Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Sarl les terrines west cappeloises

503 views

Published on

Cultivons l'Europe. Erasmus+

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Sarl les terrines west cappeloises

  1. 1. SARL les terrines West- Cappeloises Marie Christine et Bernard Vermersch- Z Artisanale- route de Warhem- 59492 Hoymille- Tel/Fax 03 28 68 36 46 Notre entreprise familiale, partie d'une exploitation agricole de très petite dimension (19 ha) avec polyculture et élevages, est devenue au fil du temps, une SARL dans laquelle nous travaillons à 4. La SARL Les Terrines West-Cappeloises se décompose de la façon suivante : 1 - à Dunkerque, depuis avril 2006, une Boutique de Produits Régionaux avec 1 vendeuse à temps partiel l'autre partie étant assurée par moi-même. La Halte du Gourmet 24 boulevard Sainte Barbe 59140 Dunkerque Tel 03 28 63 66 20 Notre boutique vous propose un assortiment important de produits fermiers: (fromage, viandes de porc et de boeuf, volaille...), de produits régionaux salés et sucrés: paté, potje vleesch, plats cuisinés, bière, gaufres... de vin et d'alcool... de quoi réaliser des paniers garnis à tous les prix et pour tous les goûts. Ouvert du mardi au samedi. 2 - à Hoymille depuis octobre 2007 (auparavant à West-Cappel), l'activité de fabrication de conserves artisanales : verrines de pâtés, potje vleesch et plats cuisinés avec une employée à temps plein plus mon mari et moi-même 3 - l'activité de vente de produits fermiers et régionaux sur 5 marchés par semaine assurée par mon mari et moi-même : le lundi à Bergues, le mardi à Malo sur la place Turenne, le vendredi à Hondschoote, le samedi à Lille sur la place Sébastopol et le dimanche à Rosendaël . Nous avons environ 25 revendeurs pour nos verrines dans le Nord-Pas-de-Calais. Nos fabrications sont faites avec des produits issus essentiellement d'élevages de notre association Trésors de Flandre ou régionaux et toujours de qualité irréprochable. Notre clientèle apprécie la régularité de nos fabrications et nous le fait savoir ce qui nous conforte dans notre désir de persévérer. Ce Projet Européen pourrait être une ouverture pour nous et nous inciter à aller plus loin dans notre démarche de qualité et de reconnaissance de notre activité non seulement à l’échelle locale mais aussi internationale en permettant la mise en vente de produits européens.. Bernard et Marie-Christine Vermersch, avec plus de deux décennies de présence sur Hondschoote, appartiennent aux sept à huit "anciens" commerçants fidèles au vendredi matin.« Tout partout les marchés baissent. Il y a une telle concurrence des grandes surfaces, et des hardiscounters ».
  2. 2. Budgets restreints « On a besoin d'être encouragé, d'être boosté par les communes », confie Bernard Vermersch. En fait, à chaque marché sa clientèle. Sur Dunkerque, à Rosendaël, « c'est le week-end (dimanche matin), on ressent que les gens se font plaisir. Ils achètent ». Généralement, samedi et dimanche constituent « les plus gros marchés ». Présents sur Lille, le samedi matin, au marché de centre-ville, place Sébastopol, les Vermersch constatent « qu'heureusement il y a ce marché. A Lille, cela n'a pas baissé. Les clients regardent moins sur les prix. Ils effectuent leurs achats pour la semaine, prennent de la viande sous vide ou cuisinent l'après-midi du samedi pour mettre en barquettes». A contrario, Bernard précise « que des gens ayant peu de moyens achètent du poulet fermier, sinon cela sera une tranche, et beaucoup d'oeufs ». Les Vermersch proposent des produits laitiers, viandes, volailles de toute première qualité, via les producteurs de l'association Trésors de Flandre. A Hondschoote, le monde agricole fréquente le marché du vendredi. « Des retraités pour des poulets fermiers ou des légumes. Mais un peu de tout comme type de clients». A Bergues, « malgré qu'il y ait toujours du monde, ce n'est plus ça ! Avec les ouvertures des Lidl, ED, et Intermarché qui a agrandi, une partie de la clientèle ne vient plus sur les marchés ». Question de génération aussi, selon Bernard Versmersch « la nouvelle génération ne cuisine plus. Ils veulent du tout prêt, tout cuit ».

×