CHAP VI-1 SIG-Eléments de QGIS

11,143 views

Published on

la communicabilité par le symbole graphique est, en technologie le moyen le plus adapté pour mettre en valeur une situation donnée. Les modèles graphiques sont le langage, par excellence, pour permettre une bonne visibilité et rendre ainsi valables les élaborations futures des décisions.
Cet partie du cours SIG-éléments, présente une introduction de base en termes d’éléments de SIG appliqués à l’environnement logiciel QGIS (exemple d’application SIG Open Source).
Les objectifs de cette intervention sont la vulgarisation des notions fondamentales de l’utilisation de QGIS.

Published in: Education

CHAP VI-1 SIG-Eléments de QGIS

  1. 1. Université de Béchar Laboratoire des Études Énergétiques en Zones Arides Équipe Modélisation & Simulation des Systèmes Cours réalisé par : Pr. TAMALI Mohammed, http://mtamali.wordpress.com Université de Béchar | Faculté de Technologie (ENERGARID Lab./Equipe SimulIA) CHAPITRE VI-1 : Système d’Information Géographique QGIS, Eléments de SIG. Ver. 1.8.0
  2. 2. Présentation The University of Bechar was born in 1986 as the National Institutes of Higher Education (INES), in 1992 it becomes University Center and on January 1th 2007, it was officially declared as a university. Since then, many research teams have seen the day. In 2011, The Laboratory for Energetical Systems Studies Applied to Arid Zones was run by a group of young and well motivated researchers, composed by seven research teams, the main task was and still the solving real problems altering arid zones, SimulIA is one of the lab teams. The workload of SimulIA concerns modeling and simulating real systems in arid areas. Major research areas: Energy & Environment (Modeling & Simulation) Application & usage of heat transfer process in arid zones Energy usage and economy. 2D Mapping development of resources in arid zones. the main task in the short term of SIMULIA Team, is to develop the computer code for modeling and simulation which can be accessed online. Website of the laboratory team: www.univ-bechar.dz/energarid/simulia
  3. 3. Plan Présentations Substrat de base et stratification Concepts QGIS Géo-référencement Système d’information (Tables) Opérations & Manipulations ( ) Etudes de cas Conclusions Références
  4. 4. Présentations la communicabilité par le symbole graphique est, en technologie le moyen le plus adapté pour mettre en valeur une situation donnée. Les modèles graphiques sont le langage, par excellence, pour permettre une bonne visibilité et rendre ainsi valables les élaborations futures des décisions. Cet partie du cours SIG-éléments, présente une introduction de base en termes d’éléments basiques de SIG appliqués à l’environnement logiciel QGIS, Quantum GIS (exemple d’application SIG Open Source). Les objectifs de cette intervention sont la vulgarisation des notions fondamentales de l’utilisation de QGIS.
  5. 5. Substrat de base et stratification Source: Google Maps-Image 2015 Landsat, données cartographiques 2015 Google Béchar 31.619612, -2.175550 Menu Djorf torba Topographie Identification utilisateur Repères & Orientation La photo ci-contre (source Google Maps), inclue, par sa: - Dimension espace - Texture (couleur, tons) - Compositions (Topo) - Orientation, échelle - Localisation (Géo-position) - Canal (fréquences) - Sur-chargement (données) Une information riche pouvant être exploitée à des fins utiles diverses. Cette photo prise par un moyen satellite, représente le référentiel topographique de base sur quoi seront effectués beaucoup d’études et tâches.
  6. 6. Source: Google Maps-Image 2015 Landsat, données cartographiques 2015 Google Béchar/Topo 31.619612, -2.175550 Béchar/Relief Béchar/Fonctionnel Béchar/3D Béchar/Prolongement Oued Plan de base Axe stratification Substrat de base et stratification CoucheInformation insérée sur la couche
  7. 7. Concepts QGIS QGIS, comme toutes les applications manipulant les système d’information géographique (SIG), présente une foule de fonctionnalités. QGIS permet à l’utilisateur de définir un système de coordonnées de référence (SCR) par défaut et pour l’ensemble des projets. Les SCR disponibles dans QGIS sont basés sur ceux définis par l’EPSG (European Petroleum Survey Group) et l’Institut National Géographique (IGNF) et sont en grande partie extraits des tables spatiales de référence de GDAL. Les identifiants EPSG sont présents dans la base de données et peuvent être utilisés pour définir un SCR dans QGIS. QGIS peut utiliser une carte de base, obtenue sous tous les formats connus (raster, vectoriel, Les données spatiales en ligne diffusées comme services web de l’OGC qui incluent le WMS, WMTS, WCS, WFS et WFS-T et les tables de données SGBD-S (MySQL, PostGIS, Oracle Spatial, …). Il permet de juxtaposer aux cartes de BASE, des couches selon une stratification fonctionnelle déduite ou saisie. Les interrogations du système d’information GEOREFERENCÉ devient l’outil par excellence en terme moyen propre pour l’aide à la décision.
  8. 8. QGIS, comme toutes les applications manipulant les système d’information géographique (SIG), est l’une des composantes par l’équipe de développement derrière, de l’OSGeo (Open Source Geospatial Foundation). Ce groupe lie toutes les équipes qui développent des logiciels Open Source pour des utilisation SIG. L’OSGeo procure à ses partenaires financements, organisations et supports légaux. Ce partenariat est lisible à travers les rencontres et conférences, la collaboration et partageabilité des ressources, la mise en utilisation libre des geodatas et finalement défendre les intérêts. Les projets OSGeo sont nombreux; Editeur Web de carte deegree, geomajas, GeoMOOSE, GeoServer, Mapbender, MapBuilder, MapFish, MapGuide Open Source, MapServer, OpenLayers, Applications de bureau GRASS GIS, Marble, QGIS, Librairies Geo-spatiale FDO, GDAL/OGR, GEOS, GeoTools, OSSIM, PostGIS Concepts QGIS
  9. 9. Concepts QGIS QGIS, existe en plusieurs versions: QGIS Desktop Version de bureau QGIS Browser Version navigateur QGIS Server Version serveur SIG QGIS Web Client Version client internet QGIS Android Version spéciale pour téléphone mobile Androïd QGIS est un logiciel développé sous l’environnement Qt.
  10. 10. SIG, Concepts de base (Rappel) Les informations ainsi que leur parcours ancien ou nouveau sont en liés dans un cycle de vie qui fait que ces mêmes informations évoluent et changent de consistance, de volume et de pertinence. Cycle de vie Collecte Interaction Réinjection SGBD
  11. 11. Géo-référencement Définition Le géo-référencement consiste en l’attribution de coordonnées X et Y (notées en DMS (dd mm ss.ss), DD (dd.dd) ou en coordonnées projetées (mmmm.mm)) qui correspondent au point sélectionné sur le support pris comme base, deux procédures peuvent être suivies : • Par l’image raster : saisies manuellement (p. ex., les graticules – latitude et longitude). • Relativement à des données déjà géo-référencées. Il peut s’agir de données vecteur ou raster où figurent les mêmes objets/entités que sur le support à géo-référencer et dans le même système de projection. Dans ce cas, vous pouvez renseigner les coordonnées en cliquant sur les données de référence chargées dans la carte principale de QGIS. La procédure standard pour le géo-référencement d’une image implique la sélection de plusieurs points sur le raster, en spécifiant leurs coordonnées et en choisissant la transformation appropriée. En se basant sur les paramètres entrés et les données, l’extension calculera les paramètres du fichier “world” (Espace de référence). Plus il y a de coordonnées fournies, meilleurs seront les résultats. Les traitements qui suivront feront référence l’espace définit par cette opération de géo- référencement. La pertinence du système d’information dépend inévitablement de la richesse et exactitude des données de référence fournies. En mode d’utilisation dynamique, les prises de décision auront un sens scientifique.
  12. 12. Définition L'EPSG - European Petroleum Survey Group - un groupe a défini une liste des systèmes de coordonnées géo-référencées et leur a associés des codes pour les identifier. Ces codes sont notamment utilisés dans les standards de l‘OGC, Open Geospatial Consortium. Afin de faciliter le travail, la liste suivante présente quelques codes couramment utilisés : • 2154 : RGF93 Lambert 93 • 27561 : NTF Lambert Nord France • 27562 : NTF Lambert Centre France • 4326 : WGS84 world geographic 2D Le WGS 84 (World Geodesic System 1984 est le système géodésique mondial (révision de 1984) le plus courant, car il est encore utilisé par le système GPS. Les précédentes versions étaient : WGS 72 (associé au système TRANSIT), WGS 64 et WGS 60. Un système géodésique ne doit pas être confondu avec un type de projection cartographique, il définit une représentation du géoïde terrestre. La plupart des projections pour navigation (marine ou aérienne), appelées UTM (Transverse Universelle de Mercator) sont basées sur la référence WGS, version de 1984. Géo-référencement Paramètres de définition géologiques
  13. 13. Paramètres de définition Latitude/Longitude Définition Données servant à l’élaboration d’un thème astrologique. Angles verticaux depuis l’équateur pour les Latitudes Nord et Latitudes Sud. Les longitudes Est et Ouest sont les méridiens d’un lieu depuis le Méridien Greenwich (méridien référent) Géo-référencement
  14. 14. Système d’information (Tables) QGIS est un système d’information par définition, Les informations manipuler sont, en plus, géo-référencées. Les données sont structurées selon une architecture (Support de base géo-référencé + autant de Couches fonctionnelles) Les différentes couches utilisent un système de symbologie pouvant être personnalisé. Support de base Couche cours d’eau Souris Loupe Initialisation d’une couche Edition vue aérienne QGIS
  15. 15. Opérations & Manipulations Interface de QGIS Définir le système de projection Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé.
  16. 16. Opérations & Manipulations Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Interface de QGIS Définition PROJET Choix du référencement Boite de dialogue ASTUCES A propos de QGIS (Pisa 2.10) 1 2 3 4
  17. 17. Initer le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Option Raster|Géoréférencer Interface de QGIS/Géo- référenceur Option Ouvrir Raster Choix référence WGS 5 6 7 8
  18. 18. Initer le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Coordonnées du point repéré Paramètres Géo-référencement Repérage sous Google Maps Lancer saisie POINTS Boite de dialogue saisie Coordonnées 9 10 Vraie 14 Point repéré 11 12 13 Oui Non
  19. 19. Interface de QGIS Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Carte Topographique obtenue 15 Barre d’état | Cordonnées Ajouter une COUCHE Définir les paramètres de la couche vectorielle Ajouter les ATTRIBUTS 16 17
  20. 20. Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Accès aux propriétés 18 Boite de dialogue propriétés Définir le nom de la couche Définir la référence 19
  21. 21. Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Accès aux STYLES 20 Type de fonds Attribut représenté Nombre de classes Basculer le mode édition Edition d’objets polygones 21
  22. 22. Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Bassin Djorf Torba (Nov 2015) 18 Définir les limites de l’entité Définir les valeurs des attributs de l’entité Entité obtenue Panneau COUCHES 22 23 24
  23. 23. Calculette Initier le projet et le paramétrer Saisir le support de base et le géo-référencer Définir les couches, les symboles, les attributs et les saisir Interroger le système d’information consolidé. Opérations & Manipulations Bassin : Surface totale estimée à 19.706 km² (eau) + 32.569 km² Les traitements dépendent, généralement des opérations consignées par le cahier des charges. L’interrogation est fonction aussi : • Du nombre de couches • De la richesse en attributs • De la signification des valeurs des attributs saisis • De la catégorie de la représentation escomptée. 26 Sélection de l’entité Calcul de surface25 27
  24. 24. Etudes de cas Sur une application SIG, beaucoup de cas de traitement peuvent être considérer. Interface de USGS Web (Vue de béchar) Interface de ArcGIS Web (Vue de Béchar) Image Google Earth (Vue de Djorf Torba) Interface GIS Cloud Web Mobile
  25. 25. Etudes de cas Pour les wilayas de notre pays; en l’occurrence Béchar, de très grandes études urgentes sont en attente, elle concernent spécifiquement, les besoins suivants : - Carte départementale (Wilaya/Wilaya déléguée) officielle. - Carte sectorielle (Domaine industriel) - Carte fonctionnelle (Zone fonctionnelle) - Estimation de l’étendue du désert (Désertification) - Caractérisation du patrimoine - Carte ressources minières - Carte des zones humides & des cours d’eau - Carte géologique, sismique & hydrologique - Carte ressources énergétiques - Carte routes & Infrastructures transport - … Carte départements (Wilayas)
  26. 26. Etudes de cas (exemple I) Carte Départementale (Wilayas/Wilayas déléguées) officielle. Identification : Une carte départementale, situe d’une manière officielle et juridique les délimitations du département considéré sur le territoire national. Elle est identifiée par une dénomination, un territoire départemental (délimité par rapport à la région, aux frontières avec les autres entités). Cette même zone est caractérisé par une population (répartie entre le siège –capitale de la région- du département et les sous zones limitrophes), une identité (culturelle et géographique) et une couverture (une faune et une flore). En termes d’activités, ce département est lié à des ressources qualifiant la richesse de son sur/sous sol, ce qui permet d’envisager l’existence d’activités humaines (Services, Industrielle, Agriculture ou autre). Cette activité dénombre, la spécialisation du département. Les éléments mis en évidence, constituent les attributs qui qualifieront chaque Wilaya (département sur une carte dans un logiciel SIG).
  27. 27. Donc chaque Wilaya est définie officiellement (Pour une utilisation SIG administrative) par : Identification (le type de données de chaque attribut): Identifiant : (Cet attribut est composé de Code légal, Latitude, Longitude, Altitude) Dénomination : Appellation Territoire : (Cet attribut est composé de Surface, Limites) Population : (Cet attribut est composé de Nombre, Tributs, Langue parlée) Identité : (Cet attribut est composé de Géographie, Ethnologie) Faune : (Cet attribut est composé de Famille, Nombre moyen) Flore : (Cet attribut est composé de famille, Etendue). Spécialisation : (Cet attribut est composé de Type, Taux d’intégration) L’identification finale dénombre les attributs SIG suivant : Code légal (A), Latitude (F), Longitude (F), Altitude (F), Dénomination (A), Surface (F), Limites (A), Nombre habitants (N), Tributs (A), Langue parlée (A), famille Géographique (A), Famille ethnologique (A), Famille faune (A), Nombre moyen faune (N), Famille flore (A), Etendue moyenne flore (F), Activité spécifique (A), Taux d’intégration (F). Etudes de cas (exemple)
  28. 28. Donc chaque Wilaya est définie officiellement par . Récapitulant (le type de données de chaque attribut): L’identification finale dénombre les attributs SIG suivant : 1. Code légal (A), 16. Etendue moyenne flore (F), 2. Latitude (F), 17. Activité spécifique (A), 3. Longitude (F), 18. Taux d’intégration (F). 4. Altitude (F), 5. Dénomination (A), 6. Surface (F), 7. Limites (A), 8. Nombre habitants (N), 9. Tributs (A), 10. Langue parlée (A), 11. Famille Géographique (A), 12. Famille ethnologique (A), 13. Famille faune (A), 14. Nombre moyen faune (N), 15. Famille flore (A), Etudes de cas (exemple I) Sur le substrat de base, une couche est ajoutée avec les définitions des attributs ci-contre. Selon la spécificité de l’étude finale escomptée, des couches peuvent être insérées afin de segmenter, d’une manière ordonnée, les informations à recueillir et ainsi permettre des interrogations intelligentes.
  29. 29. Etudes de cas (exemple I) Sur le site Internet du Ministère des travaux Publics Date et heure Richesse des information fait que la base de données SIG résultante augmente dons son caractère d’interopérabilité et permet, en conséquence, une collaboration étendue entre plus d’un intervenant. C’est le caractère attendu d’un SIG. Cours d’eau, étude sur GIS Cloud
  30. 30. Etudes de cas (exemple I) https://www.google.dz/maps/place/Béchar Repérage dans Google maps Cette même carte peut faire objet de couche additionnelle dans QGIS. Nus pouvons déterminer les coordonnées exactes GPS de chaque point des frontières et ainsi charger ces nœuds correspondants dans QGIS. Ce qui donnera pour la couche DEPARTEMENT, un sens informatif relatif à la requête faite en premier lieu. Il faut ajouter à URL …/maps/place/wilaya+X X étant la dénomination de la Wilaya à considérer.
  31. 31. Etudes de cas (exemple I) Sur le site Internet du Ministère des travaux Publics Date et heure Richesse des information fait que la base de données SIG résultante augmente dons son caractère d’interopérabilité et permet, en conséquence, une collaboration étendue entre plus d’un intervenant. C’est le caractère attendu d’un SIG. Saisie des attributs
  32. 32. Etudes de cas (exemple I) Entité saisie Chargement des attributs
  33. 33. Etudes de cas (exemple I) Beaucoup d’établissements fournissent les données SIG. Ce sont des serveurs d’OpenData pour des profits non commerciaux. La liste suivante montre une foule de serveurs en ligne qui peuvent délivrer des données qui concernent des zones spécifiques. Natural Earth - Vector Natural Earth - Raster Global Map DIVA-GIS Country Data (probablement le plus simple) UNEP GEOdata Koordinates MapCruzin European Environment Agency … DIVA GIS plateforme
  34. 34. Etudes de cas (exemple I) Pour le cas d’étude du découpage départemental (Wilaya), Les données existantes en ligne permettent de faciliter la tâche. Les couches (calques) suivants sont téléchargeables à volonté. - Administrative - Population - Les altitudes max - L’eau - Les cours d’eau - Les routes - Les chemins de fer - Places avec nom & coordonnées - … Choix du pays Choix du critère Liste des couches Délimitation administrative Mondiale
  35. 35. Etudes de cas (exemple I) Pour le cas d’étude du découpage départemental (Wilaya), Découpage Administratif Wilaya avec mention de la désignation Sur la base de 48 Wilayas Table des attributs
  36. 36. Etudes de cas (exemple I) La couche cours d’eau et réservoir naturel d’eau Wilaya avec mention de la désignation Paramètre de Oued Guir Zoom sur la Wilaya de Béchar Zone de Oued Guir
  37. 37. Etudes de cas (exemple I) La couche cours d’eau et réservoir naturel d’eau en plus des infrastructure routes. Algérie vue avec ses routes Route nationale No 6 Algérie vue avec ses réservoir d’eau
  38. 38. Etudes de cas (exemple I) La couche infrastructure des chemins de fer. Voie Béchar Algérie vue avec ses voies de Chemins de fer, à remarquer la distribution entre Nord et Sud.
  39. 39. Etudes de cas (exemple I) La couche altitudes Algérie vue avec ses altitude de 50 à 1541m La chaine montagneuse El Atlas Sud A remarquer l’utilisation des couleurs selon l’intensité
  40. 40. Etudes de cas (exemple I) La couche distribution de la population sur le territoire national e Nord-Africain. Algérie vue selon la répartition des habitants Répartition faite sur échelle de 0-186 habitants.
  41. 41. Etudes de cas (exemple II) Un autre catégorie de traitement passible d’être effectuer sur QGIS et ses environnement logiciel. En terme de personnalisation, le travail sur la caractérisation des couches vecteurs et leurs attributs, améliore distinctement le rendu global de la carte finale à obtenir et de l’utilisation à faire avec. Type de source : Répertoire Choix du chemin Sélection de la couche administrative (Wilaya) Algérie vue administrative par Wilaya Le résultat obtenu représente la répartition en Wilaya avec une texture unie. Cette organisation peut être structurée par rapport à l’intensité de valeur d’un attribut donné à choisir.
  42. 42. Etudes de cas (exemple II) Le choix du type de représentation est d’une importance énorme pour atteindre un niveau de pertinence et de visibilité élevé. Les choix multiple d’une catégorie de remplissage, du symbole et de ses tons, déterminera le rendu final. Paramètres linguistique Symbologie Motif de remplissage courant Choix de la couleur
  43. 43. Etudes de cas (exemple II) Le choix du type de représentation est d’une importance énorme pour atteindre un niveau de pertinence et de visibilité élevé. Les choix multiple d’une catégorie de remplissage, du symbole et de ses tons, déterminera le rendu final. Motif de remplissage courant Choix de la palette de couleur Sélection symbologie Critère de classement parmi attributs
  44. 44. Etudes de cas (exemple II) Le choix du type de représentation est d’une importance énorme pour atteindre un niveau de pertinence et de visibilité élevé. Les choix multiple d’une catégorie de remplissage, du symbole et de ses tons, déterminera le rendu final. Attributs Opérations Valeurs Requête SQLFiltrage des sous couches Wilaya de Béchar (filtrée)
  45. 45. Etudes de cas (exemple II) Le choix du type de représentation est d’une importance énorme pour atteindre un niveau de pertinence et de visibilité élevé. Les choix multiple d’une catégorie de remplissage, du symbole et de ses tons, déterminera le rendu final. Chargement couches eau Requête SQL Wilaya de Béchar (filtrée) Avec cours d’eau
  46. 46. Etudes de cas (exemple II) L’étiquetage et les requête sélective permettent d’avoir un rendu personnalisé Caractéristiques Wilaya de Béchar (filtrée) Avec cours d’eau Etiqueté Requête SQL EtiquêteEtiquète
  47. 47. Etudes de cas (exemple II) La décoration cartographique permet de préparer la carte obtenu pour l’édition Paramètres de visibilité Copyright Echelle Direction Nord Aperçu Wilaya de Béchar (filtrée) (cours d’eau) avec Décoration cartographique
  48. 48. Etudes de cas (exemple II) Le composeur prépare les vues à imprimer ou sauvegarder en tant que fichiers PDF, Image ou SVG Copyright Direction Nord Aperçu Panneau de paramétrage Instanciation de nouveau composeur Wilaya de Béchar (filtrée) (cours d’eau) avec Reprise sous composeur de carte
  49. 49. Etudes de cas (exemple III) Méthodologie de traitement de cas par les SIG : L’aboutissement d’un plan de charges établi en raison d’une requête dont le sujet est relatif à la résolution d’une question ayant trait à une modélisation graphique où les objets sont liés à un géo-référencement, est beaucoup dépendant de la méthodologie de prise en main du sujet. Les carte des altitudes sont d’une grande importance. Choix de l’endroit à acquérir en tant que zone à interêt Base de données Japonaise pour les DEM Base de données Américaine pour les DEM
  50. 50. Etudes de cas (exemple III) Les cartes DEM (Data Elevation Model), c’est des cartes qui décrivent la situation des altitudes Fenêtre de Google Earth avec cadrage sur la ville de Béchar. Traces des points sélectionnés Outils (PATH) pour le Ajout et traçage de pistes Définition de la nouvelle piste BECHAR
  51. 51. Etudes de cas (exemple III) Les cartes DEM (Data Elevation Model) Valeur des altitudes NULLE Mise à jour des Altitudes/Internet Colonne des Altitudes mises à jour Wilaya de Béchar (filtrée) (cours d’eau) avec Reprise sous composeur de carte Données importées dans MS Excel (Lat, Long, Alt)
  52. 52. Etudes de cas (exemple III) Les données saisies dans des fichiers sont victimes de la personnalisation des paramètres régionaux du système d’exploitation. Instanciation de nouvelle couche à partir d’un fichier CSV Données exportés de MS Excel (Lat, Long, Alt) Colonnes de données importées Séparateur (;) du fichier BECHAR.csv Bouton CSV barre d’outils
  53. 53. Etudes de cas (exemple III) Points saisis, reportés dans QGIS Attribut référence Sauvegarde de la grille dans DEM.tif Application script de discrétisation Résultat après calcul selon le script choisi Résultat après choix de l’attribut de couleur dans un dégradé
  54. 54. Etudes de cas (exemple III) Choix du script de calcul des contours Couche grille Nouveau attribut : ELEVATION Séparation des lignes équipotentielles Résultat après le calcul des contoursDernier résultat
  55. 55. Etudes de cas (exemple III) Résultat avec étiquetage: Altitude Résultat tel qu’il apparaîtra sur Composeur de carte Statistiques/Altitudes
  56. 56. Etudes de cas (exemple IV) Le mode serveur repose sur les mêmes librairie du projet QGIS en adoptant le profil de WMS (Web Map Service) publié par l’Open Geospatial Consortium (OGC). QGIS offre encore un service WFS (Web Feature Service) Le service déployé est interrogeable par des requêtes HTTP, envoyées via un navigateur Internet. Il reçoit l’objet de la demande et y répond en envoyant une image RASTER des cartes de sa base de données dont il dispose. Les cartes sont préparées d’avance dans QGIS ou tout autre application capable de faire des traitements et des génération de carte personnalisables. Toute ou partie de ces carte sera servie via protocole HTTP sur Internet, faisant profiter, ainsi, le client de toute la mobilité des consultations des cartes. S’autres plateforme existent telles que : Leaflet Openlayers 3 Geoserver MapServer GIS Cloud …
  57. 57. Etudes de cas (exemple IV) Pour l’installation (sous Windows) L’installateur personnalisé offre la particularité de choisir les options à ajouter à un projet d’installation.
  58. 58. Etudes de cas (exemple IV) WOLFRAM Mathematica Online offre un plateforme de manipulation des carte au sens des SIG très élaborée. Elle permet, à l’aide d’un ensemble de requête MACROs, de fournir des cartes issues de la base de données Internationales
  59. 59. Conclusions De nos jours, avec l’augmentation de l’utilisation de l’ordinateur individuel/portable, les SIGs sont devenus accessibles en version bureau, serveur ou même sur appareils mobiles. Les applications SIG se réfèrent à tous les aspects de gestion et d’utilisation de données orientés domaines par projection géographiques numériques. L’outil SIG reste jusqu’à lors, un outil préféré pour la conception des idées et des simulations de situations imaginées selon des stratégies locales ou globales.
  60. 60. MERCI POUR VOTRE ATTENTION Fin du sixième chapitre (Partie : Elements de QGIS) Comme nous utilisons un traitement de texte pour écrire des documents et traiter des mots sur un ordinateur, nous pouvons utiliser une application SIG pour traiter l’information spatiale sur un ordinateur. SIG est synonyme de ‘système d’information géographique’.
  61. 61. Références L.-V. Bertallanfy, ‘General System Theory’, Edition MASSON, 1972. http://math.15873.pagesperso-orange.fr/WGS84Notice.html https://confluence.qps.nl/pages/viewpage.action?pageId=29855173 http://www.unoosa.org/pdf/icg/2012/template/WGS_84.pdf http://astrodinamica.altervista.org/ESU/chap02.htm http://docs.qgis.org/2.2/fr/docs http://www.portailsig.org/content/qgis-2-script-et-methode-pour-faire-du- georeferencement-vectoriel http://www.osgeo.org/ http://geoserver.org/ http://openlayers.org/ http://www.mapserver.org/ http://mapguide.osgeo.org/ http://www.osgeo.org/mapbuilder https://en.wikipedia.org/wiki/World_Geodetic_System http://gis.stackexchange.com/questions/80533/which-of-egm96-geoid-or-wgs84- ellipsoid-fits-the-earth-better Date de consultation 02/11/2015

×