L'institution culturelle de la photographie HP3

620 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
620
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
98
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

L'institution culturelle de la photographie HP3

  1. 1. III- Naissance de la culture photographique Les sociétés de photographie
  2. 2. • Se réunir et s’organiser … Les sociétés de photographie comme laboratoire de l’invention.
  3. 3. • « En l’espace de quelques années, en France et en Angleterre, une pratique sans histoire se hisse au rang d’objet culturel, voire de concurrent des Arts. » • André Gunthert, « Une aristocratie de la photographie » in L’art de la photographie, p. 66.
  4. 4. Inétrieur du Crystal palace, Exposition de 1851
  5. 5. David Adamson et Robert Octavius Hill, entre 1841 et 1848, épreuve sur papier salé
  6. 6. David Octavius Hill (1802–1870); Robert Adamson (1821–1848) Newhaven Fishwives, 1845
  7. 7. David Octavius Hill et Robert Adamson Lady Ruthven, 1845
  8. 8. David Octavius Hill et Robert Adamson The Fairy Tree at Colinton, 1846
  9. 9. • « La photographie est, en quelque sorte, un trait d'union entre le daguerréotype et l'art proprement dit. Il semble qu'en passant sur le papier, le mécanisme se soit animé ; que l'appareil se soit élevé à l'intelligence qui combine les effets, simplifie l'exécution, interprète la nature et ajoute à la reproduction des plans et des lignes l'expression des sentiments ou des physionomies. » ….
  10. 10. • « Cependant, la photographie est très souple, surtout dans la reproduction de la nature ; parfois, elle procède par masses, dédaignant le détail comme un maître habile, justifiant la théorie des sacrifices, et donnant, ici l'avantage à la forme, et là aux oppositions de tons. Cette intelligente fantaisie est beaucoup moins libre dans les daguerréotypes sur plaques de métal. Il y a plus : le goût particulier du photographe perce dans son œuvre, pour matérielle qu'elle semble ; les épreuves obtenues par des artistes sont supérieures à celles des érudits. Les premiers choisissent mieux leurs sujets, recherchent avec succès des effets dont ils ont le sentiment inné, et l'influence de l'individu est assez perceptible pour que les amateurs–experts, à la vue dune planche sur papier, devinent d'ordinaire le praticien qui l'a obtenue. » • Francis Wey, « De l’influence de l’héliographie sur les beaux arts » La lumière n°1, 1851, p. 2,3.
  11. 11. • « La création des sociétés photographiques au milieu du XIX siècle, correspond à un tournant dans l’histoire du médium. Elle favorise l’essor d’une dynamique de progrès technique indépendante d’un contexte de rentabilité industrielle et témoigne d’une attente sociale précise. » • • André Gunthert, « Une aristocratie de la photographie » in L’art de la photographie, p. 90.
  12. 12. La conquête de l’instantané : puissance inventive de l’imaginaire photographique
  13. 13. • « Le prodige s’opère à l’instant même, aussi prompt que la pensée, aussi rapide que le rayon du soleil qui va frapper là-bas l’aride montagne ou la fleur à peine éclose. » • • Jules Janin, « Le daguerréotype », in L’artiste, 28 janvier 1839.
  14. 14. Marc-Antoine Gaudin, vue du pont neuf, Daguerréotype accéléré, 1841
  15. 15. Ferrier et Soulier, Vue instantanée de l’église de la Madeleine, couple stéréoscopique, négatif sur verre au collodion (détail) 1860
  16. 16. Ferrier et Soulier, vue de la rue de Rivoli, côté des tuileries, couple sétéroscopique (détail), négatif sur verre au collodion,
  17. 17. Ferrier et Soulier, Vue instantanée du pont des Sts Pères, même procédé, 1860
  18. 18. Albert Londe, Saut de la barrière du jardin de la Salpêtrière, vers 1888, platinotype.
© co

×