Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Projet d'animation en EHPAD

3,488 views

Published on

Extrait du livre "Projet d'animation en EHPAD" écrit par Anthony Merlin. L'ouvrage a pour objectif de donner les clefs pour concevoir, coordonner et évaluer un projet d'animation performant dans les structures d'accueil pour personnes âgées.

Published in: Health & Medicine
  • Be the first to comment

Projet d'animation en EHPAD

  1. 1. Projetd’animationenEHPAD Concevoir, coordonner, évaluer Ateliers d’animation séniors Anthony Merlin ep
  2. 2. Anthony MERLIN Projet d’animation en EHPAD Concevoir, coordonner, évaluer Éditions Phalente
  3. 3. Direction artistique : Caroline Joubert Maquette : Aurélie Camarasa © 2017 Éditions Phalente SAS – Tous droits réservés 23, rue Jean-Jacques Rousseau – 75001 Paris - http://www.editionsphalente.fr ISBN 978-2-36835-120-8 Crédit photo : @aleksander1-Fotolia.com Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, selon les termes de l’art. L. 122-5 d’une part, que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que « les analyses et courtes citations » dans un but d’exemple ou d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les dispositions pénales des art. L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
  4. 4. Table des matières Concevoir le projet d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Définir l’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Le cadre général de l’animation en EHPAD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Les enjeux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Les principes de base. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 1° Donner du sens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 2° Adapter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 Les textes officiels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 1° Loi n° 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 2° Loi d’adaptation de la société au vieillissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Les acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Les missions de l’animateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Le profil du poste d’animateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Ses missions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 1° La construction des liens sociaux et des relations entre les générations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2° L’autonomie des personnes âgées par la valorisation des capacités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 3° Fédérer autour de projets sources d’innovation, de proposition, d’imagination . . . . . . . . . . . . . 22 Les compétences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La personnalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Le rôle de l’animateur auprès du chef d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Un professionnel au contact de tous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Un rôle moteur dans l’animation globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Un binôme particulier avec le chef d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 La démarche du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 L’articulation des projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 La déclinaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Du projet d’établissement aux activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30 1° Le projet d’établissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 2° Le projet de vie sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 3° Le projet d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 4° L’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
  5. 5. Les objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 1° Du projet d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 2° Du projet de vie sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3° Du projet d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 4° De l’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 L’arbre à objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Les phases du montage du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 Le diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 1° Recueillir des informations sur l’environnement interne et externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 2° Recenser les besoins et les attentes des personnes âgées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3° Organiser et synthétiser les éléments recueillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 La mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 L’évaluation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 La rédaction du projet d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 Un document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Le modèle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 L’arbre des activités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 La diversification des actions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Le principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Les activités individuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Les activités collectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Le projet de vie de la personne âgée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 La finalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 La construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 La fiche « souhaits et loisirs » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Le sens des activités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 Les actions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 1° Les activités sportives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 2° Les activités créatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 3° Les activités sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 L’organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
  6. 6. Techniques pour coordonner le projet d’animation . . . . . . . . . . . 55 Au carrefour des relations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Être présent auprès des usagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Communiquer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Informer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 1° Parler au bon moment et au bon endroit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 2° L’accueil, la première impression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 3° Diffuser des supports adaptés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 4° Un échange à la hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 Être ouvert à l’équipe pour un projet fédérateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Communiquer pour ne pas s’isoler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Des supports avec modération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Être professionnel et formaliser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Être porteur d’initiatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65 Valoriser l’établissement à l’extérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Regarder autour de soi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Prendre l’initiative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Ouvrir les portes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Une organisation au quotidien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 Structurer pour bien employer son temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 De la méthode pour éviter la routine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Observer : expérience et connaissance de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Se motiver au quotidien et le rester . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 S’organiser en listes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71 Organiser et gérer son temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Ne pas se rendre disponible… tout le temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Gérer pour rassembler le matériel nécessaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Plaisir d’offrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 L’occasion du neuf. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 L’heure de l’inventaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Une place pour chaque chose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 L’union fait la force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
  7. 7. Mobiliser des financements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Une ligne dans le budget global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Une cagnotte spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Une nécessaire négociation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 L’essentiel de la comptabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Enrichir son budget. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Trouver des aides financières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 La circulation de l’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 Le comité d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 Les acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Vade-mecum du comité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Quand et comment ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 La planification des comités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Le réseau des animateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Une démarche collaborative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Objectif des Rencontres Inter-Animateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Un cadre formel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Les outils pour évaluer le projet d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . 91 L’évaluation au cœur du projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 Évaluer et s’autoévaluer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 L’évaluation en bref. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Définir l’évaluation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Exemple pratique du processus d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 De la nécessité d’évaluer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Établir le bilan du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Les deux types d’évaluation : quantitative et qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 L’évaluation quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 1° L’écart « suivi » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 2° L’écart « bilan ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 L’évaluation qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 S’autoévaluer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101
  8. 8. Les outils quotidiens du projet d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 La fiche technique d’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 L’activité, outil d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 La place de l’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Élaboration de l’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Contenu de la fiche d’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Préparer l’évaluation dès la conception de l’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 Le contrat de confiance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 La grille d’évaluation quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Les outils à utiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Les principaux critères d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 La grille d’évaluation qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Les outils à utiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 Exemple de fiche d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 Les outils de suivi du projet d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 Le comité d’animation : un outil d’aide à l’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 Une instance « volontaire » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Une instance d’utilité collective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 L’ordre du jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 Un exemple de mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 Au service de l’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Le bilan annuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Le bilan de fin d’année . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 L’objectif du bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121 L’intérêt du bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Un bilan efficace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Un bilan clair. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Modèles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127 Projet d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Budget d’animation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Compte-rendu du comité d’animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
  9. 9. Compte-rendu du bilan mensuel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Emploi du temps hebdomadaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141 Fiche technique d’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Fiche technique d’activité simplifiée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Grille d’observation individuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Fiche personnalisée « souhaits et loisirs du résident ». . . . . . . . . . . . . . . 149 Fiche d’évaluation des activités menées par des partenaires locaux. . 151 Fiche d’évaluation « express » multi-activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Plan du bilan annuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Fiche diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157 Fiche diagnostic complétée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161 Glossaire des abrévations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
  10. 10. Ces dernières années, les chefs d’établissement ont fait évoluer remarquablement les prestations des EHPAD. Ils visent ainsi à faire de l’animation le dernier levier en faveur du mieux-vieillir. Ils sont donc amenés, tout comme les professionnels qui les entourent, à mettre en œuvre un projet d’animation. Cependant,toutnouveloutilnécessiteunmoded’emploiafind’optimiser son utilisation. Il en va de même avec le projet d’animation. En traitant exclusivement le sujet du projet d’animation en EHPAD, cet ouvrage a pour ambition de fournir une méthodologie à l’usage des animateursetdeschefsd’établissementpourlesaideràmeneruneréflexion, mettre en œuvre une politique participative, ainsi qu’une stratégie et une démarche qualité pour faire évoluer le projet de vie sociale. Bon nombre de professionnels du secteur médico-social conservent une vision erronée de ce que représente le projet d’animation de la vie sociale au sein d’un EHPAD. Il ne suffit pas d’enchaîner quelques activités par semaine pour constituer un projet cohérent et utile au bien vivre dans une résidence. Cet ouvrage présente les différentes étapes à mettre en œuvre pour développer un projet d’animation cohérent, de qualité, respectueux du projet d’établissement et suscitant l’implication de l’équipe. Le projet d’animation est un outil devenu incontournable dans tout établissement. Il est défini selon la vision du chef d’établissement, mené par un professionnel du secteur, l’animateur, et ses effets s’étendent à l’ensemble des acteurs de la résidence. Cet ouvrage est basé sur une riche expérience professionnelle et vise à présenter, en trois parties, la méthodologie permettant de : ● Mettre en œuvre le projet d’animation au sein de la résidence  (Partie 1 : Concevoir) ; ● Faire vivre l’organisation liée au projet et susciter l’adhésion (Partie 2 : Coordonner) ; ● Faire évoluer ce projet et l’améliorer (Partie 3 : Évaluer).
  11. 11. Concevoir le projet d’animation La conception du projet d’animation doit être considérée comme l’étape la plus importante. C’est à ce moment clé que les bases du dispositif d’animation de la résidence seront posées. Cette première partie a pour but d’aider les personnes impliquées dans le projet à nourrir leur réflexion. De même qu’une maison ne peut tenir sans fondations solides, le projet d’animation doit reposer sur des valeurs communes à l’ensemble des professionnels chargés de le faire vivre. Le projet doit aussi s’inspirer des règles liées à la profession et à la méthodologie d’animation. Enfin, il doit intégrer le cadre institutionnel et les textes réglementaires garants du respect de la personne. Une grande partie de la qualité du projet d’animation se joue lors de cette phase d’élaboration. Il convient donc de prendre le temps de concevoir le socle qui constituera les bases du projet. | 11
  12. 12. Définir l’animation Nous invitons ici le lecteur à porter un autre regard sur le métier d’animateur en gérontologie. Bien qu’étant un professionnel qualifié et faisant partie intégrante de l’équipe pluridisciplinaire, son rôle est bien souvent méconnu au sein de l’équipe pluridisciplinaire. Pourtant, il occupe une place essentielle au sein des établissements et d’un paysage médico-social ayant pour objectif le bien vieillir des personnes âgées accueillies. Le cadre général de l’animation en EHPAD Les enjeux La vieillesse est une phase naturelle de la vie des hommes et des femmes qui, pour la plupart, restent autonomes et lucides jusqu’au terme de leur vie. Ces personnes tiennent alors jusqu’au bout leur rôle dans la Cité, leur place de citoyen au sein de la collectivité, laquelle les reconnaît et les accepte comme des personnes autonomes. Ces derniers sont donc amenés à rester naturellement au contact des autres générations, à exercer des activités socioculturelles, à vivre. Cependant, au cours de la vieillesse, la maladie ou l’accident peuvent survenir et altérer les capacités physiques ou mentales de la personne. C’est alors qu’apparaît la dépendance et, avec elle, les contraintes quotidiennes, un certain sentiment de culpabilité vis-à-vis d’un entourage personnel et professionnel qui se doit désormais d’assurer l’accompagnement aux actes de la vie de tous les jours. C’est pour cette raison que l’animation auprès des publics âgés prend et doit s’inscrire dans la vie quotidienne des structures d’accueil. Les chefs d’établissement l’ont bien compris et mènent le plus souvent un projet de vie sociale qui permet la mise en œuvre d’actions de loisirs socioculturels adaptées aux personnes dépendantes. Car, en définitive, même en situation de dépendance, les personnes âgées doivent pouvoir continuer à exercer et faire respecter leurs droits, protéger leur dignité, pratiquer leurs activités tels qu’ils le faisaient quand ils étaient autonomes. Il ne s’agit que d’une question d’adaptation. | 13
  13. 13. L’animation est une pratique qui n’a pas pour objet de résoudre tous les problèmes liés à la dépendance. Cependant, elle a un rôle à jouer et, de ce fait, elle ne peut se résumer à la mise en place d’activités ludiques ou thérapeutiques, car le but est d’aider au maintien de la vie sociale dans les établissements. Il s’agit alors de favoriser le vivre-ensemble, par des échanges dits « socioculturels » pour permettre aux personnes âgées d’occuper la place de citoyen qui leur est due. La tâche n’est pas simple : elle nécessite du temps, des efforts, des compétences. Néanmoins, le cadre général mis en œuvre permet, aujourd’hui, aux acteurs d’adapter les pratiques et d’inventer un nouveau mode de vie quotidienne. Les valeurs Les principes fondamentaux du projet d’animation visent à reconnaître, et faire reconnaître, la dignité de la personne âgée devenue dépendante et de préserver ses droits. Du point de vue de l’animation, ils se concrétisent au travers d’activités de loisirs, festives, collectives qui se joignent aux autres activités de la résidence. Le projet d’animation est complémentaire aux différents actes d’accompagnement que sont les soins, les prestations hôtelières et est inclus dans le projet de vie sociale. Il a pour but de développer des temps de divertissement en faveur des personnes accueillies et des activités de loisirs adaptées. Le projet d’animation s’inspire notamment des travaux d’Abraham Maslow, psychologue américain inventeur de la pyramide des besoins fondamentaux. Alors que les soignants préfèrent se baser sur les quatorze besoins définis par Virginia Henderson qui font partie d’un courant de pensée davantage lié aux soins infirmiers, les acteurs de la vie sociale que sont les animateurs se sentiront plus proches de l’approche humaniste présentée par la pyramide de Maslow. Cet outil de référence définit une hiérarchie des besoins de la personne  : des plus élémentaires, comme s’alimenter, aux besoins d’ordre supérieur tels que s’accomplir et s’épanouir. 14 | Concevoir le projet d’animation
  14. 14. L’équipe peut donc s’en inspirer pour nourrir l’élaboration du projet d’animation, en gardant à l’esprit qu’une personne âgée ne sera motivée pour se divertir, et par conséquent participer aux activités, que si elle a satisfait ses besoins plus physiologiques. Il faut ainsi considérer que l’on accède au sommet de la pyramide que si les besoins de base sont satisfaits. En résumé, en dressant un cadre général efficace, cohérent et sécurisant, à travers le projet d’établissement, la mise en œuvre des actions du projet d’animation s’en trouvera facilitée. Les valeurs défendues par le projet d’établissement, et donc par le projet d’animation, sont destinées à garantir la place du résident comme un citoyen, un être humain à part entière. Ces valeurs telles que l’esprit de famille, l’écoute et le dialogue, le respect des personnes doivent être formalisées et seront inscrites dans le projet d’animation. L’intérêt majeur est de faire reconnaître l’attention particulière portée : ● Au respect du libre-choix, à la préservation de l’identité, à l’expres- sion des souhaits ; ● Au maintien des repères et à la stimulation aux gestes de la vie quotidienne ; ● À l’entretien des relations avec la famille. Les principes de base L’animation en EHPAD consiste à permettre à la personne âgée de maintenirsescapacitésd’autonomiesociale,physiqueetpsychiqueàtravers des activités adaptées à ses besoins, à ses capacités et à ses attentes. Deux principes servent de cadre pour le respect des valeurs : le sens et l’adaptation. 1° Donner du sens  Le principe fondateur est de passer du concept d’animation ludique systématique à une définition plus large qui vise les rapports du résident au quotidien. C’est pourquoi, le projet d’animation doit s’inscrire dans le projet de vie sociale de la résidence, afin de passer d’une proposition de jeux à une véritable organisation du temps. Ces activités seront centrées sur l’identité du résident, ses attentes et ses capacités, pour apporter une Définir l’animation | 15
  15. 15. réponse adaptée et individualisée. Elles se dérouleront pendant les temps libres de la personne et se concrétiseront par la réalisation de gestes de la vie quotidienne, la pratique d’activités de loisirs individuelles et collectives, la participation aux temps forts dans et en dehors de la résidence. Il apparaît nécessaire de s’interroger sur l’activité essentielle de la personne âgée avant son entrée dans l’établissement. Le respect de ses habitudes, de son histoire et de son rythme de vie permettra d’instaurer un climat de confiance propice au bien-être de la personne accueillie. De même, toute activité doit s’inscrire naturellement dans une pratique dont l’individu peut comprendre le sens et où il peut trouver un intérêt. Mobiliser plusieurs résidents autour d’un thème qui leur semble utile et qui vise l’intérêt général est une manière de maintenir leur attention et leur implication. Cette méthode de stimulation du public est testée et approuvée dans de nombreuses structures. Par exemple, la réalisation d’objets artisanaux peut être proposée dans le cadre d’un atelier d’activité manuelle et à l’occasion d’une manifestation caritative ou festive. Le programme d’animation est alors élaboré en fonction de l’évaluation des attentes de chaque résident, en prenant pour supports le projet de vie individualisé et des entretiens menés avec la personne et sa famille. Enfin, pour favoriser le maintien de l’autonomie et l’entretien des capacités motrices de ces personnes, il faut développer des activités selon une méthode d’animation destinée à promouvoir la participation active : « Nous ne le faisons pas pour vous, mais nous le faisons avec vous. » 2° Adapter En effet, il faut avoir à l’esprit que ce public peut présenter différents troubles cognitifs, être plus ou moins autonome et appartenir à des catégories socioprofessionnelles diverses. Cette génération d’antan vit donc différemment le rapport aux divertissements. Il n’y a pas d’activités type à préconiser, il faut faire du sur mesure, en un mot  : adapter. Un modèle simple ne peut pas être reproduit partout parce que les publics, les attentes, les besoins, les situations liées à l’établissement sont différentes. Pour autant, il est absolument nécessaire de veiller et s’assurer de ne pas infantiliser les personnes âgées en leur proposant des activités pour enfants. La facilité d’accès à ces milliers de supports enfantins, grâce aux nouvelles technologies, présente un risque que ne mesurent pas toujours les professionnels. L’idée qui consiste à penser que ces activités pour enfants, comme le coloriage ou le bricolage élémentaire, conviennent 16 | Concevoir le projet d’animation
  16. 16. également à des résidents désorientés est erronée. Les fabricants multiplient d’ailleurs leurs efforts pour développer des supports répondant aux intérêts des adultes, même très âgés. Il faut appréhender le résident en tant que personne et ne pas proposer des contenus trop difficiles ou trop infantilisants. Il faut d’ailleurs conseiller aux agents d’animation de préalablement tester eux-mêmes ou faire réaliser par un tiers les activités envisagées, afin qu’ils se rendent compte de leur niveau d’adaptabilité. Les textes officiels Le cadre institutionnel a mis en place de nombreux outils pour aider les acteurs et ainsi permettre le respect des droits fondamentaux des personnes âgées. Parmi la multitude de dispositions réglementaires, l’animateur mènera, dans le cadre de son activité professionnelle, une réflexion conjointe avec le chef d’établissement pour appliquer les principes énoncés par deux textes : la loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale et la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement. 1° La loi n° 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale Appelée aussi par les professionnels, « Loi des sept outils », le texte rénovant l’action sociale et médico-sociale du 2 janvier 2002, dite « Loi n° 2002-2 », a transformé en profondeur les pratiques dans les établissements et services de ce secteur. De plus, elle pose clairement le principe de l’évaluation des prestations et donc leur évolution. Pour les acteurs du projet d’animation, ce principe a pour corollaire la nécessaire évaluation quantitative et qualitative des activités menées, afin de conduire à l’évolution du projet. En définissant des fondements en faveur de la promotion de l’autonomie des personnes, de la cohésion sociale et de l’exercice de la citoyenneté, elle a étayé les contours sur lesquels s’appuie le projet d’animation. À ce titre, un des principes énoncés par la loi est particulièrement proche des valeurs qui soutiennent le projet d’animation : le respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée, de l’intimité et de la sécurité. L’animateur devient ainsi le garant de la qualité du projet et de sa cohérence avec la politique sociale définie par le chef d’établissement. Définir l’animation | 17
  17. 17. Un projet d’animation en EHPAD réussi doit permettre d’assurer le bien-être des résidents, faire de la structure d’accueil un lieu où il fait bon vivre, tout en contri- buant à sa bonne réputation auprès des partenaires locaux et des familles. Ce guide pratique a pour ambition d’aider les chefs d’établissement, les animateurs et les équipes à concevoir un projet d’animation apte à maintenir les capacités d’autonomie sociale, physique et psychique de la personne âgée, à travers des activités adaptées à ses besoins, à ses capacités et à ses attentes. Véritable outil méthodologique, ce livre présente les différentes étapes à mettre en œuvre pour développer un projet d’animation de qualité, respectueux du projet d’établissement et suscitant l’implication de l’équipe. Il est ainsi organisé autour de trois thématiques : 1° Concevoir le projet d’animation ; 2° Coordonner le projet d’animation ; 3° Évaluer le projet d’animation. L’ouvrage est enrichi d’une dizaine de mo- dèles prêts à l’emploi (projet d’animation, budget, fiches d’évaluation…) afin d’aider les professionnels en charge de l’anima- tion dans leur organisation quotidienne. Riche d’une première expérience d’animateur coordinateur en EHPAD, Anthony Merlin a poursuivi sa carrière dans la formation des étudiants préparant le BPJEPS (Brevet profes- sionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), puis de celle des professionnels du secteur de l’animation sociale. Anthony Merlin est aujourd’hui chargé de projet d’insertion par l’économie sociale et solidaire. Il assure à ce titre le développement des formations et projets organisés par l’association Graines de liens implantée sur le territoire des Hauts- de-France. http://www.editionsphalente.fr 19,90 € TTC ISBN 978-2-36835-120-8

×