Asthme

6,523 views

Published on

L’asthme constitue , un grand problème de santé publique,

malgré les énormes progrès réalisés au niveau de sa connaissance,

son traitement , l’asthme demeure une affection sous diagnostiquée.

Published in: Health & Medicine

Asthme

  1. 1. PRISE EN CHARGE DE L'ASTHME CHEZ L'ADULTE Dr :Benatta FD C.H.U.ORAN - 2008 http://www.medespace.net Share what you know, learn what you don’t
  2. 2. S O M M A I R E <ul><li>Introduction </li></ul><ul><li>Stratégie diagnostic </li></ul><ul><ul><li>Diagnostic positif de l’asthme </li></ul></ul><ul><ul><li>Diagnostic différentiel de l’asthme </li></ul></ul><ul><ul><li>Diagnostic étiologique </li></ul></ul><ul><li>Classification de l’asthme selon le degré de sévérité </li></ul><ul><li>Traitement de l’asthme </li></ul><ul><ul><li>Objectifs </li></ul></ul><ul><ul><li>Moyens thérapeutique </li></ul></ul><ul><ul><li>Traitement par degré de sévérité </li></ul></ul>
  3. 3. Introduction L’asthme constitue , un grand problème de santé publique, malgré les énormes progrès réalisés au niveau de sa connaissance, son traitement , l’asthme demeure une affection sous diagnostiquée.
  4. 4. Définition L’asthme à été définie en 2002 par l’ O.M.S : Désordre inflammatoire des voies aériennes dans la quelle interviennent de nombreux cellules (mastocyte, éosinophile, lymphocyte T) cette inflammation responsable d’une hyperréactivité bronchique. mastocyte, éosinophile, lymphocyte T Sifflement – dyspnée – toux nocturne – sensation d’oppression thoracique Inflammation HRB Obstruction bronchique
  5. 5. Stratégie diagnostic Asthme connue Diagnostic facile , malade en crise Asthme inconnue Le diagnostic exige Évaluer la sévérité Classer l’asthme Traiter la crise Un interrogatoire minutieux Un examen clinique soigneux Une exploration fonctionnelle respiratoire
  6. 6. Diagnostic positif de l’asthme Interrogatoire: Minutieux , structuré , précis Signe fonctionnelle: la dyspnée, sifflement, oppression, toux exacerbée la nuit Contexte évocateur : terrain atopique, rhino sinusite, conjonctivite, eczéma Une aggravation : l’effort, l’exercice physique, signes d’ IRA, une exposition au allergènes alimentaires, pneumallergène, professionnel
  7. 7. Examen physique Signe d’une crise d’asthme : sibilants , distension thoracique Signe de gravité : asthme aigue grave , cyanose , tirage , CPC Un examen clinique normale n’exclut pas le diagnostic d’où mesure de DEP
  8. 8. Examen para clinique Télé thorax face et profil : le plus souvent normal, DDB , cardiopathie pneumothorax , pneumonie , corps étranger EFR : intérêt pour le diagnostic positif Test cutané : asthme allergique Autres examens : taux d’IgE , radio des sinus , taux éosinophile , taux d’IgE dans les sécrétions nasal ITS : avisé diagnostic après test allergénique , en cas d’allergie au pollen graminée , alternarea (mono sensibilisation) .
  9. 9. Diagnostic différentiel de l’asthme Pathologie des cordes vocales Dyspnée psychogène Obstruction mécanique intrinsèque Cardiopathie gauche Broncho-pneumopathie chronique obstructive
  10. 10. Diagnostic étiologique L’asthme est une maladie multi factorielle Facteurs déclenchants Tabagisme Cause professionnel : peinture, colle, ….. Cause digestive : RGO Cause médicamenteuse : aspirine, AINS , β bloquant Cause endocrinienne : obésité , ménopause , ménarchie Cause bactérienne : (pneumocoque , mycoplasma ) Cause infectieuse : virale (myxovirus , adénovirus , VRS) Allergènes : pneumallergène , cutanées alimentaires
  11. 11. Classification de l’asthme selon le degré de sévérité Une fois le diagnostic positif est posé évaluer la sévérité de l’asthme : Fréquence des β 2 mimétique pendant les 12h Retentissement sur le malade Symptôme nocturne La durée Nombre de crise Interrogatoire Signes de gravitée Signe d’obstruction(sifflement) Examen clinique Chercher une variabilité de DEP(20% à 30%) Augmenter de 15% après prise de broncho-dilatateur Mesure de DEP
  12. 12. Classification de l’asthme selon GINA 2002 Asthme persistant sévère Asthme persistant modéré Asthme persistant léger Asthme intermittent Exacerbation gênant l’activité ou le sommeil Variabilité : DEP ou VEMS > 30% Usage quotidien d’un β 2 (CA) DEP ou VEMS > 60% Symptômes nocturnes > 1 par semaine Symptômes quotidien Limitation de l’activité physique DEP ou VMS < 60% Exacerbation fréquente variabilité > 30% Symptômes nocturnes fréquent DEP ou VEMS ≥ 80% 20 % < variabilité ≤ 30% Symptômes nocturnes > 1 par semaine Symptômes nocturnes > 2 par mois Exacerbations gênant le sommeil Symptôme ≤ 1 par semaine DEP ou VEMS ≥ 80% variabilité < 20 % Symptômes nocturnes ≤ 2 par mois Exacerbations brèves
  13. 13. Traitement de l’asthme <ul><li>Obtenir un contrôle, au minimum acceptable, au mieux optimale </li></ul><ul><li>Adapter le traitement au stade de sévérité </li></ul><ul><li>Réévaluer le traitement tous les trois mois </li></ul><ul><li>Prévilegié des formes inhalées </li></ul><ul><li>Rechercher le meilleurs rapport, coût, efficacité </li></ul>Les objectifs
  14. 14. Traitement de l’asthme Moyen thérapeutique: 2. Anti-inflammatoire 1. Broncho-dilatateur Xanthines = théophylline (10mg / kg par jour) Adrénaline (ampoule de 0.25ml – 1ml ) Anticholinergique = ipratropum, exitropum β 2 mimétique (LA) = salmétérol, formotérole, bambutérol β 2 mimétique (CA) = salbutamol, terbutaline Hydrocortisone, hémisuccinate d’hydrocortisone Corticostéroïde par voie systémique = prédnisone, prednisolone, beclométasone, métyl-prédnisolone Fluticasone Corticostéroïde par voie inhalée = béclométasone, budesonide
  15. 15. Traitement de l’asthme <ul><li>Anti-leucotriennes </li></ul><ul><li>ITS : voie sous cutanée et sublinguale </li></ul><ul><li>Oxygénothérapie, ventilation assistée </li></ul><ul><li>Antibiotique </li></ul><ul><li>Kinésithérapie, psychothérapie </li></ul>Autres moyens
  16. 16. Traitement de l’asthme

×