Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
REPUBLIQUE DU BENINSTRATEGIE DE CROISSANCE POUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE       (SCRP 2011-2015)            Décembre 2010
Sommaire                                                              SOMMAIRELISTE DES TABLEAUX ............................
Sommaire     6.2. PROMOTION D’UNE EDUCATION DE DEVELOPPEMENT.................................................................
Liste des tableaux                                               LISTE DES TABLEAUXTableau 1 : Différentes formes de pauvr...
Liste des figures                                                   LISTE DES FIGURESFigure 1: Les différentes facettes de...
Sigles et abréviations                                   SIGLES ET ABREVIATIONSADMA                     :        Agence de...
Sigles et abréviations    CQP                      :   Certificat de Qualification Professionnel    CSPEF                 ...
Sigles et abréviationsONG                      :        Organisation Non GouvernementaleOSD                      :        ...
Sigles et abréviations      SBEE                     :   Société Béninoise de l’Energie Electrique      SCRP              ...
Résumé exécutif                             RESUME EXECUTIF       Depuis 1999, le Bénin s’est engagé                ment (...
Résumé exécutif              les choix stratégiques opérés par         mique et des déterminants de la mobi-              ...
Résumé exécutif      • la promotion de l’économie                       Gouvernement et huit Partenaires        locale en ...
Résumé exécutif           • l’efficacité interne du système                   L’objectif global de la SCRP 2011-          ...
Résumé exécutif      • la dynamisation du secteur privé                       • les infrastructures énergétiques ;       e...
Résumé exécutif             • la maîtrise de la croissance                       • le renforcement de la gouvernance      ...
Résumé exécutifqui frappe plus les espaces ruraux que                   scénarii :les espaces urbains, de l’accès inégal  ...
Résumé exécutif     l’environnement des affaires, résultant                             répond à la priorité que le Gouver...
Résumé exécutifInternational. Il projette un taux de                    participation du secteur privé au finan-croissance...
Introduction                                INTRODUCTION         1. La République du Bénin s’est                giques de ...
Introduction    La démarche méthodologique mise en                             d’Actions Prioritaires (PAP) de la    œuvre...
Première partie : Diagnostic stratégique                                           PREMIERE PARTIE              DIAGNOSTIC...
4    Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté          C H A P IT R E                              1              ...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté          1.1. DIMENSIONS ET PROFIL                      trois vivent...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvretéFigure 1 : les différentes facettes de la pauvreté en 2009           ...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté    1.1.3. Une pauvreté inégalement repartie                     des ...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté       14.   A l’échelle communale, la                       1.2. EVO...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté     Figure 3 : Evolution de la pauvreté (en pourcentage)            ...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.2. Une évolution de la pauvreté qui                  nages dirigé...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté        Tableau 2 : Profil de la pauvreté au Bénin                   ...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.3 L’ANALYSE DE LA MOBILITE DANS LA                             me...
Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté      Figure 5-1 : Mobilité absolue 2006-2007        0.23        0.22...
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011

3,876 views

Published on

Benin National Strategy

Published in: Business, Travel
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011

  1. 1. REPUBLIQUE DU BENINSTRATEGIE DE CROISSANCE POUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE (SCRP 2011-2015) Décembre 2010
  2. 2. Sommaire SOMMAIRELISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................................... VLISTE DES FIGURES ............................................................................................................................. VIISIGLES ET ABREVIATIONS .................................................................................................................. IX XIIIRESUME EXECUTIF...................................................................................................................................INTRODUCTION ................................................................................................................................. 1PREMIERE PARTIE : PERFORMANCES ECONOMIQUES ET SOCIALES RECENTES................................ 3CHAPITRE 1 : DYNAMIQUE ET DETERMINANTS DE LA PAUVRETE .................................................... 51.1. DIMENSIONS ET PROFIL DE LA PAUVRETE AU BENIN .............................................................. 61.2. EVOLUTION ET MOBILITE DANS LA PAUVRETE ........................................................................ 91.3. CROISSANCE, INEGALITES ET PAUVRETE AU BENIN .............................................................. 151-4. SYNTHESE : LES FACTEURS DECISIFS EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AU BENIN .................................................................................................................................. 17CHAPITRE 2 : PERFORMANCES ECONOMIQUES ET SOCIALES RECENTES ................................... 192-1. SITUATION DU CADRE MACROECONOMIQUE ....................................................................... 192-2. PRINCIPAUX RESULTATS ACQUIS AU NIVEAU DU DEVELOPPEMENT HUMAIN ...................... 272-3. PROGRES REALISES EN TERMES DE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ..................... 302-4. PERFORMANCES DANS LA PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE .......................... 312-5. ACQUIS ET INSUFFISANCES DES POLITIQUES DE DECENTRALISATION ET D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ......................................................................................................................... 322-6. PROGRES VERS LA REALISATION DES OMD AU BENIN ........................................................... 33CHAPITRE 3 : CONTRAINTES ET DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU BENIN ...................................... 373.1. LES CONTRAINTES ...................................................................................................................... 373.2. LES DEFIS CRITIQUES .................................................................................................................. 39DEUXIEME PARTIE : AXES OPERATIONNELS ................................................................................... 43CHAPITRE 4 : ACCELERATION DURABLE DE LA CROISSANCE ET DE LA TRANSFORMATIONDE L’ECONOMIE ............................................................................................................................ 494-1. CONSOLIDATION DU CADRE MACROECONOMIQUE ........................................................... 494.2. DYNAMISATION DU SECTEUR PRIVE ET DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRISE .......................... 514.3. DIVERSIFICATION DE LECONOMIE ......................................................................................... 544.4. PROMOTION DE L’INTEGRATION REGIONALE ET DE L’INSERTION DANS LES RESEAUX MONDIAUX .............................................................................................................................. 66CHAPITRE 5 : DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ............................................................... 695.1. INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT ......................................................................................... 705-2. INFRASTRUCTURES ENERGETIQUES ........................................................................................ 735.3. INFRASTRUCTURES DES TIC ...................................................................................................... 765-4. INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES ET D’ASSAINISSEMENT .................................................... 785.5. BATIMENT ET URBANISME .......................................................................................................... 80CHAPITRE 6 : RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN ................................................................... 836.1. MAITRISE DE LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE ............................................................... 84 IIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  3. 3. Sommaire 6.2. PROMOTION D’UNE EDUCATION DE DEVELOPPEMENT............................................................... 86 6.3. AMELIORATION DE L’ACCESSIBILITE ET DE LA QUALITE DES SERVICES DE SANTE ............... 91 6.4. ALIMENTATION ET NUTRITION ......................................................................................................... 98 6.5. PROMOTION D’EMPLOIS DURABLES ET DECENTS .................................................................. 99 6-6. LA REDUCTION DES INEGALITES DE GENRE ................................................................................ 100 6-7. RENFORCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE .................................................................... 101 6-8. PROMOTION DE L’EPANOUISSEMENT DES JEUNES ET LES LOISIRS ............................................. 107 CHAPITRE 7: RENFORCEMENT DE LA QUALITE DE LA GOUVERNANCE ....................................... 109 7.1. RENFORCEMENT DE LA QUALITE DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ....................... 110 7.2. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE ADMINISTRATIVE ................................................... 113 7.3. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE POLITIQUE ................................................................. 114 7.4. PROMOTION DE LA SECURITE ET DE LA PAIX .................................................................................. 115 7.5. AMELIORATION DE LA GOUVERNANCE DE LINFORMATION STATISTIQUE ................................. 117 7.6. PROMOTION DES DROITS HUMAINS ET RENFORCEMENT DES CAPACITES JURIDIQUES DES PAUVRES ........................................................................................................................... 117 7-7. RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE ......................................... 119 CHAPITRE 8 : DEVELOPPEMENT EQUILIBRE ET DURABLE DE L’ESPACE NATIONAL ...................... 121 8.1. RENFORCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION ET DE DECONCENTRATION .............. 122 8.2. CONSOLIDATION DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE POUR UNE ECONOMIE REGIONALE ET LOCALE DYNAMIQUE ..................................................................................... 126 8.3. POURSUITE DE LA REFORME FONCIERE ................................................................................. 129 8.4. PROMOTION DES ESPACES FRONTALIERS ................................................................................. 130 8.5. GESTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES NATURELLES ET AMELIORATION DU CADRE DE VIE .................................................................................................................... 130 8.6. GESTION DES CATASTROPHES ET RISQUES NATURELS ............................................................ 133 TROISIEME PARTIE : CADRE DE MISE EN OEUVRE DE LA STRATEGIE .............................................. 135 CHAPITRE 9 : PRINCIPES DIRECTEURS, AGENDA DE MISE EN OEUVRE ET IMPLICATION MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE ................................................................. 137 9-1. PRINCIPES DIRECTEURS ............................................................................................................ 137 9-2. AGENDA DE MISE EN OEUVRE ................................................................................................ 140 9-3. CADRAGE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE ............................................................... 142 9-4. IMPACTS DU CADRAGE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE SUR L’ATTEINTE DES OMD ET LA PAUVRETE .................................................................................................... 152 CHAPITRE 10 : MECANISME DE SUIVI ET DE L’EVALUATION DE LA STRATEGIE ................................ 155 10-1. CADRE INSTITUTIONNEL DE SUIVI ET DE L’EVALUATION DE MISE EN OEUVRE ..................... 155 10-2. MECANISME DE SUIVI DE LA MISE EN OEUVRE .................................................................... 158 10-3. SYSTEME D’EVALUATION DES PERFORMANCES ................................................................... 160 10-4. RENFORCEMENT DES CAPACITES DES STRUCTURES DU DISPOSITIF DE SUIVI ET DE L’EVALUATION ...................................................................................................................... 163 CONCLUSION .................................................................................................................................... 165 ANNEXES : ........................................................................................................................................ 167IV Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  4. 4. Liste des tableaux LISTE DES TABLEAUXTableau 1 : Différentes formes de pauvreté suivant les départements en 2007 ....................... 8Tableau 2 : Profil de la pauvreté au Bénin ..................................................................................... 12Tableau 3-1 : Matrice de transition 2006-2007 ………………………….......................................... 15Tableau 3-2 : Matrice de transition 2007-2009 ………………………….......................................... 16Tableau 4 : Evolution de lindice des inégalités au Bénin………………………............................. 17Tableau 5 : Décomposition de la variation de pauvreté en composantes de croissance (C) et de redistribution (R) sur la période 2006-2007 ........................................................ 17Tableau 6 : Evolution des contributions sectorielles au taux de croissance de 2007 à 2009 ........ 21Tableau 7 : Evolution des agrégats budgétaires de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) ............... 24Tableau 8 : Evolution de l’encours de la dette extérieure du Bénin (en milliards FCFA) .......... 25Tableau 9 : Le commerce extérieur (% du PIB) ............................................................................. 25Tableau 10 : Situation monétaire de 2007 à 2009 (en milliards FCFA) ........................................ 26Tableau 11 : Aperçu des contraintes recensées selon chaque OMD ....................................... 35Tableau 12 : Evolution des croissances sectorielles de 2010-2015 ...............................................144Tableau 13 : Evolution des recettes et dépenses (en % du PIB) ..................................................145Tableau 14 : Structure du financement du déficit budgétaire (en %) ........................................146Tableau 15 : Evolution des indicateurs de viabilité de la dette publique (%) ........................... 147Tableau 16 : Répartition sectorielle des allocations budgétaires sur la période 2011-2015 .....149Tableau 17 : Indicateurs macroéconomiques du scénario alternatif (en %PIB) ....................... 150Tableau 18 : Impact des différents scénarii sur les indicateurs OMD ..........................................151Tableau 19 : Impact des différents scénarii sur les indices de pauvreté ....................................152Tableau 20 : CDMT Scénario SCRP3 ................................................................................................174Tableau 21 : CDMT Scénario Alternatif ...........................................................................................175Tableau 22 : Programme des opérations denquêtes ................................................................. 176 VStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  5. 5. Liste des figures LISTE DES FIGURESFigure 1: Les différentes facettes de la pauvreté en 2007 ............................................................ 7Figure 2 : Ampleur des différentes facettes de pauvreté par milieu de résidence ...................... 7Figure 3 : Evolution de la pauvreté ( en pourcentage) ................................................................ 10Figure 4 : Répartition du noyau dur de la pauvreté au Bénin en 2007 et 2006 (en pourcentage) .............. 10Figure 5-1 : Mobilité absolue 2006-2007 ............................................................................................14Figure 5-2 : Mobilité absolue 2007-2009 ............................................................................................14Figure 6 : Evolution du taux de croissance économique .............................................................. 20Figure 7 : Evolution du taux d’inflation en glissement annuel de 2000 à juillet 2009 ................. 22Figure 8 : Cadre conceptuel de la SCRP 3 .................................................................................... 48Figure 9 : Les pôles de croissance du Bénin .....................................................................................55Figure 10 : La filière agricole au Bénin ............................................................................................. 58Figure 11 : Cartographie du potentiel de développement de la pisciculture au Bénin ............60Figure 12 : Principales zones à caractère touristique au Bénin ..................................................... 62Figure 13 : Cartographie des zones dactivités artisanales au Bénin ........................................... 63Figure 14 : Potentiel béninois en matériaux de construction ........................................................ 65 162Figure 15 : Dispositif de suivi et d’évaluation pour la SCRP 3 ........................................................ 170Figure 16 : Architecture du MOSARE .................................................................................................Figure 17 : Indicateurs de viabilité de la dette publique ..............................................................173 VIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  6. 6. Sigles et abréviations SIGLES ET ABREVIATIONSADMA : Agence de Développement de la Mécanisation AgricoleADSL : Asymmetric Digital Subcriber lineAEP : Approvisionnement en Eau PotableANJE : Alimentation du Nourrisson et du Jeune EnfantAPAH : Agence d’ Aménagement des périmètres hydroagricolesAPE : Accords de Partenariat EconomiqueAPIEx : Agence de Promotion des Investissements et des ExportationsBCEAO : Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’OuestBT-SA : Bénin Télécom - Société AnonymeBOT : Build, Operate, TransfertBOOT : Build, Own, Operate, TransfertBTP : Bâtiments Travaux PublicsCAD : Conférence Administrative DépartementaleCADHP : Charte Africaine des Droits de l’Homme et des PeuplesCAME : Centrale d’Achat des Médicaments EssentielsCCC : Communication pour un Changement de ComportementCCIB : Chambre de Commerce et d’Industrie du BéninCCNUCC : Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements ClimatiquesCCP : Courbe d’Indice de Croissance de la PauvretéCDCC : Conseil Départemental de Concertation et de CoordinationCDMT : Cadre de Dépenses à Moyen TermeCEB : Communauté Electrique du BéninCEN-SAD : Communauté des Etats Sahélo-SahariensCES : Conseil Economique et SocialCGI : Code Général des ImpôtsCNE : Caisse Nationale d’EpargneCNM : Comité National de la MicrofinanceCNUCED : ConférencedesNationsUniessurleCommerceetleDéveloppementCONAFIL : Commission Nationale des Finances LocalesCOTEB : Compagnie Textile du Bénin IXStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  7. 7. Sigles et abréviations CQP : Certificat de Qualification Professionnel CSPEF : Cellule de Suivi des Programmes Economiques et Financiers DEPOLINA : Déclaration de Politique Nationale d’Alphabétisation et d’Education des Adultes DEPOLIPO : Déclaration de Politique de Population DGAE : Direction Générale des Affaires Economiques DGFRN : Direction Générale des Forêts et des Ressources Naturelles DPC : Direction de la Prévision et de la Conjoncture DPM : Direction des Pharmacies et médicaments EDP : Espace de Développement Partagé EEM : Evaluation des Ecosystèmes du Millénaire EES : Evaluation Environnementale Stratégique EMICOV : Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de Vie des Ménages EPE : Equivalent Point d’Eau FADeC : Fonds d’Appui au Développement des Communes FCFA : Franc de la Communauté Financière d’Afrique FIAT : Fonds d’Initiation à l’Aménagement du territoire FNM : Fonds National de la Microfinance GAR : Gestion Axée sur les Résultats GES : Gaz à Effet de Serre GSM : Global System for Mobile Communication IADM : Initiative d’Allègement de la Dette Multilatérale IFU : Identifiant Fiscal Unique IHPC : Indice Harmonisé des Prix à la Consommation INSAE : Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique IST : Infections Sexuellement Transmissibles LNCQ : Laboratoire National de Contrôle de la Qualité LOLF : Loi Organique relative à la Loi de Finance MCA : Millenium Challenge Account MEF : Ministère de l’Economie et des Finances MILD : Moustiquaire Imprégnée à Longue Durée d’Action NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication OCS : Observatoire du Changement Social OMC : Organisation Mondiale du Commerce OMD : Objectifs du Millénaire pour le DéveloppementX Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  8. 8. Sigles et abréviationsONG : Organisation Non GouvernementaleOSD : Orientations Stratégiques pour le DéveloppementPAE : Plan d’Action EnvironnementalPAGU : Programme d’Appui à la Gestion UrbainePANA : Programme d’Action d’Adaptation aux changements climatiquesPANAR : Programme National d’Alimentation et de Nutrition Axé sur les RésultatsPANF ; Plan d’Actions National sur la FouillePANLCD : Plan d’Action Nationale de Lutte Contre la DésertificationPAP : Programme d’Actions PrioritairesPDC : Plan de Développement CommunautairePDDI : Plan Départemental de Développement IntersectorielPDDSE : Plan Décennal de Développement du Secteur de l’EducationPEV : Programme Elargi de VaccinationPHA : Promotion de l’Hygiène et de l’AssainissementPHC : Programme Habitat ConsommationPIB : Produit Intérieur BrutPME : Petites et Moyennes EntreprisesPNDCPGEM : Programme National de développement des Capacités pour la Gestion de l’Environnement MondialPNG : Position Nette du GouvernementPNGDRN : Plan National de Gestion Durable des Ressources NaturellesPNGE : Plan Nationale de Gestion EnvironnementalePONADEC : Politique Nationale de Décentralisation et DéconcentrationPPP : Partenariat Public PrivéPSDAN : Plan Stratégique de Développement de l’Alimentation et : de la NutritionPSRSA : Plan Stratégique de Relance du Secteur AgricolePTF : Partenaire Technique et FinancierPUASA : Programme d’Urgence d’Appui à la Sécurité AlimentaireRAMU : Régime d’Assurance Maladie UniversitaireRGPH : Recensement Général de la Population et de l’HabitatSASDE : Stratégie d’Accélération de Suivie et de Développement de l’Enfant XIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  9. 9. Sigles et abréviations SBEE : Société Béninoise de l’Energie Electrique SCRP : Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté SDE : Services Déconcentrés de l’Etat SIEF : Système d’Information Ecologique et Forestier SIEP : Système d’Information pour l’Evaluation Permanente SITEX : Société Industrielle des Textiles SONEB : Société Nationale des Eaux du Bénin SRP : Stratégie de Réduction de la Pauvreté SSC : Schéma de Services Collectifs STAD : Schéma Territorial d’Aménagement et de Développement TIC : Technologie de l’Information et de la Communication TVA : Taxe sur Valeur Ajoutée UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine US : United States VHF : Very High Frequency VIH SIDA : Virus d’Immuno-déficience Humain/Syndrome d’Immuno- Déficience AcquisXII Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  10. 10. Résumé exécutif RESUME EXECUTIF Depuis 1999, le Bénin s’est engagé ment (OSD) définies par le Gouvernementdans l’élaboration et la mise en oeuvre en 2006. La SCRP 3 opérationnalisedes stratégies de réduction de la ces OSD à travers un cadre program-pauvreté. Après la Stratégie de Réduction matique, le Programme d’Actions Priori-de la Pauvreté Intérimaire (SRPI), taires (PAP).ébauchée en 2000, la Stratégie deRéduction de la Pauvreté (SRP 1) pour la 1 - DEMARCHE METHODOLOGIQUEpériode 2003-2005 a servi de cadre La démarche méthodologiquestratégique de référence et de dialogue d’élaboration de la SCRP 2011-2015 estavec les Partenaires Techniques et Financiers. structurée autour de six principalesLa Stratégie de Croissance pour la étapes, à savoir :Réduction de la Pauvreté (SCRP 2) pourla période 2007-2009 a permis de • l’évaluation à mi-parcours de lamaintenir le taux de croissance écono- SCRP 2007-2009 : cette évaluationmique autour de 4% en moyenne et a permis de faire ressortir etd’enregistrer des résultats significatifs d’analyser les forces et les faiblessesdans le secteur social, malgré les de la mise en oeuvre de la stratégiedifférents chocs qu’a subis le pays ces et d’en dégager les leçons pour ladernières années. SCRP 2011-2015 ; • le forum national sur la SCRP La présente stratégie (SCRP 2011-2015 : les échanges au cours2011-2015), qui couvre le quinquennat du forum ont permis d’obtenir un2011-2015, est le résultat d’un large consensus sur les grandes orientationsprocessus participatif qui a associé et les grandes lignes de la SCRPétroitement, à chacune des étapes, 2011-2015, à soumettre au Gou-l’Administration publique, les opérateurs vernement ;économiques et la société civile. Elles’inspire de la vision de long terme • l’élaboration des orientationsdécrite dans les « Etudes Nationales de majeures de la SCRP 2011-2015 :Perspectives à Long Terme (ENPLT), cesorientations ont été adoptées"Bénin-Alafia 2025" » et s’appuie sur les par le Gouvernement en ConseilOrientations Stratégiques de Développe- des Ministres. Elles présentent XIIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  11. 11. Résumé exécutif les choix stratégiques opérés par mique et des déterminants de la mobi- le Gouvernement dans le cadre lité dans la pauvreté a été réalisée. Elle a de la SCRP 2011-2015 ; permis de cibler les populations pauvres et de déterminer les facteurs favorisant • les consultations départementales les entrées et sorties de la pauvreté. Au et nationales : elles ont permis de Bénin, plus d’une personne sur trois partager avec toutes les parties (35,21%) vivent en dessous du minimum prenantes, aux niveaux national vital et une personne sur trois (30,8%) et déconcentré, les orientations subit encore de nombreuses privations majeures de la SCRP 2011-2015 ; en termes de conditions d’existence et de patrimoine. • les travaux des groupes thématiques Une analyse de ces différentes de rédaction : ces groupes sont formes de pauvreté suivant les milieux composés des cadres de de résidence montre que la pauvreté l’Administration publique, des est un phénomène qui sévit plus en représentants de la société civile, milieu rural. L’analyse des facteurs du secteur privé et des PTF. Les explicatifs de la persistance de la résultats des travaux de ces pauvreté, de l’entrée et de la sortie de groupes ont servi de document la pauvreté montre l’importance du de base pour la rédaction de la niveau d’instruction, de la branche SCRP 2011-2015 ; d’activité, de l’accès au crédit, des infrastructures de base, du revenu initial comme des facteurs favorisant la réduction • les ateliers spécifiques sur les et la sortie de la pauvreté. En revanche, thèmes transversaux : ces ateliers la grande taille du ménage (08 personnes ont permis, d’une part, d’évaluer et plus) apparaît comme un facteur très la prise en compte dans la stratégie limitant la réduction et la sortie de la des thèmes transversaux, tels que pauvreté. le genre, le VIH/SIDA, la transition A cet égard, le Gouvernement démographique, l’environnement compte mettre en oeuvre des politiques et les droits humains et, d’autre de croissance économique accélérée part, de former les acteurs en et de redistribution susceptibles de conséquence. conduire à une réduction significative de la pauvreté et de donner une impulsion 2 - SITUATION DE LA PAUVRETE AU BENIN à la marche du Bénin vers la réalisation des Dans le souci de bâtir une straté- Objectifs du Millénaire pour le Dévelop- gie efficace, une analyse de la dyna- pement (OMD), à travers notamment :XIV Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  12. 12. Résumé exécutif • la promotion de l’économie Gouvernement et huit Partenaires locale en vue de permettre une Techniques et Financiers sur les appuis réduction de la pauvreté en budgétaires. Elle a également facilité les milieu rural ; approches programmes et des dispositifs communs de mise en oeuvre de l’aide • la maîtrise de la croissance tels que l’« Initiative Fast Track » dans le démographique, en liaison avec secteur de l’éducation, le « Pot Commun la forte corrélation entre la pauvreté Eau Potable » dans le secteur de l’eau, et la taille élevée des ménages ; le « Fonds d’Appui au Développement des Communes » dans le secteur de la • la réduction des inégalités de décentralisation et le « panier commun » genre ; pour l’appui au renforcement de l’appli- cation du genre dans les politiques et • le renforcement de la protection stratégies. sociale, surtout vis-àvis des L’évaluation à mi-parcours de la personnes âgées ; SCRP 2007-2009 a révélé que sur les trois années de sa mise en oeuvre, le • le renforcement des infrastructures taux de croissance annuel moyen a été de base ; de 4,0%, en progression par rapport au niveau de 3,3% obtenu sur la durée de • le renforcement de la politique mise en oeuvre de la SRP 1. Toutefois, ce de microcrédit en vue de permettre taux demeure en dessous du niveau l’accès des pauvres en occurence minimal de 7% requis pour atteindre les les femmes aux crédits. Objectifs du Millénaire pour le Dévelop- pement (OMD) et appelle à relever de 3 - LES ACQUIS DE LA MISE EN OEUVRE nombreux défis dans le cadre de la DE LA SCRP 2007-2009 SCRP 2011-2015, à savoir : La SCRP 2007-2009 a contribué au • l’amélioration du climat des affairesrenforcement du processus de mise en et de la qualité de la gouvernance ;oeuvre de la Déclaration de Paris sur • la diversification de l’économie ;l’efficacité de l’aide. Elle a consolidé ledialogue entre le Gouvernement et les • l’amélioration de l’entretien routierPartenaires Techniques et Financiers, à et l’aménagement des pistestravers les différentes revues sectorielles et rurales ;conjointes. Cette stratégie a notammentfavorisé la signature et la mise en • l’assainissement du secteur deœuvre d’un protocole d’accord entre le l’électricité ; XVStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  13. 13. Résumé exécutif • l’efficacité interne du système L’objectif global de la SCRP 2011- éducatif ; 2015 est l’amélioration des conditions de vie de la population. De manière • l’amélioration de la gouvernance spécifique, il est attendu, au terme de sa dans le domaine sanitaire ; mise en oeuvre, l’atteinte des OMD dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement • la mise en oeuvre efficace des de base, de l’enseignement primaire et projets et programmes dans les des soins de santé primaire ainsi que des secteurs prioritaires, notamment progrès significatifs au niveau des le relèvement des taux d’exécution autres Objectifs du Millénaire pour le du budget. Développement. Le contenu des cinq axes d’inter- 4 - LES PRINCIPAUX AXES D’INTERVENTON vention de la Stratégie de Croisance DE LA SCRP 2011-2015 pour la Réduction de la Pauvreté 2011-2015 est résumé comme ci-après : Les axes stratégiques retenus pour la SCRP 2011-2015 sont les mêmes que Axe 1 : Accélération durable de la ceux de la SCRP 2007-2009. Néanmoins, croissance et de la transformation de le contenu et l’étendue des domaines l’économie prioritaires de chacun des axes ont été renforcés, au regard d’une part, des Le taux de croissance économique déterminants et des facteurs explicatifs actuel (2,7% en 2009) demeure encore de la pauvreté au Bénin et, d’autre part, insuffisant pour faire face aux besoins des nouveaux défis et contraintes au fondamentaux de la population développement auxquels le pays est béninoise, dont le taux d’accroissement confronté. intercensitaire est de 3,25%. Ces Ainsi, des questions cruciales de per for mances insuffisantes découlent développement, comme l’emploi des en grande partie, de la faible diversification jeunes et des femmes, le désenclavement et du manque de compétitivité de des zones de production agricole, la l’économie. A cet égard, le Gouvernement promotion de la croissance économique est déterminé à accélérer les réformes rurale, le renforcement des capacités afin de diversifier l’économie et de juridiques des pauvres, la réduction des relever le taux de croissance à 7,5%, à inégalités de genre, la protection sociale l’horizon 2015. e t l a solidarité sont d évelopp és. De même, des thématiques relatives à Quatre domaines prioritaires l’organisation du monde rural, à la d’intervention directe sont retenus pour diversification agricole, à la transition intensifier la croissance, notamment : d é m o graphique et au changement • la consolidation du cadre climatique sont prises en compte. macroéconomique ;XVI Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  14. 14. Résumé exécutif • la dynamisation du secteur privé • les infrastructures énergétiques ; et le développement des entreprises ; •les infrastructures de commu- nication et des technologies de • la diversification de l’économie l’information et de la commu- par la promotion de nouvelles filières nication ; porteuses pour les exportations ; •les infrastructures hydrauliques et • la promotion de l’intégration d’assainissement ; régionale et de l’insertion dans les réseaux mondiaux. •le bâtiment et l’urbanisme.Axe 2 : Développement des infrastructures Axe 3 : Renforcement du capital humain Les infrastructures économiques En dépit des progrès réalisés dansjouent un rôle stratégique dans le la mise en oeuvre des différentes Stratégiesprocessus de développement. Elles de Réduction de la Pauvreté au courscontribuent à relier les opérateurs des dernières années, les performanceséconomiques aux marchés, à réduire économiques ne permettent pas deles coûts des facteurs, à améliorer la faire face efficacement à la demandecompétitivité de l’économie et aussi à sociale de plus en plus croissante, due auoffrir des services essentiels aux populations fort taux de croissance démographique.(accès aux routes, à l’eau potable, etc.) Cette évolution démographique, si ellequi déterminent la qualité de la vie. Les se maintient, nécessiterait des effortsinfrastructures contribuent donc à la fois supplémentaires en termes de valorisationà la croissance économique ainsi des ressources humaines et d’améliorationqu’à l’amélioration du cadre de vie de l’accès aux services sociaux de base.des populations. C’est pourquoi, le C’est pourquoi, le Gouvernement a faitGouvernement en a fait un axe du renforcement et de la valorisationopérationnel essentiel de la stratégie, qui des ressources humaines un pilier essentielse concrétisera à travers la mise en de la stratégie. Cet axe renforcera laoeuvre de grands travaux programmés sphère sociale, mais aussi le capitaldans le Programme d’Actions humain, et donc les fondements de laPrioritaires (PAP). croissance économique à moyen et long termes. Cinq domaines prioritairess o n t retenus d a n s l e s e c t e u r d e s Les programmes de la SCRPinfrastructures, à savoir : 2011-2015 pour le développement et la valorisation du capital humain • les infrastructures de transport ; s o n t regroupés en six domaines d’intervention prioritaires, à savoir : XVIIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  15. 15. Résumé exécutif • la maîtrise de la croissance • le renforcement de la gouvernance démographique ; politique ; • la promotion de l’éducation de • la promotion de la gouvernance développement ; statistique • l’amélioration de l’état sanitaire • la promotion de la gouvernance et nutritionnel de la population ; environnementale ; • la création d’emplois décents ; • la promotion de la sécurité et de la paix ; • la réduction des inégalités de genre ; • la promotion des droits humains et le renforcement des capacités • le renforcement de la protection juridiques des pauvres. sociale. Axe 5 : Développement équilibré et Axe 4 : Promotion de la qualité de la durable de l’espace national gouvernance La qualité de la gouvernance La construction de l’émergence constitue un facteur essentiel pour le économique au Bénin requiert le déve- succès des stratégies de promotion du loppement équilibré de l’ensemble du secteur privé, d’amélioration de la qualité territoire national. Ce développement de la dépense publique et des actions passe par la valorisation des ressources du Gouvernement. C’est pourquoi, au et potentialités locales, base de la création cours des cinq prochaines années, le d’emplois et de richesse, et par la réduction Gouvernement travaillera à renforcer la des disparités spatiales en matière d’in- qualité de la gouvernance pour accroître frastructures et d’équipements. Pour y l’efficacité dans la gestion des affaires parvenir, le Gouvernement a engagé publiques. Les programmes prioritaires des réformes et des actions dans plusieurs dans ce domaine concernent : domaines tels que la décentralisation- déconcentration, l’aménagement du • le renforcement de la qualité de territoire, le foncier et l’environnement. la gestion des finances publiques ; Malgré ces avancées, beaucoup reste à faire pour inverser les tendances • le renforcement de la gouvernance de la répartition inégale de la population administrative ; sur le territoire national, de la pauvretéXVIII Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  16. 16. Résumé exécutifqui frappe plus les espaces ruraux que scénarii :les espaces urbains, de l’accès inégal • un scénario central construitdes populations aux infrastructures et autour de la volonté du Gouver-équipements de base et du faible nement d’atteindre un taux dedynamisme de l’économie régionale et croissance de 7,5% en 2015, etlocale. A cet égard, le Gouvernement de réaliser les OMD dans lespoursuivra au cours de la période 2011-2015, secteurs clés de l’éducation, deles efforts déployés, à travers six do- la santé et de l’accès à l’eaumaines d’intervention prioritaires que potable ;sont : • un scénario alternatif correspondant • le renforcement du processus de au cadrage macroéconomique décentralisation et déconcentration ; du programme économique et financier appuyé par la Facilité • la consolidation de l’aménagement Elargie de Crédit (FEC), du Fonds du territoire pour une économie Monétaire International. régionale et locale dynamique ; Le scénario central • la poursuite de la réforme foncière ; La mise en oeuvre des axes opéra- • la promotion des espaces frontaliers ; tionnels devrait déboucher sur une croissance soutenue, dans un environne- • la gestion de l’environnement et ment marqué par la maîtrise de l’inflation des ressources naturelles et et la consolidation des finances publiques. l’amélioration du cadre de vie ; Le taux de croissance passerait de 3,6% en 2011 à 7,5% en 2015, soit une •la gestion des catastrophes et des croissance moyenne de 6,0% sur la risques naturels. période 2011-2015. Ce qui constitue un gain net de 2,0 points par rapport à5 - LE CADRAGE MACROECONOMIQUE l a SCRP 2007-2009. La croissance ET BUDGETAIRE r e n f o r cement des infrastructures de base et la poursuite des réformes Le cadrage macroéconomique structurelles contribueraient à l’améliorationet budgétaire a été faite en tenant de la production dans les secteurscompte des orientations stratégiques des services et des BTP. Par ailleurs,ainsi que des politiques macroéconomiques l’amélioration de la gouvernance et deet sectorielles retenues avec deux XIXStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  17. 17. Résumé exécutif l’environnement des affaires, résultant répond à la priorité que le Gouvernement de l’accélération des différentes réformes entend donner à l’éducation pour tous en cours, devrait permettre d’accroître et à l’investissement dans le capital les investissements privés. humain dans la mise en oeuvre de la SCRP 2011-2015. Les ressources consacrées Ce scénario est aussi caractérisé au domaine de la production et du par la consolidation des finances commerce représentent 12,3% des publiques, fondée sur la mise en oeuvre d o tations totales. Ces ressources de la fiscalité de développement, sur permettraient la mise en oeuvre efficiente l’élargissement de l’assiette fiscale, à travers des différentes stratégies de dévelop- l’extension de l’Identifiant Fiscal Unique pement des pôles de croissance identifiés (IFU) au secteur informel, sur la maîtrise dans l’Agenda vers une économie des exonérations fiscales et sur la dotation émergente. L’allocation pour le déve- des régies financières de moyens consé- loppement des infrastructures produc- quents. Le taux de pression fiscale1 tives passerait de 20,0% en 2011 à 28,3% connaîtrait une progression favorable, en 2015, soit une moyenne annuelle de passant de 18,5% du PIB en 2011 à 19,3% 24,3% sur la période. Les parts consacrées en 2015. En conséquence, le déficit aux secteurs de la gouvernance, de la budgétaire (base ordonnancement) défense, de la sécurité et de la souveraineté resterait stable autour de 5% du PIB sur la seraient respectivement de 3,1%, 3,6% période. Le solde budgétaire de base et 2,5% en moyenne sur la période connaitrait une évolution favorable, 2011-2015. passant de -1,0% du PIB en 2011 à +0,5% du PIB en 2015, respectant ainsi la norme Le scénario alternatif de convergence de l’UEMOA. Le scénario central pouvant être contraint par des aléas liés à l’environnement Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) du scénario central établit international, à la mobilisation des une allocation sectorielle optimale des ressources nécessaires à l’atteinte de la ressources. Les crédits2 consacrés aux palette des OMD sélectionnés, un secteurs sociaux représenteraient en scénario alternatif a été retenu. Ce moyenne 33,8% des dotations budgétaires scénario traduit les per formances totales sur la période 2011-2015, à savoir minimales à réaliser sur la période et 17,9% pour l’éducation, 13,4% pour la s’appuie sur le cadrage macroécono- santé et 2,4% pour le développement mique du programme économique et fi- social et culturel. Cette répartition nancier soutenu par le Fonds Monétaire 1 Recettes fiscales sur PIB 2 Ces crédits concernent l’investissement et le fonctionnement.XX Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  18. 18. Résumé exécutifInternational. Il projette un taux de participation du secteur privé au finan-croissance réel de 5,2% en moyenne sur cement de la stratégie. Cette démarchela période 2011-2015, avec un déflateur passe par la promotion des Investissementsdu PIB de 2,4%. Les recettes devraient Directs Etrangers (IDE), le développementreprésenter 20,9% du PIB contre 25,4% du des Partenariats-Publics Privés (PPP) etPIB pour les dépenses publiques. Le l’introduction de nouveaux instruments dedéficit global base ordonnancement se financement, le renforcement de lasituerait à 4,5% du PIB en moyenne sur la bancarisation du pays, la mobilisation depériode 2011-2015. l’épargne nationale et la promotion de la microfinance. 6 - LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE LA STRATEGIE 7 - LA MISE EN OEUVRE ET LE SUIVI DE LA STRATEGIE Pour mobiliser les ressourcesnécessaires à la mise en oeuvre de la Le nouveau dispositif de mise enSCRP 2011-2015, le Gouvernement oeuvre et de suivi sera fondé sur uneveillera mieux coordonner les divers approche privilégiant la responsabilisationappuis des partenaires au développement, des structures chargées de mettre en oeuvrecompte tenu des priorités de la stratégie, les différents projets et programmesen privilégiant les formes d’aide au dé- contenus dans le Programme d’Actionsveloppement qui s’inscrivent dans les Prioritaires (PAP) de la SCRP 2011-2015.principes de la Déclaration de Paris sur Pour le suivi, une liste minimale d’indicateursl’efficacité de l’aide (appui budgétaire de suivi de la SCRP 2011-2015 et des OMDglobal, appui budgétaire sectoriel ou a été élaborée ; ces indicateurs serontciblé, appuis sous forme d’approche actualisés avec les r é s u l t a t s d e sprogramme). Par ailleurs, le Gouvernement enquêtes de suivi de l’Enquête Modulaires’emploiera à mettre en place toutes les Intégrée sur les Conditions de Vie desconditions requises pour favoriser la ménages (EMICoV). XXIStratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  19. 19. Introduction INTRODUCTION 1. La République du Bénin s’est giques de Développement (OSD) arrêtéesrésolument engagée, depuis les années par le Gouvernement. Elle constitue le90, dans une dynamique de changement document d’opérationnalisation de cessocial, générateur de bien-être. Cet OSD et notamment le cadre fédérateurengagement traduit l’ambition des de l’intervention des Partenaires augouvernements successifs de sortir le développement du Bénin. A cet égard,pays de la pauvreté et de le mettre sur elle représente l’instrument de dialoguel’orbite de l’émergence caractérisée et de coordination des actions despar une croissance accélérée et un Partenaires Techniques et Financiersdéveloppement humain durable. A cet (PTF), conformément à la Déclaration deeffet, le Bénin a élaboré et mis en oeuvre Paris sur l’efficacité de l’aide. La SCRPla Stratégie de Réduction de la Pauvreté 2011-2015 a pour ambition d’intensifier lacouvrant la période 2003-2005 (SRP 1) et, croissance économique afin d’accélérerla Stratégie de Croissance pour la Réduc- la marche du Bénin vers la réalisationtion de la Pauvreté sur le triénal 2007- des Objectifs du Millénaire pour le Déve-2009 (SCRP 2). La mise en oeuvre de loppement (OMD), à l’horizon 2015. Aces stratégies a induit des résultats mitigés cet égard, elle est une stratégie totalementen termes de croissance économique et intégrée qui prend en compte lesde réduction de la pauvreté, dûs aux chocs nouvelles contraintes de développementexternes et internes auxquels le pays a auxquelles le pays est confronté et lesété confronté ces dernières années. orientations de politiques sectorielles retenues par le Gouvernement. 2. La Stratégie de Croissancepour la Réduction de la Pauvreté (2011- 3. L’élaboration de la SCRP 2011-20152015), vise à corriger les imperfections découle d’un processus participatif quides deux premières stratégies et à a bénéficié d’intenses consultations avecconsolider la marche du pays vers toutes les parties prenantes, à savoir : lesl’émergence économique. Elle s’appuie, élus locaux, l’Administration centrale etd’une part, sur la vision de développement déconcentrée, les PTF, la société civile,de long terme « Bénin-Alafia-2025» et, les syndicats et le secteur privé.d’autre part, sur les Orientations Straté- 1Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  20. 20. Introduction La démarche méthodologique mise en d’Actions Prioritaires (PAP) de la œuvre est structurée autour de plusieurs Stratégie ; étapes et a été conduite par un comité (viii) l’adoption et la dissémination de pilotage composé des acteurs de la de la Stratégie. société civile et de l’Administration. Les principales étapes du processus sont : 4. La mise en oeuvre efficace de la SCRP 2011-2015 et de son Programme (i) l’évaluation à mi parcours de la d’Actions Prioritaires nécessite un soutien SCRP 2007-2009 ; accru de la communauté internationale (ii) l’organisation du forum national pour consolider les acquis du processus sur la SCRP 2011-2015 ; de développement de ces dernières années et assurer la croissance écono- (iii) l’élaboration de la note sur les mique nécessaire pour le développement orientations majeures de la durable et harmonieux du Bénin. SCRP 2011-2015 ; (iv) les consultations départementales 5. Le document est structuré en et nationales ; trois parties déclinées en dix chapitres. La première partie présente les perfor- (v) les travaux des groupes thématiques mances économiques et sociales récentes. de rédaction ; La deuxième partie traite des axes stra- tégiques et des domaines d’interven- (vi) l’évaluation de la prise en compte tions prioritaires de la SCRP 2011-2015. La des thèmes transversaux ; troisième partie expose le cadre de mise (vii) l’élaboration du Programme en oeuvre de la stratégie.2 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  21. 21. Première partie : Diagnostic stratégique PREMIERE PARTIE DIAGNOSTIC STRATEGIQUECette partie traite des performances économiques et sociales réalisées au cours des trois dernières an-nées au Bénin. Elle regroupe trois chapitres. Le premier chapitre fait une analyse de la pauvreté auBénin. Le deuxième chapitre retrace les performances économiques et sociales récentes. Le troisième cha-pitre présente les contraintes et les défis qui se posent aujourd’hui pour le Benin dans sa marche vers l’émer-gence et l’éradication de la pauvreté. 3Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  22. 22. 4 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  23. 23. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté C H A P IT R E 1 DYNAMIQUE ET DETERMINANTS DE LA PAUVRETE 6. Ce chapitre analyse la maximum d’impact en ter mes dedynamique et les déterminants de la réduction de la pauvreté.pauvreté en utilisant les données del’Enquête Modulaire Intégrée sur les 8. Le chapitre est organiséConditions de Vie de Ménages au Bénin autour de quatre sections. La première(EMICoV) de 2006, 2007 et 2009. Pour section met en exergue le caractèrel’année 2006, les données sont issues du multidimensionnel de la pauvreté aumodule rétrospectif administré au premier Bénin. La section 2 analyse la dynamiquepassage, tandis que pour 2007 et 2009, de la pauvreté entre 2006, 2007 et 2009elles résultent de l’agrégation des ainsi que les déterminants de la mobilitédonnées respectives des quatre dans la pauvreté au Bénin. Les contributionspassages et de l’enquête de suivi. de la croissance et de l’inégalité à la variation de la pauvreté au Bénin sont 7. L’analyse de la dynamique présentées à la section 3. Enfin, la sectionet des déterminants de la mobilité dans 4 fait une synthèse des facteurs les plusla pauvreté permettra au Gouvernement décisifs pour lutter efficacement contrede procéder à un ciblage conséquent la pauvreté au Bénin, en se fondant surdes populations pauvres et d’obtenir le les enseignements retenus des analyses 5Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  24. 24. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 1.1. DIMENSIONS ET PROFIL trois vivent en dessous du minimum vital. DE LA PAUVRETE AU BENIN 10. En revanche, la pauvreté non 1.1.1. Une pauvreté monétaire, appréciée à partir d’un multidimensionnelle indice composite, qui est une combinaison linéaire de variables dichotomiques de 9. Plusieurs approches sont utilisées conditions de vie et de patrimoine ou pour cerner le niveau de pauvreté au actifs du ménage, révèle que 30,84% de Bénin. Selon l’approche monétaire, la la population béninoise sont pauvres en proportion de la population pauvre au terme de conditions d’existence et de Bénin en 2009 est estimée à 35, 21% ce patrimoine en 2009. qui signifie que plus d’une personne sur Encadré 1 : Concept de pauvreté Pauvreté monétaire (PM) Dans l’approche monétaire, l’indicateur de niveau de vie retenu est le revenu du ménage. Il est défini comme la somme des revenus, en espèces et en nature, qui, en règle générale, sont de nature récurrente et sont perçus régulièrement par le ménage ou par ses membres à intervalles de temps inférieurs ou égaux à un an. Cependant, les difficultés pour recueillir des estimations fiables sur le revenu incitent les statisticiens à se tourner vers la consommation finale qui est souvent mieux appréhendée sur le plan statistique. Un autre argument qui milite également pour l’utilisation de la consommation comme indicateur du niveau de vie, c’est que c’est la consommation qui procure du bien-être et non le revenu. Pauvreté non monétaire (PNM) C’est une approche qui combine les variables de conditions de vie et de patrimoine ou actifs du ménage. Elle cherche à repérer un certain nombre de difficultés, de manques ou de privations dans différents domaines des conditions dexistence des ménages. Cette mesure est objective mais non monétaire. Ces domaines peuvent renvoyer à une pauvreté de nature "existentielle" (alimentation, logement par exemple) ou de nature "sociale" (relations, emploi, loisirs, ...). Cette forme de pauvreté intègre les actifs (ou richesses) physiques ou financiers du ménage. Cet indicateur appréhende également une forme structurelle de la pauvreté, car portant sur un stock qui n’est pas facilement détruisible par les chocs conjoncturels.6 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  25. 25. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvretéFigure 1 : les différentes facettes de la pauvreté en 2009 Pauvreté non monétaire 30,85 Pauvreté monétaire 35,21 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Source : INSAE EMICOV (2010)1.1.2. Une pauvreté très élevée dans le est un phénomène qui sévit plus enmonde rural couplée à une forte préca- milieu rural qu’urbain. Quelle que soit larité au niveau urbain forme de pauvreté, plus de 35% des 11. L’analyse des différentes personnes sont pauvres en milieu ruralformes de pauvreté suivant les milieux contre moins de 30%° en milieu urbain (fi-de résidences confirme que la pauvreté gure 2). Figure 2 : Ampleur des différentes facettes de pauvreté par milieu de résidence 35,24 Rural 38,36 Pauvreté non monétaire Pauvreté monétaire 23,15 Urbain 29,76 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45Source : INSAE, EMICOV (2010) 7Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  26. 26. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 1.1.3. Une pauvreté inégalement repartie des incidences respectives de 23% et entre les départements et les communes 24% en 2009. du pays 13. Par rapport à la pauvreté 12. Au niveau départemental, non monétaire (conditions de vie, le Couffo, le Mono, le Zou et les collines patrimoine ou actifs du ménage), c’est apparaissent en 2009 comme les l’Atacora qui est le département le plus départements les plus pauvres avec des touché avec 69% de la population en incidences de pauvreté monétaire 2009 (soit 38 points de plus que le niveau supérieur à 40%. Tandis qu’en 2007, les national). Il est suivi de très loin par le départements de l’Alibori et du Borgou département du Mono, avec un taux de étaient les deux départements les plus 45%. Les départements les moins pauvres du Bénin, avec une incidence touchés sont le Littoral, les collines et de pauvreté monétaire estimée respec- l’Ouémé, avec des taux respectifs de tivement à 43% et à 39%. Les départements 13%; 17% et 19%. Cette tendance était de l’Ouémé et le Littoral sont restés les la même en 2007. moins pauvres entre 2007 et 2009, avec Tableau 1 : Différentes formes de pauvreté suivant les départements 2007 2009 Département PM PNM PM PNM Alibori 0.43 0.46 0.35 0. 33 Atacora 0.33 0.65 0.36 0. 69 Atlantique 0.36 0.31 0.37 0. 24 Borgou 0.39 0.46 0.28 0. 32 Collines 0.31 0.29 0.44 0. 17 Couffo 0.35 0.49 0.46 0. 42 Donga 0.34 0.39 0. 31 0.21 Littoral 0.26 0.17 0.23 0. 13 Mono 0.27 0.49 0.46 0. 45 Ouémé 0.25 0.28 0.24 0. 19 Plateau 0.35 0.44 0.33 0. 28 Zou 0.32 0.43 0. 41 0. 32 National 0.32 0.40 0. 35 0. 31 Source : INSAE, EMICOV (2010) PM : Pauvreté monétaire – PNM : Pauvreté Non Monétaire8 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  27. 27. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté 14. A l’échelle communale, la 1.2. EVOLUTION ET MOBILITE DANSpauvreté monétaire apparaît en 2009 LA PAUVRETEplus accentuée dans les communesd’Aplahoué, Zè, So-ava, Toffo et Karimama, 1.2.1. La pauvreté non monétaire enavec plus de la moitié de la population baissevivant en dessous du seuil de pauvreté. 17. Entre 2006 et 2007, la pau-Les quatre communes les moins pauvres vreté monétaire a connu une baissesont respectivement Abomey-calavi, d’environ 4 points de pourcentagePorto-Novo, Sème-Kpodji, avec une contre 2,4 points pour la pauvreté nonincidence comprise entre 18 et 19%. monétaire (Figure 3). En revanche entre 2007 et 2009 on a noté une hausse de la1.1.4. Un noyau dur de la pauvreté cou- pauvreté monétaire de 1,9 point devrant près du quart des pauvres pourcentage. Cette hausse de la pau- vreté monétaire entre 2007 et 2009 est la 15. Le cumul des trois formes conséquence des effets des crises éco-de pauvreté permet d’isoler un noyau nomiques et financières qui ont induitdur de la pauvreté estimé à 13,56 en une baisse des dépenses de consom-2009. Il s’agit des ménages qui sont mation des ménages.pauvres sans ambiguïté, puisqu’ilsont à la fois de faibles dépenses de 18. La pauvreté non monétaireconsommation, de mauvaises conditions a connu une baisse substantielle de 9de vie et des privations en actifs. points de pourcentage passant de 39,6% en 2007 à 30,85% en 2009. Cette 16. Dans les zones rurales, la baisse résulte des différentes actions menéesproportion des ménages appartenant par le Gouvernement au cours de la pé-au noyau dur de la pauvreté est estimée riode 2007-2009 pour l’amélioration deen 2009 à 15% contre 12,7% pour le mi- l’accès des populations aux services so-lieu urbain. Ces résultats placent les ciaux de base. Ces actions concernentzones rurales comme des cibles primor- notamment, la construction des pointsdiales dans la lutte contre la pauvreté d’eaux, des infrastructures scolaires.extrême. 9Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  28. 28. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Figure 3 : Evolution de la pauvreté (en pourcentage) 30,85 Pauvreté non monétaire 39,6 2009 42 2007 2006 35,21 Pauvreté monétaire 33,3 37,2 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 Source : INSAE, EMICOV (2010) 19. La couche de la population 5,6 points de pourcentage. Cette la plus pauvre (noyau dur) a augmenté couche qui était estimée à 12,4% en entre 2007 et 2009, passant de 7,8% en 2006 a connu une baisse de 3,6 points 2007 à 13,4% en 2009, soit une hausse de entre 2006 et 2007. Figure 4 : Répartition du noyau dur de la pauvreté au Bénin entre 2006 et 2009 (en pourcentage) 13,56 7,8 12,4 14,98 Pauvreté non monétaire 8,8 2009 12 2007 2006 12,75 Pauvreté monétaire 6,1 10,4 0 2 4 6 8 10 12 14 16 Source : INSAE, EMICOV (2010)10 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  29. 29. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.2. Une évolution de la pauvreté qui nages dirigés par des personnes de plusvarie sensiblement selon les caractéris- de 60 ans ont affiché, en 2009, des inci-tiques des ménages dences de pauvreté de 1,81 fois plus éle- vées que ceux des ménages dont le 20. La pauvreté a particulière- chef a moins de 25 ans. La baisse la plusment connu une baisse très marquée au importante a été obtenue au niveauniveau des ménages dirigés par des des ménages dirigés par des personnesfemmes entre 2006 et 2007, passant de dont l’âge est compris entre 25 et 35 ans36,1% à 26,5%, soit une réduction de près (10 points de pourcentage de baisse).de 9,6 points de pourcentage. En 2009,elle est estimée à 30,39% chez les mé- 23. Enfin, au niveau des secteursnages dirigés par des femmes, contre d’activités, la hausse la plus importante36,17% pour les ménages dirigés par les du nombre de pauvres entre 2006 ethommes. 2009 est enregistrée dans les secteurs de l’Agriculture-élevage et la pêche (1,86 21. La pauvreté diminue éga- point de pourcentage de hausse), tan-lement avec le niveau d’instruction, dis que le nombre de pauvres exerçantavec une baisse importante chez les dans les secteurs de l’électricité et gaz,ménages dont le chef a bénéficié d’un Banques et Assurances, Industries, BTP,enseignement supérieur (-4,31 points de Transport-Communication; a diminuépourcentage pour un niveau déjà très avec des baisses de plus de 6 à 45 pointsfaible en 2006 : 11,1%). La détention d’un de pourcentage.stock de connaissances élevé permetdonc à l’individu de saisir davantage 24. Les plus grandes évolutionsd’opportunités économiques et d’amé- ont été obtenues dans le secteurliorer son niveau de vie. En 2009, les mé- a g r i c u l t u r e - élevage-pêche-forêt,nages dont le chef n’a aucun niveau commerce, transport, et BTP quid’instruction comptent, 1,26 fois plus de concentre pourtant la majeure partiepauvres sur le plan monétaire que ceux de la population active.dont le chef n’a que le niveau du pri-maire. Ce rapport passe à 5,87 pour le 25. Pour réduire plus rapide-niveau supérieur. ment la pauvreté, le Bénin doit donc im- pérativement promouvoir activement 22. L’âge du chef du ménage l’augmentation de la production et desexerce également un effet important revenus des pauvres actifs dans le sec-dans la dynamique de la pauvreté des teur agricole au sens large.membres de la famille. En effet, les mé- 11Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  30. 30. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Tableau 2 : Profil de la pauvreté au Bénin Différence 2006 2007 2009 2009-2007 Sexe du chef de ménage Masculin 37,4 34,7 36,17 1,47 Féminin 36,1 26,5 30,39 3,8 Milieu de résidence Cotonou 30 26,2 23,9 -2,3 Autre urbain 36 28,8 31,5 2,7 Ensemble urbain 34,8 28,3 29,8 1,5 Rural 38,5 36,1 38,4 2,3 Niveau dinstruction du chef de ménage Aucun niveau 41,5 35,9 39,89 3,99 Primaire 35,2 30,1 31,5 1,4 Secondaire 26,4 32,5 20,64 -11,86 Supérieur 11,1 4,6 6,79 2,19 Classe dâge du chef de ménage Moins de 25 ans 20,9 16,4 17,78 1,38 25 - 34 ans 32,9 22,9 35,04 12,14 35 - 44 ans 38,5 34,6 38,14 3,54 45 - 59 ans 38,7 39 34,72 -4,28 60 ans et plus 40,5 36,2 32,26 -3,94 Branche dactivité du chef de ménage Agriculture-Elevage-Pêche-Forêt 41 37,4 42,86 5,46 Industrie 36,9 23,9 29,96 6,06 Eau, électricité, gaz 47,2 11,7 1,74 -9,96 BTP 27,9 16,1 28,49 12,39 Commerce et restauration 30,4 20,6 25,68 5,08 Transport et communications 29,2 17,8 28,98 11,18 Banques et assurances 19 0 2,69 2,69 Autres services 25,4 16,5 20,08 3,58 Non applicable 38,4 41,2 28,08 -13,12 Ensemble 37,2 33,3 35,21 1,91 Source : INSAE, EMICOV(2010)12 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  31. 31. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté1.2.3 L’ANALYSE DE LA MOBILITE DANS LA menter et la distribution de celle-ci sePAUVRETE AU BENIN CONFIRME CES TEN- modifier, ont connu plus de transitionsDANCES positives que celles du milieu rural. Par ailleurs, le taux d’entrée dans la pau- 26. Persistance de la transition vreté des ménages non pauvres est plusdans la pauvreté au Bénin : Plus de élevé en milieu rural qu’en milieu urbain :transitions positives que négatives. Au 16,3% contre 11,9%.Bénin, sur 100 ménages classés nonpauvres en 2006, 15 sont devenus 28. De façon générale, l’ana-pauvres en 2007. En revanche, sur 100 lyse de la mobilité a montré l’existenceménages pauvres au Bénin en 2006, 43 d’une mobilité absolue de bien-être re-sont restés pauvres et 57 sont sortis de la marquable. Entre 2006 et 2007, il estpauvreté3. Lorsqu’on tient compte de noté une forte diminution de la part desl’effectif réel de la population de pau- ménages très pauvres et des ménagesvres et de non pauvres, on note qu’un in- pauvres au profit des autres états dudividu pauvre en 2006 a une chance sur bien-être (ménages moyens, ménages2 de sortir de la pauvreté, un an plus moins riches et ménages riches). Ainsi,tard, tandis qu’un individu non pauvre parti de 20% en 2006 pour chacun desen 2006 a 78% de chance de demeurer états 4 de bien-être, le pourcentage desnon pauvre. Ce qui démontre le degré ménages ayant maintenu leur niveauplus important de transitions positives par de bien-être dans le même état arapport aux transitions négatives au sein varié : diminution de plus de 4 pointsde la population béninoise. de pourcentage pour les ménages très pauvres et des ménages pau- vres, et une augmentation du même 27. En milieu urbain, le taux de nombre de points pour les ménagessortie de la pauvreté est évalué à 59,5% moyens, moins riches et riches. Cecontre 55,1% pour les ménages ruraux. Il qui traduit l’existence d’un processuss’ensuit que les populations urbaines, de sortie de la pauvreté.ayant vu leur dépense moyenne aug-3 L’analyse des mouvements des ménages de la classe des pauvres à celle des non-pauvres et vice-versa a été faite à travers lamatrice de transition issue des données de panel constituées sur les deux périodes (Vodounou, 2009). Elle a permis de mettreen évidence les ménages sédentaires (ménages pauvres en 2006 qui sont restés pauvres en 2007, ménages non pauvres en 2006et qui sont restés non pauvres en 2007) et les migrants (ceux qui ont changé de situation) regroupant les non-pauvres (resp. lespauvres) de 2006 qui sont devenus pauvres (resp. non pauvres) en 2007.4Etat 1 : ménages très pauvres, Etat 2 : ménages pauvres Etat3 : ménages moyens, Etat 4 : ménages moins riches Etat 5 : Mé-nages riches 13Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)
  32. 32. Chapitre 1 : Dynamique et déterminants de la pauvreté Figure 5-1 : Mobilité absolue 2006-2007 0.23 0.22 0.21 0.2 0.19 0.18 0.17 0.16 Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Distribution finale (2007) Distribution initiale (2006) Source : A partir des données de EMICOV (2006-2007) Figure 5-2 : Mobilité absolue 2007-2009 0,25 0,2 0,15 0,1 0,05 0 Etat 1 Etat 2 Etat 3 Etat 4 Etat 5 Distribution initiale (2007) Distribution finale (2009) Source : A partir des données de EMICOV (2007-2009)14 Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015)

×