Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Troubles moteurs oesophagiens

12,725 views

Published on

journées de DES Besançon mars 2013

Published in: Health & Medicine
  • Be the first to comment

Troubles moteurs oesophagiens

  1. 1. TROUBLES MOTEURS OESOPHAGIENS : DIAGNOSTIC ET PHYSIOPATHOLOGIE Journée DES mars 2013 BERDUGO Yaniv
  2. 2. Plan • Rappels histologiques et physiologiques • TMO primitifs (achalasie, MSDO, œsophage casse noisette,…) • TMO secondaires • Manométrie haute résolution
  3. 3. Histologie oesophagienne • SSO : strié • 1/3 sup de l’œsophage : strié • 2/3 inf de l’œsophage: lisse • SIO: lisse (s’ouvre pour permettre le passage des aliments, se ferme pour éviter le reflux acide)
  4. 4. Physiologie œsophagienne • But : assurer la propulsion des aliments de la bouche vers l’estomac • La gravité ne permet pas la propulsion des aliments : P abdominale > P oeso ( ∆ 10 mmHg) • Transfert des aliments vers l’estomac assuré par peristaltisme
  5. 5. Physiologie oesophagienne : repos • Corps : pas de contraction spontanée en l’absence de déglutition (contrairement au reste du tube digestif) • SIO : tonus de repos spontané d’origine myogène (contraction tonique du muscle lisse circulaire)
  6. 6. Physiologie œsophagienne : déglutition • Corps : onde péristaltique parcourant l’oesophage de haut en bas (3 à 4 cm/s)  strié : mécanisme extrinsèque bulbaire (X)  lisse : contraction péristaltique réflexe (SNI) même si la commande centrale joue un rôle prédominant notamment dans l’initiation de l’onde péristaltique  en cas de vagotomie, paralysie de l’œsophage strié mais pas d’abolition du péristaltisme dans l’œsophage lisse
  7. 7. Physiologie œsophagienne : déglutition • SIO : relâchement avant l’arrivée de l’onde puis contraction pour permettre de prolonger l’onde péristaltique • Relaxation assurée par des fibres inhibitrices non adrénergiques non cholinergiques • Neuropeptides sécrétés par une partie du tube digestif (VIP, NO,CCK…) ont également un rôle dans la relaxation du SIO
  8. 8. Manométrie conventionnelle normale 1. Déglutition : relaxation du SSO puis fermeture 2. Onde de contraction puissante propagée (3 à 4 cm/s) 3. Relaxation du SIO précédant l’arrivée des aliments 4. Fermeture du SIO
  9. 9. Troubles moteurs œsophagiens (TMO) • TMO primitifs • TMO secondaires
  10. 10. TMO primitifs • ACHALASIE • MALADIE DES SPASMES DIFFUS (ou ETAGES) DE L’ŒSOPHAGE • ŒSOPHAGE CASSE NOISETTE • HYPERTONIE ISOLEE DU SIO
  11. 11. TMO SECONDAIRES • MALADIES SYSTEMIQUES (sclérodermie) • NEUROPATHIES (alcool, diabète…) • MALADIES NEURO-MUSCULAIRES • MEDICAMENTS
  12. 12. TMO : Diagnostic • Clinique  Diagnostic positif Dysphagie Douleurs thoraciques Régurgitations , vomissements pyrosis
  13. 13. TMO : Diagnostic • Explorations complémentaires 1. ENDOSCOPIE  Examen de base , surtout après 40 ans  Obstacle (tumeur, sténose…)  Stase alimentaire, lésions d’oesophagite  NORMALE
  14. 14. TMO : Diagnostic • Explorations complémentaires 2. MANOMETRIE OESOPHAGIENNE  Examen clé du diagnostic  Sonde munie de 6 capteurs dans la lumière de l’œsophage qui étudient l’activité contractile  Enregistre la pression du corps de l’œsophage et du SIO au repos et lors de la déglutition
  15. 15. TMO : Diagnostic • Explorations complémentaires 3. BILAN CARDIOLOGIQUE Eliminer une cause cardiaque aux douleurs thoraciques
  16. 16. ACHALASIE • TMO primitif le plus connu • Age moyen du diagnostic : 53 ans • Prévalence : 0,8 cas / 100000 habitants (maladie rare)
  17. 17. ACHALASIE : Physiopathologie • Destruction progressive des neurones inhibiteurs • Hypothèses :  Lésions induites par un agent infectieux (virus de la famille HSV)  Entrainant une réponse inflammatoire auto-immune  Sur un terrain génétique particulier • Diminution de l’innervation inhibitrice (notamment des contingents neuronaux sous la dépendance du NO et du VIP)
  18. 18. ACHALASIE : manifestations cliniques • Dysphagie paradoxale • Stase œsophagienne  régurgitations  pneumopathie d’inhalation • Douleurs thoraciques
  19. 19. ACHALASIE : définition manométrique • Absence de péristaltisme du corps de l’œsophage • Tonus de repos du SIO augmenté • Absence de relaxation ou relaxation incomplète du SIO lors des déglutitions commandées
  20. 20. ACHALASIE : définition manométrique
  21. 21. ACHALASIE : TOGD • Aspect en bec d’oiseau (ou en queue de radis) de la jonction oeso- gastrique • Dilatation de l’œsophage d’amont
  22. 22. Achalasie secondaire (ou pseudo- achalasie) • Processus néoplasique (cardia) • Maladie de Chagas
  23. 23. Maladie de Chagas (ou trypanosomiase américaine) • Parasitose sévissant en Amérique latine et du Sud due au protozoaire Trypanosoma Cruzi, transmis par les déjections d’une punaise, le triatome (kissing-bug) • Transfusion de sang infecté = 2ème mode de transmission • Cardiomyopathies, TMO
  24. 24. Maladie des spasmes diffus de l’œsophage (MSDO) • Ondes de contractions non coordonnées • Etiologie indéterminée • Epaississement des couches musculaires, notamment la circulaire interne
  25. 25. MSDO : Diagnostic • Clinique : dysphagie et douleurs thoraciques d’évolution intermittente • Endoscopie : normale • TOGD : œsophage en « tire-bouchon » • Manométrie
  26. 26. MSDO : Manométrie œsophagienne • Contractions simultanées et répétitives, non propagées survenant pour plus de 10% des déglutitions humides • Persistance de façon intermittente d’un péristaltisme normal • Amplitude des ondes supérieure à 30 mmHg
  27. 27. MSDO : TOGD
  28. 28. TMO et Sclérodermie • Collagénose • Atteinte œsophagienne dans le cadre d’une sclérodermie systémique • Physiopathologie : atrophie + fibrose des fibres musculaires lisses, notamment la circulaire interne
  29. 29. TMO et Sclérodermie • Clinique : dysphagie, régurgitations, pyrosis,DT… • Endoscopie : œsophagite, EBO… • Manométrie
  30. 30. TMO et Sclérodermie • Manométrie :  Hypotonie du SIO  Apéristaltisme du corps de l’œsophage  +/- anomalie de relaxation sphinctérienne
  31. 31. Manométrie haute résolution (MHR) • Développée à partir des années 1990 • Devenue l’examen de référence pour le diagnostic des TMO (outre-Atalantique) • Sonde munie de 21 à 36 capteurs  mesure rapprochée des pressions sur toute la hauteur de l’œsophage • Sert de base à la nouvelle classification de Chicago des TMO (2012)
  32. 32. Déroulement de l’examen • Débute par une période de 30 sec où le patient ne doit pas déglutir  pression de repos du SSO et de la JOG • Puis 10 déglutitions de 5 ml d’eau
  33. 33. MHR • Avantages Représentation topographique des pressions Analyse du pharynx/SSO Gain diagnostique dans 10-20% des dysphagies inexpliquées • Inconvénients Cout élevé
  34. 34. Hépato Gastro 2012; 19 : 316-328 TOPOGRAPHIE NORMALE DES PRESSIONS OESOPHAGIENNES. Temps en abscisse. Distance en ordonnées. Amplitude de pression codée par une échelle de couleur. SSO et JOG = zones de haute pression. Contour isobarique 30 mmHg représenté par le trait noir
  35. 35. Outils de mesure en MHR • PRI = pression de relaxation intégrée • ICD = intégrale de la contraction distale • PDC = point de décélération de la contraction • VFC = vitesse du front de contraction • LD = latence distale
  36. 36. Contraction œsophagienne normale • Zone de transition entre les 1/3 sup et inf (strié/lisse) • PDC = pt d’inflexion du front de contraction (ralentissement de la vitesse du péristaltisme) • VFC = pente à la tangente au contour isobarique 30mmHg entre la zone de transition et le PDC (N < 9 cm/s) • LD = temps entre le début de la relaxation du SSO et le PDC (N > 4,5 s) • ICD = volume des pressions entre la zone de transition et la JOG (N < 5000 mmHg.s.cm)
  37. 37. Pression de relaxation intégrée • PRI (mmHg) • Evalue la relaxation de la JOG • Par un manchon électronique dont la hauteur est délimitée par le bord supérieur du SIO et le bord inférieur de la pince diaphragmatique • Plus faible pression moyenne sur 4 secondes contiguës dans la fenêtre de déglutition • Valeurs de référence dépendent du type de capteurs utilisés • Toujours sup à la normale dans l’achalasie
  38. 38. Hépato Gastro 2012; 19 : 316-328 Traits noirs = manchon électronique. Crochets rouges = fenêtre de déglutition. Carré blanc = PRI
  39. 39. Classification de Chicago
  40. 40. Hépato gastro 2013 ; 20 : 32-45 Achalasie en MHR. PRI supérieure à la normale dans tous les types (= défaut de relaxation de la JOG). Type 1 : aucune augmentation de pression dans l’œsophage en réponse à une déglutition. Type 2 : pressurisation pan-oesophagienne dans plus de 20% des déglutitions. Type 3 : dite spastique, avec ondes prématurées dans plus de 20% des déglutitions.
  41. 41. Achalasie et MHR • PRI > normale • 3 types • Réponse au traitement par dilatation Type 2 : 91% Type 1 : 56% Type 3 : 29%
  42. 42. Spasmes œsophagiens et MHR Relaxation de la JOG normale LD réduite ( <4,5 sec) = contractions prématurées Spasmes œsophagiens = PRI normale + 20% de contractions prématurées
  43. 43. Œsophage marteau-piqueur Forme extrême de péristaltisme hypertonique Clinique : dysphagie, signes de RGO, douleurs thoraciques MHR : ICD > 8000 mmHg.cm.s
  44. 44. Arbre décisionnel selon la classification de Chicago Hépato gastro 2013 ; 20 : 32-45
  45. 45. Conclusion • TMO primitifs/secondaires • Achalasie = le plus connu • Manométrie conventionnelle : reste l’examen de référence du diagnostic • MHR : intérêt pour les dysphagies inexpliquées

×