Biotech & Finances 10 09 12

1,898 views

Published on

Mutation du modèle économique de la pharma :
l’industrie se réinvente

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,898
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Biotech & Finances 10 09 12

  1. 1. www. biotech-finances.com 10 septembre 2012 - N° 562SOMMAIRE Dernière heure Dernière heure Peut-on redresser l’amorçage ? Peut-on redresser l’amorçage ? C p. 1 onnaissez-vous le redressement ? en place des modèles capitalistiques C’est une notion très en vogue. Lefaits de bric et de broc. Ce type de Billet bio de H. Ella ministère du Redressement indus- structurations force les CEO à adapter Teva fait bouger les biosimilaires triel est certes expert dans ce domaine, sans cesse leurs projets en fonction des p. 2 fonds dont ils disposent, et ce au détri- mais il fallait penser aussi à l’amont, et dans cette partie vitale pour l’industriement d’une vision globale nécessaire Entreprises du futur le FNA vient d’apporter une à une croissance rapide et durable. À Theravectys lève 7,5 M€ pour son pierre intéressante à l’édifice. Ainsi, un autre niveau, les levées trop éclec- vaccin anti-VIH le travail de structuration amorcé l’an tiques et rapprochées peuvent plus tard «J’ai été impressionné par le dernier par le Fonds national d’amor- freiner les ambitions de certains VC potentiel de la technologie des çage (FNA) dans le cadre du programme repoussés par des usines à gaz action- vecteurs lentiviraux» d’investissement d’avenir poursuit sa nariales. » Pour donner aux entrepre- route avec la création d’un nouveau neurs les moyens de leurs ambitions, Jean-Pierre Kinet FCPR spécialisé. Baptisé « Emergence « Emergence Innovation 1 » pourra p. 3 Innovation 1 », ce dernier interviendra miser jusqu’à 3 M€ par participation. Entreprises dans les toutes premières phases de Le fonds projette en outre de réaliser Quartz Bio coupe le cordon avec développement de start-up innovantes des follow-on, un aspect très impor- Merck Serono situées dans les régions Centre, Poitou- tant pour les entreprises life sciences «Merck Serono a offert à Quartz Charentes, Auvergne, Limousin, Rhône- en quête quasi perpétuelle de finance- Alpes, PACA et Languedoc-Roussillon. ments. Pour démultiplier la puissance Bio la possibilité de s’établir» de ses mises, Sofimac inves- Philippe Lopes-Fernandes L’amorçage est tira quasi exclusivement en p. 4 jugé, à tort, collaboration avec d’autres Stratégie comme trop acteurs, parmi lesquels Oroxcell, entre école mixte et peu rentable. des fonds d’investisse- collège d’investisseurs ment nationaux et régio- naux. « Il est important «Le modèle mixte ne corres- que tous les opérateurs de pond pas aux attentes des finan- Pascal Voulton la chaîne du financement ciers» s’impliquent à ce stade Jean-François le Bigot Il est doté pour le moment de 25,5 M€ si nous voulons pérenniser la filière p. 5 apportés pour 15,3 M€ par le FNA, de la Santé en France qui se prive 3 M€ par la Région Centre, 2 M€ par aujourd’hui d’un bon nombre d’entre- Expertise le Languedoc-Roussillon et 1 M€ par le prises non-créées faute de fonds. » Mutation du modèle économique Poitou-Charentes et l’Auvergne, ainsi « Il est déconcertant de voir à quel point de la pharma : l’industrie se que pour 3,2 M€ par des partenaires certains VC européens se dédouanent réinvente privés dont les caisses régionales de aujourd’hui de l’amorçage, se gardant p. 6-7 Crédit Agricole et les Caisses d’Épargne la meilleure part du gâteau en repre- Veille stratégique Auvergne-Limousin et Languedoc. nant les pépites une fois la première Les deals de la semaine écoulée Ce premier closing a vocation à être preuve de concept définie », rebondit en Europe et en Israël. renforcé sur les 12 prochains mois, avec un spécialiste français du transfert de p. 8 une cible finale d’environ 33 à 35 M€. technologies. Les premières prospec- « L’amorçage a aujourd’hui particu- tions réalisées par Sofimac pour l’allo- lièrement mauvaise presse en Europe, cation de leur nouveau fonds laissent jugé trop risqué et peu rentable. Il est entrevoir un fort effet de déstockage WEBSOLUTION en général laissé par défaut à quelques dans les premiers mois, enrayé par la Participez aux programmes fonds publics, business angels, pour- pénurie d’amorçage de ces dernières voyeurs de subventions et organisa- années. Si ce deal flow dense se confir- WEBINAIRES EXPERTS teurs de concours », explique Pascal mait avec de beaux dossiers présentés, (BtoB, Promo, Grand Public...) Voulton, président du directoire de le gestionnaire pourrait accélérer son Biotech finances 2012. Sofimac Partners, qui aura la charge rythme d’investissement, établi pour Présentation en ligne sur demande. de la gestion du fonds en partenariat le moment autour de quatre à cinq avec la société Soridec. « Ce climat valeurs par an, sur cinq ans. Renseignements : pesant et incertain place les sociétés Jacques-Bernard TASTE innovantes dans des impasses finan- cières critiques, les poussant à mettre Juliette Lemaignen Tél. 09 80 08 51 45
  2. 2. Billet BioTeva fait bouger les biosimilairesP as de trêve estivale pour la FDA ! En effet, l’agence américaine a, le 30 août dernier, rendu unavis positif pour l’enregistrement dutbo-filgrastim (XM02 filgrastim) de voyaient une issue favorable à cette demande quelque peu extravagante dans le contexte de l’époque. Car l’agence américaine, en retard sur le front des biosimilaires, était encore Administration quand tu nous tiens ! Mais la FDA a tout de même fait un effort de pragmatisme dans ses directives en essayant de ménager les entreprises biopharmaceutiquesTeva Pharmaceuticals. Cette forme en phase de réflexion, tiraillée par et l’administration fédérale. Ainsi,recombinante à action rapide du les opérations de lobbying et les fallait-il conforter le potentiel d’inno-G-CSF (Granulocyte-colony stimula- négociations. D’ailleurs, Teva avait vation des biopharmaceutiques, quiting factor) d’Amgen, Neupogen® soumis une demande de BLA (biolo- avec leurs brevets tombant dans le(filgrastim), réduit la durée des gics license application) comme pour domaine public se retrouvent dansépisodes de neutropénies induites par un nouveau biomédicament. Il a fallu la situation des grands laboratoiresla chimiothérapie chez les patients attendre mars 2010 pour que l’admi- pharmaceutiques, et rassurer lesatteints de certains cancers non- nistration Obama, dans la droite file autorités de santé qui regardent avecmyéloïdes. Il s’agit bien d’une victoire de sa réforme de la santé, définisse bienveillance toute initiative visant àpour la biotech israélienne, connue un cadre législatif pour le dévelop- réduire les coûts de santé publique.pour ne pas se contenter des situa- pement des biomédicaments avec le Décidément, Teva, qui a toujourstions établies. En effet, lorsqu’en 2009 « patent protection and affordable su se trouver à l’avant-garde, vientla biotech avait décidé de partir à l’as- care act ». Et ce n’est qu’en février une nouvelle fois de prouver sasaut de l’agence de réglementation 2012 que la FDA édictera ses direc- capacité à faire bouger les lignes.américaine, avec son TevaGrastim® tives pour le développement et l’en-déjà enregistré en Europe, bien peu registrement des biosimilaires. Ah ! H. Ella On en a parlé cette semainePhase IIInnate Pharma (Euronext Paris : FR0010331421 – IPH), la société de l’immunité innée développant des médicaments innovantscontre le cancer et les maladies inflammatoires, a annoncé avoir reçu l’autorisation réglementaire de débuter un essai de phase IIrandomisé avec IPH2102/BMS-986015, en traitement de maintenance chez des patients âgés atteints de leucémie aiguë myéloïde(« LAM ») en première rémission complète (essai IPH2102-201 dénommé « EffiKIR » pour « efficacité anti-KIR »). L’essai, conduiten double aveugle, comprendra 150 patients répartis en trois bras, dont un bras contrôle recevant du placebo et deux bras testantIPH2102/BMS-986015 en monothérapie à des doses différentes. Le critère primaire d’efficacité est la survie sans leucémie. Lescritères secondaires de l’essai incluent la tolérance et la survie globale.BrésilMauna Kea Technologies (NYSE Euronext : MKEA), leader sur le marché de l’endomicroscopie, a annoncé le lancement commercialdu Cellvizio 100 au Brésil, premier marché sud-américain en matériel médical. À l’occasion de ce lancement, un groupe de praticiensmondialement renommés a pratiqué et commenté les quatre premières procédures d’imagerie cellulaire en temps réel avec leCellvizio, au Brésil, lors de l’ENEO/ENDOINCA 2012, congrès international d’endoscopie en oncologie gastro-intestinale, qui s’est tenuà Rio de Janeiro les 31 août et 1er septembre derniers.ÉtalonGlobal Bioenergies, entreprise de biologie industrielle développant des procédés de conversion de production biologique d’oléfineslégères, a annoncé avoir été nominée parmi les cinq PME les plus innovantes d’Europe par EuropaBio, l’association qui représenteplus de 1 800 sociétés européennes.Semestre © Éditions Européennes de l’Innovation. La photocopie non autorisée est un délit.Adocia (NYSE Euronext Paris : FR0011184241 - ADOC), société de biotechnologie spécialisée dans le développement de médicamentstrès performants, dits « best-in-class », à partir de protéines thérapeutiques déjà approuvées, a annoncé ses résultats pour les sixpremiers mois de l’année 2012. L’entreprise est entrée en Bourse, en février 2012, avec une levée de 25,3 millions d’euros (net desfrais liés à l’opération). Elle a obtenu des résultats cliniques positifs de phase IIa avec le projet Insuline humaine rapide HinsBet (R)et de phase II avec le projet pour le traitement de l’ulcère du pied diabétique, BioChaperone (R) PDGF-BB. Elle a lancé la premièreétude clinique dans le cadre du partenariat avec Eli Lilly sur son analogue d’insuline à action ultrarapide. Elle a obtenu des agencesaméricaines et européennes un brevet couvrant les formulations BioChaperone (R) PDGF-BB sur le projet phare de traitement desplaies chroniques. La situation financière d’Adocia est saine avec 33,7 millions d’euros de trésorerie et équivalents trésorerie à finjuin 2012, soit une augmentation de 27,8 millions d’euros sur la période.Transports bioOCT Santé, société spécialisée dans le transport de produits biologiques et pharmaceutiques a obtenu l’homologation par le LNE,Laboratoire national d’essai, de ses modèles d’emballages biologiques innovants, Thermo Box, conçus en interne et destinés autransport de matières biologiques de catégorie B. OCT Santé a annoncé aussi l’agrément en avril 2012 de la certification ISO 9001version 2008. Cette certification couvre les activités de transport de produits liés au domaine de la santé et la logistique.PartenariatLes laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre (France) et Merz Pharmaceuticals (Allemagne) ont signé un accord de partenariatconcernant la commercialisation des injectables Glytone® utilisés en dermatologie esthétique pour le comblement des rides. Parcet accord, Merz devient propriétaire des droits mondiaux pour les produits injectables Glytone® à base d’acide hyaluronique. Ilsen assureront la commercialisation à partir de ce mois. Les laboratoires Pierre Fabre restent propriétaires de la marque Glytone®et continueront d’en assurer la commercialisation aux États-Unis, territoire où la marque ne comprend pas de produits injectablesà base d’acide hyaluronique. Cette transaction vient conforter la stratégie de Merz dans le domaine de la médecine esthétique, unmarché de plusieurs milliards d’euros en forte croissance. 2 Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562
  3. 3. EntreprisesTheravectys lève 7,5 M€ pour son vaccin anti-VIHP etit à petit la biotech Theravectys convainc du potentiel de sa plate-forme technologique.Quatre ans après son amorçage, avec4,7 M€ apportés par trois investis- Theravectys avait fait une demande de scientific advice, a rendu un avis favorable sur le plan de développe- ment présenté par la société. Preuve de l’intérêt que suscite la biotech de notre outil dans les maladies infec- tieuses et les cancers notamment », affirme à cet égard Renaud Vaillant. Seconde option, la société considère une IPO si la conjoncture le permet.seurs privés, l’entreprise incubée à dans le milieu pharma, quatre person- « D’ici à quelques mois, les résultatsl’Institut Pasteur vient de clore un nalités de l’industrie pharmaceutique de la phase I/II dont nous disposeronsnouveau tour de table de 7,48 M€. et du secteur des biotechnologies ont ainsi que nos travaux sur de nouveauxAux actionnaires historiques Guy rejoint depuis peu son conseil d’admi- candidats vaccins seront susceptiblesPaillaud, ex-dirigeant de Promodes, nistration (1). d’apporter davantage de valeur à l’en-et John Pieters, ex-dirigeant d’Amgen treprise », explique le dirigeant, ajou-France, sont venus s’ajouter dix À la recherche de 10 M€ tant : « Il est de mon rôle de prévoirnouveaux entrants dont le fonds supplémentaires comment assurer la liquidité de nosTéthys de la famille Bettencourt ou Les fonds réunis financeront en actionnaires. » Pour le moment, uneencore Richard Hennessy. Refroidis premier lieu un essai multicentrique nouvelle levée de fonds est en prépa-par les échecs passés, les fonds d’in- de phase I/II visant à tester notam- ration. Le management a estimé sesvestissement restent la plupart du ment l’innocuité mais aussi l’effi- besoins à 10 M€, une somme qui luitemps à l’écart des projets de déve- cacité du premier candidat vaccin permettra de gagner en visibilité etloppement de vaccins contre le SIDA. de l’entreprise. Theravectys serait d’accélérer la création d’un porte-« Nous ne développons pas seulement ainsi la première société au monde feuille de produits. « Avec ce nouveauun nouveau vaccin anti-VIH mais une à mener une étude clinique contre le tour de financement, nous seronsplate-forme technologique de rupture VIH avec la technologie des vecteurs plus à même de choisir le moment degrâce à la technologie des vecteurs lentiviraux. Ces derniers, contraire- l’introduction en Bourse sans qu’ellelentiviraux, précise Renaud Vaillant, ment aux autres vecteurs de transfert nous soit imposée », justifie Renauddirecteur général de Theravectys. de gènes, ont la capacité d’induire Vaillant.Elle repose sur quinze années de une réponse immunitaire forte et Anne-Laure Languille diversifiée en stimulant de manière endogène 1 - Pierre Lepienne, ancien vice-president de Nous déve- Sanofi-Synthélabo ; Tom McKillop, ex-CEO loppons la les cellules dendritiques. d’Astra Zeneca ; Jean Stéphenne, ex-CEO de « Ce produit, explique technologie Jean-Pierre Meyers, GSK Bio ; Judith Greciet, CEO de BioAlliance Pharma. des vecteurs directeur général de lentiviraux. Téthys, devrait permettre Theravectys aux patients séroposi- Renaud Vaillant tifs sous polythérapies Paris - 75 d’arrêter durablement et Conseil juridique, affaires courantesrecherche fondamentale de l’Ins- peut-être définitivement tout traite- Cabinet UGGC, Charles Emmanuel Prieurtitut Pasteur, avec lequel nous avons ment antirétroviral. » La biotech envi-signé un accord de licence exclusif sage de mener elle-même la phase III, Conseil juridique, brevetset mondial en 2007, et trouvera des son ambition étant de devenir une Law Office of Salvatore Arrigo & Scottapplications dans d’autres patholo- pharma leader de la vaccination, Lee Llp, Salvatore Arrigogies aux besoins médicaux insatisfaits. avec un pipeline de candidats dans Experts-comptablesLes résultats précliniques de notre plusieurs indications. Deux optionscandidat sont extrêmement promet- de développement sont à l’étude - Commissaire aux comptes : Cabinetteurs et nous espérons démontrer pour assumer un tel effort financier. Vizzavona, Patrice Vizzavonadans les deux prochaines années non La firme souhaiterait mettre en place - FINEA, Oliver Phelippotseulement l’innocuité mais aussi l’effi- des accords de codéveloppement de Relations presse et communicationcacité potentielle de notre candidat sa technologie avec des industrielsvaccin thérapeutique anti-VIH. » Peu de la pharma, « plusieurs s’étant ALIZE RP, Caroline Carmagnolavant la levée, l’EMA, auprès de qui montrés intéressés par le potentielRegard croisé sur Theravectys Jean-Pierre Kinet, président de la société iXLife Pour une biotech early stage recherchant dans un domaine aussi complexe que le VIH, Theravectys réalise avec ce troisième tour de table une très belle opération financière. La crédibilité de ses action- naires historiques et du management ajoutée aux profils éminents de son board, qui compte d’anciens « executives » de big pharmas, lui ont permis d’attirer de nouveaux investisseurs. Si les VC n’ont pas pris part à la levée de fonds, c’est selon moi parce que le projet leur est apparu trop risqué au regard des échecs passés d’autres biotechs dans leurs tentatives de développer un vaccin thérapeutique anti- VIH. Mais Theravectys dispose d’une plate-forme technologique de rupture qui offre une solution très différente de ce qui a pu être présenté jusqu’ici. En tant que médecin immunologiste, j’ai été impressionné par le potentiel de la technologie des vecteurs lentiviraux qui peuvent reprogrammer les cellules dendritiques et apporter ainsi une innovation thérapeutique dans de nombreuses maladies autres que le SIDA. Avec un tel potentiel de développement, Theravectys peut espérer devenir un leader dans le domaine de la vaccination.Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562 3
  4. 4. EntreprisesQuartz Bio coupe le cordon avec Merck SeronoL e programme d’ « Aide à la créa- tion d’entreprise », lancé en avril dernier par Merck Serono pouraccompagner la fermeture de son sitegenevois (1), fait des émules. Après de Quartz Bio. Pour être performant et durable dans ce domaine, il faut connaître parfaitement les bases des algorithmes de bio-informatique, mais également maîtriser les concepts ombre au tableau, Merck Serono ne s’est pas clairement engagée sur le calendrier de ses commandes, ce qui renforce l’importance pour l’équipe de Quartz Bio de trouver d’autres parte-Prexton Therapeutics qui reprenait biologiques de développement de naires pour lisser ses revenus. Unefin juillet les programmes des récep- médicaments et disposer d’une tâche prioritaire pour Jérôme Wojcikteurs métabotropes au glutamate culture globale des essais cliniques. qui a personnellement initié unede la firme pour l’indication de la Des connaissances très transversales phase de prospection en amont de lamaladie de Parkinson, c’est au tour que mon équipe et moi-même avons création de son entreprise. Ses clientsde Quartz Bio d’annoncer son lance- acquises en travaillant pour un grand cibles sont des pharmas en quête dement. L’entreprise fournira à l’indus- groupe comme Merck Serono. » flexibilité, des biotechs ne disposanttrie pharmaceutique et aux biotechs pas d’équipe de bio-informatique endes services de gestion de données Un carnet de commandes de 2 M€ interne, mais également les autoritéset d’analyse exploratoire pour leurs Pour démarrer son activité, Quartz Bio de santé qui sont de plus en plus pres-essais cliniques, et notamment les et ses quatre premiers salariés seront criptrices d’études indépendantesinformations liées aux biomarqueurs, implantés dans les bureaux Blue Box dans le domaine des biomarqueursclés du succès des travaux de méde- de Fongit, un accélérateur de start-up afin de stratifier les cohortes decine personnalisée. « Ce secteur est soutenu par les acteurs publics régio- malades. L’un des exemples emblé-en plein essor dans la pharma du fait naux, situé à Plan-les-Ouates, au cœur matiques de ce type d’analyse estde l’intégration quasi systématique du cluster life sciences genevois. Ce celle commanditée par la FDA sur lede companion diagnostics dans les passage devrait durer un minimum Plavix, qui avait démontré que près dedéveloppements actuels de médica- de 12 mois, le temps de structurer 3 % des patients ne répondaient pasments et du renforcement des requis un portefeuille durable et pérenne au traitement, entraînant l’intégra-insufflés par les autorités réglemen- de commandes. Pour parvenir à ce tion d’un marqueur dans le label dutaires européennes et américaines », stade, la jeune pousse s’appuiera médicament.nous a confié Jérôme Wojcik, l’ex- sur le soutien de Merck Serono qui a Juliette Lemaignen signé avec elle un accord La spin-off cadre de collaboration 1 - Lire : « Merck Serono Genève, la fin d’une icône ? » dans le n° 550 de Bf du 07/05/2012 restera s’étendant jusqu’en 2015. à Genève. Ce dernier intègre des prestations de services Quartz Bio larges, pour un montant Plan-les-Ouates – Suisse de commande qui devrait Banque Jerome Wojcik avoisiner les 2 M€ sur la Crédit Suisse – Genève période et avec le verse-responsable du service de bio-infor- ment, dès aujourd’hui, d’un montant Conseil juridiquematique de Merck Serono Genève, non-divulgué mais significatif d’avance Cabinet « id est avocats », Me Michelqui prend la direction opérationnelle sur trésorerie. « Compte tenu du faible Jaccard – Lausannede Quartz Bio. « La filière d’expertise investissement matériel requis par Comptabilité et fiscalitédans ce domaine n’est cependant pas notre activité, ces revenus devraientencore structurée de manière profes- nous permettre d’être rapidement BDO – Genève © Éditions Européennes de l’Innovation. La photocopie non autorisée est un délit.sionnelle. Hormis les pharmas qui autosuffisants sur la plan finan- Incubationdisposent souvent de compétences en cier. Cet événement sera un gage de FONGIT – Plan-les-Ouatesinterne, seuls quelques prestataires réussite pour notre compagnie qui aindépendants s’y aventurent, sans intégré dans son pacte d’actionnaires Assurances, gestion du personnelgrande puissance de frappe et souvent le souhait de ne jamais recourir à des Fédération des entreprises romandesau détriment de la qualité, ce qui m’a capitaux extérieurs pour le finance- (FER)conforté dans le projet de création ment de son développement. » SeuleRegard croisé sur Quartz Bio Philippe Lopes-Fernandes, VP, global business development - Merck Serono La force de Quartz Bio réside dans une expertise très pointue en bio-informatique et en une connaissance intime du processus de développement clinique et de ses exigences. Merck Serono a offert à Quartz Bio la possibilité de s’établir et de démarrer avec un client solide et un lien privilégié. À moyen terme, Quartz Bio devra élargir sa base de clients pour assurer son succès, mais nous sommes convaincus que la demande sera présente car ce type de services est au cœur des approches personnalisées de la médecine de demain. 4 Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562
  5. 5. StratégieOroxcell, entre école mixte et collège d’investisseursL es modèles mixtes ça marche, à condition d’en sortir ! Oroxcell est une bonne illustration de cettesentence. Ses services focalisés sur labiodisponibilité et la sécurité des molé- » Compte tenu du vide thérapeutique, de nombreux acteurs se sont d’ores et déjà engouffrés dans la brèche, mais la FDA a récemment rappelé l’importance qu’elle portait aux profils d’effets secon- stratégique basée sur un rééquilibrage du portefeuille de clients vers l’indus- trie du cosmétique qui ne souffre pas de la crise économique. Celle-ci devrait en outre être de plus en plus prescrip-cules lui ont permis de consolider dans daires de ce type de molécules, rejetant trice de prestations précliniques duun premier temps sa R&D et de créer un quelques projets jugés trop risqués au type de celles proposées par Oroxcell,pipeline à fort potentiel. Ce portefeuille niveau cardiaque. du fait de l’interdiction réglementairesuscite l’appétence des pharmas qui lui programmée d’utilisation d’animauxsuggèrent d’investiguer plus avant. Il Trouver 1,5 M€ de laboratoire dans le secteur de lalui faut donc faire des choix et surtout L’intérêt tout juste formalisé par une cosmétique.recourir à d’autres leviers de finance- pharma pour la molécule d’Oroxcell est Juliette Lemaignenment face à de nouvelles étapes gour- le signe fort du potentiel du produit. Ce 1 - Lire « Oroxcell défend sa valeur et cellemandes en cash. Le composé de cette deal sera pleinement valorisé une fois des CRO françaises » dans le n° 537 de Bf dubiotech francilienne, qui fait l’actualitéque la firme aura répondu à quelques 06/02/2012du moment avec un deal de licencing- questions scientifiques complémen-out en discussion, a été développé eninterne depuis 2006 sur la base du repo- taires, base pour envisager un premier essai chez l’homme d’ici à 12 mois et Oroxcell Romainville - 93sitionnement d’un des métabolites de la un out-licencing total ou partiel desTrimébutine, commercialisée en Europe droits de propriété intellectuelle dans Banquedepuis 1969 sous le nom de Debridat. la foulée. Pour parvenir à ce palier, - BNP Paribas, Éric Molins – Saint-Denis«Désormais brevetée au niveau mondial, Oroxcell devra cependant trouver des - Crédit Agricole, Ibrahim Bouras – Lanotre molécule vise le traitement des financements complémentaires à ses Varenne-Saint-Hilairedouleurs neuropathiques et viscérales, revenus de prestations (1). « Financerun secteur particulièrement délaissé aujourd’hui le développement d’un pipe Conseil juridique, affaires courantespar l’arsenal thérapeutique actuelle- clinique avec une activité de CRO est un Cabinet FIDAL, Muriel Lecuyer-Samson –ment disponible », nous a confié Jean vœu pieux que nous devons dépasser. Neuilly-sur-SeinePachot, CEO d’Oroxcell. « Le dernier Ce constat combiné au fait que les VC se Conseil juridique, brevet désintéressent des entre- La séparation prises disposant de modèles - Cabinet Hirsch et Associés, Françoise des activités mixtes nous amène à Lobjois, Jean-Claude Vieillefosse – Paris - Cabinet de conseil en business deve- s’impose. envisager la séparation lopment de nos activités afin de - Ernst & Young, Pascal Auger – Paris financer chaque entité de manière indépendante », Experts-comptables commente Jean Pachot. Jean Pachot Pour parvenir au seuil de Dominique Harl & Associés, Dominique Harl, Fabrice Lefort – Paris développement requis parcomposé à avoir été enregistré pour son partenaire potentiel en drug disco- Partenaires industrielsles douleurs viscérales est le Zelnorm, very, l’équipe de management estime Anaconda, APHP, BioAlliance, Cellial,commercialisé aux États-Unis avant ses besoins à 1,5 M€. « Une somme à Danone, Euroscreen (B), Galderma, Guer-d’être retiré du marché mi-2007 pour fédérer auprès d’un ou plusieurs parte- bet, Ipsen, L’Oréal, Medicen, Mutabilisdes raisons d’effets secondaires graves naires à la recherche d’une opportunité Mitsubishi (JP), Nosan (JP), Pierre Fabredans le secteur cardiovasculaire. En neuf d’investissement sur le court terme », Pharma C, Proskelia-Galapagos, sanofi- aventis, Servier, Theraptosis, Unilever,mois de vente, le Zelnorm avait atteint ajoute le dirigeant qui présente en paral- Mitsubishi Tanabe, Merck, Total, Saintdes revenus de 600 M$. Les premiers lèle aux financiers qu’il rencontre une Gobain, Solvay, Trima, Natura, EMS, GSK,résultats de pharmacodépendance et de alternative financière plus ambitieuse, Vitanova, Unilever, Chanelpharmacovigilance réalisés à partir de tablant sur une levée de 8 à 10 M€ Conseil scientifiquemodèles particulièrement prédictifs sur pour l’avancée de plusieurs autresnotre candidat médicament vont dans molécules actives dans la douleur, mais Professeur Jehan-François Desjeuxle sens d’un composé safe, ce qui laisse également sur l’axe de l’anxiété et de la Jacques Leclaireentrevoir un avenir prometteur avec dépression. L’activité de service devrait Jean Deregnaucourt Pierre-André Polydes revenus potentiels de blockbuster. quant à elle faire l’objet d’une refonteRegard croisé sur Oroxcell Jean-François le Bigot, CEO de CiToxLAB Le choix projeté de Monsieur Pachot de séparer ses activités de prestation de services et de drug discovery me paraît tout à fait pertinent. Nous avons traversé, en Europe, une période plus longue que ce que j’aurais initialement présagé, durant laquelle les modèles mixtes de ce type ont semblé être crédibles. Nous sommes aujourd’hui arrivés à un stade où le constat d’échec apparaît probant. En effet, il y a pour moi un réel conflit d’intérêt à avoir ce type d’activité double. Un prestataire de services, s’il veut performer dans la durée, doit en effet mettre 100 % de ses talents au service de ses clients. Sur le plan financier, le modèle mixte ne correspond pas, par ailleurs, aux attentes des financiers qui veulent soit soutenir une activité de services, avec un investissement et un risque modéré et des retours du même ordre, soit miser sur du développement de molécules, secteur beaucoup plus risqué et cash-consumer, mais également avec un énorme ROI en cas de succès.Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562 5
  6. 6. ExpertiseMutation du modèle économique de la pharma :l’industrie se réinventeN ul ne peut désormais l’occulter : l’industrie pharmaceutique souffre et doit se trans-former pour dépasser le modèle quia fait son succès durant la deuxième concentré leur activité sur les écono- mies développées. Ces pays ont vu se mettre en place « l’État providence », avec pour conséquence le choix d’un financement solidaire qui fait porter laboratoires pharmaceutiques ont mis en œuvre un modèle reposant sur l’in- ternalisation de l’ensemble des étapes du cycle de vie du médicament : R&D, production, commercialisation,partie du XXe siècle. La vieille dyna- le coût des médicaments sur la collec- distribution. Ce modèle « PUSH »,mique basée sur le développement tivité (assurances publiques, privées, fondé sur un accès sans contrainteéconomique du monde occidental mutuelles…). Il en découle une spécifi- au marché, est aujourd’hui largementet l’existence de besoins croissants cité importante pour les laboratoires : remis en cause dans les pays maturesen matière de santé ne peuvent leurs clients (patients, médecins) sont où les industriels mettent en place unplus suffire à financer une inno- rarement les payeurs. modèle « multiparties prenantes »vation toujours plus coûteuse et fondé sur le développement decontraignante. Une influence grandissante de « solutions » et non plus seulement contraintes extérieures sur la vente de comprimés. En effet,Spécificité du modèle écono- L’industrie pharmaceutique ne fonc- l’environnement oblige à composermique traditionnel de l’industrie tionne pas en circuit fermé et subit avec des parties prenantes plus pres-pharmaceutique l’influence d’un environnement en santes qu’auparavant : payeurs, auto-Le modèle économique de l’industrie profonde mutation, sous l’effet de rités de santé, patients.pharmaceutique a traditionnellement plusieurs tendances de fond quiconsisté à développer, fabriquer et traversent les économies matures. Dans un contexte de crise des dettescommercialiser des médicaments Le paysage démographique de ces souveraines, l’équilibre des comptesdestinés à soigner une population de territoires est en effet marqué par sociaux est devenu la priorité desmalades. Concrètement, cela s’est le vieillissement de la population et gouvernements. Cela se traduit partraduit par l’exploitation de méca- l’allongement de l’espérance de vie une mise à l’index des dépenses denismes d’action chimiques ou biolo- qui engendrent de nouveaux besoins médicaments et par une pressiongiques permettant la fabrication et en matière de santé et génèrent forte sur les sources de revenus desla vente d’un médicament, via un des coûts supplémentaires pour les laboratoires. Il est d’ailleurs regret-processus industriel. Sur cette base, systèmes de couverture. De même, table que le débat sur les économiesles laboratoires doivent sans cesse l’environnement technologique de la en matière de santé se concentre tropinnover et rechercher de nouveaux santé évolue rapidement avec l’émer- systématiquement sur les médica-mécanismes. Une fois le concept gence des nouvelles technologies de ments. À titre d’exemple, si la Francetraduit en produit, les acteurs indus- l’information et de la communication dépense plus de 11 % du PIB danstriels doivent en amortir le coût. Ils qui trouvent des applications dans le la santé, les dépenses de médica-ont pour cela mis en place un système domaine du soin. ments n’en représentent que 1,5 %.de protection de la propriété intellec- De réelles marges de manœuvretuelle qui, via les brevets, leur permet Le panorama concurrentiel, enfin, existent donc pour limiter les défi-de tirer une rente d’exploitation se transforme à deux niveaux : cits et une gestion optimisée duexclusive des mécanismes d’action sous l’effet de la mondialisation système de santé devrait permettreissus de la R&D. Dès que le médica- qui déplace le périmètre d’activité de lutter contre le gaspillage sans © Éditions Européennes de l’Innovation. La photocopie non autorisée est un délit. géographique des labora- qu’il soit besoin de pointer du doigt le Le réservoir toires vers les pays émer- médicament. de croissance gents et met en exergue futur se situe en les limites du système de La pression des autorités de santé est Afrique. protection de la propriété également plus forte et fait suite aux intellectuelle, ainsi qu’au problématiques éthiques mises en niveau de la concurrence lumière par les pratiques commer- Thibaud Durand issue des génériques ciales de certains laboratoires. Les et des biosimilaires. acteurs industriels font donc face àment est développé et protégé, il doit Les laboratoires pharmaceutiques un encadrement juridique et régle-trouver sa place sur un marché et sont donc contraints d’adapter leur mentaire toujours plus strict de leursaccéder à une source de financement. modèle économique traditionnel aux activités.Ce troisième pilier du modèle tradi- mutations de leur environnement.tionnel met en lumière une spécifi- Enfin, avec l’essor de l’informationcité de l’industrie pharmaceutique. D’un modèle « PUSH » centré sur médicale toujours plus accessible viaEn effet, les laboratoires répondent le produit à un modèle « solutions internet, le patient, client final deà un besoin universel : le soin. Ils intégrées » l’industrie pharmaceutique, devientont cependant dû faire face à une Dans les pays développés portés davantage un consommateur. Deinégale répartition des ressources par des organismes payeurs forts plus, l’allongement de son espérancefinancières permettant l’accès aux et l’existence de nombreux besoins de vie fait évoluer ses besoins etmédicaments et ont historiquement non-couverts en matière de santé, les oblige les acteurs industriels à penser 6 Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562
  7. 7. Expertiseun accompagnement de longue l’activité vers les pays émergents. On l’agroalimentaire profitent de l’évo-durée, là où quelques années plus tôt assiste en fait à un rééquilibrage : en lution du comportement du patientils répondaient à un besoin ponctuel. volume, le vieux monde est toujours consommateur et se positionnent le client principal, mais en termes de comme des offreurs de services surProposer une solution, c’est-à- dynamique l’activité est tirée par les un marché dont les frontières sont dedire un médicament associé à des pays émergents. plus en plus poreuses.services, permet ainsi aux labora-toires de répondre à des besoins Dans la course concurrentielle que Sur le plan géographique, s’implanterplus nombreux et plus complexes, se livrent les big pharmas pour la dans les pays émergents induit enen satisfaisant l’ensemble des parties conquête de ces nouveaux marchés, contrepartie un transfert de techno-prenantes à leur environnement. les européens semblent avoir un logie et de capacités de production.Toutefois, ce modèle « solution inté- temps d’avance sur leurs concurrents Cette situation fait courir un risquegrée » concerne essentiellement les US. Les Américains sont encore large- aux laboratoires pharmaceutiques,pays matures. Dans les pays émer- ment concentrés sur leur marché sur des marchés qui ne garantissentgents, où l’environnement est encore domestique où la pression sur les prix pas encore un niveau de protectionmoins contraint, les industriels demeure moins forte qu’en Europe. de la propriété intellectuelle suffi-déploient un modèle « PUSH » tradi- Et les Européens ont l’habitude de sante. En effet, les pays dit « émer-tionnel, qui leur permet de capter des s’adapter à des systèmes de santé gents » ont en réalité émergé depuisréservoirs de croissance importants. variés. Ainsi, Sanofi se positionne longtemps et pourraient, à terme, comme numéro 2 sur leUn rééquilibrage géographique marché chinois, derrière Offrir au patiententre économies matures et pays le Britannique Astra des solutions inté-émergents Zeneca et devant son grées à la placeDepuis une vingtaine d’années, l’évo- compatriote GSK. des comprimés.lution de l’environnement a conduità une stagnation des ventes dans les Cependant, le réser-pays matures, socle historique de voir de croissance futur Vincent Genetl’activité des acteurs industriels. Ils se se situe en Afrique, oùsont donc tournés vers les marchés l’environnement est vierge et les menacer le leadership des paysémergents qui sont aujourd’hui les besoins immenses, et certains labora- matures en matière d’innovation.contributeurs à la croissance de leur toires comme Sanofi semblent avoirchiffre d’affaires. d’ores et déjà amorcé le virage. Il est L’enjeu pour les pays matures est aujourd’hui évident que la seconde donc de créer les conditions permet-Ainsi, en 2009, le Brésil représentait un moitié du XXIe siècle sera Africaine tant aux acteurs industriels de mettremarché de 16 Md$, la Russie 7,9 Md$, pour le marché de la pharma. en place leur nouveau modèle. Lesl’Inde 8,4 Md$ et la Chine 25,5 Md$, systèmes de santé ont en effet toutsoit un total pour les BRIC de 58 Md$. Défis des années à venir à gagner au développement de solu-Avec un taux de croissance annuel Des acteurs, autrefois étrangers au tions intégrées à même de répondremoyen, d’ici à 2015 estimé à 16 % secteur de la santé, émergent comme aux besoins des populations, dans unpar an, ces territoires devraient de possibles concurrents mais égale- contexte budgétaire toujours plusreprésenter à cette échéance un ment comme d’indispensables parte- tendu.marché total d’environ 140 Md$, la naires dans le développement deChine devenant même le 2e marché « solutions intégrées » répondantdu monde derrière les États-Unis. aux besoins des clients dans les pays Thibaud Durand, responsable de mis-Il serait toutefois injuste de parler matures. Opérateurs de téléphonie, sion et Vincent Genet, directeur de lade basculement géographique de acteurs de l’IT ou industriels de BU Santé chez Alcimed On en a parlé cette semaineWebHybrigenics SA (ALHYG), société biopharmaceutique cotée sur le marché Alternext (NYSE-Euronext) de Paris et focalisée dans larecherche et le développement de nouveaux médicaments contre les maladies prolifératives, a annoncé le lancement d’un site webdédié à Hybrigenics Services, sa filiale spécialisée dans les interactions entre protéines, et la mise en ligne d’une nouvelle version deson site web institutionnel. Le site web d’Hybrigenics Services (www.hybrigenics-services.com) a été conçu pour susciter un attraitscientifique et commercial optimal de la part de ses clients principaux : les chercheurs en sciences de la vie du monde entier. Lanouvelle version du site institutionnel d’Hybrigenics (www.hybrigenics.com) s’adresse tout particulièrement à ses actionnaires ainsiqu’aux investisseurs et partenaires pharmaceutiques potentiels. Les deux sites mettent l’accent sur une navigation intuitive, la clartéet la proximité.Document de BaseNovacyt, le spécialiste de la cytologie de nouvelle génération a annoncé l’enregistrement par l’Autorité des marchés financiers (AMF)de son document de base sous le numéro I.12-042 en date du 5 septembre 2012, dans le cadre de son projet d’introduction en boursesur le marché de NYSE Alternext à Paris. Novacyt développe une solution de cytologie de nouvelle génération pour la détection ducancer du col de l’utérus La solution innovante de cytologie en milieu liquide repose sur un flacon révolutionnaire et un automateunique garantissant un haut niveau d’assurance qualité et de sécurité pour les utilisateurs. Novacyt est également la première tech-nologie médicale qui répond aux exigences de développement durable avec des déchets non polluants, utilisant moins de consom-mables par tests que ses concurrents. Cette technologie est la seule à garantir la sécurité maximale du technicien de laboratoire.Biotech Finances - 10 septembre 2012 - N° 562 7
  8. 8. Ve i l l e S t raté g i q u e LES DEALS DE LA SEMAINE ÉcOULÉE EN EUROPE ET EN ISRAËL Acquiror Target Acquiror Target Deal Deal value country country Deal status name name type th EUR code code1. CINVEN GB MERCURY PHARMA GROUP LTD GB Institutional buy-out 100 % Completed 586 397,212 NOVARTIS BIOVENTURES CH AERPIO THERAPEUTICS INC. US Minority stake unknown % Completed 21 538,353 AXA INVESTMENT MANAGERS SA FR AKER BIOMARINE ASA NO Minority stake 4,938 % Completed 8 094,34*4 SYMRISE AG DE PROBI AB SE Minority stake 11,77 % Completed 7 476,12*5 BROADVIEW VENTURES INC. US LAURANTIS PHARMA OY FI Minority stake unknown % Completed 5 640,006 BTG PLC GB Minority stake 0,167 % Completed 2 212,68*7 THROMBOTARGETS EUROPE SL ES Minority stake unknown % Announced 2 000,00*8 DARWIN STRATEGIC LTD GB PROVEXIS PLC GB Minority stake 2,082 % Completed 737,739 SVENSKA CELLULOSA AB SE SWISS MEDICAL SOLUTION AG CH Acquisition 100 % Completed n.a. NOVADEX PHARMACEUTICALS ABS PRECLINI-10 MEDIVIR AB SE SE Acquisition 100 % Completed n.a. CAL RESEARCH STAGE ASSETS NOVARTIS AGS VACCINES FACILITY IN11 BENCHMARK HOLDINGS LTD GB GB Acquisition 100 % Completed n.a. BRAINTREE12 BIOLITEC UNTERNEHMENSBETEILIGUNGS I AG AT BIOLITEC AG DE Acquisition 100 % Announced n.a. BIOTECH FINANCES PREMIUM 2012 L’offre papier (44 n° imprimés) L’offre web toute l’information en ligne L’offre mobile partout avec vous 11 ans d’archives accessibles directement La BioMap France 2011-12 je choisis l’abonnement (TVA 2,10%) Tarif NORMAL 1 licence : 1 170,00€ ttc • 3 licences : 2 240,00€ ttc (pu remisé 746,66€ ttc) • 5 licences : 3 510,00€ ttc (pu remisé 702,00 € ttc Tarif START-UP (-de 3 ans) 1 licence : 586,00€ ttc • 3 licences : 1 054,80€ ttc (pu remisé 351,16€ ttc ) Bulletin d’abonnement A renvoyer à Biotech finances 108 rue Bossuet 69006 Lyon par mail à abonnement@biotech-finances.com - par fax au 09 80 08 51 46 Oui, je souhaite m’abonner à l’offre ............................ (reporter le tarif sélectionné).............................................................. La lettre Biotech Finances + la BioMap France 2011-12 + l’offre web + l’offre mobile + l’accès intégral aux archives (11 ans) Je règle ...........................€ TTC pour 1 an reporter le tarif sélectionné ⃝ A récepon de facture ⃝ Par chèque à l’ordre de Biotech finances EEI ⃝ Par virement bancaire à récepon de facture et du rib ⃝ Par carte bancaire (remplir les informaons d’idenficaon de CB ci-dessous) Carte Bancaire Visa Mastercard © Éditions Européennes de l’Innovation. La photocopie non autorisée est un délit. N° : …………………………………………………………………………………… Expire fin : ….. /……. Je note les 3 derniers chiffres figurant au dos de ma carte, Près de la signature : …………………………………………. e arr ive ! Date et signature obligatoires : E ll Nom Prénom Société Fonction Adresse Cp Ville Téléphone MailBiotech finances est une lettre hebdomadaire imprimée et en ligne publiée par les Editions Européennes de l’Innovation ▪ Directeur de la publicationet Rédacteur en chef : Jacques-Bernard Taste – jbtaste@biotech-finances.com ▪ Rédaction : Juliette Lemaignen – jlemaignen@biotech-finances.com ;H Ella – hella@biotech-finances.com ; Anne-Laure Languille – allanguille@biotech-finances.com ▪ Maquette : Anne-Laure Perret - www.annelaure-p.com▪ Société Editrice : Editions Européennes de l’Innovation, au capital de 40 326€ ▪ Siège Social : 108 rue Bossuet, 69006 Lyon France ▪ Tél. + 33 (0) 980 08 51 45▪ Fax. +33 (0) 980 08 51 46 ▪ RcS Lyon : 480 764 398 ▪ commission paritaire : 0616 I 79205 ▪ ISSN : 1298-9428 ▪ Prix du numéro : 37 € ▪ Prix de l’abonnementannuel : 1 170 € (44 n° / an) ▪ Site web : www.biotech-finances.com ▪ Publicité : + 33 (0) 980 80 08 51 45 ▪ Imprimeur : Dupli-Print 2 rue Descartes, 95330 Domont. 8 BIOTEcH FINANcES - 10 septembre 2012 - N° 562

×