• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Management advice for family farm in the ‘Office du Niger’ zone in Mali.
 

Management advice for family farm in the ‘Office du Niger’ zone in Mali.

on

  • 583 views

Yacouba M. Coulibaly

Yacouba M. Coulibaly

Statistics

Views

Total Views
583
Views on SlideShare
573
Embed Views
10

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

2 Embeds 10

http://extensionconference2011.cta.int 9
http://translate.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Management advice for family farm in the ‘Office du Niger’ zone in Mali. Management advice for family farm in the ‘Office du Niger’ zone in Mali. Presentation Transcript

    • ON Le conseil aux exploitationsagricoles familiales en zone office du Niger au MaliThe management advice for family farm in the ‘Office du Niger’ zone in Mali Yacouba M. CoulibalyInnovations dans les services de vulgarisation et de conseil agricole. Conférence Internationale, 15-18 novembre 2011, Nairobi, Kenya
    • Contexte Office du Niger (ON)  1978 à 2003, de 5 000 à 26 000 exploitations agricoles et de 36 500 à 70 000 ha de superficies cultivées (5 périmètres irrigués, 350 000 personnes). 96 000 ha (2011)  riziculture irriguée, élevage, maraîchage ;  vulgarisation agricole (messages techniques) par SCR de l’ON sur riziculture a contribué à augmentation des rendements de 2,3 T/ha à 5,9 t/ha de 1988 à 2001 ;  responsabilisation des OP depuis les années 90 ; Exploitation Agricole Familiale (EAF) production irriguée : 3,9 ha (85% riz) 12 personnes (7 actifs), Paire bœufs, charrue, herse, âne, charrette Élevage de petits ruminants (2 têtes), et bovins (épargne) Membre OP : battage, décorticage, etc.
    • Questions vulgarisation technique ne répond pas à l’évolution besoins agriculteurs (élevage, aspects économiques) et de leurs OP viabilité des exploitations agricoles mise en cause (accès au foncier, conditions de production, compétitivité) Des démarches de conseil plus participatives sont développées et de nouveaux acteurs de services sont apparus Cette communication analyse le cas du conseil à l’exploitation agricole familiale (CEF) développé par une fédération de centres de prestations de services (CPS) – Farafansi So – visant à améliorer le revenu et les conditions de vie des agriculteurs
    • Définitions conseil et conseil à l’exploitation familiale (CEF)Conseil agricole : aider l’agriculteur à atteindre ses objectifsLe conseil de gestion (CDG) : Méthode qui prend en comptel’ensemble de la situation d’une exploitation et cherche, endialogue avec le paysan, un cheminement d’amélioration quis’étend souvent sur plusieurs années. (Kleene 1982).En 2001 (atelier conseil agricole au Bénin) le terme CEF estproposé pour remplacer celui de CDG, jugé trop restrictif, carconnoté «comptabilité-gestion». SusciterLe CEF vise à développer les capacités et laresponsabilités décisionnelles des réflexionagriculteurs, mais aussi à faire évoluer leursreprésentations, et leurs relations avec lesconseillers vers des rapports plus équilibrésoù les savoirs sont davantage partagés. Envisager l’avenir
    • Les phases du CEF à l’ONi) 1997-1999 : test méthode (URDOC, PCPS) : 15 EAF volontairesii) 2000-2003 : dynamique de groupe ; CPS constitués en Fédération ; 36 groupes (800 EAF), 9 conseillers,iii) 2004-2006 : arrêt des financements,iv)2007-2009 : fédération des centres Farafansi So et prestataire privé animent dispositif : 7 000 agriculteurs (95% femmes) touchés.v) D’autres actions en cours (Alatona) et en perspectives (PADON 2)
    • Validation démarche et outilsAvec les hommes Avec les femmes
    • Appropriation par les producteursAgriculteurs d’un groupe CEF Elus et conseillers d’un centre
    • Résultats (1) Adaptation du CEF au contexte de l’ON Critères constitution groupes (15-25 pers.) : adhérent OP, volontaire, alphabétisé, chef exploitation-responsable travaux, paie cotisation Activités calées sur campagnes agricoles : diagnostic, formation en salles, fiches enregistrement et suivi, visites terrain, expérimentations, essais, etc. Outils (bambara-français) pour toutes catégories d’agriculteurs : gamme variée modules et thèmes Guides et formations pour les conseillers Cahiers enregistrement données pour agriculteurs
    • Résultats (2) Exemples modules de CEF Pépinière de riz d’un adhérent au CEFExploitation agricole Connaissance Gestion de la production Gestion de la trésorerieCultures Conduite de la riziculture Compte exploitation de la riziculture Cultures maraîchères (pour alphabétisés) Culture de l’échalote pour femmes non alphabétiséesElevage Gestion du troupeau Production laitière Entretien des bœufs de labour Formation pratique production échalote
    • Résultats (3) Des tâches des acteurs du CEF bien distinctes Agence Française de Développement : financement ON, APCAM et CRA, maître ouvrage délégué CPS Farafansi So chargés mise en œuvre (conseiller, identification besoins, suivi activités, recouvrement de cotisations, etc.) Nyeta Conseils, élaboration outils CEF, formation conseillers OP organisent les groupes d’adhérents au CEF Conseiller, rôle central dans la dynamisation des groupes CEF, garant qualité services rendus aux adhérents Présence de leaders au sein des groupes de CEF favorise la durée de vie des groupes
    • Discussions (1)Disposer de conseillers compétents et motivés Ingénieurs agronomes et généralistes Différents types conseillers selon les agriculteurs : • Appréciés : ceux ayant qualités humaines, rigueur au travail • Moyennement appréciés : ceux respectent le temps de travail, mais n’écoutent pas assez les adhérents ; • Peu appréciés : ceux peu rigoureux et peu régulier au travail Niveau de formation est insuffisant pour faire un bon conseiller ; compétences et aspects sociaux importants : intégration dans le milieu, relations avec agriculteurs.Importance du financement du dispositif Trop dépendant de l’extérieur ; cotisations insuffisantes Nécessité de partager les coûts entre les acteurs (Etat, Bénéficiaires, etc.)
    • Discussions (2)Quelques effets du CEF mentionnés par lesagriculteurs, mais difficiles à quantifier : Amélioration de la maîtrise des techniques culturales Apprentissage notions gestion et calculs économiques Prévisions mieux faites : plan de campagne prévisionnel, stocks de céréales, etc. Contraintes logistiques, financières (paiement cotisation) et humaines (manque conseillers)Constats des conseillers sur les effets du CEF Adhérents mieux préparés à assumer des postes de responsabilités au sein des OP Adhérents demandent le renforcement du suivi individuel par les conseillers
    • ConclusionsCEF. Adaptation démarche au contexte Elaboration méthode, mise au point outils : agriculteurs et conseillersGroupes d’adhérents : opinion positive Prise conscience, évolution pratiques, fonctionnement EA Formulation nouvelles demandes de conseil Mieux préparés à prendre responsabilités dans les OPCentres Farafansi So : améliorer performancesdispositifs Adaptation méthodes et outils à diversité situations renforcement capacités et compétences des conseillers conditions de pérennisation : gouvernance, financement, Mieux coupler le CEF à l’alphabétisation, le financement, la commercialisation Ce TYPE DE CONSEIL RESTE MARGINAL!!!!
    • Des défis encore importants!!!!
    • Je vous remercie de votre attention