Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Les règles de passage

1,399 views

Published on

Les règles de passage du MCD au MLD

Published in: Technology
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Les règles de passage

  1. 1. Réaliser par : BAICH marwa Encadrer par : M.BelangourMaster SII Département de mathématique et informatique
  2. 2.  INTRODUCTION  Quelques notions essentielles  Les règles de passage  Exemples
  3. 3.  représenter de façon structurée les données  décrit la sémantique c’est à dire le sens attaché à ces données et à leurs rapports et non à l’utilisation qui peut en être fait  Le MCD ne peut pas être implanté dans une base de données sans modification. Il est obligatoire de transformer ce modèle. On dit qu’on effectue un passage du modèle conceptuel de données vers le modèle logique de données. Le modèle conceptuel des données (MCD)
  4. 4.  permet de modéliser la structure selon laquelle les données seront stockées dans la future base de données  est adapté à une famille de SGBD : ici les SGBD relationnels (MLD Relationnels ou MLD-R)  permet d'implémenter la base de données dans un SGBD donné Modèle Logique de Données (MLD) :
  5. 5. Quelques notions essentielles  ·Domaine : Le domaine est l’ensemble des valeurs que peut prendre une donnée  une table est un sous-ensemble du produit des domaines, une table est donc un ensemble d’enregistrements  une table porte un nom et est composée d’attributs prenant leurs valeurs dans les domaines correspondant  Attribut : c'est une colonne d'une relation, caractérisé par un nom.  une clé est constituée de 1 ou plusieurs attributs telle que une valeur de la clé détermine exactement l’enregistrement,  toute table possède une clé primaire et, éventuellement, des clés candidates.
  6. 6. Les règles de passage
  7. 7.  Une classe devient une table  Son identifiant devient la clé primaire de la table  les autres propriétés deviennent les attributs de la table CLIENT numClient nom prénom CLIENT (numClient , nom , prénom) Exemple Règle numéro 1
  8. 8. Transformation des associations --------- --------- x:n x:1  Association : la relation est matérialisée par l’ajout d’une clé étrangère . Règle numéro 2
  9. 9. devient
  10. 10.  Association la relation donne lieu à la création d’une table
  11. 11. Exemple
  12. 12.  Association
  13. 13. COMMANDE numCommande dateCommande PRODUIT reProduit nomProduit concerne quantité 1.n 1.n devient concerne numCommande reProduit quantité  Association
  14. 14. Chaque classe possède des caractéristiques (attributs et méthodes) qui lui sont propres. Lorsqu'une classe fille hérite d'une classe mère, elle peut alors utiliser ses caractéristiques. Propriétés de la notion d'héritage Transitivité : si B hérite de A et si C hérite de B alors C hérite de A ; Non réflexif : une classe ne peut hériter d’elle-même ; Non symétrique : si A hérite de B, B n’hérite pas de A ; Sans cycle : Il n'est pas possible que B hérite de A, C hérite de B et que A hérite de C. Modélisation par héritage
  15. 15. Power_AMC
  16. 16. Transposition en modèle physique
  17. 17. Élaboration du MLD et passage au SQL La conception d’un système qui va recourir à un Système de Gestion de Base de Données (SGBD) et donc qui devra utiliser le langage SQL nécessite parfois l’utilisation de logiciels pour concevoir un tel système grâce à des méthodes telles que UML ou Merise. • Avec ces différentes règles de conversion, il nous est déjà possible de convertir notre MCD au complet : Pays (id_p, nom_p) Auteur (id_a, nom_a, prenom_a, date_naissance_a, id_p#) TypeLivre (id_t, libelle_t) Livre (id_l, titre_l, annee_l, resume_l, id_t#) Rediger (id_a#, id_l#) Edition (id_ed, nom_ed) Exemplaire (ref_e, id_ed#, id_l#) Inscrit (id_i, nom_i, prenom_i, date_naissance_i, rue_i, ville_i, cp_i, email_i, tel_i, tel_portable_i) Emprunt (id_em, date_em, delais_em, id_i#, ref_e#) Légende : x : relation x : clef primaire x# : clef étrangère
  18. 18. Les règles de passage au SQL sont assez simples : • chaque relation devient une table • chaque attribut de la relation devient une colonne de la table correspondante • chaque clef primaire devient une PRIMARY KEY • chaque clef étrangère devient une FOREIGN KEY
  19. 19.  CREATE TABLE Pays ( id_p INT NOT NULL, nom_p VARCHAR(50), PRIMARY KEY (id_p) );  CREATE TABLE Auteur ( id_a INT NOT NULL, nom_a VARCHAR (30), prenom_a VARCHAR (30), date_naissance_a DATE, id_p INT NOT NULL, FOREIGN KEY (id_p) REFERENCES Pays(id_p), PRIMARY KEY (id_a) );  CREATE TABLE TypeLivre ( id_t INT NOT NULL, libelle_t VARCHAR (30), PRIMARY KEY (id_t) );  CREATE TABLE Livre ( id_l INT NOT NULL, titre_l VARCHAR (254), annee_l VARCHAR (4), resume_l TEXT, id_t INT NOT NULL, FOREIGN KEY (id_t) REFERENCES TypeLivre(id_t), PRIMARY KEY (id_l) );  CREATE TABLE Rediger ( id_a INT NOT NULL, id_l INT NOT NULL, FOREIGN KEY (id_a) REFERENCES Auteur(id_a), FOREIGN KEY (id_l) REFERENCES Livre (id_l), PRIMARY KEY (id_a, id_l) );  CREATE TABLE Edition ( id_ed INT NOT NULL, nom_ed VARCHAR (254), PRIMARY KEY (id_ed) );
  20. 20.  CREATE TABLE Exemplaire ( ref_e VARCHAR(254) NOT NULL, id_ed INT NOT NULL, id_l INT NOT NULL, FOREIGN KEY (id_ed) REFERENCES Edition (id_ed), FOREIGN KEY (id_l) REFERENCES Livre(id_l), PRIMARY KEY (ref_e) );  CREATE TABLE Inscrit ( id_i INT NOT NULL, nom_i VARCHAR (30), prenom_i VARCHAR (30), date_naissance_i DATE, rue_i VARCHAR(50), ville_i VARCHAR(50), cp_i VARCHAR (5), tel_i VARCHAR(15), tel_portable_i VARCHAR(15) , email_i VARCHAR(100), PRIMARY KEY (id_i) );  CREATE TABLE Emprunt ( id_em INT NOT NULL, date_em DATE, delais_em INT DEFAULT 0, id_i INT NOT NULL, ref_e VARCHAR (254) NOT NULL, FOREIGN KEY (id_i) REFERENCES Inscrit(id_i), FOREIGN KEY (ref_e) REFERENCES Exemplaire(ref_e), PRIMARY KEY (id_em) );
  21. 21. FIN Réaliser par BAICH marwa

×