Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Comment restructurer positivement l'avenir de l'emploi et du chômage ?

Au-delà du parcours de Paul DUAN, l'initiative transportée par son lab' (sa start-up) Bayes Impact est un projet, un prototype d'éveil, de réflexion pour restructurer positivement l'avenir de l'emploi et du chômage.
Alliant un structure légère, à but non lucratif, basant son core model sur du big data (ie vouloir devenir "l'ONU des nouvelles technologies") mixé à un modèle mathématique (IA) poussé, à une offre finale gratuite et en libre-service, l'ambition de ce "personnage" émet une tonalité cristalline.
Ce type d'initiative, de "promesse folle", existe en France.
La start-up Monkey Tie (https://www.monkey-tie.com/a-propos) a su apporter une réelle valeur ajoutée au portail de Pôle Emploi en apportant "dans le bon sens", par l'affinitaire, des outils d'aide au demandeur d'emploi (http://www.emploi-store.fr/portail/services/testerVotreProfilProfessionnel).
Par rebond, le Lab RH (http://www.lab-rh.com/a-propos) est une zone d'incubation et d'innovation, permettant d'imaginer un futur social, équitable, durable !

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Comment restructurer positivement l'avenir de l'emploi et du chômage ?

  1. 1. DUAN QUICHOTTE 40 Couverture Paul essaie de calculer le nombre de pétales de ces fausses fleurs.
  2. 2. Society 41 Paul Duan est le genre de personne qui peut envoyer, sans vraiment avoir l’air d’en faire trop, un message qui dit: “Sinon, j’ai une idée pour la lutte contre Daech.” En l’espèce, il s’agirait de casser les sites de propagande de l’État islamique et de les remplacer par des messages d’aide à la réinsertion. Facile à dire? Facile à faire aussi, visiblement. Car Paul Duan est également ce genre de personne qui a les moyens de ses ambitions. À 23 ans à peine, il est à la tête de Bayes Impact, une start-up basée dans la Silicon Valley dont la particularité, par rapport aux autres structures de son genre, est d’être à but non lucratif et de travailler sur des projets de bien commun. Et c’est peu dire qu’il y a du pain sur la planche. Début décembre, Paul Duan était invité par le gouvernement serbe, afin d’aider les autorités locales à fluidifier la gestion informatique de l’afflux des réfugiés dans la région. Un peu plus tôt, en septembre, c’était François Hollande qui l’avait reçu, en marge du forum Convergences, au palais Brongniart, où les deux hommes avaient pris la parole. Quelques minutes d’entrevue, arrangées à l’avance et engagées de cette manière par le jeune homme: “Monsieur le président, j’ai les compétences pour réduire le chômage.” Puis, ont suivi des rencontres avec Axelle Lemaire, Myriam El Khomri, Emmanuel Macron. En à peine une semaine. À chaque fois, Duan a parlé de Bayes Impact en ces termes: “Nous voulons devenir l’ONU des nouvelles technologies.” Dans sa manche, le jeune entrepreneur compte un atout people que les puissants aiment bien: Jamel Debbouze. Après avoir entendu parler de Paul Duan dans la presse et appris qu’il venait, comme lui, de Trappes, dans les Yvelines, l’humoriste s’est fendu d’un mail avec pour objet “Un encouragement de la part d’un Trappiste”. Les deux hommes se sont ensuite vus à Los Angeles en août 2015. Depuis, l’acteur fait de la retape pour Duan, notamment auprès de plusieurs grands patrons français. Une tournée du genre lucratif: lors de son vol retour vers les États-Unis, il y a quelques semaines, Paul Duan a pu repartir en Californie avec 450 000 euros de dons en poche. Le “plan d’attaque” La somme devrait servir à financer le développement de la dernière idée de Bayes Impact: un projet au nom de code énigmatique –“My Game Plan”, pour “mon plan d’attaque”– dont un premier prototype devrait voir le jour d’ici le mois d’avril, avec un lancement en dur prévu pour le deuxième semestre 2016. Concrètement, Il a 23 ans, l’allure de Monsieur Tout- le-Monde et pourtant, les politiques se l’arrachent. Encore inconnu du grand public, Paul Duan, fils d’immigrés grandi à Trappes, navigue entre ministères et salons dorés avec une promesse folle: celle d’être capable, grâce aux mathématiques, d’inverser la courbe du chômage. Avant de s’attaquer aux autres problèmes du monde? PAR VINCENT BERTHE ET ANTHONY MANSUY PHOTOS: VINCENT BERTHE POUR SOCIETY ANALYSE PAR ERIC LEGER il s’agirait d’une plateforme web capable, selon une autre formule grandiloquente, “de réduire le taux de chômage de 10% et faire économiser à l’État plusieurs milliards d’euros par an”. Paul Duan s’appuie, pour cela, sur le nombre d’emplois non pourvus en France: un chiffre qui pourrait tourner autour de 300 000 postes selon la ministre du Travail, 450 000 selon une source à Pôle emploi. “L’idée est d’avoir une vision à 360° du marché du travail, avec un seul site où officierait un assistant intelligent, capable de proposer, à tout moment, la meilleure action à entreprendre. Le tout gratuitement et en libre- service.” La future interface se veut aussi intuitive qu’une recherche Google ou une navigation sur Facebook: l’utilisateur répond à une suite de questions qui permettent à l’intelligence artificielle de My Game Plan d’analyser son profil. Puis de lui proposer le fameux plan d’attaque, parce que, en parallèle, l’outil capte, liste et enregistre toutes sortes de données sur le marché du travail: les emplois vacants, les chiffres sur les métiers d’avenir ou en tension, les compétences requises, les CV des demandeurs d’emploi, leur situation géographique, la typologie des métiers et leur perméabilité, ainsi que les exemples réussis de reconversion professionnelle et les formations disponibles. Ce qui permet à l’utilisateur de connaître la probabilité de trouver un emploi dans sa branche dans les six prochains mois, ainsi que les étapes à entreprendre ou les formations disponibles pour se reconvertir si besoin. De quoi rendre obsolète Pôle emploi? “Pas du tout, se défend Duan. Ça viendra en complément du travail des conseillers. L’idée, c’est de créer d’un côté, des superconseillers, et de l’autre, des superdemandeurs. Cela laisserait à Pôle emploi d’autant plus de temps pour se consacrer à l’aspect humain. Qui va s’en plaindre?” Grand prince, Paul Duan précise que My Game Plan est un projet en open source, ce qui signifie que d’autres États pourront gratuitement l’utiliser et “même le faire évoluer s’ils le souhaitent”. Et surtout que Bayes Impact veut en faire cadeau à l’État français. “On est une structure à but non lucratif, financée par des dons et des fondations, donc au mieux on pourrait facturer des coûts de maintenance et de développement au gouvernement ; mais le projet, on leur donne.” Paul Duan prévient: hors de question pour lui de jouer la carte du misérabilisme ou du storytelling: “Je ne suis pas un martyr des banlieues et je n’ai jamais connu de problèmes de racisme ou d’ostracisme social.” Néanmoins, difficile de ne pas relier son envie de réduire les problèmes d’emploi en France avec ceux de sa ville d’origine, Trappes, où le taux de chômage dépasse les 17%. D’autant que l’histoire de sa famille s’y prête par plusieurs aspects. Les parents Duan sont originaires de Chine. Tous les deux titulaires d’un doctorat ou en passe de l’être, ils prennent la direction d’une vie modèle au pays de Mao, jusqu’à cette nuit du 3 au 4 juin 1989 sur la place Tian’anmen, lors de laquelle Hui Duan et son mari Qi Chao observent, désespérés, l’armée tirer sur les manifestants et mettre brutalement fin aux espoirs du mouvement étudiant. La rupture est totale. Le couple parvient à fuir vers la France, où Qi Chao achèvera sa dernière année de doctorat en thermodynamique. Mais il faut tout recommencer: apprendre la langue, trouver un logement, vivoter de petits boulots. Le père prend rapidement un job de mécanicien, la mère développe des pellicules chez Fujifilm la nuit. Désormais installés dans une HLM à Trappes, ils vivent mal ce déclassement social. “Dans un tel contexte, je n’avais aucune excuse pour planter mes études”, dit Paul Duan. L’entrepreneur avoue pourtant qu’il appréciait peu l’école, lui qui apprit à lire tout seul et résolvait, dès la maternelle, les exercices niveau CP de son frère aîné. “Le cadre scolaire ne me convenait pas, ce n’est pas comme ça que je voulais apprendre.” Il ressort le mot d’un de ses anciens profs de mathématiques: “Paul sera peut-être ingénieur en aéronautique mais pour cela, il faut apprendre les maths.” Loin de s’en féliciter, Hui, sa mère, s’inquiète à l’époque de voir son fils cadet sortir du moule. “Il est vite devenu l’attraction de la cour de récré. Les plus grands venaient le tester, lui poser des colles, des questions de calcul. Mais j’ai refusé de le mettre dans une école spécialisée pour surdoués. L’important, c’était l’équilibre, pas l’intelligence.” Dès 13 ans, Paul Duan crée des sites web, ce qui peut lui rapporter parfois des rentrées d’argent
  3. 3. Couverture42 de 800 et quelques euros. Puis, il profite d’une bourse pour filer au collège-lycée privé Buc, l’une des meilleures institutions scolaires de France. Où ce n’est pas la réussite qui l’attend, au contraire: le jeune Paul Duan fait une dépression. “L’adolescence, c’est déjà difficile, alors quand tu es le seul Asiat’ au milieu de tous ces bourgeois, que t’es plus petit que les autres et le geek de service, autant dire que tu ne colles pas aux stéréotypes positifs”, se souvient-il. Aujourd’hui, Paul Duan est en analyse, ses tourments sont apaisés après l’avoir longtemps “étouffé”. “J’ai fini par comprendre que la voie royale, c’était vraiment pas pour moi.” Après le lycée, là où beaucoup de ses camarades se dirigent vers des carrières de polytechniciens ou de centraliens, lui file à Sciences Po Paris “pour faire de la politique, changer le monde”. “Bercy, c’est glauque” En un sens, Bayes Impact, sa créature, s’attelle aujourd’hui à déplacer la culture du solutionnisme, selon laquelle les nouvelles technologies pourraient résoudre tous les grands problèmes de l’humanité, sur un terrain associatif. Depuis plusieurs mois, quatre ingénieurs de la start-up-ONG travaillent à l’élaboration d’un algorithme, soit “une suite d’instructions, avec du code et des formules mathématiques, bref de la plomberie informatique”, comme le résume rapidement Duan. La même technologie qui permet à Google de proposer ses résultats lors d’une recherche, ou à Uber de dispatcher la voiture libre la plus proche vers ses utilisateurs. Sur My Game Plan, le travail de l’algorithme consiste à traduire un grand nombre de données éparses en temps réel et surtout en langage naturel afin de ne pas “perdre” l’utilisateur. D’où cet enjeu principal pour Bayes: parvenir à agréger le plus d’informations possible sur le marché du travail. Elles existent déjà, mais sont éclatées façon puzzle sur plusieurs dizaines de services différents. Dans un premier temps, Duan a donc sollicité Viadéo, le Centre national d’enseignement à distance (CNED) et même Le Bon Coin. Tous seraient partants. C’est grâce à ce statut d’ONG à but non lucratif que Bayes peut récupérer les données de telles entreprises commerciales. “Et puis, surtout, on leur ramènera pas mal de trafic si ça marche”, justifie le jeune entrepreneur. De l’autre côté, l’intéressé a multiplié les discussions avec les dirigeants de Pôle emploi et les cadres du ministère du Travail, afin d’avoir accès aux données du service public. Jusqu’à un rendez-vous début décembre, donc, avec Myriam El Khomri au ministère, pour une heure de présentation de My Game Plan. C’est une discussion avec Jamel Debbouze qui aurait convaincu la ministre du Travail de trouver un créneau dans son agenda. Pas vraiment impressionné par le bureau tout en dorures, le jeune patron est venu habillé d’un t-shirt sur lequel Abraham Lincoln joue les DJ. Peut-être pour conjurer le trac, il a comparé l’Emploi Store du gouvernement à un service où il y a “autant d’applications que de Pokémon”, affirmé que “Bercy, c’est glauque comme endroit” et que “vendre des données publiques à des entreprises, c’est du caca”. Le style a plu à El Khomri. La ministre a ponctué le rendez-vous d’un premier gage de soutien, en prévoyant un test du projet sur un échantillon de demandeurs d’emploi. Avant de conclure: “Bon, et Jamel, il est prêt à nous aider sur la com’?” Aïe. Avant Jamel Debbouze, avant Myriam El Khomri et avant même l’idée de changer le monde à coups d’algorithmes, il y avait surtout une bonne dose d’idéalisme. C’est à San Francisco, au cours d’un dîner organisé au printemps 2014 entre Paul Duan, Eric Liu –aujourd’hui colocataire et associé de Duan– et un troisième ami, que l’envie d’utiliser la science des données pour le bien commun a vu le jour. Ce soir-là, installé dans un restaurant vietnamien, le Français interroge ses convives: “Est-ce qu’on pourrait aider les centres d’accueil pour SDF juste en traitant bien les données?” L’ami en question n’y croit pas. “Mais comment tu vas obtenir les données des centres d’accueil? Et tu feras quoi une fois que tu les auras?” Eric Liu, lui, hésite. La discussion dure près de trois heures. “À un moment, Paul a tranché, se souvient Liu. Il a dit: ‘Non mais en fait, il faut qu’on le fasse.’ Et c’était parti.” Trois mois plus tard, Bayes Impact était déjà au turbin sur son premier projet: un algorithme de détection des fraudes pour le service de microcrédit Zidisha. La rencontre déterminante entre Eric Liu et Paul Duan avait eu lieu deux ans plus tôt. Les deux hommes fréquentaient alors la prestigieuse université de Berkeley, située au nord-est de San Francisco. Paul Duan y était arrivé en 2011, dans le cadre d’une année d’études à l’étranger. “J’ai gagné un concours au sein de Sciences Po, et le premier prix était de passer la troisième année là-bas pour y faire de la recherche dans le domaine de l’économie”, raconte celui qui alterne alors excellentes notes et gros plantages. Eric Liu, lui, vient de monter une organisation étudiante pour aspirants entrepreneurs. Lors du premier événement organisé par ladite organisation, Paul se pointe, attiré par “une fille [qu’il aimait] bien et qui voulait y participer”. Eric se rappelle un jeune homme “à l’accent hésitant, mais très européen dans le style” et qui “dénotait complètement dans cet environnement rempli de geeks”. Comprendre: s’il a passé son adolescence à être vu comme le nerd de service, Duan voit en Amérique l’occasion de se réinventer. “La distance m’a permis de me reconstruire car personne ne connaissait mon passé, personne n’était là pour m’appeler ‘le dérangé du bus’ comme c’était le cas dans le 7-8, se souvient-il. C’est la première fois que j’ai eu de vrais potes, que je pouvais m’en faire facilement et j’ai compris qu’il me suffisait de trouver des gens aux valeurs similaires aux miennes, plutôt que de me conformer à celles des autres.” C’est donc lors de cette année à Berkeley que la graine de l’entrepreneuriat est plantée. “Jusque-là, j’avais toujours été le mec qui faisait un peu des petites combines, qui traçait sa route dans son coin.” Après avoir décroché son deuxième bachelor à Berkeley, Duan postule pour intégrer un master de “trader quantitatif”, nom barbare utilisé pour décrire le boulot des employés en charge des algorithmes boursiers. Soit l’opposé des missions d’intérêt général embrassées plus tard par Bayes Impact. Paul s’explique: “J’étais malgré tout le produit de mon éducation, je me disais que le succès se mesurait à l’argent engrangé. Un sens de l’élitisme hérité du lycée de Buc. Il a fallu que je m’en défasse. C’est arrivé en fin d’année, je me suis dit: ‘Merde, c’est pas ça que j’ai envie de faire.’” Le lancement de Bayes Impact, à l’été 2014, oblige Paul à quitter un boulot confortable chez Eventbrite, sorte de concurrent américain de Digitick, et un salaire mensuel à cinq chiffres. Il y était arrivé après un recrutement chez PayPal, où il ne mettra pourtant jamais les pieds. “Le mec qui m’a pris pour ce boulot s’est finalement tiré chez EventBrite, donc je l’ai suivi”, remet Duan. L’annonce du job chez PayPal s’accompagnait des prérequis suivants: un doctorat et au moins quatre années d’expérience. Duan n’avait ni l’un ni l’autre. Pourquoi a-t-il décroché le job, alors? “La créativité et la capacité à apprendre vite sont parfois plus importants que l’expérience, explique Gilad Horev, le recruteur en question. Et ça, Paul n’en manquait pas.” Chez Eventbrite, en charge de booster la sécurité du service, Duan crée un algorithme qui permet de réduire de 99,8% les “Lasciencedesdonnées, c’estlegrosbusinessde demain!Touslesplusgros cabinetsdeconseilsont dessus.Etlà,aumilieu desMcKinsey,Capgemini, Ernst&Youngquise tirentlabourre,ilyaPaul Duanquijoueauchevalier blanc”un cadre du ministère COLLECTIONPERSONNELLEPAULDUAN–RAPHAËLDEBENGY/HANSLUCAS–VINCENTBERTHEPOURSOCIETY
  4. 4. Couverture44 pertes liées aux fraudes. Avant, donc, de tout plaquer. “J’ai très vite senti son intérêt pour les questions sociales et économiques, je n’ai donc pas été surpris”, reconnaît Horev. Aujourd’hui, Paul affirme ne rien regretter. Même si Eric Liu ironise: “Il est heureux oui, mais fauché.” Comme ses collègues, semble-t-il. La dizaine d’employés de Bayes provient pour une bonne part d’autres géants de la Silicon Valley, comme Uber ou Facebook. Parmi eux, Everett Wetchler, un ancien de Google. Il résume le sentiment général d’une équipe dont les émoluments sont bien inférieurs aux standards de la Silicon Valley: “Tout l’argent du monde ne pouvait pas racheter les 40 heures par semaine que je perdais sur un projet qui n’avait pas de sens. Je suis un homme blanc, issu d’une famille éduquée dans un pays riche, c’est donc un peu comme si j’avais gagné à la loterie de la vie. Et je me dis que j’ai peut-être mieux à faire dans mon existence qu’aider Google à engranger encore plus de revenus publicitaires.” “Pas si farfelue que ça” À 8 000 kilomètres de Paris, dans les bureaux californiens de Bayes Impact, l’initiative “Pôle emploi” a exigé “un peu de lobbying interne” histoire de convaincre l’équipe du bien-fondé du projet. Dans une ONG où l’on compte aussi bien des Américains que des Français mais aussi un Allemand et un Iranien, l’ambiance n’est en effet pas vraiment à la “préférence nationale”. Duan, qui se revendique aussi bien de la “culture start-up” que de celle du service public, rejette, lui aussi, toute justification patriotico-sentimentale: “On y va juste parce que les conditions sont particulièrement favorables, point barre.” Everett Wetchler enfonce le clou: “Même si nous sommes basés aux États- Unis, nous ne cherchons pas particulièrement à aider les Américains, ni aucune autre nationalité d’ailleurs. Ce qui compte, c’est d’aller là où on peut faire vraiment la différence. Et en ce moment, c’est chez vous.” Dans son malheur, la France offre, il est vrai, de réelles perspectives pour Bayes Impact: le chômage est l’un des problèmes majeurs du pays et Pôle emploi centralise presque toutes les données concernant le marché du travail. “Un cas assez unique dans le paysage mondial”, confirme-t-on au sein de l’organisme public. La question qui se pose est la suivante: l’algorithme de Paul Duan peut-il réellement faire baisser le chômage? “L’histoire des milliards d’économie comme des 10% de baisse du chômage, c’est de la pure com’. Des chiffres à la louche, sans aucune étude réalisée”, admet le jeune homme, pas dupe de ses effets de manche. Tout en qualifiant sa projection de “pas si farfelue que ça”. Du côté du service public, un proche du dossier confirme: “Pôle emploi, en gros, c’est 33 milliards de prestations sociales par an. Donc, la moindre baisse un tant soit peu significative de demandeurs d’emploi et ça chiffre direct.” À ce titre, l’exemple allemand aurait, à ses yeux, de quoi rendre optimiste: “Il y a dix ans, l’agence Emploi en Allemagne a mené une expérience similaire. Elle était bien moins ambitieuse, car l’usage des algorithmes ne concernait que les formations propices à un retour rapide à l’emploi. Finalement, le gouvernement a économisé pas moins de 10 milliards d’euros.” Le projet de Bayes Impact se voulant bien plus large, une aussi belle promesse ne pouvait tomber dans l’oreille d’un sourd. “En France comme aux États-Unis, si pour les élus, les algorithmes et la science des données demeurent encore des sujets assez mystiques, leur a priori est assez positif. Cela fait moderne d’en parler. Ils sentent bien que c’est l’avenir.” Chez ceux en charge de moderniser l’action publique et donc de mettre de l’huile algorithmique dans la machine administrative (à Pôle emploi comme au ministère), on semble enfin prendre conscience, comme ce fut le cas dix ans auparavant outre-Rhin, de l’intérêt des data- sciences. L’un d’entre eux, qui souhaite rester anonyme, explique: “La science des données, c’est le gros business de demain! Tous les plus gros cabinets de conseil sont dessus, l’ensemble des boîtes de services numériques et d’ingénierie informatique aussi. Et là, au milieu des McKinsey, Capgemini, Ernst & Young qui se tirent la bourre, il y a Paul Duan qui joue au chevalier blanc avec pour seule exigence que ses ingénieurs soient payés correctement.” Après un an et demi d’activité, l’ONG d’un nouveau genre dispose d’un budget d’un million et demi de dollars. “Assez pour faire des choses jusqu’à l’année prochaine”, sourit Paul. Car, dans ce bas monde, les projets ne manquent jamais. En attendant le lancement du portail pour l’emploi qui devrait à la fois placer le jeune Trappiste sur le devant de la scène médiatique et lancer Bayes Impact dans le grand bain, le jeune entrepreneur travaille sur quelques idées parallèles. Qui ressemblent à du pur Paul Duan: la transparence sur les violences policières aux États-Unis, ou la prévention des réadmissions en secteur hospitalier. Conscient que son image de Don Quichotte pourrait le tourner en ridicule en cas d’échec, le jeune homme refuse de douter. Il a une histoire en tête qui l’en empêche: “À chaque fois, je me souviens de cette soirée, en 2014, durant laquelle je me suis retrouvé dans un bar un peu classe à Londres, avec des copains qui commençaient à bosser pour des boîtes prestigieuses comme Goldman Sachs. C’était un peu le club des 1%. Mais ils avaient l’air si malheureux. Je me suis dit: ‘Quelle chance pour moi d’avoir pris un chemin différent.’” •TOUS PROPOS RECUEILLIS PAR VB ET AM “Jemedisquej’ai peut-êtremieuxàfaire demaviequ’aider Googleàengranger encoreplusderevenus publicitaires” Everett Wetchler, un ancien de Google, associé de Paul Duan COLLECTIONPERSONNELLEPAULDUAN Paul, hors-champ, tente de calculer la distance exacte qui sépare la caméra de la main de sa maman. Paul tente d’estimer la surface de ce triangle pas tout à fait isocèle qui lui sert de tente. Paul tente une approximation du nombre de grains de sable recouvrant cette plage paradisiaque.

    Be the first to comment

    Login to see the comments

Au-delà du parcours de Paul DUAN, l'initiative transportée par son lab' (sa start-up) Bayes Impact est un projet, un prototype d'éveil, de réflexion pour restructurer positivement l'avenir de l'emploi et du chômage. Alliant un structure légère, à but non lucratif, basant son core model sur du big data (ie vouloir devenir "l'ONU des nouvelles technologies") mixé à un modèle mathématique (IA) poussé, à une offre finale gratuite et en libre-service, l'ambition de ce "personnage" émet une tonalité cristalline. Ce type d'initiative, de "promesse folle", existe en France. La start-up Monkey Tie (https://www.monkey-tie.com/a-propos) a su apporter une réelle valeur ajoutée au portail de Pôle Emploi en apportant "dans le bon sens", par l'affinitaire, des outils d'aide au demandeur d'emploi (http://www.emploi-store.fr/portail/services/testerVotreProfilProfessionnel). Par rebond, le Lab RH (http://www.lab-rh.com/a-propos) est une zone d'incubation et d'innovation, permettant d'imaginer un futur social, équitable, durable !

Views

Total views

1,466

On Slideshare

0

From embeds

0

Number of embeds

465

Actions

Downloads

4

Shares

0

Comments

0

Likes

0

×