Concentration dans les médias        et crise du journalisme.          Le cas de la Grèce                             Niko...
De la concentration à la crise du          journalismeLes médias grecs traversent la pire crise de leur histoire:- plusieu...
Des raisons liées à la crise…-   25% de la population active au chômage-   400 000 n’ont pas été payés depuis 3 mois-   Sa...
…mais aussi des raisons           particulières.- un enchevêtrement entre le monde médiatique et le pouvoir  politique- un...
Un peu d’histoireMoment décisif: la libéralisation de l’audiovisuel en 1989Les fréquences de TV sont « données » par le PA...
Une reglementation stricte           mais inapliquée                           Loi de 1995Interdiction de propriété de plu...
Résultats de cette anomie            généraliséePléthore de médias         Extrême concentration et                       ...
Des médias pas tous              rentables mais…- ils servent à acquérir de l’influence politique et gagner des  marchés p...
Des défauts caractérisés- une poignée d’éditocrates (TV, presse, radio, web) très bienrémunérés mais souvent compromis-une...
L’échec de la loi de             l’actionnaire principal2004: la droite veut nettoyer « les écuries d’Augias »Projet de lo...
Puis vint la crise…Eclatement de la bulle économiqueComplicité dans le maquillage de la réalité économique dupays, la corr...
Et maintenant ?Remise en cause des journalistesMultiplication d’initiatives indépendantes: magazines, web-radios, blogs co...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Concentration des médias et crise du journalisme. Le cas de la Grèce

2,496 views

Published on

Conférence au séminaire organisé par le centre de recherche GRICIS Université du Québec à Montréal

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,496
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
119
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Concentration des médias et crise du journalisme. Le cas de la Grèce

  1. 1. Concentration dans les médias et crise du journalisme. Le cas de la Grèce Nikos Smyrnaios Université de Toulouse Séminaire organisé par le centre de recherche GRICISConcentration des médias, réseaux numériques, pluralisme de linformation et diversité culturelle
  2. 2. De la concentration à la crise du journalismeLes médias grecs traversent la pire crise de leur histoire:- plusieurs milliers d’employés licenciés- d’autres travaillent sans être payés- des médias connus (Alter, Eleftherotypia, Imaco) fermés, en grève ou en faillite- des grands groupes de presse baissent les salaires Pourquoi ?
  3. 3. Des raisons liées à la crise…- 25% de la population active au chômage- 400 000 n’ont pas été payés depuis 3 mois- Salaire min. 586€/mois brut (1.398 en France)- Baisse des retraites et augmentation des taxes Conséquences pour les médias:- Baisse des dépenses publicitaires globales de 40% entre 2008 et 2011 (de 2,6Md€ à 1,6Md€)- Baisse des ventes de journaux de 35% sur la même période (de 2,1M d’exemplaires à 1,4M)
  4. 4. …mais aussi des raisons particulières.- un enchevêtrement entre le monde médiatique et le pouvoir politique- un développement économique déséquilibré où l’État est central- un développement anarchique et « sauvage » des médias audiovisuels privés- une econcentration entre les mains de quelques familles puissantes
  5. 5. Un peu d’histoireMoment décisif: la libéralisation de l’audiovisuel en 1989Les fréquences de TV sont « données » par le PASOKaux principaux représentants du capital grec:- Famille Lambrakis (éditeur, tourisme)- Famille Bobolas (BTP)- Famille Vardinogiannis (armateur/pétrolier)- Famille Kyriakou (armateur)- Famille Alafouzos (armateur)- Famille Kontominas (banque/assurance)
  6. 6. Une reglementation stricte mais inapliquée Loi de 1995Interdiction de propriété de plus de 2 catégories de médiasInterdiction d’être actionnaire de plus de 2 chaines de TVInterdiction pour les actionnaires TV de dépasser 25%Interdiction d’accéder à des contrats publicsAucune mesure n’est réellement respectée faute de moyens et de volonté politique + Montages financiers de dissimulation
  7. 7. Résultats de cette anomie généraliséePléthore de médias Extrême concentration et entente entre acteurs 2 fois plus de médias qu’au Portugal : 150 chaînes TV, 800 radios,dizaines de quotidiens nationaux, une quinzaine des journaux sportifs. TV: autorisationsprovisoires de 1989
  8. 8. Des médias pas tous rentables mais…- ils servent à acquérir de l’influence politique et gagner des marchés publics (ex. Mega channel)- à faire la promotion d’autres filiales (ex. Alter & Modern Times)- à engranger des plus-values boursières (ex. DOL)- à emprunter auprès des banques peu regardantes (ex. Leo Burnett & Alter avec 500M€ de dettes)- à protéger des privilèges (ex. Ant1 & Skai)
  9. 9. Des défauts caractérisés- une poignée d’éditocrates (TV, presse, radio, web) très bienrémunérés mais souvent compromis-une majorité des jeunes journalistes surqualifiés, mal payés etprécarisés-mauvaise qualité: peu de productions originales, JTpolémiques, service public faible-mauvaise perception de la part du public, manque de confiance-consommation polarisées socialement
  10. 10. L’échec de la loi de l’actionnaire principal2004: la droite veut nettoyer « les écuries d’Augias »Projet de loi de 2005: exclusion des actionnaires de TV (1%) etde leurs familles des marchés publicsVolonté explicite d’introduire des entreprises étrangères faceaux « champions nationaux »Problèmes d’application à cause de la complexité des montagesfinanciersRejet de la Commission européenne pour entrave à la libreentreprise
  11. 11. Puis vint la crise…Eclatement de la bulle économiqueComplicité dans le maquillage de la réalité économique dupays, la corruption, le népotismeSoutien inconditionnel du Mémorandum d’austérité qui vajusqu’à la propagandeObjet des critiques virulentes voire violentesVirement des certains journalistes-vedettes vers le populismeanti-UE
  12. 12. Et maintenant ?Remise en cause des journalistesMultiplication d’initiatives indépendantes: magazines, web-radios, blogs collectifs, documentaires (ex. Debtocracy)Jonction entre journalistes licenciés ou grévistes, blogueurs,militants etc. Un espace public à la hauteur des enjeux ?

×