Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
L’écologie est un sujet profondément ancré dans l’imaginaire indien.
Il fait partie de nos textes fondateurs et de notre c...
La malnutrition a besoin d’être
éradiquée grâce à une coopération entre
l’Inde et les autres pays, notamment
ceux de la SA...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

India's Environmental Challenges-Les défis écologiques de l’inde

288 views

Published on

L’écologie est un sujet profondément ancré dans l’imaginaire indien. Il fait partie de nos textes fondateurs et de notre culture. Il explique notre comportement social. Il s’est même un temps constitué comme principe directeur de gouvernance en Inde. Pourtant, l’écologie a peu à peu cédé sa place à d’autres priorités au cours de ces dernières décennies. Victime d’un développement insufflé presque sans scrupule, l’Inde fait face à des défis écologiques énormes auxquels doit répondre le nouveau gouvernement formé par Narendra Modi.
-Rajendre Shende

Published in: Environment
  • Be the first to comment

India's Environmental Challenges-Les défis écologiques de l’inde

  1. 1. L’écologie est un sujet profondément ancré dans l’imaginaire indien. Il fait partie de nos textes fondateurs et de notre culture. Il explique notre comportement social. Il s’est même un temps constitué comme principe directeur de gouvernance en Inde. Pourtant, l’écologie a peu à peu cédé sa place à d’autres priorités au cours de ces dernières décennies. Victime d’un développement insufflé presque sans scrupule, l’Inde fait face à des défis écologiques énormes auxquels doit répondre le nouveau gouvernement formé par Narendra Modi. Rajendra Shende L e premier empereur indien à adopter l’écologie durable comme principe de gouvernance a régné en Inde 2 300 ans plus tôt. Il s’appelait Ashoka. H.G. Wells écrivait à son pro- pos : « Parmi les dizaines de milliers de noms de monarques qui s’entassent dans les colonnes de l’Histoire, parmi les majestés et les miséricordieux, les sérénités, les altesses royales et leurs semblables, le nom d’Ashoka brille, et il brille presque seul telle une étoile. » Grâce à l’existence d’édits gravés dans la pierre datant de l’époque de l’empereur Ashoka, nous savons qu’il s’agit du premier empereur indien à avoir déclaré une politique claire concernant l’exploitation et la protection des ressources naturelles. Des fonctionnaires étaient chargés exclusivement de la protection de la nature. Sous son règne, il a su insuffler des changements considérables en termes de style de gouvernement, notamment en proposant des initiatives pour la protection de la faune, la plantation d’arbres et même en plaidant pour des mesures de conservation naturelle. A la lumière des découvertes de textes en langue ancienne tel que le sanskrit et le Brahmi, il est avéré qu’Ashoka a mené une politique active pour la plantation d’une rangée d’arbres de chaque côté des routes - preuve que « l’infrastructure verte » n’était pas qu’un simple slogan mais un fait historique. De même, la colonne d’acier près du Qutub Minar de New Delhi, façonnée et érigée durant son règne, tient toujours debout sans aucune corrosion, s’imposant ainsi comme un véritable miracle technologique. Quoi de mieux pour illustrer un exemple d’exploitation minière durable? La technologie a permis de démontrer, plus de deux millénaires plus tôt, ce que signifiait ce concept. Les ressources terrestres étaient alors utilisées de manière durable grâce à New Delhi détient le titre peu flatteur de la ville la plus polluée du monde selon l’Organisation mondiale de la santé Environnement une technique rendant impossible la production de ferraille corrodée. Mais le plus surprenant dans l’histoire, c’est que l’empereur Ashoka a impulsé ces projets de développement durable juste après l’une des plus importantes et les plus sanglantes batailles de l’histoire humaine, à savoir la guerre de Kalinga (aujourd’hui Odisha). En des termes plus actuels, son empire traversait alors une période difficile, au cours de laquelle il tentait de se relever des dépenses colossales investies dans l’effort de guerre. Le pays a sûrement dû connaître la récession ou du moins une crise financière majeure. Sautons 2 300 ans pour arriver en 2014. L’Inde est partagée entre le développement des infrastructures et la protection environnementale; le besoin en métaux et la dégradation des terres liée à des exploitations minières souvent non réglementées; politique de croissance et dégradation environnementale. Entre un développement économique presque stagnant et une altération environnementale imprudente. Un tel dilemme a mené le gouvernement à adopter en priorité un « aval plus rapide sur les critères environnementaux ». Bien qu’il soit nécessaire de mener à bien des projets “gelés” en raison de problèmes environnementaux, il est de plus en plus clair qu’exploiter les ressources naturelles pour satisfaire les besoins toujours grandissants de l’Inde nous mènera bientôt à un problème plus vaste encore, y compris avec des décisions prises plus rapidement au niveau des critères environnementaux. La pauvreté constitue la part la plus sombre de l’absence d’homogénéité sociale en Inde. Il est inquiétant de savoir que l’Inde héberge le plus grand nombre de personnes sous le seuil de pauvreté, et que dans un même temps, elle se présente comme le pays où le nombre de milliardaires croît le plus rapidement au monde. Des centaines de millions d’Indiens démunis vivent dans des zones écologiquement sensibles. Ces zones constituent leurs terres fertiles, riches mais fragiles, qu’il s’agisse des forêts ou des terres remplies de dépôts de minerais variés aujourd’hui menacés par l’avidité des riches. Cette menace touche également l’économie future du pauvre, le poussant vers des métiers instables comme la construction, les services bas- de-gamme et non qualifiés, etc. Le défi de l’Inde reste dans ses chiffres mêmes. Soixante pour cent de sa population manque de moyens et près de 30% survit dans une pauvreté extrême avec moins de 30 centimes d’euro par jour. Comme tous les autres riches dans le monde, la communauté aisée en Inde aime justifier la concentration de ses richesses sur la base de ses propres initiatives, perspicacité et motivations. En réalité, cette richesse n’est que le résultat de l’insatiable et souvent illégale exploitation des ressources naturelles, riches et diverses du pays, mais aussi celle du pauvre qui lui fournit une main d’oeuvre facile et bon marché. L’accentuation continue de la pauvreté chez une partie de la population sert à alimenter la croissance des riches. Cette division sociale et économique pourrait malheureusement donner lieu à une croissance du PIB raisonnable, mais aux dépens des plus pauvres et de l’environnement. Les défis de l’Inde, comme la malnutrition, l’insécurité alimentaire, la pollution, l’insuffisance en énergie et l’appauvrissement des réserves aquatiques puisent leur origine dans la dégradation environnementale. Qu’il s’agisse de la pollution de l’air à Delhi, tenante du titre peu flatteur de ville la plus polluée au monde selon l’Organisation mondiale de la santé, ou bien des sérieux risques de fonte des glaciers de l’Himalaya, engendrant des inondations éclairs, ou encore une hausse dangereuse du niveau de la mer le long des mégapoles côtières et un épuisement rapide des réserves de poissons près des côtes est et ouest du pays. Le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a dépeint un tableaualarmant signalantune population de près de 350 millions de personnes, soit « « Mais le plus surprenant dans l’histoire, c’est que l’empereur Ashoka a impulsé ces projets de développement durable juste après l’une des plus importantes et les plus sanglantes batailles de l’histoire humaine, à savoir la guerre de Kalinga (aujourd’hui Odisha) Environnement Les défis écologiques de l’Inde Du danger d’oublier son passé
  2. 2. La malnutrition a besoin d’être éradiquée grâce à une coopération entre l’Inde et les autres pays, notamment ceux de la SAARC Les énergies renouvelables en Inde environ 35% de la population indienne, souffrant d’insécurité alimentaire. On compterait également 1,5 million d’enfants souffrant de malnutrition en Inde et 43% d’entre eux seraient en sous-poids. Parmi les principaux défis de l’Inde en matière de santé, on trouve la dégradation des terres liée à l’usage abusif d’engrais et de pesticides, eux-mêmes à l’origine du « génocide » d’insectes pollinisateurs. Ces nombres prennent une dimension monstrueuse dès lors que l’on superpose les problemes liés au changement climatique à la hausse de la consommation et à l’urbanisation galopante. Existe-t-il une issue de secours? La réponse, simple et directe, est un oui résonnant. En mettant en place des politiques qui amélioreraient l’efficacité des ressources matérielles, énergétiques et humaines et en les mettant réellement en oeuvre, nous pouvons parvenir à créer une société durable, même au cours de cette époque moderne. Une sécurite énergétique via une efficacité énergétique La consommation d’électricité en Inde est particulièrement peu rationnelle. L’électricité consommée pour la climatisation dans les immeubles se chiffre à près de 40% de l’électricité totale produite en Inde. Durant la période estivale, la consommation est plus importante encore. Améliorer l’efficacité des climatisations individuelles de 10%, à savoir au même niveau supérieur que celui atteint par d’autres pays, permettrait d’éviter l’investissement dans 120 centrales électriques de 500 MW chacune en Inde selon les calculs du Laboratoire national sur les énergies renouvelables aux Etats-Unis. Si des tentatives similaires étaient menées pour d’autres appareils ménagers, les problèmes énergetiques de l’Inde seraient immédiatement résolus. Une telle initiative permettrait également d’éviter les coupures et les baisses de courant dans les foyers et d’améliorer la productivité. Une étude récente menée par l’Agence internationale de l’énergie démontre que la technologie moderne utilisée pour la collecte des données digitales, pour la mise en place de réseaux digitaux et d’équipements de veille coûte, sur une échelle mondiale, 60 milliards d’euros. Ce chiffreestsusceptibled’augmenterjusqu’a 95 milliards d’euros en raison du nombre croissant d’usagers. Le rapport énumère les differentes technologies mais aussi une série de mesures disponibles pour réduire ce gâchis monumental en énergie. Le document prédit que si dans les années à venir une meilleure gestion énergétique était mise en oeuvre au niveau des outils digitaux, l’énergie économisée à travers le monde équivaudrait à la fermeture de 200 centrales au charbon standard de 500 MW. L’Inde, géant mondial de l’informa- tique, peut elle aussi économiser une belle somme via le développement et l’usage de systèmes digitalisés efficaces sur le plan énergétique. Selon le Programme environnemental des Nations unies, le marché global des technologies plus efficaces en termes de consommation énergétique triplerait d’ici la fin de cette décennie pour atteindre plus de 2 000 milliards de dollars. Le pays peut générer des « emplois verts » pour sa jeunesse grâce à ce genre de dynamisme. Réduire la pollution de l’air via une atténuation du changement climatique L’usage des sources d’énergie renouvelables comme le solaire et l’éolien, pourrait enrichir ces « emplois verts ». Des mesures concernant les Polluants climatiques de courte durée (SLCP) comme le carbone noir (BC), le méthane (CH4), l’ozone troposphérique (O3) et les hydrofluorocarbones (HFCs), causant un impact climatique majeur, peuvent générer des conséquences multiples. A titre d’exemple, ces mesures peuvent éviter l’émission de polluants atmosphériques nocifs pour la santé, l’agriculture, l’économie nationale et les écosystèmes. Les polluants climatiques de courte durée sont omniprésents dans notre quotidien. Le carbone noir provient de nos cuisinières, le diesel de nos moteurs, des fours à briques. Les émissions de méthane sont produites par nos ordures, l’ozone troposphérique est créée par l’émission d’hydrocarbones au sol et les HFC est produite par l’utilisation des réfrigérateurs et des climatisations. Une mise en place rapide de mesures pour réduire l’émission de ces SLCP (en parallèle d’initiatives pour réduire les émissions en CO2) pourrait largement contribuer à sauver la vie de près de 7 millions de personnes chaque année sur une échelle mondiale. Ce chiffre comprend les victimes de pollution atmosphérique selon l’OMS. De telles mesures permettraient également d’éviter la perte de 100 millions de tonnes de récoltes chaque année, de créer de nouveaux emplois et de casser la courbe du changement climatique mondial d’un demi-degré Celsius comparé au niveau pré-industriel. Au regard du dernier rapport produit par l’IPCC, prévoyant une hausse du réchauffement climatique de 1,5 à 2 degrés Celsius, cette réduction de 0,5 degréC s’imposecommeunecontribution importante pour l’environnement global. Les efforts de l’Inde dans ces différentes directions insuffleraient un changement au sein duquel « les actions entreprises pour lutter contre le bouleversement climatique pourraient être mis au service d’un développement à tous les niveaux. » Assurer la sécurité alimentaire via la réduction des déchêts et des fardeaux pour l’environnement Au moins un tiers de tout ce que nous cultivons sur cette terre se perd entre le champ et le consommateur. Il s’agit d’un problème éthique, économique et environnemental, vu l’énorme gâchis en énergie, en eau, en engrais et autres éléments contribuant à la production d’aliments qui ne seront jamais consommés. Les pertes dans les champs, au niveau de la production et du transport par exemple, sont plus importantes dans les pays en voie de developpement. Les pays développés, eux, gâchent plus d’aliments au niveau du consommateur. Nous n’avons pas besoin d’OGM ni d’activistes contre ces OGM, étant donné que nous avons assez d’aliments pour tout le monde. Nous pouvons faire en sorte que Environnement n’importe quel aliment que nous devons finalement jeter soit transformé en biogaz, engrais et même en énergie. Nous pouvons changer ces tendances inacceptables en Inde et améliorer la vie des plus démunis. Combattre la malnutrition via une coopération régio- nale Il est intéressant de noter qu’à l’occasion de la cérémo- nie d’investiture du Premier ministre Narendra Modi, le Pakistan et le Sri Lanka ont libéré des centaines de pê- cheurs accusés d’avoir franchi les frontières maritimes. Toutefois, la raison pour laquelle les pêcheurs s’aventurent au- delà de ces frontières géopolitiques réside dans la dégradation des océans. Selon un rapport de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, les réserves globales en poisson, source principale de protéines pour les plus démunis, s’épuisent à une vitesse alarmante en raison des bouleversements de la chaîne alimentaire sous-marine dont dépend le poisson. De son côté, la chaîne alimentaire sous-marine est victime du changement climatique et de la pollution des océans. A l’ouest et à l’est de Océan indien, de nombreux spécimens de poissons sont surexploités ou épuisés. Les pêcheurs sont contraints de chercher plus loin dans les fonds marins et de franchir les frontières maritimes pour trouver leurs appâts. Les dégradations environnementales sont ainsi devenues la cause première des conflits politiques en Asie du Sud. Les pays de la SAARC, où se trouve une grande partie de la population en-deçà du seuil de pauvreté, dépendent principalement du poisson, source première de protéines. Ce sont eux, par conséquent, qui doivent faire face aux dangers d’une mise à mal de la sécurité alimentaire. Des mesures en faveur d’une pêche durable peuvent être mises en place par les pays de la SAARC afin d’assurer une future sécurité alimentaire. La priorité de l’Asie du Sud devrait être la conservation naturelle et la restauration d’un équilibre écologique grâce à une politique viable en faveur des communautés locales. Une politique pour arriver à une certaine durabilité est importante pour les pays de la SAARC. L’Inde peut endosser un rôle de catalyseur et tirer avantage de la bonne volonté générée par la cérémonie d’investiture. Le véritable exercice diplomatique à mettre en oeuvre par les pays de la SAARC ne se limite pas à la restauration des frontières géopoliques et à la lutte contre les migrations humaines. L’Inde a besoin de se positionner au premier rang dans l’instauration d’une politique et d’une diplomatie pro-environnementale, afin de rendre possible un usage durable des ressources naturelles et créer de nouveaux emplois verts et, au final, parvenir à une croissance verte à tous les niveaux. La prochaine étape la plus appropriée pour l’Inde serait d’organiser une nouvelle cérémonie où tous les Premiers ministres et présidents des pays de la région prêteraient serment pour une « croissance verte et une politique en faveur de l’environnement ». L’auteur est le fondateur et Président de TERRE Policy Centre (Technologie, Education, Recherche et Réhabilitation pour l’Environnement) à Pune. n INDES juillet-août 2014 27

×