Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Désinformation et discours d’extrême droite sur les réseaux socionumériques

13 views

Published on

Présentation à la journée d'étude "Vulnérabilités et incivilités numériques", Bordeaux, 15 mars 2018

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Désinformation et discours d’extrême droite sur les réseaux socionumériques

  1. 1. Désinformation et discours d’extrême droite sur les réseaux socionumériques Nikos Smyrnaios, LERASS, Université de Toulouse
  2. 2. Le constat Depuis quelques années la propagande et le discours d’extrême droite sont fortement présents en ligne
  3. 3. Le contexte Paradigme concernant la culture participative de l’internet dominé longtemps par l’idéal-type d’une expression publique en ligne par définition positive et inclusive Investissement massif des réseaux socionumériques par les médias, les politiques, les organisations etc. Mais très vite apparaissent des limites et des frictions Anonymat/pseudonymat : liberté d’expression Vs. Incivilité Contexte politique & élargissement de la participation: Dénigrement, trolling, propagande, discours de haine Manque de régulation des plateformes
  4. 4. La problématique « Incivilité » numérique dans un cadre politique: - Discours haineux autour de l’actualité - Désinformation Quelles sont les formes, les lieux d’expression et les logiques de ces discours? Qu’est ce qui est mis en œuvre pour les combattre ? Quels sont les enjeux sociaux et politiques de ces mesures ? Approche de socio-économie politique critique
  5. 5. La méthode Appui sur 3 recherches: Smyrnaios N., Marty E., « Profession "nettoyeur du net". De la modération des commentaires sur les sites d’information français », Réseaux, no 205, 2017, p. 57-90 Smyrnaios N., Chauvet S., Marty E., « L'impact de CrossCheck sur les journalistes & les publics », Rapport de recherche, 2017 Julien Figeac, Ophélie Fraisier, Guillaume Cabanac, Pierre Ratinaud, Tristan Salord, Nikos Smyrnaios, Projet LisTIC (ANR-16-CE26-0014-01) en cours Deux terrains: Commentaires sur les sites d’information après les attentats du 13 novembre 2015 Désinformation sur les RSN pendant la campagne présidentielle
  6. 6. Les commentaires 6 entretiens semi-directifs avec des modérateurs: Explosion du volume de commentaires depuis les attentas de Charlie Hebdo Trolling, complotisme et discours identitaire « 732 », « chance pour la France », « on est chez nous » Grande majorité des contenus non publiés: racistes, islamophobes Analyse semi-automatisée de 29 000 commentaires envoyés à 3 sites d’information entre le 13 et le 16 novembre 2015 Plus d’un tiers de commentaires de l’échantillon refusé en raison du discours haineux
  7. 7. Les commentaires 9% insultes vers les musulmans 12,6% discours raciste « prescriptif » 4% immigration égale terrorisme 12,3% Responsabilité du « système » et adhésion au FN
  8. 8. La modération au quotidien Fatigue mentale et psychologique, conflits cognitifs, concurrence pas le bas (sous-traitance)
  9. 9. Les « fake news » CrossCheck : projet de journalisme collaboratif contre la désinformation durant les dix semaines qui ont précédé l’élection présidentielle française de 2017 33 rédactions, plus de 100 journalistes 64 articles rectificatifs, 347 800 interactions et 1 207 642 vues de vidéos publiés sur Facebook 16 entretiens avec des journalistes 7 entretiens et 29 questionnaires avec des membres du public Analyse lexicométrique de signalements du public
  10. 10. Les « fake news » Les signalements du public centrés sur les nombreuses rumeurs concernant Macron Les sites problématiques appartiennent clairement à la fachosphère: eurocalifat, dreuz, fdsouche, breiz atao, etc.
  11. 11. Les « fake news »
  12. 12. Les « fake news » Analyse Twitter Datapol Données Politoscope Analyse Facebook Datapol Données LisTIC Prépondérance des sites classés « douteux » par Les Décodeurs parmi les communauté du Front National
  13. 13. « Incivilité » dans un contexte politique => extrême droite Le traitement industriel de la participation « nettoie » des espaces d’expression propriétaires mais ne favorise pas le débat Impossibilité de « faire faire » à la technique, travail humain indispensable Problématique forte pour les plateformes (Google, Facebook, Twitter etc.) La réponse efficace ne peut être que collective associant toutes les parties (journalistes, public, plateformes, pouvoirs publics) Désengagement de l’Etat du financement des projets de type CrossCheck, remplacés par les plateformes Conclusion

×