Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Gazette blog 2. Mercredi 12 Octobre

279 views

Published on

La gazette du festival international du film de La Roche sur Yon

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Gazette blog 2. Mercredi 12 Octobre

  1. 1. la gazette C ette année le Festival Internatio- nal du Film propose au public trois courts métrages soutenus par la région Pays de La Loire : À La Chasse d’Akihiro Hata est l’un d’entre eux. Ren- contre autour de l’auteur d’un film rele- vant d’un format trop souvent négligé par les festivals. Vous êtes d’origine japonaise, vous êtes aidé en Pays de la Loire, et vous tournez en Mayenne… C’est plutôt atypique ? Cette situation est plus un hasard qu’une réelle intention au départ. Il est vrai que j’ai toujours rêvé de réaliser des films et un jour je me suis dis que se serait bien que jeviennefairemesétudesenFrance. J’ai étudié à la Fémis et petit à petit, je me suis créé un réseau, des en- vies ont ensuite émergé. Il faut dire que j’ai toujours adoré le cinéma européen, la France est devenue une sorte de seconde résidence pour moi, et depuis j’y suis resté. Vous avez reçu une proposition de rési- dence en Mayenne de la part d’une as- sociation, Atmosphère 53. Cette propo- sition a-t-elle orienté votre futur choix de court métrage ? C’est une combinaison des deux. C’est à dire que j’ai découvert la région via la proposition de la résidence. À mesure que je découvrais la région, des idées naissaient et coïncidaient avec celles que j’avais eu bien avant de venir en Mayenne. Quelque chose faisait écho en moi car l’histoire se déroulait dans le milieu agri- cole, alors j’ai combiné les deux avant de partir dans l’écriture. À La Chasse dresse le por- trait d’une famille d’agricul- teurs, pourquoi avoir choisi ce thème ? L’idée de départ vient d’un reportage que j’ai vu par hasard à la télévision. Il traitait du phé- nomène des vols agricoles.J’avais l’impression d’être plongé dans un thriller, une histoire complètement fictive. Le contexte politique et social du sujet m’intéresse beaucoup ainsi que le côté dramaturge de l’univers.J’ai gardé cette idée en tête, puis j’ai trouvé le moment pour la développer. On note qu’Anaïs est la seule figure féminine dans votre court métrage. S’agit-il d’un désir de mettre en lumière la quasi absence des femmes dans le milieu agricole ? Contrairement à certains a priori, j’ai rencon- tré beaucoup d’agricultrices. Mais cela reste une évidence, il y a moins de femmes que d’hommes dans ce milieu. J’avais envie de développer l’histoire d’un personnage qui se bat seul contre tous. Avoir une seule figure féminine s’est donc imposée naturellement, renforçant cette notion de héros. ©AUDREY CHAMBRIER-GILLOT 7e «À MESURE QUE JE DÉCOUVRAIS LA RÉGION, DES IDÉES NAISSAIENT» HATA AKIHIRO «J’ai toujours adoré le cinéma européen» mercredi 12 octobre 2016 no 2 PROPOS RECUEILLIS PAR CAROLINE LE COM ETJESSYCA POUPIN En sus, de A la Chasse, deux autres courts-métrages soutenus par la Région Pays-de-la-Loire, L’âge des sirènes d’Héloïse Pelloquet, et Vive l’Empereur d’Aude Léa Rapin sont projetés à 18h15 au Concorde 1.
  2. 2. ©FIF85©FIF85 « J’AI PLUS VINGT ANS. C’EST DOMMAGE, D’AILLEURS. » C’est ce que confie une patiente du service de gériatrie aux réalisateurs Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian dans leur film Une jeune fille de 90 ans. Pour ce documentaire français, ils se sont intéressés au travail du chorégraphe Thierry Thieû Niang, qui anime un atelier de danse pour les personnes âgées de l’hôpital Charles Foix d’Ivry. Thierry Thieû Niang, danseur et chorégraphe reconnu, travaille notamment avec des enfants, des adolescents, des seniors, des détenus et des personnes autistes. Pour lui, « tout corps est un corps dansant », qu’importe son âge ou sa condition physique. Dans une atmosphère tendre et émouvante, il aide ainsi les patients d’un service de gériatrie à regagner confiance dans leur corps vieillis- sant. L’accent est avant tout donné à la relation entre le chorégraphe et une femme de 92 ans, Blanche Moreau. En reprenant contact avec son corps, elle reprend contact avec la vie et ses émotions. À l’aide de la danse et avec beaucoup de patience, Thierry Thieû Niang l’amène à se confier à lui. Ce film fort nous parle de la fragilité des choses et de la suprématie du temps. Parfois drôle malgré un sujet difficile, il est avant tout à ressentir. FOCUS SUR UNE JEUNE FILLE Valeria Bruni Tedeschi Yann Coridian Mercredi - 21h - Manège - En présence de l’équipe Dimanche - 14h - Théâtre © FIF KIT PRESSE DE 90 ANS helene schmoor VALERIA BRUNI-TEDESCHI est une actrice, scénariste et réalisatrice italo-française. Déjà récompensée plusieurs fois, elle a notamment reçu le prix Un Certain Regard à Cannes pour son film Actrices (2007), dans lequel angoisses et doutes sont traités avec humour.On retrouve cette association subtile de légèreté et de gravi- tédansUnejeunefillede90ans,documentaire qu’elle a co-réalisé. YANN CORIDIANestunréalisateur,directeur de casting et acteur français. Il est récompensé, autant pour son court-métrage Le Baiser (2007) que pour sa comédie Ouf (2011), en grande partie tournée dans un véritable hôpital psy- chiatrique. «On devrait créer dans les hôpitaux psychiatriques un bâtiment réservé aux cha- grins d’amour», peut-on lire dans le dossier de presse de Ouf. Cette phrase a été pronon- cée lors d’un entretien entre Yann Coridian et Valeria Bruni-Tedeschi. Une jeune fille de 90 ans semble être la suite logique des parcours individuels de ces réalisateurs. PORTRAITS
  3. 3. Pas si facile, la vie d’un pharmacien ! Armand Lebrecq (Denis Podalydès) vit à Chatou dans les Yvelines, et Mémé vient de mourir. Paral- lèlement à cette tragédie, il essaie de divorcer de sa femme, Hélène (Isabelle Candelier), mais avec amour et délicatesse. D’un autre côté, sa maîtresse au caractère bien trempé, Alix (Valérie Lemercier), commence à perdre patience et cela s’en ressent dans ses propos (« Pète un coup,sors ta bite et fais pas chier ! »). Dans Adieu Berthe, on suit les péripéties d’un 1er août 1966, Texas  : depuis une tour un homme tire sur les passants. Dans Tower, Keith Maitland retrace cette journée d’horreur au travers d’un documentaire bouleversant. Keith Maitland utilise un procédé novateur ; la rotos- copie. Les évènement sont reconstitués dans de magnifiques images animées. Mélangées à des films d’archive, elles retracent l’évènement quasiment en temps réel. Les dessins nous décrivent l’horreur et la peur avec délicatesse homme débordé, qui doit choisir entre deux sociétés de pompes funèbres: Définitif (gérée par un croque mort new age très ami avec la belle maman d’Armand) ou Obsé-cool (avec Bruno Podalydès dans le rôle du croque mort sympathique et distingué). Il doit également gérer son père atteint d’Alzheimer, et préparer un tour de magie pour l’anniversaire de la fille de sa maîtresse… Entre comédie et drame, Adieu Berthe agit comme un antidépresseur sur les spectateurs. Le film a été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes en 2012, et nominé aux Césars dans la catégorie Meilleur Scénario Original en 2013. FANNY ROCHELET et pudeur.Les témoignages bouleversants sont rapportés par les protagonistes eux-mêmes. S’adressant aux spectateurs, ils décrivent le chaos et les tirs qui pleuvent sur eux pendant une heure trente. Peu à peu, les personnages animés laissent place aux véritables visages des survivants. 50 ans après, ils s’expriment avec émotion sur ce qui a marqué leur vie. Tower est l’histoire de gens ordinaires devenus des héros.Keith Maitland montre comment«le pire chez un homme peut faire ressortir le meil- leur chez tant d’autres». Un hommage aux vic- times,et à beauté de la nature humaine,même confrontée à ce qu’elle a de pire. THELMA ET LOUISE Un road trip cultissime présenté en version restaurée pour la première fois en France. Sorti il y a 25 ans et considéré comme film féministe, suivez le weekend qui tourne en cavale de deux femmes qui partent “en live” à travers une Amérique conservatrice (et ne manquez pas la scène jubilatoire et explosive, avec camion citerne…). Mercredi - 16h00 - Manège PREMIÈRE FRANÇAISE (RESTAURÉ) SOLÈNE CAHU DAVID LYNCH Trois réalisateurs (Jon Nguyen, Olivia Neergaard Holm et Rick Barnes) ont tracé dans David Lynch,The art of life, un portrait plus sensible que documentaire de celui qui est surtout connu pour son cinéma (Twin Peaks, Mulholland Drive…) alors que l’homme est un plasticien saisissant et sans doute un des plus grands artistes contemporains. Mercredi - 16h30 - Concorde 1 Samedi - 15h - Concorde 2 samedi 15 à 16h Dimanche 16 à 9h30. SCREAM Les cris du film culte et horrifique Scream de Wes Craven vont retentir en version restaurée (première française) . Les survivants nous raconteront. Mercredi - 21h - Concorde BRAVO … pour l’affiche du Festival, que l’on retrouve également sur les polos de l’équipe, alliant l’histoire du cinéma à celle de la ville via la statue de Napoléon. Paolo Moretti rappelle dans l’édito du programme qu’elle s’inspire du Cheval en mouvement (1878) d’Eadweard Muybridge… «La première fois que le cinéma exposa ce qui est invisible à l’œil nu» à savoir qu’un cheval, parfois ,ne touche plus le sol. Cela étant, on peut le dire aussi de nombreux festivaliers ravis par la programmation... Bruno Podalydès Mercredi - 16h30 - Théâtre Dimanche - 20h - Concorde 1 En présence de Bruno Podalydès ©FIF KIT PRESSE ©FIF85 ADIEU BERTHE... TOWER Keith Maitland Mercredi - 21h30 - Théâtre Jeudi - 11h15 - Concorde 2 Samedi - 9h30 - Manège PREMIÈRE FRANÇAISE RÉTROSPECTIVE laure madelaine FM FM
  4. 4. Comment retrouver une deuxième jeunesse quand on a cinquante ans? Parents, réalisé par le danois Christian Tafdrup présente une histoire de famille pas si ordinaire. Kjeld et Vibeke sont deux cinquantenaires bouleversés par le départ de leur fils. Le blues s’installe et chacun tente de retrouver une place dans cette vie à deux.Pour sortir de cette tristesse,Kjeld et Vibeke vendent leur maison et s’installent dans le studio qu’ils ont habité avant la naissance de leur fils. Si pendant la première demi-heure, Parents épouse la forme d’un drame tendre, Christian Tafdrup prend un virage inattendu. Kjeld et Vibeke rajeunissent pour de bon et ont de nouveau vingt ans. Une nouvelle vie s’offre alors à eux, une vie où tout redevient possible. Un film touchant entre mélancolie,nostalgie et rêves un peu fous. LAURE MADELAINE Premier long-métrage énigmatique de l’artiste contemporain Pierre Bismuth, mêlant docu- mentaire et fiction, l’histoire prend la forme d’une enquête ; il faut retrouver la mystérieuse œuvre disparue de l’artiste Ed Rusha, dans le désert californien, soit un faux rocher caché parmi de vrais rochers. Sur fond d’humour, in- vitant à soumettre vos propres théories, Pierre Bismuth vous embarque dans son univers. Connu pour avoir remporté l’Oscar du meilleur scénario original pour Eternal Sunshine of the Spotless Mind, il continue de s’épanouir dans la veine anticonformiste. Voyage réussi, nous voilà embarqué, naviguant entre le monde de l’art et celui du cinéma. CAROLINE LE COM Ce film d’animation en stop-motion de Claude Barras est inspiré du roman de Gilles Paris, Au- tobiographie d’une courgette. L’histoire retrace celle d’un petit garçon de 10 ans nommé Cour- gette. Alors qu’il se croit seul au monde quand il perd sa mère, il est placé dans un foyer pour enfants. Il fait notamment la rencontre de cette fille,Camille...Chacun à sa propre histoire,aus- si émouvante que douloureuse.Ma vie de cour- gette illustre l’histoire de ces enfants en quête de bonheur. Véritable coup de coeur de cette programmation, Claude Barras a su aborder un sujet difficile en y mêlant poésie et humour. Lors de la première projection,les rires et les si- lences des enfants en disaient long. Aussi bien adaptée pour les adultes que pour les enfants, cette comédie irrésistible ne vous laissera pas insensible. PARENTS MA VIE DE COURGETTE DRÔLE DE BOBINE Directrice de publication Claudine Paque Encadrement éditorial Francis Mizio et Samuel Jan Rédaction étudiants de l’IUT de La Roche-sur-Yon, département Information et Communication Impression: Belz, La Roche-sur-Yon Festival international du film de La Roche-sur-Yon @Festival_Film85 #FestFilmLRSY Tout le programme du festival sur www.fif-85.com et sur tinyurl.com/fif2015 PREMIÈRE FRANÇAISE PREMIÈRE FRANÇAISE AVANT- PREMIÈRE ©FIF KIT PRESSE©FIF KIT PRESSE ©FIF KIT PRESSE WHERE IS ROCKY II? Hier matin au lendemain de la cérémonie d’ouverture du Festival, l’équipe de nettoyage du Manège a retrouvé, avec surprise, des mou- choirs trempés. En effet, pendant la diffusion du film d’ouverture Lion de Garth Davis, la salle s’est transformée en un raz-de-marée de larmes.Si vous avez manqué ce film aussi beau que, avouons-le, délicieusement lacrymal, il ne vous reste que les yeux pour pleurer. Hier matin encore, alors que tout régnait paisible- ment au coeur du centre-ville yonnais une alarme a sifflé si bruyamment que les ani- maux mécaniques de la place Napoléon en ont hoqueté. Il s’agissait de l’alarme incendie du cinéma Le Concorde, qui, à deux pas de là, a sonné deux fois, juste avant la projection des films soutenus par la région. Sans doute voulait-elle déclencher de son côté, elle aussi, des projections, mais d’extincteurs de plafond. Réflexionfaite,enmatièredeprojectionsd’eau, tout coulait de source puisque c’était justement l’heure où les salles projetaient Courts d’Eau, débordantes de jeunes bambins surexcités issus des différentes écoles primaires de La Roche. Une alarme… mais il n’y eut ni cris, ni pleurs, ni torrent de mômes courant vers la sortie, ni doudous tirés dans tous les sens. Ce fut une évacuation calme et bien encadrée. Cela aurait pu être il est vrai dans les jeunes esprits le thriller-épouvante de l’année Freddy les griffes de l’alarme incendie. Mais heureuse- ment Freddy l’Alarme Incendie n’est parvenu à attraper aucun enfant. Sans doute s’est-il arrêté devant l’affiche de Scream (mercredi,Concorde, 21h), le film culto-horrifique de Wes Craven où son meilleur pote joue le rôle principal. Enfin l’épicentre du Festival a retrouvé tôt son calme. Dans la matinée, des techniciens en tenue de plongée,soignaient les animaux sous l’oeil de l’indéboulonné Napoléon. Et on s’est soudain souvenu qu’un de ses maréchaux,Mac Mahon, s’est un jour écrié «Que d’eau ! Que d’eau !» Troublant, non ? sothy chey CAROLINE LE COM Christian Tafdrup Mercredi - 18h30 - Manège Jeudi - 16h45 - Manège Pierre Bismuth Mercredi - 8h30 - Concorde 2 Vendredi - 14h - Concorde 2 Claude Barras Mercredi - 9h30/14h - Manège Vendredi - 9h30 - Manège

×