Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiques-11-2018

61 views

Published on

Présentation des Perspectives Économiques de novembre 2018

Published in: Economy & Finance
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiques-11-2018

  1. 1. 21 novembre 2018 Ángel Gurría Secrétaire général de l’OCDE Laurence Boone Chef économiste de l'OCDE PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L’OCDE La croissance a déjà culminé, et les risques s'aggravent http://www.oecd.org/fr/eco/perspectives/perspectives-economiques-analyses-et-projections Blog ECOSCOPE : oecdecoscope.wordpress.com
  2. 2. Principaux messages 2 La croissance mondiale ralentit Les nuages s'amoncellent à l'horizon Il faut développer la coopération et se préparer à un avenir plus difficile
  3. 3. 3 La croissance du PIB mondial perd de sa vigueur Monde Note : Les économies avancées du G20 sont l'Allemagne, l’Australie, le Canada, la Corée, les États-Unis, la France, l'Italie, le Japon et le Royaume-Uni. Les économies émergentes du G20 sont l'Afrique du Sud, l'Arabie Saoudite, l'Argentine, le Brésil, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Mexique, la Russie et la Turquie. Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; et calculs de l'OCDE. Pays avancés du G20 Pays émergents du G20 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 3.8 3.9 4.0 2017 2018 2019 2020 Projections de mai Glissement annuel en % 1.7 1.8 1.9 2.0 2.1 2.2 2.3 2.4 2017 2018 2019 2020 Projections de septembre Glissement annuel en % 4.9 5.0 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6 2017 2018 2019 2020 Projections de novembre Glissement annuel en %
  4. 4. 2018 2019 2020 2018 2019 2020 Monde 3.7 3.5 3.5 G-20 3.8 3.7 3.7 Australie 3.1 2.9 2.6 Afrique du Sud 0.7 1.7 1.8 Canada 2.1 2.2 1.9 Arabie Saoudite 1.7 2.6 2.5 Corée 2.7 2.8 2.9 Argentine -2.8 -1.9 2.3 États-Unis 2.9 2.7 2.1 Brésil 1.2 2.1 2.4 Japon 0.9 1.0 0.7 Chine 6.6 6.3 6.0 Royaume-Uni 1.3 1.4 1.1 Inde1 7.5 7.3 7.4 Zone euro 1.9 1.8 1.6 Indonésie 5.2 5.2 5.1 Allemagne 1.6 1.6 1.4 Mexique 2.2 2.5 2.8 France 1.6 1.6 1.5 Russie 1.6 1.5 1.8 Italie 1.0 0.9 0.9 Turquie 3.3 -0.4 2.7 Prévisions des Perspectives économiques de l'OCDE 4 La croissance du PIB réel a été revue à la baisse Glissement annuel en %. Pour 2018 et 2019, les flèches indiquent le sens des révisions depuis septembre 2018.* * Les Perspectives économiques de l'OCDE incluent pour la première fois des prévisions jusqu'à 2020. Note : Orange foncé : révisions à la baisse de 0.3 point de pourcentage ou plus. Vert clair et orange clair : respectivement, révisions à la hausse ou à la baisse de moins de 0.3 point de pourcentage. Écart en points de pourcentage sur la base de chiffres arrondis. L'Union européenne est membre à part entière du G20, mais l'agrégat G20 ne comprend que les pays qui en sont aussi individuellement membres. 1. Exercices budgétaires débutant en avril.
  5. 5. Prévisions des Perspectives économiques de l'OCDE 5 Croissance du PIB réel Économies non membres du G20, glissement annuel en % 2018 2019 2020 2018 2019 2020 Autriche 2.6 1.9 1.9 Lettonie 4.7 3.9 3.3 Belgique 1.5 1.4 1.4 Lithuanie 3.4 2.9 2.6 Chili 4.1 3.7 3.4 Luxembourg 3.0 2.9 3.2 Colombie 2.8 3.3 3.4 Norvège 1.6 1.9 2.3 Costa Rica 2.9 3.0 3.3 Nouvelle-Zélande 2.9 2.8 2.6 Danemark 1.2 1.9 1.6 Pays-Bas 2.9 2.5 2.1 Espagne 2.6 2.2 1.9 Pologne 5.2 4.0 3.3 Estonie 3.3 3.5 2.3 Portugal 2.2 2.1 1.9 Finlande 2.8 1.8 1.6 République Tchèque 3.0 2.7 2.6 Grèce 2.1 2.2 2.1 Slovaquie 4.1 4.3 3.6 Hongrie 4.6 3.9 3.3 Slovénie 4.4 3.6 2.7 Irlande 5.9 4.1 3.4 Suède 2.5 1.9 1.9 Islande 3.8 2.8 2.6 Suisse 2.9 1.6 1.6 Israël 3.6 3.5 3.3 Tunisie 2.6 3.1 3.3
  6. 6. 6 L'activité s'essouffle Note : Partie gauche : Les données de la production industrielle et des ventes au détail sont agrégées avec des pondérations à PPA. Les données sur la hausse des ventes au détail en volume concernent les ventes au détail dans la majorité des pays, mais pour les États-Unis, c'est la consommation mensuelle des ménages qui a été utilisée et pour le Japon, l'indicateur synthétique de la consommation mensuelle. Pour l'Inde, on ne dispose pas de données concernant les ventes au détail. Partie droite : Indice composite des directeurs d'achats (PMI), moyenne mobile sur 3 mois, données en octobre 2018. Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; Thomson Reuters ; Markit ; et calculs de l'OCDE. Activité mondiale à court terme Anticipations des entreprises au niveau mondial 94 96 98 100 102 104 94 96 98 100 102 104 2015 2016 2017 2018 Production future Nouvelles activités Moyenne 2015-2018 = indice 100 Moyenne 2015-2018 = indice 100 0 1 2 3 4 5 0 1 2 3 4 5 2015 2016 2017 2018 Hausse de la production industrielle Hausse des ventes au détail en volume Glissement annuel en % Glissement annuel en %
  7. 7. 45 50 55 60 65 45 50 55 60 65 2015 2016 2017 2018 Monde États-Unis Allemagne ChineIndice Indice 7Note : Partie droite : Données concernant 88 ports dans le monde. Source : Markit ; Institute of Shipping Economics and Logistics ; et calculs de l'OCDE. Trafic portuaire de conteneurs La croissance des échanges ralentit Nouvelles commandes à l'export, secteur manufacturier Expansion Contraction -4 -2 0 2 4 6 8 10 12 -4 -2 0 2 4 6 8 10 12 2015 2016 2017 2018 Glissement trimestriel Glissement annuel % de variation, taux annuel % de variation, taux annuel
  8. 8. 8 Politiques budgétaires et monétaires : un régime moins soutenu Total des actifs des banques centrales -1.6 -1.2 -0.8 -0.4 0.0 0.4 0.8 1.2 1.6 -1.6 -1.2 -0.8 -0.4 0.0 0.4 0.8 1.2 1.6 USA CAN ITA OCDE Zone euro FRA JPN DEU GBR 2016-2018 2018-2020 Points de % du PIB potentiel Points de % du PIB potentiel Durcissement Assouplissement 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 États-Unis Zone euro Japon % du PIB % du PIB Note : Partie droite : l'agrégat OCDE correspond à la variation au niveau de la médiane de l'OCDE sur la période indiquée. Source : Conseil des gouverneurs du Système fédéral de Réserve des États-Unis ; Banque du Japon ; Banque centrale européenne ; Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; et calculs de l’OCDE. Variation du solde primaire des administrations publiques
  9. 9. Les pénuries de main-d’œuvre se répandent mais l’emploi peut encore s’améliorer 9 Pénuries de main-d’œuvre Sur la base d'enquêtes auprès des entreprises Note : Partie gauche : données normalisées sur la période 2002-2018. Partie droite : le taux d'emploi est défini comme le nombre de personnes occupant un emploi divisé par la population d'âge actif (de 15 à 64 ans). Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; National Federation of Independent Business ; Commission européenne ; Banque du Japon ; et calculs de l'OCDE. Taux d'emploi Évolution entre 2007 et 2017 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 Pts de % Pts de % -2 -1 0 1 2 3 4 -2 -1 0 1 2 3 4 États-Unis Zone euro Japon Données normalisées Données normalisées
  10. 10. Les salaires et les prix vont augmenter modérément Inflation Hausse des prix à la consommation, hors alimentation et énergie Note : Partie droite : l'inflation sous-jacente s'entend hors énergie et produits alimentaires et correspond à des données harmonisées pour la zone euro. Les chiffres de l'inflation du Japon ont été ajustés pour tenir compte de la hausse des taxes sur la consommation intervenue en 2014 et de celle prévue pour 2019. Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; et calculs de l'OCDE. 10 Hausse des salaires Hausse annuelle moyenne des salaires nominaux -1 0 1 2 3 4 5 -1 0 1 2 3 4 5 États-Unis Zone euro Japon 1995-2007 2008-2017 2018-2020 (projections) % % -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 2015 2016 2017 2018 2019 2020 États-Unis Zone euro Japon % %
  11. 11. LES NUAGES S'AMONCELLENT À L'HORIZON 11
  12. 12. Des restrictions commerciales généralisées perturberaient les chaînes de valeur, et nuiraient à l'emploi Note : La taille d'un cercle correspond à la part du pays ou de la zone économique concernés dans les échanges mondiaux en valeur ajoutée (exportations plus importations de valeur ajoutée). L'épaisseur de la ligne entre deux cercles correspond au montant des échanges bilatéraux de valeur ajoutée entre deux partenaires commerciaux. Des échanges bilatéraux existent entre tous les pays cités, mais ceux qui représentent moins de 0.2 % environ du total des flux d'échanges mondiaux n'ont pas été représentés. Les économies dynamiques d'Asie (DAE) correspondent à un groupe constitué des pays suivants : Hong Kong Chine, Malaisie, Philippines, Singapour, Taipei chinois et Thaïlande. Les autres marchés émergents (OEM) correspondent aux 129 autre pays du monde qui représentent environ 10 % des échanges mondiaux. Source : Gephi ; FMI, Direction of Trade Statistics (Base de données) ; Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; et calculs de l'OCDE. 12 Exportations et importations de marchandises
  13. 13. -2.0 -1.6 -1.2 -0.8 -0.4 0.0 PIB des États-Unis PIB de la Chine PIB mondial Échanges mondiaux Échanges hors États- Unis et Chine % Les hausses des droits de douane freinent sur la croissance du PIB Note : Les droits de douane actuels comprennent la totalité des droits de douane imposés sur les échanges bilatéraux entre les États-Unis et la Chine en 2018 jusqu'à la fin de septembre. En violet : scénario montrant l'impact supplémentaire qui se produirait si les États-Unis faisaient passer de 10 % à 25 % les droits de douane sur 200 milliards USD d'importations en provenance de Chine à compter de janvier 2019 (avec une mesure réciproque de la Chine portant sur 60 milliards USD d'importations en provenance des États-Unis). En orange : scénario montrant l'impact supplémentaire qu'aurait l'imposition de droits de douane de 25 % sur la totalité des autres échanges bilatéraux hors produits de base entre la Chine et les États-Unis à compter de juillet 2019. En rouge : scénario montrant l'impact supplémentaire des incertitudes ainsi engendrées qui provoqueraient une hausse de 50 points de base des primes de risque d'investissement dans tous les pays en 2019-2021. Source : Calculs de l’OCDE 13 Impact sur le PIB et les échanges d'ici 2021, écart par rapport au scénario de référence
  14. 14. -0.6 -0.5 -0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0.0 -0.6 -0.5 -0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0.0 Brésil Indonésie Russie Chine non-OCDE Inde Mexique Afrique du Sud OCDE %% 2019 2020 Une baisse de la confiance des investisseurs envers les EME pourrait freiner la croissance 14 Source : Calculs de l’OCDE. Effet, sur la production, de l'augmentation des taux d'intérêt dans les économies de marché émergentes Impact sur le PIB d'une hausse de 1 point de pourcentage des primes de risque d'investissement dans toutes les économies de marché émergentes, écart par rapport au scénario de référence
  15. 15. -0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0.0 -0.4 -0.3 -0.2 -0.1 0.0 États-Unis Zone euro Allemagne Japon Asie de l'est Exportateurs de produits de base Points de pourcentage Points de pourcentage Un ralentissement en Chine pèserait sur la croissance partout dans le monde 15 Note : Dans l'hypothèse d'un recul de 2 points de pourcentage du taux de croissance de la demande intérieure en Chine pendant deux ans. Les taux directeurs sont endogènes dans toutes les régions. La catégorie "Exportateurs de produits de base" comprend : l’Afrique du Sud, l’Australie, le Brésil, l’Indonésie, la Russie et les autres producteurs de pétrole. Tous les pays et régions sont pondérés collectivement à l'aide des parités de pouvoir d’achat. Source : Calculs de l’OCDE. Impact sur la croissance du PIB d'un choc négatif sur la demande de 2 points de pourcentage en Chine Première année
  16. 16. 16Note: Données au 19 novembre 2018. Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; Thomson Reuters ; et calculs de l'OCDE. Une concrétisation des risques pourrait aggraver les corrections des prix des actifs Les cours des actions ont baissé récemment Les valorisations des actions restent élevées Ratios cours/bénéfices corrigés des variations conjoncturelles 90 95 100 105 110 115 120 125 130 135 140 90 100 110 120 130 140 janv.-17 mai-17 sept.-17 janv.-18 mai-18 sept.-18 S&P 500 EuroStoxx TOPIX Jan. 2017 = 100 Jan. 2017 = 100 0 5 10 15 20 25 30 35 40 0 5 10 15 20 25 30 35 40 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 États-Unis Zone euro Japon
  17. 17. 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0 4.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0 4.5 janv.-17 avr.-17 juil.-17 oct.-17 janv.-18 avr.-18 juil.-18 oct.-18 Italie Portugal Espagne Irlande % % 17 Note : Partie gauche : les primes de risque souverain font référence à la différence entre les rendements à 10 ans des obligations souveraines du pays concerné et ceux de l’Allemagne. Données au 19 novembre 2018. Partie droite : crédits bancaires, corrigés des cessions et opérations de titrisation, consentis par des banques nationales à des sociétés non financières de la zone euro. Source : Thomson Reuters ; Banque centrale européenne ; et calculs de l'OCDE. Les risques politiques dans la zone euro pourraient freiner la croissance du crédit La hausse du crédit aux entreprises reste faible Crédits bancaires à des sociétés non financières Les primes de risque souverain ont augmenté en Italie, mais la contagion est limitée -15 -10 -5 0 5 10 15 20 25 30 35 -15 -10 -5 0 5 10 15 20 25 30 35 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018 Italie Allemagne France Espagne Glissement annuel en % Glissement annuel en %
  18. 18. 18 Note : Effets combinés de plusieurs facteurs : hausse de 20 USD du prix du baril de pétrole, augmentation de 1 point de pourcentage des primes de risque d’investissement dans toutes les économies de marché émergentes et relèvement de 25 % des droits de douane sur les échanges bilatéraux entre les États-Unis et la Chine à compter de 2019. On suppose que tous les chocs vont durer cinq ans. Effet sur le PIB à prix constants. Source : Calculs de l’OCDE Hausse des droits de douane sur les échanges États-Unis-Chine, hausse des taux d'intérêt dans les EME et hausse des prix du pétrole Écart par rapport au PIB du scénario de référence En se combinant, les risques pourraient s'aggraver mutuellement et éroder sérieusement la croissance -1.2 -1.0 -0.8 -0.6 -0.4 -0.2 0.0 -1.2 -1.0 -0.8 -0.6 -0.4 -0.2 0.0 Chine États-Unis Brésil Inde Monde OCDE Zone euro Japon Points de pourcentagePoints de pourcentage 2019 2020
  19. 19. LES GOUVERNEMENTS DEVRAIENT DÉVELOPPER LA COOPÉRATION ET SE PRÉPARER À UN AVENIR PLUS DIFFICILE 19
  20. 20. 20 Note : Équivalents ad valorem, en moyenne entre les produits et les pays partenaires. L'estimation relative aux mesures non tarifaires (MNT) concerne les mesures sanitaires et phytosanitaires, les obstacles techniques au commerce, les mesures de contrôle aux frontières et les restrictions quantitatives. UE28 : hors échanges intra-UE. Source : Calculs de l'OCDE sur la base du modèle METRO ; et Cadot et al. (2018) Droits de douane et mesures non tarifaires Relancer la coopération pour réduire les obstacles aux échanges et les différences réglementaires 0 2 4 6 8 10 12 14 0 2 4 6 8 10 12 14 États-Unis Japon Union Européenne Canada Mexique Indonésie Chine Russie Inde Brésil %% Taux des droits de douane Équivalent douanier des MNT
  21. 21. 21 Note : Partie gauche: Données au 19 novembre 2018. Partie droite : scénario budgétaire correspondant à un assouplissement budgétaire coordonné à l'échelle mondiale de 0.5 % du PIB pendant trois ans, avec des taux directeurs fixés pour trois ans. Simulations reposant sur le modèle macroéconomique mondial NiGEM, avec des anticipations conformes au modèle. Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE ; et calculs de l'OCDE. Une action coordonnée s'imposera en cas de fléchissement de l’activité -0.2 0.0 0.2 0.4 0.6 -0.2 0.0 0.2 0.4 0.6 2019 2020 2021 2022 Assouplissement budgétaire avec taux directeurs fixes % % Les taux d’intérêt à long terme restent bas Rendement à 10 ans des obligations souveraines, moyenne mobile sur 15 jours Impact d'un relance budgétaire coordonnée PIB mondial, écart en % par rapport au scénario de référence -1 0 1 2 3 4 5 -1 0 1 2 3 4 5 2008 2010 2012 2014 2016 2018 États-Unis Japon Allemagne France % %
  22. 22. 22 Note : Le mécanisme de réassurance-chômage est un mécanisme de stabilisation destiné à la zone euro. L’aide fournie par le fonds, déclenchée lorsque le taux de chômage atteint des niveaux élevés, est proportionnelle à l’ampleur de la crise. Chaque pays participant verse 0.1 % de son PIB par an lorsque le fonds émet des titres de dette, et acquitte un montant complémentaire représentant 0.05 % de son PIB pour chaque année pendant laquelle il a bénéficié d’une aide au cours des dix années précédentes. Les simulations contrefactuelles du PIB montrent que pour une contribution annuelle moyenne de 0.2 % du PIB, le fonds pourrait avoir un effet de stabilisation significatif tout en évitant les transferts permanents entre pays. Source : OCDE, Étude économique de la zone euro 2018 ; Claveres, G. et J. Stráský (2018) ; et calculs de l’OCDE. Une capacité budgétaire commune aiderait la zone euro à affronter plus sereinement les récessions Effet de stabilisation sur la croissance du PIB Crise financière mondiale -0.4 -0.2 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 -0.4 -0.2 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 Écart de croissance annuelle de la zone euro attribuable au fond % % Crise de la zone euro Croissance plus élevée
  23. 23. Développer les qualifications et améliorer les marchés du travail favorisent la hausse des salaires et la réduction des inégalités 23 Hausse des salaires et de la productivité Salaires réels, pays de l’OCDE Source : Perspectives économiques de l'OCDE, novembre 2018, chapitre 2. 100 105 110 115 120 125 130 135 100 105 110 115 120 125 130 135 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 Indice 1995 = 100 Productivité du travail Salaires moyens Salaires médians Effet de la baisse de la part du travail Effet du creusement des inégalités de salaire Indice 1995 = 100
  24. 24. Des réformes des marchés de produits aideraient à réduire les écarts de productivité 24 Divergence de productivité Secteur manufacturier et services Note: La frontière est mesurée par la moyenne du logarithme de la productivité du travail des 5 % d'entreprises les plus productives de 24 pays, dans chaque secteur à 2 chiffres et pour chaque année. Les "entreprises en-dessous de la frontière " correspondent au logarithme de la productivité de toutes les autres entreprises, construit de la même manière. Les séries sont normalisées à 100 la première année (2003=100) et la variation dans le temps est mesurée de manière approchée par les variations des mesures logarithmiques x 100. Services = services marchands non financiers Source : Calculs de l'OCDE à partir des données Orbis du Bureau van Dijk, suivant la méthodologie exposée dans Andrews et al. (2016). 90 100 110 120 130 140 150 160 90 100 110 120 130 140 150 160 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 Frontière Entreprises en-dessous de la frontière 2003 = 100 2003 = 100
  25. 25. Principaux messages 25 La croissance mondiale ralentit • La croissance mondiale devrait céder du terrain sur fond de ralentissement de la hausse des échanges et de politiques publiques moins favorables • Dans la zone OCDE, le taux de chômage est exceptionnellement bas et les salaires progressent modestement • L'inflation n'a pas encore redémarré Les nuages s'amoncellent à l'horizon • Les hausses des droits de douane ralentissent la croissance et pourraient perturber les chaînes de valeur et l'emploi • Les marchés émergents restent vulnérables à une hausse des taux aux États-Unis et à des sorties de capitaux • Les risques politiques et géopolitiques aggravent les incertitudes Il faut développer la coopération et se préparer à un avenir plus difficile • C'est par la coopération qu'on pourra réduire les incertitudes, éviter le protectionnisme et agir en cas de récession • Renforcer la zone euro par l’achèvement de l’union bancaire et des avancées sur une capacité budgétaire commune • Intensifier les mesures visant à réduire les inégalités et à améliorer la confiance dans les gouvernements

×