Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Sel infos Mai 2019

252 views

Published on

SEL Infos Mai 2019

Published in: Government & Nonprofit
  • DOWNLOAD FULL MOVIE, INTO AVAILABLE FORMAT ......................................................................................................................... ......................................................................................................................... ,DOWNLOAD FULL. MOVIE 4K,FHD,HD,480P here { https://tinyurl.com/yybdfxwh }
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • DOWNLOAD FULL MOVIE, INTO AVAILABLE FORMAT ......................................................................................................................... ......................................................................................................................... ,DOWNLOAD FULL. MOVIE 4K,FHD,HD,480P here { https://tinyurl.com/yybdfxwh }
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

Sel infos Mai 2019

  1. 1. mai 2019 141 doSSiEr ProJETS dE dévELoPPEmENT Une action chrétienne dans un monde en détresse I N F O R M A T I O N S Faire pousser… et bien le faire! ParraiNaGE Gardes forestiers en herbe ! SENSibiLiSaTioN Nouveauté : Partez au Togo à la rencontre des partenaires du SEL ! Quand les communautés plantent des arbres… www.selfrance.org
  2. 2. édiToriaL 2 I SEL INFoRMATIoNS I 141 En Europe, la question de la transition écologique mobilise les débats en ten- tant, avec plus ou moins de succès, de nous sensi- biliser à l’urgence de chan- ger nos comportements et nos modes de productions industrielles et agricoles. Mais le défi lié au changement climatique, dans le contexte d’une évolution démo- graphique rapide, impose aux partenaires locaux du SEL en Afrique une transition vers une agriculture durable et raisonnée qui ne peut se permettre le caractère encore confidentiel qu’elle conserve mal- heureusement en France et en Europe. L’engagement avec le SEL est un exercice salutaire de réalité et d’humilité. Après deux siècles de gaspillage en Europe des ressources de la création que le Seigneur nous a demandé de gérer avec sagesse et respect, nous voilà amenés à encou- ragerlespaysansd’Afriquesubsaharienne à évoluer très rapidement dans leurs pra- tiques agricoles. Il en va maintenant de la survie de l’humanité, tant au Sud qu’au Nord. Prendre soin de la terre, entretenir sa fertilité, retenir l’eau pour nourrir la popu- lation d’aujourd’hui et le faire de façon pérenne pour les générations plus nom- breuses à venir… Les projets soutenus par le SEL font en sorte de répondre à cette exigence. Nous sommes appelés à la plus grande solidarité en apportant notre soutien localementàtraversnospartenaireschré- tiens en Afrique, avec les moyens dont nous disposons. Car, pour nous, au SEL, l’amour du pro- chain, que le Seigneur nous commande, c’est aussi apporter toute l’aide possible, notretemps,nostechniques,notreargent, pour faire reculer la pauvreté. Jean-Pierre BEZIN Administrateur du SEL Une action chrétienne dans un monde en détresse Imprimésurpapier100%recyclé PARTENAIRE DU SEL Michée France veut mobiliser le monde protestant contre l’extrême pauvreté en invitant chacun à ajuster ses comportements et à interpeler les gouvernants sur leur promesse d’atteindre les objectifs de développement durable (oDD). À NOS NOUVEAUX LECTEURS Vous recevez peut-être pour la première fois notre journal. Si vous souhaitez être tenus au courant de nosactivités,vouspouvezvousabonnerauprixindiqué ci-dessous. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites- le-nousenrenvoyantvotreétiquette.Nousnevoudrions pas vous importuner davantage. Conformémentàl’article27delaloidu6janvier1978, vousdisposezd’undroitd’accèsetderectificationaux données vous concernant dans nos fichiers. Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 BIC : PSSTFRPPPAR Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 BIC - PSSTFRPPPAR Directeurs de la publication : Claude Grandjean et Patrick Guiborat Responsable de la rédaction : David Alonso Secrétaire de rédaction : Laura Boyadjian Comité de rédaction : Jean-Pierre Bezin, Laura Boyadjian, Daniel Hillion, Claire Balverde, Harmony Koechlin, Isabelle Duval, Lydie Rochetaing, Esther Ngu, Nicolas Fouquet, Sophonie Jean-Louis, Doris Lévi Alvarès. SEL PRoJETS BELGIQuE 243 route Provinciale - 1301 BIERGES – Tél. / Fax (010) 65.08.51 Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 BIC : GEBABEBB avec la mention DoN SEL SuISSE RoMANDE Compte bancaire : Banque CooP CH 413585.300070-9 Pour nous suivre © Photos : SEL (sauf mention). Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions qu’il entreprend visent à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté, dans une perspective d’autonomie. Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'enseignement biblique qui associe la Parole et les actes afin de transmettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en partenariat avec des organisations chrétiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent elles-mêmes en œuvre. Le SEL mène une action humanitaire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient leur action au-delà des différences de religion, d’opinions politiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble des besoins physiques, économiques et spirituels des bénéficiaires finaux. Twitter : ong_SEL Facebook : SEL (Service d’Entraide et de Liaison) Youtube : SEL Blog : http://blog.selfrance.org Site : http://selfrance.org Association Service d’Entraide et de Liaison 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX Tél. 01 45 36 41 51 contact@selfrance.org  Mise en page : J. Maré Impression : IMEAF - La colline 26160 La Begude de Mazenc Tél. 04 75 90 20 70 CPPAP N°1121 H 80951 (30/11/2021) N°ISSN 1145-2269 Prix du n° : 1 € Abonnement : 4 € Abonnement de soutien : 20 € Instagram : sel_ong IMPÔT À LA SOURCE ET DÉDUCTION FISCALE Avec l’impôt à la source, vous pouvez toujours déduire 66% de vos dons (75 % pour les Ticket-Repas) dans la limite de 20% du revenu imposable : vos droits sont identiques. En janvier 2019, vous avez reçu un acompte équivalent à 60% de la réduction d'impôt dont vous avez bénéficié en 2018, relatif à vos dons réalisés en 2017. En juillet 2019, vous recevrez le solde, calculé à partir de votre dé- claration de revenus faite au printemps. Pour en savoir plus : selfrance.org, rubrique déductions fiscales. Vous pouvez aussi nommer le SEL bénéficiaire d’une assurance vie. De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation du Protes- tantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction IFI, en envoyant votre chèque à l’ordre de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux. SommairE P2 | Édito et Questions à Patrick Guiborat P3 | Dossier : Faire pousser… et bien le faire ! P6 | La responsabilité du chrétien par rapport à la création : qu’en dit la Bible ? P7 | Justice climatique : Pourquoi cela mérite réflexion ? P8 | Projets : Changer les modes d’agriculture, changer les modes de vie ! P9 | Quand les communautés plantent des arbres… P10 | Parrainage : Gardes forestiers en herbe ! P12 | Sensibilisation : Nouveauté : Un voyage à la rencontre des partenaires du SEL, ça vous dit ? P13 | Michée France : Pour une économie généreuse ! P14 | De vous à nous : Journée du SEL : La parole est à vous ! Questions à Patrick Guiborat Directeur général du SEL alors que des paysans meurent de faim, n’est-ce pas incongru de parler de soin de la création ? N’y a-t-il pas plus urgent ? Bien au contraire, il faut absolument arriver àconcilierlasurvieimmédiateetlesconditions devieàlongterme,cequinécessitedeprendre soin de la création et de ses ressources. Dis- socier les besoins des humains du cadre dans lequel ils vivent est voué tôt ou tard à l’échec. Quand les communautés perdent ou n’adap- tent pas leur savoir-faire agroécologique, dé- pendent trop de produits chimiques, ou n’entretiennent pas la forêt, leurs terres per- dent peu à peu la capacité de subvenir à leurs besoins alimentaires. Il faut aussi résister à la tentation d’une aide humanitaire externe, notamment dans un cadre d’urgence, qui ne prenne pas en compte les ressources et les capacités locales dans uneoptiquededéveloppementdurable–sinon le résultat final pourrait être pire qu’avant. Comment les communautés qui font face à l’insécurité alimentaire peuvent-elles agir tout en respectant cette création qui les entoure ? Dans les pages qui suivent, vous découvrirez comment nos partenaires agissent concrète- ment dans cette double perspective. Ainsi,unedesmeilleuresfaçonsdepérenniser l’accès à une nourriture de qualité est de sensibiliserlespaysansauxpratiquesd’agroécologie vertueuse,voiredeseréapproprier,enadaptant, des savoirs ancestraux. Pour rompre le cercle vicieuxdelafaimdespaysans,nospartenaires nous rappellent l’importance de l’éducation et des changements de comportement. Les paysans seront ainsi mieux armés pour faire face aux catastrophes climatiques, et moins susceptibles de chercher à survivre ail- leurs ou de céder aux pressions externes pour leur faire quitter leurs terres. Entre aussi en jeu la responsabilité des autorités du pays pour favoriser un cadre qui permette le déve- loppement de cette agriculture locale et res- pectueuse de la création.
  3. 3. E n Afrique subsaharienne, là où nos partenaires locaux vivent, le constat est frappant : des terres asséchées et appauvries, des paysages vides de tout arbre, des cultures qui produisent peu… voire rien du tout. Le manque d’eau et les aléas climatiques extrêmes auxquels font face les habi- tants sont en cause, mais ce ne sont pas les seules explications. QuAND LES PRATIQuES AGRICoLES AGGRAVENT LA SITuATIoN… Depuis des générations, les africains pratiquent l’agriculture. Loin d’être des débutants, ils essayent, du mieux possible, de tirer d’elle leur subsis- tance. Mais quand aujourd’hui, il leur semble de plus en plus difficile de vivre du produit de leurs terres, il y a lieu de s’interroger… on constate qu’un des facteurs aggra- vant l’état des sols, au-delà de ceux mentionnés plus haut, est l’accumula- tiondemauvaisespratiquesculturales comme l’utilisation excessive d’intrants chimiques,l’arrachaged’arbres,lamono- culture ou la culture sur brûlis – qui consiste à brûler toute végétation d’un champavantdecultiver.Cestechniques, dont on a vanté les mérites pendant des années, se révèlent destructrices dans certains contextes. doSSiEr 141 I SEL INFoRMATIoNS I 3 Faire pousser... et bien le faire ! Prendre soin de la création c’est une chose ; bien le faire, cela en est une autre. or, si les actions mises en place ne sont pas accompagnées d’une prise de conscience des communautés, elles ne porteront pas de fruit sur la durée. Comment pratiquer une agriculture qui fait à la fois du bien à la terre et aux bénéficiaires, aujourd’hui comme demain ? approfondissons la question dans ce dossier. « Nous ne sommes pas des mendiants assistés mais des individus à mettre en œuvre. » Bénéficiaire de VOLDEB, Bénin « Je suis cultivateur mais un cultivateur dont les terres étaient malades et pauvres. Maintenant, je mange et je vends une partie de mes récoltes. » Pierre, bénéficiaire de VoLDEB, Bénin.
  4. 4. doSSiEr 4 I SEL INFoRMATIoNS I 141 DES CoNSéQuENCES SuR L’HoMME ET SoN ENVIRoNNEMENT Bien entendu, l’utilisation récurrente de telles techniques a des consé- quences sur la terre, et donc sur les êtres humains. La terre s’appauvrit, perd ses nutri- ments, s’érode. Il y a de moins en moins de biodiversité (insectes, plantes etc.). Sansvégétation,laterreestincapablede retenirl’eau.Deplus,silesarbrescoupés ne sont pas replantés, les sols ne sont pas protégés des éléments (pluie, vent, soleil) et sont donc plus vulnérables. Seulement, quand la terre est pauvre, les populations le sont aussi. Les efforts des paysans sont vains : ils s’épuisent à la tâche pour peu de résultat. or, sans revenu, ils ne peuvent pourvoir aux besoins de leur famille. Sans arbre, les communautés, quant à elles, viennent àmanquerdeboisnécessairepourcuire les aliments ou construire. uN CHANGEMENT EST NéCESSAIRE Au vu de la situation précaire des pay- sans, il est indispensable de commencer par leur apporter une aide concrète : planter des arbres, les former à des techniques agroécologiques – comme le compostage, l’agroforesterie, l’amé- nagement et la restauration des terres, etc. – ou à des techniques de rétention d’eau – comme la culture en zaï, les diguettes ou les cordons pierreux. Toutes ces solutions sont immédiates et les paysans peuvent en voir très rapi- dement les fruits. Mais, des décennies aux côtés de nos partenaires nous montrent qu’une action, si on veut la voir perdurer, doit inévitablement être accompagnée d’une prise de conscience. un chan- gement de mentalité et, par conséquent de comportement, est nécessaire. Et ça, ça se joue en profondeur  ! Sinon, les mauvaises pratiques risquent de ressurgir tôt ou tard. PouR uNE AGRICuLTuRE RESPECTuEuSE DE LA CRéATIoN Pour voir un vrai changement se pro- duire au sein des communautés, la sen- sibilisation est essentielle. Comment peuvent-elles être conscientes des conséquences de leurs mauvaises pra- tiques si elles n’en sont pas informées ? Pour voir les projets porter du fruit dans la durée, nos partenaires misent sur la formation des communautés. « Avant le projet, je ne connaissais pas les méthodes culturales modernes. Je brû- lais toujours les résidus de récolte, or ces résidus sont nécessaires pour la conser- vation de l’humidité et la lutte contre l’érosion. Bref, j’ai appris de nouvelles tech- niques. Je vais changer ma façon de faire pour maximiser ma production agricole grâce à cette formation. Maintenant je ne brûlerai plus les excréments de mon bétail ; je les mettrai au champ pour res- taurer la fertilité du sol. » Pierre, bénéficiaire d’oCDC (Œuvre Cari- tative pour le Développement Commu- nautaire), Cameroun.
  5. 5. doSSiEr 141 I SEL INFoRMATIoNS I 5 Pour nos partenaires chrétiens locaux, apporter une aide immédiate, c’est bien. Mais leur rêve pour leurs concitoyens est plus grand encore : ils pensent sur lelongterme.Ilsveulentvoirlespaysans et leurs communautés sortir de la pau- vreté une fois pour toutes ! Ils sont convaincus que lorsque les terres reprennent vie, les populations aussi. C’est pourquoi, ils accompagnent tous leurs projets par des actions de sensibilisation. Ils invitent les commu- nautés à changer de regard sur leur environnement  et les sensibilisent à l’importance de pratiquer une agricul- ture responsable et respectueuse de lacréation.Poureux,Dieunousaconfié sa création pour que nous en prenions soin et, ça, c’est à la portée de chacun ! DE PETITES ACTIoNS FAISABLES ET IMPoRTANTES Finalement, changer de mentalité vis- à-vis de l’environnement est notre res- ponsabilité à tous. agriculteurs ou pas, les choix que nous faisons aujourd’hui impacteront les générations futures. Faire un compost, ne pas brûler sa par- celle de terre, planter un arbre après l’autre, diversifier ses activités sont autant de petites actions faisables et importantes que font les paysans afri- cainspourlebiendeleurenvironnement. Quelles pourraient être les nôtres, en Europe ? Des choses simples comme prendre conscience de la nature, la re- découvrir, ou encore trier nos déchets, manger des fruits et des légumes de saison, ou encore faire son compost. Le changement, ça se vit tous lesjours,avecpatienceetper- sévérance. Certains fruits seront visibles maintenant, d’autres dans plusieurs années. Changer de point de vue et de comportement est un travail de longue haleine. Mais le plus beau bénéfice est de voir germer l’espérance dans le cœur de nombreuses communautés. Et ça, ça n’a pas de prix ! Le cas concret d’ESoP ESOP(Entente,SolidaritéetProgrès)estundespartenaires chrétiens du SEL au Bénin. Sa vision ? Permettre aux pay- sans de prendre conscience que leur environnement est la source de leur alimentation. Pour cela, ils ont mis en place une ferme de vulgarisation agricole (maraichage, élevage, reboisement, pisciculture) basée sur les principes de l’agroécologie. Ils y démontrent qu’on peut produire grâce à des pratiques simples et bonnes pour l’environnement. Dans cette ferme, on se prête également à des expé- riences pour tester de nouvelles méthodes et les transmettre. Pour ESoP, l’important c’est que les paysans fassent mieux ce qu’ils savent déjà faire. Dans l’optique de toujours renouveler les connaissances et appro- fondir des techniques agricoles, l’association organise donc des sessions de formation pour les paysans des communautés environnantes. Grâce à eux, les paysans réalisent que faire de l’élevage ou cultiver, non seu- lement ils en sont capables, mais c’est facilement accessible, sans beaucoup d’investissements. Retrouvez un article sur le travail de ce partenaire en p.08. Pratiquer la reforestation ou l'agroforesterie ou planter des arbres le long des routes… Toutes ces techniques donnent aux paysans les moyens d’agir positivement sur leur environnement.
  6. 6. doSSiEr 6 I SEL INFoRMATIoNS I 141 A vant de nous parler de notre responsabilité par rapport à la création, la Bible nous apprend à discerner le sens profond de ce que Dieu a fait : tout a été créé par le Christ et pour lui (cf. Colossiens 1.16), très bon (Genèse 1.31). La terre est comme une sorte de cadeau fait aux humains. LA TERRE, uN CADEAu DE DIEu Notre responsabilité par rapport à la création s’inscrit d’abord dans la re- connaissance pour la générosité de notre Créateur qui nous donne tout avec abondance pour que nous en jouissions (cf. 1 Timothée 6.17 et 4.4). Il s’agit de mettre en valeur les res- sources de la terre pour la gloire de Dieu et le bien du prochain. C’est là une tâche collective à laquelle chacun devra apporter sa contribution. Le péché a rendu son accomplissement pénible mais ne l’a pas annulée. Le message de la Bible apporte au chré- tien une motivation et une espérance uniques : toute la création est incluse dans l’œuvre de réconciliation du Christ et aura part un jour à la liberté glorieuse des enfants de Dieu (cf. Co- lossiens 1.20 et Romains 8.19-21). QuE FAIRE ? NouS ARRêTER ! La Bible avertit que Dieu détruira ceux qui détruisent la terre (Apocalypse 11.18). or nous savons que les modes de vie contemporains sont souvent faits de pollution, de gaspillage, de ges- tion irresponsable des ressources ter- restres – avec des effets négatifs sur la création et aussi sur ceux qui vivent dans la pauvreté. Pouvons-nous y changer quelque chose ? Les textes bibliques sur le sabbat et sur les années sabbatiques (cf. Lévitique 25.1-7) pourraient nous donner une première piste : et si nous avions tou- jours besoin d’apprendre à nous arrêter à intervalle régulier pour louer Dieu (pour son salut, mais aussi pour la créa- tion), pour laisser reposer la terre (consommer moins ?) et faire une place pour ceux et celles qui vivent dans la pauvreté ? Et peut-être qu’en nous arrêtant, nous serons aussi capables de trouver d’au- tres actes positifs à poser pour une vie plus responsable face à la création que Dieu nous a confiée. Pour aller plus loin… Frédéric Baudin, La Bible et l’écolo- gie (coédition édifac / Excelsis, col- lection éclairage, paru en 2013). Laprotectiondel’environnementestunsujetclé,aucœurdenombreuxdébats.Etsi,en tantquechrétiens,nousavionsunrôleàjouer ?bibleenmain,nouscreusonslaquestion! Qu’EN DIT LA BIBLE ? La responsabilité du chrétien par rapport à la création
  7. 7. doSSiEr 141 I SEL INFoRMATIoNS I 7 S i le mouvement écologiste – au sens large – concentre son atten- tionsurladégradationécologique et les moyens de l’atténuer, la justice climatiques’intéresseàl’impactdecette dégradation sur les communautés humaines. Quelles menaces représen- tent le réchauffement climatique pour l’humanité ? Qui en sera le plus affecté ? Comment se mobilise la société civile ? Dans « La justice climatique : enjeux et perspectives pour la France », le Conseil économique, Social et Environnemen- tal (CESE) dresse un tableau des consé- quences du changement climatique, des risques et des crises potentielles : coupures de courant, épidémies, mou- vements de population, tensions liées à la gestion et à l’accueil des migrants, accidents nucléaires, tensions du fait de la rareté des ressources, insécurité post-catastrophe (pillage, etc.) et aug- mentation de la mortalité. PAS TouS éGAux ? Si nous sommes tous confrontés à ces perspectives, nous ne sommes toutefois pas tous « égaux ». Les populations les plus démunies sont à la fois plus expo- sées aux risques naturels et moins équipées pour y faire face. Il convient aussi de rappeler que les pays en déve- loppement sont les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre, considérées comme une cause du chan- gement climatique. Face à ces constats, la justice climatique –attentiveàcequeleréchauffementcli- matique n’accroisse pas les inégalités – est devenue une revendication forte de lasociétécivileàl’échelleinternationale. LA JuSTICE CLIMATIQuE : uN DRoIT PouR TouS ! Selon le Centre Sabin pour le droit cli- matique de l’école de Droit de Colum- bia, plus de 1 000 plaintes climatiques, dont la majorité à l’encontre des gou- vernements nationaux, ont été enre- gistrées dans le monde. De nombreux plaignants sont des agriculteurs, ou des personnes dépendants de l’agriculture. « Pour eux, il ne s’agit pas seulement d’une perte de revenus, mais aussi de la perte de leur droit fondamental à exister. Donc oui, la justice climatique est un droit fon- damental. » conclut l’avocate Roda Ver- heyen.Cesdossiersdevraientpermettre de responsabiliser davantage les gou- vernements face au changement cli- matique qui constitue un problème de justice sociale complexe et pas simple- ment un problème environnemental. Même limité à 2°C, le réchauffement aura des conséquences auxquelles notre société devra s’adapter avec, en l’absence de mesures, le risque que ne se creusent les inégalités entre celles et ceux qui disposent de moyens pour le faire et celles et ceux qui n’en dispo- sent pas. Conscient que le changement clima- tique constitue un défi majeur, Michée France plaide pour que les droits hu- mains soient au cœur des engagements climatiques des états. « Car aimer son prochain comme soi-même, c'est aussi plaider pour la justice climatique ! » Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.michee-france.org « Justice climatique : agir pour le climat, c’est agir contre la pauvreté ! » clame Stop Pauvreté, la branche suisse de micah Global, dans sa dernière campagne. Et de fait, il y a un lien direct entre le changement climatique et la difficulté pour les populations démunies à s’en sortir. alors, cette justice climatique : doux rêve ou cause à saisir ? michée France dresse un état des lieux. JuSTICE CLIMATIQuE Pourquoi cela mérite réflexion ?
  8. 8. ProJETS dE dévELoPPEmENT 8 I SEL INFoRMATIoNS I 141 Prendre soin de l’environnement, c’est bien… en théorie. mais qu’en est-il de la pratique ? Cette question, ESoP, un des partenaires béninois du SEL, la soulève. Pour eux, c’est quand l’action est accompagnée d’une prise de conscience préalable qu’ils voient des résultats durables. découvrez leur travail auprès des paysans ! Changer les modes Changer les modes « L’agroécologie n’est pas un système de production mais un mode de vie. » mpossible de rater cette inscription présente sur un grand poster dans la salle de formation d’ESoP (Entraide Solidarité et Progrès). Car oui, pratiquer l’agroécologie et prendre soin de l’environnement, ce n’est pas une simple technique agricole parmi d’autres. Elle doit être véritablement au cœur de la vie quotidienne des pay- sans. C’est la vision que les membres d’ESoP espèrent bien transmettre lar- gement autour d’eux. Leur conception de l’agriculture repose sur trois grands principes. PRINCIPE 1 : L’ENVIRoNNEMENT, uNE MINED’oRDERESSouRCES ESoP sensibilise les paysans sur l’en- vironnement afin qu’ils (re)prennent conscience de son potentiel et de sa valeur. Ils insistent d’abord sur le carac- tère limité de certaines ressources que Dieu met à notre disposition, d’où l’im- portance de ne pas les surexploiter. Ils tentent ensuite d’élargir le champ des possibles en informant les paysans sur la présence d’autres ressources naturelles tout aussi utiles mais parfois ignorées comme, par exemple, des semences de variétés locales. PRINCIPE 2 : oN PEuT FAIRE BEAuCouPAVECPEu... … il suffit de s’en donner les moyens ! Les membres d’ESoP sensibilisent les paysans au développement d’activités agricoles et d’élevage accessibles à tous. Nul besoin d’avoir recours à de gros investissements en matériel ou intrants chimiques ! Ils encouragent également l’utilisation desemenceslocalesetladiversification des activités agricoles, comme par exemplel’associationdeplusieurscultures entre elles ou l’association de l’élevage et des cultures. PRINCIPE 3 : DES PAYSANS QuI N’oNT PLuS FAIM ! Pour ESoP, l’important est que les pay- sans puissent atteindre la sécurité ali- mentaire grâce à leurs activités agri- coles. Mais pas seulement…Ils ont surtout à cœur qu’ils soient capables de le faire seuls et sur le long terme ! Conscientsqueleurenvironnementest un allié précieux et qu’avec peu de moyens, il est possible de voir de beaux résultats,lespaysansreprennentespoir. Désormais, une nouvelle perspective pour l’avenir s’ouvre devant eux : oui, ils sont capables de sortir de la pauvreté !
  9. 9. n parcourant les routes, on observedesterresànupendant des dizaines de kilomètres. on réalise alors le besoin et l’urgence de reboiser ces milliers d’hectares rasés. Justement, plusieurs de nos partenaires locaux agissent pour le reboisement. Et la population est de plus en plus conscientedel’urgence :ellesemobilise concrètement. L’ampleur de la tâche est immense, mais ce dernier voyage de suivi en septembre 2018 nous a ren- dues pleines d’optimisme. DES FEMMES ACTRICES DE CHANGEMENT Et pour commencer  : la rencontre encourageante avec le pasteur David Matobo de l’ENAR1 . À la suite d’une formation sur la justice climatique, les femmes du groupement AFeCoJu2 aidé par l’ENAR, ont pris conscience du pro- blème et commencé à sensibiliser leur entourage sur le besoin de recréer des forêts. Elles ont commencé à pratiquer l’agro- foresterie en associant des acacias à leurs plantations de manioc. Elles réa- lisent aussi des pépinières et veulent planterdesmanguiersetdesavocatiers. DES TERRES REBoISéES Nous avons aussi passé quelques jours avec l’équipe du CEPRoMoR3 et échangéavec4groupementsdepaysans de la zone de Sona-Bata. Ils ont tous commencé à reboiser des parcelles de terre ou à pratiquer l’agroforesterie ! Ce n’est pas toujours évident car ils ne sont pas tous propriétaires des terres sur lesquels ils cultivent. Toutefois, ils sont conscients de l’importance de reboiser. Ils rêvent de recréer des forêts où le gibier et les chenilles (très prisées des congolais) reviendraient peupler les sous-bois. Le clou de notre séjour ? Sur la natio- nale qui nous menait vers Kinshasa, nous avons constaté une nette diffé- rence dans la zone de Sona-Bata, où notre partenaire œuvre depuis 5 ans : plus on s’en approchait, plus les abords de la route étaient boisés. Les habi- tants avaient planté des arbres dans leurs terrains ! oui, quand les communautés plantent des arbres, les bénéfices sont visibles sur elles et sur leur environnement. Et ça fait toute la différence ! Isabelle Duval Chargée de projets de développement au SEL ProJETS dE dévELoPPEmENT 141 I SEL INFoRMATIoNS I 9 « La formation sur la justice climatique nous a éveillé la conscience et nous allons mener ce combat contre le changement climatique ! » Getty, présidente de l’association AFeCoJu, bénéficiaire de notre partenaire. Parmi les atouts de la république démocratique du Congo, sa magnifique forêt tropicale n’est pas des moindres. malheureusement, dans la province du Kongo Central, la déforestation massive est frappante. isabelle, chargée de projets de développement au SEL, a récemment visité nos partenaires congolais. Elle raconte le travail incroyable qu’ils ont entrepris. 1 Entente pour l’Animation Rurale 2 Action Femmes et Ecojustice 3 Centre pour la Promotion du Monde Rural Des sols fragilisés par les aléas climatiques extrêmes, de mauvaises pratiques culturales, ou le déboisement empêchent les paysans de tirer leur subsistance de leurs terres. Grâce au travail des partenaires du SEL, les paysans ont les moyens de vivre mieux dans un environnement en voie de restauration. Ils reçoivent les bases nécessaires pour pratiquer une agriculture responsable et respectueuse de la création. Par un don régulier ou ponctuelpour les projets agriculture, vous faites germer l’espérance dans la vie des agriculteurs ! merci !
  10. 10. a Thaïlande possède un important patrimoine environnemental com- poséd’espacesboisésetd’unefaune très riche. Malheureusement, cet héri- tage est méconnu de la génération actuelle  : au fil des années, de nom- breuses zones forestières ont été détruites et beaucoup d’animaux sau- vages indigènes ont disparu. Mais il n’est pas trop tard pour que les jeunes thaïlandais apprennent à pro- téger ce patrimoine pour les généra- tions futures. uN CENTRE DE PARRAINAGE Au CŒuR DE LA FoRêT Le centre de parrainage de Compassion en Thaïlande, « To Pra De », est situé dans le parc national de Mae Moei. Ce parc se caractérise par une chaîne de montagnes escarpées, des forêts de conifèressecsetdiverstypesdeplantes. Il abrite des animaux sauvages tels que le muntjac rouge du Nord, le sanglier, la civette des palmiers, le chamois et le cerf. Afin de préserver cet héritage, le dépar- tement en charge de la protection des forêts envoie régulièrement des gardes forestiers dans les villages à proximité pour éduquer les habitants à ne pas chasser, brûler ou couper les arbres. Les villageois qui vivent dans la région depuis des générations veulent montrer qu’ilsnedétruisentpasl’habitatforestier et faunique. Ils souhaitent seulement travailler leurs cultures et vivre dans leur village comme ils le font depuis des décennies. LES JEuNES, ACTEuRS Du CHANGEMENT Conscientdel’enjeu,lecentredeparrainage « ToPraDe »amisenplaceunprojetde préservation des forêts dans le cadre de son programme de développement des jeunes, en collaboration avec les gardes forestiers du parc national. « Nous devons faire quelque chose pour protéger notre habitat et créer un climat de confiance avec les gardes forestiers des parcs nationaux et leur montrer que nous ne détruisons pas le parc national. Nous avons donc décidé de collaborer avec eux pour éduquer nos jeunes. », expliqueEkkachai,ledirecteurducentre de parrainage. Ainsi, une à deux fois par an, le centre organise un camp où les jeunes ren- contrent les gardes forestiers qui les sensibilisent à la sauvegarde de la forêt et la préservation de la faune. Le pro- gramme a pour but d’encourager les CENTré SUr CHriST – PoUr L’ENFaNT – EN CoLLaboraTioN avEC L’éGLiSE ParraiNaGE Prendre soin de la création, ça s’apprend ! Et, comme pour tout, les meilleurs apprentissages se font quand on est jeune. C’est pourquoi, dans ce centre de parrainage niché au cœur de la forêt thaïlandaise, les jeunes sont sensibilisés à préserver leur environnement. découvrez comment des adolescents parrainés deviennent des apprentis gardes forestiers ! Gardes forestiers
  11. 11. ParraiNaGE 141 I SEL INFoRMATIoNS I 11 jeunes à aimer les ressources naturelles de leur habitat et l’environnement qui les entoure. DESESPIoNS EN MISSIoN... une fois par mois, le groupe de jeunes du centre d’accueil, accompagné du personnel, inspecte la forêt et fait un rapport aux agents forestiers. Les ado- lescents sont comme des espions en mission. « Les gardes forestiers nous apprennent beaucoup de choses sur les arbres, la vie sauvage, comment survivre dans la forêt si nous nous perdons et beaucoup d’autres choses. », raconte Naphat. En effet, ils ont appris à observer la nature et à noter les signes de décom- position ou de maladie. Ils savent qu’ils doivent signaler aux gardes forestiers tout arbre détruit par des humains, tombé en ruine ou mort de maladie. Pendant la saison sèche, ils créent des pares-feux;pendantlasaisondespluies, ils construisent des barrages. « J’aime beaucoup le programme de pré- servation. Cela m’aide à comprendre la forêt et l’environnement où je vis. Quand je serai grand, je veux rester dans mon vil- lage ! », déclare Arporn Wanakittichai. Ces adolescents adorent leur mission dans la forêt car ils apprennent à pro- téger leurs ressources naturelles en mettantàprofitlesconnaissancestrans- mises par les générations précédentes. Ces jeunes gardes forestiers ont compris que s’ils ne com- mençaient pas à protéger et à préserver les ressources naturelles de leur environne- ment, la forêt qu’ils avaient vue grandir disparaitrait. Les jeunes gardes forestiers prennent leur rôle très au sérieux. Prendre soin de l’environnement dans lequel ils grandissent est devenu leur mission principale !
  12. 12. SENSibiLiSaTioN 12 I SEL INFoRMATIoNS I 141 L e pays qui a été retenu pour ce premiervoyagedécouverteestle Togo. Au moyen de ce séjour de 8 jourssurplace,vousaurezl’occasion dedécouvrirlepays,sacultureetsurtout leformidabletravaildespartenairesdu SEL pour faire reculer la pauvreté. Au PRoGRAMME : • Temps spirituels et de réflexion au- tour des problématiques liées à l’ac- tion chrétienne face à la pauvreté, • Visite d’un centre de parrainage d’enfants, • Visite de familles de filleuls, • Visite de plusieurs projets de déve- loppementcommunautaire(construc- tion de puits et de latrines, cantine scolaire ou encore activités généra- trices de revenus). À noter : une journée de préparation sera organisée avant le voyage pour permettre aux participants de se rencontrer, de discuter de leurs attentes et de recevoir les informa- tions nécessaires. INFoRMATIoNS PRATIQuES Lieu : Togo (Lomé et Kpalimé) dates du voyage : 6 au 14 fé- vrier 2020 (sous réserve de mo- difications) Tarif : 2 400 € tout compris (bil- lets d’avion, frais de séjour, etc.) Compter 300 € supplémentaires de frais personnels (journée de préparation, visa, vaccin contre la fièvre jaune, traitement antipaludéen, etc.) Tarif préférentiel : 2 250 € si ins- cription avant le 31 juillet 2019 À noter : Les inscriptions se font dans la limite des places disponibles ! Intéressé par le projet ? Ne tardez pas à vous inscrire ou à nous deman- der de plus amples informations en remplissant le coupon ci-dessous ou en écrivant à : contact@selfrance.org Nom : Prénom : Adresse mail : Numéro de téléphone : ® Je souhaite être recontacté car j’ai des questions concernant le voyage. ® Je souhaite m’inscrire au voyage. Comment puis-je faire ? NouVEAuTé Un voyage à la rencontre des partenaires du SEL, ça vous dit ? Parrain de longue date, récent donateur ou encore délégué, le SEL vous propose d’aller à la découverte des actions de développement de ses partenaires. Ce voyage de groupe sera l’occasion de prendre conscience de la réalité du terrain et de vivre un temps d’encouragement mutuel avec les personnes que vous rencontrerez. #
  13. 13. miCHéE FraNCE 141 I SEL INFoRMATIoNS I 13 L ’économie(lagestiondelamaison) fait partie des thèmes délicats et souvent peu abordés au sein des églises à cause de la diversité d’opinions qu’il suscite. Loin d’entrer dans la polé- mique, nous voulons tirer de la Bible des enseignements éthiques en matière d’économie et découvrir des exemples d’applications. uNE éTHIQuE BIBLIQuE ! Dans son ouvrage « Existe-t-il une éco- nomiechrétienne ?»,HélèneFarellypuise dans les textes bibliques des « repères afin de se situer en tant que chrétien face à l’économie, l’argent et la pauvreté ». En voici quelques-uns : > Dieu est le propriétaire ultime de tout, > Le don de Dieu appelle le don à Dieu, > Lesoutienmutuelestplusimportant que l’intérêt personnel, > Marcher humblement dans le contentement et la dépendance envers Dieu, > être généreux, > L’économie doit être au service des êtres humains, et non l’inverse, > Espérer : « croire qu’il est possible de prier et d’agir pour une autre économie en mettant en pratique les paroles de l’Éternel... » uN MoDèLE D’APPLICATIoN, L’ESS1 ! Le protestant Charles Gide (1847- 1932), oncle du célèbre écrivain André Gide et père du mouvement coopératif, s’estintéresséàl’applicationdel’éthique biblique au niveau économique et a contribué à l’apparition de l’économie Sociale et Solidaire (ESS). L’ESSdésigneunensembled’entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale. Ces entreprises adoptent des modes de ges- tion démocratiques et participatifs. Le profit individuel est proscrit et les résul- tats sont réinvestis. L’organisationdesNationsuniesrecon- naît l’apport indéniable de l’ESS dans la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des 17 objectifs de développement durable. un Groupe de travail inter- institutions sur l’ESS a même été créé afin de promouvoir ce modèle écono- miqueàl’international(www.unsse.org). Pour en savoir plus sur l’écono- mie généreuse, suivez-nous sur michee-france.org Pour une économie Culte michée France 2019 Pour vivre un culte « Pour une économie généreuse  !  », réservez la date du dimanche 20 octobre 2019 ! Inscrivez- vous sur michee-france.org pour recevoir un ensemble de ressources gratuites. D’autres activités vous seront proposées en novembre 2019 en lien avec le mois de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). 1 ESS : économie Sociale et Solidaire dans le cadre de sa mobilisation « Pour un évangile généreux ! », michée France s’intéresse cette année à l’économie. Quels enseignements la bible nous donne-t-elle à ce sujet ? En quoi notre expérience de la générosité et de la grâce de dieu peut-elle influer sur notre comportement de « homo œconomicus » ? GÉNÉREUSE!
  14. 14. dE voUS à NoUS 14 I SEL INFoRMATIoNS I 141 JouRNéE Du SEL La parole est à vous ! Chaque année, vous êtes nombreux, délégués ou pas, à organiser la Journée du SEL dans votre église. Un grand merci ! Parce que vous nous encouragez par votre investissement, nous avons voulu voir de plus près ce que vous avez fait ! Nous vous laissons donc la parole… « C’est ma manière de servir l’Église… » Laurence, 23 ans, déléguée du SEL, a récemment organisé la Journée du SEL dans son église à boussy Saint antoine. Nous l’avons donc questionnée pour en savoir plus ! SEL : Dis-nous tes impressions et res- sentis sur cette journée ? Laurence : J’ai été agréablement sur- prise : je me demandais s’il y aurait un intérêt de la part des membres de l’église. Mais les gens étaient intéressés par le sujet de la pauvreté et contents de pouvoir se rendre utile. J’ai pu voir qu’ils étaient prêts à soutenir une bonne cause. Quels bénéfices pour ton Église ? Ça nous permet de sortir du cadre car, en dehors de la Journée du SEL, il n’y a pas de prédications sur la pauvreté. Et ça aide les personnes à s’engager : par la prière, ou en tant que bénévoles s’ils veulent faire une chose ou une autre. Ce qui t’a marqué ? Les interactions à la fin du culte avec les gens, les questions qu’ils posent ou l’intérêt qu’ils montrent. J’étais encou- ragée de voir que je pouvais être utile. Je pense que c’est aussi ma manière de servir l’église. D’autres personnes de ton Église étaient impliquées, n’est-ce pas ? oui, je voulais montrer aux membres que c’est à la portée de tout le monde de s’investir et de faire quelque chose. Pour apporter une part de concret à mon propos, un couple a parlé de son parrainage et Hermann, un jeune, a parlé de l’Escape game du SEL qu’il a testé. Ce qui l’a marqué ? Que des per- sonnes, dans certains pays, soient obli- gées de faire 3 kilomètres pour un verre d’eau. Ça l’a fait réfléchir et lui a « remis les idées en place ». Une petite dernière… C’est difficile d’organiser la Journée du SEL ? Non, les ressources mises à disposition aident beaucoup et donnent une trame. Et puis, en l’organisant, j’ai pu mettre à jour mes connaissances sur le SEL et ça m’a motivé. Le saviez-vous ? il est possible de faire un legs au SEL Le SEL est habilité à recevoir des legs via sa fondation (Fondation SEL, sous l’égide de la Fondation du Protestantisme). Depuis sa création, le SEL a pu ainsi bénéficier de ces gestes forts de la part de plusieurs donatrices et donateurs. Si vous souhaitez plus d’informations sur les possibilités de legs au bénéfice des missions du SEL, écrivez-nous à contact@selfrance.org ou appelez-nous au 01 45 36 41 50. « C’est à la portée de tout le monde de s’investir et de faire quelque chose. » Le SEL recrute ! Un(e) chargé(e) de communication pour les actions du parrainage. Vous trouverez les détails sur notre site, dans la rubrique « nous rejoindre ».
  15. 15. 141 I SEL INFoRMATIoNS I 15 C ette année, vous étiez près de 550 inscrits sur le site de la Journée du SEL  ! Non seule- ment, le matériel mis à disposition a été utilisé, mais il a aussi été adapté et per- sonnalisé. Quel encouragement de voir les églises créer leur propre Journée du SEL ! DES CoLIS ALIMENTAIRES À NYoNS C’est la bonne idée de cette église pour aider les personnes démunies de la ville. « Nous avons pu collecter des aliments consommables auprès de magasins ali- mentaires et supermarchés, et nous avons organisé une collecte auprès des consom- mateurs en sortie de caisse. Nous avons pu composer une vingtaine de colis de produits de base et réuni six cagettes de fruits et légumes frais. » nous raconte Brigitte, bénévole du SEL. LES ENFANTS MIS Au DéFI EN PoLYNéSIE FRANÇAISE Les monitrices ont animé un temps spécial, pour que les enfants puissent faire le bien… et bien le faire. « Faire du bien ensemble, c’est ce que j’ai retenu du message. Je relève le défi d’aider les personnes de mon entourage. » (Su- zane, 14 ans) « La matinée du SEL a été géniale. J’ai re- tenu qu’il faut s’entraider et j’ai préparé des cartes avec des versets pour les distri- buer. » (Lara, 9 ans) Cet article vous a donné envie d’orga- niser la Journée du SEL ? C’est possible à tout moment de l’année ! Les res- sources restent disponibles, alors té- léchargez le matériel de cette année… ou des années précédentes ! Retrouvez sur notre page Facebook les vidéos live des Journées du SEL à Massy,Nogent-Sur-OiseetChambéry. Le samedi 6 avril se déroulait à Lyon la Journée des délégués. Mais qu’est- cequec’est ?unejournéespécialement conçue pour les délégués qui font quotidiennement le lien entre le SEL et leur église. C’est l’occasion pour eux de se rencontrer, d’échanger, de seformeretd’enapprendredavantage sur les coulisses du SEL. une dizaine de délégués étaient présents. NousbénissonsDieupourcettejournée encourageante pour les délégués… et pour les salariés du SEL présents ! Vousvoulezensavoirplus ?Contactez delegues@selfrance.org JouRNéE DES DéLéGuéS : rencontres, échanges, formation Quand les églises se mobilisent… dE voUS à NoUS
  16. 16. oUi, je veux soutenir les projets agriculture du SEL Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : Courriel : @ Tél. : SI1905C Sols dégradés, déboisement, mauvaises pratiques culturales, etc. Comment les populations peuvent-elles sortir de la pau- vreté quand leurs terres sont pauvres ? Grâce au travail de nos partenaires chrétiens, c’est possible ! ✂ aujourd’hui, faisons germer l’espérance ! Je fait un don de : ❏25 € ❏50 € ❏100 € ❏150 € ❏Autre : ……………… € DG0 Je règle : ❏par chèque à l’ordre du SEL ❏Par internet : www.selfrance.org Terres appauvries : les populations en paient le prix ! Terres appauvries : les populations en paient le prix ! merci de nous retourner ce coupon avec votre paiement dans l’enveloppe T jointe ou au SEL 157 rue des blains 92220 baGNEUX

×