Successfully reported this slideshow.

Challenge 313 - Le duopole du marché du miel

1,003 views

Published on

Challenge 313 - Le duopole du marché du miel

Published in: Business
  • Be the first to comment

Challenge 313 - Le duopole du marché du miel

  1. 1. BUSINESS En bref Unilever et la Douane, la main dans la main Inwi déploie la technologie SDR En signant récemment un mémorandum d’entente visant à renforcer la coopération en matière de lutte contre la fraude et la contrefaçon, l’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII) et le groupe Unilever consolident leurs relations et envoient un signal fort au milieu des affaires. Ce mémorandum a pour objectif de permettre à Unilever et aux services douaniers de mieux appliquer les mesures relatives à la protection de la propriété industrielle et de réduire l’impact négatif de la fraude et de la contrefaçon. Unilever s’engage, notamment, à partager son expertise internationale en matière de lutte contre ces fléaux en dispensant des actions de formations au profit des agents douaniers. Inwi, troisième opérateur global de télécommunications au Maroc, vient de déployer avec succès une nouvelle technologie, dite SDR (Software Defined Radio), à travers le site-pilote de Dakhla. Ce déploiement devra permettre à l’opérateur d’optimiser ses performances techniques pour le bénéfice de ses 3,5 millions de clients. «La technologie SDR permet à Inwi de faire évoluer son réseau de manière souple, économique et évolutive», explique Hasnaâ Youlal, directeur Pôle Réseaux d’Inwi. Apiculture Le duopôle du marché du miel Le miel est l’ingrédient essentiel aux préparations de gâteaux marocains. Généralement importé, le Royaume compte tout de même une industrie locale dominée par l’apiculture traditionnelle. En nombre seulement; pour ce qui est des volumes produits, les domaines royaux et le groupe Zemzami s’adjugent chacun 1/3 de la production marocaine. Petit round-up de la fabrication du miel. PAR NORÉDINE ABBASSI P âtisseries et gâteaux jonchent les tables d’exposition de toutes les pâtisseries et nombre d’autres vendeurs occasionnels, pendant toute l’année et le mois de Ramadan. Point commun entre ces préparations diverses : un ingrédient indispensable, le miel, naturel ou supposé tel (miel de sucre). Produit naturel des abeilles, le Royaume compte quelques 30.000 apiculteurs et la production oscille entre 3 et 4.000 tonnes par an, soit une variation de taille. Signe des temps, le prix du miel produit a connu une augmentation substantielle. “C’est la loi de l’offre et de la demande, explique un responsable de coopérative. La production est moins bonne depuis deux ans, du coup le prix monte.” À l’échelle internationale, la crise que traversent les apiculteurs est sur toutes 40 Du 7 au 13 janvier 2011 les lèvres. L’Ecosse aurait perdu 80% de ses abeilles. Le phénomène semble général et touche la plupart des pays producteurs, depuis l’Europe aux Amériques. Le Maroc victime de la crise mondiale des abeilles ? Crise majeure que celle provoquée par la disparition d’abeilles s’il en est, puisque ce sont ces dernières qui, en butinant, assurent la pollinisation, la communication du produit des glandes reproductives entre fleurs, et donc par là-même, la reproduction des fleurs et arbres fruitiers. Une part importante de la production fruitière au moins serait tributaire de l’action des abeilles, selon plusieurs spécialistes français qui sonnent l’alarme. Pour M. Zakaria, responsable d’un groupement d’une dizaine d’apiculteurs, le Maroc est loin d’être touché : “La produc- tion est mauvaise en raison du froid qu’a subi le pays. Les abeilles ne sont pas sorties de leurs ruches pour ne pas affronter les mauvaises conditions climatiques.” Selon certains ingénieurs agronomes, cela dure depuis deux ans, certes, mais la production globale reste supérieure aux années de sécheresse qu’a connues le Maroc. “La situation n’est pas catastrophique, les régions sont relativement protégées. Fait paradoxal, les pesticides n’ont pas l’impact redouté, vu leur faible utilisation par l’agriculteur marocain.”
  2. 2. En bref Casa-Tramway passe à la vitesse supérieure Lancée en octobre 2010, la deuxième phase des travaux d’aménagement de Casa-Tramway se poursuit activement. Les travaux se déroulent, en effet, au niveau de plusieurs zones de la ligne du tramway. Cette seconde phase s’étendra jusqu’à la fin du deuxième trimestre 2012 et porte sur deux axes essentiels : d’une part, l’aménagement de la voirie permettant de redistribuer l’espace disponible entre trottoirs, pistes cyclables, stationnement, plateformes du tramway, voies de circulation et espaces verts; et d’autre part, les fondations, la mise en place de la structure de béton constituant la plateforme du tramway et la pose des rails. Distinction pour le DG de Mazagan Beach Resort Frédéric Picard, directeur général de Mazagan Beach Resort, vient de se voir brillamment distinguer. En effet, devant un millier de dirigeants de l’industrie hôtelière nationale et internationale, le patron du complexe touristique a été nominé pour le trophée «Meilleur General Manager». L’événement est de taille sur le calendrier professionnel de l’industrie hôtelière mondiale car il met en compétition plus de 200 chaînes de 27 pays. provenance de ces provinces lointaines du Sud. Il faut dire que l’agriculture s’est modernisée à une vitesse phénoménale. “C’est le contrecoup de la modernisation, et les pesticides ont un impact sur la santé des abeilles”, explique l’agronome consulté par Challenge. Propos que tempère immédiatement notre interlocuteur du ministère de l’Agriculture. Pour lui, la production de miel est en croissance constante depuis des années. Il n’y aurait donc pas de problèmes, selon le ministère. D’ailleurs, le secteur serait en cours de modernisation, les producteurs traditionnels disparaissant au profit des modernes, le secteur ne pourrait que s’améliorer: “Les régions du Gharb et du Loukos restent les premières zones de forte concentration d’abeilles. Le Gharb est reconnu comme la meilleure zone de par ses bonnes conditions climatiques, ainsi que par la présence d’une flore favorable à la C’est le nombre de production de miel”. exruches que compte le plique l’expert. Il faut Maroc. dire que la région a été Par ailleurs, pour d’autres gâtée: les forêts d’eucaexperts, la baisse de production ne serait lyptus, les plantations d’agrumes et les pas due uniquement au froid. cultures diverses, offrent une disponi“La baisse du miel, surtout dans les régions bilité de pollen tout le long de l’année. du Souss Massa-Drâa, Tadla, Tiznit, ainsi De plus, la seule vallée du Loukos, dans que Ouarzazate et Tafilalet, sont peu ou la région de Larache, assure à elle seule pas touchées par le froid. Néanmoins, là 10% de la production apicole nationale. aussi, on constate une baisse de la proCombinées, ces deux zones totalisent duction de miel.” Pourtant, les récoltes 70.000 ruches sur les 390.000 que ont été bonnes et la région profite d’une compte le Maroc. Lorsqu’on sait qu’on agriculture en pleine expansion, à tel dénombre un producteur moderne pour point que le marché casablancais a reçu cinq traditionnels, cela a de quoi rassurer des approvisionnements en pastèques en les consommateurs ! ■ LE CHIFFRE 390 000 TROIS QUESTIONS À Zohair Zemzami, administrateur du groupe Zemzami “Le secteur se porte mal” Challenge. Comment se porte l’apiculture au Maroc ? Zohair Zemzami. La production du miel est directement liée au climat, aux pluies et à la végétation, dans son sens le plus large. Ce n’est pas une industrie stable, loin de là. Or, le Maroc est un pays qui souffre régulièrement de sécheresse, ce qui se répercute sur l’apiculture. C. La production est donc en baisse ? ZZ. Oui, pour les raisons invoquées, mais également de certaines maladies qui ont touché les abeilles: “la varoise”, par exemple. Certes, les grands apiculteurs ont pu y faire face et s’en sortir, alors que pour les petits, les problèmes sont bien plus difficiles à gérer: manque de ressources financières, difficulté de s’occuper de plusieurs centaines de ruches, et d’une façon générale, un manque d’organisation. C. Qu’en est-il de la question des pesticides ? ZZ. Lorsqu’on procède à la transhumance sur les agrumes, la luzerne ou encore sur le tournesol, comme exemples de plantes mellifères de cultures, la santé des abeilles subit forcément les conséquences de l’utilisation de pesticides. La production s’en ressent évidemment. Du 7 au 13 janvier 2011 41

×