Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

180611 ethique de l'internet et pratique de recherche urfist2018_v2

90 views

Published on

support formation du 11 juin 2018 URFIST

Published in: Science
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

180611 ethique de l'internet et pratique de recherche urfist2018_v2

  1. 1. Ethique de l'Internet et pratique de recherche (dont propriété intellectuelle) Mélodie FAURY – faury @unistra.fr - 11 juin 2018 Formation URFIST
  2. 2. Mélodie FAURY – faury @unistra.fr D’où je parle ? Quelles pratiques ? • De la biologie aux sciences de l’information et de la communication • Consultation en ligne : modifie profondément la pratique de bibliographie • Mise en ligne de mes articles – Archives ouvertes • Blogging et effets du blogging – individuel et collectif • Twitter & communauté en ligne • Construction - Jury de la thèse • CS d’Hypothèses
  3. 3. Mélodie FAURY – faury @unistra.fr Contexte de découverte Open Access • Acteurs réflexifs – sur la lecture et les nouvelles pratiques de recherche • Approche par les pratiques de communication des chercheurs • Rapports science et société • Statut du savoir dans la société • Problématique liés aux modèles économiques des éditeurs • Questions autour de l’interdisciplinarité • Des modifications de pratiques par le numérique • Du rapport au savoir • Du rapport à la publication à sa validation • Légitimité et éthique • Sciences citoyennes (ex A.Casili et sociologie en direct à partir des réseaux)
  4. 4. Interroger le travail scientifique en ligne ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ?
  5. 5. XXXX
  6. 6. XXXX
  7. 7. XXXX XXXX
  8. 8. XXXX XXXX
  9. 9. XXXX XXXX
  10. 10. XXXX XXXX
  11. 11. ORIGINE DU CONCEPT Elinor Ostrom Prix Nobel 2009 https://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom « Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs » par Hervé Le Crosnier https://blog.mondediplo.net/2012-06-15- Elinor-Ostrom-ou-la-reinvention-des-biens- communs La notion de bien commun Et ouvrage clé en 2006
  12. 12. La notion de bien commun
  13. 13. La notion de bien commun
  14. 14. « Information, savoir et culture sont chaque jour un peu plus le cœur battant de nos sociétés. Eléments premiers d’une part croissante de notre activité économique, ils contribuent à façonner nos manières de faire société. Nos apprentissages et nos modes cognitifs, notre engagement dans le travail rémunéré tout comme notre autonomie par rapport à ses institutions, nos relations aux autres, nos pudeurs et nos exhibitions, notre espace-temps, nos attentions et inattentions, l’accord de notre confiance et la constructions de nos choix, nos déplacements, notre connaissance de soi, nos rapports aux objets, notre distance ou notre attachement à l’égard de la res publica…. Autant de champs bousculés, voire transformés par cette ébullition créative que l’on appelle société de la connaissance », Valérie Peugeot, « Les biens communs, une utopie pragmatique », p.14-19, dans Libres savoirs - Les biens communs de la connaissance, 2011 Les biens communs
  15. 15. Les biens communs • Accès aux savoirs • Biens communs de la connaissance • Justice cognitive
  16. 16. XXXX XXXX
  17. 17. XXXX XXXX
  18. 18. XXXX XXXX
  19. 19. XXXX XXXX
  20. 20. XXXX
  21. 21. https://www.research-integrity.admin.cam.ac.uk/research-integrity/research-integrity-statement
  22. 22. XXXX XXXX
  23. 23. XXXX XXXX
  24. 24. XXXX XXXX
  25. 25. XXXX XXXX
  26. 26. XXXX XXXX
  27. 27. XXXX XXXX
  28. 28. XXXX
  29. 29. Pour vous, quelles sont les qualités qu’un chercheur doit posséder ? Quels sont les valeurs individuelles représentées dans la science ? Rappel déf. « Ce par quoi quelqu’un est digne d’estime sur le plan moral, intellectuel, professionnel, etc. Recrue de grande valeur. » Ce qu’en disent les doctorants
  30. 30. Valeurs de la science Quentin Humanisme Désintéressement Curiosité Doute Ténacité, persévérance Passion Humilité Ouverture d’esprit Honnêteté, franchise, transparence Partage des découvertes, confrontation à la communauté Axelle Persévérance Aptitude à communiquer Rigueur/ honnêteté scientifique Eléonore Honnêteté Rigueur Facilités de communication Ouverture d'esprit Sens pratique (surtout pour les sciences expérimentales) Réflexion Patience / persévérance Créativité Aptitude à oser / prendre des risques Capacité à travailler en équipe Savoir gérer la frustration / l'insatisfaction Daniel « Pour moi un chercheur doit théoriquement être indépendant (direction de recherche non imposée de l’extérieur), impartial (ne favorise pas les copains), ouvert d’esprit (accepte les critiques et s’appuie dessus pour progresser), altruiste (partage ses idées, discute librement), insatiable (ne se satisfait pas des résultats obtenus, en veux toujours plus) et honnête (au niveau scientifique évidemment, mais aussi au niveau des relations humaines). » Pour vous, quelles sont les qualités qu’un chercheur doit posséder ? Quels sont les valeurs individuelles représentées dans la science ?
  31. 31. Pour vous, quelles sont les qualités qu’un chercheur doit posséder ? Valeurs – Désignation Nombre de réponses Discipline personnelle 24 Honnêteté 17 Capacité 12 Ouverture d’esprit 10 Humilité 7 Curiosité 7 Réponses des M1 Biosciences, promo 2010-2011 Quels sont les valeurs individuelles représentées dans la science ? Rappel déf. « Ce par quoi quelqu’un est digne d’estime sur le plan moral, intellectuel, professionnel, etc. Recrue de grande valeur. » Valeurs de la science
  32. 32. Pour vous quelles sont les valeurs collectives de la communauté scientifique ? Rappel déf. « Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre. Nous avions des systèmes de valeurs différents. » Axelle # Responsabilité Ethique # Plasticité Raisonnée : Ouverture aux nouvelles tendances/théories/découvertes sans pour autant systématiquement monter en épingle les trucs bizarres et décalés à la recherche de sensationnel (je sais, c’est pas évident)… # Elan Vers l’Autre, Le Non Chercheur Eléonore Impartialité Ecoute Respect Coopérativité Quentin -Altruisme, humanisme -Améliorer la compréhension de notre monde -Le Rendre plus intelligible -Progressiste et anti-conservatiste : amélioration des connaissances et savoirs constante, remise en cause permanente -Vérité, transparence -Anti-dogmatisme, absence de préjugés -Partage des données et résultats, coopération -Égalité de tous les points de vues, dès lors qu’ils s’inscrivent dans la démarche scientifique (Démocratie ? Je trouve que ce n’est pas adapté) Daniel « Pour moi la communauté scientifique doit théoriquement favoriser l’émulation et même la collaboration entre les équipes de recherche (et non la compétition). Une communauté active n’est pas une juxtaposition de groupes travaillant dans le même domaine et ne communiquant que par articles interposés, mais un réseau d’échange. Elle doit favoriser son auto- renouvellement (en encourageant les jeunes à démarrer une carrière scientifique) et ne pas laisser de place aux conflits d’intérêt. » Valeurs de la science
  33. 33. Quel décalage éventuel avez-vous rencontrés entre valeurs attendues et l’expérience de la pratique de recherche en laboratoire ? Quentin Absence de remise en contexte des recherches Pb éthiques liés aux applications des sciences Potentiel anti-progressiste voir délétère des technologies Subordination des recherches à l’utilitarisme court-termiste Contrainte des formats de publication pour occulter les doutes, incertitudes et questions en suspens : fabrique de certitude et de l’illusion de la « science sans faille », source de vérité (à quand le journal des résultats négatifs ?) Contraintes temporelles liées au financement : publier le plus vite possible sans prendre le temps de réaliser des confirmations de ces résultats Choix du sujet d’étude en fonction de contraintes financière, temporelle, d’effet de mode (et non d’une question personnelle, passion de départ) Fraude, secret « industriel » des labos Courants de pensées, effets de mode Concurrence des labos, Hiérarchie et émergence de « pontes » reconnus et à l’influence hégémonique sur ce qui peut se faire sur un sujet. Quête du prestige individuel, « star-system » (Prix Nobel, récompenses, prix, etc…) Valeurs de la science
  34. 34. Quel décalage éventuel avez-vous rencontrés entre valeurs attendues et l’expérience de la pratique de recherche en laboratoire ? Rappel déf. « Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre. Nous avions des systèmes de valeurs différents. » Axelle Rigueur/ honnêteté scientifique : On n’est jamais parfaitement honnête dans la rédaction d’un papier ou la présentation d’un poster. Le chercheur est souvent celui ou celle qui connaît le mieux les points faibles de son étude, mais il est très rare qu’il/elle les pointe spontanément. Ce n’est pas une attitude encouragée par les chefs quand on est doctorant, c’est même parfois qualifié d’auto-flagellation. Le simple fait de formuler ses doutes sur un résultat ou l’interprétation qu’on en fait est parfois pris comme de la mauvaise volonté.. il faudrait se mettre des oeuillères et avoir l’air sûr de soi, ce qui n’est pas tj le cas. Et puis comme dirait Klervia : « on devrait pouvoir faire des papiers sur les manips qui n’ont pas marché, parce que c’est intéressant aussi et ça aide . » Élan Vers l’Autre, Le Non Chercheur : la recherche sert à quelque chose, et si les gens n’en sont pas persuadés, c’est peut-être qu’il faut plus le leur montrer… là je pense qu’il y a encore des améliorations à apporter mais des organismes comme le CNRS mettent déjà à disposition des services de presse des résumés Valeurs de la science
  35. 35. Quel décalage éventuel avez-vous rencontrés entre valeurs attendues et l’expérience de la pratique de recherche en laboratoire ? Eléonore Décalage lié à l'exigence de résultats pour une meilleure compétitivité : trafic de résultats pour publication rapide. Égocentrisme flagrant dans certains groupes de chercheurs : ne travaillent que pour leur petit groupe même si aucun intérêt pour la communauté, de ce fait manque évident de vulgarisation dans certaines communautés de chercheurs. Finalement, personne n'est parfait et le monde est loin d'être idéal. On trouve régulièrement des gens incapables de manipuler une pipette, des chercheurs qui appliquent les protocoles sans se poser de questions ou encore des chefs scientifiquement brillants mais humainement insupportables. Or, des résultats importants découlent d'erreurs de manipulation ou de raisonnement... La diversité des caractères et l'imperfection de chacun est donc probablement aussi source de richesse dans la communauté. Est-ce qu'une communauté de chercheurs parfaits serait aussi performante ? La question est ouverte... Valeurs de la science
  36. 36. Normes conventionnelles Contre-normes Foi en la rationalité Rôle du non rationnel (croyance…) Neutralité émotionnelle Engagement émotionnel et passion Universalisme : tous égaux face à la vérité Particularisme : certains a priori sont supérieurs à d’autres Individualisme (contre l’autorité) Cohésion sociale (contre l’anarchie) Communisme (seule la reconnaissance est appropriée) Appropriation privée étendue jusqu’au contrôle de l’usage de la découverte Désintéressement et froide neutralité Entêtement et service de ses propres intérêts Impartialité quant aux conséquences de la découverte Se sentir moralement concerné par les conséquences Suspension du jugement : soumission stricte aux preuves Capacité à juger à partir de preuves incomplètes Validité liée aux opérations et au protocole Validité liée à celui qui produit la découverte Loyauté à la seule communauté scientifique Loyauté envers l’humanité et la subsistance en générale de l’homme Défense de la liberté de la recherche Gestion rationnelle des ressources Vinck, 2005- p.55 Normes et contre-normes de la science
  37. 37. XXXX XXXX
  38. 38. XXXX XXXX
  39. 39. XXXX XXXX
  40. 40. XXXX XXXX
  41. 41. XXXX XXXX
  42. 42. XXXX XXXX
  43. 43. XXXX XXXX
  44. 44. XXXX XXXX
  45. 45. XXXX XXX
  46. 46. XXXX XXXX
  47. 47. Source : Le livre de Peter Suber, Open Access, est un manuel qui s’adresse à la communauté scientifique L’open access : lève les barrières à l’accès et maintient toutes les protections du droit d’auteur sur les textes, ce qui signifie qu’ils ne peuvent être reproduits ou modifiés qu’après une autorisation explicite, dans le cadre d’un contrat de cession de droit. La principale exception à cette protection est le droit de courte citation, qui autorise les lecteurs à citer l’œuvre tant que l’extrait cité reste bref. L’accès libre : c’est un open access qui accorde aussi des droits supplémentaires au lecteur, c’est-à-dire des libertés. Parmi elles, le droit de partage, donc de diffusion publique, est le plus important. Certaines versions de l’accès libre accordent même un droit de modification de l’œuvre originale, mais il en est rarement question dans le cadre de la publication académique, pour d’évidentes raisons d’intégrité documentaire.’’ Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600 Open Access
  48. 48. Le contexte numérique et les nouvelles possibilités ‘’Le passage de l’imprimé au numérique nous permet de proposer des copies parfaites de notre travail. Le fait de passer de l’informatique individuelle à un réseau global d’ordinateurs connectés nous autorise à partager ces copies parfaites avec une audience planétaire pour un coût quasi nul. Cette possibilité de partage gratuit à l’échelon mondial a surgi il y a une trentaine d’années avec l’apparition d'Internet. Avant cela, il s’agissait d’une idée parfaitement utopique.’’ Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  49. 49. Des valeurs centrales et convergentes
  50. 50. Quelles sont les barrières supprimées par l’accès ouvert ? 1/3 Il est envisageable d’acheter un article à titre individuel. Mais cette barrière devient infranchissable pour un universitaire qui a besoin de lire et d’utiliser des centaines d’articles dans le cadre de son projet de recherche, ou pour une bibliothèque au service de milliers de professeurs et d’étudiants travaillant sur des dizaines de milliers de sujets, sans compter la publication des dizaines de milliers de nouveaux articles chaque année. L’existence d’un prix de vente est doublement néfaste pour la recherche, à la fois pour les auteurs en limitant leur audience et leur impact et pour les lecteurs en restreignant le nombre d’articles qu’ils peuvent lire et utiliser. Un aspect essentiel de l’accès ouvert est de supprimer la barrière du prix de vente. Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  51. 51. Quelles sont les barrières supprimées par l’accès ouvert ? 2/3 ‘’Le droit d’auteur peut lui aussi devenir une barrière significative. Si on peut librement lire un article mais qu’on veut le traduire dans une autre langue, en distribuer des copies à des collègues, extraire des données à l’aide d’un logiciel sophistiqué ou reformater l’article pour utilisation sur un autre support, l’autorisation de l’ayant droit sera le plus souvent incontournable. Cela a du sens si l’auteur veut vendre son article et si l’utilisation envisagée par tel ou tel usager amoindrit ces ventes. Mais nous parlons ici de ce groupe spécifique d’auteurs qui souhaite diffuser le plus largement possible ses articles scientifiques. Malgré cela, ces auteurs ont souvent tendance à transférer leurs droits à des intermédiaires dénommés éditeurs qui veulent vendre leur travail. Ces barrières instituées par les intermédiaires et non par les auteurs eux-mêmes risquent d’empêcher les usagers d’avoir accès à cette recherche. De plus, substituer à la liberté de l’usager la nécessité de demander des autorisations constitue une double entrave à la recherche non seulement pour les auteurs dont les articles deviennent moins utiles parce qu’ils toucheront moins de lecteurs, mais aussi pour les lecteurs en limitant la possibilité d’utilisation de ces articles. Un aspect essentiel de l’accès ouvert est de supprimer la nécessité de demande d’autorisations.’’ Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  52. 52. Quelles sont les barrières supprimées par l’accès ouvert ? 3/3 ‘’Supprimer la barrière du prix de vente signifie que les lecteurs ne sont plus limités par leur propre budget ou par le budget des organismes dont ils fréquentent les bibliothèques. Supprimer la nécessité de demander des autorisations signifie que les universitaires sont libres d’utiliser ces articles à des fins scientifiques. Cela inclut la diffusion d’un article, sa traduction, l’extraction de données, la migration du texte sous de nouvelles formes, l’archivage à long terme, sans parler des futures formes de recherche, d’analyse et de traitement des données. L’accès ouvert rend donc les articles plus utiles de deux manières, - en en permettant l’accessibilité à davantage de lecteurs - et l’utilisation pour leurs propres besoins.’’ Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  53. 53. Enjeux de l’open access Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600 « En 2008, la bibliothèque de Harvard était abonnée à 98 900 périodiques, contre 73 900 pour l’université Yale. La même année, la bibliothèque de recherche indienne la mieux financée, celle de l’Indian Institute of Science, était abonnée à 10 600 périodiques. Plusieurs bibliothèques universitaires de l’Afrique subsaharienne ne sont abonnées à aucune revue scientifique payante. Leurs lecteurs n’ont donc pas accès à ce type de revue, à l’exception des abonnements offerts par quelques éditeurs conventionnels. »
  54. 54. L’accès ouvert est défini par trois grandes déclarations publiques : • l’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert, signée le 14 février 2002 ; • la Déclaration de Bethesda sur la publication en accès ouvert, signée le 20 juin 2003 ; • et la Déclaration de Berlin sur l’accès ouvert aux connaissances dans les sciences et les humanités, signée le 22 octobre 2003. avec l’ajout d’une terminologie postérieure (voie verte, voie dorée, accès ouvert gratis, accès ouvert libre) pour définir les différentes catégories de l’accès ouvert. Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  55. 55. BUDAPEST 2002 « Il existe de nombreux degrés et de nombreuses formes d’accès plus large et plus facile à la littérature scientifique. Par “accès ouvert” à cette littérature, nous entendons sa libre mise à disposition sur l’internet public, permettant à tout usager de lire, télécharger, copier, diffuser et imprimer ces articles, de lancer une recherche dans ces articles, de créer un lien vers leur texte intégral, de les compiler pour les indexer, de les convertir en données pour traitement logiciel, et de les utiliser à toute autre fin légale, sans barrières financières, juridiques ou techniques autres que celles de l’accès à l’internet lui-même. La seule contrainte pour reproduire et diffuser cette littérature et le seul rôle du droit d’auteur dans ce domaine devraient être de donner aux auteurs le moyen de contrôler l’intégrité de leur travail et le droit d’être mentionnés et cités de manière adéquate.» Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  56. 56. Mélodie FAURY – faury @unistra.fr - 27 octobre 2017 Pourquoi déposer ses travaux dans les archives ouvertes ?
  57. 57. XXXX XXX
  58. 58. XXXX XXX
  59. 59. XXXX XXX
  60. 60. XXXX XXX
  61. 61. XXXX XXX
  62. 62. XX
  63. 63. XX
  64. 64. XX
  65. 65. XX
  66. 66. XX
  67. 67. Licences CC
  68. 68. Mélodie FAURY – faury @unistra.fr - 27 octobre 2017 Licences CC
  69. 69. La paternité comme base de l’activité scientifique Chose importante, les trois textes composant la « définition BBB » insistent - d’une part sur la nécessité de supprimer les barrières liées aux autorisations en plus de celles liées au prix, - et d’autre part sur la nécessité de l’accès ouvert libre en plus de l’accès ouvert gratis. Mais ces trois textes donnent tous une limite à la liberté de l’usager, à savoir l’obligation de mentionner l’auteur et l’article original. Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  70. 70. Citer ses sources On ne peut en aucun cas oublier de mentionner l’auteur et l’article utilisé la littérature en accès ouvert indique que celle-ci est exempte de la plupart des restrictions (et non de toutes les restrictions) en termes de droit d’auteur et de licence d’utilisation. => Les LICENCES CC Source : Qu’est-ce que l’accès ouvert ? https://books.openedition.org/oep/1600
  71. 71. XX
  72. 72. XX
  73. 73. XX
  74. 74. XX
  75. 75. XX
  76. 76. XX
  77. 77. XX
  78. 78. XX
  79. 79. XX

×