google Rechercher une expression exacte : « entreguillemets » Utiliser des opérateurs booléens : + (et) – (sauf) Utiliser des troncatures : * pour remplacer un oudes mots Rechercher dans un site ou un domaine : site:url,site:edu… Trouver une définition : define: Rechercher un type de fichier : filetype:pdf Dans le titre de la page : intitle: allintitle: Dans l’url : inurl : allinurl Dans le texte : intext: allintext: Les liens pointant vers un site : link:url Les sites similaires : related:urlo Deux liens incontournables :Les astuces et références Google30 étapes pour maîtriser la recherche sur Google
  12. 12. Question : oùêtes-vous ?http://searchresearch1.blogspot.fr/2012/02/wednesday-search-challenge-feb-1-2011.htmlhttp://searchresearch1.blogspot.fr/2012/02/answer-where-are-you.html
  13. 13. Les moteurs de recherche scientifiques Recherche limitée à un corpus dit scientifique : articles, actes de colloques, congrès… Accès au web dit « invisible » Avantages : gratuité, simplicité, rapidité, corpus large, fonctionnalités bibliométriques… Inconvénients : couverture opaque, ressources en accès contrôlés, limites de l’interrogation en langage naturel, problèmes d’exhaustivité et de présentativté des disciplines, mauvaise gestion des doublons… Exemples de moteurs scientifiques : Google scholar Scirus (Elsevier) Scholar universe Scientific commons Springer exemplar JURN (SHS) Isidore (SHS, français) Economics Search Engine o L’astuce : Author Mapper pour géolocaliser des équipes de recherche, des articles scientifiques,…
  14. 14. Le portail des BU de l’UVSQ www.bib.uvsq.fr livres / thèses / périodiques articles de presse ou scientifiques en texte intégral e-books accès à distance compte-lecteur prêt entre bibliothèques navette inter-sites suggestions d’achat le service de réponse à distance d’IDF « Rue des facs » aide à la recherche o La base de presse incontournable : Factiva 31000 sources, 26 langues, 200 pays,… Rechercher sur un sujet, feuilleter des journaux, s’informer sur des secteurs d’activité,… o Le portail Le Monde accessible lui aussi depuis www.bib.uvsq.fr
  15. 15. Autres catalogues Le catalogue collectif des établissements d’enseignement supérieur français : Sudoc Le catalogue collectif des bibliothèques françaises : CCFr BNF A l’étranger : British Library, Library of Congress A l’échelle internationale : Worldcat Mais aussi les bibliothèques numériques : Gallica Europeana la bibliothèque électronique de Lisieux Et pour aller plus loin : ABU, la bibliothèque universelle RFN, le Réseau francophone numérique The Gutenberg Project RNBM, le Réseau national des bibliothèques la bibliothèque numérique de Poitiers de mathématiques Manioc RMSH, le Réseau des maisons des sciences INHA de l’homme
  16. 16. Les archives ouvertes Explorer : ROAR : consulter les plateformes de libre-accès dans le monde, visualisation de la quantité de dépôts par plateforme OpenDOAR : répertoire des réservoirs d’Archives Ouvertes OAIster Scientific Commons Les plateformes : ArXiv HAL TEL HALShS Archivesic,… Déposer : Dépôt par un des auteurs ou par une personne autorisée Différents formats de fichiers acceptés Fichiers annexes acceptés Création d’un compte de déposant nécessaire au préalable Rubrique « Comment déposer » sur Formadoct
  17. 17. Explorer le web pour trouver… Le répertoire des bases de données gratuites : DADI Les signets des bibliothèques : signets de la bnf et des universités Des dossiers de presse généralistes : Le Monde Diplomatique, La Documentation française, Université de Lyon 2 Ou thématiques : CNRS, INRA, INSEE, Institut Pasteur, MAC (Musée d’Art Contemporain de Lyon), CNC, Sites des ministères : Culture, Justice, Economie, Sports, … Des images et des expositions virtuelles : BIUM, BnF, Ministère de la Culture et de la Communication, BM de Lyon, Le Museum d’Histoire Naturelle, CERIMES, Joconde, Mandragore, Banque d’images du RMN, Banque d’images de l’UNESCO, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Corbis (banque d’images libres de droits),… Des films et des sons : INA, CERIMES, Canal-u, émissions de TV et de radio en langue anglaise sur Factiva, Portail de la musique contemporaine, Portail du patrimoine oral, La Cité de la Musique
  18. 18. Des astuces Les archives d’anciens sites web : Zataz.com : site web traitant de la délinquance informatique Hoaxbuster : site d’information francophone sur les rumeurs du web La Liste noire de Scio : site réalisé par un enseignant de l’ENS qui présente une liste de sites « pseudo-scientifiques » aisément accessibles via les moteurs de recherche généralistes
  19. 19. 3 / OUTILS ET SERVICES EN LIGNE ADAPTES AUXCHERCHEURS
  20. 20. Changer les pratiques… Tournant dans les années 95 : passage d’un web 1.0 de diffusion (producteur de contenu vers les internautes) à un web 2.0 de collaboration (producteur, internautes contributeurs, fils RSS, internautes organisés en réseaux sociaux) Nouveaux enjeux :- concurrence entre les unités de recherche (classements et facteurs divers, AERES,…)- nécessité de visibilité (cf. « publish or perish »)Et la « science 2.0 » ? Écritures collaboratives Blogging scientifique L’essor de Twitter : « la science en temps réel », le live-tweet La fin de la revue validée par les pairs ? Des indicateurs forcées à se redéfinir o A lire : « Science 2.0 : renouveau de la recherche et/ou de l’échange scientifique », blog Affordance : « Pour les étudiants en thèse, il sagit de bâtir leur réputation et d’élargir leur réseau de pairs « en particulier dans les domaines innovants pour lesquels manquent des autorités bien établies »
  21. 21. Mais… Je n’ai pas le temps, j’en ai déjà assez comme ça, je risque de me faire voler mes idées, ça me convient tel que c’est, ces outils sont bons pour les étudiants… Pourquoi le faire quand même ? - Partage du savoir - Mettre en place des expériences pédagogiques innovantes - Gain de visibilité - Contrôler ses informations - Selon une enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs, 62% d’entre eux privilégient les échanges entre chercheurs comme source d’information Au sujet des blogs (André Gunthert, maître de conférences) : - Se réapproprier les contraintes de publication : modèle alternatif de publication scientifique - Espace de dialogue avec les étudiants et les pairs - Témoigner du travail en train de se faire : le blog sert de vitrine bien avant la publication officielle - « Séminaire permanent » (http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog) « thinking with my fingers », égalité des pairs, conversation… Et si vous ne le faites pas ? - « vous le subirez malgré vous » (Antoine Blanchard, « Exploration en science 2.0)
  22. 22. Googlelisez-vous ! Je n’existe pas Homonymes Vieilles références Je suis présent mais pas auteur du contenu qui me concerne …
  23. 23. La blogosphère scientifique Les types de contenus : carnet de recherche, cahier de labo, actualité de la recherche, réflexions & débats, informations, échanges, revue de littérature, compte-rendu, pédagogie, veille, médiation, numérisation… Antéchronologique, blogroll, commentaires, liens hypertexte, tags « Science chaude » Vs « science froide » Les moteurs de recherche de blogs : et Google Blogsearch, , Yippy Blogs Le top des blogs sur Wikio Plateformes de blogs scientifiques : Hypothèses. org et C@fé des sciences A consulter : http://blog.mysciencework.com/, http://culturevisuelle.org/, Blogo numericus, Affordance Citer un blog : ne pas oublier de mentionner l’URL et la date de consultationo Lire l’article « De l’intérêt des blogs scientifiques africains » sur : o Attribution d’un n° ISSN par la BnF aux blogs ayant http://fr.globalvoicesonline.org/2012/05/23/109210/ un impact significatif sur la recherche
  24. 24. Les wikis Un wiki est l’« autre » du blog Pour l’anecdote : wiki-wiki veut dire rapide en hawaïen… Contenu organisé non pas sous forme de flux mais de réseaux d’articles. Il favorise l’écriture collaborative de documents tout en garantissant les contenus Pérennité de l’article du wiki vs temporalité de l’article de blog Beaucoup de fils de syndication (flux RSS) sont possibles sur les wikis : nouveaux articles, modifications d’anciens articles ou d’un en particulier o L’astuce « outils collaboratifs » : Google Docs
  25. 25. Les réseaux sociaux pour chercheurs L’expression « social networks » existe depuis 1954 (John A. Barnes) Ne sont que la continuité des communautés savantes du 17e qui, au travers de leurs réunions et de leurs journaux, permettaient les échanges entre scientifiques Ont explosé dans les années 2000 avec les réseaux sociaux en ligne Pour développer les « liens faibles » et des « connecteurs » qui seront « producteurs de ressources » (Théorie des 6 degrés de séparation) La communauté de chercheurs du réseau valide d’elle-même l’information qui circule Rompent l’isolement du travail de recherche, permettent de tester des hypothèses de travail et de valoriser ensuite ses articles
  26. 26. Les réseaux sociaux pour chercheursRéseaux sociaux dédiés : http://uvsq.academia.edu/, Mendeley, Zotero, ResearchGate, SciLink, Linkedin, Viadeo, …Ou réseaux sociaux généralistes, utilisés par les chercheurs : Facebook, Twitter, … Facebook : selon une étude, chacun serait relié par une chaîne de 4,74 maillons Le cas Twitter : communauté, diffusion et discussion, promotion et commentaires, suivi de conférences, veille, micro- blogging, … (François Bon : Twitter et comment s’en servir). Cependant, 40% des usagers de Twitter ne tweetent pas : « listening mode ». o Malariaworld : plateforme agrégeant blogs et tweets de revues en Open Access à comité de lecture
  27. 27. Mettre en place une veille scientifique Un fil RSS : est « un fichier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour d’un site web » (Wikipédia) Un agrégateur : sert à lire les fils RSS, prévient de la mise à jour d’un site web, importe automatiquement le contenu en question, le fait pour tous les sites que vous avez préalablement sélectionnés= il va chercher toutes les infos qui vous intéressent et vous lesdépose dans un même endroit : pas besoin de visiter chaque sitepour voir les mises à jour !7 bonnes raisons pour utiliser un agrégateur : la recherche d’informations demande du temps et de l’énergie (méthodes PULL/PUSH) limite le « bruit » : sources ciblées et organisées en amont va au-delà des blogs : permet de suivre l’actualité des plus grandes ressources documentaires scientifiques indépendance de la veille / curation (Twitter, Facebook) passage d’une logique de « puits » (celui qui a l’information a le pouvoir) à une logique de « nœud » (celui qui distribue l’information à le pouvoir) 1 seul enregistrement nécessaire pour créer son compte d’agrégateur / pas besoin de s’enregistrer pour s’abonner aux flux pas de spams
  28. 28. La veille en 3 étapesÉtape 1 : Se choisir un agrégateur : Netvibes, Google Reader,…Étape 2 : Repérer les fluxÉtape 3 : S’abonner aux flux et les organiser par ensembles thématiques
  29. 29. Folksonomie et social bookmarking « Une folksonomie représente en même temps ce qu’il y a de meilleur et de pire dans l’organisation de l’information. » Adam Mathes, 2004 La folksonomie est : - l’émergence sans cesse croissante d’un phénomène directement lié au web web 2.0 - la contraction entre taxinomie (règles de classification, « taxinomy » en anglais) et usagers (folk) - l’indexation des documents par l’usager - un modèle de classification ultra personnel qui doit pourtant être utilisable par l’ensemble de la communauté des internautes Le « social bookmarking » (= pratique de la folksonomie) - il d’agit du partage de signets - cela revient à enregistrer les pages web que l’on trouve intéressantes - les sites de bookmarking social permettent de retrouver les documents archivés via les tags (folksonomie) - ces sites permettent aujourd’hui bien plus que de partager des signets : on peut les classer, les commenter, les importer / exporter, ajouter des notes, les envoyer par mail,… - les avantages de ces sites : 1. l’enregistrement ne se fait pas sur votre ordinateur personnel (gain de place + possibilité de les retrouver depuis n’importe quel ordinateur) 2. immédiateté : on ne le remet pas à plus tard, on le fait tout de suite + possibilité de les exporter à tout moment 3. source de partage : vous pouvez travailler en équipe et envoyer ainsi un lien à tout un groupe. Vous pouvez aussi vous créer un network. 4. source de veille : possibilité d’avoir un fil RSS par tag, voire un fil RSS par combinaison de tags
  30. 30. Delicious - se créer un compte et se connecter - l’organisation d’une page Delicious - enregistrer un document issu du web et sauvegarder un signet - gérer ses tags et ses catégories de tags (bundles) - le network de Delicious - rechercher dans Delicious - intégrer Delicious à FirefoxDiigo- acronyme de « Digest of Internet Information, Groups and Other stuff »- comme pour Delicious : - création d’un compte - barre d’outils à installer dans son navigateur Firefox Mais aussi… - enregistrement de documents, de tags, de commentaires Scoop it ! - travail en réseau Scivee- permet en plus de faire en ligne ce que l’on fait lorsque l’on litsérieusement un article : surligner et prendre des notes. Scribd CiteUlike My experiment …
  31. 31. Récap’ pour investir le web et cultiver sonidentité numérique Se présenter avec un CV virtuel et construire son identité numérique académique : Linkedin, Viadeo, Academia.edu (et lever les homonymies) Faire de la veille : Twitter, Diigo, Facebook, Delicious Partager ses références bibliographiques : CiteULike, Zotero, Mendeley, Research Gate Partager ses supports de cours : Slideshare, Wikibooks Présenter l’état de ses travaux en cours, ses réflexions : blogs Partager ses connaissances : wikis Partager ses publications : AO Au final : être bien situé dans les moteurs de recherche (généralistes ou scientifiques) Faire son auto-promotion Des réseaux virtuels pour compléter les réseaux réels Diffuser et valoriser ses travaux scientifiques - mai 2012, by Perrine Helly
  32. 32. Merci de votre attention CC BY-NC-SA 2.0 amelie.church@uvsq.fr, magalie.le-gall@uvsq.fr Amélie Church Pro, Magalie Le Gall Pro magalielegall magalielegall BU_Versailles http://www.slideshare.net/magalielegall pour consulter et/ou télécharger cette présentation Crédits photos 1. Tous droits réservés awesomepictures.me 2 et 6 Tous droits réservés par National Geographic 4. Tous droits réservés par nervous system 5. Tous droits réservés par BruceK 6. Tous droits réservés par Mabona Origama 7. Certains droits réservés par GiantsFanatic 8. Tous droits réservés par Rigib 11. Tous droits réservés par Olga 12. Source : SearchResearch (Daniel M. Russel) 14. Source : iGoogle 15. Tous droits réservés par –hedgey- 16. Source : Titanic Belfast 19 et 24. Tous droits réservés par Ben Heine 22. Certains droits réservés par Schub@ 25. Certains droits réservés par Karenoc11 26. Tous droits réservés par Moma 27. Source : http://pannabar.tumblr.com/post/13831044926 29. Tous droits réservés par JoJoNeil 31. Certains droits réservés par pasotraspaso 32. Tous droits réservés par 9GAG.com 33. Tous droits réservés par Laura-Lynn Petrick
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×