Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
EXPOSE DES SLC DAYS
1
UNIVERSITE ALASSANE OUATTARA
UFR Communication, Milieu Et Société
Département des Sciences du Langag...
EXPOSE DES SLC DAYS
2
Sujet 5 :
Apport de la communication sensible dans le processus de
réconciliation en Côte d’Ivoire
P...
EXPOSE DES SLC DAYS
3
I. INTRODUCTION
La Côte d’Ivoire retrouve progressivement sa quiétude après une décennie de
crise so...
EXPOSE DES SLC DAYS
4
éprise de justice, de tolérance et de liberté reste insuffisante vue l’ampleur du défi
à relever.
Po...
EXPOSE DES SLC DAYS
5
effets négatifs sur le développement du pays. Toutefois, la communication
déployée par ces structure...
EXPOSE DES SLC DAYS
6
3. DÉFINITION CONCEPTUELLE
3.1 COMMUNICATION SENSIBLE
L’on peut retrouver l’appellation «Communicati...
EXPOSE DES SLC DAYS
7
l’opinion publique, convaincre de la légitimité et du bien-fondé de son action
reste en somme la pri...
EXPOSE DES SLC DAYS
8
pour une raison ou une autre, ont un intérêt dans les comportements de cette
organisation. » 7
Une c...
EXPOSE DES SLC DAYS
9
pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c’est la première loi de la
nature»9
.
Pour le philosop...
EXPOSE DES SLC DAYS
10
 United states institute of peace ;
 Troisième édition des Assises de la Jeunesse du 28 octobre a...
EXPOSE DES SLC DAYS
11
III.RECOMMANDATIONS : PROGET COMMUNICATION
SENSIBLE
Dans son ouvrage, Le tigre et l’araignée Les de...
EXPOSE DES SLC DAYS
12
 Médias ;
 Population et société civile.
 Messages
Le message sera focalisé sur une communicatio...
EXPOSE DES SLC DAYS
13
a. Au niveau des Institutions politiques
 Entretenir un dialogue permanant bidirectionnel symétriq...
EXPOSE DES SLC DAYS
14
 Motiver les responsables et leaders socio-culturels à adopter une
communication non violente dans...
EXPOSE DES SLC DAYS
15
 LES OUTILS
 Outils d’action par les relations publiques
Les relations publiques ou la stratégie ...
EXPOSE DES SLC DAYS
16
 Apprendre à diriger son attention
Pour appliquer ce mode de communication, nous devons être plus ...
EXPOSE DES SLC DAYS
17
CONCLUSION
De toute évidence, la réussite d’un processus de réconciliation nationale en Côte
d’Ivoi...
EXPOSE DES SLC DAYS
18
ANNEXE
Les principes de la communication sensible
La communication sensible peut en outre être l’ob...
EXPOSE DES SLC DAYS
19
exemple, le souvenir que nous avons de Tchernobyl réside dans le
souvenir qu’on nous aurait dit que...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Apport de la communication sensible dans le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire

424 views

Published on

RESUME
La réconciliation en Côte d’Ivoire est une nécessité pour le développement
durable et l’émergence de ce pays. Dans cette dynamique de résolution des
séquelles psychologiques et sociales liées aux précédents conflits militaropolitiques, les politiques de l’Etat et des ONG semblent confrontées à de
nombreuses difficultés mettant à mal la réalisation de ce projet.
Dans ce cas de figure, une nouvelle stratégie de communication doit être
associée à l’action conjointe de l’Etat et des structures en charge du processus de
réconciliation nationale pour faire face à la fracture sociale. Dans cette
perspective, le déploiement du projet de communication sensible élaboré à l’issue
de cette réflexion est une opportunité pour réussir la réconciliation en Côte
d’Ivoire.

Published in: News & Politics
  • Be the first to comment

Apport de la communication sensible dans le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire

  1. 1. EXPOSE DES SLC DAYS 1 UNIVERSITE ALASSANE OUATTARA UFR Communication, Milieu Et Société Département des Sciences du Langage et de la Communication Les journées de promotion des étudiants en Sciences du Langage et de la Communication La commission scientifique
  2. 2. EXPOSE DES SLC DAYS 2 Sujet 5 : Apport de la communication sensible dans le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire Présenté par  GOUGOU Michel, Master 2 Communication des organisations  GBAZEKE Claver, Master 2 Linguistique  KOUAME N’Dah Sabine, Licence 3 Sciences du Langage et de la Communication RESUME La réconciliation en Côte d’Ivoire est une nécessité pour le développement durable et l’émergence de ce pays. Dans cette dynamique de résolution des séquelles psychologiques et sociales liées aux précédents conflits militaro- politiques, les politiques de l’Etat et des ONG semblent confrontées à de nombreuses difficultés mettant à mal la réalisation de ce projet. Dans ce cas de figure, une nouvelle stratégie de communication doit être associée à l’action conjointe de l’Etat et des structures en charge du processus de réconciliation nationale pour faire face à la fracture sociale. Dans cette perspective, le déploiement du projet de communication sensible élaboré à l’issue de cette réflexion est une opportunité pour réussir la réconciliation en Côte d’Ivoire.
  3. 3. EXPOSE DES SLC DAYS 3 I. INTRODUCTION La Côte d’Ivoire retrouve progressivement sa quiétude après une décennie de crise socio-politique et militaire qui a ébranlé sa stabilité enviée par toute l’Afrique entière. Le retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire, la restauration d’un climat de confiance et la consolidation de la cohésion sociale entre les Ivoiriens quelque soit leur appartenance ethnique, religieuse et politique, exigent une réconciliation nationale véritable. Après la crise postélectorale qu’a connue la Côte d’Ivoire, le pays s’est désormais inscrit dans une perspective de reconstruction, de réconciliation et de consolidation de la paix. Cette dynamique intéresse toutes les couches sociales Toutefois, ce processus de paix nécessite une communication transversale à court, moyen et long terme en raison des obstacles qui se posent. LECLERC l’illustre en ces termes : « La paix n'a de sens et d'utilité que si elle est envisagée comme un équilibre dynamique au service de l'évolution humaine »1 . Cette dynamique doit prendre en compte les insuffisances des projets mis en œuvre afin de relancer le processus. Les difficultés actuelles relèvent essentiellement de l’influence mitigée des politiques, medias et population. Cette situation met en péril ce processus de réconciliation et par là constitue un frein à la cohésion sociale. Conscient, de la nécessité de réconcilier les ivoiriens, SEM Alassane OUATTARA a signé l’ordonnance N° 2011-167 du 13 juillet 2011 instituant la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) dont la mission est d’œuvrer en toute indépendance au renforcement de la cohésion sociale et à la réconciliation entre toutes les communautés vivant en Côte d’Ivoire. Cependant la création de la Commission Dialogue , Vérité et Réconciliation pour revisiter les crises successives qui ont dominé la vie politique ivoirienne durant ces dernières années pour enfin, bâtir une Côte d’Ivoire nouvelle 1 COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LA RECONCILIATION NATIONALE « Participation de la Société Civile Ivoirienne au processus de Réconciliation Nationale »
  4. 4. EXPOSE DES SLC DAYS 4 éprise de justice, de tolérance et de liberté reste insuffisante vue l’ampleur du défi à relever. Pour accompagner ce processus de réconciliation, d’autres acteurs dont la Coalition de la Société Civile pour la Paix et le Développement Démocratique en Côte d’Ivoire, les partenaires internationaux ainsi que la jeunesse occupent l’espace public pour communiquer sur la réconciliation nationale. En notre qualité d’étudiants, futurs chercheurs en Sciences du Langage et de la Communication, cette situation est digne d’intérêt pour proposer des solutions dans la perspective de favoriser le processus de réconciliation nationale. Notre analyse critique de cette situation vise à contribuer au succès de cette réconciliation. Ce présent travail prend en compte une approche théorique des concepts, puis une présentation du projet d’apport de la communication sensible au processus de réconciliation en Côte d’ivoire. I. ANCRAGE THEORIQUE 1. PROBLEMATIQUE La Côte d’Ivoire, depuis la fin de la décennie 90 est confrontée à une turbulence socio-politique ayant engendré un conflit politico-militaire qui mit à mal la cohésion sociale. L’une des raisons majeures en est l’incompréhension et le climat de méfiance délétère entre les acteurs politiques et les populations. Les conséquences de cette méfiance subsistent et sont clairement perceptibles à travers la presse mais aussi les interactions sociales. « En Côte d’Ivoire, la crise post- électorale a exacerbé la fracture sociale qui existait auparavant. Elle a mis aux prises plusieurs communautés qui vivaient déjà dans un climat de méfiance »2 Alors depuis 2011, une campagne de réconciliation nationale a été mise en œuvre par le gouvernement et des ONG pour lutter contre la fracture sociale et ses 2 Jean-Jacques KONADJE, le 1er janvier 2012, Konadje/Diploweb.com
  5. 5. EXPOSE DES SLC DAYS 5 effets négatifs sur le développement du pays. Toutefois, la communication déployée par ces structures semble limitée en raison de l’étendue des tâches à réaliser et la persistance de tensions politiques et sociales. Or faute d’une communication appropriée, la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire est mise en péril et cela est un indicateur menaçant la cohésion sociale. En ce sens, les Sciences du Langage et de la Communication, en tant que discipline, disposent de plusieurs stratégies de gestion de crise et régulation de l’ordre sociale par une communication de changement de comportement en situation sensible. Elle est alors adaptée à la stratégie de gestion des crises dans l’ensemble des organisations dont la société et les institutions humaines. Dans ce cadre se situe notre question centrale : Dès lors, quel peut être l’apport de la communication sensible dans le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire ? Comment peut-on l’appréhender ? Quels sont les outils pour sortir le pays de cette crise ? 2. OBJECTIFS Cette étude vise à mettre en œuvre un projet de communication sensible pour contribuer au renforcement de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire. De façon spécifique, il s’agit de :  Présenter l’apport de la communication sensible dans la gestion des turbulences en société ;  Proposer un projet de communication sensible pour renforcer le capital social et promouvoir la confiance afin de créer un environnement favorable à la réconciliation en Côte d’Ivoire.
  6. 6. EXPOSE DES SLC DAYS 6 3. DÉFINITION CONCEPTUELLE 3.1 COMMUNICATION SENSIBLE L’on peut retrouver l’appellation «Communication sensible» dans les années 80 et 90, c’est véritablement à partir des années 2000 et de la création de l’Observatoire International des Crises que le terme sera formellement reconnu. Selon Thierry LIBAERT, « La communication est d‘abord définie sous cette dénomination parce que son thème est « sensible » aux yeux de l’opinion. C’est prioritairement en raison de la perception par l’opinion publique des thèmes couverts par le risque, le sujet polémique, l’acceptabilité ou la crise que la communication peut être qualifiée de sensible. »3 Le recours à des outils de communication bilatérale et linguistico- sémantique non-violents est une voie idéale pour le succès de cette communication sensible et renforcer la cohésion nationale. Tel est le cas de la communication sensible. Toujours selon Thierry LIBAERT, « la communication sensible, est apparue au début du 21ème siècle pour s’imposer actuellement »4 . Ce concept nouveau est venu pallier les insuffisances de la communication classique de crise, perceptibles par l’obsolescence des principes de base de la communication de crise Jetons alors un regard sur la communication de crise pour mieux cerner ce nouveau concept.  Communication de Crise Du même auteur, « Bien gérer une crise consiste principalement à bien communiquer […]. La crédibilité des actions menées pour gérer la crise dépend souvent de la façon que ces actions sont communiquées. […] Au tribunal de 3 Thierry Libaert La communication sensible, nouvelle discipline de communication organisationnelle, p.3 4 Thierry Libaert La communication sensible, nouvelle discipline de communication organisationnelle, p10
  7. 7. EXPOSE DES SLC DAYS 7 l’opinion publique, convaincre de la légitimité et du bien-fondé de son action reste en somme la priorité »5 La communication de crise désigne l’ensemble des stratégies et des moyens de communication mis en place pour permettre à une organisation (1) d’établir les faits, (2) d’expliquer les actions prises dans l’immédiat et (3) de démontrer comment elle s’engage à corriger la situation pour accélérer le retour à la normale et préserver les relations de confiance avec ses parties prenantes. Cette définition met d’abord l’accent sur le volet communicationnel (et non opérationnel) de la gestion de crise. Elle a le mérite d’englober trois éléments cruciaux en communication de crise par le biais d’un ordre chronologique : • qu’est-ce qui se passe (les faits) ; • qu’est-ce qu’on fait (les actions) ; • comment on compte mettre fin à la crise (les engagements). Les deux premiers éléments font partie de la communication d’urgence (un sous ensemble de la communication de crise). Le troisième et dernier élément comprend le ou les engagements de l’organisation pour résorber, corriger et mettre fin à une crise. La communication sensible est ainsi une forme de communication de crise qui allie relations publiques et communication non violente pour favoriser la gestion des conflits et instaure un climat de confiance entre les interlocuteurs. 3.2 CRISE Hermann affirme qu’ « Une crise est une situation qui menace les buts essentiels des unités de prise de décision, réduit le laps de temps disponible pour la prise de décision, et dont l’occurrence surprend les responsables. »6 Cette définition est actualisée par Regester et Larkin, pour qui la crise est « Un événement qui conduit l’organisation à devenir le sujet d’une attention défavorable des médias et/ou d’autres groupes extérieurs comme les actionnaires, les politiciens, les syndicats et les groupes de pression environnementaux, qui 5 Libaert, 2003, p.134 6 Hermann, 1972, cité dans Lagadec, 1991, p.51
  8. 8. EXPOSE DES SLC DAYS 8 pour une raison ou une autre, ont un intérêt dans les comportements de cette organisation. » 7 Une crise est alors une situation de vulnérabilité pouvant résulter, entre autres, d’un incident, d’un accident ou d’une décision menaçant l’intégrité et la cohésion au sein d’une société ou organisation. Elle peut affecter ou compromettre la continuité d’une société ainsi que la qualité de ses relations avec ses parties, suscitées auprès de l’opinion publique et des médias, une perception de doute et de perte de contrôle pouvant ébranler la cohésion sociale. Dans ce travail, le terme crise fait référence à une fracture ou dissonance cognitives constituant un obstacle à l’harmonie et la confiance entre des personnes ou entités. 3.3 RECONCILLIATION La réconciliation, selon le dictionnaire Encarta® 2009 est un nom commun féminin désignant le « rétablissement et entre plusieurs personne en mauvais terme. Ce terme s’accompagne généralement des concepts pardon et tolérance. L’International Institute for Democracy and International Assistance (IDEA) définit la « réconciliation comme un processus global incluant des instruments clés tels que la justice, la vérité, la cicatrisation et la réparation afin d’assurer la transition d’un passé divisé à un avenir commun »8 . Au regard de cette définition, la réconciliation nationale apparaît comme un but, c’est-à-dire quelque chose vers quoi on tend pour un mieux-être collectif impliquant la tolérance.  La tolérance. A cet effet VOLTAIRE, asserte que, « Qu’est-ce que la tolérance ? C’est l’apanage de l’humanité. Nous sommes tous pétris de faiblesses et d’erreurs ; 7 [Traduction libre] REGESTER et LARKIN, 2005. 8 IDEA, La réconciliation après un conflit violent, idea.int/publications/reconciliation/upload/policy_summary_fr.pdf
  9. 9. EXPOSE DES SLC DAYS 9 pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c’est la première loi de la nature»9 . Pour le philosophe Jean-François REVEL, « La tolérance n’est point l’indifférence, elle n’est point de s’abstenir d’exprimer sa pensée pour éviter de contredire autrui, elle est le scrupule moral qui se refuse à l’usage de toute autre arme que l’expression de la pensée»10 .  Le pardon Dans ce cadre, notons que le pardon est « une action par laquelle on renonce à garder une rancune ou du ressentiment envers une personne qui a commis une faute, un tort, une offense à son égard »11 . Dans cette réflexion, retenons que la réconciliation est un processus, une quête nécessaire et permanente pour favoriser la cohésion nationale en Côte d’Ivoire et endiguer la fracture sociale actuelle. II.DYNAMIQUE DE LA COMMUNICATION POUR LA RECONCILLIATION EN CÔTE D’IVOIRE La nation ivoirienne a eu de graves conséquences politiques, économiques et sociales qui sont un défi à relever par tous à travers des efforts de restauration et de reconstruction. Dans ce contexte, la réconciliation apparait comme « un processus incontournable devant permettre aux ivoiriens de revivre dans la concorde après cette crise post-électorale qui a mis le tissu social ivoirien en lambeau »12 . 2.1 Quelques structures en action pour la réconciliation  ADDR (Autorité pour le Désarmement, Démobilisation, Réinsertion) ;  CNDVR (Commission Nationale Dialogue Vérité Réconciliation) ;  ONUCI (Organisation des Nations Unis en Côte d’Ivoire) 9 Dictionnaire philosophique / Garnier 1967 < p.401 > 10 Contre censures / Robert Laffont - Bouquins 1997, p.583 11 Microsoft® Encarta® 2009. 12 Jean-Jacques KONADJE, le 1er janvier 2012, Konadje/Diploweb.com
  10. 10. EXPOSE DES SLC DAYS 10  United states institute of peace ;  Troisième édition des Assises de la Jeunesse du 28 octobre au 1er Novembre 2013. 2.2 Analyse pertinente des résultats La réconciliation nationale est un processus transversal dans le court, moyen et long terme. Les insuffisances relevées ici sont essentiellement à titre indicatif.  Le traitement médiatique de l’information révèle la fracture Lors du panel sur le thème « médias et démocratie », il ressort des travaux « que les professionnels des médias sont très peu enclins au respect des règles déontologiques. En témoigne l’exacerbation de la violence, l’incitation à la haine et à l’incivisme»13 . Analysant ce point, Monsieur KEBE Yacouba14 a indiqué que la presse ivoirienne est globalement restée partisane. Or les médias ont une forte influence en Côte d’Ivoire et un rôle évident dans la promotion de la paix et de la réconciliation nationale. Hélas, leurs publications révèlent des zones de tension faisant obstacle au processus de réconciliation. Or l’une de leurs responsabilités est d’éduquer le public, de promouvoir le soutien pour les efforts de paix parmi les Ivoiriens et de produire autant que possible des reportages fidèles à la réalité. En outre, ce malaise social est perceptible par le contraste déontologique qui est d’avoir un comportement responsable et conforme à l’éthique, garder leur indépendance et défendre les droits du public. 13 COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LA RECONCILIATION NATIONALE « Participation de la Société Civile Ivoirienne au processus de Réconciliation Nationale » 14 Président du Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP)
  11. 11. EXPOSE DES SLC DAYS 11 III.RECOMMANDATIONS : PROGET COMMUNICATION SENSIBLE Dans son ouvrage, Le tigre et l’araignée Les deux visages de la violence, Olivier CLERC souligne que « Le langage est par excellence le véhicule premier de la communication et donc un des moteurs privilégiés des relations sociales ». De cette pensée découle nos recommandations. 1. Contexte La réconciliation en Côte d’Ivoire est une nécessité pour le développement durable et l’émergence de ce pays. Dans cette dynamique de résolution des séquelles psychologiques et sociales liées aux précédents conflits militaro- politiques. Il s’agit dans ce projet d’intervention, de renforcer le capital social et de promouvoir la confiance entre les communautés afin de créer un environnement favorable au retour et à la stabilisation géographique des populations par le recours à la communication sensible.. 2. Considérations stratégiques  Relations publiques ;  Communication non Violente (CNV). 3. Objectifs  Contribuer au renforcement de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale ;  Renforcer le capital social et promouvoir la confiance afin de créer un environnement favorable à la réconciliation. 4. Publics cibles  Institutions politiques ;
  12. 12. EXPOSE DES SLC DAYS 12  Médias ;  Population et société civile.  Messages Le message sera focalisé sur une communication non violente (CNV) dans un dialogue permanant afin de favoriser la compréhension mutuelle et désamorcer les préjugés pour dynamiser le processus de réconciliation nationale. Les émetteurs doivent construire leurs énoncés autour de cet outil de communication. La démarche de la CNV La CNV possède 4 composantes :  Une observation ;  Un sentiment :  Un besoin :  Une demande. Dans un premier temps, j’observe une situation. Ensuite, je prends en compte les sentiments qu’éveille cette situation. Puis, je regarde les besoins qui sont liés à ces sentiments. Et enfin, je regarde ce que je pourrais demander concrètement pour satisfaire ces besoins 5. Tactiques et outils  La tactique Au niveau tactique, notre projet prendra en compte les moyens des relations publiques et communication pour le changement de comportement afin d’instaurer un dialogue permanent avec les populations à réconcilier. Nous avons alors adopté une stratégie différenciée en segmentant notre cible en 3 strates : politique, medias, population/société civile.
  13. 13. EXPOSE DES SLC DAYS 13 a. Au niveau des Institutions politiques  Entretenir un dialogue permanant bidirectionnel symétrique entre les parties prenantes (ne pas exclure le public polémiste) pour une compréhension mutuelle ;  Ecouter attentivement pour faciliter la compréhension mutuelle et le consensus dans le but de faciliter la réconciliation nationale ;  Renforcer les capacités des organisations de jeunesse sur les notions de civisme, de l’intégrité, et de la promotion de la citoyenneté ;  Promouvoir la culture associative et la tolérance ;  Ne pas nier la situation de crise, mais adopter la transparence par la vérité de l’information diffusée entre interlocuteurs ;  Organiser un dialogue national en vue de résoudre les problèmes moins compliqués au niveau populaire. b. Au niveau des médias  Organiser des rencontres de formation des acteurs de la communication sur la CNV et les techniques de gestion d’une communication sensible pour réussir la réconciliation ;  Sensibiliser et former les patrons de presse et des médias de masse à la communication non violente et la réconciliation ;  Renforcer l’efficacité des organes de régulation par un counseling en communication sensible. c. Au niveau de la population et de la société civile Nous adoptons trois (3) types de communication afin de mieux atteindre notre public cible et l’inciter à la cohésion.  Communication individuelle  Prise en charge des victimes par une écoute attentive ;
  14. 14. EXPOSE DES SLC DAYS 14  Motiver les responsables et leaders socio-culturels à adopter une communication non violente dans leurs déclarations et relation avec leurs publics.  Communication par petits groupes  Former des équipes de médiateurs et négociateurs instruits à la CNV pour entretenir le dialogue avec les populations et les encourager à adhérer à la réconciliation ;  Vulgariser les bonnes pratiques en matière de promotion de la paix et de la réconciliation à travers des rencontres entre acteurs de la société civile ;  Sensibiliser et informer des différentes communautés sur les outils de dialogue et règlement de différents par une médiation menant à la réconciliation ;  Instaurer des comités de veille pour anticiper l’évolution de la situation et favoriser la gestion des crises liées à la fracture sociale pour faciliter la réconciliation nationale.  Communication de masse  Utiliser les mass médias pour vulgariser la communication non violente et emmener les populations à se l’approprier ;  Transmission des valeurs du dialogue permanant et de la communication non violente afin de faire adopter un comportement nouveau et moins revanchard par les populations concernées ;  Vulgariser la tolérance et inciter les populations à la réconciliation par des spots publicitaires, téléfilms ou affiches à cet effet.
  15. 15. EXPOSE DES SLC DAYS 15  LES OUTILS  Outils d’action par les relations publiques Les relations publiques ou la stratégie de confiance sont une approche systémique des relations transversales par le recourt aux supports hors médias. Publics Supports Objectifs Institutions politiques Séminaires /colloques ; Rencontre de concertation ; Conférence de presse ; … Favoriser le dialogue politique Medias Séminaires /colloques sur la CNV Rencontre de concertation sur l’apport des médias dans la réconciliation ; Voyage de presse ; Déjeuner de presse ; …. Inciter les acteurs des médias à s’intégrer au processus de réconciliation par une communication non violente. Populations et société civile Séminaires /colloques de réflexion ; Conférence de presse ; Rencontre de concertation ; Manifestations intercommunautaires ; lobbying … Faire adhérer la population et la société civile aux projets de réconciliation.  Les outils de la CNV Selon Marshall ROSENBERG, la communication non violente (abrégée en CNV), est un moyen de communiquer qui favorise un échange authentique.
  16. 16. EXPOSE DES SLC DAYS 16  Apprendre à diriger son attention Pour appliquer ce mode de communication, nous devons être plus attentifs aux mots que nous utilisons, ainsi qu’à ce que dit notre interlocuteur. Avec la CNV, nous apprenons à exprimer nos besoins profonds et à entendre ceux des autres sans recourir à la violence langagière.  La liste des questions de contrôle 1. Quel événement déclenche l’envie de s’exprimer chez l’un et chez l’autre ? 2. Quelles émotions sont éveillées en chacun ? 3. Quels besoins personnels génèrent ces émotions ? 4. Quelles actions spécifiques chacun souhaite-t-il accomplir (ou voudrait-il qu’autrui accomplisse), maintenant ?  Les trois recommandations en CNV 1. Décrivez les faits − Ne collez pas d’étiquettes et ne faites pas la morale ; 2. Mettez en lumière les sentiments et les besoins − Evitez les reproches ou l’attitude défensive ; 3. Demandez les actions. Pour Wayland MYERS « L’important est ceci : les portes de la communication sont ouvertes, et le dialogue peut se poursuivre»15 . Il est possible de se servir de la liste de contrôle et des trois (3) recommandations comme de "roues d’appoint" pour nous aider à parler et à écouter en accord avec le processus de la CNV. 15 Wayland Myers, Pratique de la communication non−violente", Editions Jouvence
  17. 17. EXPOSE DES SLC DAYS 17 CONCLUSION De toute évidence, la réussite d’un processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire commence dès le point de départ avec le choix des outils de communication les plus adaptés au contexte. Dans ce contexte, la réconciliation nationale constitue une urgence : pour mettre fin aux divisions du passé, pour restaurer l’unité du pays, pour normaliser la vie politique et sociale, pour bâtir le pays dans la paix et dans la stabilité. Toutefois, les deux (2) étapes les plus déterminantes du processus, qui d’ailleurs peuvent contribuer à corriger des erreurs initiales, sont la phase opérationnelle et la mise en œuvre des recommandations. En définitive, la communication sensible peut contribuer à atteindre ses objectifs si elle ne s’inscrit pas dans une démarche globale de rupture avec un passé de communication partisane. Cela signifie qu’elle doit apparaitre comme une simple stratégie d’apaisement social, mais plutôt comme un moment capital dans la consolidation et la cohésion pour résorber la fracture liée à la crise passée en Côte d’ Ivoire.
  18. 18. EXPOSE DES SLC DAYS 18 ANNEXE Les principes de la communication sensible La communication sensible peut en outre être l’objet de principes communs à chacune de ses composantes. Ainsi, qu’il s’agisse de communication sur le risque, sur un thème sensible, sur l’acceptabilité ou sur la crise, les dix (10) principes suivants peuvent être appliqués. 1. L’anticipation : la communication sensible gagne son efficacité par une stratégie globale et réfléchie le plus possible en amont de son exécution ; 2. Avec : la communication sensible est une communication de relations publiques davantage qu’une communication corporate ; 3. L’alliance : s’agissant de thèmes sensibles aux yeux de l’opinion, l’organisation devra faciliter la prise de parole des relais d’opinion. En communication sur le risque, l’acceptabilité, le thème contesté ou la crise, la parole la plus crédible n’est pas originaire de l’organisation en cause ; 4. Les nuisances : loin du discours de satisfaction, la communication sensible doit reconnaître les impacts négatifs que l’organisation occasionne. Outre, une élémentaire marque de respect de l’opinion, c’est également un paramètre de performance de la communication ; 5. Le ciblage : la communication sensible doit dépasser la vision simplificatrice du traitement de l’opinion publique pour se concentrer sur les cibles prioritaires et en l’occurrence souvent décisionnelles ; 6. L’occupation du terrain : le risque, le débat polémique, l’acceptabilité et la crise sont des domaines où la temporalité est majeure. Il est donc nécessaire de prévoir une communication de long terme et une présence argumentaire constante ; 7. La preuve : Justement parce le terrain est contesté, l’ensemble du discours de l’organisation doit en permanence reposer sur des éléments justificatifs. 8. Le symbole : la communication sensible accorde une place majeure à la symbolique. Sur des thèmes à potentialité polémique forte, l’organisation sait que la perception compte autant que l’action et pour ne prendre qu’un
  19. 19. EXPOSE DES SLC DAYS 19 exemple, le souvenir que nous avons de Tchernobyl réside dans le souvenir qu’on nous aurait dit que le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière. L’organisation devra donc démontrer une attitude, un comportement basé sur l’ouverture et la transparence ; 9. L’accessibilité du discours : la communication sensible est par nature « technique », elle évolue dans un langage élaboré et doit donc viser en permanence la vulgarisation faute de pouvoir être réellement compréhensible ; 10. La proximité : c’est au plus proche de ses interlocuteurs que la communication sensible évolue, tout discours effectué par l’utilisation de médias unilatéraux est inefficace. La crédibilité se gagne par la proximité.

×