Valérie Peugeot, Orange

  • 1,042 views
Uploaded on

 

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,042
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
7
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Social Media data : quelle valorisation ?Vers l’économie de l’intention ?Orange LabsValérie Peugeot15 mai 2012, Socila Media Club, la Cantine diffusion libre
  • 2. Les limites du système actuel  Une valorisation des données « sociales » pensée dans une économie en push (offres poussées vers les clients) : – une publicité qui se veut toujours plus ciblées pour des offres soit disant personnalisées – une publicité comportementale qui tarde à tenir ses promesses – un CRM qui ne sait pas écouter ses clients, des dépenses de fidélisations lourdes et inefficaces – une asymétrie entre l’utilisateur des medias sociaux et l’entreprise (cf. changement des CGU de Google) : des intentions captées souvent à l’insu de l’utilisateur – des problématiques liés à la vie privée qui montent, une mise en tension avec la valeur d’échange de ces données – un déport de la rareté dans l’économie de l’attention : la ressource rare est dans les mains de l’usager et plus de l’entreprise – un risque spéculatif dans l’économie de l’attention2 Orange Labs - Recherche & Développement - Social Media Club 15 Mai 2012 diffusion libre
  • 3. Perspective de sortie par le haut : l’économie de l’intention  replacer le consommateur/utilisateur au centre, un consommateur actif, créatif, collaboratif, relié  penser une économie en pull : – c’est l’utilisateur qui affiche ses intentions et construit sa demande, ses appels d’offres – c’est l’entreprise qui accorde son attention à l’utilisateur et non l’entreprise qui capte l’attention de ce dernier  Des premiers services existants en logique pull Doc Searls3 Orange Labs - Recherche & Développement - titre de la présentation – date diffusion libre
  • 4. Une ambition plus poussée :l’approche VRM – Vendor Relationship managment  l’individu reprend le contrôle sur ses données : – il les stocke dans un endroit unique (personal data store) chez un tiers de confiance et les enrichie (données medias sociaux + données sante + quantified self + données transactions + ses envies etc.) – il sait qui recueille des données sur lui (restitution par les entreprises) – il peut les transférer (portabilité des données) – il peut les ouvrir à qui il veut aux conditions qu’il choisit (maître de ces CGU) et en contrôle non seulement l’usage (comment son attention est utilisée) mais aussi la durée de vie, la destruction éventuelle… – il exprime ses « appels d’offres » à partir de ses intentions; exemples : achat machine à laver ; location de voiture  l’entreprise bénéficie : – de données de qualité, à jour, complètes, jusqu’ici inaccessibles – diminue ses coûts (de management , collecte de données, de publicité…) – peut proposer des services plus en adéquation avec les besoins des consommateurs, augmente le niveau de confiance, la fidélisation – s’évite des problèmes de régulation4 Orange Labs - Recherche & Développement - Social Media Club 15 Mai 2012 diffusion libre
  • 5. Exemple de personal data store5 Orange Labs - Recherche & Développement - Social Media Club 15 Mai 2012 diffusion libre
  • 6. Exemple de personal data store6 Orange Labs - Recherche & Développement - titre de la présentation – date diffusion libre
  • 7. Des expérimentations en cours  le projet britannique : midata  empower the consumer  une expédition de la FING7 Orange Labs - Recherche & Développement - titre de la présentation – date diffusion libre
  • 8. De multiples questions ouvertes :  Questions de faisabilité technique (sécurisation…), juridique et économique (convaincre les entreprises d’embarquer)  Quelle articulation avec le marché des données personnelles déjà existant et en préfiguration ? cf. Statz  Quelle volonté/capacité de l’utilisateur à se mettre en responsabilité ? Vers un nouveau travail du consommateur ?  Un autre scénario possible : payer pour ne pas voir ses données personnelles utilisées ?  Vers une vie privée à plusieurs vitesses selon : – les moyens cognitifs ou la disponibilité – la capacité à payer ?8 Orange Labs - Recherche & Développement - Social Media Club 15 Mai 2012 diffusion libre