Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Sel infos 133 Septembre 2017

817 views

Published on

SEL INFOS 133 SEPTEMBRE 2017

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Sel infos 133 Septembre 2017

  1. 1. Une action chrétienne dans un monde en détressewww.selfrance.org Trimestriel2017/04N°133 Faire reculer la pauvreté ? Donner un avenir aux filles ! InformationsSeptembre 2017 Ils ont aimé leur prochain, le nouveau livre du SEL ! 15 Les femmes, acteurs-clés du développement 3 Soutenues, elles gagnent en assurance 12 « Gracia veut devenir docteur. Et elle y arrivera ! Pas seulement grâce à sa volonté, mais grâce à l’aide du Seigneur. » Mariame, grand-mère de Gracia
  2. 2. 2 ÉDITORIAL Une action chrétienne dans un monde en détresse Questions à Patrick Guiborat, Directeur général du SEL Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts (66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL béné- ficiaire d’une assurance vie. De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation du Protestantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction ISF, en envoyant votre chèque à l’ordre de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux. Pourquoi se concentrer sur les femmes dans le cadre de ce numéro ? Ce n’est pas pour se désintéresser des hommes, mais pour rétablir un équilibre. Par exemple, ce chiffre de 70% plusieurs fois répété : 70% des personnes qui souffrent de malnutrition et 70% des pauvres sont des femmes. Ce déséquilibre doit être rappelé, comme d’autres faits marquants dans les pages suivantes. Et même si cer- taines situations se sont améliorées ces dernières décennies (par exemple la mortalité maternelle a été divisée par deux entre 1990 et aujourd’hui), beaucoup reste encore à faire. Cette aide ciblée peut-elle vraiment avoir un impact contre la pauvreté ? C’est évident, et c’est ce que nous écrivions par exemple en 2002 lors de la cam- pagne du SEL « Le Sud a besoin des femmes... » (dossier accessible sur Internet). Les revenus gagnés par la femme sont réinvestis entre 80% et 90% dans la famille, alors qu’elles ne perçoivent que 10 % du revenu du travail tout en y consacrant 2/3 de leur temps ; elles détiennent aussi moins de 1% des richesses. Et moyennant par exemple un microcré- dit, elles sont nombreuses dans les pays du Sud à sortir leur famille de la misère. Comme vous le constaterez dans ce numéro, investir dans un par- rainage de jeune fille ou dans un projet avec des femmes fait aussi reculer la pauvreté pour toute la famille. Imprimésurpapier100%recyclé Partenaire du SEL Michée France veut mobiliser le monde protestant contre l’extrême pauvreté en invitant chacun à ajuster ses comportements et à interpeler les gouvernants sur leur promesse d’aide au développement. Je réalise que mettre en avant le rôle de la femme dans la lutte contre la pauvreté peut être mal interprété. Au SEL, nous avons fait le choix de ne pas opposer un groupe à un autre, que ce soit par la richesse, le genre ou la religion. Cette position n’est pas toujours facile à tenir. En expo- sant le rôle de la femme dans le déve- loppement, notre but n’est pas de porter un jugement sur les hommes mais bien de valoriser un fait peu connu : les femmes sont des acteurs de dévelop- pement majeurs. Les donateurs nous font souvent remar- quer : « On voit principalement des femmes et des filles sur vos photos et dans vos vidéos ! ». C’est vrai. C’est la réalité à laquelle nos partenaires font face : soit les hommes travaillent à la ville, soit ils sont partis. Dans tous les cas, la pauvreté touche majoritairement des femmes et des filles dans des cul- tures où elles sont peu ou pas valorisées. Au SEL, nous croyons ce que dit la Bible : une femme de valeur est pré- cieuse, comme le décrit Proverbes 31. Grâce au parrainage et au soutien de projets de développement, nous faisons notre possible pour que de plus en plus de jeunes filles puissent devenir les ac- trices du développement de leur village, de leur région, de leur pays. Sagine Mésidor, qui nous visite du 22 septembre au 9 octobre, illustre parfai- tement ce que le parrainage peut offrir à une enfant vivant dans un pays aussi pauvre qu’Haïti. L’écouter, elle comme tant d’autres, c’est se rappeler que notre combat n’est pas vain, que nos ef- forts portent du fruit : des jeunes filles voient leur avenir s’éclairer grâce au soutien des donateurs du SEL. Lydie Rochetaing Directrice du Parrainage au SEL SOMMAIRE P2 : Édito et Questions à Patrick Guiborat P3 : Dossier (Parrainage) : Les femmes, acteurs-clés du développement ! P6 : La femme de Proverbes 31 et les femmes du Sud aujourd’hui P7 : L’éducation des filles : bienfaits du parrainage ! P8 : Sagine, enfant parrainée hier, femme active pour son pays aujourd’hui ! P10 : Appel de Noël 2017 P11 : Urgence Moyen-Orient : Syrie, Irak P12 : Projets : Soutenues, elles gagnent en assurance ! P13 : La transformation alimentaire, une affaire de femme ! P14 : Journée du SEL 2017 : MERCI d’avoir répondu à l’appel ! P15 : EAD/Sensibilisation : Ils ont aimé leur prochain, le nouveau livre du SEL ! P16 : Michée France : Culte Michée France : Mobilisons notre Église « pour un accueil généreux » ! P17 : Commerce équitable : Artisanat SEL cesse ses activités ; une nouvelle initiative de commerce équitable voit le jour P18 : Délégués : Le SEL s’invite dans vos congrès ! P19 : De vous à nous : Un été sportif pour soutenir les projets Eau ! A NOS NOUVEAUX LECTEURS Vous recevez peut-être pour la première fois notre journal. Si vous souhaitez être tenus au courant de nos activités, vous pouvez vous abon- ner au prix indiqué ci-dessous. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rec- tification aux données vous concernant dans nos fichiers. Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 BIC : PSSTFRPPPAR Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 BIC - PSSTFRPPPAR Directeurs de la publication : Claude Grandjean et Patrick Guiborat Responsable de la rédaction : David Alonso Secrétaire de rédaction : Laura Boyadjian Comité de Rédaction : Patrick Guiborat, Lydie Rochetaing, Nicolas Fouquet, Daniel Hillion, Laura Boyadjian, Isabelle Duval, Doris Lévi-Alvares, Claire Balverde, Fadima Kambou. SEL PROJETS BELGIQUE 243 route Provinciale - 1301 BIERGES – Tél. / Fax (010) 65.08.51 Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 BIC : GEBABEBB avec la mention DON SEL SUISSE ROMANDE Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9 Pour nous suivre © Photos : SEL (sauf mention). Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions qu’il entreprend visent à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté, dans une perspective d’autonomie. Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'enseignement biblique qui associe la Parole et les actes afin de transmettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en partenariat avec des organisations chré- tiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent elles-mêmes en œuvre. Le SEL mène une action humanitaire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient leur action au-delà des différences de religion, d’opinions politiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble des besoins physiques, économiques et spirituels des bénéficiaires finaux. Instagram : sel_ong Twitter : ong_SEL Facebook : SEL (Service d’Entraide et de Liaison) Youtube : SEL Blog : http://blog.selfrance.org Site : http://selfrance.org Association Service d’Entraide et de Liaison 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX Tél. 01 45 36 41 51 Fax 01 46 16 20 86 contact@selfrance.org  Mise en page : J. Maré Impression : IMEAF - La colline 26160 La Begude de Mazenc Tél. 04 75 90 20 70 CPPAP N°1121 H 80951 (30/11/2021) N°ISSN 1145-2269 Prix du n° : 1 € Abonnement : 4 € Abonnement de soutien : 20 €
  3. 3. D ès le Sommet de la Terre de Rio en 1992, l’impor- tance des femmes en ma- tière de développement est reconnue. Le principe n°20 de la Déclaration affirme ainsi : « Les femmes ont un rôle vital dans la gestion de l’environnement et le développement. Leur pleine par- ticipation est donc essentielle à la réalisation d’un développe- ment durable. » Pourtant, leur prise en compte dans les pro- grammes de développement est encore trop faible. Cherchons à voir en quoi il est essentiel de les intégrer dans le processus de développement. Les femmes, premières cibles de la pauvreté Les inégalités entre hommes et femmes sont une réalité dans tous les pays du monde. Cepen- dant, force est de constater que cette discrimination est bien plus importante encore dans les pays en développement. D’ailleurs, certaines personnes parlent par- fois de la « double peine » subie par les femmes dans les pays en développement : non seule- ment elles sont nées dans un pays pauvre mais en plus elles sont nées femmes ! Abordant le sujet, le ministère des affaires étrangères français évoquait le fait que la pauvreté revêtait «  un visage féminin  ». La raison de cette expression ? 3 PARRAINAGE D'ENFANTS Parler des femmes comme d’un groupe spécifique et distinct, est-ce bien nécessaire ? En matière de développement, il semblerait que oui ! S’il faut se méfier des raccourcis et des généralités, la lutte contre la pauvreté ne peut pas (ou plus) les négliger. Les femmes, acteurs-clés du développement ! 3
  4. 4. Près de 70 % des personnes pauvres dans le monde sont des femmes. Et en cas de catastrophe naturelle, les femmes sont les premières victimes : leur risque de décès est en effet 14 fois plus élevé que pour les hommes. Dans certaines régions du monde, les pratiques culturelles et tra- ditionnelles peuvent accentuer encore un peu cette discrimina- tion à l’égard des femmes. En effet, il leur arrive parfois d’être les dernières à se nourrir ou, lors d’une crise, d’être les pre- mières à se priver de nourriture au profit des autres membres de la famille. C’est ainsi que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par la faim dans le monde. Elles consti- tuent 70 % des victimes de la malnutrition, alors même qu’elles produisent comme agricultrices plus de 50 % des aliments. Elles jouent un rôle essentiel dans le développement Les femmes contribuent de plus en plus à l’économie et occupent un rôle productif déterminant dans les sociétés des pays en développement. D’ailleurs, l’Or- ganisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que, si les femmes bénéficiaient du même accès aux ressources productives que les hommes, elles pourraient aug- menter les récoltes de leurs exploitations agricoles de 20 à 30 %, permettant de sortir de l’insécurité alimentaire de 100 à 150 millions de personnes. En 2012, le Secrétaire général des Nations-Unies de l’époque, Ban Ki-moon, faisait part de cette préoccupation et expliquait à l’oc- casion de la Journée internatio- nale de la femme rurale : « L’au- tonomisation des femmes rurales est cruciale si nous voulons mettre un terme à la faim et à la pauvreté. En refusant d’accorder aux femmes des droits et des opportunités, nous privons leurs enfants et leurs sociétés d’un avenir meilleur. » L’implication des femmes au sein des sociétés des pays en déve- loppement est donc essentielle au niveau de leur rôle productif mais également au niveau de leur rôle reproductif. Cette der- nière expression désigne géné- ralement la responsabilité de mettre au monde et d’élever les enfants. Or, force est de constater que les femmes occupent bien souvent une place de pivot au sein des cellules familiales, qu’il s’agisse d’assurer le bon fonc- tionnement du foyer ou la trans- mission des valeurs. L’éducation des femmes, facteur décisif Face à l’ampleur de l’enjeu, une solution semble se dégager : l’amélioration du niveau d’édu- cation des femmes et des filles. En effet, une discrimination per- siste dans ce domaine – deux tiers des analphabètes sont des femmes. Pourtant ce facteur est décisif car il a un rôle d’effet multiplicateur positif sur les pro- grès dans tous les champs du développement. Une meilleure éducation, c’est une diminution des violences à l’égard des femmes, de meilleures conditions de vie pour leurs enfants ou encore bien d’autres bienfaits quantifiables. À l’occasion de la journée inter- nationale de l’alphabétisation en 2014, la directrice générale de l’Or- ganisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE4 PARRAINAGE D'ENFANTS « Il n’existe aucun instrument de développement plus efficace que l’éducation des filles. » Kofi Annan, ex-Secrétaire Général de l‘Organisation des Nations Unies.
  5. 5. 5 (Unesco) disait : « L’alphabétisation change la vie et même davantage, elle en sauve. » Au-delà de la belle formule, son propos témoigne de l’influence que l’éducation peut avoir sur la santé. Pour l’exemple, si toutes les femmes accédaient à une éducation secondaire, la mor- talité infantile pourrait être réduite de 49 %. Enfin, l’éducation améliore éga- lement les perspectives d’emploi et renforce les capacités des ménages face à la pauvreté. Une femme instruite a plus de chances non seulement d’obtenir un emploi, mais aussi que cet emploi soit durable et assorti de bonnes conditions de travail et d’un salaire décent. Ainsi, si tous les élèves des pays pauvres quit- taient l’école en maîtrisant des compétences élémentaires de lecture, 171 millions d’individus pourraient sortir de la pauvreté, soit un recul de 12 % de la pau- vreté dans le monde. Nicolas Fouquet Chargé de mission Éducation au développement Sources : www.diplomatie.gouv.fr www.tdg.ch www.unwomen.org unesdoc.unesco.org De survivante à médecin ! Grace est une survivante du génocide qui a touché le Rwanda en 1994. Bénéficiaire du parrai- nage avec Compassion, partenaire du SEL, Grace rêvait de devenir docteur. Au Rwanda, à cette époque, les filles avaient du mal à entrer dans les filières science et médecine. Elles de- vaient donc travailler deux fois plus dur pour faire leurs preuves. Grace, sachant qu’elle serait un docteur attentionné, ne laissa pas ces préjugés se mettre en travers de son chemin. « La société a besoin de prendre conscience que l’éducation des filles est très importante pour le développement. Une fille de- viendra un jour une mère… donc quand tu éduques une fille, tu es en train de développer les familles et la société », explique Grace. À 24 ans, elle est maintenant en dernière année à l’université et travaille dans le département des urgences du Centre Hos- pitalier Universitaire de Kigali. Chaque jour, elle traite des patients qui luttent pour leur vie, tout comme sa grand-mère lutta un jour pour sa vie et celle de son frère. PARRAINAGE D'ENFANTS Pour en savoir plus, découvrez Parole aux femmes, livre édité par le SEL
  6. 6. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE6 L a femme décrite dans le der- nier chapitre du livre des Pro- verbes est une femme « bien » sous tout rapport ! Elle représente un idéal très élevé, propre à décou- rager toute femme en quête de per- fection ! Ce portrait ne manque tou- tefois pas de réalisme, c’est même une description fidèle de nom- breuses femmes dans notre monde, en particulier en Afrique où les tâches quotidiennes ressemblent aux travaux décrits dans ce texte. Une femme actrice dans la société La femme juive secondait efficace- ment son mari, elle tenait une place de premier rang dans la famille, et son rôle ne se cantonnait pas à la cuisine et au ménage ! Il s’étendait au domaine économique et social, la femme devenait ainsi un véritable pilier de la maison. La femme chantée dans ce poème ne vit pas repliée sur elle-même. Elle se soucie en priorité de sa fa- mille, mais elle ne néglige pas pour autant les implications sociales de son travail. La sagesse de la femme idéale nous est proposée comme un exemple à suivre : le fruit de son travail lui permet non seulement de participer aux dépenses du foyer pour vivre, mais aussi de « tendre la main aux malheureux et d’être gé- néreuse envers les pauvres ». De l’idéal à la réalité Ce portrait de la femme de valeur, nous le rappelons, est l’idéal féminin (d’après la Bible), offert à notre méditation. La réalité est parfois très éloignée de cette description exemplaire. Combien de femmes n’ont pas cette « chance » de vivre dans un foyer harmonieux, ces capa- cités hors du commun, cette per- sonnalité sans faille ? Comment ne pas penser, par exemple, à la situa- tion des femmes africaines aujour- d’hui ? Certaines d’entre elles méri- teraient pourtant les mêmes éloges. Leur travail assidu, leur force de caractère, leur générosité et leur foi sont tout aussi remarquables. Mais, là encore, les femmes qui s’en sortent le mieux sont plutôt l’ex- ception que la règle. L’éducation des jeunes filles, leur protection contre les abus de toutes sortes, deviennent les véritables enjeux pour que les femmes des pays en développement s’épanouissent sous le regard du Seigneur, et pro- curent à leur tour la joie à leur foyer. La femme idéale est enfin l’image de l’Église, épouse du Christ. Le portrait esquissé par l’auteur du livre des Proverbes nous révèle ainsi l’exemple d’une femme vertueuse entre toutes, qu’il faut suivre. Texte de Frédéric Baudin Pasteur Extraits du dossier « Le Sud a besoin des femmes » disponible sur www.selfrance.org (Rubrique : Sen- sibilisation/Animer moi-même/ dossiers de sensi- bilisation La femme de Proverbes 31 et les femmes du Sud aujourd’hui PARRAINAGE D'ENFANTS La Bible n’aborde pas directement la thématique contemporaine du rôle des femmes dans le développement, mais le portrait de la femme de Proverbes 31 peut stimuler notre réflexion et faire évoluer notre regard. Retrouvezlaprédicationentièresur www.blog.selfrance.org
  7. 7. L’éducation des filles : les bienfaits du parrainage ! Saisissez l’opportunité de dire «Stop!» à la pauvreté : Parrainez une fille avec le SEL! Le SEL, en partenariat avec Compassion International, encourage les jeunes filles à développer leur potentiel : elles ont besoin de découvrir leur valeur. Grâce au parrainage, c’est possible ! Ensemble, aidons les filles à devenir des femmes éduquées, capables de libérer leur communauté de la pauvreté. Sources :UnitedNationsFoundation,Unesco 1 an d’écolepour une fille augmente ses chances de 10 à 20 % d’avoir un salaire Vous souhaitez parrainer une fille avec le SEL ? Remplissez le coupon joint ou allez sur www.selfrance.org/ Rubrique Parrainage. Une fille dans les pays en développement qui reçoit 7 ans d’éducation… Se marie 4 ans plus tard diminuant ainsi le taux de mortalité maternelle et infantile. A 2 enfants de moins pouvant ainsi mieux investir dans la santé et la scolarité des enfants qu’elle a déjà. 1 fille sur 5 dans les pays en développement abandonne l’école avant l’âge de 11 ans. Plus de 10 000 filles par jour se marient avant l’âge de 15 ans. Mais les adoles- centes qui vont à l’école ont 6 foismoins de probabilité de se marier avant 18 ans. Une femme réinvestit 80-90% de ses revenus dans sa famille. Le taux de VIH et de sida diminue de 50 % chez les enfants ayant été à l’école primaire. PARRAINAGE D'ENFANTS De nombreuses études montrent que l’éducation est l’un des meilleurs moyens pour aider un enfant à sortir de la pauvreté. Plus spécifiquement, l’éducation des filles provoque de tels changements que les générations futures en sont impactées… comme par ricochet !
  8. 8. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE8 SEL : Bonjour, Sagine, peux-tu nous dire quelle est ton his- toire ? Sagine  : Je suis la 3ème d’une famille de 5 enfants et j’ai 2 frères et 2 sœurs. J’ai été élevée par des parents chrétiens et j’ai grandi avec des préceptes et des valeurs familiales chrétiennes. Ma mère était commerçante et mon père professeur. Malgré tout, mes parents avaient de maigres revenus. Dans le village où nous habitions, il n’y avait pas de grande école. Comme nos parents voulaient que nous ayons une formation de qualité, nous sommes donc allés, avec mes frères et ma grande sœur, habiter chez notre grand-mère. Elle n’était pas chrétienne. SEL : Le fait que ta grand-mère ne soit pas chrétienne a-t-il eu une influence sur ta foi ? Je dirais que c’est plutôt le contraire. Je me rappelle que, toute petite, l’école exigeait que les enfants aillent à l’église tous les dimanches et il y avait une carte de persévérance qu’un des responsables de l’Église devait signer. Ma grand-mère, connais- sant cette exigence, y portait beaucoup d’attention et s’assurait toujours que tout soit déjà prêt dès le samedi pour aller à l’église le dimanche matin. Avec mes frères et sœurs, nous avons eu tellement d’influence positive sur elle qu’elle a donné sa vie au Seigneur Jésus ! SEL  : Une étape a jalonné ton parcours. Peux-tu nous dire laquelle ? Vivre en Haïti avec des moyens limités ou des parents qui n’ont pas la possibilité de répondre aux responsabilités familiales quotidiennes est difficile. Vers 4 ans, j’ai intégré le pro- gramme de Compassion. Pour moi, être parmi les enfants par- rainés a été d’un grand secours car mes parents n’ont pas eu à payer les frais scolaires durant toutes ces années. Sagine, enfant parrainée hier, femme active pour Haïti aujourd’hui ! PARRAINAGE D'ENFANTS En octobre, Sagine vient nous visiter en France. Cette ancienne enfant parrainée s’est battue pour devenir la femme qu’elle est aujourd’hui. En avant-première, elle nous livre une partie de son parcours. "J’ai été accompagnée par plusieurs personnes [...] qui m’ont encou- ragée à croire que j’y arriverai."
  9. 9. SEL  : Qu’est-ce que cela t’a apporté d’être parrainée ? Tout d’abord, pouvoir aller à l’école, ce qui a grandement influencé mes résultats. J’ai tra- vaillé dur pour être parmi les meilleurs étudiants de la classe, en primaire, secondaire et jus- qu’à l’Université. Je participais aussi à toutes les activités proposées par le centre d’accueil, afin de parvenir au plus haut niveau possible  : intégrer le programme de Développement de Leaders. Et surtout, j’ai été accompagnée par plusieurs personnes (res- ponsables du projet, parrains, professeurs, moniteurs, men- tor…) qui m’ont encouragée à croire que j’y arriverai. J’ai tou- jours eu de bonnes relations avec mes parrains ; nous communi- quions par le biais de lettres. Je rêvais de les rencontrer un jour et je nourris encore ce rêve. SEL  : Et aujourd’hui, quelle femme es-tu devenue ? Les promesses de Dieu ne failli- ront jamais et mon plan d’avenir a été tracé avant même que mes parents aient eu l’idée de ma conception. Aujourd’hui, je fréquente et suis investie dans une église de la Mission Évangélique Baptiste du Sud d’Haïti (MEBSH). Sur le plan professionnel, j’ai toujours aimé la Médecine et l’Administration. Je me suis donc orientée vers les Sciences Infir- mières. Je réalise de plus en plus combien je contribue au changement des conditions de vies humaines, au rétablissement et à la promotion de la santé de certains. SEL : Peux-tu nous en dire plus sur ce que tu fais ? Actuellement, je suis impliquée dans un projet, en tant qu’« offi- cier communautaire TB/VIH » pour la région Nord du pays. Je travaille aussi, en collaboration avec les responsables d’institu- tions, auprès des OEV (Orphelins et Enfants Vulnérables), infectés et/ou affectés par le VIH/SIDA. Enfin, certaines zones très éloi- gnées sont difficiles d’accès et les gens ont un accès limité aux services de santé. Du coup nous réalisons des activités de cli- niques mobiles intégrées, pour apporter le maximum de services possible pour ces gens : consul- tations, dépistage de la malnu- trition chez les femmes enceintes et les enfants, vaccinations, dépistage du VIH/SIDA et de la syphilis, planification familiale. 9 PARRAINAGE D'ENFANTS Retrouvez Sagine en France ! Sagine sera en France pour présenter les bienfaits du parrainage avec le SEL du 22 septembre au 9 octobre. Voici quelques dates ou vous pourrez la retrouver : n Vendredi 22 Septembre* : Soirée témoignage Femmes 2000 – Hautefeuille (77) n Mardi 26 septembre* : Soirée témoignage - Paris  n Dimanche 1 octobre* : Culte – Lille (59)  n Samedi 7 octobre* : Pulse Mâcon (71)  n Dimanche 8 octobre* : Culte – Coulommiers (77)  Plus de dates sur www.blog.selfrance.org Vous souhaitez plus d’informations sur le programme ? Contactez Doris : dlevialvares@selfrance.org.   * Dates sous réserve de modification.
  10. 10. Chaque année, alors qu’elle était parrainée, Sagine attendait avec impatience le temps béni de Noël. Imaginez son bonheur, à 5 ans, lorsqu’elle a reçu pour la première fois ce cadeau inattendu. Et ce rendez-vous joyeux s’est reproduit tous les ans jusqu’à l’arrêt de son parrainage ! Bien sûr, un cadeau n’est pas suffisant pour sortir une filleule comme Sagine de la pauvreté. Nos prières, notre soutien régulier, nos courriers sont autant de maillons indispensables pour permettre ce résultat, dont Sagine parle si bien dans son interview en page 8. Mais un cadeau est un signe tangible, concret de l’affection que le parrain ou la marraine porte à son filleul. Un petit geste qui raconte une histoire inimaginable : « Il y a quel- qu’un qui pense à toi, qui prie pour toi là-bas à des milliers de kilomètres. Regarde, il t’a même fait un cadeau pour Noël ! » Aujourd’hui, chaque parrain ou marraine a la possibilité de faire ce cadeau ! Simplement en répondant à l’appel de Noël du SEL par un don, même modeste. Grâce à ces dons, chaque filleul pourra recevoir à Noël un cadeau de la part de son parrain, acheté grâce au fonds commun de Noël auquel chacun aura contribué. Pour marquer ce geste, les parrains peuvent même joindre une carte pour rappeler à leur filleul que la joie de Noël, c’est d’abord le plus grand cadeau que les hommes aient jamais reçu : Jésus. « La fête de Noël était toujours une surprise au centre car chacun attendait le cadeau de Noël de son parrain ou marraine ! » Sagine Mésidor Appel de Noël 2017 APPEL DE NOËL CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE10 Comment participer à l’appel de Noël ? C’est simple ! Deux solutions s’offrent à vous : • Rendez-vous sur notre site internet www.selfrance.org (rubrique parrainage/appel de Noël), remplissez votre carte et faites votre don. • Répondez au courrier avec sa carte que vous recevrez à partir du 15 octobre L’équipe du parrainage se tient à votre disposition pour répondre à vos questions au 01 45 36 41 52 ou par email à parrainage@selfrance.org
  11. 11. En Irak, les populations déplacées commencent lentement à retour- ner dans leur région d’origine mais le nombre de déplacés demeure très élevé avec 3,3 millions de personnes dont 20% dans le Kurdistan irakien. En 2016/2017, vos dons ont permis de soutenir des distributions men- suelles de kits alimentaires à des familles très vulnérables de Souley- manieh. Entre août 2016 et janvier 2017, 1 118 familles ont pu bénéficier de cette aide précieuse. Elle a été apportée par un partenaire local chrétien établi à Souleymanieh depuis plus de 17 ans. Le SEL soutient ce partenaire via la plateforme Integral. Merci d’être à leurs côtés par vos dons et vos prières. 11 En 2016/2017, de septembre à avril, vos dons ont permis de participer au financement de kits alimentaires dans les gouvernorats de Homs et de Tartous. Grâce à l’Association des Églises Évangéliques du Moyen-Orient (FMEEC), partenaire chrétien local via la plateforme Integral dont le SEL fait partie, 5 109 personnes ont pu bénéficier d’un panier alimentaire mensuel. Les denrées alimentaires étaient achetées en Syrie. Les églises locales ont géré les achats et les centres de distri- bution,sélectionné les bénéficiaires et effectué distri- butions et livrai- sons. L e c o n t e x t e syrien est très difficile. Le conflit provoque des ruptures de carburant et une grande insécurité sur les routes. Les équipes locales ont réa- lisé un travail extraordinaire et sont parvenues à gagner la confiance des déplacés grâce à leur engagement et la qualité des paniers distribués. Merci pour votre soutien ici ! URGENCES La situation humanitaire en Syrie demeure très préoccupante. Depuis le début de la guerre, près de 6,3 millions de Syriens (dont 2,8 millions d’en- fants) se sont déplacés à l’intérieur du pays. Syrie : Priez sans cesse ! Haïti : Bientôt 1 an, l’heure d’un premier bilan Irak : Aider les familles les plus vulnérables Le 4 octobre 2016, l’Ouragan Matthew frappait Haïti et faisait de nombreuses victimes. Parmi eux, des enfants parrainés par Compassion, partenaire du SEL. Cela fait presque 1 an et les partenaires chrétiens de Compassion ont fait un travail phénoménal notamment en distribuant plus de 13 000 kits alimentaires aux familles d’enfants parrainés. Vous voulez en savoir plus sur l’aide apportée à Haïti cette année par les différents partenaires du SEL ? Retrouvez-nous le 4 octobre sur le blog du SEL www.blog.selfrance.org
  12. 12. 12 D ans certaines régions du monde, être née femme re- lève du défi. Les filles sont rarement envoyées à l’école, étant plus utiles à la maison. Une fois ma- riées, elles vivent aux dépends de leur époux sans avoir vraiment leur mot à dire. Peu considérées et valo- risées, elles manquent de confiance et d’estime d’elles-mêmes. Découvrir que l’on a de la valeur Aux yeux du PADERU (Programme d’Appui au Développement Rural et Urbain), notre partenaire chrétien en République démocratique du Congo, les femmes ont de la valeur et la capacité d’aider leur famille à sortir de la pauvreté. Premières bénéficiaires des programmes de microfinance, ces prêts de petits montants - qu’elles rembourseront ensuite - leur permettent de déve- lopper leur propre activité généra- trice de revenus dans des secteurs aussi divers que l’agroalimentaire, le commerce ou l’artisanat. Pour avoir toutes les chances de réussir, elles bénéficient d’une formation au micro entreprenariat et sont orga- nisées en petits groupements de 5. Cela leur permet d’échanger idées et expériences et de s’encourager mutuellement. Mais, bien au-delà du microcrédit, le projet aide ces femmes à gagner en assurance. Maman Micheline témoigne : « Grâce au programme, je suis valorisée. Depuis que j’ai bénéficié d’un prêt, je suis considérée. Lorsqu’un problème se pose à la maison et que mon mari est absent, c’est maintenant à moi qu’on s’adresse. […] Ce programme a vrai- ment changé ma position et nos rela- tions dans la famille. » Maman Philo, quant à elle, explique que, depuis le projet, elle a acquis une certaine autorité et que son mari l’écoute. Devenir autonome et sortir de la pauvreté En se voyant octroyer un prêt, ces femmes ont pris conscience qu’elles étaient capables d’être autonomes et de générer des revenus. Mainte- nant, elles assument les dépenses scolaires et de santé, envoient leurs filles à l’école : elles aident concrè- tement leur famille à sortir de la pauvreté. Le regard qu’elles portent sur elles-mêmes a positivement changé et, par répercussion, le regard que leur entourage leur porte. Ces femmes entrepreneures sont désormais respectées et influentes. Un petit coup de pouce, c’est juste ce qu’il faut pour permettre à ces femmes de gagner en confiance et s’épanouir ! PROJETS DE DÉVELOPPEMENT Il y a comme un vent de renouveau dans la commune de Lemba Imbu, au sud de Kinshasa. Grâce à l’œuvre de notre partenaire local, les femmes prennent de l’assurance et découvrent le potentiel qui sommeillait en elles : devenir des actrices du développement de leur com- munauté. Soutenues, elles gagnent en assurance !
  13. 13. « Je n’ai aucune qualification pro- fessionnelle en dehors des activités de transformation du manioc et du soja par lesquelles je participe à l’alimentation et au bien-être de notre famille. Il m’était très difficile de faire face aux besoins de mes enfants. La location de matériel de transformation était coûteuse et je n’arrivais pas à m’en sortir. Depuis que nous avons bénéficié du projet, nous avons connu une très nette amélioration de nos conditions de vie. » Jacqueline. Le village de Jacqueline jouit d’une unité de transformation agricole (un moulin, une presse, etc.) installée par APPRID, notre partenaire au Bénin. «  Des femmes comme moi, sans moyen de subsistance, achètent maintenant de grands champs de manioc et font du gari vendu sur place. » Elise Lesunitésdetransformationalimentaire mises en place par nos partenaires en Afrique permettent aux femmes d’améliorer les conditions de vie de leur famille : au niveau de la santé, de la scolarisation des enfants, de l’alimentation. Leur contribution fi- nancière est non négligeable ! « Le projet a impacté nos vies ! » Emilienne La transformation alimentaire est un élément clé dans la vente de la pro- duction agricole : un produit décliné sous différentes formes aura plus de chance d’être vendu. En Répu- blique démocratique du Congo, les bénéficiaires de notre partenaire PNS (Promotion Nutritionnelle et Sanitaire) produisent du chikwangue amélioré qui se conserve plus longtemps. Sensibilisées, formées et accom- pagnées par les partenaires, ces femmes, organisées en petits groupements, apprennent à gérer elles-mêmes leur activité. Et elles le font bien ! 13 PROJETS DE DÉVELOPPEMENT La transformation alimentaire, une affaire de femme ! En Afrique subsaharienne, les femmes représentent 50% de la main d’œuvre agricole. Leur implication, bien que peu reconnue et valorisée, est un grand soulagement pour leur famille. Laissons-leur la parole ! En République démocratique du Congo, les femmes produisent du chikwangue, une pâte faite à partir de manioc bouilli. Fabrication de savon au miel Beurre de karité Merci pour votre soutien ! Grâce à vous, Jacqueline, Elise, Emilienne, et tant d’autres, peuvent développer des activités rémunératrices et ainsi envi- sager de sortir de la pauvreté. Vos dons permettent à nos par- tenaires de former ces femmes, de les équiper en matériel et de les accompagner. Pour soutenir ces actions, nous avons besoin de vous : votre don – même modeste – est important. Pour donner, c’est simple : utilisez le coupon ci-joint ou faites un don sur notre site www.selfrance.org
  14. 14. 14 Grâce à votre engagement, plus de 36 400 € ont été récoltés pour sou- tenir nos partenaires chrétiens locaux dans leurs efforts pour rendre l’eau accessible et propre. Un grand merci pour votre mobilisation et vos dons qui permettront à tant d’hommes et de femmes d’accéder à cette eau si précieuse. Jacqueline, une mamie rencontrée au Burkina Faso qui priait depuis 30 ans pour de l’eau dans son village de Boa- boagra, nous disait très justement « l’eau, c’est la vie ! » La Journée du SEL à Lyon Cette année, nous avons eu la joie de vivre un week-end SEL en parte- nariat avec l’Église baptiste de Lyon qui nous a ouvert ses portes les 25-26 mars. Au programme du samedi : une soirée de louange avec Thomas Blanc et ses musi- ciens, l’occasion pour Thomas et Rosine de parler de leur voyage au Burkina Faso et des raisons pour lesquelles ils se sont engagés aux côtés du SEL pour les projets eau. Le dimanche, les deux cultes inter- rogeaient notre engagement envers les plus pauvres. Le théologien Louis Schweizer a apporté une ré- flexion autour d’Esaïe 58 et son ap- plication pour nous aujourd’hui (à retrouver sur notre page Facebook si vous souhaitez l’écouter !) Ce fut un moment riche et intense et nous espérons pouvoir renouveler l’aven- ture en 2018… dans plusieurs villes cette fois-ci ! Restez connectés  : un court bilan vidéo de ce week-end arrive bientôt ! Un site dédié, des outils utilisés ! Un grand merci à toutes les per- sonnes qui ont pris un peu de leur temps pour répondre à notre ques- tionnaire de satisfaction sur les ou- tils mis à votre disposition. Nous sommes heureux de constater que ces documents ont répondu à votre attente (97% de satisfaction), que vous avez été plus de 80% à utiliser les vidéos créées pour l’occasion et 70% à animer un culte dans votre église ! C’est grâce à vos retours que nous continuons à nous amélio- rer  ! Vous pouvez encore envoyer vos remarques à : communication@selfrance.org. Cette année, vous avez été plus de 400 à vous inscrire sur le site dédié www.journeedusel.selfrance.org, afin de télécharger toutes les res- sources nécessaires à l’organisation de ce rendez-vous annuel ! Et pour 70% d’entre vous, c’était votre pre- mière inscription à la journée du SEL : nous vous en sommes très re- connaissants et espérons que vous reviendrez dès janvier 2018 pour accéder à de nouvelles ressources... Journée du SEL 2017 : MERCI d’avoir répondu à l’appel! PROJETS DE DÉVELOPPEMENT Le 26 mars dernier, de nombreuses églises et chrétiens se sont engagés aux côtés de nos partenaires locaux lors de la Journée du SEL. Sortez votre agenda ! Vous souhaitez organiser la pro- chaine Journée du SEL dans votre église ? Réservez déjà votreDimanche18 mars 2018 dans votre agenda et celui de votre église ! Connectez- vous dès janvier 2018 sur : www.journeedusel.selfrance.org pour vous inscrire et accéder aux ressources.
  15. 15. 15 EAD/SENSIBILISATION Ils ont aimé leur prochain, le nouveau livre du SEL ! A lors que se déroulent les dif- férentes commémorations des 500 ans de la Réforme protestante, le SEL souhaitait mettre à l’honneur des hommes et des femmes remarquables qui ont œuvré dans le domaine de la soli- darité. La plupart d’entre eux s’ins- crivent dans le courant du protes- tantisme, mais certains l’ont précédé. Quoiqu’il en soit, ils ont tous payé de leur personne et ont tous été guidés par une foi s’expri- mant à travers des œuvres. Des parcours d’hommes et de femmes inspirants L’objectif de cet ouvrage est donc non seulement de faire (re)décou- vrir cette trentaine de figures chré- tiennes, mais aussi d’interpeler le lecteur par leur vie. Nous avons es- sayé d’être le plus juste possible dans une sélection qu’il est tou- jours difficile d’établir sans oubli ou partialité. Parmi d’autres, vous re- trouverez ainsi les parcours de William Booth – le fondateur de l’Armée du Salut –, d’Elizabeth Fry – l’ange des prisons britanniques –, ou encore d’Everett Swanson – le fondateur de Compassion, l’œuvre de parrainage d’enfants avec la- quelle le SEL collabore aujourd’hui. Nous vous souhaitons de découvrir avec surprise et reconnaissance des noms parfois tombés dans l’oubli, mais qui méritent pourtant notre intérêt. Que nous puissions y voir des exemples inspirants et que nous puissions louer Dieu pour son action au travers des siècles dans ce domaine de la solidarité ! La solidarité, ça ne date pas d’hier ! Qu’il s’agisse de personnes encore vivantes ou de figures du passé, nous sommes en tout cas frappés par la diversité de ces acteurs de la solidarité : hommes et femmes, de dénominations et pays différents… La solidarité n’a pas de frontières, si ce n’est celles qui sont en nous. Et ce n’est pas qu’une curiosité his- torique : aujourd’hui-même, des hommes et des femmes, en France et partout dans le monde, portent le même héritage protestant et mettent en pratique une même foi vivante au service de leur prochain. C’est ce dont témoignent les der- niers portraits de l’ouvrage ainsi que la préface du docteur Mukwege dont nous sommes honorés. Découvrez cet ouvrage qui vient de paraître en collaboration avec BLF éditions. Présentation en quelques mots pour vous donner envie de vous le procurer sans plus tarder ! Comment commander Ils ont aimé leur prochain ? Vous pourrez trouver l’ouvrage à partir du début du mois d’oc- tobre dans les librairies chrétiennes au prix de 11,90 €. Ou alors précommandez dès maintenant votre exemplaire sur : http://livre.selfrance.org/ils-ont-aime-leur-prochain Retrouvez-nous également sur les stands du SEL à Protes- tants en Fête à Strasbourg (27-28-29 octobre) et au Centre Évangélique d’Information et d’Action à Dammarie-les-Lys (19, 20 et 21 novembre). Enfin, vous pouvez encore nous contacter pour organiser une conférence dans votre Église autour de cette thématique (nfouquet@selfrance.org).
  16. 16. « Je ne peux pas aller à l’Église, je n’ai pas de beaux vêtements propres » finit par m’avouer Maria, une petite fille rencontrée deux semaines auparavant, mendiant dans le bus. Je regardais soudain son tee-shirt troué, son short sale et ses tongues cassées. Comment n’y avais-je pas pensé ? La fête allait commencer, alors je lui prêtais des vêtements parmi les plus petits que j’avais et lui proposais de se laver. Mais une fois à l’Église, je voyais bien que les autres enfants la regar- daient avec dédain et ne l’intégraient pas dans leurs jeux. J’imaginais le ressenti de cette petite fille orpheline, née au sein d’une nombreuse fratrie et confiée à sa pauvre grand-mère. Ils n’osent pas venir par peur d’être jugés Même si cette expérience s’est pro- duite à l’étranger, je crois que beau- coup d’obstacles plus ou moins visibles empêchent de nombreuses personnes d’entrer dans nos Églises. Comment leur témoigner de l’amour de Dieu et de l’accueil généreux qu’Il réserve à ceux qui s’approchent de Lui ? Jésus accueillait tous ceux qui venaient à lui et il reprenait même ses disciples quand ils interdisaient à des enfants de le toucher (Marc 9.13-16). Aujourd’hui, c’est à nous de manifester l’accueil généreux de notre Père céleste. Voilà pourquoi, le culte de Michée France du 15 octobre 2017 s’articu- lera autour du thème «  pour un accueil généreux » ! Nous souhaitons que cette journée soit festive et que tous se sentent accueillis ! Organisez le culte Michée dans votre Église et recevez les diverses ressources (déroulement, prédica- tions, enseignement pour les enfants, activités pour les jeunes) en vous inscrivant sur notre site Internet : www.michee-france.org. Ensemble, soyons généreux dans notre accueil ! Claire Balverde Coordinatrice Michée France 16 Et si l’on accueillait plus de nouvelles personnes dans notre Église ? Pas seulement des chré- tiens venus nous visiter mais aussi des voisins seuls, des réfugiés, des sans-abris, … sans oublier nos élus ? Ensemble, relevons ce défi lors du culte Michée France le dimanche 15 octobre 2017 ! Faites partie du voyage pour la COP 23 ! L’accueil généreux concerne aussi les personnes vulnérables victimes du réchauffement climatique et contraintes à fuir leur lieu de vie. C’est pourquoi plusieurs bureaux de Michée en Europe ont décidé d’agir pendant la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 23) à Bonn (Allemagne). En colla- boration avec une campagne chrétienne globale, Renew Our World, nous allons interpeler les décideurs et mobiliser la société civile autour du thème « Ensemble pour un climat de justice » ! Michée France organise un départ depuis Paris le vendredi 10 novembre (soirée) et un retour le dimanche 12 novembre (soirée). Rejoignez-nous ! Contactez-nous pour vous inscrire avant le 30 septembre ! Email : contact@michee-france.org – Tél : 06 13 17 77 17. MICHÉE FRANCE Culte Michée France : Mobilisons notre Église «Pourun ACCUEIL GÉNÉREUX!»
  17. 17. C ertains d’entre vous s’en rap- pellent, c’était en 1983 : nous importions les premiers objets artisanaux d’ateliers de pays en développement dans le cadre d’une activité qui allait plus tard s’appeler « commerce équitable » et devenir Artisanat SEL. Et, grâce à vous, cette activité s’est bien développée pendant 25 ans ! Depuis 2008, face à la crise écono- mique et à la concurrence croissante des grandes surfaces, les difficultés se sont multipliées pour Artisanat SEL qui a vu ses ventes chuter. Après plusieurs plans de redressement, l’équilibre financier deve- nant de plus en plus impossible à atteindre, la décision a été prise de mettre fin, d’une manière conforme à nos valeurs, à l’activité d’Artisanat SEL. En parallèle, pour permettre à une partie des fournisseurs historiques d’Artisanat SEL de continuer à avoir des débouchés en France, une importante structure alle- mande de commerce équi- table (El Puente) vous donne désormais accès à une vaste gamme de produits de qua- lité, sur les mêmes valeurs équitables. M. Turquais, ancien directeur d’Artisanat SEL, assure la coordination commerciale avec cette orga- nisation. Nous tenons particulière- ment à remercier tous ceux qui ont contribué à Artisanat SEL: l’équipe de salariés, les nombreux bénévoles, tous les ache- teurs, les particuliers, les magasins et toutes les Églises qui continuent à soutenir le commerce équitable d’une manière ou d’une autre. Nous sommes convaincus que le commerce équitable est un beau témoignage aux préceptes bibliques : il représente un espoir concret au sein d’un monde où les inégalités s’accroissent au lieu de se réduire. 17 Artisanat SEL cesse ses activités ; une nouvelle initiative de commerce équitable voit le jour Face à l’impossibilité de trouver un équilibre financier, la décision a été prise de mettre un terme à l’activité d’Artisanat SEL. En parallèle, une structure allemande de commerce équitable nommée El Puente s’ouvre au marché français. COMMERCE ÉQUITABLE Soutenez les artisans avec la nouvelle collection d’EL Puente ! Il suffit de flasher ce QRCode sur votre téléphone ou d’aller à l’adresse temporaire : www.el-puente.de/fr Nous sommes tous très attristés par cette nouvelle. Nous nous réjouissons des démarches qui ont pu être faites pour permettre aux “fournisseurs historiques” d’avoir toujours des débouchés : cet engagement de commerce équitable se poursuivra d’une manière différente, l’important est qu’il se poursuive à beaucoup de niveaux. » C’est avec un petit pincement de cœur que j’ai lu l’annonce de lacessation d’activités d’Artisanat SEL.Même si vous continuez à soutenir lesateliers outre-mer en partenariat avecles amis allemands, l’arrêt d’ArtisanatSEL marque la fin d’une époque. » J’étais très triste d’apprendre la fin du beau partenariat entre Artisanat SEL et tant d’artisans qui produisent de si belles choses. Nous en commandons depuis le début et beaucoup décorent encore notre logement. Elles me rappelleront de prier pour nos frères et sœurs. » Nous pensons auxbénévoles qui ont tanttravaillé sur des foires, desmarchés nocturnes, des mar-chés normaux. À se lever trèstôt, se coucher tard, prendresoin des objets. » Nous avons été impliqués avec Arti- sanat SEL depuis 30 ans  : expo ventes, marchés du soir en été et boutique permanente, boutique éphémère de Noël … Forts de cette longue histoire, nous espé- rons continuer à promouvoir le commerce équitable sous la forme qui va se profiler quelle que soit la part d’inconnu et ainsi de contribuer à l’amélioration du déséqui- libre Nord/Sud. » Vos courriers nous parlent et nous touchent Ces dernières semaines, nous avons reçu plusieurs témoignages notamment d’acheteurs et de bénévoles, dont plusieurs de très longue date. Nous faisons nôtres leurs paroles qui expriment autant le désarroi face à cet arrêt que la fierté d’avoir participé à cette aventure. Voici quelques extraits de ces courriers.
  18. 18. 18 Le SEL s’invite dans vos congrès ! DÉLÉGUÉS Faire connaître le SEL vous tient à cœur ? Pourquoi pas ne pas lui laisser une place dans vos rassemblements d’Églises. C’est, en tout cas, ce qu’ont fait quelques-uns de nos délégués. Ils partagent leur expérience ! « Je me suis pleinement sentie dans mon rôle de déléguée ! » C’est avec ces mots qu’Huguette Borde décrit sa participation au stand du SEL lors du congrès France-Mission 2017. Comme elle le signale par ailleurs, une rencontre de ce type est «  un lieu et un temps idéal pour présenter différents ministères et œuvres ». Faire découvrir le SEL à sa communauté « Nos frères et sœurs ne connaissent pas toujours le SEL » expliquent M. et Mme Javelle, un couple de délé- gués qui ont tenu un stand lors du congrès 2017 des CAEF (Commu- nautés et Assemblées Évangéliques de France). « Nous pensons que le SEL doit être présenté dans tous les coins de France. » Pour cela, ils ont cherché à motiver d’autres personnes à devenir délégués, notamment dans les départements de France où il n’y en a pas encore. Pour Mme Borde, présenter le SEL aux congressistes est une manière de leur faire connaître « le cœur du Seigneur pour tous les bénéficiaires de ces programmes », qu’il s’agisse du parrainage d’enfants ou des pro- jets de développement. Faire connaître les besoins des plus pauvres Pour une première expé- rience sur un stand, avoir quelqu’un de l’équipe du SEL à ses côtés peut ras- surer un délégué ou un bénévole. Inversement, un permanent du SEL bénéfi- c i e g r a n d e m e n t d e s connaissances et des contacts qu’un membre d’Église peut avoir avec des personnes ou des respon- sables d’autres Églises de son union. Mme Borde, comme les Javelle, souli- gnent cette «  belle colla- boration » et les « moments de joie et d’amour fraternels » vécus avec Fadima Kambou, chargée du réseau des délégués. « … Que tous connaissent les besoins de notre monde et le bonheur de pouvoir participer chacun selon ses possibilités. » Ce mot d’ordre de M. et Mme Javelle pourrait livrer le sens de la présence du SEL dans le plus grand nombre possible de ras- semblements chrétiens. Et pourquoi pas dans le vôtre ? Invitez le SEL dans vos rassemblements Si vous voulez faire progresser la cause d’une action chrétienne dans un monde en détresse dans votre union d’Églises, invitez-nous ! • Vous faites partie de l’organisation du rassemblement de votre union d’Églises et vous souhaitez nous proposer un stand ou solliciter un intervenant ? • Vous soutenez le SEL et êtes disponible pour tenir un stand dans le rassemblement de votre union ? Contactez Fadima Kambou : delegues@selfrance.org / 01 45 36 41 62 M et Mme Javelle, prêts à faire découvrir ou redécouvrirleSELaucongrès2017desCAEF.
  19. 19. I ls aiment le sport, un peu, beaucoup, passionnément. Certains courent, d’autres trottinent, mais chacun - à sa façon - se mobilise et relève un défi à sa mesure pour soutenir les projets des partenaires locaux du SEL. Et, qui sait, ce sera peut-être vous demain ? 19 Cet été, ils ont été nombreux à relever le défi : courir pour les projets d’accès à l’eau. Nous sommes fiers d’eux, recon- naissants, et nous le partageons ! Le SEL était avec Nick Vujicic à Bouge ta France Nick Vujicic, homme né sans bras ni jambes, était l’orateur à Bouge ta France, le 14 juillet au Havre. Parrain de 3 filleuls avec Compassion International, par- tenaire du SEL pour le parrai- nage d’enfants, il était donc aussi là pour parler de son expé- rience en tant que parrain et en- courager d’autres à faire le pas. 8000 personnes sont venues pour son intervention  : nous avons dû mobiliser de nom- breuses ressources humaines pour accompagner ceux qui sou- haitaient parrainer. Au total, plus de 170 jeunes présents à Bouge Ta France ont répondu à l’appel, encadrés par 9 chefs d’équipe, salariés, délégués ou bénévoles SEL. Grâce à eux, plus de 130 enfants ont pu trou- ver un parrain ou une marraine. Bravo et merci ! Juste avant de boucler ce numéro, c'est avec tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Charles Guillot ce 24 août, Président d’Honneur du SEL, après en avoir été Président de 1992 à 2003. Nous reviendrons sur sa disparition à la prochaine parution. DE VOUS À NOUS Juin – Course des Héros à Paris et Lyon 60 personnes se sont mobili- sées pour rejoindre l’équipe du SEL ! Leur mission : récol- ter au minimum 250 € cha- cun. Cette année, 22 512 € ont été récoltés pour les projets eau ! C’est un réel encoura- gement pour le SEL et ses partenaires chrétiens qui pourront ainsi aider les populations locales. Un grand merci à tous nos cou- reurs de Paris et Lyon, ainsi qu’à leurs donateurs et supporters ! Retrouvez un article bilan sur notre blog : http://blog.selfrance.org/retour-course-heros-2017 Juillet – Course humanitaire, camp Sport et Foi Durant le camp, les jeunes ont eu l’occa- sion de faire battre leur cœur pour un monde meilleur ! Pendant 20 minutes, ils ont donné leur maximum afin de parcourir chacun le plus grand nombre de tours. Chaque jeune avait pour objectif de trouver des sponsors (€/tour couru) afin de ras- sembler des fonds pour lutter pour l’accès à l’eau potable en Afrique. 64 jeunes ont participé et effectué un total de 705 tours pour récolter environ 1 800 € ! RDV sur la page Facebook de Sport et Foi France pour visionner une petite vidéo récapitulative ! 31 juillet – Le semi-marathon du Mont Ventoux par Jean-Pierre Participer à la 7ème édition de cette course, c’est le défi que s’est lancé Jean- Pierre Autric : 21.6 km avec 1610 m de dénivelé sous 25°C. Mais le défi n’était pas que sportif car Jean-Pierre voulait courir pour aider les popula- tions démunies. « Malgré le labeur, et une certaine « souffrance », je rela- tivisais et pensais, à chaque foulée, à ces femmes en Afrique qui font des dizaines de km à pied en portant de l’eau (bien souvent souillée) dans leurs bras ! » 300 € ont ainsi été récoltés. Merci Jean-Pierre ! Un été sportif pour soutenir les projets Eau !
  20. 20. OUI, AVEC 28 € PAR MOIS JE VEUX CHANGER LA VIE D’UN ENFANT ! Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : Courriel : @ Tél. : SI1709C Avec 28 € par mois vous permettez à un enfant de bénéficier d’un soutien scolaire, d’un enseignement chrétien, d’un suivi médical et d’activités sociales. Je recevrai d’ici quelques jours la présentation de mon filleul, avec sa photo et des informations sur sa famille et son environnement www.selfrance.org Parrainez et changez le monde d’un enfant! Je préfère parrainer : ❏ Un garçon ❏ Une fille ❏ Indifférent ❏ En Afrique ❏ En Asie ❏ En Amérique latine Je peux lire : ❏ L’espagnol ❏ L’anglais ❏ Le portugais ❏ Je souhaite recevoir plus d’information avant de m’engager à parrainer un enfant. Vous pouvez aussi remplir votre demande de parrainage sur www.selfrance.org ✂ A renvoyer dans une enveloppe timbrée au SEL, 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX

×