De l’effet de design à l’effet de design numérique

2,360 views

Published on

Conférence pour UX Paris, à La Cantine, le 16 mai 2012. Vidéo ici : http://lacantine.ubicast.eu/videos/ux-paris-stephane-vial/

  • So Design ! Bravo Stéphane pour cette présentation si limpide, autant qu'utile et esthétique ! Euh… devrais-je dire 'design'?
    Pour reprendre Boileau :
    'Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement'.
    Donc, si j'ai bien compris les 2 sens possibles du terme : 'Ce qui se design bien… se design clairement'… CQFD.
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here

De l’effet de design à l’effet de design numérique

  1. 1. DE L’EFFET DE DESIGNÀ L’EFFET DE DESIGNNUMÉRIQUEoù l’on parle de culture design, de design thinkinget d’expérience utilisateur stéphane vial philosophe, chercheur, enseignant, UX designer HOME / www.stephane-vial.net BLOG / www.reduplikation.net ATELIER / www.lektum.com TWITTER / @svial nice to tweet you > #uxparis 16 MAI 2012 UX PARIS
  2. 2. D’OÙ JE PARLE ? ThéoriePhilosophiePsychologie Université Livres Pratique Web Boulle LEKTUM Sites
  3. 3. 1.PENSER LE DESIGN
  4. 4. Le design est avant tout une pratique de la pensée, mais il n’y a pas de pensée du design
  5. 5. 2. BEAUX ARTSARTS APPLIQUÉS
  6. 6. Les philosophes ne se sont préoccupés jusqu’ici que du beau et des beaux-artsdevenus arts plastiques (puis art contemporain)Ils ont complètement ignoré les arts décoratifs et les arts appliqués, « arts mineurs » devenus design (au rôle majeur !)
  7. 7. 3.LE SIGNIFIANT « DESIGN »
  8. 8. « Beautiful Designer Kitchens » il existe une doxa du design « C’est design » beau, élégant, distingué, chic, classemoderne, récent, nouveau, original, branché, tendance décalé, bizarre, extravagant, fou
  9. 9. 4.LE SIGNIFIÉ« DIZAJN »
  10. 10. LE DESIGN COMME FORMALISATION (faire) Latinisme — designare, « marquer d’un signe distinctif » (de + signum)Faire du design, c’est marquer d’un signe au sens de « dessigner » i.e. dessiner Former des signes ou signer des formes via le dessin (plans, croquis, perspectives, zonings...) ou le prototype (maquettes, patrons, wireframes...) LE DESIGN COMME CONCEPTUALISATION (penser)Anglicisme — to design, « concevoir » selon un plan, une intention, un desseinÉlaborer un projet qui repose sur un concept créatif (une idée qui structure le projet) et une pensée de l’expérience (une analyse des usages et des pratiques d’existence qui nourrit le projet)
  11. 11. 5.LA LANGUE DE MOLIÈRE ET LE « DESIGN »
  12. 12. 1930’s Les premières agences américaines imposent l’expression industrial design 1950’s Jacques Viénot propose de traduire en français industrial design par esthétique industrielle (no comment) 1971 L’Académie Française adopte le mot design 1994La loi Toubon propose de remplacer design par stylique (rires) 2010 L’INSEE propose de remplacer design par concept 2012 L’Académie Française prépare un nouveau coup : remplacer design par desseign (au secours)
  13. 13. 6.1850-1945 : LE DESIGN FACE À L’INDUSTRIALISATION
  14. 14. Design et industrie : du rejet à l’assomption William Morris, 1880’s-1890’sLes arts décoratifs pour sauver l’homme de l’industrie Deutscher Werkbund, 1907L’alliance des arts décoratifs avec le standard industriel Peter Behrens, 1907 Directeur artistique de AEG Walter Gropius, 1919 Le Bauhaus, première école d’art et de design
  15. 15. 7.1945-1999 : LE DESIGN FACE À LA CONSOMMATION
  16. 16. Design et société de consommation Les designers deviennent « un clergé de gens en colroulé noir avec des lunettes de designer qui travaillent sur des petites choses » centrées sur l’esthétique, l’image et la mode (Tim Brown, TED, juillet 2009)
  17. 17. 8.2000-2100 : LE DESIGNFACE À L’INNOVATION
  18. 18. Le design pour réinventer (et changer) le mondeÀ l’heure de la révolution numérique et de la troisièmerévolution industrielle, les designers doivent redevenir des penseurs de systèmes moins préoccupés par les objets et plus soucieux des problèmes à résoudre (Tim Brown, TED, juillet 2009)
  19. 19. 9.LE DESIGN THINKINGPREMIER CONCEPT ?
  20. 20. Le design thinking au service de l’expérience utilisateur Inspiration, idéation, implémentation : les 3 phases duprojet selon le design thinking. Le design thinking, le seul concept de design que les designers ont produit pour définir et théoriser ce qu’ils font. Un concept pas seulement mercatique. Un design au service de l’utilisateur et de son expérience.
  21. 21. 10. L’EFFET DE DESIGNL’UX À LA FRANÇAISE ?
  22. 22. QU’EST-CE QU’UN GESTE DE DESIGN ? QUE VISE-T-IL ETQUE PRODUIT-IL ? QUEL ESTSON EFFET SUR LE MONDE ?
  23. 23. GESTE DE DESIGN ↓EFFET DE DESIGN
  24. 24. LE DESIGN EST UN EFFET• avant d’être un espace, un produit ou un service, le design est principalement un effet qui advient dans un espace, un produit ou un service.• le design n’est pas un étant mais un événement il n’est pas « une chose qui est » mais « une chose qui arrive » (Kenya Hara)• il n’est pas non plus une propriété des choses mais une incidence ou un retentissement sur les choses
  25. 25. UN EFFET DE DESIGN EST UN EFFET D’EXPÉRIENCE• un effet de design est un événement qui se produit dans l’expérience d’un usager• un effet de design transforme un usage brut en une expérience-à-vivre qu’un sujet peut éprouver et qui améliore son expérience d’exister• soit en résolvant des problèmes, soit en simplifiant des choses, soit en proposant de nouvelles possibilités, soit en apportant de la poésie ou du plaisir
  26. 26. EN RÉSOLVANT DES PROBLÈMES
  27. 27. EN SIMPLIFIANT LES CHOSES Ù
  28. 28. EN PROPOSANTDE NOUVELLESPOSSIBILITÉS
  29. 29. EN APPORTANTDE LA POÉSIE
  30. 30. EFFET 1 « CALLIMORPHIQUE »• un effet de design produit une expérience-à-vivre qui passe par la forme• une forme issue du design peut être spatiale, volumique, textile, graphique ou interactive• l’effet de design est callimorphique car il produit une « prime de séduction » (Freud), i.e. un supplément désinteressé de plaisir lié à la perception de la beauté formelle
  31. 31. EFFET II « SOCIOPLASTIQUE »• un effet de design produit une expérience-à-vivre destinée aux autres = les usagers• il modifie les usages, les manières de faire, les comportements et les modes de vie, il réinvente des mondes• l’effet de design est socioplastique car il transforme les pratiques sociales (« sculpture sociale » selon Bernard Stiegler)
  32. 32. Design thinking et effet de design Le concept d’effet de design est le fruit de 5 ans àl’école Boulle, loin de la culture du design thinking. Nous arrivons à la même conclusion : le design est bien plusqu’une affaire de style. En France, la démarche de projet est inséparable de la philosophie et des sciences humaines. Le « design centré sur l’homme » n’est riend’autre que le fondement même du design tel que nous l’avons toujours conçu au pays de Descartes.
  33. 33. Le Design thinking est à l’effet de design ce que la pratique est à la théorieL’effet de design n’est qu’un concept théorique.Le design thinking est un ensemble d’outils et de méthodes pour produire des effets de design.
  34. 34. BIENVENUE DANS LAPHILOSOPHIE DU DESIGN
  35. 35. 11.L’EFFET DE DESIGN NUMÉRIQUE
  36. 36. LA MATIÈRE CALCULÉE Informationnelle Matérielle (électronique) Immatérielle (mathématique) Réactive (une action entraîne une réaction) et donc interactive Versatile (tendance factuelle au bug) Virtuelle (simulationnelle) Reproductible (infiniment et instantanément) Auto-destructible (« supprimer » sans traces) Réversible (« Ctrl+Z ») Immersive (jeux vidéo) Désinhibitrice (« tchat ») Ludogène (stimule le « play » ou l’attitude ludique) La matière informatisée est une révolution de notre culture perceptive.Ses propriétés particulières modifient radicalement le type dexpérience-à- vivre que le processus de design peut engendrer.
  37. 37. LE DESIGN NUMÉRIQUE• le design numérique est l’exploitation créatrice de la matière calculée en vue de créer de nouveaux effets de design• le rôle du design numérique : > proposer des expériences-à-vivre susceptibles d’enchanter notre existence en réinterprétant notre expérience perceptive > faire naître grâce à la matière informatisée des expériences-à- vivre (ou des usages) qui seraient impossibles à réaliser autrement• le design numérique prend des formes diverses : Interaction Design Web Design, Game Design, etc.
  38. 38. L’EFFET DE DESIGN NUMÉRIQUE 1980’s Interaction Design => effets de design interactifs des expériences-à-vivre d’interactivité (du GRID Compass à l’iPad) 1990’s Web & mobile Design => effets de design réticulaires des expériences-à-vivre de mise en commun et de sociabilité (de Wikipedia à Instagram) 2000’s Game Design => effets de design vidéoludiques des expériences-à-vivre de gameplay (de Space Invaders à l’ARDrone)
  39. 39. NEALITEDES INTERFACESMULTI-ÉCRAN
  40. 40. HARMONAVDU DESIGN DE SERVICE
  41. 41. ATLAS PLUSLIVRE AUGMENTÉ
  42. 42. SIFTEOCUBES INTERACTIFS
  43. 43. DIAPOÉSIE PHOTOGRAPHIQUE
  44. 44. YAHOOBUS STOP DERBY
  45. 45. PUPP’ARTINSTALLATION MUSÉALE
  46. 46. GOOGLELUNETTES CONNECTÉES
  47. 47. 12.LE DESIGN EST UNE VALEUR
  48. 48. Le design est une valeur d’enthousiasme et d’enchantement, il nous porte à voir en avant et croire en avant « Le design, c’est l’art d’enchanter l’existence par les formes » (Court traité du design, p. 118)
  49. 49. < MERCI />« Une pensée se présente quand “elle” veut, et non pasquand “je” veux ». Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, § 17 stéphane vial contact@stephane-vial.net facebook.com/stephane.vial twitter.com/svial

×