E - logistique

1,863 views

Published on

La logistique du e-commerce

Published in: Marketing
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,863
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
504
Actions
Shares
0
Downloads
50
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

E - logistique

  1. 1. E-logistique
  2. 2. Quelques tendances
  3. 3. Externaliser sa logistique Transporteurs express : petits colis (24H, 48h) Chronopost, DHL, UPS Créneaux horaires : demi-journée Prise de RDV avec le client souvent pas proposée Opérateurs postaux Couverture nationale totale Bureaux de poste- absence des clients Spécialistes de la livraison au client final Filiales historiques de la vente à distance (Mondial Relay des 3 Suisses) Les réseaux des points de retrait (Chrono relais, Kiala) Les coursiers urbains Délais très courts, zone de livraison déterminée ET LES AUTRES…
  4. 4. Prestataires logistiques (3PL et 4PL) Assurent la gestion de l’entrepôt et du transport (3PL) Assurent en outre la gestion du flux d’information (clients de son client, fournisseur…)(4PL)
  5. 5. Prestataires logistiques e-commerce face aux prestataires logistiques généraliste Les grands prestataires logistiques généralistes se préparent à gagner des parts de marché face aux spécialistes de la logistique e-commerce que sont principalement CEPL, Morin Logistic, Astelem et Crosslog.
  6. 6. Ship leader Phat Logistics, société spécialisée dans le pilotage des flux logistiques + Wexlog Technologies, société éditrice de systèmes d’information en transport et logistique SHIP LEADER : entité indépendante + plateforme propriétaire Gestion des commandes passées de l’acte d’achat jusqu’à la livraison des produits, suivi en temps réel de l’évolution de la commande, de son stock, choix de réapprovisionner ou non les entrepôts
  7. 7. Ship Leader,modèle(s) économique(s) source : e-commerce magazine Permet de gérer à la fois le transport et les entrepôts Facilite l’approvisionnement multi-pays Trois « modèles économiques » 1/ Facturer le site marchand à la transaction. La gestion d'une transaction est alors facturée en euro au cybermarchand, une base tarifaire dégressive en fonction des volumes de transactions. 2/ Le second consiste à prélever un pourcentage uniquement sur le coût des transports d’une commande. 3/le troisième modèle repose sur la prestation logistique réalisée si besoin dans les entrepôts, et dans ce cas, il s’agit d’un prix calculé sur le coût de réception des produits, de leurs traitements, et de leur sortie des entrepôts.
  8. 8. La Redoute et sa plateforme multimodale
  9. 9. Quelques conseils
  10. 10. Quelques conseils pour bien gérer sa logistique, source e-commerce (1) 1 Gérer prudemment le catalogue produits les références les moins fréquemment vendues restent visibles via les moteurs de recherche et sont susceptibles d'être sélectionnées par un client. C'est pourquoi, à la différence des points de vente physiques, les e-marchands ont tendance à élargir leur gamme. la largeur du catalogue a un impact direct sur les coûts logistiques, à cause des besoins en stockage  Une solution consiste à négocier des délais de livraison optimum avec les fournisseurs, afin de travailler en flux tendus.
  11. 11. Quelques conseils pour bien gérer sa logistique, source e-commerce (2) 2 Mutualiser l'entreposage La mutualisation des moyens d'entreposage (locaux, système informatique, etc.) génère des gains sur les coûts. Sylvain Mignot, gérant d'Efilog, prestataire logistique, cite l'exemple d'un de ses clients « qui payait 2 500 euros par mois pour louer un local de 150 m2 en région parisienne afin d'entreposer sa marchandise alors que dans la Sarthe nous payons nous-mêmes 2 500 euros par mois pour la location d'un entrepôt de 13 0000 m2 ».  La gestion d'un entrepôt nécessite des investissements matériels: solution logicielle, meuble, emballage. Un prestataire obtient des tarifs avantageux auprès de ses fournisseurs en négociant des volumes.
  12. 12. Quelques conseils pour bien gérer sa logistique, source e-commerce (3) 3 Automatiser la préparation des commandes Avec l'externalisation, certains prestataires ne facturent que le volume consommé OU une prestation à l’acte Préparation des commandes automatisée Stockage des produits organisé en fonction de leur valeur de rotation
  13. 13. Quelques conseils pour bien gérer sa logistique, source e-commerce (4) 4 Négocier des tarifs de transport compétitifs « Lorsqu'un e-commerçant envoie 1 000 colis par mois, il peut obtenir une remise de 5 % auprès de son opérateur, alors que nous, prestataires logistiques, obtenons des remises de l'ordre de 25, 30, voire 40 %, grâce aux volumes que nous traitons »,paroles d’un prestataire logistique  Les logisticiens peuvent faire jouer la concurrence selon la nature du produit (poids et volume), sa valeur et sa destination. Le marché du transport évolue les transporteurs indépendants élargissent leur offre au secteur du B to C. Enfin, pour régler la question du dernier kilomètre, sachez que la livraison en point relais coûte moins cher que le service à domicile.
  14. 14. Quelques conseils pour bien gérer sa logistique, source e-commerce (5) 5 Améliorer la gestion de la relation client  Qu'il s'agisse d'utiliser des outils de suivi mis à votre disposition par les transporteurs ou d'accélérer le traitement des retours, améliorer la qualité de la relation client équivaut à éviter les coûts cachés liés aux réclamations. « Le fait de gérer les retours en express permet de diminuer le nombre d'appels entrants », note Guillaume Guersing, responsable marchés au sein de la direction marketing de Chronopost. Une remarque à méditer pour vos arbitrages!
  15. 15. La réaction face aux prestataires logistiques
  16. 16. Le cahier des charges logistique  Partie 1  Délais de livraison proposés aux clients  Frais de port refacturé au client, par type de délai  Type de client, BtoB, BtoC  Partie 2  Zone de chalandise et concentration éventuelle des clients sur zone  Personnalisation des envois (étiquette ou conditionnement des marques)  Partie 3  Produits-famille d’appartenance des produits  Dimension et poids de ces produits  Contraintes de stockage liés à ces produit (température, produits dangereux, alcool)  Conditionnement des produits (nécessité d’un suremballage)  Nombre d’articles par commandes, références gérées, nombre de fournisseurs etc…  Partie 4  Outil de prise de commande utilisée  Outil de transmission des commandes à la base logistique  Tracking des commandes
  17. 17. Bebloom, 99% de réussite en livraison Produits périssables, les fleurs Carton solide Avec poignée Et eau Livraison plus Respect du cahier des charges de Chronopost Meilleure automatisation donc livraison plus rapide
  18. 18. Gestion des stocks Vendre en ligne = meilleur délai Produit en stock= coût Collaboration en amont avec les fournisseurs Droit du client : en cas d’indisponibilité du bien ou du service commandé, celui-ci doit être informé et bénéficier d’un droit à remboursement sans délai et au plus tard dans les 30 jours du paiement des sommes qu’il a versées Difficile gestion de la saisonnalité Anticipation des pics saisonniers avec les prestataires logistiques L’équation impossible
  19. 19. La gestion partagée des approvisionnements ou GPA Echange d’information EDI entre distributeurs et fournisseurs Déclenchement d’une commande lorsque le seuil minimum de stock sur un produit a été atteint Commande envoyée par message EDI Réapprovisionnement automatique par le fournisseur SI HISTORIQUE DES VENTES, GESTION DIRECTE PAR LE FOURNISSEUR Généralisé en grande distribution, plus difficile pour les sites de e-commerce (multitude de fournisseurs)
  20. 20. Stock en propre ou drop shipping Négociation avec les fournisseurs d’une mise à disposition d’un certain niveau de stock hébergé chez le fournisseur MAIS, rarement respecté Coût d’acquisition produit plus élevé Souvent : stratégie mixte
  21. 21. Entrepôt ou plate-forme Entrepôt : stock Plate-forme : cross docking Consolidation des flux en provenance de différents fournisseurs avant leur éclatement vers plusieurs points de vente Entrepôts réservés au regroupement de marchandises lointaines nécessitant des opérations de dédouanement Stockage de produits ne méritant pas du fait de leur volume de passer par des entrepôts régionaux Stockage spéculatif (ou encore d’opportunité) de produits achetés en grosse quantité
  22. 22. Avantages de l’intégration Le stock, c’est cher Réduction des stocks de 2 à 3% se traduit chez les distributeurs par 0,5 à 1% de marge supplémentaire Un jour de stock au niveau mondial chez Carrefour coûte 150 millions d’euros Le contrôle des opérations de transport permet de diminuer le prix de revente à perte Seuil de revente à perte = prix unitaire+taxes+transport éventuel Transport effectué par le distributeur d’où baisse du seuil de revente à perte Réductions de prix pouvant être accordées au distributeur par le fabricant (rémunère son activité de stockage surtout pour les produits saisonniers)
  23. 23. Préparation de la commande Le picking Commande comportant plusieurs produits (ventes croisées) Optimiser le coût de traitement de la commande Equipe de picking Amazon : livraison en plusieurs fois (coûteux mais satisfaction du client)
  24. 24. Emballage de la commande Packaging sans marque pour éviter les vols (démarque inconnue) Documents juridiques du code de la consommation Confirmation des informations dont il avait disposé au moment de la commande Information sur les conditions et modalités d’exercice du droit de rétractation Adresse de l’établissement où il peut présenter ses réclamations

×