Your SlideShare is downloading. ×
0
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Oradour sur Glane
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Oradour sur Glane

688

Published on

Oradour sur Glane

Oradour sur Glane

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
688
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  1. Source Wikimedia Commons28/07/2008Gaspard Présentela division SS "Das Reich" remonte vers le front ouvert au nordde la France, en Normandie. La veille, cette division sétaitarrêtée à Tulle. A Tulle, elle envoie 149 personnes endéportation et en pend 99 aux balcons de la ville. A Oradour,leur extrème violence va encore se déchainer.Musical & Manuel
  2. • Le matin du 10 juin 1944, des chenilletteschargées de soldats allemands sarrêtentà Oradour-sur-Glane. Cette bourgadepaisible, proche de Limoges, compte autotal 1200 habitants.• La compagnie qui vient dy pénétrerappartient à la division SS Das Reich dugénéral Lammerding.
  3. • Les Allemands ont été attaqués dans lesjours précédents par les maquisards quiveulent freiner leur remontée vers laNormandie où les Alliés viennent dedébarquer.• En guise de représailles, le généralLammerding ordonne à la compagnie dedétruire Oradour-sur-Glane. Lacompagnie SS compte environ 120hommes qui se sont déjà illustrés enRussie dans lextermination despopulations civiles.
  4. En début daprès-midi, le bourg est cernéet la population rassemblée sur le champde foire sous le prétexte dune vérificationdidentité, sans oublier les enfants desécoles.Les SS agissent dans le calme, lapopulation sexécute sans broncher.
  5. • Les hommes sont séparés des femmes etdes enfants. Ils sont divisés en sixgroupes. Chaque groupe est conduit sousbonne garde vers une grange. Lorsquilssont enfin enfermés dans les grangesbourrées de foin et de paille, les SSlancent des grenades à lintérieur.
  6. • Les femmes et les enfants sont quant àeux enfermés dans léglise et des SS ydéposent une caisse dexplosifs et de lapaille. Le feu ravage bientôt lédificecomme il a ravagé les granges.
  7. • Leur forfait accompli, les SS pillent levillage et achèvent de lincendier. Au total,ils laissent 642 victimes. Parmi elles 246femmes et 207 enfants, dont 6 de moinsde 6 mois, brûlés dans léglise. Oradour-sur-Glane est devenu en Europeoccidentale le symbole de la barbarienazie.
  8. • Massacre des femmes et des enfants• Le groupe enfermé dans l’église comprend toutes lesfemmes et tous les enfants du village. Des soldatsplacent dans la nef, près du chœur, une sorte de caisseassez volumineuse de laquelle dépassent des cordonsquils laissent trainer sur le sol. Ces cordons ayant étéallumés, le feu se communique à lengin, qui contient ungaz asphyxiant (cétait la solution prévue) et explose parerreur ; une fumée noire, épaisse et suffocante sedégage. Une fusillade éclate dans léglise ; puis de lapaille, des fagots, des chaises sont jetés pêle-mêle surles corps qui gisent sur les dalles. Les nazis y mettentensuite le feu. La chaleur était tellement forte quàlentrée de cette église on peut voir la cloche fondue,écrasée sur le sol. Des débris de 1m20 de hauteurrecouvraient les corps.
  9. • Une seule femme survit au carnage :Marguerite Rouffanche, née Thurmeaux.Son témoignage constitue tout ce quil estpossible de savoir du drame. Elle a perdudans la tuerie, son mari, son fils, ses deuxfilles et son petit-fils âgé de sept mois.
  10. • Le chœur de l’église comprenant trois fenêtres,Mme Rouffanche se dirigea vers la plus grande,celle du milieu et à laide dun escabeau quiservait à allumer les cierges elle parvint àl’atteindre. Le vitrail étant brisé, elle se précipitapar louverture. Après un saut de trois mètres,elle atterrit au pied de l’église et fut blessée engagnant un jardin voisin. Dissimulée parmi desrangs de petits pois, elle ne fut délivrée que lelendemain vers 17 heures.
  11. • Autres massacres• Les SS inspectent de nouveau les maisons du bourg ; ilsy tuent tous les habitants qui avaient pu échapper àleurs premières recherches, en particulier ceux que leurétat physique avait empêché de se rendre sur le lieu durassemblement. Cest ainsi que les équipes de secourstrouveront dans diverses habitations les corps brulés dequelques vieillards impotents.• Un envoyé spécial des FFI, présent à Oradour dans lestous premiers jours, indique quon a recueilli dans le fourdun boulanger les restes calcinés de cinq personnes : lepère, la mère et leurs trois enfants.• Un puits renfermant de nombreux cadavres estdécouvert dans une ferme, trop décomposés pour êtreidentifiés ; ils seront laissés sur place.• Au total, 644 personnes ont été massacrées lors decette journée, où la barbarie fut à son apogée.
  12. • Après la guerre, le généralde Gaulle décida que levillage ne serait pasreconstruit, mais deviendraitun mémorial à la douleur dela France souslOccupation. Lareconstruction du nouveaubourg de la communedOradour-sur-Glane futenvisagée sur un autreemplacement dès juillet1944.• En 1999, le village futconsacré village martyr parle président JacquesChirac. Depuis cette date, leCentre de la mémoire relieles ruines au nouveaubourg. Grâce à uneexposition permanentecouvrant tout le contexte, cecentre de documentationprépare le visiteur à la visitedu village martyr.
  13. • Lensemble du mémorial et du village martyr font dOradour-sur-Glane le site le plus visité en Limousin. (environ 300 000personnes par an.)
  14. Montage Gaspard photos & textes du net

×