Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

L’agroforesterie et la couverture permanente des sols, outils de gestion de la ressource en eau

3,783 views

Published on

L’agroforesterie et la couverture permanente des sols,
outils de gestion de la ressource en eau
Volet valorisation de la biomasse

Published in: Environment
  • Be the first to comment

L’agroforesterie et la couverture permanente des sols, outils de gestion de la ressource en eau

  1. 1. L’agroforesterie et la couverture permanente des sols, outils de gestion de la ressource en eau ©FDCUMA58 Volet valorisation de la biomasse
  2. 2. 2  Opération d’animation territoriale et d’acquisition de références techniques  Action vaste, changer d’échelle : Bassin versant Adour – Garonne • Préservation de la ressource en eau tout en répondant aux enjeux agroécologiques  Un programme pluriannuel : 2013 – 2017
  3. 3. 3  Soutien à l’émergence d’initiatives, d’organisations collectives, de filières locales de valorisation de la biomasse
  4. 4. 2 chargés de projet : Emilie SALVO et Aubin LAFON 4  Un programme co-construit pour répondre aux attentes des agriculteurs (projet fédérateur) : Partenaires fondateurs Konrad SCHREIBER Alain CANET Roger BEZIAT PartenairesFinanceurs Porteur de projet
  5. 5.  De quelle biomasse parle-t-on?5
  6. 6.  De quelle biomasse parle-t-on? La biomasse peut être toute matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique (champignons).  Nous considérons ici la biomasse végétale comme un ensemble diversifié de végétaux vivants herbacés et arborés, prélevés sur des espaces non concurrentiels de la production alimentaire agricole : 6 Nourrir, protéger et produire de la biomasse multifonctionnelle Promotion d’une couverture végétale permanente des sols sur le bassin Adour Garonne Volet valorisation durable de la biomasse Ripisylves, bords de ruisseaux et bandes tampons Herbe des accotements Talus et bords de route Haies de plein champs Couverts végétaux et alignements d’arbres intra- parcellaires
  7. 7.  De quelle biomasse parle-t-on? 7 La Régénération Naturelle Assitée (RNA), un potentiel de production énorme et gratuit !
  8. 8.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? 8
  9. 9.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? Pour des territoires positifs en énergie : 9 • Production énergie renouvelable • Stockage de carbone Consommation énergie Rôle de l’agriculture : associer le changement des pratiques agricoles au développement durable • Photosynthèse : production de biomasse valorisable • Augmentation fertilité des sols • Valorisation de « déchets » • Intrants • Pollutions
  10. 10.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? Nourrir, protéger, produire, un trio gagnant ! 10
  11. 11. Actualité : Annonce du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt le « 4 pour 1000 », dont l’objectif est de développer la recherche agronomique afin d’améliorer les stocks de carbone des sols de 4 pour 1000, soit 0,4%, par an. Communiqué de presse du MAAF du 17 mars 2015  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? NOURRIR LES SOLS 11 + 1,0 tC/ha/an + 16,8 ‰ Bilan Carbone moyen sur la rotation + X tC/ha/an sol + Y tC bois Source : Comptabilité de l’agriculteur Méthodologie : Institut de l’Agriculture Durable
  12. 12.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? NOURRIR LES HOMMES ET LES ANIMAUX 12
  13. 13. 13 Carbone produit destiné à la consommation (humaine - animale) Carbone laissé au sol en fonction des pratiques culturales GES émis pour produire le carbone destiné à la consommation Séquestration de carbone 4,0 9,6 - 0,6 1,5 -1,5 + 0,4 Dessin : David Dellas – Arbre et Paysage du GersDessin : David Dellas – Arbre et Paysage du Gers 2000 Labour 2014 SCV Pollution Séquestration 2,5 10 Faible production Avec pollution Forte production + environnement Avec séquestration C… - 0,9 - 1,2 Source : Comptabilité de l’agriculteur Méthodologie : Institut de l’Agriculture Durable Unité : tC/ha/an
  14. 14. Unité : tC/ha/an 14
  15. 15. Fruits Fourrages Réduire les GES - 1tC/ha/an : Agroforesterie - 0,2 tC/an/an : Haies périphériques (INRA, 2013) Racines, Feuilles, Branches 15
  16. 16.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? NOURRIR LES UNITES DE PRODUCTION D’ENERGIE (AFAF, 2015) Cultures intermédiaires (pendant l’interculture) et cultures principales Végétation spontanée et plantation de peupliers O 324 234 180 20 324 H0 Maïs + Méteil + Maïs + Méteil avec restitution maximale de biomasse au sol H1 Mais + Méteil Maïs + Méteil avec restitution moyenne de biomasse au sol H2 Maïs + Méteil + Soja + Méteil H3 Maïs + Soja + Orge H + Méteil H4 Maïs + Soja + Orge H + Méteil avec exportation max de biomasse Agroforesterie H6 20% des surfaces en agroforesterie intraparcellaire + 5km de haie 29 Diversification des cultures et arrêt du travail du sol Développement de la végétation spontanée Pratiques optimisant de l’énergie solaire ou ou ou ou Potentiel maximal selon les hypothèses posées 373  Gain de fertilité  Augmentation du taux de MO  Meilleur infiltration de l’eau  Réduction du risque de lessivage  Séquestration de Carbone dans la biomasse et le sol  Biodiversité Plantation d’arbres agroforesteries ou ou ou Produire et préserver en agriculture H5 Bords de cours d’eau : RNA 60% et peupliers 20% Bords de route : RNA 65% Le potentiel de productivité de biomasse valorisable en énergie (kt MS/an) à l’échelle d’un territoire 16
  17. 17.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? Pour encourager des projets de territoire où agriculteurs, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, associations etc. coopèrent et développent l’économie locale par la valorisation de la biomasse et créent ainsi un cercle vertueux mettant les ressources locales au cœur du développement durable des territoires 17Projet de valorisation Débouché créé Développement de la biomasse
  18. 18.  Pourquoi produire de la biomasse valorisable? 18
  19. 19. 19  Pourquoi produire de la biomasse valorisable?  En l’absence de biomasse et de valorisation, de nombreuses dépenses sur un territoire, non compensées et que l’on ne peut éviter ! Bassin versant de 5000ha, dont 4000ha de SAU Coûts voirie 3520 € / an de réparation des glissements de terrains Coûts traitement des MES eau potable 75000 € / an pour 1500 hab Agriculteurs (haies) 1150 € / ferme en moyenne, soit 46000 € pour l’ensemble des agriculteurs du bassin versant Coûts d’entretien des berges 15 000 € / an pour le syndicat (15 km) 25 000 € / an pour les propriétaires (55 km)  Total = 40 000 € / an
  20. 20. 20  Pourquoi produire de la biomasse valorisable?  En l’absence de biomasse et de valorisation, de nombreuses dépenses sur un territoire, non compensées et que l’on ne peut éviter ! Bassin versant de 5000ha Quels coût à venir pour la perte de la biodiversité ? Pour la lutte contre le changement climatique?
  21. 21.  Comment produire de la biomasse valorisable? 21
  22. 22. 22  Comment produire de la biomasse valorisable? Laisser pousser : Régénération Naturelle Assistée Planter : haies, alignements intra-parcellaire Les arbres têtards: forte production de biomasse sans couper d’arbre… Gérer l’existant de manière différenciée : moins intervenir pour plus récolter, prélever les gros, laisser les petits!
  23. 23. 23  Comment produire de la biomasse valorisable? Laisser pousser : Régénération Naturelle Assistée Planter : haies, alignements intra-parcellaire Les arbres têtards: forte production de biomasse sans couper d’arbre… Gérer l’existant de manière différenciée : moins intervenir pour plus récolter, prélever les gros, laisser les petits! Des économies, de l’autonomie, des bénéfices économiques, environnementaux, agronomiques etc. !
  24. 24. 24  Comment valoriser la biomasse non concurrentielle de l’agriculture?  Une production maximale de biomasse, sur les fermes et les territoires, gérée de manière durable et associée à une valorisation locale, pour : Echelle de la ferme L’alimentation animale; la litière animale plaquette La restitution au sol (BRF, couverts végétaux) Les unités énergétiques (chaudières agricoles, chaufferies collectives, méthanisation…), le bois bûche Le bois d’œuvre et ses divers débouchés
  25. 25. 25  Comment valoriser la biomasse non concurrentielle de l’agriculture?  Une production maximale de biomasse, sur les fermes et les territoires, gérée de manière durable et associée à une valorisation locale Echelle du territoire Faire de l’animation de territoire, accompagner les agriculteurs dans leurs changements de pratiques, dans leurs projets de plantation, diffuser l’information Gérer les cours d’eau de manière différenciée (RNA, augmentation du potentiel valorisable), récupérer la biomasse valorisable Installer des chaufferies collectives approvisionnées localement et qui permettent d’apporter un revenu aux agriculteurs producteurs de biomasse Gérer les bords de route de manière différenciée (moins d’intervention, plus raisonnées) et récupérer la biomasse (talus, accotements) Faire émerger des filières locales, créatrices d’emplois et de liens socio- économiques
  26. 26.  Potentiels de production de biomasse 26
  27. 27.  Potentiels de production de biomasse valorisable 27 Diversification des cultures et cultures intermédiaires (pendant l’interculture) ?
  28. 28. 28  Potentiels de production de biomasse valorisable Potentiel étudié sur le bassin versant de l’Arros au sud du Gers Bassin versant de 5000ha, dont 4000ha de SAU Forêts 880 m3 de petit bois pour une surface de forêt de 800 ha Bords de rivière 460 m3/an de bois pour 55 km de rivières et ruisseaux Bords de route 125 m3/an de bois et 75 t d’herbe pour 25 km de voirie Haies agricoles 30 m3 de bois/an/agriculteur Ferme de 100 ha dont 20ha AF et 5km de haies 1 200 m3/ an à l’échelle du bassin versant
  29. 29.  Informations clefs 29
  30. 30. 30  Informations clefs  Le bois agricole représente un potentiel de valorisation durable important pour lequel il est nécessaire de mettre en place des moyens humains, techniques et organisationnels  La filière bois énergie créerait 3 à 4 fois plus d'emplois que les filières « énergies fossiles »  En fonction de l'organisation des chantiers de valorisation, du type de valorisation et de la structuration de la filière, les bénéfices/économies pour les agriculteurs, les collectivités etc. sont variables. Valoriser n’est pas piller ! Il est essentiel de mettre en place des outils de gestion raisonnée, différenciée et durable des ressources locales.
  31. 31. 31  Données clefs  Valorisation économique des haies en plaquette de bois Abattage Mise en tas Déchiquetage Transport Séchage/stockage Valorisation
  32. 32. 18  Données clefs  Valorisation économique des haies • Tous les pieds dans le même sens • Empilage sur 0.5 à 1m maximum pour les perches de grandes longueur • Pas de terre (souches), métal… Abattage Mise en tas 32
  33. 33. 33  Données clefs  Valorisation économique des haies • Déchiqueteuses manuelles • Déchiqueteuses à grappin Coût de fonctionnement plus élevé mais diminution des charges de main d’œuvre et augmentation du débit de chantier Abattage Mise en tas Déchiquetage
  34. 34. Abattage Mise en tas Déchiquetage Transport Séchage/stockage 34  Données clefs  Valorisation économique des haies • Séchage pendant 4 à 6 mois sous hangar couvert et aéré  baisser le taux d’humidité sous les 25% • Ne pas remuer le tas en cours de séchage • Température auto-inflammation des plaquettes : 250°C  pas de risque d’incendie Chantier de déchiquetage été 2010 par la CUMA Terr’eau en Nièvre
  35. 35. Abattage Mise en tas Déchiquetage Transport Séchage/stockage Valorisation 35  Données clefs  Valorisation économique des haies • Coût de production de la plaquette de bois : 12 à 20€/MAP (chiffres de la Nièvre) = 48 à 60€/tonne  Dépend du débit de broyage, du diamètre du bois valorisé, de l’organisation du chantier, du rangement du bois facilitant le broyage, de l’amortissement d’un éventuel hangar de stockage, du paiement éventuel de la main d’œuvre, du transport de la matière première
  36. 36. 36  Données clefs  Valorisation économique des haies • Auto-consommation à la ferme (autonomie en chauffage, litière animale, paillage) • Vente à une filière locale  bénéfice variable en fonction du prix de rachat de la plaquette et du cours de la paille Abattage Mise en tas Déchiquetage Transport Séchage/stockage Valorisation
  37. 37. 37  Données clefs  Valorisation économique des haies • La Haie trouve sa rentabilité en fonction :  D’un matériel de broyage conséquent et adapté  D’un diamètre/longueur moyen des bois adapté  D’une organisation de chantier jusqu’au stockage optimisé  D’une facilité d’accès et d’exploitation de la ressource  D’une distance de transport de la plaquette limitée
  38. 38. 38  Données clefs  Valorisation économique des haies Rentabilité des haies Moyens organisatio nnels Moyens humains et financiers Moyens techniques
  39. 39. 39  Données clefs  Litière animale plaquette 1 tonne de plaquettes = 4 MAP = 1 tonne de paille = absorbe environ 1400 L d’urine La consommation par élevage est de 50 à 450 MAP Quels enjeux?
  40. 40. 40  Données clefs  Bois énergie filières plaquettes 1 MAP = 250 kg = 90 L de fuel = 900 kWh Prix de marché de la plaquette sèche à une filière locale qui soutient politiquement la plaquette bocagère (25% humidité) = environ 80 à 100 euros/tonne sèche Si l’agriculteur vend sa plaquette verte à une plateforme collective de stockage, le prix de rachat à l’agriculteur = environ 50 à 60 euros/tonne verte Ressource Plateforme Chaufferies collectives Structure intermédiaire de gestion: achat et revente
  41. 41. 41  Données clefs  Bois énergie, filière bûches Investissement d’une CUMA dans un combiné scieur – fendeur = 100 000 euros Production de 10 stères/h, divise par 5 le temps de production des bûches
  42. 42. 42  Données clefs  Bois d’œuvre Bois locaux, haies Menuisier, ébéniste ou scierie locaux Economies de 40 000 euros/an pour la commune de Cerizay
  43. 43. 43  Données clefs  Valorisation de l’herbe des accotements de bord de route en méthanisation ou compostage Coûts de la récupération de la biomasse Compensés par une vision à long terme (15 à 20 ans), économies sur : -Curage des fossés -Dérasement d’accotements -Confection de saignées -Débouchage des ponts
  44. 44.  Comment développer les nouvelles pratiques agricoles ? Les actions du volet valorisation de la biomasse 44
  45. 45. 45  Sensibiliser et Former Outils de communication : brochures, fiches techniques, articles, supports vidéo, plateforme internet, cartographie dynamique ... FRANCE Bordsde route, couvertsvégétaux
  46. 46. 46  Démontrer et Partager Organiser des journées thématiques et techniques, des journées de démonstration de matériel, des journées d’échanges, des réunions territoriales, professionnelles, grand public.
  47. 47.  Expérimenter et proposer • Encourager l’émergence de projet expérimentaux autour de la valorisation de la biomasse • Faire évoluer les cadres réglementaires et les mesures d'accompagnement 47 Mise en pl ac e d ’u n pr o jet d e pl an t at io n et d ’an iMat io n pr o po sé par l 'asso c iat io n Fr a n ç aise d 'ag r o Fo r est er ie en pa r t en a r iat avec ar br e & paysag e 32, l e c r pF Mid i-py r én ées, l 'id F, l a Féd ér at io n d es c u Ma d u t ar n , l 'eu r l 3c 2a, l 'in r a d e Mo n t pel l ier
  48. 48. 48  Diffuser et Accompagner • Soutenir les projets émergents • Passer le relais aux porteurs de projets, aux organismes spécialisés et aux agriculteurs • Mettre en place des expérimentations informelles avec les agriculteurs
  49. 49. Merci pour votre attention agroforesterie.fr/agreau.php

×