Mémoire final 130611
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
3,703
On Slideshare
3,691
From Embeds
12
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
39
Comments
0
Likes
0

Embeds 12

http://darkgirlrhyme.blogspot.com 11
http://www.slideshare.net 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Histoire et influencedu centre d’architectureArc en rêve à BordeauxMémoire de première annéeMaster Recherche en Histoire de l’art et archéologieMarcela Garcia MartinezSous la direction de M. Marc SaboyaUniversité de Bordeaux III, Michel de MontaigneAnnée 2011
  • 2. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 1
  • 3. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Table des matières Avant-propos .............................................................................................................. 4 Introduction ................................................................................................................. 6 État de la question ..................................................................................................... 8a) Le travail d’Anne-Sophie Métais ............................................................................. 9b) Le travail de Doïna Zgureanu................................................................................ 10c) Le travail de Laure Augereau ................................................................................ 11d) Le travail d’Aurore Rousset ................................................................................... 12e) Rapport de stage de Julie Maigret........................................................................ 14f) Bordeaux : la conquête de la modernité .............................................................. 15g) Conclusions des chercheurs ................................................................................. 16 Première partie : Arc en rêve, pour lui-même ....................................................... 18a) Contexte de la création du centre ......................................................................... 18b) Organisation et activités ........................................................................................ 21c) Localisation ............................................................................................................. 22 Deuxième partie : Arc en rêve pour les architectes .............................................. 29a) L’enseignement de l’architecture en France à l’actualité.................................... 31b) La formation des architectes et la question du rapprochement au public ......... 35c) Arc en rêve pour les étudiants d’architecture à Bordeaux.................................. 36d) Collaborations d’Arc en rêve avec l’École des Beaux-arts de Bordeaux .......... 39e) Le rapprochement au public pour les architectes................................................ 40 Troisième partie : Arc en rêve pour le public ......................................................... 42a) L’atelier pédagogique............................................................................................. 42  Les origines de l’atelier pédagogique ............................................................... 42  Le Bois de Rivière .............................................................................................. 44  L’atelier pédagogique dans l’actualité .............................................................. 49b) Les expositions d’Arc en rêve ............................................................................... 51c) Interventions d’Arc en rêve dans le domaine de la maison individuelle ............ 59  L’état de la maison individuelle en France ....................................................... 60  La participation des architectes dans le marché du logement individuel ...... 61  36 modèles pour une maison ............................................................................ 62  Collaboration d’Arc en rêve avec Domofrance ................................................ 64  Autres activités ................................................................................................... 68 2
  • 4. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Quatrième partie : Arc en rêve pour la ville de Bordeaux .................................... 71a) Les échanges en expositions et les ouvrages ..................................................... 71b) L’exposition « Mutations » ..................................................................................... 74c) Arc en rêve comme outil de médiation pour les autorités de la ville.................. 75  Collaborations entre Arc en rêve et Chaban-Delmas...................................... 75  Un nouveau maire : une nouvelle dynamique.................................................. 77  Le projet urbain pour Bordeaux......................................................................... 78  Le moment historique de l’installation du tramway.......................................... 80d) L’influence d’Arc en rêve dans l’aménagement des quais de la Garonne et dela rive droite .................................................................................................................... 82  Un antécédent de l’appel d’idées de 1989 : Regards et fictions sur la ville .. 82  Le projet pour la Bastide de Ricardo Bofill ....................................................... 85  L’appel à idées d’Arc en rêve ............................................................................ 87  Le Projet des Deux Rives de Dominique Perrault ........................................... 91 Conclusions .............................................................................................................. 96 Bibliographie............................................................................................................. 98Travaux d’étudiants : ..................................................................................................... 98Ouvrages ........................................................................................................................ 98Ouvrages produits par Arc en rêve .............................................................................. 99Articles de périodiques spécialisés .............................................................................. 99Articles de presse quotidienne.................................................................................... 101 ANNEXES 1: IMAGES .......................................................................................... 102Première partie: Localisation ...................................................................................... 102Deuxième partie : Arc en rêve pour les architectes .................................................. 104Troisième partie : Arc en rêve pour le public ............................................................. 105Quatrième partie : Arc en rêve pour la ville de Bordeaux ........................................ 110 ANNEXES 2 ........................................................................................................... 113 ANNEXES 3 ........................................................................................................... 127 Table des images................................................................................................... 130 Table des images annexes ................................................................................... 131 Table des graphiques ............................................................................................ 132 3
  • 5. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Avant-propos Lors du choix d’un sujet pour l’élaboration de ce mémoire de première année de Master en Histoire de l’art, nous avons eu deux objectifs. Le premier était de nous pencher sur une thématique qui nous obligerait à étudier le développement urbain et la production architecturale contemporaine de Bordeaux. Le deuxième était de trouver dans cette thématique des propositions qui pourraient être développées dans d’autres villes, surtout dans des pays où l’architecture n’est pas autant valorisée ni protégée qu’en France. Le centre d’architecture Arc en rêve se trouvait exactement à la croisée de nos inquiétudes et l’étudier en profondeur nous a paru donc un choix naturel. La rédaction de ce mémoire coïncide avec la célébration du trentième anniversaire du centre, un moment idéal pour regrouper la documentation qui a été produite à son sujet, mais aussi pour faire un bilan de l’institution d’un point de vue détaché qui puisse, nous espérons, garder une distance scientifique et mettre en question ses fonctions et contributions. Nous voulons également montrer les responsabilités des architectes vis-à-vis la société, qui dépassent le fait de dessiner et construire correctement. Leur contribution doit s’étendre à la sensibilisation des publics, des autorités et même de ses collègues, à une architecture qui reflète notre identité et qui nous offre une meilleure qualité de vie. Par le biais de ce mémoire nous voulons exprimer que la coupure entre les architectes et le public est non seulement désavantageuse pour les premiers comme professionnels, mais dangereuse pour le public qui n’est pas dans la capacité de réclamer des productions de qualité et une ville avec un fonctionnement harmonieux, parce qu’il n’a pas été éduqué pour le faire. 4
  • 6. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Pour les élus et les autorités de nos villes, nous voulons montrer que l’architecture, l’urbanisme et la culture sont des facteurs de développement. Quand elle est dirigée de manière adéquate, l’architecture est une source de tourisme, elle attire les investissements, elle dynamise l’économie. Mais pour cela doit exister un consensus entre les pouvoirs et les citoyens : une institution comme Arc en rêve se pose comme le médiateur entre ces deux instances et c’est la raison pour laquelle il est impératif que des centres de ce type se mettent en place en France et dans d’autres pays. Nous avons découvert, au fur et à mesure que la recherche avançait, que nous partageons avec les membres d’Arc en rêve les aspirations et la foi dans les possibilités que l’architecture peut offrir, non seulement d’un point de vue esthétique, mais surtout humain et civique. Notre propre parcours comme étudiante en architecture et ensuite comme professionnelle de cette discipline nous a montré les répercussions négatives des constructions sans architecture et sans recherche plastique qui se mettent en place surtout dans les pays émergents où les villes continuent à s’élargir sans projet urbanistique et dont les bâtiments sont des copies de modèles étrangers. Nous espérons pouvoir contribuer à la valorisation du centre en montrant sa participation dans la construction de la ville de Bordeaux depuis sa création et en le mettant comme un exemple à suivre pour d’autres villes en France et pourquoi pas, ailleurs. 5
  • 7. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Introduction Ce mémoire vise à retracer l’histoire d’Arc en rêve, depuis ses origines comme une association, son atelier pédagogique et son établissement en centre d’architecture contemporaine à Bordeaux. Pour ce faire, nous commençons par l’état de la question en faisant un aperçu de travaux faits par des étudiants qui ont déjà travaillé sur le centre avant nous, en plus de l’ouvrage par des historiens de l’art qui a inspiré notre recherche. La première partie décrit sommairement son évolution, son organisation, ses activités et sa localisation à Bordeaux. Ensuite, nous avons choisi de structurer le travail à partir des différentes dimensions d’influence du centre sur son environnement. Le public le plus proche et le plus concerné par les thématiques d’Arc en rêve sont naturellement les architectes, mais nous avons porté une attention particulière aux étudiants en architecture et à l’enseignement qu’ils reçoivent actuellement en France. Par la suite, nous nous interrogeons sur l’utilité d’un centre d’architecture pour le public en général et nous avons trouvé que les activités qui le concernent le plus sont l’atelier pédagogique, les expositions dans les galeries et les interventions dans le marché de la maison individuelle. Mais le centre d’architecture accomplit d’importantes fonctions aussi à une échelle supérieure, celle de la ville, que nous analysons dans la dernière partie, en mettant l’accent sur la promotion de Bordeaux à travers des expositions, des ouvrages ou des évènements de grande envergure, son rôle de conseil et de médiateur avec les élus de la municipalité et les expérimentations qui ont aidé à façonner le paysage urbanistique de Bordeaux dans les dernières trente années. 6
  • 8. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Notre recherche a été principalement bibliographique et nous avons pris comme références des travaux faits par des étudiants, des articles de la presse quotidienne et spécialisée, des ouvrages sur les transformations récentes de Bordeaux et bien sûr, les ouvrages produits par Arc en rêve. Nous avons essayé de prendre ces derniers avec une certaine prudence et dans la mesure du possible nous les avons questionnés par rapport aux impressions décrites par la presse. Finalement, nous avons eu la possibilité de rencontrer M. Michel Jacques, directeur artistique du centre, dont les réponses à nos interrogations, posées lors d’un entretien, se trouvent disséminées dans tout le travail. 7
  • 9. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux État de la question Comme nous avons expliqué précédemment, une de nos sources ont été quelques rapports de stage faits par des étudiants. Ce type de travaux nous a permis de comprendre la dynamique et le fonctionnement de l’institution et nous ont montré les aspects qui n’ont pas été jugés essentiels ou étudiés du tout dans le passé. Cependant, ces travaux ont dû être pris avec une certaine distance car ils ont été conçus avec des objectifs particuliers en suivant une méthodologie propre. Pour chacun de ces chercheurs nous essaierons donc de discerner ces contributions et limitations. Une première source ont été les mémoires de deux étudiantes de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux, Anne-Sophie Métais et Doïna Zgureanu, qui ont réalisé des stages à Arc en rêve dans les années 1999 et 2000. Il a prouvé intéressant d’avoir eu accès à ses témoignages car ils sont éloignés de l’architecture et de l’histoire de l’art et offrent donc un point de vue différent à celui que nous aurions privilégié à sa place. Les années de ces stages correspondent à une période d’une relevance particulière à cause de l’organisation de l’exposition « Mutations ». Celle- ci a été une manifestation de grande ampleur qui a montré le large et important réseau du centre et lui a valu une reconnaissance au niveau local et international. Ensuite nous verrons en détail les travaux de deux étudiantes en architecture, Laure Augereau de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes et Aurore Rousset, de l’École nationale d’architecture de Paris-La Villette. De manière plus brève, nous verrons les apports de l’étudiante Julie Maigret avec son rapport de stage. Et finalement, nous allons exposer comment l’ouvrage Bordeaux : la conquête de la modernité, des historiens de l’art Robert Coustet et Marc Saboya, nous a servi de point de départ pour notre recherche. 8
  • 10. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux a) Le travail d’Anne-Sophie Métais Le rapport d’Anne-Sophie Métais a été réalisé suite à son stage de huit mois dans le centre. C’est un mémoire pour l’obtention de son Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en « Management des organisations et entreprises de service public » et il a été présenté en l’année 2000. À travers son travail, elle a voulu poser des interrogations sur le centre pour qu’un autre étudiant puisse les développer en profondeur dans une recherche postérieure 1. Elle s’est intéressée à l’organisation du centre et l’environnement culturel dans lequel il travaille, pour évaluer les conditions et les résultats des interactions entre les deux. Pour cela elle a étudié comment le centre agit sur son milieu et le phénomène inverse. Elle a donc mis en relation Arc en rêve avec des aspects plus généraux de la société comme la culture et la place dévouée à l’architecture dans celle-ci. Dans son analyse, Arc en rêve se profile comme une institution qui doit trouver une balance entre le loisir et la pédagogie, car il est en même temps une source de récréation mais aussi de réflexion. Elle attire aussi notre attention sur le rapport de l’architecture avec les instances du pouvoir et les élites. Son étude nous renseigne surtout sur l’organisation interne du centre, mais ne propose aucune réflexion sur les différents services que celui-ci offre. Au vu de ce fait, nous avons choisi de concentrer ce travail sur les activités et nous n’avons pas donné suite à ses observations sur la manière dont le centre gère ses employés. Néanmoins, dans son travail, Métais s’est interrogée sur la légitimité du centre et des activités qu’il développe « en dehors des réseaux qu’il connaît et maîtrise »2. Nous avons donc pris cette problématique comme point de départ pour cette recherche en nous interrogeant si Arc en rêve est simplement un centre d’expositions d’architecture contemporaine ou s’il vise à provoquer des changements dans la ville où il est installé.1 MÉTAIS Anne-Sophie, Arc en Rêve centre d’architecture, Mémoire du Diplôme d’ÉtudesSupérieures Spécialisées « Management des organisations et entreprises de service public »,Institut d’Études Politiques de Bordeaux, Bordeaux, 2000, p. 32 Ibid., p. 22 9
  • 11. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux b) Le travail de Doïna Zgureanu L’étudiante en DESS de Gestion Publique de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux, Doïna Zgureanu, a intitulé son mémoire Mise en place et gestion du projet d’une grande manifestation culturelle : arc en rêve organise « Mutations »1. Elle l’a réalisé après avoir complété son stage entre octobre 1999 et avril de l’année suivante. Les deux objectifs principaux de ce travail étaient d’étudier le fonctionnement d’Arc en rêve comme une association et de décrire l’organisation de l’évènement « Mutations ». Dans son rapport, Zgureanu a défini les associations et a expliqué ses caractéristiques juridiques pour mieux comprendre la structure d’Arc en rêve. Elle a donné une liste des employés à l’époque et de leurs différentes conditions de travail, comme par exemple leurs types de contrats. Elle a fait une analyse des statuts de l’association et a approfondi sur le partenariat entre celle-ci et la ville de Bordeaux. Entre ses contributions ont trouve les réflexions qu’elle a faites sur le style de management de l’association et sur les contraintes que celle-ci impose. Son travail a permis de comprendre comment le centre a ressenti le passage de la mairie dirigée par Jacques Chaban-Delmas à celle d’Alain Juppé. Et elle a donné un aperçu exceptionnel de l’organisation d’une importante exposition comme « Mutations » en décrivant son évolution à travers le temps et les ressources humaines et financières qui ont été disponibles pour la faire. Quant à son influence sur ce travail, elle a posé aussi la question sur l’impact et l’influence du centre, surtout en vue de la nature abstraite de sa mission de changer le rapport des individus à leur environnement.21 ZGUREANU Doïna, Mise en place et gestion du projet d’une grande manifestationculturelle : Arc en rêve organise « Mutations », Rapport de stage du Diplômed’Études Supérieures Spécialisées de Gestion Publique, Institut d’Études Politiquesde Bordeaux, Bordeaux, 20002 Ibid., p. 38 10
  • 12. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux c) Le travail de Laure Augereau L’ouvrage de Laure Augereau, Cultures architecturales ? L’éveil à l’espace chez l’enfant à travers son expérience sensible 1, constitue son travail de fin d’études de l’École Nationale Supérieure d’architecture de Nantes. Dans celui-ci, elle a voulu répondre à la question de savoir si la sensibilisation à l’architecture doit être une mission de l’architecte et quelles sont les institutions qui mènent des actions de ce type, surtout dirigées vers les enfants. Pour ce faire, elle a transcrit des données sur la perception du public sur l’architecture. Ensuite, elle a fait une recherche sur les programmes de sensibilisation à l’architecture développés dans les écoles, par des associations comme la Maison de la Culture de Loire-Atlantique ou Arc en rêve, ainsi que par l’atelier des enfants dans le Centre Georges Pompidou. Elle a analysé les techniques d’animation de toutes ces institutions et elle a mis en place ses propres démarches individuelles. Son travail est intéressant car il met en rapport la formation des architectes et leur pratique professionnelle avec l’image de l’architecture auprès du public. Nous avons donc voulu poursuivre ses interrogations sur ce sujet pour comprendre comment elles ont évolué depuis son mémoire, présenté il y a onze années. Son analyse de l’atelier pédagogique pour les enfants mis en place par Arc en rêve est très intéressante car il demeure un des points forts du centre, mais notre étude ne vise pas à questionner ces types d’activités ni leur efficacité quant à la réussite de leurs objectifs.1 AUGEREAU Laure, Cultures architecturales ? L’éveil à l’espace chez l’enfant à travers sonexpérience sensible, École Nationale Supérieure d’architecture de Nantes, 2000 11
  • 13. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux d) Le travail d’Aurore Rousset L’étudiante de l’École d’architecture de Paris-La Villette, Aurore Rousset, a travaillé comme stagiaire à Arc en rêve pendant dix mois au terme desquels elle a réalisé son mémoire1. Ses interrogations portent surtout sur la sensibilisation à l’architecture en général. Elle a voulu étudier quelle est la place d’Arc en rêve dans le système établi en France pour promouvoir les œuvres et le métier de l’architecte. Tout cela pour présenter un projet architectural consistant en structures temporaires mobiles appelés « Mobilo » qui pourraient être disposées à Bordeaux pour élargir la présence du centre dans la ville et ainsi attirer plus de public. Elle a commencé par faire un état des lieux des institutions et associations qui se préoccupent de sensibiliser à l’architecture à Bordeaux et ailleurs en France. Pour cela elle a conduit une série d’entretiens avec les principaux intervenants de ces organisations. Elle a également interrogé tous les employés d’Arc en rêve à l’époque pour essayer de comprendre leur point de vue quant aux avantages et désavantages du centre et de sa structure. Elle termine son travail avec un film où un super-héros parcourt Bordeaux en se posant des questions sur la sensibilisation à l’architecture. Les réponses sont abordées par les membres d’Arc en rêve et les autres personnes avec qui elle a eu des discussions. Son projet d’expositions temporaires répandues dans la ville constitue une proposition intéressante pour le centre et son état des lieux montre Arc en rêve comme une institution unique en France, mais surtout en dehors de Paris.1 ROUSSET Aurore (Sous la direction de Jacques BOULET et Marc BOUDIER), Arc en rêve,un centre d’architecture à Bordeaux, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-LaVillette, Paris, 2004 12
  • 14. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Dans l’inventaire des institutions qu’elle a réalisé, Rousset montre qu’il n’existe pas un centre d’architecture en province qui puisse se comparer en ressources, réseau relationnel ou en parcours à celui qui existe à Bordeaux. En fait, même par rapport aux centres parisiens, Arc en rêve jouit d’une reconnaissance similaire sinon supérieure et avec des moyens plus réduits. D’un autre côté, Rousset montre qu’Arc en rêve se développe comme une institution isolée, dans le sens qu’il n’y a pas de véritable coordination régionale ou nationale entre les institutions vouées à l’architecture et pose ainsi deux problématiques qui pourraient être développées par d’autres chercheurs : approfondir l’état de la sensibilisation à l’architecture en France (car dans son travail elle se limite à l’exposition et description des institutions sans faire une comparaison entre elles ou sans donner un avis critique à ce sujet) et la comparer à celle qui est menée dans d’autres pays. Dans ce mémoire, Rousset s’interroge sur les problèmes d’avoir un centre d’architecture dans le même bâtiment où se trouve un musée d’art contemporain, ainsi que sur les contraintes imposées par l’Entrepôt Lainé, d’un point de vue symbolique comme spatial. De notre part, nous allons étudier en profondeur cet aspect qui est récurrent dans la littérature disponible sur le centre et nous allons essayer de tirer nos propres conclusions. 13
  • 15. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux e) Rapport de stage de Julie Maigret Un autre mémoire dont nous avons eu accès a été celui de l’étudiante en Master de Métiers du patrimoine monumental et mobilier, Julie Maigret1. Son travail date de l’année 2008, lorsqu’elle a travaillé comme stagiaire assistante au commissariat d’exposition sous la direction de Michel Jacques, pour ensuite intégrer le centre comme une de ses employées. Son rapport contient un bref état de la question des politiques patrimoniales en France, afin d’introduire les dilemmes autour du patrimoine architectural contemporain dont Arc en rêve se charge de diffuser. Maigret décrit plusieurs aspects du centre dont notamment l’origine de ses ressources et sa stratégie de communication. Mais son travail se détache par la description exhaustive des activités qui ont été organisées lors de son stage qui a coïncidé avec l’organisation de l’exposition « Collectif, nouvelles formes d’habitat en Europe »2. Elle donne un aperçu de l’organisation d’une exposition et de la publication qui l’accompagne : elle entre détail sur la sélection des œuvres, les rapports établis avec les différents acteurs (les agences d’architecture par exemple), la scénographie et surtout ce qui entoure l’élaboration de l’ouvrage, qui a été son domaine principal.1 MAIGRET Julie (Sous la direction de Michel JACQUES), Assistante aucommissariat d’exposition, Master II Métiers du patrimoine monumental et mobilier,arc en rêve centre d’architecture, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III,Talence, 20082 Montrée du 4 juillet 2008 au 4 janvier 2009. 14
  • 16. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux f) Bordeaux : la conquête de la modernité Dans leur ouvrage, Bordeaux : la conquête de la modernité1, les historiens de l’art Robert Coustet et Marc Saboya ont fait un état des lieux des principales productions architecturales et urbanistiques faites à Bordeaux entre les années 1920 et 2003. Par ce biais, ils ont montré l’ambivalence de cette ville qui se débat constamment entre le poids de sa tradition et de son héritage bâti du XVIII siècle et ses essais pour construire son identité architecturale contemporaine. L’ouvrage nous a donné des indices dans plusieurs domaines qui ont servi à façonner notre recherche. Par exemple, le fait que les auteurs s’interrogent sur l’impact qu’Arc en rêve a pu avoir sur les architectes à Bordeaux2, nous amena à considérer dans une partie de ce travail quel est le rôle du centre pour les professionnels de l’architecture. Également, les auteurs font mention d’autres aspects du centre que les étudiantes dans leurs mémoires avaient laissé de côté, comme les incursions dans le marché de la maison individuelle et l’appel à idées « Bordeaux, Port de la Lune » en 1989. Ceci nous a conduit à considérer que le centre a pu avoir une influence, plus ou moins directe, dans la construction urbanistique de Bordeaux dans les trente dernières années, une intuition que nous voulons développer tout au long de ce travail.1 COUSTET Robert, SABOYA Marc, Bordeaux : la conquête de la modernité, architecture eturbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Éditions Mollat, Bordeaux,20052 Ibid., p. 320 15
  • 17. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux g) Conclusions des chercheurs Même en prenant en compte les différences propres aux travaux de nos prédécesseurs, il y a certains points sur lesquels tous semblent s’accorder. Le premier est l’importance du « noyau » d’Arc en rêve, ses membres fondateurs. Le centre serait né et aurait persisté pendant tout ce temps grâce au fort engagement de ses membres et le réseau qu’il a créé. Mais, quoique Arc en rêve soit une association avec une structure bien définie qui va au-delà de ses membres fondateurs, le « noyau » reste la seule instance qui prend les décisions, dont même le président de l’association reste seulement informé 1. Les étudiantes qui ont fait leur stage dans le centre ont toutes fait mention que les employés en dehors des fondateurs ressentent un manque de participation et d’influence sur les choix de l’association, et ne sont pas satisfaits des conditions de travail qui ne sont pas optimales comme des contrats précaires et des rémunérations basses. Il existerait aussi un isolément des différents services qui constituent la structure du centre, comme l’atelier pédagogique, le service graphique, le secrétariat, etc. Tous les chercheurs citent les bonnes relations de l’association avec le Maire Chaban-Delmas et des réductions dans les subventions faites par la Mairie de Bordeaux après l’arrivée d’Alain Juppé en 1995. D’autres points en commun seraient la localisation apparemment désavantageuse du centre à l’Entrepôt Lainé et la perception d’élitisme autour du contenu des expositions et l’hermétisme du centre vis à vis d’autres institutions. Également, tous sont d’accord sur le fait que c’est une mission des architectes de faire des échanges avec le public qui puissent changer l’image élitiste imposée par les médias et le « star system » des architectes les plus célèbres du monde. Le public doit être plus familiarisé avec les compétences des architectes si ces derniers veulent provoquer des changements dans la profession.1 MÉTAIS, op.cit., p.21 16
  • 18. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Par rapport à l’héritage des chercheurs qui se sont penchés sur Arc en rêve avant nous, nous voulons donc considérer le centre dans une autre dimension que son rapport à la culture ou à la sensibilisation à l’architecture, pour nous concentrer sur son utilité ou influence sur les différents acteurs de son environnement, comme nous l’avons expliqué précédemment. 17
  • 19. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Première partie : Arc en rêve, pour lui-même Comme nous avons expliqué, nous considérons que l’impact du centre se fait à plusieurs niveaux qui s’élargissent à mesure qu’on les étudie, mais nous sommes obligés de commencer notre analyse par l’existence même du centre. Pour cette raison, dans cette première partie, nous voulons étudier la naissance d’Arc en rêve, son fonctionnement et les activités qu’il développe. En commençant par comprendre le contexte des années de sa création. a) Contexte de la création du centre Depuis les années 1970 s’est mise en place toute une structure gouvernementale qui veille pour la qualité des constructions et favorise la recherche et l’innovation en architecture. Cette structure est formée par des institutions telles que le Plan Urbanisme, Construction et Architecture (PUCA), créé en 1971 ; les concours des Programmes d’architecture nouvelle de 1972 ; les Conseils d’architecture, urbanisme et de l’environnement (CAUE) de 1977 ; la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques et notamment pour les propos qui concernent ce travail, l’Institut Français d’Architecture, créé en 1981. Ce centre pourrait être considéré le prédécesseur d’Arc en rêve, dans le sens qu’il a été créé avec des objectifs similaires, cependant, ses activités sont limitées à Paris et n’incluent rarement des échanges avec les autres villes du pays. On peut aussi considérer comme un facteur qui a favorisé l’ouverture à l’architecture contemporaine la série de grands projets commandés par l’État français dans les années 1980. L’ambition du Président François Mitterrand de rattacher son nom à des importantes constructions n’est pas un fait inusuel chez les personnages de la sphère politique, mais à travers son choix d’architectes d’une réputation internationale il a fait de la France le réceptacle d’importantes œuvres de la production contemporaine mondiale1.1 Quelques œuvres produites à cette époque par des architectes qui ont été exposés par lasuite à arc en rêve incluent : l’Institut du Monder Arabe, de 1987 par Jean Nouvel et l’agence 18
  • 20. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux La promotion et l’éducation à propos de cette architecture s’avère nécessaire dans un pays très fier de son patrimoine historique et montre aussi un engagement vers la modernité pour situer la France au même niveau que d’autres pays plus habitués aux initiatives contemporaines, comme les États-Unis. Ces deux facteurs au niveau national, l’exemple de l’IFA et la construction de projets de grande magnitude, ce sont rajoutés à une condition locale pour la création du centre: l’inspiration fournie par l’action pédagogique du futur colocataire d’Arc en rêve, le Musée d’art contemporain1. Cependant, le choix de Bordeaux pour l’implantation d’Arc en rêve s’est fait en dépit de la réticence de ses habitants vis-à-vis l’architecture du XX siècle, car le fort attachement au patrimoine de la ville constitue parfois un blocage pour promouvoir le contemporain2. Au niveau personnel, l’engagement des membres fondateurs de l’association est perçu déjà depuis leur époque comme étudiants. Dans des entretiens, Michel Jacques a exprimé la rupture qu’il a éprouvée avec la profession d’architecte quand il était encore en formation. Il était conscient de l’abîme qui séparait la profession et la société, une incompréhension mutuelle issue du manque d’espaces pour encourager les rencontres ou les débats. Son objectif comme architecte n’a donc pas été de devenir un maître d’œuvre mais il voulait, d’une autre façon, agir sur l’aménagement de la ville3.Architecture Studio ; le site de Tolbiac de la Bibliothèque Nationale de France, parDominique Perrault, inauguré en 1994 ; le siège à Paris-Bercy du Ministère deFinances, fait entre 1981 en 1988 par Paul Chemetov et Borja Huidobro et lacommande de la Cité de la Musique faite à Christian de Portzamparc et ouvert en1995, entre autres.1 Le Musée d’art contemporain était dirigé à l’époque par Jean-Louis Froment.2 D’après un entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.3 DARROQUY José, « L’archi sans chichi », Spirit, #27, février 2007, p. 4 - 5 19
  • 21. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Après avoir obtenu leurs diplômes de l’École d’architecture de Bordeaux, en 1980, les frères Michel et Philippe Jacques ont rencontré l’éducatrice spécialisée en psycho-sociologie, Francine Fort, avec laquelle ils ont commencé à réaliser les premiers ateliers pédagogiques centrés sur des notions d’espace. Cette même année, le Ministère de l’Environnement et du cadre de vie, dirigé par Michel d’Ornano, a fait appel à des idées dans le cadre de l’action « 100 jours pour l’architecture ». Pour la région de l’Aquitaine, les futurs partenaires du centre d’architecture ont proposé une étude- animation pour l’aménagement des écoles de Bordeaux, projet qui a été retenu et a reçu une subvention de 10 000 francs. Ceci a donné naissance à l’association Arc en rêve en mai 19801, ayant comme membres fondateurs Michel et Philippe Jacques, Francine Fort et Martine Alzonne, elle aussi éducatrice spécialisée 2. Les activités de l’association ont démarré le 6 janvier 1981, avec un projet intitulé « Atelier public d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement à l’usage des enfants » et ses installations à l’Entrepôt Lainé ont été ouvertes au public depuis le 30 janvier de la même année. En ce qui concerne les subventions, en 1982, elles provenaient de la Ville de Bordeaux, de la Région d’Aquitaine, du Ministère de l’Urbanisme et du logement et du Ministère de la Culture3.1 ZGUREANU, op. cit., p. 172 Mme. Alzonne ne travaille plus à arc en rêve.3 En attendant la ville avec les enfants, action 82, arc en rêve, atelier publicd’architecture, urbanisme et de l’environnement, Bordeaux, 1982, p. 43 20
  • 22. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Pour sa création et pour sa permanence dans le temps, l’association a bien bénéficié de l’avis favorable de la Mairie de Bordeaux, dirigée entre 1947 et 1995 par Jacques Chaban-Delmas, qui voulait faire avancer Bordeaux dans la même direction que celle des grandes métropoles européennes et qui était conscient du pouvoir médiatique des architectes prestigieux et des projets de portée internationale. L’atelier pédagogique a été la principale activité d’Arc en rêve jusqu’à 1985 lorsqu’il adopta le nom « centre d’architecture » pour montrer ainsi qu’une plus grande attention serait portée aussi à ses expositions. Une exposition avait déjà été organisée en 19821 et deux en 19832, mais elles ont été plus régulières à partir de 1984. Arc en rêve a valu à Francine Fort et à Michel Jacques l’obtention du Grand Prix National de la Promotion architecturale en 1993 et à l’association la médaille de l’Académie de l’Architecture en 19953. b) Organisation et activités Le centre d’architecture est structuré sur la base de quatre services. Le premier est dirigé par Michel Jacques, il s’agit de celui de Programmation et production. Il est chargé des activités de la Galerie d’architecture et du Laboratoire d’architecture. Le deuxième, l’atelier pédagogique, est intégré par Eve Mathieu, historienne de l’art, Vanessa Leydier, paysagiste et Violaine Lubin, architecte. Il a été dirigé par Philippe Jacques jusqu’à l’année 2008. Il est suivi par le service administratif qui est le responsable de l’administration et gestion du personnel. Il était conduit à l’origine par Martine Alzonne. Et finalement, le service de relations publiques est chargé de la presse.1 « Enfants & Construction, Images urbaines », entre le 3 décembre 1982 au 14janvier 19822 « La Construction Moderne », entre le 2 et le 21 mai 1983 et « In-Cohérences,Environnement quotidien et folie », entre le 9 décembre 1983 et le 14 janvier 1984.3 MAIGRET Julie, op. cit., p. 6 21
  • 23. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Les activités du centre se divisent par rapport à trois axes. La Galerie d’architecture propose des expositions, des conférences, colloques, des animations telles que les visites guidées en ville ou d’un bâtiment en particulier, les cafés de l’architecture (discussions ouvertes au public sur l’architecture menées dans différents cafés de la ville de Bordeaux) et elle s’occupe aussi des publications. Le deuxième axe est celui du Laboratoire d’architecture et d’urbanisme. Il mène des activités expérimentales, des formations proposées à la maîtrise d’ouvrage, des consultations et des appels d’idées. L’atelier pédagogique, de son côté, propose des animations pour les enfants et les adultes, qu’ils soient du public ou des enseignants. Il est important de souligner qu’aucune de ces initiatives n’a comme but de former des architectes ou de proposer une introduction aux aspects techniques de la profession, mais plutôt d’éveiller la curiosité et le goût pour l’architecture, ainsi que pour l’urbanisme et le design. c) Localisation Dans les premières années de création de l’atelier pédagogique, il était prévu qu’il serait installé dans une maison située dans un terrain à Tauzin, propriété de la ville de Bordeaux. L’atelier devait mettre en place une étude et une animation pour l’aménagement de la maison et du terrain, pour ensuite occuper les lieux, mais le projet n’a pas été réalisé1. L’étude a été reportée au Bois de Rivière et à partir de 1981 la Mairie a assigné des espaces de l’Entrepôt Lainé à l’association. Ce bâtiment, situé à la rue Ferrère a été construit par l’ingénieur Claude Deschamps en 1822 pour déposer les marchandises qui provenaient des colonies et qui arrivaient au port de Bordeaux. Il a pris comme nom l’Entrepôt Réel des Denrées Coloniales (image 1) et le chantier a été achevé en 1824.1 Étude – animation : Bois de Rivière, Bordeaux, Direction Régionale del’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 1993, p. 6 22
  • 24. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 1: Entrepôt Réel des Denrées Coloniales, Fonds Iconographique des ArchivesMunicipales, cote: XXI G 3, 1845 Lors de l’installation des hangars sur les quais (Annexes 1, image 1), l’Entrepôt a perdu son utilité et il a été fermé en 1960. Son inscription aux Monuments Historiques a été faite le 25 janvier 1973, la même année de son acquisition par la ville de Bordeaux. Après avoir été occupé par plusieurs associations, le Centre d’arts plastiques contemporains (CAPC) s’y est installé en 1974 (il est devenu en 1984 un musée d’art contemporain) et Arc en rêve l’a rejoint sept ans plus tard. Le bâtiment a été réhabilité en trois phases : en 1979, 1984 et 1990, conduites par les architectes Jean Pistre et Denis Valode de l’agence Valode & Pistre et par l’architecte d’intérieur André Putman. Leur concept pour la rénovation a été de respecter le plus possible la structure originale revêtue à l’intérieur par de la pierre provenant de Bourg-sur-Gironde, de la brique d’argile et du pin d’Oregon, et extérieurement par de l’appareil (Image 2). Il conserve donc son aspect du XIX siècle si ce n’est-ce que par les parois blanches qui couvrent la partie basse des murs et qui peuvent être enlevées. Par ce fait, le bâtiment crée un fort contraste entre les œuvres contemporaines du musée et le centre d’architecture (Annexes 1, image 2). 23
  • 25. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 2 : Vue extérieure de l’accès principal de l’Entrepôt Lainé, façade latérale, cl.Marcela Garcia, 2011 Le musée occupe la grande nef de l’Entrepôt (Annexes 1, image 3), l’espace le plus important de celui-ci, et des galeries du rez-de- chaussée. Pour ce qui est d’Arc en rêve, il dispose d’espaces administratifs et de locaux pour l’atelier pédagogique, aussi dans le rez- de-chaussée (image 3) et à l’étage (image 4), une grande galerie de 500 m² (appelée Galerie d’architecture) et une petite galerie de 150 m² (nommée Galerie blanche) pour les expositions de plus courte durée (Annexes 1, images 4 et 5). Dans le bâtiment on trouve aussi une bibliothèque/centre de documentation, un auditorium et un café et restaurant situé sur les terrasses du deuxième étage, appelé Andrée Putman comme la designer responsable de son aménagement. 24
  • 26. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 3 : Plan du Rez-de-chaussée de l’Entrepôt Lainé, d’après les plans pour la troisièmetranche d’aménagement, Archives Municipales, cote : 1073 W 289, 1987, signalisation desespaces par Marcela GarciaImage 4 : Plan du premier étage de l’Entrepôt Lainé, d’après les plans pour la troisièmetranche d’aménagement, Archives Municipales, cote : 1073 W 289, 1987, signalisation desespaces par Marcela Garcia 25
  • 27. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux La localisation d’Arc en rêve à l’Entrepôt Lainé présente des avantages indéniables. Le bâtiment est placé en centre ville, dans la partie touristique la plus importante de Bordeaux. Il jouit d’une facilité d’accès par transport public –un arrêt de tramway se trouve très proche- et par voie piétonne, car, à proximité des quais, il est dans un lieu populaire pour les promenades. Le fait de partager la même structure avec le Musée d’art contemporain a favorisé des collaborations entre les deux entités comme ce fut le cas pour « Cities on the Move 2, art et architecture en Asie »1, « Yona Friedman, architecte, Paris, Tu ferais ta ville »2 et plus récemment, « Insiders »3. D’une autre part, les personnes qui viennent à l’Entrepôt pour fréquenter le musée peuvent se rendre au centre aussi, car le droit d’entrée donne la possibilité de voir les deux lieux dans une seule visite. Le nombre de ces visiteurs n’est pas insignifiant : un article4 cite 99 100 personnes venues au CAPC pendant l’année 2007. Un autre avantage est celui de la disponibilité de la grande nef pour l’organisation d’évènements de grande magnitude pour Arc en rêve, dont on peut citer l’exposition « Mutations » et la célébration de son trentième anniversaire, la « Yellow night », le 7 avril 2011 (image 5).1 Présentée entre le 4 juin et le 8 novembre 1998.2 Ouverte au public entre le 15 février et le 1er juin 20083 Du 9 octobre 2009 au 7 février 2010.4 QUÉHEILLARD Jeanne, « Bordeaux sort de sa réserve », Intramuros, n°135,mars/avril 2008, p. 62 - 72 26
  • 28. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 5: vue intérieure de la grande nef de l’Entrepôt Lainé lors de la célébration du trentième anniversaire d’Arc en rêve centre d’architecture, « Yellow Night », cl. Marcela Garcia, 2011 Cependant, l’Entrepôt Lainé impose quelques contraintes à Arc en rêve. En termes d’espace, l’auditorium s’avère insuffisant pour accueillir la quantité de public qui se présente lors des vernissages des expositions ou des conférences avec des personnalités importantes. Occuper le même bâtiment du CAPC crée une confusion entre celui-ci et le centre d’architecture1, surtout parce que le musée occupe la plus grande partie du bâtiment, il est plus connu par le public que le centre et il est donc identifié à l’Entrepôt Lainé, parfois en tant que le seul occupant. Comme l’accès au bâtiment permet de visiter les expositions du CAPC et d’Arc en rêve, ce dernier n’a jamais fait un recensement de la quantité de visiteurs qu’il reçoit. Et finalement, l’association entre art contemporain et architecture ne serait pas nécessairement positive2 car elle donne une image que l’architecture peut être aussi élitiste et incompréhensible que certaines œuvres de l’art contemporain. L’association a voulu à plusieurs reprises quitter l’Entrepôt, mais les possibilités ne se sont jamais réalisées.1 ROUSSET, op. cit., p. 472 Ibid., p. 47 27
  • 29. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Nous trouvons que la localisation d’un centre d’architecture contemporaine dans un bâtiment du XIX siècle et dans le centre d’une ville très protectrice de son patrimoine ancien atteste de cet attachement. Cependant, cette situation paradoxale est très intéressante : par le biais d’une structure ancienne il est possible de connaître la production de notre génération. Mais il y a aussi dans ce phénomène une sorte de détachement : à Bordeaux on peut voir les créations contemporaines, mais en fin de compte, c’est l’héritage historique qui aura toujours la priorité. 28
  • 30. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Deuxième partie : Arc en rêve pour les architectes Une des considérations que nous avons eues pour comprendre le contexte dans lequel se développe arc en rêve est celui du statut général de l’architecture en France. Notre première idée a été de chercher comment est diffusée la profession envers les étudiants qui s’interrogent sur la valeur et les exigences de cette formation quand ils décident la poursuivre. Les guides1 disponibles adressés aux étudiants français, regroupent les architectes dans la catégorie des « artistes du cadre de vie », avec les architectes d’intérieur et les paysagistes, pour les différencier des artistes plasticiens comme les sculpteurs, les peintres ou les photographes et ceux de la création visuelle (designer-graphiste, infographiste, maquettiste, illustrateur, etc). Et l’image décrite dans ces guides n’est pas encourageante. Si l’étudiant réussit à compléter sa formation il aura principalement deux champs d’intervention : celui des immeubles d’habitation, les bureaux et les équipements collectifs et celui des maisons individuelles quand elles dépasseront les 170 m². Cependant, il devra se confronter à quelques contraintes : son domaine de travail sera limité, car la surface moyenne des habitations individuelles est de 95 m² ; les architectes ne sont pas obligatoires du point de vue légal pour l’aménagement des espaces intérieurs et le nombre de diplômés augmente avec le temps, ce qui n’est pas le cas avec le marché du travail. Les solutions qui lui sont proposées sont la spécialisation dans des domaines différents de la maîtrise d’œuvre, comme le conseil, l’urbanisme et le paysage2.1 Nous prenons comme exemple: BUCHWALTER Véronique, PIRAT Emmanuelle,SABIA Virginie, Les métiers de la création, Architecte, designer, graphiste…,L’Étudiant, Paris, 1997, collection Les Guides de l’Étudiant)2 Ibid., p. 34 - 37 29
  • 31. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Dans leurs travaux, Aurore Rousset et Laure Augereau, étudiantes en architecture à l’époque où elles les ont rédigés, sont parties des mêmes constats pour développer leur recherche. Les deux citent une incompréhension du public vis-à-vis l’architecture et le fait qu’elle est perçue comme une profession élitiste. Elles expliquent que les enjeux de cette séparation sont les difficultés croissantes d’accès à la demande pour les jeunes architectes, et les complications qu’ils éprouvent pour se faire comprendre par leurs futurs clients. Elles se posent donc la même question : est-ce que la sensibilisation à l’architecture dirigée vers le public en général devrait être une mission des architectes ou elle concerne uniquement le système d’éducation nationale ? De notre point de vue, nous pensons que ce sont les architectes qui peuvent mieux expliquer aux autres les détails pertinents à leur métier. En effet, ils ont tout à gagner : une meilleure communication entre l’architecte et le public entraîne la possibilité de meilleurs résultats dans les œuvres construites, un élargissement du marché, un meilleur niveau d’exigences demandé par les clients, l’ouverture de nouvelles possibilités de travail et même, la possibilité d’agir sur les autorités et sur la construction des villes, justement les fonctions qu’a voulu développer Arc en rêve. Nous étudierons donc l’enseignement de l’architecture pour comprendre comment elle conditionne la production éventuelle de ses élèves, et de ce fait, le statut du métier en général. 30
  • 32. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux a) L’enseignement de l’architecture en France à l’actualité L’année 1968 a marqué le début d’une nouvelle étape dans l’enseignement universitaire qui inclut celui de l’architecture. Suite aux manifestations de cette année menées par les étudiants, l’architecture a été séparée des écoles de Beaux-arts, dont celle de Paris était la seule ayant le droit de donner des diplômes ou des récompenses de prestige, tels que le Grand Prix de Rome. L’isolement des architectes par rapport à la société est une constante dans l’histoire de leur métier, dans le système de formation et dans la distance entre les objectifs des architectes de l’École des Beaux-arts et le reste de la société qui continuait à évoluer sans eux. C’est pour cela que les étudiants en architecture ont dû réclamer une nouvelle place pour eux. Ils exigeaient l’ouverture de l’architecture vers d’autres disciplines, surtout celles des sciences humaines ; l’introduction de projets de logements sociaux dans le cursus et un approfondissement dans les techniques de construction. Leur objectif principal était de se débarrasser de l’image d’un architecte/artiste qui l’éloignait des autres professions. Ils voulaient ancrer l’architecture dans le développement des villes et en ultime instance, dans la vie quotidienne des hommes1. Le résultat de ces revendications a été reflété dans le décret du 6 décembre 1968. L’architecture n’a pas pu être rattachée à l’université, mais a été séparée des Beaux-arts dans vingt-et-une Unités pédagogiques, dont neuf étaient à Paris. Le modèle restait quand même universitaire, avec un enseignement dispensé en trois cycles de deux ans et un travail personnel de fin d’études qui se présentait devant un jury, à la fin de la dernière année. Les cours ont été divisés en cinq domaines : l’architecture, les arts plastiques, les sciences de la construction, les sciences exactes et les sciences humaines et juridiques.1 Sur l’évolution de la profession d’architecte en France voir : RINGON Gérard,Histoire du métier d’architecte en France, Presses universitaires de France, Paris,1997 ; ainsi que TAPIE Guy, Les architectes : mutations d’une profession, ÉditionsL’Harmattan, Paris, 200 31
  • 33. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Le système a été reformé en 1984, lorsque les Unités pédagogiques sont devenues Écoles d’architecture, avec deux cycles de formation. Les premières deux années donnaient lieu à la remise d’un Diplôme d’études fondamentales en architecture (DEFA) et après cinq années supplémentaires on devenait Diplômé par le Gouvernement (DPLG), avec la possibilité de construire en nom propre. Une spécialisation additionnelle était possible par le biais d’un Certificat d’études architecturales approfondies (CEAA). Les réformes commencées en 2002 dans tout le système supérieur d’enseignement français ont rapproché l’architecture de la structure universitaire et ont rendu la formation transférable en Europe. Avec l’institution du modèle Licence, Master, Doctorat, les cours ont une quantité déterminées d’unités d’enseignement et le Master se termine avec le Projet de fin d’études (PFE). Au contraire, cette formation n’aboutit plus à la possibilité d’exercer la maîtrise d’œuvre ou à l’inscription à l’Ordre des architectes (organisme qui date de 1940 et dont la fonction principale est le rassemblement des professionnels qui peuvent exercer légalement le métier). Pour cela il est nécessaire de faire un stage rémunéré de six à douze mois afin d’obtenir l’Habilitation à la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP). Autres parcours alternatifs sont la poursuite d’un doctorat en architecture, obtenu en trois ans, ou bien, le Diplôme de spécialisation et approfondissement en architecture, avec une durée d’entre un et trois ans. La formation a élargi la profession vers l’urbanisme, l’ingénierie, la réhabilitation et la conservation du patrimoine, mais d’une autre part, elle est jugée par beaucoup comme plus généraliste. 32
  • 34. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Un autre débat autour de cette formation est le fait que les étudiants doivent choisir entre la pratique professionnelle ou la recherche, chaque parcours avec ses propres avantages et contraintes. Ce choix s’opère en détriment de la profession qui désormais sépare les architectes capables de construire mais qui ne s’intéressent pas autant à la théorisation qui doit accompagner les projets, et de l’autre côté les architectes qui maîtrisent l’histoire et la théorie de l’architecture mais qui ne peuvent pas l’appliquer concrètement1. Le statut de l’architecte est en train de changer aussi : si traditionnellement l’architecture est une profession libérale, elle est plus rentable lorsqu’elle est exercée par des salariés au sein d’une agence. La maîtrise d’œuvre est une des fonctions de l’architecte (où d’ailleurs c’est rare s’il est en contrôle total ou même en position dominante du projet2), mais c’est seulement une activité dans un spectre qui englobe depuis quelques années le travail de conseil auprès des collectivités locales, le design, le dessin informatisé, entre autres. Cette diversification est perçue par quelques-uns comme une adaptation de la profession aux difficultés économiques des dernières décennies, mais pour d’autres personnes elle résultera dans un anéantissement du métier3. À Bordeaux, la seule institution où se forment les architectes est l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage (ENSAP, image 6). Elle est située à Talence, à proximité de, mais sans aucun rapport, avec le campus universitaire qui s’étend entre cette ville et Pessac.1 À ce sujet, voir: SOULEZ Juliette, WEBER Julie, « Dossier thématique :l’enseignement de l’architecture en France », Archistorm, #38, septembre – octobre2009, p. 58 – 68.2 TAPIE, op. cit., p. 3023 RINGON, op. Cit., p.115 33
  • 35. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux De cette école sont issus les architectes Michel et Philippe Jacques, deux des fondateurs d’arc en rêve, qui ont présenté en 1979, en collaboration avec l’étudiant à l’époque Alain Charrier, un travail de fin d’études autour des rives de la Garonne1. Interrogé sur l’actuelle formation des architectes, Michel Jacques a exprimé qu’elle est en déficit et qu’elle ne constitue plus un gage de qualité. D’une part, la formation est plus courte, il y a moins d’exigences de la part des enseignants et au final, le cadre actuel de l’enseignement ne forme pas les étudiants à une maîtrise d’œuvre qui est actuellement plus complexe et pluridisciplinaire. Cependant, les réformes qui rapprochent les écoles d’architecture avec l’université et qui les inscrivent dans un cadre partagé avec les autres pays d’Europe sont positives, mais ne sont pas suffisantes pour faire avancer la profession2. Image 6 : Vue extérieure de l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, Talence, cl. Marcela Garcia, 20111 CHARRIER Alain, JACQUES Michel, JACQUES Philippe, Les rives de la Garonneà Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, (Réalisation à partir d’un travail personnelde troisième cycle à l’Unité Pédagogique d’Architecture de Bordeaux en mai 1979),Talence, octobre 19792 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011 34
  • 36. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux b) La formation des architectes et la question du rapprochement au public Partout où il est question de la formation des architectes, le dilemme des interactions avec le public et la maîtrise d’ouvrage ne se pose à aucun moment, d’où les différences entre les langages que chacun utilise et qui est souvent évoquée par les architectes. Ceci est un obstacle qui pourrait être surmonté en grande partie pendant la période d’études en encourageant les étudiants à partager avec des personnes en dehors du cercle des écoles d’architecture. Le fait même d’avoir des écoles d’architecture physiquement et psychologiquement isolées du reste du système universitaire ne les incite pas à faire des efforts pour diffuser leur travail à d’autres étudiants de l’université. La rupture entre le public et l’architecte commence déjà au sein du système éducatif quand ce serait justement le moment idéal pour les rapprocher. N’oublions pas que l’étudiant en architecture est justement en train d’apprendre les outils de son métier et que cet éloignement a des conséquences directes sur la manière dont il va exercer son travail par la suite. Il prendre en compte que la recherche en architecture ne suit pas nécessairement le goût du public, ce qui impose à l’architecte, surtout à celui qui vient de s’intégrer au marché du travail, deux alternatives : soit il impose son point de vue, un parti que que tout le monde n’est pas en mesure de prendre, soit il se soumet aux exigences des clients. L’optimum serait d’apprendre à dialoguer dans un terrain commun où des échanges entre les architectes et le public peuvent être possibles. 35
  • 37. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux c) Arc en rêve pour les étudiants d’architecture à Bordeaux Une autre question surgit par rapport à l’École d’architecture de Bordeaux : quels sont les liens qu’elle a avec Arc en rêve ? Il est indéniable qu’un centre d’architecture contemporaine constitue une ressource de grande valeur pour les architectes en formation. Il les expose aux architectes et aux œuvres locales, mais aussi aux architectes de renommée internationale, qui non seulement montrent leurs œuvres mais viennent aussi pour donner des conférences ou participer à des colloques. Dans ce sens, le centre d’architecture est un excellent complément à la formation des futurs professionnels. Les étudiants en architecture sont donc un des principaux publics du centre, où d’ailleurs, plusieurs étudiants ont déjà travaillé comme stagiaires. Parallèlement, Michel Jacques assure une centaine d’heures de vacation par an à l’École d’architecture de Bordeaux, dans le champ d’Histoire et cultures architecturales. Mais la collaboration la plus remarquable entre Arc en rêve et l’École d’architecture reste jusqu’à présent l’exposition organisée entre le 13 octobre et le 6 novembre 1994, intitulée « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux ». Les élèves qui ont participé à cet évènement ont été : Christophe Bouriette, Sophie Courrian, Gaspard Joly, Jean-Philippe Lanoire, Paul Mario, Laurent Portejoie et Pierre-Yves Portier. D’après Michel Jacques1, l’exposition a été faite par la volonté et l’obstination d’Arc en rêve qui, sans trouver une opposition de la part des professeurs, n’a pas eu de mobilisation ou une position active de leur part, ce qui expliquerait qu’elle ait été une expérience isolée.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011 36
  • 38. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Les architectes qui ont été sélectionnés pour cette exposition ont tous eu des parcours très intéressants et actifs dans le développement de Bordeaux. Christophe Bouriette est enseignant à l’École d’architecture de Bordeaux dans le champ de Géographie et paysages. Il a été un des auteurs de la modification de la pyramide de l’école en 19961. Il a fondé, avec l’architecte Marion Vaconsin, l’agence Bouriette & Vaconsin en 2004. Gaspard Joly (image 7) a rejoint en 2009 l’équipe d’Architecture Studio comme un des douze architectes associés à cette agence qui possède des bureaux à Paris, Venise, Shanghai et Beijing. Pierre-Yves Portier, qui avait collaboré avec Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal pour le projet de la Maison de la culture Japonaise à Paris en 1990 et pour la première étude de la renommée Maison Latapie en 1992, travaille comme architecte indépendant à Bordeaux. Image 7 : Projet de Gaspard Joly : « New York, un gratte-ciel… hôtel à Manhattan », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 19941 Travail collectif en collaboration avec Christian Bardin, Laurent Vilette, IsabelleMathieu et Aline Rodrigues. D’après COUSTET, SABOYA, op.cit., p. 260 37
  • 39. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Paul Mario, Laurent Portejoie et Jean-Philippe Lanoire ont été à l’origine de l’atelier « King-Kong » en 1991, qui est devenu une agence d’architecture trois ans après, quand il a été complété par les architectes Jean-Christophe Masnada et Frédéric Néau. Ils sont les responsables de l’aménagement de la place Pey-Berland fait en 20041. De son côté, Jean-Philippe Lanoire s’est associé avec Sophie Courrian (image 8 ; pour projets des autres étudiants, voir annexes 1, images 6 à 10) et ont fondé Lanoire & Courrian architectes, en 1996. Ils sont reconnus à Bordeaux notamment pour la réhabilitation du Hangar 142 en 1997 qui leur a valu le prix de la Première œuvre du Moniteur en 2000 et pour être les lauréats du concours pour le design du tramway de Bordeaux en 19983. Le projet global du tramway de Bordeaux a été exposé entre le 4 et le 27 juillet 2003 dans « La ville dessus dessous, Attention tramway ! » et entre le 4 juillet et le 21 décembre de la même année dans « Tramway, l’exposition, urbanisme/architecture/design/ingénierie ». L’agence a eu par la suite sa propre exposition intitulée « Lanoire & Courrian, Le pôle agricole de Chasse-Spleen »4 qui était composée en deux parties : la première centrée autour du projet du château viticole Chasse-Spleen et l’autre de dix-neuf autres projets des architectes. Cette exposition avait pour but, non seulement de mettre en avant le travail de l’agence mais aussi, d’après les propriétaires du château, d’inciter les autres viticulteurs à s’éloigner des pastiches des constructions des XVIII et XIX siècles lorsqu’ils décident de faire des nouvelles constructions pour adopter le contemporain5. L’architecte Courrian a participé récemment dans un café de l’architecture6 intitulé « « Styles de ville métropolitain », organisé dans le quartier Saint-Michel. Son intervention portait sur le travail de son agence autour des logements conçus pour l’ilot Saint-Julien, de ce même quartier.1 Avec l’architecte Francisco Mangado2 Avec l’agence Flint.3 Fait en association avec Absolut Design.4 Entre le 6 décembre 2007 et le 17 février 20085 DELHOUNEAU Olivier, « L’audace à la vigne », Sud-ouest, 6 décembre 20076 Le café de l’architecture a eu lieu le 7 juin 2011. 38
  • 40. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 8 : Projet de Sophie Courrian : « Un observatoire à coucher de soleil à Alcatraz », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994 d) Collaborations d’Arc en rêve avec l’École des Beaux-arts de Bordeaux Il semble qu’au fil du temps, il a existé une collaboration plus étroite entre Arc en rêve et les écoles de Beaux-arts, celle de Bordeaux et d’autres villes. La première date de 1996, lors d’une tentative similaire à celle qui avait été faite avec l’École d’architecture : une exposition sur sept travaux de fin d’études d’élèves de l’école des Beaux-arts de Bordeaux1. En 1998, l’exposition « Shalom l’artiste »2 a montré les affiches faites par les étudiants pour la saison d’Israël en France. En 1999, les élèves de l’école des Beaux-arts de Bordeaux et de Casablanca ont présenté « Limites Non Garanties »3, de manière simultanée à « Casablanca, Naissance d’une ville moderne sur le sol africain »4. Mais il a fallu attendre douze ans pour que se répète cette association entre le centre et l’école des Beaux-arts de Bordeaux. Entre le 27 janvier et le 13 février 2011 l’exposition « Langage commun, une lecture d’objets » a montré le travail du designer Oscar Diaz avec des étudiants de cette institution.1 Montrée du 6 décembre 1996 au 12 janvier 1997.2 Du 19 novembre au 13 décembre 19983 Du 15 octobre au 28 novembre 19994 Du 1er octobre au 28 novembre 1999 39
  • 41. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Le fait que les liens entre Arc en rêve et l’École d’architecture de Bordeaux ne soient pas exploités d’avantage est vraiment préoccupant et amène à se demander si à Bordeaux ils ne sont pas conscients de l’avantage qu’ils ont par rapport aux écoles d’architecture d’autres villes qui n’ont pas accès direct à un centre d’architecture contemporaine. C’est un phénomène qui ne se produit pas avec l’École des Beaux-arts qui a déjà participé à quatre expositions contre une seule de l’École d’architecture dans les trente ans du centre. Michel Jacques affirme que le champ expérimental avec les étudiants pourrait se développer, mais nous regrettons que l’expérience de l’exposition des travaux d’étudiants en architecture n’ait pas eu de résonance ou de continuité avec les nouvelles générations. La possibilité de montrer ses travaux dans un centre avec la reconnaissance d’Arc en rêve pourrait être une source de motivation pour les élèves si les deux institutions se mettaient d’accord pour organiser des expositions ensemble, au moins une fois par an. e) Le rapprochement au public pour les architectes Après avoir vu les interactions entre les étudiants en architecture et le centre, il ne reste qu’à s’interroger sur celles qui s’opèrent entre les professionnels et le public en général. Le public aurait une perception des architectes très limitée, qui leur attribue seulement la maîtrise d’œuvre et l’aménagement urbain1 et l’association entre la profession d’architecte et le statut d’artiste ne bénéficie pas tellement aux architectes. D’une part, beaucoup d’entre eux ne valorisent pas tellement les projets qui seraient d’un intérêt direct pour le public (comme ceux de maisons individuelles) pour persister dans l’attente de commandes plus prestigieuses ou d’une rémunération plus importante. Ce rapprochement entre les deux serait d’autant plus difficile après la loi du 3 janvier 1977 qui a déterminé qu’un architecte est nécessaire pour la conception de bâtiments neufs non-agricoles, à partir de 170 m² et agricoles de 800 m², des réhabilitations qui résultent dans des modifications des façades du bâtiment ou entraînent un changement d’activité de celui-ci.1 AUGEREAU, op. Cit., p. 11 40
  • 42. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Le public aurait donc tendance à croire que l’architecte travaille surtout pour l’État ou pour de grandes entreprises privées mais pas nécessairement pour le citoyen commun. Il se sentirait alors hors du champ de travail de l’architecte et ne s’intéresserait pas non plus à son travail. À travers sa participation dans des projets de différentes échelles de magnitude, Arc en rêve serait donc un véhicule qui montrerait les possibilités d’intervention des architectes dans la société. Il propose aussi une plateforme pour des débats entre la maîtrise d’œuvre et d’ouvrage et expose les différents aspects de l’architecture comme un art, une technique, mais surtout comme un service à la société et au citoyen commun. 41
  • 43. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Troisième partie : Arc en rêve pour le public Comme nous avons vu précédemment, Arc en rêve est d’une grande utilité pour les étudiants en architecture et les architectes à Bordeaux, mais ils sont loin de constituer un public si nombreux qui justifierait la durée dans le temps du centre. Quoique des fois il soit jugé trop « élitiste », « pour les initiés » ou « fermé sur lui-même »1, en réalité, Arc en rêve organise beaucoup d’activités pour inclure le public qui n’a aucun rapport direct avec l’architecture. Entre celles-ci on peut faire mention de son atelier pédagogique, dirigé surtout vers les enfants ; ses expositions et aussi ses efforts pour proposer des innovations dans le champ de la maison individuelle, le sujet qui traditionnellement a éloigné les architectes du reste de la société et qui à travers ses changements peut les rapprocher le plus. a) L’atelier pédagogique  Les origines de l’atelier pédagogique « Arc en rêve » suggère les concepts « architecture enfant rêve »2 et il désigne en même temps un centre d’architecture et une association. Cependant, il ne faut pas oublier qu’à son origine se trouvait un atelier pédagogique. Nous voyons donc dans les changements en termes du nom l’évolution et l’expansion des objectifs des membres de l’association. L’histoire de l’atelier pédagogique commence au début des années 1980, lorsque Francine Fort travaillait avec des enfants malades et des jeunes filles en difficulté sociale. Elle voulait réunir ces enfants avec d’autres de milieux différents pour les faire travailler ensemble dans des activités centrées sur leur saisie de l’espace.1 ROUSSET, op. cit., p. 472 DE LAAGE Dominique, « Les rescapés de l’Entrepôt », Sud-ouest, 6 janvier 2006 42
  • 44. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Pour cela elle a rencontré les architectes Philippe et Michel Jacques et avec Martine Alzonne ils ont créé l’association arc en rêve en 1980. L’atelier Arc en rêve s’est défini dans ses premières années comme un espace pédagogique et de recherche1. La pédagogie avait comme but la sensibilisation des enfants à l’environnement, l’architecture et l’urbanisme à travers des situations d’exploration de l’espace, comme par exemple la manipulation de matériaux ou la construction d’objets. Une autre partie importante de cette formation était destinée aussi aux professionnels de l’éducation, les enseignants et les travailleurs sociaux. L’atelier était dirigé pour les enfants de tous les rangs d’âge. Sa démarche était définie comme la mise en place d’animations sur les différents lieux de vie des enfants : l’école, la rue, le quartier et la ville. Deux étapes auraient confronté le travail de l’atelier : aider les enfants et les adultes à exprimer leurs besoins quant aux transformations souhaitées pour les espaces qu’ils occupent et ensuite, les traduire dans des propositions concrètes pour diriger ces espaces2.1 En attendant la ville avec les enfants, op. cit., p. 43. Il faut souligner que dans cettebrochure, les membres de l’équipe d’arc en rêve qui sont listés sont : Francine Fort,Michel Jacques, Philippe Jacques, Martine Alzonne, Anne Lacaton, FrançoisCastillon, Anne Chatelier, José Mas et Maryvonne Wadier.2 En attendant la ville avec les enfants, op. cit., p. 45 43
  • 45. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux  Le Bois de Rivière Une des premières interventions à grande échelle de l’atelier Arc en rêve a été l’étude – animation dirigée dans le Bois de Rivière, un parc à Bordeaux, entre 1982 et 19851. En 1981, l’atelier avait été sollicité pour une étude sur l’aménagement d’une maison, un jardin et les ateliers de décor du Grand Théâtre, propriété de la Ville de Bordeaux au Tauzin, près de l’hôpital Charles Perrens. Lorsque la réalisation du projet n’a pas été possible il a été transposé au parc de Rivière. Dans ce terrain, situé à proximité du Parc Bordelais et du Jardin Public (image 9), se trouve le Château Larivière qui date du XVII siècle. Après plusieurs modifications, ses derniers occupants ont été les membres de la famille Cruse, qui l’ont quitté en 1974 et l’ont mis en vente l’année suivante. Il a été acheté par la ville en 1979, qui d’ailleurs a commandé un projet d’aménagement du jardin et d’une partie des bâtiments aux architectes Philippe Carles et Olivier Brochet. Cependant, le projet a été repoussé car la municipalité a décidé que le public devait occuper le parc avant l’aménagement. Il a été inauguré en juin 1982, et lors du discours le Maire l’a nommé « Bois de Rivière » pour transmettre une image du terrain comme un espace de liberté.1 Sur cette intervention voir : FORT Francine, JACQUES Philippe, LACATON Anne,PENA Michel, RATHIER Francis, Le Bois de Rivière, d’une propriété privée à unéquipement public, Rapport d’une étude-animation, Arc en rêve, atelier publicd’architecture, d’urbanisme et de l’environnement, Bordeaux, septembre 1984, ainsique : Étude – animation : Bois de Rivière, Direction Régionale de l’Équipement,Aquitaine, Arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 1993 44
  • 46. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 9 : Localisation du Bois de Rivière, Étude – animation : Bois de Rivière, Bordeaux,Direction Régionale de l’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux,1993, p. 9 L’intervention d’Arc en rêve commence après la session du Conseil Municipal du 23 juillet 1982, quand l’atelier pédagogique a été chargé pour réaliser une étude – animation qui devait donner comme produit final un programme d’aménagement. La subvention pour l’étude a été de 300 000 F, dont deux tiers ont été fournis par la Ville et le reste par l’État, à travers la Direction de l’Urbanisme et des Paysages. L’animation a été suivie par un comité directeur dont les membres faisaient partie de la collectivité locale et des administrations1. Le projet a eu une durée de dix-huit mois grâce au fait que l’aménagement du parc n’était pas perçu comme urgent et que l’observation et l’analyse de l’endroit et des pratiques qui s’y déroulaient nécessitaient du temps. Il a été commencé en automne de 1982.1 Pour la collectivité : le Directeur des Espaces Verts, M. Ponzo ; le Directeur desRelations Publiques, M. Lavigne ; un ingénieur des Services Techniques, M. Pouguetet une personne détachée élue spécialement pour cette opération : Mme. Desplats.Comme représentants des administrations : M. Staquet de la DirectionDépartementale de l’Équipement ; Mme. Closier de la Direction de l’Urbanismet etdes Paysages et Mme. Cotlenko de la Délégation Régionale de l’Architecture et del’Environnement. 45
  • 47. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux L’étude avait plusieurs facteurs d’intérêt, d’un côté le paysager et d’un autre le social. La présence de l’atelier pédagogique a apporté comme innovation le fait d’observer les relations entre ces deux domaines et avoir la possibilité d’agir sur les interactions. Pour cela, une des caractéristiques principales était d’avoir une équipe pluridisciplinaire. Le travail a été conduit par deux architectes, Philippe Jacques et Anne Lacaton ; un paysagiste, Michel Pena ; un sociologue, Francis Rathier et Francine Fort, éducatrice spécialisée. Pour ce qui est du domaine architectural et paysager, l’équipe a dû faire un état des lieux des équipements qui se trouvaient dans le parc et réaliser un diagnostic de ceux-ci. Ensuite, des propositions ont été faites sur l’aménagement qui englobait les mobiliers, les qualités et traitements du sol, l’état de la végétation, le repérage des climats à l’intérieur du terrain, les possibles restaurations des bâtiments et des recommandations sur la gestion et l’entretien du parc. Le produit final de ce travail d’analyse a été un projet paysager complet (image 10), avec un inventaire des lieux divisés en quatre pôles (nature embellie, nature sauvage, culture et une aire de loisirs et de spectacles) où se distinguent douze zones distinctes (Annexes 1, image 11) chacune avec sa description, des travaux et plantations à réaliser et des mesures d’entretien. L’ensemble avait un calendrier des activités et d’interventions à réaliser pendant toute l’année.Image 10 : Plans du projet paysager, Étude – animation : Bois de Rivière, Bordeaux, DirectionRégionale de l’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 1993, p.24 46
  • 48. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Du point de vue social (image 11), plusieurs conditions du parc ont été étudiées. En commençant par son histoire et les enjeux qui tenaient à ce que son usage passait d’être une propriété privée à un espace public. En outre, une attention spéciale a été portée à la présence de deux populations de milieux différents. Le terrain du parc est situé à la croisée entre un quartier de classes moyenne et supérieure et un ensemble HLM de classes populaires. La confrontation entre ces deux groupes a été enregistrée dans les rapports faits par l’atelier, qui d’ailleurs attestent de son intervention positive sur ces confrontations par le biais d’animations appelées « chantiers ». Ces chantiers étaient ouverts aux usagers, mais aussi aux groupes d’écoles, des associations ou de centres sociaux. Il s’agissait d’activités où le public participait à l’élaboration d’objets, dont quelques-uns pouvaient être utilisés dans le parc. Ils étaient un moyen d’interagir avec les usagers, leur signaler que des transformations s’opéraient dans le parc et qu’ils pouvaient faire partie de ces changements. De la même manière, ils donnaient la possibilité d’attirer l’attention sur des actes de vandalisme comme des vols de matériaux ou des dégradations des bâtiments qui se sont produits lorsque l’atelier était présent. 47
  • 49. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 11 : Image du Bois de Rivière, Étude – animation : Bois de Rivière, Bordeaux, DirectionRégionale de l’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 1993, p.14 Autres types d’activités développées dans le parc ont été des entretiens faits par le sociologue avec les usagers, l’élaboration d’un album – photo qui montrait l’évolution des pratiques dans le terrain ainsi que la fréquentation du public dans celui-ci, et une enquête – animation sur les thèmes de représentation du lieu, faite séparément avec des personnes retraitées appartenant au quartier et avec la classe de 6 ème du Collège Grand Parc. La dernière grande animation sur le lieu a été une exposition sur l’étude et les propositions faites pour le parc. Elle a été inaugurée deux mois avant la fin de l’étude, le 9 mai 1984 et a été présentée jusqu’au 17 juin 1984. Celle-ci était le premier évènement réalisé par tous les habitants du quartier et la première fois où une promotion à travers des médias a été faite afin d’inviter des gens qui n’habitaient pas la zone. Des membres de l’atelier, en permanence trois jours par semaine, assuraient des visites commentées dans le parc et un parcours commenté a été fait pour le Maire de Bordeaux, le comité directeur de l’étude ainsi que pour la presse. 48
  • 50. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Les chantiers, qui au début ont été envisagés pour être poursuivis au- delà de l’étude par d’autres institutions, n’ont pas été repris quand l’animation s’est terminée. D’une part à cause du manque de moyens, mais il est aussi mentionné le risque d’appropriation du parc par les associations qui auraient pu continuer avec les activités. Les propositions sur l’aménagement du terrain, qui ne semblaient plus une priorité ni pour la Ville ni pour les usagers, ont été réalisées dans une faible proportion : un travail a été fait uniquement sur cinq des douze zones prévues pour le parc et le plan d’entretien et de gestion ne s’est pas mis en place1.  L’atelier pédagogique dans l’actualité Actuellement, l’atelier pédagogique est un des trois axes d’activités du centre, avec la Galerie et le Laboratoire d’architecture. Il offre des animations qui peuvent être développées à l’Entrepôt Lainé, dans des écoles ou ailleurs dans la ville. Il est possible d’adapter ces animations aux publics de tous les âges -aux enfants, les jeunes ou les adultes- et appartenant à différents environnements : du milieu scolaire depuis la maternelle à l’université, des centres sociaux ou de loisirs et à d’autres types d’institutions. L’atelier a également mené des expériences dans des quartiers, des milieux psychiatriques ou pénitentiaires. Et même si ces interventions constituent un argument très fort contre l’image d’élitisme que les autres auteurs ont décrit du centre, nous devons signaler que les activités dans ces institutions ne se réalisent plus de manière fréquente2. Les animations sont structurées autour de sujets comme l’architecture, l’urbanisme et le design graphique ou industriel. Elles sont dirigées par des architectes ou des historiens de l’art3, qui cependant doivent être capables de s’extraire de leur statut professionnel pour1 Etude – animation : Bois de Rivière, op. cit., p. 322 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.3 Actuellement, l’atelier pédagogique est dirigé par Eve Mathieu, historienne de l’art ;Vanessa Leydier, paysagiste et Violaine Lubin, architecte. 49
  • 51. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux conserver uniquement les principes basiques et compréhensibles qui puissent être transmis au public1. Les animations peuvent être de différents types, comme des visites dans la ville ou de chantiers, des voyages, des installations, la réalisation de journaux, affiches, textes ou photographies, ou bien des activités proposées dans des mallettes pédagogiques développées par le centre. Chaque animation fait l’objet d’un matériel pédagogique particulier et une particularité de ces activités menées par arc en rêve par rapport aux autres initiatives indépendantes de sensibilisation est la possibilité d’établir un lien avec les expositions du centre. Par exemple, les mallettes pédagogiques incluent l’objet au centre de l’activité qui va se développer, soit un objet de design, des maquettes architecturales ou des éléments de matériaux en rapport avec les expositions en cours aux galeries d’architecture. Elles peuvent inclure aussi des ouvrages comme des œuvres littéraires, des livres de photographies ou des catalogues d’exposition. En guise d’exemple on peut faire mention des mallettes pour les ateliers « Histoires d’architectures » qui contiennent un volume représentant un bâtiment, les photographies de l’œuvre construite, des échantillons de matériaux et l’œuvre de fiction d’un écrivain. Ses objectifs sont à la fois variés et ambitieux : d’une part, rapprocher l’enfant au domaine de l’architecture en lui faisant comprendre que ce n’est pas une discipline qui intéresse uniquement les adultes ou les architectes ; créer un intérêt pour les démarches des architectes et leurs possibilités d’action et finalement, aider l’enfant à développer un regard personnel mais informé sur un bâtiment 2. Des ateliers de ce type ont été organisés sur la maison Navarro, lors de l’exposition « 4 de Bordeaux » en 1991, sur l’hôtel Amat lors de l’exposition sur l’architecte Jean Nouvel en 1993 et sur l’église Saint-Esprit pour l’exposition « Salier, Courtois, Lajus, Sadirac, Fouquet » en 1994.1 GROUEFF Sylvie, “Arc en rêve : bousculer les certitudes », dans le dossier « Àl’école de la ville », Urbanisme, #327, novembre – décembre 2002, p. 37 - 742 Ibid. 50
  • 52. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux L’architecte Philippe Jacques, qui a dirigé l’atelier pédagogique depuis sa création jusqu’à sa sortie d’Arc en rêve en 2008, distinguait la sensibilisation à l’architecture de son enseignement en affirmant que l’atelier ne vise pas à former des futurs architectes, mais au contraire, leur donner une introduction au domaine culturel duquel l’architecture fait partie. Il comparait l’interprétation d’objets de design ou de bâtiments à celle des œuvres littéraires, en disant qu’ils pourraient être analysés de manière équivalente. L’atelier prend l’architecture comme toile de fond pour l’apprentissage de valeurs civiques, comme le respect de l’opinion d’autrui lorsque les enfants voient les différentes façons de considérer un objet. De plus, la pédagogie ne se limite pas aux enfants, elle constitue le début d’une chaîne qui, avec le temps, entraîne des apprentissages pour les professeurs, les parents et ultérieurement pour les autorités de la ville1. b) Les expositions d’Arc en rêve Sans doute, un des plus importants apports d’Arc en rêve depuis le démarrage du projet a été sa volonté de diffuser l’architecture à travers la pédagogie de l’espace, mais aussi à travers les productions contemporaines des plus importants créateurs des trente dernières années. Le passage d’un atelier à un centre d’architecture atteste du désir de l’association de ne pas être définie par sa dimension pédagogique uniquement, mais l’intégrer comme une des multiples activités qui se réalise au sein de l’institution. Actuellement, le centre est connu surtout pour ses expositions, dont l’architecte Michel Jacques, chargé de la direction artistique, est la plupart du temps le commissaire ou le scénographe.1 CIVIDINO Hervé, « Apprendre l’espace. Expériences pédagogiques auprès des plusjeunes », Techniques et architecture, #415, septembre 1994, p. 82 - 87 51
  • 53. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Quand ont est confrontés à l’abondante quantité d’expositions organisées dans les galeries d’architecture de l’Entrepôt Lainé et parfois ailleurs, apparaissent certaines interrogations concernant la nature de celles-ci. L’intérêt se trouve dans la comparaison des chiffres qui en résultent pour essayer d’avoir un aperçu de l’orientation suivie par le centre à travers le temps. Pour cela, nous avons donc pris la liste complète des expositions organisées par Arc en rêve sur Bordeaux, soit dans à l’Entrepôt ou ailleurs dans la ville. Cette liste apparaît jusqu’à 1996 dans l’ouvrage édité à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du centre, Yellow 251. Cette liste a été complétée sur le site web d’Arc en rêve2. Les expositions ont été ensuite divisées par leur « nature », c’est- à-dire, par leur orientation principale. Dans le cas des expositions qui portent sur les créateurs ou les projets situés en région Bordelaise, elles sont listées sous la catégorie de « Locales ». Il faut signaler que le terme « créateurs » regroupe architectes, urbanistes, paysagers, designers et graphistes, car avec le temps le centre s’est dévoué à la diffusion d’autres disciplines proches à l’architecture. Sous la catégorie d’expositions « Nationales » apparaissent les concepteurs et les projets français, qui sont implantés ailleurs qu’à Bordeaux ou en Aquitaine. Et finalement, les expositions monographiques d’architectes dont les œuvres sont distribuées en dehors de la France, ou les expositions thématiques qui regroupent des auteurs de tout le monde ont été définies comme « Internationales ». Une fois que la liste a été élaborée (voir annexes 2), la démarche suivante a été de mettre les données dans un tableau (voir annexes 3) pour ensuite élaborer des graphiques qui nous permettraient de les comparer.1 Arc en rêve centre d’architecture, L’album des 25 ans, Yellow 25, Éditeur pressepapier, Bordeaux, 20062 Arc en rêve, expositions 1982 > 2010, http://www.arcenreve.com/Pages/expos.htm,consultée le 25 mai 2011 52
  • 54. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Pour commencer, nous avons observé le nombre d’expositions organisées par an, dans les trente années du centre. Le graphique obtenu a été le suivant. Nombre dexpositions par an 14 Nombre dexpositions 12 10 8 6 4 2 0 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 Années Nombre dexpositions par an Moyenne dexpositions Graphique 1: Nombre d’expositions organisées par Arc en rêve par an, entre 1982 et 2011 En total, jusqu’au mois de juin 2011, arc en rêve a produit 151 expositions, avec une moyenne de 5 expositions par an. À partir de 1984, le centre n’a jamais eu moins de deux expositions différentes et le nombre maximum a été atteint en 1994, avec un total de douze. Le nombre d’exposition s’est plus ou moins stabilisé à partir de 1996 et la tendance est à la hausse. Ensuite, une fois établie la distinction entre les différents types d’expositions, la comparaison entre les trois catégories a été faite. 53
  • 55. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Distributions des expositions par nature Expositions Expositions internationales locales 45% 41% Expositions nationales 14% Graphique 2 : Distributions des expositions produites par Arc en rêve, par nature, entre 1982 et 2011 Nous constatons qu’il y a presque un équilibre entre les expositions de type international et les locales, avec 45% pour les premières et 41% pour les deuxièmes. Par contre, si on additionne les locales et les nationales, les expositions sur les projets ou les créateurs français donnent 55% du total, ce qui les fait surpasser de 10% les internationales. Nous pouvons donc affirmer que le centre favorise les productions locales par rapport aux nationales, mais cherche à balancer entre la création française et celle de renommée étrangère, avec un léger avantage pour la nationale. Et ceci, sans prendre en compte les nombreuses occasions où les auteurs français ont été inclus dans les expositions collectives ou thématiques de portée internationale. 54
  • 56. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Expositions locales par an 9Nombre dexpostions locales 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Expositions locales par an Années Moyenne dexpositions locales Graphique 3 : Nombre d’expositions locales organisées par Arc en rêve par an, entre 1982 et 2011 Le graphique des expositions locales nous permet de distinguer les années 1983, 1987, 1992, 2000 et 2001 comme les seules où le centre n’a pas exposé des productions Bordelaises. Néanmoins, la tendance est nettement croissante pour ce type d’expositions et sa moyenne se trouve entre deux ou trois productions par an. Nombre dexpositions nationales par an 4 Nombres dexpositions nationales 3 2 1 0 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 Années Expositions nationales par an Moyenne dexpositions nationales par an Graphique 4 : Nombre d’expositions nationales organisées par Arc en rêve entre 1982 et 2011 55
  • 57. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Si les expositions de nature locale n’ont pas été faites pendant cinq années, celles de type national ont été mises de côté dans dix années, non-consécutives. C’est le seul graphique qui montre une tendance décroissante et qui ne surpasse pas les trois expositions par an, contrairement aux locales qui sont arrivées jusqu’à huit pour l’année 1994. Nombre dexpositions internationales par an 7 6 Nombre dexpositions internationales 5 4 3 2 1 0 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Années Expositions internationales par an Moyenne dexpositions internationales par an Graphique 5 : Nombre d’expositions internationales produites par Arc en rêve, par an, entre 1982 et 2011 56
  • 58. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Plus nombreuses que les expositions nationales sont celles de type international, sans pour autant dépasser les locales en nombre de quantité par an. La ligne qui montre la moyenne par an est presque horizontale, ce qui indique qu’il y a un équilibre entre les années avec moins d’expositions et celles où elles ont été plus fréquentes. Il y a eu à peu près deux expositions internationales par an. Comparaison entre expositions locales, nationales et internationales, par an 9 Nombre dexpositions 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 Années Expositions locales Expositions nationales Expositions internationales Graphique 6 : Comparaison entre les expositions d’Arc en rêve, locales, nationales et internationales par an, entre 1982 et 2011 Quand nous superposons les trois graphiques afin de les comparer, plusieurs observations sont possibles. À travers le temps, ce sont les expositions locales qui ont eu le plus de priorité, car les années où elles ont été les plus nombreuses (quatorze années en total), dépassent le nombre d’années où les nationales ou les internationales ont été favorisées par rapport aux autres (deux fois seulement pour les nationales, neuf années pour les internationales). Nous remarquons une augmentation d’expositions locales en 1990 et 1991, probablement comme une conséquence du succès de l’appel à idées et l’exposition « Bordeaux/Port de la Lune » de 1989. La primauté des expositions internationales des années 2000, 2001 et 2002 peut se voir comme une volonté d’inscrire Bordeaux dans les activités internationales pour 57
  • 59. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux l’arrivée de l’an 2000, entre laquelle se distingue « Mutations ». Ensuite, les expositions locales ont repris la priorité entre 2003 et 2009, en rapport, nous imaginons, avec tous les projets d’aménagement entrepris à Bordeaux à cette période, comme fut le cas avec l’installation du tramway, l’aménagement des quais et autres transformations subies par la ville. En vue des chiffres concrets sur les expositions d’Arc en rêve, nous pouvons affirmer que le centre est en effet un outil de diffusion des projets architectoniques et urbains réalisés dans la ville. Il sert de cette manière comme un instrument pédagogique pour le public à Bordeaux qui a la possibilité de comprendre les enjeux et les projets qui façonnent le paysage de l’agglomération. Le centre sert aussi à promouvoir l’architecture et le design local et crée ainsi l’environnement pour plébisciter ou bien questionner cette production contemporaine bordelaise. Mais le centre expose aussi, avec la même régularité que les artistes français, les créateurs de prestige international, ce qui ouvre les horizons pour les étudiants en architecture et les professionnels qui se nourrissent de ces exemples. Le public qui n’est pas lié à l’architecture peut de cette manière développer une vision critique des constructions qui se mettent en place dans sa ville par rapport à ce qui se réalise ailleurs. Pour une ville si fière et si attachée à sa production historique, l’exposition à l’architecture contemporaine, des sphères locales et étrangères, est d’autant plus importante. Michel Jacques a exprimé que le patrimoine historique de Bordeaux a été une des contraintes avec lesquelles le centre a dû faire face dans ses premières étapes1, mais nous pensons qu’il s’agit d’un vrai avantage de travailler dans une ville où l’intérêt pour l’architecture est présent et qu’il est donc possible de rediriger cet intérêt et le canaliser aussi vers la production contemporaine.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011. 58
  • 60. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux c) Interventions d’Arc en rêve dans le domaine de la maison individuelle La dernière partie de notre analyse sur les apports d’Arc en rêve pour le public à Bordeaux porte sur ses interventions dans le champ de la maison individuelle. L’importance de ce sujet découle du fait que la maison est chargée d’un symbolisme très important et elle est un objet de désir quasiment général. Elle représente ainsi un point de départ pour l’initiation aux plaisirs de l’architecture pour tous ceux qui ne sont pas directement concernés avec la profession. Cependant, pour aborder ce sujet il ne suffit pas de montrer les projets particuliers qui ont fait écho au niveau international, tels que la maison Lemoine de l’architecte Rem Koolhaas à Floirac. Certes, ils sont une source d’inspiration, mais ils sont loin d’être une possibilité envisageable pour la plupart des gens. C’est pour cela qu’il faut aussi exposer les initiatives accessibles, surtout d’un point de vue économique, si on veut introduire des innovations plastiques dans les maisons individuelles. Les initiatives d’Arc en rêve pour mettre en avant la situation de la maison individuelle en France et les alternatives que l’architecture peut proposer ont donc une double fonction. Au sein de la profession, elles visent à favoriser l’inclusion des architectes dans ce marché où ils n’ont pas été présents pendant longtemps. D’autre part, elles servent comme outils pédagogiques pour le public pour l’aider à faire face au conformisme et banalité des maisons construites en série et lui font exiger une meilleure qualité de logement. Mais l’engagement du centre dépasse la simple exposition des projets innovateurs car il a aussi participé à la création de certains d’entre eux. Cette participation est une action directe dans la production architecturale de Bordeaux, mais décider si celle-ci peut être qualifiée de réussie reste encore un débat à l’actualité. Pour comprendre le contexte de ces initiatives, nous verrons l’état de la maison individuelle en France, d’après un rapport fait par l’architecte Pierre Lajus en 1997 qui coïncide avec l’exposition « 36 modèles pour une maison » et la collaboration d’arc en rêve avec Domofrance pour des projets construits dans l’agglomération bordelaise. 59
  • 61. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux  L’état de la maison individuelle en France En 1997, le Secrétariat Permanent du Plan Construction et Architecture, qui est devenu par la suite Plan Construction, Architecture et Urbanité (PUCA), a commandé à l’architecte Pierre Lajus et à l’historien de l’architecture Gilles Ragot de faire un état des lieux du marché de la maison individuelle en France et montrer l’étendue des interventions des architectes dans ce marché 1. Dans la première partie faite par Lajus, il a commencé par retracer l’histoire du logement pavillonnaire en France après la Seconde Guerre Mondiale, où il voit dans la prolifération des maisons en série le prolongement de l’état d’esprit du Ministère de la Reconstruction au-delà du temps nécessaire et l’adoption de modèles américains dans la construction industrielle française2. Ce phénomène, combiné avec le désintérêt sur le problème de la maison individuelle des dernières générations d’architectes formés par l’École des Beaux-arts, aurait conduit à des sérieux blocages psychologiques qui ont éloigné l’architecture du logement. Lajus a prit un parti très audacieux lorsqu’il a fait mention que l’intervention des architectes dans les maisons individuelles était une affaire plutôt culturelle que de législation3 et que la situation devait changer à travers l’intervention des architectes mais aussi par la sensibilisation du public. Lajus est très clair lorsqu’il affirme que les expérimentations autour de la maison individuelle ne sont pas suffisantes pour provoquer des changements, car elles n’arrivent pas à atteindre le public à qui elles sont destinées. Pour lui, les recherches, ainsi que leur diffusion, sont d’une égale importance.1 LAJUS Pierre, RAGOT Gilles, L’architecture de la maison individuelle, Conditionsd’intervention de l’architecte sur la conception de maisons individuelles, PlanConstruction et Architecture, Paris, juin 19972 Ibid., p. 153 Ibid., p. 49 60
  • 62. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Il propose donc deux initiatives : la première est la création d’un Pôle Européen Maison individuelle qui rassemblerait les statistiques et les dossiers des expérimentations faites sur le logement individuel, pour ensuite les diffuser au public. Mais aussi, il fait un appel aux institutions françaises de sensibilisation et de promotion de l’architecture, dont Arc en rêve fait partie, pour favoriser les échanges et les débats entre les architectes et les usagers1. Lajus met l’accent sur la culture commune que doit s’établir entre les maîtres d’œuvre et d’ouvrage et comment les architectes doivent orienter le public et lui montrer que l’architecture peut être accessible à tous.  La participation des architectes dans le marché du logement individuel La perception répandue dans le public par rapport aux architectes, évoquée par Lajus et trois ans plus tard par Laure Augereau dans son mémoire2 est que leur travail est destiné principalement à l’État, aux grandes commandes gouvernementales ou aux immeubles d’habitation. Ils seraient encore héritiers de l’image d’artiste déconnecté de la société qui n’a commencé à changer que suite aux réformes de l’enseignement de 1968. Cette image s’est remplie avec le temps d’autres préconceptions, surtout celles liées à leur coût monétaire élevé. D’autre part, l’évolution des conditions du logement en France ont évolué de manière à convertir la maison en un bien de consommation qui a été standardisé comme n’importe quel autre produit. Cependant les gens restent plus conformistes par rapport au design de leur maison que par rapport à d’autres objets de la vie quotidienne3.1 Ibid., p. 452 AUGEREAU, op. Cit., p. 93 FORT Francine, dans la préface de 36 modèles pour une maison, ÉditionsPériphériques, Paris, 1997, p. 11 61
  • 63. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Il n’est pas en faveur des architectes que d’avoir traditionnellement perçu le marché du logement individuel comme pas suffisamment rentable, en part par ignorance de ses conditions réelles, mais aussi parce qu’ils n’ont pas été correctement formés à son sujet. D’après l’architecte Lajus, dans les écoles d’architecture le design de maisons individuelles se limite au premier cycle de la formation, mais disparaît dans les deux suivants ; il est présent dans moins de 1% des travaux de fins d’études entre 1977 et 19971. Mais les nouvelles générations d’architectes ne peuvent pas s’offrir le luxe de dédaigner ce marché au vu des crises économiques récurrentes qui posent des difficultés d’accès à tout type de commande, surtout pour les architectes qui viennent d’être diplômés et qui ne peuvent pas aspirer immédiatement aux projets de grande envergure. Lajus cite également les transformations négatives du paysage prônées par les groupes immobiliers qui font recours à des catalogues pour offrir des alternatives limitées de maisons banales2 mais nous devons faire mention aussi de la perte d’identité architecturale qui se produit par l’homogénéisation des constructions. Un vrai problème réside dans l’adaptation forcée de modèles qui ne correspondent pas à une réinterprétation de la tradition, mais qui en fait l’anéantissent en imposant des esthétiques étrangères ou similaires sans prendre en compte le contexte. Les architectes auraient donc, non seulement la possibilité de modifier les conditions de ce marché, mais aussi la responsabilité de le faire.  36 modèles pour une maison La publication du rapport fait par Lajus coïncide avec la présentation au public des résultats de l’appel d’idées autour de la maison individuelle de l’association Périphériques. Ce collectif, fondé en septembre 1995, regroupe trois agences d’architectes : Jakob + Mac Farlane, Jumeau + Paillard et Marie Trottin + Trottin. Il vise à promouvoir l’architecture à travers des expositions, conférences et la publication d’ouvrages.1 LAJUS, RAGOT, op. Cit., p. 432 LAJUS, RAGOT, op. Cit., p.45 62
  • 64. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Périphériques a mis en place une expérimentation nommée « À la recherche de la maison modèle » dans laquelle l’association a contacté trente-six agences originaires de différents pays de l’Europe, afin que ces dernières proposent le design d’une maison individuelle dont le coût ne surpasserait pas les 499 990 F, tout en incluant les honoraires de l’architecte. Le partenaire de ce projet a été le groupe B.E.T. GEC INGENIERIE qui a déterminé le budget de tous les projets. Le programme architectural d’origine proposé a été une maison avec trois pièces (avec la possibilité de faire des extensions à quatre ou cinq pièces), avec un garage, jardin et ses clôtures. Une exposition pour présenter les projets résultants a été faite par Périphériques en collaboration avec la Direction de l’Architecture, l’Association Française d’Action Artistique (AFAA) et Arc en rêve, qui l’a montrée à l’Entrepôt Lainé entre le 16 octobre 1997 et le 18 janvier de l’année suivante (image 12). Elle a été présentée également à la Galerie RAS de la maison éditoriale ACTAR, à Barcelone, en 1999. Un des objectifs de l’appel d’idées et son exposition était la recherche de partenaires qui rendraient possible la construction d’un lotissement prototype avec les projets envisagés. Ceci a donné comme résultat le quartier « Les Jardins de la Pirotterie », à Rezé, dans la Loire – Atlantique, livré en 2007. Il a été fait à partir de six projets présentés dans l’appel d’idées : la maison « Icône » de l’Agence Jumeau + Paillard ; une variation de la « Maison nue » de l’Agence Avellino, Careri & Carbone ; une variation de la « M House » produite par Actar Architectura ; la proposition « Picnic / Immersion » de Marin Trottin + Trottin, de Périphériques ; les « Tranches de Vie » de Jacques Moussafir et le projet « Poster » de l’architecte surnommé l’Australien. Les maisons ont toutes été présentées par la suite dans l’exposition « voisins – voisines » d’Arc en rêve. 63
  • 65. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 12: Brochure publicitaire pour l’exposition « 36 modèles pour une maison », arc en rêve centre d’architecture, 1997  Collaboration d’Arc en rêve avec Domofrance Dans le rapport de 1997 sur la maison individuelle en France, l’architecte Pierre Lajus a proposé à tout le réseau d’organismes du pays dévoués à la sensibilisation à l’architecture de lancer un programme expérimental de construction de maisons individuelles en France, qui pourrait être réalisé avec le soutien des grandes entreprises et industries du bâtiment, pour ensuite être exposé dans les institutions culturelles 1. Il faut remarquer que ce fut exactement la démarche prise par Arc en rêve lors de sa collaboration avec Domofrance. Domofrance est une entreprise privée, créée en 1958, qui est vouée aux projets de construction et rénovation de logements individuels, ainsi qu’à l’aménagement urbain partout en Aquitaine, mais surtout à Bordeaux et dans son agglomération. Le partenariat avec arc en rêve a commencé en 1999 et il a produit les quartiers des Diversités à Bordeaux (image 13) et le Domaine de Sérillan à Floirac, pour ainsi proposer des solutions de logement urbain et périurbain.1 LAJUS, RAGOT, op. Cit., p. 48 64
  • 66. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Sept agences d’architectes ont participé à ce projet : aux Diversités, les équipes de Raphaëlle Hondelatte et Mathieu Laporte ; David Pradel ; Florence Champiot ; Sophie Dugravier et Emmanuelle Poggi ; Nathalie Franck ; Bernard Bühler et Patrick Hernandez, dont les deux premiers travaillent principalement à Paris et le reste à Bordeaux. Au Domaine de Sérillan : l’agence Saint-Projet ; Xavier Leibar et Jean-Marie Seigneurin ; Bernard Bühler ; Patrick Hernandez ; Raphaëlle Hondelatte et Mathieu Laporte et Sophie Dugravier avec Emmanuelle Poggi. Pour les deux quartiers les architectes ont suivi la même démarche initiale : les équipes ont travaillé ensemble sur l’élaboration du plan général du terrain, mais sans aucun programme établi à l’avance. Et quant aux propositions des logements, chaque équipe a eu une liberté totale de concevoir la solution de son choix.Image 13 : Les Diversités, vue extérieure Lot 2 et Lot 1, David Pradel ; RaphaëlleHondelatte et Mathieu Laporte, cl. Marcela Garcia, 2011 Le Domaine de Sérillan (image 14) est implanté dans un terrain qui avait été utilisé au préalable pour l’agriculture. Il compte huit différents types de maisons différentes pour un total de 85 logements en total. Dans les Diversités, le terrain situé dans l’îlot de la Grenouillère, près du centre historique, ont été proposées huit typologies pour construire cent- vingt-et-un logements. Deux tiers de ces logements ont été faits pour être mis en location et le tiers restant en accession à la propriété. (Voir le reste des modèles des maisons des Diversités et du Domaine de Sérillan dans les annexes 1, images 12 à 21.) 65
  • 67. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 14 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot B, Xavier Leibar et Jean-Marie Seigneurin, cl. Marcela Garcia, 2011 Les projets de cette collaboration ont été montrés dans les expositions « nouvelles formes d’habitat individuel, Domofrance » (image 15), entre le 13 mai jusqu’au 17 octobre 2004, à Bordeaux, et dans « voisins – voisines, nouvelles formes d’habitat individuel en France » (image 16), entre le 14 juin et le 18 septembre 2005 à Paris, dans l’Institut Français d’Architecture et entre le 8 décembre 2005 et le 2 avril 2006 à l’Entrepôt Lainé. Elle a été accompagnée du colloque « Maison individuelle, architecture, urbanité » organisé en deux sessions : la première à la Maison de la RATP, aussi à Paris, le 20 juin 2005 et la deuxième, le 1 er décembre 2005 à Arc en rêve. Un ouvrage du même nom a été publié sous la direction de Guy Tapie, sociologue, enseignant à l’École d’architecture de Bordeaux et responsable du laboratoire Profession Architecture Ville et Environnement de cette école1. L’exposition et le catalogue regroupent cinq projets en plus de celui de Floirac et de Bordeaux faits par Domofrance et Arc en rêve, et le quartier de Rezé construit suite à l’exposition « 36 modèles pour une maison ». Ces cinq autres projets ont été construits suite à l’appel d’offres du Plan Urbanisme, Construction et Urbanité en 1999 appelé « Le futur de l’habitat ».1 TAPIE Guy (sous la direction de.), Maison individuelle, architecture, urbanité,Éditions de l’Aube, Le Moulin du Château, 2005 66
  • 68. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 15 : Brochure publicitaire pour l’exposition « nouvelles formes d’habitat individuel », arc en rêve centre d’architecture, 2004 Image 16 : Brochure publicitaire pour l’exposition « voisins – voisines, nouvelles formes d’habitat individuel en France », arc en rêve centre d’architecture, 2006 Pour ce qui est de la collaboration entre Arc en rêve et Domofrance et concrètement sur le quartier des Diversités, son bilan est mixte, si on se guide par le rapport de Guy Tapie et des membres de son laboratoire de recherche1.1 Cité par ROUSSET Julien, « Le bilan mitigé des Diversités », Sud-ouest, 16 juin2010 67
  • 69. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Pour une part il y a eu des problèmes dans la réalisation : le chantier qui était prévu pour être livré au deuxième trimestre de l’année 2007 s’est prolongé jusqu’au 2009, à cause d’un changement de statut du quartier de logement individuel au collectif. Ceci a été décrété par un bureau de contrôle qui a réalisé une inspection quand le chantier était à moitié avancé, et a résulté dans des modifications de plan et de la construction relatives aux mesures de sécurité contre incendies. En résumé, le projet ne pourrait plus être considéré comme un quartier de maisons individuelles. Mais ajoutés aux problèmes de réalisation, il y a eu aussi des contrariétés de conception, car la disposition des maisons est telle que les vues entre les maisons ne permettent pas une pleine discrétion. Également, certains habitants ne sont pas satisfaits des matériaux de quelques maisons car ils les trouvent trop industriels. Donc, d’après les chercheurs, Les Diversités ne serait pas si innovant et révolutionnaire que prévu.  Autres activités Pour faire preuve de la reconnaissance que jouit Arc en rêve au niveau national, nous pouvons faire mention des commandes qui lui ont été faites de la part de l’État. C’est justement le cas qui s’est produit en 2002, lorsque la Commission régionale du patrimoine et des sites d’Aquitaine a chargé l’association d’identifier les constructions significatives de Bordeaux et son agglomération, dans le cadre d’une évaluation nationale du patrimoine contemporain. A l’initiative du centre ont été retenues cinquante constructions de Bordeaux et ses environs1. D’une autre part, le centre continue à produire des expositions sur les alternatives de logement. En 2007, le centre a accueilli l’exposition « De la Sbuc à inCité, 50 ans de pratiques urbaines à Bordeaux »2, produite par inCité, une société d’économie mixte dévouée à la construction et rénovations de logements.1 COUSTET, SABOYA, op. Cit., p. 3922 Du 10 octobre au 15 novembre 2007. 68
  • 70. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Suite à cet évènement le centre a lancé un appel à idées dans le but d’introduire des innovations en matière d’architecture contemporaine dans le centre historique de Bordeaux1. Un colloque autour de cette question a été organisé par Arc en rêve. Et les résultats de cette initiative ont été présentés dans l’exposition « Création architecturale et innovation urbaine dans le centre historique de Bordeaux, appel à idées organisé à l’occasion du cinquantième anniversaire d’inCité »2. Ces dernières années, le centre a porté une attention particulière au sujet du logement social. C’est le cas justement avec l’exposition récente « L’architecture modulaire, une nouvelle aventure avec aquitanis, rosa parks + sylvania » (image 17), montrée du 17 novembre 2010 au 16 janvier 2011. Son objectif était de diffuser les résultats de l’expérimentation conduite par l’Office public de l’habitat de la Communauté Urbaine de Bordeaux, Aquitanis. Le projet, intitulé Rosa Parks, comme l’activiste américaine pour les droits civils dans les années 1950, a réuni cinq agences dans le but de réfléchir sur un système pour construire des maisons en ossature de bois, dans lequel trois modules de base (un module pour les pièces humides et le noyau technique, un autre pour le séjour et la cuisine et le dernier pour les chambres) peuvent être assemblés dans toutes les directions pour atteindre des formes différentes. Le projet retenu a été celui de l’agence TETRARC architectes et le groupe industriel everwood. Le module de base du système constructif, nommé « sylvania » a été développé par l’agence Atelier Provisoire, des architectes Aline Rodrigues-Lefort et Vincent Paredes. À partir de ce projet devraient être construits cinquante-et-un logements dans le quartier de la Libération à Floirac, pour être livrés cette année3. (Voir images de l’exposition dans les annexes 1, image 22.)1 MAIGRET, op. cit., p. 462 Du 18 octobre au 23 décembre 2007.3 ESCOLIN Bertrand, « Rosa Parks, un projet expérimental d’habitat semi-collectif àFloirac », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, n°5577, 15 octobre 2010 et« Une maison en bois façon jeu de construction », Sud-ouest, 17 novembre 2010 69
  • 71. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 17 : Brochure publicitaire pour l’exposition « l’architecture modulaire, une nouvelle aventure avec aquitanis, rosa parks + sylvania », arc en rêve centre d’architecture, 2010 Les interrogations sur la qualité du logement ont également été présentes dans des évènements en dehors de l’Entrepôt, comme fut le cas des expositions faites à la ville de Saint-Médard1, ou plus récemment à Rouen, à la Maison de l’architecture de Haute-Normandie dans « Logement social, Stop aux idées reçues »2. En tout cas, les préoccupations sur l’habitat ont été souvent abordées dans d’autres expositions et conférences produites par Arc en rêve, tout au long de ses trente années de fonctionnement. Nous voulons croire que dans le domaine de la maison individuelle se trouve le potentiel le plus grand pour changer le paysage architectural contemporain de n’importe quel ville, car les grandes commandes ou les bâtiments emblématiques sont beaucoup moins nombreux que les maisons qui sont construites chaque année. Bâtir et ainsi donner une identité à une ville est donc dans la portée de chaque personne qui entreprend son propre projet de vie, mais rien n’exonère les architectes de leur devoir de conseil et d’éducateurs auprès de tous les individus. Les enjeux, plus qu’économiques sont identitaires, symboliques. Et c’est justement le message qu’a voulu transmettre le centre d’architecture à travers ses interventions.1 PONS Hervé, « Le logement social s’expose au “Carré “ », Sud-ouest, 19 octobre20092 Du 2 mai au 30 juin 2011 70
  • 72. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Quatrième partie : Arc en rêve pour la ville de Bordeaux La dernière grande sphère d’action et d’influence d’Arc en rêve se produit au niveau de la ville à laquelle il appartient, Bordeaux. Ici, nous trouvons plusieurs interventions, en commençant par sa fonction promotionnelle de la ville par le biais d’expositions qui sont montrées dans d’autres villes de France ou à l’étranger. À ceci s’ajoute la publication d’ouvrages sur les principaux projets construits dans la ville ou pour servir de guide pour la parcourir. Bordeaux s’inscrit aussi dans les débats architecturaux mondiaux lorsqu’elle est le réceptacle d’évènements à grande échelle comme « Mutations ». À un niveau plutôt local, le centre d’architecture sert aussi comme un instrument de médiation entre les habitants et les élus, soit de manière directe comme lorsque Francine Fort a travaillé comme conseillère du Maire Chaban- Delmas, soit de manière indirecte, en montrant les projets entrepris par l’administration Juppé. Mais l’intervention la plus importante d’Arc en rêve sur Bordeaux reste jusqu’à présent son appel à idées pour l’aménagement des quais et du quartier de la Bastide, endroits emblématiques de la ville dont les projets originaux ont été repensés et redirigés en grande partie par la participation de l’association. a) Les échanges en expositions et les ouvrages Pour ce qui est des échanges d’expositions dans la France, Arc en rêve a collaboré avec l’Institut Français d’Architecture (IFA) lors de ses premières expositions. « La Construction Moderne » de 1983 et « Histoires de participer » ont été montrées à l’Entrepôt Lainé mais ont été produites à l’IFA. Plusieurs années plus tard, ils ont travaillé ensemble pour la production de « voisins – voisines, nouvelles formes d’habitat individuel en France » et la première ville qui a reçu l’exposition a été Paris, entre le 14 juin et le 18 septembre 2005. Ensuite, après son passage à Bordeaux, la ville de Clermont-Ferrand a montré l’exposition entre le 18 janvier et le 18 mars 2006, à la Maison de l’Habitat et du cadre de vie. Cette même année a été présentée à l’hôtel Bouchu de Dijon « [36] histoires de maisons », entre le 28 juin et le 30 juillet. 71
  • 73. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Et comme nous avons signalé précédemment, l’exposition « Logement social, Stop aux idées reçues » est ouverte au public à la Maison de l’architecture de Haute-Normandie, en Rouen. Ces échanges avec d’autres villes en France ne sont pas nombreux, ce qui est vraiment dommage car le partage des expositions avec d’autres régions serait d’un grand bénéfice, tenant en compte que plusieurs sujets, comme les expositions thématiques ou centrées sur le parcours des architectes, graphistes ou designers sont d’un intérêt qui dépasse les frontières bordelaises. Des expositions produites à Arc en rêve ont été aussi exportées à l’étranger, surtout en Europe, dans les villes de Lisbonne, Rome, Milan, Londres, Bruxelles, Barcelone et Vienne1. En Amérique, seules deux initiatives ont été enregistrées : l’exposition « Jean Nouvel » qui a été présentée à la Biennale d’architecture de Sao Paulo en 1995 et l’exposition « Yves Brunier » montrée à la Storefront Gallery à New York en 2001. Comme expositions itinérantes produites à Bordeaux nous pouvons faire mention de « New trends 2002, nouvelles tendances de l’architecture en Europe et au Japon » (image 18) qui ont été exhibées à Tokyo, Gand, Salamanca, Lisbonne et Madrid entre les années 2002 et1 D’après L’album des 25 ans, Yellow 25, op. cit. :« Architecture Studio », Institut français Lisbonne, Institut italien des architectesRome, 1987« Jean Nouvel », ICA (Qu’est-ce que c’est ?), Londres ; Biennale d’architecture SaoPaulo, 1995« Nouvelle architecture en Flandre », Fondation pour l’architecture, Bruxelles, 1996« Yves Brunier », Storefront gallery, New York, 1998“Living OMA/Rem Koolhaas”, Architektur Zentrum Wien Vienne, 1998; ICA, Londres,1999“36 modèles pour une maison”, RAS Barcelone, 199« Mutations », La Raffinerie, Bruxelles ; TN Probe, Tokyo, 2001 ; Palazzo dell’arte,Milan, 2002“New trends 02, nouvelles tendances de l’architecture en Europe et au Japon”,Tokyo, Gand, Salamanca, Lisbonne, Madrid, entre 2002 et 2004« Anne Lacaton/Jean-Philippe Vassal », AA School, Londres, 2004 ; ArchitekturZentrum Wien Vienne, 2005 72
  • 74. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 2004 et on ne peut pas laisser de côté « Mutations » qui a parcouru Bruxelles, Tokyo et Milan entre 2001 et 2002. Image 18 : Brochure publicitaire pour l’exposition « New trends 2002, nouvelles tendances de l’architecture en Europe et au Japon», arc en rêve centre d’architecture, 2002 Arc en rêve a déjà produit environ 40 ouvrages entre les catalogues de plusieurs expositions du centre, mais il faut compter également les cartes postales d’architectes ou de bâtiments de Bordeaux, les kits pédagogiques et même une maquette à découper et un dépliant avec un parcours des principales œuvres contemporaines de Bordeaux qui est disponible à l’office de Tourisme. Certains ouvrages ne correspondent pas à des expositions particulières, mais servent plutôt comme des guides sur Bordeaux. Ils font preuve des transformations subies par la ville dans les dernières années et des bâtiments importants qui ont trouvé sa place leur place à Bordeaux1.1 C’est le cas de :Itinérances autour de Bordeaux, carnet métropolitain, Éditions Sud Ouest, Bordeaux,2011Architectures d’entreprise, Bordeaux agglomération 1950>2010, Éditions arc en rêvecentre d’architecture, Bordeaux, 2005Bx Bordeaux > 1995 > 2005 > 2015, Éditions Mollat, Bordeaux, 2004Architectures en tramway, le plan-guide 1925 – 2005, Bordeaux agglomération,dépliant 73
  • 75. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux b) L’exposition « Mutations » L’exposition « Mutations » a marqué un tournant dans l’histoire du centre et dans sa diffusion de Bordeaux au niveau international. Elle a été conçue comme une manifestation culturelle autour des mutations urbaines en vue de l’arrivée du nouveau millénaire. Sa planification a commencé aux alentours de l’année 1995 quand François Barré, qui à l’époque était président du Centre Georges-Pompidou (et qui est devenu président de l’association Arc en rêve depuis 2007), a proposé d’inclure un évènement sur l’architecture et la ville à la mission qui sélectionnait les projets pour la célébration de l’an 2000. L’exposition fut développée autour de trois thèmes ou « modules », chacun avec son propre commissaire. Le premier portait sur la ville africaine et asiatique et a été conçu par Rem Koolhaas ; le suivant traitait le sujet de la ville américaine et était dirigé par Sanford Kwinter et le troisième, autour de la ville européenne, avait comme responsable l’architecte Stéphano Boeri. La scénographie de toute l’exposition a été planifiée par Jean Nouvel. Un quatrième module regroupait une collection d’œuvres artistiques sur les mutations culturelles, économiques et sociales, et c’est le critique d’art suisse Hans-Ulrich Obrist qui a été en charge de leur sélection. Pendant la période de l’exposition des conférences hebdomadaires étaient organisées par des philosophes, des économistes et des sociologues. Dix courts métrages, produits par Arc en rêve, sur dix différentes villes ont été diffusés, ainsi qu’un festival de films et une présentation de photos sur Bordeaux. Le tout complété par un projet pédagogique intitulé « Passeport pour la ville et l’architecture » qui devait rapprocher des jeunes de Bordeaux avec d’autres de villes européennes pour la réalisation d’une collection d’images et de textes1.Guide d’architecture, Bordeaux & agglomération, 1945 – 1995, Éditions Confluences,Bordeaux, 19961 Sur l’organisation de « Mutations », surtout dans ses aspects administratifs etfinanciers, voir ZGUREANU, op. cit., p. 27 - 37 74
  • 76. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux L’exposition est encore citée par la presse comme une preuve de la capacité de produire à Bordeaux des évènements de référence internationale autour de l’architecture1. c) Arc en rêve comme outil de médiation pour les autorités de la ville  Collaborations entre Arc en rêve et Chaban-Delmas Un aspect que nous avons remarqué du parcours suivi par Arc en rêve est le fait que les missions et objectifs que ses membres ont établis depuis le début n’ont presque pas changé tout au long de ses trente années de service. Déjà en 1982, quand l’aspect pédagogique avait la primauté par rapport aux autres activités qu’ils développaient, on remarque dans ses écrits sa volonté de devenir un outil de travail pour les élus, les administrations et les services techniques. Ils se voyaient eux-mêmes comme un instrument d’accompagnement des autorités, avec des rapports privilégiés avec elles, un intermédiaire qui permet de « préciser pour mieux décider »2. Arc en rêve serait ainsi l’instance à travers laquelle les conflits entre les décideurs et les citoyens seraient exprimés et possiblement résolus. Ils affirment clairement que l’atelier existe pour l’intérêt de la collectivité, pour lui servir d’outil d’information et de formation, d’aide technique mais aussi pour l’élaboration et réalisation de projets d’architecture3. Plus tard, cette mission sera accomplie à travers le service du « Laboratoire d’architecture », dont les activités principales sont celles d’expérimentation et conseil à la maîtrise d’ouvrage, qu’elle soit publique ou privée.1 DE LAAGE Dominique, « Les rescapés de l’Entrepôt », Sud-ouest, 6 janvier 2006 ;QUÉHEILLARD Jeanne, « Bordeaux sort de sa réserve », Intramuros, n°135,mars/avril 2008, p. 62 – 72 ; DARROQUY José, « L’archi sans chichi », Spirit, n°27,février 2007, p. 4 - 52 FORT, JACQUES, LACATON, PENA, RATHIER, op.cit., p. 1063 En attendant la ville avec les enfants, op. cit., p. 12 75
  • 77. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Son importance réside dans le fait qu’elle est à l’origine de commandes, une des preuves tangibles de l’action et de l’influence du centre à Bordeaux. C’est aussi ce qui le démarque des autres institutions dévouées à la sensibilisation à l’architecture. Michel Jacques la définit comme la partie cachée d’Arc en rêve, car lors des procès initiaux les interactions avec le public sont plus rares, quoique par la suite ses résultats soient, bien évidemment, montrées sous la forme d’expositions ou sont construits, dans les cas des commandes. Ses deux actions emblématiques sont l’appel d’idées pour le port de la Lune en 1989 et le projet de la maison individuelle avec Domofrance en 20041. Plusieurs auteurs voient dans l’exposition « Bordeaux, Port de la Lune/Architecture 89 » et les réactions qu’elle a suscité, les raisons principales à l’abandon du projet de Ricardo Bofill pour l’aménagement de la Bastide. En effet, elle entraîna deux initiatives de la part du Maire Chaban-Delmas. La première fut la création du Comité des Deux-Rives en 1991 qui a fait appel à un nouveau concours pour l’aménagement et a élargi le programme à l’aménagement des quais. Également, Chaban- Delmas a par la suite désigné Francine Fort, directrice du centre d’architecture, comme « Chargée de mission pour l’architecture et l’urbanisme » pour travailler comme conseillère auprès de lui-même et du futur concepteur du projet. Elle a exercé ce poste entre les années 1990 et 19952. Ceci marque un autre niveau d’influence pour le centre d’architecture à travers la participation directe dans l’administration publique de ses membres. La proximité du Maire Chaban-Delmas et de sa femme avec les membres d’Arc en rêve a certes favorisé le fait que l’association ait dépassé le projet pour lequel elle a été conçue pour devenir un atelier pédagogique et ensuite un centre d’architecture. Mais sa durée dans le temps dépasse les liens de sympathie avec les élus, surtout quand ceux- ci ont changé.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.2 ZGUREANU, op. Cit., p. 27 76
  • 78. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux  Un nouveau maire : une nouvelle dynamique La sortie de Chaban-Delmas en 1995 et l’arrivée de Juppé ont transformé la dynamique entre la Mairie et le centre d’architecture. Dans toute la documentation qui fait référence à Arc en rêve il y a de nombreuses mentions sur les changements mis en place par Alain Juppé qui l’ont affecté directement. Une des premières a été la réduction des aides en personnel et en nature de la part de la Ville, mais aussi une réduction de 35% du budget de l’association. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que ceci ne fut pas une action isolée dirigée uniquement contre le centre. Les priorités du nouveau maire se tournaient surtout sur la restructuration urbaine et sa réduction du budget pour le pôle culture a été générale. En tout cas, la réorganisation des finances mise en place par Juppé n’a pas donné comme résultat une réduction des dépenses d’Arc en rêve. Les subventions d’autres acteurs publics1 et privés, comme Domofrance, Ingérop en 2006 et Bouygues Immobilier Aquitaine en 20072, ont permis le maintient, voire la croissance du centre3. Le changement le plus significatif de cette nouvelle dynamique est que la participation des membres de l’association dans les cercles de décision du maire ne s’est plus faite d’une manière directe, comme a été le cas de la collaboration entre Fort et Chaban-Delmas. Actuellement, le centre fonctionne comme une structure mixte, dont les subventions sont à moitié réparties de manière publique et privée. La possibilité que le centre opère comme une entité complètement privée est difficilement envisageable pour Michel Jacques, qui explique que les pouvoirs publics permettent plus de liberté créative.1 Comme le Ministère de la Culture et de la Communication ; le Ministère del’Équipement, des Transports et du Tourisme ; le Ministère de l’Éducation Nationale ;la Communauté urbaine de Bordeaux, le Rectorat, l’Inspection académique, leConseil Général, le Conseil Régional de l’Aquitaine, la Communauté Européenne, laDirection de l’Architecture et du Patrimoine et la Direction Régionale des AffairesCulturelles, d’après ZGUREANU, op. cit., p. 27 et MAIGRET, op. cit., p. 72 MAIGRET, op. cit., p. 83 ZGUREANU, op. Cit., p. 17 77
  • 79. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Il considère également qu’il est de la responsabilité de ces pouvoirs de soutenir l’éducation et l’innovation artistique et que pour cela ils doivent participer à son financement. D’une autre part, la partie privée est nécessaire pour une institution qui tourne autour de l’architecture, un secteur où l’entreprise privée est indispensable 1. En tout cas, Arc en rêve se dit être toujours à l’écoute des pouvoirs publics et, quoique les décisions sur la programmation des expositions soient complètement séparées des sources de financement, ils voient beaucoup d’intérêt dans le fait de suivre de près ou accompagner les opérations d’aménagement ou de constructions qui se réalisent à Bordeaux.  Le projet urbain pour Bordeaux Une des premières collaborations entre Alain Juppé et Arc en rêve a été l’exposition « Projet urbain pour Bordeaux » qui a été accessible au public entre le 7 mars et le 1er juin 1997. Cette exposition avait comme objectifs : partager les initiatives du maire prévues durant son administration, informer les habitants de la ville pour qu’ils puissent exprimer leurs avis « en toute objectivité et surtout en toute connaissance » et faire comprendre que l’avenir de Bordeaux doit être le résultat d’une réflexion engagée par tous ses acteurs2. Pour les dix années à venir s’affichaient des changements radicaux pour la ville. Juppé anticipait l’aménagement des espaces publics, dont les places et les quais ; un plan d’illumination pour les bâtiments historiques ; la mise en place d’un nouveau système de transport ; le franchissement de la Garonne au niveau du cours du Médoc et de nombreux projets pour la rive droite, ainsi que pour l’union entre les quartiers du nord de Bordeaux (le Lac, Bassins à Flot et Bacalan) et des opérations pour Bordeaux Saint Jean et Belcier, entre autres.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.2 Brochure pour l’exposition « Projet urbain pour Bordeaux, Présentation publique »,arc en rêve, Bordeaux, 1997 78
  • 80. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Beaucoup ont perçu dans son intérêt pour Belcier, Bastide et Bacalan, l’influence directe de l’analyse faite par Rem Koolhaas dans son projet pour l’exposition de 19891. Les transformations annoncées visaient à inscrire Bordeaux dans la concurrence des grandes métropoles européennes, comme l’avait essayé aussi Chaban-Delmas. Le « Projet Pilote de Développement Urbain » a été présenté par Juppé à Bruxelles afin d’obtenir des subventions de l’Union Européenne. Ce dossier, composé de vingt-quatre actions à développer dans l’espace d’une année à partir du 30 juin 1999, faisait le point sur le fait que Bordeaux devait se distinguer par les activités de recherche et les grandes manifestations internationales qu’elle devait accueillir. Aussi, le projet présentait comme innovation le rapprochement des décideurs et des citoyens à travers les conseils de quartier et tout un système de communication des projets. De ce système font partie les présentations publiques des projets pour la ville, les évènements sur les lieux qui allaient être transformés et l’ouverture de bureaux d’information, entre autres2. Cela veut dire que dorénavant une importance était accordée à la diffusion des projets, à leur promotion au sein du public pour créer un climat favorable à leur réception. Les décisions urbanistiques de la ville ne seraient plus prises de manière isolée au sein de la Mairie, mais seraient communiquées, voire négociées. Un mécanisme qui, sans doute, a été possible grâce aux expériences précédentes faites par arc en rêve dans son investissement pour les opérations faites à Bordeaux. Cette participation lui a valu apparaître dans la liste officielle des acteurs du projet urbain de Bordeaux en tant qu’associés de celui-ci3.1 DARROQUY, op. Cit.2 GODIER Patrice, TAPIE Guy, Recomposer la ville, mutations bordelaises, ÉditionsL’Harmattan, Paris, 2004, p. 433 Ibid., p. 73 79
  • 81. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux  Le moment historique de l’installation du tramway Un des projets de l’administration Juppé qui a été diffusé par Arc en rêve fut celui de l’installation du tramway dans la ville, commémoré par l’exposition « tramway, l’exposition, urbanisme/architecture/design/ingénierie » (image 19), organisée entre le 4 juillet et le 21 décembre 2003, date de la mise en marche de la première ligne du réseau. Qualifié de moment historique, l’exposition honorait la contribution importante des différents intervenants qui ont façonné le nouveau moyen de transport de Bordeaux1. Le tramway se caractérise par ses innovations techniques, en particulier par son alimentation par le sol dans le centre de Bordeaux, afin de ne pas encombrer la vue avec les fils électriques. Ce système baptisé comme « Innorail » n’avait jamais été essayé auparavant et fut développé par les groupes Alstom et Spie-rail. Le choix du design des cabines a été fait suite à un concours organisé en 1998 et l’équipe lauréate a été l’agence Lanoire & Courrian, déjà familiers à Arc en rêve, en collaboration avec le groupe Absolute reality. Un autre concours a permis de choisir les designers du mobilier urbain et les paysagistes responsables de l’aménagement urbain. Pour ce dernier furent retenus les architectes Olivier Brochet, Emmanuel Lajus et Christine Pueyo, associés aux paysagistes de l’agence Signes et à Elizabeth de Portzamparc pour faire le mobilier2. La mise en place du tramway, approuvée en février 1997 et terminée en décembre 2003, a eu comme valeur symbolique l’unification des communes de l’agglomération au centre ville à travers le réseau de transport, mais a été le projet autour duquel se sont opérés des importantes transformations de toute la ville.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.2 Tramway, Le livre, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 2003 80
  • 82. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Des réaménagements ont été faits, en 2002 de la place Stalingrad et de l’Avenue Thiers ; en 2003 de la place Pey-Berland, de la rue Sainte- Catherine, la création du pôle d’échanges à l’esplanade des Quinconces et la construction des ateliers du tramway et enfin en 2004 la construction du parc-relais de la Buttinière1. Image 19 : Brochure publicitaire pour l’exposition « Tramway, l’exposition, urbanisme/architecture/design/ingénierie », arc en rêve centre d’architecture, 20031 COUSTET, SABOYA, op. Cit., p. 365 81
  • 83. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux d) L’influence d’Arc en rêve dans l’aménagement des quais de la Garonne et de la rive droite  Un antécédent de l’appel d’idées de 1989 : Regards et fictions sur la ville Dans le travail de fin d’études réalisé par Michel et Philippe Jacques avec Alain Charrier, Les rives de la Garonne à Bordeaux, regards et fictions sur la ville 1, on voit déjà des inquiétudes qui par la suite ont été abordées par les trois architectes dans leur parcours professionnel, les frères Jacques dans leur travail à Arc en rêve et Charrier à travers sa participation dans l’équipe de Dominique Perrault en 1993. Ce travail, composé principalement d’images (images 20 et 21) et de quelques extraits de textes littéraires comme par exemple de l’ouvrage d’Italo Calvino, Villes invisibles, est ouvert à différentes interprétations et veut nous inciter à de nombreuses réflexions. Ils ont choisi les rives de la Garonne par la manière dont elles marquent la relation de la ville avec le fleuve qui donnait une identité portuaire à la ville de Bordeaux. Cependant, la déclinaison de cette activité a laissé ces espaces libres pour que les habitants se les approprient selon une variété de possibilités.1 CHARRIER Alain, JACQUES Michel, JACQUES Philippe, Les rives de la Garonneà Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, (Réalisation à partir d’un travail personnelde troisième cycle à l’Unité Pédagogique d’Architecture de Bordeaux en mai 1979),Talence, octobre 1979 82
  • 84. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 20: Image de Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, p. 43Image 21: Image Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, p. 68 83
  • 85. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Premièrement, ils veulent nous montrer que l’aménagement des espaces de la ville dépasse la simple construction de bâtiments utilitaires. Dans ce cas particulier des quais de la Garonne, leur aménagement commence par être un problème d’urbanisme, de circulation de véhicules et de piétons, mais il doit être considéré surtout comme un enjeu de symbolisme, d’identité de la ville et de ses habitants. Ils évoquent la situation des rives comme sinistre et du fleuve comme éloigné de la ville (image 22 et annexes 1, images 23 et 24). C’est pour cela que ses propositions concrètes commencent par le déménagement du Port Autonome (entreprise qui occupait précédemment une grande surface des quais) et une reconversion des espaces libérés. Les hangars et entrepôts seraient transformés en centre polyvalent ou parkings ; la Garonne serait retrouvée grâce à des passerelles provisoires ; l’avènement de la cité moderne aurait été marqué par une tour sur la rive gauche. Mais au-delà du projet, les architectes mettent l’accent sur le fait que des changements dans la ville peuvent être provoqués quand ils commencent par des interventions au niveau individuel, ne fût-ce que par le rêve, par la création de scénarios imaginaires.Image 22 : Image de Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, p. 37 84
  • 86. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux  Le projet pour la Bastide de Ricardo Bofill La Bastide, le quartier situé dans la rive droite, juste en face de la Garonne, en dépit de sa position géographique avantageuse, tout au milieu du centre-ville, ne s’est pas développée au même rythme que la rive gauche. Elle était composée, à la fin des années 1990s de 75% de friches industrielles, ferroviaires et portuaires rémanents d’une activité industrielle qui avait presque disparue. Le 25% restant était composé par une zone d’habitat populaire, héritée des années 1950s et 1960s, d’environ 13 000 habitants1. La transformation du quartier avait déjà était envisagée à plusieurs reprises. En 1964 dans un plan proposé par l’architecte Pierre Mathieu ; en 1981 dans une étude faite par la Communauté Urbaine, la Ville et l’État, intitulée Aménagement du quartier de la Bastide, éléments pour un projet de rénovation urbaine qui envisageait l’amélioration de l’habitat et la revitalisation de l’industrie. Depuis cette époque la possibilité était envisagée de relier les deux rives par un pont ou un tunnel, mais le désengagement de l’État et le blocage des aides n’ont pas permis l’aboutissement de ce projet. En 1984 a été donc créé le « Cercle de la Rivière », une instance formée par la Ville, la Communauté Urbaine et la Chambre de Commerce et de l’Industrie, qui associés à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) ont constitué la société ARDEUR, abréviation de « Aménagement et rénovation pour le développement de l’environnement urbain de la Rive Droite ». ARDEUR a recruté l’architecte espagnol Ricardo Bofill pour faire des propositions sur la Bastide dans l’espérance d’attirer des investissements privés grâce à son prestige international. Bofill avait récemment complété un projet similaire dans la ville de Montpellier et le groupe souhaitait aussi se démarquer des références locales, d’où leur choix d’un architecte qui n’était pas bordelais2.1 GODIER, TAPIE, op. Cit., p. 182 GODIER, TAPIE, op. Cit., p. 20 85
  • 87. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Le projet de Bofill (image 23), présenté le 26 octobre 1987 (Annexes 1, image 25) était envisagé pour une durée d’entre vingt et vingt-cinq ans. Il proposait de relier les deux rives, soit par un tunnel, soit par un pont pivotant, au niveau du cours du Médoc. La Bastide aurait été composée par des équipements culturels, dont un musée des Beaux-arts et un auditorium, par des logements et par des canaux qui auraient donné une allure similaire à celle de Venise. Cependant, la principale caractéristique du projet de Bofill était « l’effet miroir » entre les deux rives, en autres termes, la copie du style des façades du XVIII siècle des bâtiments de la rive gauche aux nouvelles constructions envisagées pour le côté droit. Non seulement dans le style, mais aussi dans la disposition des éléments du projet, par exemple l’écho à la place des Quinconces et les colonnes rostrales de l’autre côté du fleuve en créant une autre place avec deux tours. En gros, son projet symétrique, monumental et Néoclassique a été qualifié comme une négation de la modernité1. Cette conception de l’urbanisme n’était pas étrangère à la ville de Bordeaux, car elle était très similaire à celle qui a été entreprise pour la restructuration du quartier Mériadeck dans les années 1960. Dans ce cas, cette zone a été jugée insalubre et a donc été complètement rasée pour construire des édifices modernes. C’est pour cela que l’imposition d’un modèle étranger à la condition ouvrière majoritaire du quartier par une esthétique « proche du décor de théâtre »2 et le possible effacement de la mémoire du lieu n’ont pas été bien accueillis.1 COUSTET, SABOYA, op. Cit., p. 3562 GODIER, TAPIE, op. Cit., p. 23 86
  • 88. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 23 : Images du projet de Ricardo Bofill pour la Bastide, Images du site web del’architecte (http://www.ricardobofill.com/, consulté en juin 2011), 1987  L’appel à idées d’Arc en rêve C’est dans ce contexte qu’en 1989 Arc en rêve a lancé un appel à idées pour offrir des alternatives au projet de Bofill. Sept agences d’architecture, toutes connues à l’échelle mondiale, ont été contactées : William Alsop et John Lyall ; Philppe Chaix et Jean-Paul Morel ; Jean Nouvel ; Christian de Porzamparc ; la Office for Metropolitan Architecture de Rem Koolhaas ; Santiago Calatrava et Zaha Hadid. A cette époque, les liens entre arc en rêve et ces architectes n’étaient pas encore consolidés. Seuls Jean Nouvel et William Alsop étaient déjà venus donner des conférences en 1988, et Zaha Hadid a été la première de tout le groupe à avoir sa propre exposition dans une des galeries de l’Entrepôt Lainé entre le 2 juin 1989 et le 23 juillet 1990. 87
  • 89. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux L’appel à idées portait principalement sur la rive gauche de la Garonne et avait comme espace principal trois kilomètres adjacents au fleuve. Cependant, il prenait aussi en compte les zones proches à cette surface, pour réfléchir sur sa relation entre les deux et comment ils pouvaient se développer dans le futur. Ceci élargissait le programme original de Bofill restreint à la Bastide et a donc montré que les enjeux de cette zone dépassaient le quartier. En effet, pendant plusieurs années, les quais ont été inaccessibles par l’implantation de hangars entourés de grilles et de grands parkings qui coupaient l’accès direct au fleuve. Les résultats de cet appel d’idées ont été montrés dans l’exposition « Bordeaux, Port de la Lune/Architecture 89 » au Musée des Beaux-arts de Bordeaux, entre le 21 décembre 1989 et le 25 mars 1990. Le catalogue de l’exposition, dans les textes qui le composent et les projets qui ont été proposées, se lit comme une dénonciation du projet de Bofill avec la seule subtilité de ne pas le mentionner explicitement. Tous les intervenants, et notablement M. Chaban-Delmas, ont insisté sur l’importance d’avoir un respect pour le patrimoine historique de la ville mais aussi sur le fait que ce patrimoine ne doit pas se convertir en une excuse pour que les architectes ne proposent pas des solutions innovatrices. Le Néoclassicisme et le pastiche ont été assimilés à une recherche de sécurité, à une volonté de ne pas prendre des risques et même à une attitude régressive. Tous ont affirmé que le futur de l’architecture et celui de Bordeaux devrait se construire à partir d’un regard contemporain1. Patrice Godier, sociologue et Guy Tapie, historien de l’architecture, tous les deux enseignants à l’École d’architecture de Bordeaux et auteurs d’ouvrages sur les transformations urbanistiques subies par Bordeaux dans les dernières décennies, ont développé dans leur ouvrage Recomposer la ville, mutations bordelaises, les concepts que Francine1 Bordeaux, Port de la Lune : architecture 89, arc en rêve centre d’architecture,Bordeaux, 1989 88
  • 90. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Fort a évoqués dans le catalogue de l’exposition1, à propos des démarches suivies par les architectes. Les différents niveaux de propositions des architectes ont été de l’ordre théorique, méthodologique et poétique. Le principe théorique viendrait du fait d’essayer de prouver que l’architecture contemporaine peut transformer les villes modernes, même si celles-ci ont un important héritage historique, ce qui ne les conditionne pas au pastiche. La méthodologie suivie par ce concours était le contraire à la pratique habituelle de donner à l’architecte un programme et espérer un projet. Ici, les architectes avaient toute la liberté de proposer un programme en fonction de ce que chacun considérait comme une priorité pour la ville. Et finalement, la création d’une nouvelle esthétique et la mise en valeur de l’Histoire sans être confinée par elle découlait d’une intention poétique2. Pour les propositions, quelques architectes ont mis l’accent sur le franchissement de la rivière, soit par un tunnel invisible quand la marée est haute, dans le cas de William Alsop et John Lyall, soit par un pont pivotant fait par Santiago Calatrava dans son style caractéristique. Une autre démarche a été de se concentrer sur les constructions qui s’implanteraient sur les quais. C’est le parti qui a été adopté par Philippe Chaix et Jean-Paul Morel qui ont imaginé des prismes perpendiculaires transparents et décollés du sol tout au long des berges du fleuve ; Zaha Hadid a imaginé une séquence de volumes pour la rive ; Christian de Portzamparc (image 24) a envisagé une série de structures temporaires et mobiles qui permettent d’accueillir une variété d’activités selon les saisons et finalement, l’équipe de Jean Nouvel, Emmanuel Cattani & Associés ont proposé de ne pas changer la nature des quais et de leur superposer de nouvelles structures qui auraient évoqué les navires qui ont abandonné la Garonne. De son côté, Rem Koolhaas a élargi l’analyse du site au-delà des quais pour mettre en valeur deux pôles de la ville : la gare Saint-Jean au sud et les Bassins à Flot au nord ; il les a1 Ibid., p. 52 GODIER, TAPIE, op. Cit., p.30 89
  • 91. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux reliés par un pont et a imaginé un arc sur la rive droite qui aurait créé un boulevard périphérique interne.Image 24 : Projet de Christian de Portzamparc pour l’appel à idées « Bordeaux, Port de laLune/Architecture 89 », image du site web de l’architecte :http://www.chdeportzamparc.com/, 1989 Les projets n’ont pas été assimilés positivement par le Cercle de la Rivière qui a critiqué leur critique leur valeur utopique et les a perçu comme non-réalisables. Cette opposition entre l’aspect symbolique et culturel d’un projet et son côté pratique et technique n’est certes pas nouvelle, on pourrait même dire que tout projet d’architecture doit faire preuve d’équilibre entre ces deux aspects. L’innovation dans cet appel à idées se trouve dans la contestation, la critique d’une proposition qui n’a pas satisfait la recherche d’identité et de modernité. Cependant, l’exposition non seulement a repoussé le projet de Bofill, mais a doublé les expectatives des citoyens et a aussi influencé les projets futurs. L’important écho du concours a été possible en grande partie par la proximité du Maire Chaban-Delmas avec Arc en rêve, par sa réceptivité à des alternatives au projet de Bofill, mais aussi par le choix des architectes de grand prestige. Une fois le projet de Bofill délégué au deuxième plan, le Maire a décidé d’entreprendre une nouvelle initiative, le « Projet des Deux-Rives » en 1991. C’est à partir de ce point que les enjeux se sont multipliés, englobant la rénovation de la Bastide, mais aussi les quais et le port, dans ses relations avec le reste de la ville. 90
  • 92. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Le projet était dirigé par un comité du même nom (dont a fait partie François Barré, par son poste de délégué aux arts plastiques et futur président de l’association Arc en rêve). Pour le nouveau projet, le comité a fait appel à cinq architectes : Massimiliano Fuksas, Rem Koolhaas, Jean Nouvel, Dominique Perrault et Christian de Portzamparc. Perrault a été choisi comme lauréat et a choisi l’architecte Alain Charrier –un des auteurs du travail de fin d’études sur les rives de la Garonne en 1979, avec Michel et Philippe Jacques- pour suivre les opérations.  Le Projet des Deux Rives de Dominique Perrault Le projet des Deux-Rives, élaboré en 1994 par Perrault (image 25 et annexes 1, image 26), était conceptuellement le contraire de celui de Bofill, dans son intention de valoriser les différences entre les deux rives au lieu de vouloir les uniformiser. Cependant, il reprenait la construction d’un tunnel et d’un pont pour traverser le fleuve. Perrault ne s’est pas concentré sur la planification de bâtiments signes qui auraient constitué l’identité de son projet, mais à sa place il proposé un plan flexible qui aurait pu être rempli au fur et à mesure que les conditions économiques auraient été favorables. L’architecte et son projet ont été diffusés à travers deux expositions, ouvertes au public le 16 juin 1994 toutes les deux. Tandis qu’à l’Entrepôt Lainé était montrée une exposition monographique sur le parcours professionnel de Perrault (du 16 juin au 6 octobre 1994), dans le hangar 15 de Bordeaux se présentait « Bordeaux les deux rives », cette dernière accessible pendant six mois, jusqu’au 18 décembre 1994. L’apport de ces expositions, surtout celle du projet sur les quais, a été de provoquer un impact sur l’imaginaire du public en projetant des nouveaux usages pour ces espaces, qui incluaient aussi des zones de récréation près du fleuve1.1 GODIER, TAPIE, op. Cit., p. 35 91
  • 93. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 25 : Projet de Dominique Perrault pour l’aménagement des deux rives de la Garonne à Bordeaux, images du site web de l’architecte : http://www.perraultarchitecte.com/, 1994 Avec l’entrée d’Alain Juppé en 1995, le projet de Perrault a été progressivement modifié jusqu’à être finalement abandonné. Perrault et Charrier ont été chargés du plan d’aménagement du premier secteur de la Bastide, la Zone d’Aménagement Concerté Cœur de la Bastide. Après que le plan du secteur fût approuvé, Perrault s’est retiré et Charrier resta comme architecte-urbaniste coordonnateur pendant les huit années suivantes1. Comme part de la série de transformations de la ville annoncées dans son projet urbain de 1996, le maire a mis en place un nouveau concours pour l’aménagement des quais en 1999, dont le lauréat a été l’architecte Michel Courajoud.1 COUSTET, SABOYA, op. Cit., p.363 92
  • 94. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux La proposition de Courajoud est, dans ses propres termes, dépourvue d’extravagances1. Il rompt définitivement avec le lien portuaire pour créer un espace de rencontres et promenades autour de jardins (image 26) et du plébiscité miroir d’eau devant la Place de la Bourse (image 27) qui crée un reflet de ses édifices. Le projet de Courajoud a remporté le Trophée de l’aménagement urbain en 2008 et, d’après le Maire, l’inscription du Port de la Lune au Patrimoine mondial par l’UNESCO en 2007 a été en partie impulsée par cet aménagement 2. Dans l’ouvrage édité par Arc en rêve sur l’aménagement final des quais, Juppé qualifie le projet de Courajoud comme ambitieux, respectueux du patrimoine, exceptionnel, mais aussi proche des usages, capable de mettre en valeur la façade des bâtiments devant les quais sans réclamer l’attention pour lui-même, comme s’il avait été un geste isolé du reste de la ville. Dans ce contexte, une question inévitable se pose : l’appel à idées de 1989, avait-il comme objectif seulement de montrer les alternatives à un projet indésirable ou les propositions se posaient-elles comme véritablement réalisables ? Car il peut être facilement argumenté que « proche des usages » n’est certainement pas un qualificatif qui pourrait être employé pour certains des projets présentés. Certes, ils sont ambitieux et envisagent des possibilités nouvelles pour les espaces autour du fleuve, mais les aspects de faisabilité technique et économique ne sont pas mentionnés pour aucun d’entre eux. Pour l’historien de l’art Robert Coustet, l’exposition a servi à unir les deux rives dans tous les projets futurs et à ne pas les considérer isolément, mais ils sont restés comme utopiques3. Dans ce sens là, c’était presque inévitable pour Juppé de faire appel à un nouveau concours pour avoir un projet qui trouve le moyen de proposer des changements radicaux d’une manière plus subtile et qui ne détourne pas l’attention des bâtiments historiques.1 Entretien de Michel Courajoud avec Sylvie Groueff, dans Les Quais, Bordeaux,1999 – 2009, Éditions Confluences, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux,2009, p. 129 - 1392 Ibid., p. 63 Ibid., p. 163 93
  • 95. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 26 : Vue d’une partie des quais de la Garonne dans la rive gauche, d’après le projetde Michel Courajoud, cl. Marcela Garcia, 2011Image 27 : Vue du miroir d’eau devant la Place de la Bourse, d’après le projet de MichelCourajoud, cl. Marcela Garcia, 2011 En vue de la tournure des évènements, l’appel à idées de 1989 peut paraître une initiative qui n’a pas produit les résultats espérés. Mais il est clair qu’elle a marqué un changement dans la dynamique des projets urbanistiques qui se dérouleraient désormais à Bordeaux. Dorénavant, une importance serait accordée au projet, mais aussi à sa diffusion et promotion au sein du public pour créer une réception favorable. Les projets des architectes consultés en 1989 ou même celui de Dominique Perrault de 1994 n’ont pas abouti, mais le mécanisme pour rapprocher les citoyens au procès de prise de décisions urbanistiques de leur ville serait irréversible. 94
  • 96. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Arc en rêve serait désormais un outil de présentation ou de consultation des projets de la municipalité, l’aménagement des quais a pris une nouvelle direction qualifiée comme réussie et il y a un consensus général sur le prestige et la reconnaissance qui ont été acquises par le centre d’architecture à partir du concours de 1989. 95
  • 97. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Conclusions Tout au long de ce mémoire, nous avons voulu montrer qu’Arc en rêve remplit plusieurs fonctions dans la ville de Bordeaux. Il est un complément à la formation en architecture qui actuellement ne s’intéresse en aucune manière au rapprochement des futurs architectes avec ceux qui seront plus tard leurs clients ; il est lieu de rencontres et de débats entre les citoyens et les architectes. Son orientation est également répartie entre la diffusion des productions internationales à Bordeaux et la portée d’un nouveau regard sur les productions locales et nationales. Il reste encore à voir les résultats obtenus par l’atelier pédagogique sur les générations d’enfants qui ont assisté à ses animations, mais aux moins nous pouvons souhaiter que le travail d’architecte ne soit plus pour eux ce sujet ésotérique et élitiste. Peut être certains auront même senti l’appel de la carrière naître en eux après avoir participé à l’atelier. Bien que le quartier des Diversités issu de sa collaboration avec Domofrance n’ait pas réussi complètement, il n’en reste pas moins une tentative ambitieuse avec des leçons que l’association ou d’autres qui lui succèderont prendront en compte pour le futur. C’est le même cas avec les projets urbains qui se mettront en place à Bordeaux. Le modèle a été établi : les propositions urbanistiques sont désormais présentées sous la forme d’expositions dans les galeries d’architecture de l’Entrepôt Lainé. Récemment, lors du vernissage pour l’exposition « Bordeaux euratlantique, concours d’urbanisme pour Saint-Jean Belcier »1, sur le concours et le projet choisi pour l’aménagement de ce quartier près de la gare Saint-Jean, une habitante du quartier s’est adressée aux architectes lauréats en leur disant qu’elle et ses voisins étaient satisfaits de la proposition, mais qu’ils resteraient vigilants quant à son exécution.1 Exposition présentée entre le 1er avril et le 29 mai 2011 96
  • 98. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Il reste encore à considérer la question de l’influence d’Arc en rêve sur le développement de Bordeaux. Au vu de tout ce que nous avons étudié, pouvons-nous parler d’une influence du centre sur la ville ? Est-ce que Bordeaux aurait été la même si Arc en rêve n’avait jamais existé ? Interrogé à ce sujet, Michel Jacques pense que le centre a une influence certaine, mais il ne la considère pas décisive. En tout cas, elle est suffisante pour faire de Bordeaux une ville plus exigeante en matière d’architecture que d’autres villes régionales1. Il est vrai que le centre ne peut pas éviter qu’on continue à construire de nos jours des bâtiments qui ressemblent aux édifices du XVIII siècle, ou que s’ils avaient le choix entre une échoppe et une maison contemporaine beaucoup de gens continueraient à choisir la première, mais Arc en rêve donne une voix et une pertinence à l’architecture contemporaine qui fait que Bordeaux trouve un équilibre entre l’histoire et l’avenir que beaucoup d’autres villes ne sont pas capables d’établir. Une autre interrogation se pose inévitablement : l’avenir d’Arc en rêve. L’association et le centre pourraient être un modèle transposable dans d’autres villes et d’autres pays dans le sens qu’il pourrait exister des centres d’expositions d’architecture contemporaine qui proposent un point de vue critique sur les projets et les bâtiments qui sont conçus en ces lieux, mais deux choses ont été cruciales pour le succès d’Arc en rêve qu’on trouvera rarement ailleurs : d’une part l’écoute de la part des pouvoirs publics, la réceptivité de la part de maires qui ont le plus grand intérêt pour leur ville, et d’autre part l’engagement inébranlable de ses membres. Michel Jacques a exprimé que la structure a été faite avec un objectif de pérennité et de transmission dans son intégralité2 et nous souhaitons que ce soit ainsi. Mais nous aurions voulu qu’elle ait pu être transmise ailleurs de nos jours, qu’il y ait des collaborations plus fréquentes, que d’autres gens aient aussi la possibilité d’accéder aux plaisirs de l’architecture.1 Entretien avec Michel Jacques du 21 mars 2011.2 Ibid. 97
  • 99. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux BibliographieTravaux d’étudiants :CHARRIER Alain, JACQUES Michel, JACQUES Philippe, Les rives de laGaronne à Bordeaux, Regards et fictions sur la ville, (Réalisation à partir d’untravail personnel de troisième cycle à l’Unité Pédagogique d’Architecture deBordeaux en mai 1979), Talence, octobre 1979AUGEREAU Laure, Cultures architecturales ? L’éveil à l’espace chez l’enfantà travers son expérience sensible, École Nationale Supérieure d’architecturede Nantes, 2000MAIGRET Julie (Sous la direction de Michel JACQUES), Assistante aucommissariat d’exposition, Master II Métiers du patrimoine monumental etmobilier, arc en rêve centre d’architecture, Université Michel de Montaigne,Bordeaux III, Talence, 2008MÉTAIS Anne-Sophie, Arc en Rêve centre d’architecture, Mémoire duDiplôme d’Études Supérieures Spécialisées « Management des organisationset entreprises de service public », Institut d’Études Politiques de Bordeaux,Bordeaux, 2000ROUSSET Aurore (Sous la direction de Jacques BOULET et MarcBOUDIER), Arc en rêve, un centre d’architecture à Bordeaux, École NationaleSupérieure d’Architecture de Paris-La Villette, Paris, 2004ZGUREANU Doïna, Mise en place et gestion du projet d’une grandemanifestation culturelle : Arc en rêve organise « Mutations », Rapport de stagedu Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées de Gestion Publique, Institutd’Études Politiques de Bordeaux, Bordeaux, 2000Ouvrages36 modèles pour une maison, Éditions Périphériques, Paris, 1997COUSTET Robert, SABOYA Marc, Bordeaux : la conquête de la modernité,architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003,Éditions Mollat, Bordeaux, 2005GODIER Patrice, TAPIE Guy, Recomposer la ville, mutations bordelaises,Éditions L’Harmattan, Paris, 2004LAJUS Pierre, RAGOT Gilles, L’architecture de la maison individuelle,Conditions d’intervention de l’architecte sur la conception de maisonsindividuelles, Plan Construction et Architecture, Paris, juin 1997RINGON Gérard, Histoire du métier d’architecte en France, Pressesuniversitaires de France, Paris, 1997 98
  • 100. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxTAPIE Guy, Les architectes : mutations d’une profession, ÉditionsL’Harmattan, Paris, 2000TAPIE Guy (sous la direction de.), Maison individuelle, architecture, urbanité,Éditions de l’Aube, Le Moulin du Château, 200536 modèles pour une Maison, Éditions Périphériques, Paris, 1997Ouvrages produits par Arc en rêveArc en rêve centre d’architecture, L’album des 25 ans, Yellow 25, Éditeurpresse papier, Bordeaux, 2006Bordeaux, Port de la Lune : architecture 89, arc en rêve centre d’architecture,Bordeaux, 1989Brochure pour l’exposition « Projet urbain pour Bordeaux, Présentationpublique », arc en rêve, Bordeaux, 1997En attendant la ville avec les enfants, action 82, arc en rêve, atelier publicd’architecture, urbanisme et de l’environnement, Bordeaux, 1982Étude – animation : Bois de Rivière, Bordeaux, Direction Régionale del’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 1993FORT Francine, JACQUES Philippe, LACATON Anne, PENA Michel,RATHIER Francis, Le Bois de Rivière, d’une propriété privée à un équipementpublic, Rapport d’une étude-animation, Arc en rêve, atelier publicd’architecture, d’urbanisme et de l’environnement, Bordeaux, septembre 1984Les Quais, Bordeaux, 1999 – 2009, Éditions Confluences, arc en rêve centred’architecture, Bordeaux, 2009Site web du centre : Arc en rêve, expositions 1982 > 2010,http://www.arcenreve.com/Pages/expos.htm, consultée le 25 mai 2011Tramway, Le livre, arc en rêve centre d’architecture, Bordeaux, 2003Voisins – voisines, nouvelles formes d’habitat individuel en France, PlanUrbanisme, construction, architecture, arc en rêve centre d’architecture, Citéde l’architecture et du patrimoine, Le Moniteur, Bordeaux, 2006Articles de périodiques spécialisésBAYLE Christophe, « Concours Bordeaux, vent frais sur le port de la Lune »,Urbanismes, #236, avril 1990, p.94 - 97BOSSI Laura, « Est-Ouest / Nord-Sud », Domus, #871, juin 2004, p. 3 99
  • 101. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxCIVIDINO Hervé, « Apprendre l’espace. Expériences pédagogiques auprèsdes plus jeunes », Techniques et architecture, #415, septembre 1994, p. 82 –87ESCOLIN Bertrand, « L’œuvre d’Alexandre Chemetoff présentée à Arc enrêve », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, 17 juillet 2009ESCOLIN Bertrand, « Rosa Parks, un projet expérimental d’habitat semi-collectif à Floirac », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, n°5577,15 octobre 2010GROUEFF Sylvie, « Arc en rêve : bousculer les certitudes », dans le dossier« À l’école de la ville », Urbanisme, #327, novembre – décembre 2002, p. 37 –74HOUZELLE Béatrice, « Bordeaux : le renouveau de l’Entrepôt Lainé »,Techniques & Architecture, #392, 1990, p. 17 - 20LOOTSMA Bart, « A fashionable and necessary series of exhibitions»,Domus, #873, septembre 2004, p. 2 - 3PALMESINO John, « Double invisibility », Domus, #847, avril 2002, p. 33 - 35SOMMARIVA Elena, « Alexandre Chemetoff », Domus, #927, juillet – août2009, p. 12SOMMARIVA Elena, « L’architecture, c’est moi », Domus, #935, avril 2010,p.6 - 7SOTTSASS Ettore, « Voisins – voisines. Nouvelles formes d’habitat individuelen France », Domus, décembre 2005, #887, p. 10SOULEZ Juliette, WEBER Julie, « Dossier thématique : l’enseignement del’architecture en France », Archistorm, #38, septembre – octobre 2009, p. 58 –68SOWA Axel, « Cecil Balmond, the mystic of numbers», Domus, #869, avril2004, p.2 – 5« British design and architecture», Domus, #828, juillet – août 2000, p.VI« Charlotte Perriand in Bordeaux », Domus, #796, septembre 1997, p. VIII« Economy and design», Domus, #800, janvier 1998, p. V« Frank O. Gehry on display at the arc en rêve in Bordeaux», Domus, #823,février 2000, p. IV« OMA – BMD », Domus, #802, mars 1998, p. I 100
  • 102. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux« Portrait of a region», Domus, #818, septembre 1999, p. XV« Show on Jacques Hondelatte in Bordeaux», Domus, #812, février 1999, p.IVArticles de presse quotidienneDARROQUY José, « L’archi sans chichi », Spirit, #27, février 2007, p. 4 – 5DE BAECKE Antoine, « La ville est spécifique », Sud-ouest, 27 novembre2009DE LAAGE Dominique, « Les rescapés de l’Entrepôt », Sud-ouest, 6 janvier2006DELHOUNEAU Olivier, « L’audace à la vigne », Sud-ouest, 6 décembre 2007DELNESTE Yannick, « Moderne Koolhaas », Sud-ouest, 5 octobre 2009DELVALLÉE Julie, « Chemetoff joue les guides de son exposition, Sud-ouest,7 juillet 2009GILLES Jean-Bernard, « Arc en rêve sur son 31 », Sud-ouest, 2 octobre 2008GODFREY Dominique, « Mondialisation d’architecture », Sud-ouest, 8 février2003GODFREY Dominique, « Un nouveau voisinage », Sud-ouest, 4 décembre2008LASERRE Benoît, « La ville dans ses murs », Sud-ouest, 5 avril 2003QUÉHEILLARD Jeanne, « Bordeaux sort de sa réserve », Intramuros, n°135,mars/avril 2008, p. 62 – 72PONS Hervé, « Le logement social s’expose au “Carré “ », Sud-ouest, 19octobre 2009ROUSSET Julien, « L’agglo sur le divan », Sud-ouest, 12 mars 2010ROUSSET Julien, « Le bilan mitigé des Diversités », Sud-ouest, 16 juin 2010ROUSSET Julien, « Lyon à Bordeaux », Sud-ouest, 8 juin 2010« Bâtissons et redonnons de la dignité au local », Sud-ouest, 10 octobre 2008« Une maison en bois façon jeu de construction », Sud-ouest, 17 novembre2010« Rem Koolhaas à Arc en rêve », Sud-ouest, 3 octobre 2009 101
  • 103. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux ANNEXES 1: IMAGESPremière partie: Localisation Image 28: Entrepôt et quai des Chartrons, Fonds iconographique des Archives Municipales, cote : XXI G 5, XIX siècle Image 29 : vue intérieure de la Galerie d’architecture, exposition « BIG – Bjarke Ingels Group, architectes, Copenhague, Yes is more », du jeudi 17 juin au 19 décembre 2010, cl. Marcela Garcia 102
  • 104. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 30 : vue intérieure de la grande nef de l’Entrepôt Lainé, cl. Marcela Garcia,2011Image 31 : vue intérieure d’une des salles de la Galerie d’architecture, lors del’exposition « Ronan & Erwan Bouroullec, designers, Paris, album », du 27 janvierau 15 mai 2011, cl. Marcela Garcia, 2011Image 32 : vue intérieure d’une des salles de la Galerie blanche lors del’exposition « Bordeaux euratlantique, concours d’urbanisme pour Saint-JeanBelcier », du 1er avril au 29 mai 2011, cl. Marcela Garcia, 2011 103
  • 105. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxDeuxième partie : Arc en rêve pour les architectes Image 33 : Projet de Christophe Bouriette « Escale spectacle, mille et une nuits sur la Garonne », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994 Image 34 : Projet de Jean-Philippe Lanoire : « Un espace de communication et d’exposition pour l’architecture, hangar 11 », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994 Image 35 : Projet de Laurent Portejoie : « Entre Soulac et le Verdon sur mer, un restaurant… », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994 104
  • 106. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 36: Projet de Paul Marion : « L’hôtel du passage du Nord-Ouest, pont d’Aquitaine », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994 Image 37 : Projet de Pierre-Yves Portier : « Cabanes, Finistère », Dépliant de l’exposition « 7 travaux de fin d’études à l’École d’architecture de Bordeaux », arc en rêve centre d’architecture, 1994Troisième partie : Arc en rêve pour le publicImage 38 : Toponymie du Bois de Rivière, Étude – animation : Bois de Rivière,Bordeaux, Direction Régionale de l’Équipement, Aquitaine, arc en rêve centred’architecture, Bordeaux, 1993, p. 32 105
  • 107. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 39 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 1, Raphaëlle Hondelatteet Mathieu Laporte, cl. Marcela Garcia, 2011Image 40 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 3, Florence Champiot, cl.Marcela Garcia, 2011 106
  • 108. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 41 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 4, Sophie Dugravier etEmmanuelle Poggi, cl. Marcela Garcia, 2011Image 42 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 5, Nathalie Franck, cl.Marcela Garcia, 2011Image 43: Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 7, Bernard Bühler, cl.Marcela Garcia, 2011 107
  • 109. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 44 : Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot A, Agence Saint-Projet, cl. Marcela Garcia, 2011Image 45: Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot C1, Bernard Bühler,cl. Marcela Garcia, 2011Image 46 : Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot C2, PatrickHernandez, cl. Marcela Garcia, 2011 108
  • 110. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 47 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot D, Raphaëlle Hondelatte etMathieu Laporte, cl. Marcela Garcia, 2011Image 48 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot E, Sophie Dugravier etEmmanuelle Poggi, cl. Marcela Garcia, 2011 109
  • 111. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Image 49 : Vues intérieures de l’exposition « l’architecture modulaire, une nouvelle aventure avec aquitanis, rosa parks + sylvania », cl. Marcela Garcia, 2011Quatrième partie : Arc en rêve pour la ville de Bordeaux Image 50 : Port Autonome de Bordeaux, vue d’ensemble des quais, la terrasse sud des Quinconces, carte postale éditions Berjaud à Bordeaux, Fonds Iconographique des Archives Municipales, cote : XXI E 14, milieu du XX siècle 110
  • 112. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 51: Le port de Bordeaux avec ses quais, carte postale, FondsIconographique des Archives Municipales, cote : X G 40, 1970Image 52 : Projet de Ricardo Bofill pour la Bastide, Image du journal Sud-ouest du29 octobre 1987, page I 111
  • 113. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à BordeauxImage 53 : Images du projet de Dominique Perrault pour l’aménagement des deuxrives de la Garonne à Bordeaux, images du site web de l’architecte :http://www.perraultarchitecte.com/, 1994 112
  • 114. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux ANNEXES 2Inventaire des expositions réalisées dans le centred’architecture Arc en rêve entre 1981 et juin 2011 Nature de # Nom de lexposition Architecte Dates Année lexposition 3 décembre Enfants & Construction, 1982 - 14 1 Images urbaines janvier 1982 1982 Locale La Construction Moderne, 2 mai - 21 mai 2 IFA - Paris 1983 1983 Nationale In-Cohérences, Environnement quotidien 9 décembre et folie, CCI Beaubourg - 1983 - 14 3 Paris janvier 1984 Nationale Enfants & Construction en 14 février - 24 4 liberté février 1984 Locale Massimiliano Fuksas, Fuksas & Sacconi, Giuseppe 2 avril - 28 5 architectes, Rome Sacconi avril 1984 Internationale 1984 Le Bois de Rivière, dune propriété privée à un 9 mai - 17 juin 6 équipement public 1984 Locale Saint - Michel, refaire le 25 juin - 2 7 quartier ensemble juillet 1984 Locale 18 octobre - 17 novembre 8 4 X Plans sur… 1984 Locale 23 novembre - 15 Histoires de participer, IFA - décembre 9 Paris 1984 Nationale 11 janvier - 25 10 Politique urbaine, Revue H janvier 1985 Nationale 1985 Bauhausfotografie (avec le 4 février - 27 11 Goethe Institut) février 1985 Internationale 113
  • 115. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Aldo Rossi, architecture ville théâtre (avec lArdepa 29 avril - 2212 - Nantes) Aldo Rossi mai 1985 Internationale 16 septembre Aldo Rossi 2, architecte, - 19 octobre13 Milan Aldo Rossi 1985 Internationale 4 novembre - LEixample de Barcelona, 30 novembre14 lurbanisme de Barcelone 1985 Internationale Vincent Vincent Bécheau & Marie- Bécheau, 16 décembre Laure Bourgeois, designers, Marie-Laure 1985 - 1er15 Bordeaux Bourgeois février 1986 Locale Herman Hertzberger, Herman 24 février - 2916 architecte, Amsterdam Herzberger mars 1986 Internationale Bernard Reichen, Reichen & Robert, Philippe 5 mai - 14 juin17 architectes, Paris Robert 1986 Nationale Atrium Casino de Dax, 3 juin - 14 juin 198618 concours 1986 Nationale 18 juin - 2819 Habiter lécole juin 1986 Locale 6 octobre - 22 Architecture Studio, Architecture novembre20 architectes, Paris Studio 1986 Nationale Architecture à Découper (avec Stichting 6 janvier - 2121 Kunstprojecten) mars 1987 1987 Internationale Emilio Ambasz, architecte 14 mai - 422 designer, New York Emilio Ambasz juillet 1987 Internationale Tadao Ando, architecte, 25 janvier, 2023 Tokyo Tadao Ando mars 1988 Internationale Arquitectonica, architectes, 29 avril - 17 198824 Miami Arquitectonica juillet 1988 Internationale Manuel Graça Dias, Manuel Graça 3 juin - 1725 architecte Dias juillet 1988 Internationale 114
  • 116. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 30 septembre - 27 Sylvain Dubuisson, Sylvain novembre26 designer, Paris Dubuisson 1988 Nationale Christian Hauvette, Jacques 17 octobre - Hauvette/Hondelatte/Soler, Hondelatte, 11 décembre27 architectes, Paris/Bordeaux Francis Soler 1988 Locale Zaha Hadid, architecte, 2 juin - 2328 Londres Zaha Hadid juillet 1990 Internationale 21 décembre 1989 Bordeaux, Port de la Exposition 1985 - 2529 Lune/Architecture 89 collective mars 1990 Locale 22 octobre - 25 novembre30 arc en rêve - laboratoire 1991 Locale 22 octobre Exposition 1990 - 631 Ouvertures collective janvier 1991 1990 Internationale Logements rue Maurice à 30 novembre Bordeaux, Bernard Bühler, Bernard 1990 - 632 architecte, Bordeaux Bühler janvier 1991 Locale Immeuble dhabitation à Jacques Bordeaux, Hondelatte- Hondelatte, 8 février - 24 Lacaton-Vassal; Maison du Anne Lacaton, Locale mars 1991 Japon à Paris, Lacaton-Lewis- Jean Philippe Vassal, architectes, Bordeaux Vassal33 1991 Brochet-Lajus- Pueyo, Epinard 4 de Bordeaux, architectes, 8 février - 7 Bleu, Bertrand Locale designers avril 1991 Nivelle, Eric Raffy34 Cartes postales darchitecture, 12 5 avril - 26 mai Locale bâtiments/Bordeaux 1920 - 199135 1990 115
  • 117. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux William Alsop, 13 mai - 1 William Alsop, architecte - John Lyall, Ian septembre Internationale Londres36 Störmer 1991 Institut des matériaux composites /Martillac, De Jean De 14 juin - 1er Giacinto - Loisier; Espace Giacinto, Alain septembre Locale Social de la SEP/Le Haillan, Loisier, Jean 1991 Ferrando - De Giacinto - Ferrando Loisier, architectes, Bordeaux37 28 septembre - Exposition Designers de Bordeaux 1er novembre Locale collective38 1991 28 septembre VIA, les industries françaises Exposition - 1 décembre Nationale de lameublement collective 199139 Laurent Duplantier, Immeuble 18 octobre - 25 rue C. Godard à Bordeaux, Laurent 1er décembre Locale Maison à Arcachon, Maison Duplantier 1991 au Cap-Ferret40 6 décembre Philippe Apeloig, graphiste, Philippe 1991 - 23 Nationale Paris Apeloig41 février 1992 Lapeña-Torres, 23 janvier - 12 4 de Barcelone Llinás, Mateo, Internationale avril 1992 Miralles42 Hubert Tonka, Jeanne-Marie Hubert Tonka, 6 mars - 19 Sens, éditeurs darchitecture, Jeanne Marie Nationale avril 1992 Paris Sens43 1992 Norman Foster, projets 11 mai - 20 récents 1990 - 1992, Norman Foster septembre Internationale architecte, Londres 199244 Elizabeth Diller, Diller + Scofidio, architectes, 8 octobre 1992 Ricardo Internationale New York - 3 janvier 1993 Scofidio45 116
  • 118. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 4 décembre Alvar Aalto, Alvar Aalto 1992 - 22 Internationale architecte/designer, Helsinki46 janvier 1993 Architectures entre Gironde Exposition 5 février / 28 et Pyrénées, 8 bâtiments Nationale collective mars 1993 nouveaux 199247 Antonio Citterio & Terry Antonio 25 mars - 31 Dwan, architectes/designers, Citterio, Terry Internationale mai 1993 Milan Dwan48 Banlieue Centre-ville, aller et 5 mai - 6 juin retour, atelier pédagogique - Locale 1993 arc en rêve49 Steven Holl, architecte, New 17 juin - 29 Steven Holl Internationale York août 199350 1993 17 juin - 26 Martin Szekely, designer, Martin Szekely septembre Nationale meublier, Paris 199351 14 octobre Jean Nouvel, architecte, Paris Jean Nouvel 1993 - 23 Nationale janvier 199452 Quest-ce quils fabriquent? 4 novembre Atelier pédagogique - arc en 1993 - 20 Locale rêve février 199453 Exposition publique du projet 17 décembre de la Cité judiciaire de Richard Rogers 1993 - 28 Locale Bordeaux, Richard Rogers, janvier 1994 architecte54 Habiter/14 à 22 bis rue 27 janvier - 30 Maurice à Bordeaux, Bernard Bernard Bühler septembre Locale55 Bühler, architecte, Bordeaux 1994 1994 Trois projets pour laéroport Exposition 3 février - 20 Locale de Bordeaux Mérignac collective février 199456 117
  • 119. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Mnémo architecture de Némo, Alain mémoire, Némo, Alain 10 février - 20 Domingo, Nationale Domingo et François Scali, mars 1994 François Scali architectes, Paris57 April Greiman, graphiste- 3 mars - 8 mai April Greiman Internationale designer, Los Angeles 199458 Richard Sapper, pour Alessi, 2 juin - 6 Artemide, IBM, designer, Richard Sapper Internationale octobre 1994 Milan59 Bordeaux les deux rives, présentation publique du 16 juin - 18 Dominique projet daménagement conçu décembre Locale Perrault par Dominique Perrault, 1994 architecte et urbaniste, Paris60 16 juin - 18 Dominique Dominique Perrault septembre Locale Perrault61 1994 Habiter/209 & 213 cours de la 12 octobre Marne, Michel Sadirac, Michel Sadirac Locale 1994 architecte, Bordeaux62 7 travaux de fin détudes à 13 octobre - 6 Exposition lécole darchitecture de novembre Locale collective Bordeaux 199463 Jeune architecture 20 octobre - 25 Exposition britannique, 12 équipes novembre Internationale collective darchitectes, Londres 199464 François Résidence Poyenne, Marzelle, 28 novembre Résidence Sonacotra, 16-20 Isabelle 1994 - 17 Locale rue Poyenne à Bordeaux Manescau, janvier 1995 Édouard Steeg65 Luc Arsène-Henry Jr et Alain Luc Arsène- 25 novembre Triaud, architectes associés - Henry Jr, Alain 1994 - 15 Locale66 Bordeaux Triaud janvier 1995 118
  • 120. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Marie Bruneau, Presse papier[s], graphistes à 26 janvier - 19 Bertrand Locale Bordeaux mars 1995 Genier67 Yves Salier, Salier Courtois Lajus Sadirac Adrien 29 juin - 31 1995 Fouquet, Atelier Courtois, Pierre décembre Locale darchitecture, Bordeaux 1950 Lajus, Michel 1995 - 1970 Sadirac, Patrick Fouquet68 20 octobre Jasper Morrison, Jasper 1995 - 18 Internationale designer/Londres Morrison69 février 1996 Quas-tu voulu me dire? 10 Exposition 22 mars - 26 critiques/10 bâtiments/10 Nationale collective mai 1996 architectes en France70 Yves Brunier 1962 - 1991, 30 mai - 27 Yves Brunier Nationale paysagiste octobre 199671 14 juin - 24 Nouvelle architecture en Exposition novembre 1996 Internationale Flandre collective72 1996 13 décembre Exposition BLOC le monolithe fracturé 1996 - 12 Internationale collective73 janvier 1997 7 travaux de fin détudes à 6 décembre Exposition lécole des beaux-arts de 1996 - 12 Locale collective Bordeaux janvier 199774 7 mars - 1er Projet urbain pour Bordeaux Locale75 juin 1997 Marianne Burkhalter + Marianne 19 juin - 21 Christian Sumi, architectes Burkhalter, septembre Internationale76 Zurich Christian Sumi 1997 19 juin - 21 1997 Charlotte Perriand, architecte Charlotte septembre Nationale designer, Paris Perriand77 1997 16 octobre Exposition 36 modèles pour une maison 1997 - 18 Locale collective78 janvier 1998 119
  • 121. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux TransArchitectures 02, Cyber- Exposition 7 janvier - 25 espace et théories Internationale collective janvier 1998 émergentes79 Living [vivre], OMA, Rem OMA, Rem 12 février - 17 Internationale80 Koolhaas Koolhaas mai 1998 Reading [lecture], BMD, Bruce BMD, Bruce 12 février - 17 Internationale81 Mau Mau mai 1998 Exposition collective Cities on the move 2, art et 5 juin - 30 août conçue par Hou Internationale architecture en Asie 1998 Hanru et Hans- Ulrich Obrist82 1998 Exposition 2 octobre - 13 expressions / impressions, collective (24 décembre Locale graphistes en Aquitaine artistes) 199883 Shalom lartiste, École des 19 novembre - Exposition beaux-arts Bezalel de 13 décembre Internationale collective Jérusalem 199884 David Tartakover, Affiches 19 novembre - sans valeur commerciale, David 13 décembre Internationale 1977 - 1998, graphiste, Tel Tartakover 1998 Aviv85 De lagitation [Hyper]ordinaire, Odile Decq Odile Decq, 14 janvier - 2 Nationale et Benoît Cornette, Benoît Cornette mai 1999 architectes, Paris86 Jacques Hondelatte, des Jacques 21 janvier - 2 gratte-ciel dans la tête, 1999 Locale Hondelatte mai 1999 architecte, Bordeaux87 Peter Cook, architecte, 11 mars - 25 Peter Cook Internationale88 Londres avril 1999 Rétrospective / Perspectives Agence du 7 mai - 13 juin Locale 1, le lancement Passant 199989 120
  • 122. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Singulier / Pluriel, architecture Exposition 10 juin - 31 Locale en Aquitaine 1995-1998 collective octobre 199990 Casablanca, naissance dune 1 octobre - 28 Exposition ville moderne sur le sol novembre Internationale collective africain 199991 Limites Non Garanties, Écoles 15 octobre - 28 Exposition des beaux-arts de Bordeaux et novembre Locale collective de Casablanca 199992 2 décembre Frank O. Gehry, lagence de Frank Gehry 1999 - 2 avril Internationale larchitecte93 2000 Exposition 30 mai - 3 FAT Foa muf, jeune collective (3 septembre Internationale architecture à Londres agences 200094 présentées) Exposition 30 mai - 3 Lost & found, objets trouvés, collective (38 septembre Internationale design britannique critique designers 2000 présentés)95 2000 Habiter lan 2000/dwelling in 24 novembre Exposition the year 2000, Grenoble, Orly, 2000 - 28 Internationale collective Quarrata janvier 200196 Rem Koolhaas, Sanford Mutations, un évènement Kwinter, culturel sur la ville Internationale Multiplicity, 23 novembre contemporaine Hans-Ulrich 2000 - 25 mars97 Obrist 2001 WYSIWYG (what you see is Matthias 19 octobre what you get), sauerbruch Sauerbruch, 2001 - 20 Internationale hutton, architectes, berlin, Louisa Hutton janvier 2002 londres 200198 Re-f®action n°5, Taeg 15 novembre Nishimoto, architecte, New Taeg Nishimoto 2001 - 6 janvier Internationale99 York 2002 121
  • 123. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Matière dart, architecture Exposition 7 février - 28 Internationale contemporaine en Suisse collective avril 2002100 24 mai - 15 Shigeru Ban, architecte, Tokyo Shigeru Ban septembre Internationale101 2002 2002 17 interviews darchitectes, Exposition 13 juin - 3 Internationale installation audiovisuelle collective juillet 2002102 Anne Lacaton, Jean Philippe Anne Lacaton, 24 octobre Vassal, architectes Bordeaux- Jean Philippe 2002- 10 Locale Paris Vassal janvier 2003103 Exposition collective, séléction des architectes New trends 2002, nouvelles faites par Toyo 6 février - 23 tendances de larchitecture en Internationale Ito (Japon) et mars 2003 Europe et au Japon Alejandro Zaera-Polo et Bob van Reeth104 (Europe) Exposition Les nouveaux albums des 27 février - 30 collective (16 Nationale jeunes architectes 2001 - 2002 mars 2003 agences)105 2003 atelier pédagogique, présentation de la collection 3 avril - 3 mai 36 points de vue, Histoires Locale 2003 darchitecture n°1/MAISONS,106 Lectures dobjets n°1/SIÈGES Cest ici, 1999/2002, Exposition 3 avril - 9 juin architecture Bordeaux, Locale collective 2003107 Communauté urbaine La ville dessus dessous, 4 - 27 juillet Locale108 Attention tramway! 2003 4 juillet - 4 Bouge larchitecture! Villes et septembre Nationale mobilité109 2003 122
  • 124. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Tramway, lexposition. 4 juillet - 9 Urbanisme, architecture, novembre Locale design, ingénierie 2003110 Cecil Balmond, informal, le 30 janvier - 2 génie du possible, ingénieur Cecil Balmond Internationale mai 2004 Arup, Londres111 Claude Ferret, La caserne des pompiers de la Adrien 12 février - 18 Locale Benauge, Bordeaux 1954 Courtois, Yves avril 2004112 Salier Déclaration darchitecture pour ma ville, regards croisés Exposition de 5 13 - 15 février sur 5 bâtiments du XX s. à Locale bâtiments 2004 Bordeaux, exposition- installation113 Nouvelles formes dhabitat individuel, Domofrance, La 13 mai - 17 8 agences 2004 Locale Grenouillère, Bordeaux + octobre 2004 Sérillan, Floirac114 Faire habiter lhomme, là, 27 mai - 12 encore, autrement, Est-Ouest 16 projets septembre Internationale / Nord-Sud, E-W /N-S, 2004115 séquence 1 1er octobre - Les nouveaux albums des Exposition 28 novembre Nationale jeunes architectes 2003 - 2004 collective116 2004 Faire habiter lhomme, là, 21 octobre encore, autrement, Est-Ouest 15 projets 2004 - 9 janvier Internationale / Nord-Sud, E-W /N-S, 2005117 séquence 2 Bx Bordeaux > 1995 > 2005 > 11 décembre 2015, sur la promenade des 2004 - 27 Locale118 quais février 2005 Faire habiter lhomme, là, encore, autrement, Est-Ouest 17 mai - 29 23 projects Internationale / Nord-Sud, E-W /N-S, mai 2005119 séquence 3 2005 Natures intermédiaires, Michel 3 juin 2005 - 30 Michel Desvigne, paysagiste, Locale Desvigne octobre 2005120 Paris 123
  • 125. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 23 juin 2005 - Patrick Bouchain, architecte, Patrick 30 octobre Nationale Paris Bouchain121 2005 Bernard Bühler (architecte), Bordeaux les Chais, 51 4 novembre Bouygues maisons particulières, quai 2005 - 8 janvier Locale Immobilier des Chartrons 2006 (maître122 douvrage) Voisins, voisines, nouvelles 8 décembre formes dhabitat individuel en 8 projets 2005 - 2 avril Locale France 2006123 26 janvier 2006 [36] histoires de maisons 43 projets Locale124 - 5 mars 2006 Le nouveau pont ferroviaire 10 mars - 23 Locale125 de Bordeaux avril 2006 XDGA Xaveer De Geyter (architecte, 4 mai - 3 Le parc de Richelieu, 410 Bruxelles), septembre Locale appartements à Bordeaux Kaufman & 2006 2006 Broad - Malardeau126 (promoteur) Miralles Tagliabue EMBT, Enric 23 mai - 24 (architectes, Barcelone) - Miralles, septembre Internationale EMBT, jaime beaucoup Benedetta 2006 dautres choses… Tagliabue127 Leibar & Seigneurin, Xavier Leibar, architectes, 18 janvier - 15 Jean-Marie Locale Bayonne/Bordeaux, avril 2007 Seigneurin architectures dici128 DPA Dominique Perrault Dominique 8 février - 29 Nationale129 Architecture Perrault avril 2007 2007 Kazuyo Sejima + Ryue Nishizawa/SANAA, SANAA, Walter 14 juin - 28 Internationale architectes, Tokyo & Walter Niedermayr octobre 2007 Niedermayr, artiste, Bolzano130 124
  • 126. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux 10 octobre - 15 De la Sbuc à inCité, 50 ans de inCité novembre Locale pratiques urbaines à Bordeaux 2007131 Création architectural et innovation urbaine dans le centre historique de 18 octobre - 23 Exposition Bordeaux, appel à idées décembre Locale collective organisé à loccasion du 2007 cinquantième anniversaire dInCité132 Architectures dici, Lanoire & Sophie Courrian, architectes, Courrian, Jean- 6 décembre - Locale Bordeaux, le pôle agricole de Philippe 17 février 2008 Chasse-Spleen Lanoire133 Yona Friedman, architecte, 15 février - 1 Yona Friedman Internationale Paris, tu ferais ta ville juin 2008134 Juste avant de partir, Isabelle 27 mars - 11 Isabelle Kraiser Locale Kraiser, artiste, Bordeaux mai 2008135 Nicolas Michelin, architecte- Nicolas 10 avril - 8 juin urbaniste/agence ANMA, 2008 Nationale Michelin 2008136 Paris, sur mesure Collectif, nouvelles formes Exposition 4 juillet 2008 - Internationale dhabitat collectif en Europe collective 4 janvier 2009137 HÄ HABITER AUTREMENT, 9 octobre 2008 Habiter Autrement Bordeaux Locale Ateliers Jean - 4 janvier 2009138 Nouvel arc en rêve fête le 308, le nouveau lieu des architectes Julien Fabre, 5 mars - 25 dAquitaine, avec une carte Matthieu de 2009 Locale mars 2009 blanche à Fabre/de Marien, Marien architectes, Bordeaux139 125
  • 127. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Tania Concko, architecte- urbaniste, Amsterdam, projet 9 avril - 14 juin Campus, quartier Terres Tania Concko Locale 2009 Neuves - Cité Yves-Farge, Bègles140 Christophe Hutin, architecte, Bordeaux, construire Christophe 24 juin - 18 Locale librement, lenseignement de Hutin octobre 2009 Soweto141 Alexandre Chemetoff & associés, architectes, 28 mai 2009 - Alexandre urbanistes, paysagistes - 18 octobre Nationale Chemetoff Gentilly, Paris, Situations 2009 construites142 Insiders, pratiques, usages, 9 octobre 2009 80 artistes Internationale143 savoir-faire - 7 février 2010 Renzo Piano Building 18 février - 23 Workshop, architectes, Gênes, Renzo Piano Internationale mai 2010 Paris, Répons144 Pierre du DBL du Besset-Lyon, Besset, 7 mai - 25 architectes, Paris, Nationale Dominique juillet 2010 construction145 Lyon 2010 BIG Bjarke Ingels Group, 17 juin - 19 architectes, Copenhague, Yes Bjarke Ingels décembre Internationale is More 2010146 Larchitecture modulaire, une 17 novembre nouvelle aventure avec 4 projets 2010 - 16 Locale aquitanis, Rosa Parks + janvier 2011147 sylvania Ronan & Erwan Bouroullec, Ronan et Erwan 27 janvier 2011 Nationale designers, Paris Bouroullec - 24 avril 2011148 Oscar Diaz, 2011 designer, 27 janvier 2011 Langage commun, une lecture étudiants de - 13 février Locale dobjets première année 2011 à lÉcole des149 Beaux-arts de 126
  • 128. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Bordeaux Bordeaux eurantlantique, présentation publique du Exposition 1er avril - 29 Locale concours durbanisme pour collective mai 2011150 Saint-Jean Belcier Robbrecht & Daem, Hilde Daem, 23 juin - 15 architectes, Gand, Traversant Internationale Paul Robbrecht octobre 2011151 larchitecture ANNEXES 3Liste des expositions du centre d’architecture Arc en rêve, classées parnature et par an Expositions Expositions Expositions Année Total locales nationales internationales 1982 1 0 0 1 1983 0 1 0 1 1984 4 2 1 7 1985 1 1 4 6 1986 1 3 1 5 1987 0 0 2 2 1988 1 1 3 5 127
  • 129. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux1989 1 0 1 21990 2 0 1 31991 6 2 1 91992 0 1 4 51993 3 3 2 81994 8 1 3 121995 2 0 1 31996 1 2 2 51997 2 1 1 41998 1 0 6 71999 4 1 3 82000 0 0 4 42001 0 0 2 2 128
  • 130. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux2002 1 0 3 42003 4 2 1 72004 4 1 3 82005 3 1 1 52006 3 0 1 42007 4 1 1 62008 2 1 2 52009 3 1 1 52010 1 1 2 42011 2 1 1 4TOTAL 65 28 58 151 129
  • 131. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Table des imagesImage 1: Entrepôt Réel des Denrées Coloniales............................................................ 23Image 2 : Vue extérieure de l’accès principal de l’Entrepôt Lainé ................................ 24Image 3 : Plan du Rez-de-chaussée de l’Entrepôt Lainé ............................................... 25Image 4 : Plan du premier étage de l’Entrepôt Lainé ..................................................... 25Image 5: vue intérieure de la grande nef de l’Entrepôt Lainé lors de la célébration dutrentième anniversaire d’Arc en rêve centre d’architecture............................................ 27Image 6 : Vue extérieure de l’École Nationale Supérieure d’Architecture et dePaysage de Bordeaux ....................................................................................................... 34Image 7 : Projet de Gaspard Joly : « New York, un gratte-ciel… hôtel à Manhattan . 37Image 8 : Projet de Sophie Courrian : « Un observatoire à coucher de soleil àAlcatraz »............................................................................................................................ 39Image 9 : Localisation du Bois de Rivière ....................................................................... 45Image 10 : Plans du projet paysager ............................................................................... 46Image 11 : Image du Bois de Rivière ............................................................................... 48Image 12: Brochure publicitaire pour l’exposition « 36 modèles pour une maison » .. 64Image 13 : Les Diversités, vue extérieure Lot 2 et Lot 1 ................................................ 65Image 14 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot B ............................................... 66Image 15 : Brochure publicitaire pour l’exposition « nouvelles formes d’habitatindividuel » ......................................................................................................................... 67Image 16 : Brochure publicitaire pour l’exposition « voisins – voisines, nouvellesformes d’habitat individuel en France » ........................................................................... 67Image 17 : Brochure publicitaire pour l’exposition « l’architecture modulaire, unenouvelle aventure avec aquitanis, rosa parks + sylvania »............................................ 70Image 18 : Brochure publicitaire pour l’exposition « New trends 2002, nouvellestendances de l’architecture en Europe et au Japon» ..................................................... 73Image 19 : Brochure publicitaire pour l’exposition « Tramway, l’exposition,urbanisme/architecture/design/ingénierie »..................................................................... 81Image 20: Image de Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur laville, p. 43 ........................................................................................................................... 83Image 21: Image de Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur laville, p. 68 ........................................................................................................................... 83Image 22 : Image de Les rives de la Garonne à Bordeaux, Regards et fictions sur laville, p. 37 ........................................................................................................................... 84Image 23 : Images du projet de Ricardo Bofill pour la Bastide...................................... 87Image 24 : Projet de Christian de Portzamparc pour l’appel à idées « Bordeaux, Portde la Lune/Architecture 89 » ............................................................................................. 90Image 25 : Projet de Dominique Perrault pour l’aménagement des deux rives de laGaronne à Bordeaux ......................................................................................................... 92Image 26 : Vue d’une partie des quais de la Garonne dans la rive gauche................. 94Image 27 : Vue du miroir d’eau devant la Place de la Bourse....................................... 94 130
  • 132. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Table des images annexesImage 1: Entrepôt et quai des Chartrons....................................................................... 102Image 2 : vue intérieure de la Galerie d’architecture, exposition « BIG – Bjarke IngelsGroup, architectes, Copenhague, Yes is more » .......................................................... 102Image 3 : vue intérieure de la grande nef de l’Entrepôt Lainé ..................................... 103Image 4 : vue intérieure d’une des salles de la Galerie d’architecture, lors del’exposition « Ronan & Erwan Bouroullec, designers, Paris, album » ........................ 103Image 5 : vue intérieure d’une des salles de la Galerie blanche lors de l’exposition« Bordeaux euratlantique, concours d’urbanisme pour Saint-Jean Belcier » ............ 103Image 6 : Projet de Christophe Bouriette « Escale spectacle, mille et une nuits sur laGaronne » ........................................................................................................................ 104Image 7 : Projet de Jean-Philippe Lanoire : « Un espace de communication etd’exposition pour l’architecture, hangar 11 » ................................................................ 104Image 8 : Projet de Laurent Portejoie : « Entre Soulac et le Verdon sur mer, unrestaurant… » .................................................................................................................. 104Image 9: Projet de Paul Marion : « L’hôtel du passage du Nord-Ouest, pontd’Aquitaine » .................................................................................................................... 105Image 10 : Projet de Pierre-Yves Portier : « Cabanes, Finistère » ............................. 105Image 11 : Toponymie du Bois de Rivière .................................................................... 105Image 12 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 1 ......................................... 106Image 13 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 3 ......................................... 106Image 14 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 4 ......................................... 107Image 15 : Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 5 ......................................... 107Image 16: Les Diversités, Bordeaux, vue extérieure Lot 7 .......................................... 107Image 17 : Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot A............................... 108Image 18: Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot C1............................... 108Image 19 : Le domaine de Sérillan, Floirac, vue extérieure lot C2 ............................. 108Image 20 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot D ............................................. 109Image 21 : Le domaine de Sérillan, vue extérieure lot E ............................................. 109Image 22 : Vues intérieures de l’exposition « l’architecture modulaire, une nouvelleaventure avec aquitanis, rosa parks + sylvania » ......................................................... 110Image 23 : Port Autonome de Bordeaux, vue d’ensemble des quais, la terrasse suddes Quinconces ............................................................................................................... 110Image 24: Le port de Bordeaux avec ses quais............................................................ 111Image 25 : Projet de Ricardo Bofill pour la Bastide ...................................................... 111Image 26 : Images du projet de Dominique Perrault pour l’aménagement des deuxrives de la Garonne à Bordeaux..................................................................................... 112 131
  • 133. Histoire et influence du centre d’architecture Arc en rêve à Bordeaux Table des graphiquesGraphique 1: Nombre d’expositions organisées par Arc en rêve par an, entre 1982 et2011 .................................................................................................................................... 53Graphique 2 : Distributions des expositions produites par Arc en rêve, par nature,entre 1982 et 2011 ............................................................................................................ 54Graphique 3 : Nombre d’expositions locales organisées par Arc en rêve par an, entre1982 et 2011 ...................................................................................................................... 55Graphique 4 : Nombre d’expositions nationales organisées par Arc en rêve entre1982 et 2011 ...................................................................................................................... 55Graphique 5 : Nombre d’expositions internationales produites par Arc en rêve, par an,entre 1982 et 2011 ............................................................................................................ 56Graphique 6 : Comparaison entre les expositions d’arc en rêve, locales, nationales etinternationales par an, entre 1982 et 2011...................................................................... 57 132